Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 2. « Le peuple est debout » (octobre-décembre 1838)

Texte intégral

Naissance d’un mouvement

  • 1 Leeds Times, 20 octobre 1838.

1Le 15 octobre 1838, à Hartshead Moor, Abram Hanson prit la parole lors du grand meeting du West Riding, organisé par la GNU. « Ils étaient les serfs et les esclaves de ceux qui, possédant le pouvoir de légiférer, avaient toujours le pouvoir d’extraire les fruits de leur industrie pour favoriser leurs propres objectifs égoïstes, déclara-t-il. Il voulait leur dire ce que leur avait dit Oastler, l’ami du peuple, un Tory constitutionnel, il voulait leur dire de prendre les armes, de les prendre pour défendre leurs droits (“C’est qu’on a fait, camarade”). Pourquoi leur disait-il cela ? Parce que la constitution le leur permettait1. » Ce jour-là, Hanson fut parmi plusieurs orateurs qui fit référence au droit constitutionnel de s’armer et laissait entendre qu’il pourrait être nécessaire d’y recourir. Le plus véhément était Joseph Rayner Stephens, qui revendiqua fièrement l’héritage de Jack Cade – en 1450, Cade avait pris la tête d’un important soulèvement qui avait démarré avec une pétition demandant au roi Henri VI de lutter contre une administration corrompue. Pour faire bonne mesure, Stephens ajouta :

  • 2 NS Extraordinary, 16 octobre 1838.

Le Seigneur Jésus-Christ [...] était le prince des Jack Cade ! (Terribles acclamations.) [...] Nous nous réunirons sans armes – (acclamations) – sans armes, sauf si l’on nous menace ; sans armes, tant qu’il n’y aura pas de danger à craindre ; mais s’il y a à craindre – non, il ne peut y avoir à craindre, sauf pour nos ennemis, mais s’il y a du danger, alors les Anglais connaissent leurs droits et sont prêts à faire leur devoir (acclamations)2.

  • 3 NS Extraordinary, 16 octobre 1838 ; M. Chase, Early Trade Unionism : Fraternity, Skill and the Poli (...)

2Plus impressionnant que cette rhétorique était cependant le nombre même d’individus – vingt et un en tout – qui s’exprimèrent cet après-midi-là. Fielden, O’Connor et Stephens étaient des membres instruits de la classe moyenne, habitués à la tribune ; il y avait quelques autres orateurs de la classe moyenne (un avocat, un chirurgien, un prédicateur dissident), mais la majorité était des travailleurs manuels, parmi lesquels un charpentier, un chapelier, un découpeur de cuir – qui présidait –, un cordonnier, un outilleur, un peigneur de laine, des tisseurs de lin et de laine. Le participant le plus remarquable était peut-être un grand absent : John Powlett, signataire d’une lettre lue au nom d’ouvriers d’une filature « menacés de renvoi s’ils assistaient à votre glorieuse manifestation ». Powlett était le nom fictif du syndicat des ouvriers textiles de Leeds, jadis puissant. Au début des années 1830, cette organisation avait été l’une des forces motrices du mouvement général de syndicalisation, non seulement dans le Yorkshire, mais à l’échelle nationale3. Le nom de Powlett n’avait pas besoin d’être expliqué aux foules de Hartshead Moor ; il montre quel était alors l’investissement affectif dans le mouvement chartiste.

  • 4 D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 103 ; à propos de Vincent c (...)

3Il faut aussi mettre en perspective la GNU, éphémère précurseur d’un phénomène infiniment plus vaste. La LWMA et la BPU développaient les idées de pétition nationale et de Charte du Peuple, et chacune continuait à soutenir d’importantes tournées de discours pour consolider et étendre un mouvement en plein essor. Pour la BPU, l’infatigable Collins était le principal lien entre le centre et le nord de l’Angleterre. Pour la LWMA, Henry Vincent fut toujours le missionnaire le plus apprécié. À partir de mai 1838, il s’installa à Bath, d’où il pouvait opérer dans les comtés voisins et, avec de plus en plus de succès, dans le sud du pays de Galles. Il était aussi très demandé ailleurs : « Mes amis, dit-il à un auditoire réuni en août à Manchester, je me sens un peu fatigué, d’avoir parlé tous les jours depuis deux semaines4. » À Collins et à Vincent étaient étroitement associés dans cet effort leurs collègues immédiats : Salt et Douglas pour la BPU, Wade, Hetherington, Cleave et un autre imprimeur de Londres, Richard Hartwell, pour la LWMA.

4À cette élite des militants il convient d’en ajouter six autres qui n’étaient affiliés ni à l’une ni à l’autre des deux organisations. Le premier était Reginald Richardson, charpentier de Salford devenu marchand de journaux et secrétaire de la South Lancashire Anti-Poor Law Association. Le deuxième était George Julian Harney de la LDA, et le troisième, Robert Lowery, tailleur à Newcastle. Les trois autres étaient les principaux architectes du chartisme écossais : l’imprévisible John Taylor, chirurgien d’Ayr ; Abram Duncan, fabricant de bobines et porte-parole des syndicats de Glasgow ; John Fraser, secrétaire des radicaux d’Édimbourg. Quand les membres de ce groupe parlaient lors de rassemblements, un ou plusieurs éminents militants locaux apparaissaient souvent avec eux. On peut citer, pour le Yorkshire, Hanson et George White, peigneur de laine irlandais établi à Leeds ; dans la région des « Potteries », John Daddy Richards (un autre cordonnier) ; dans l’ouest de l’Angleterre, William Prowting Roberts, avocat à Bath ; et à Durham, « les Castor et Pollux du chartisme du Nord », George Binns et James Williams, associés dans un commerce de livres et de Journaux à Sunderland.

  • 5 HO, 40/53, fos 937-944, J. Beecham à Vincent, 17 février 1839.

5Cette combinaison de talents locaux et d’orateurs de passage, à la réputation plus étendue, garantit le succès du chartisme dans de nombreux centres. Même si les réseaux locaux étaient essentiels, les activistes de la base réclamaient parfois la visite d’une célébrité pour renforcer l’intérêt. Vincent « attirait dix mille personnes alors qu’un orateur local n’en attirait pas dix », affirmait un chartiste du Gloucestershire5. La responsabilité pesait lourdement sur les orateurs chartistes de grande qualité, comme Collins, O’Connor et Vincent ; cela rendait aussi le mouvement vulnérable si ces personnalités se retiraient momentanément de la vie publique. Pour l’heure, cependant, les rassemblements avaient lieu de plus en plus souvent.

6Même s’il faut user de prudence avec les estimations, l’ampleur des meetings les plus populaires était une source de fierté pour les participants et de découragement pour les autorités : le 28 juin à Newcastle – « l’un des plus superbes exemples de force morale et numérique Jamais déployés par les masses de ce pays »–, le 6 août à Holloway Head, à Birmingham, 200 000 personnes ; le 17 septembre à Westminster Palace Yard, à Londres, 15 000 ; le 24 septembre à Kersal Moor, à Manchester, 300 000 ; le 25 septembre à Sheffield, 20000 ; le 30 septembre à Trowle Common, à Wiltshire, 30000 ; et comme nous l’avons vu, le 15 octobre à Hartshead Moor, 500000, chiffre avancé par O’Connor, alors que les autres estimations fluctuaient entre 50 000 et 70 000.

  • 6 NS, 29 septembre 1838.

7Parmi ces rassemblements, ceux de Birmingham et de Kersal Moor furent les plus notables d’un point de vue national, le premier parce qu’il fit avancer la tactique du mouvement par-delà la pétition, et le second à cause du gigantisme de l’auditoire et des sentiments exprimés. Il est généralement accepté que, ce jour-là, le public tournait autour de 250 000 personnes : les organisateurs, menés par Richardson, avaient judicieusement choisi le jour des courses de Manchester, qui devaient se dérouler au même endroit, plus tard dans l’après-midi. Ce fut l’occasion d’un discours du révérend Stephens, très souvent cité : « Cette question du suffrage universel était après tout une question aussi fondamentale que le couteau et la fourchette ; une question de pain et de fromage, malgré tout ce qu’on avait dit à son encontre6. »

  • 7 Warwick Advertiser et NS, 22 septembre 1838.

8Le moins impressionnant des meetings de 1838, décevant, même, fut celui de Londres, puisque la population totale de la capitale s’élevait à environ deux millions. Le rassemblement de Palace Yard fut pourtant remarquable parce qu’il forma un parti doté d’une base véritablement nationale, grâce à la LWMA qui invita les localités radicales de tout le pays à envoyer un délégué. Des salutations fraternelles « dans la grande lutte pour la démocratie et l’indépendance » furent même reçues de France, apportées par Arthur Wade – tout juste revenu d’un séjour à Paris pour assurer la promotion de la LWMA –, accompagné par « Monsieur Coulier, de Paris », signe avant-coureur de l’internationalisme chartiste7.

  • 8 Leeds Times, 20 octobre 1838 ; J.C.F. Barnes, Popular Protest and Radical Politics : Carlisle, 1790 (...)

9Ces manifestations massives servaient de toile de fond à des centaines d’événements moindres, tous importants dans le contexte local, et dûment couverts par la presse locale sur un ton allant de l’euphorie à l’effroi. À Newtown, dans le Montgomeryshire, une foule de 4 000 à 5 000 personnes reçut la traduction de la pétition nationale en gallois. Le Carliste Journal estimait qu’un quart des habitants de la ville avait entendu O’Connor parler sur les marches de l’hôtel de ville. Dans le nord de l’Essex, lors du rassemblement « le plus vaste à Colchester depuis bien des années », un délégué d’Ipswich appela à la grève générale si la Charte n’était pas accordée. À Hanley, un meeting « nombreux et respectable », où Collins et Richards prirent la parole, lança la Potteries Political Union. À Coatbridge, Duncan reprocha à son auditoire d’être « trop paresseux, trop occupé à jouer de la flûte, danser et boire, pendant que le gouvernement les dirigeait avec une baguette de fer ». À Bolton, un riche industriel, Charles Darbishire, rappela sa promesse de militer pour le suffrage masculin en 1832 et « il était excessivement heureux d’avoir la présente occasion de tenir cet engagement ». Le Norfolk Chronicle rapporta avec « d’inexprimables sentiments de dégoût » comment Cleave et Harney, lors d’un rassemblement à Norwich, « bondé jusqu’à l’asphyxie », avaient incité la foule « à lire la Pétition nationale et à s’en armer8 ».

  • 9 Entrées pour Ashton : DLB, vol. 3 ; Knight : ibid., vol. 9 ; George : ibid., vol. 10 ; Richardson : (...)

10Une caractéristique frappante de ces meetings était la fréquence à laquelle ils présentaient au public des vétérans des mouvements antérieurs. Un octogénaire d’Elland rappela comment « en 1792 nous avions des rassemblements comme celui-ci [...] mais quand la guerre a commencé entre ce pays et la France, nos réunions ont été interdites, et nous avons été persécutés en tant que rebelles ». Un passé semblable pouvait être revendiqué par Richards, du Nord-Staffordshire, par le « Citoyen » John George, du sud de Londres -membre dans les années 1790 de la London Corresponding Society, puis de l’entourage révolutionnaire de Thomas Spence –, par John Knight, d’Oldham – vieux Jacobin qui était avec Hunt à Peterloo – et par T.R. Smart, de Leicester. Quand la pétition nationale fut adoptée à Stratford-upon-Avon, le drapier qui présidait l’assemblée « était l’un des membres du vieux club de Hampden d’il y a vingt ans ». Déporté en Australie en 1829 pour avoir été l’un des meneurs d’une violente grève de tisserands, William Ashton revint à Barnsley en mai 1838 et reprit aussitôt un rôle dirigeant dans la politique radicale locale. Principal dirigeant chartiste de Salford, Reginald Richardson avait assisté à Peterloo dans son enfance9.

  • 10 R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle, Browne, 1894, p. 42-43 ; NS, 17 (...)

11La présence de la classe moyenne, évidente dans la plupart de ces meetings, ne garantissait pourtant pas que les sentiments paisibles l’emportent. Attwood en était largement responsable : à Holloway Head, « il dit que les législateurs ne pourraient résister aux exigences de deux millions d’hommes ; s’ils ne les satisfaisaient pas promptement, ces deux millions deviendraient cinq, et il menaça la Chambre des communes, annonçant que cette énorme masse humaine exercerait sur les députés une aimable coercition ». Précisant le recours à la grève générale comme tactique possible, Attwood déclara que, « tout en étant hostile à l’emploi de la violence, si le peuple était attaqué, les conséquences retomberaient sur la tête des agresseurs ». Lors des rassemblements radicaux célébrant l’anniversaire de Hunt ou « l’à jamais inoubliable 16 août 1819 », les orateurs prédisaient que « les calamités infligées à des innocents par ces bouchers inhumains » seraient maintenant vengées10.

  • 11 NS, 1er septembre 1838.

12En septembre 1838, les chartistes étaient de plus en convaincus de lutter pour une juste cause, et sûrs de parvenir à leurs fins. Dans La Charte du Peuple, cette cause avait un objectif attractif et intelligible : « Mettez votre cœur, votre âme et votre vie dans tout ce qu’elle contient, soyez résolus à tout obtenir », suggérait un éditorial du Northern Star, mais « soyez prêts à vous heurter à un refus, et soyez prêts à réitérer et à imposer votre exigence11 ». Combiné à une vive conscience historique de l’issue de l’agitation antérieure, et à un profond sentiment de fracture sociale, tout cela donnait inévitablement aux discours un ton polémique. Stephens, alors âgé de 33 ans, était régulièrement le plus belliqueux, ses harangues pleines du style déclamatoire d’un prophète de l’Ancien Testament.

  • 12 W.R. Ward (éd.), Early Victorian Methodism, Oxford, University of Durham Press, 1976, p. 51.
  • 13 NS, 9 juin 1838 ; discours de Norwich cité dans H. Jephson, The Platform : Its Rise and Progress, L (...)

13Fils d’une éminente famille méthodiste, Stephens avait été ordonné prêtre en 1829 et, depuis sa nomination dans la région d’Ashton-under-Lyne en 1832, il était une source d’irritation constante pour les autorités wesleyennes. « Les agissements de Stephens à Ashton m’emplissent d’indignation », écrivit Jabez Bunting, force dominante du méthodisme wesleyen ; « il est clair qu’il veut que nous l’excluions12 ». En novembre 1838, Stephens démissionna plutôt que de se laisser expulser, et emporta avec lui bon nombre de ses ouailles. Bientôt appelés « Stephenites », ses disciples se réunissaient dans la Great Meeting House de Charlestown, à la lisière d’Ashton. C’est le désétablissement de l’Église d’Angleterre qui avait entraîné Stephens dans la politique. À partir de 1834, cependant, le leitmotiv de sa carrière religieuse et politique devint une hostilité virulente à la New Poor Law, entremêlée à une vision très sentimentale de la famille ouvrière. Tout cela s’exprimait dans une rhétorique baignée de généralisations et de menaces claires de violence. À Bradford, il annonça ainsi : « Il ne faisait aucun doute que les Bastilles de la New Poor Law étaient destinées à former une chaîne de casernes à travers le pays, chacune pouvant détenir de 500 à 1 000 hommes, chacune devant être dirigée par des militaires en faction. » À Norwich, Stephens déclara : « L’Angleterre se tient sur une mine ; un volcan est sous ses pieds [...] et à moins que la détresse et la misère des pauvres ne soient soulagées par des sentiments humains et des remèdes rapides, nul ne peut prédire ce qu’un jour, ce qu’une heure pourrait susciter », et il incita l’auditoire à « lutter avec vos épées, pistolets, poignards, torches. Femmes, luttez avec vos ongles et vos dents ; rien d’autre n’est possible ». Ce qui motivait Stephens, c’était la haine de la Poor Law, et non le désir de réforme parlementaire. « Que me fait le suffrage universel ? demanda-t-il lors d’un meeting à Wigan. Je me moque bien de cette question, je n’y pense jamais. Je prends les armes dans le camp du bien contre le mal [...] dans le camp de Dieu contre les méchants13. »

14Pour Stephens, « le camp du bien » incluait le Northern Star, dont il était actionnaire. O’Connor lui rendit la pareille en accordant une place considérable aux discours de Stephens et en incluant son effigie dans la série de portraits offerts par le journal. Pourtant, O’Connor était lui-même un orateur plus subtil et plus circonspect, aimant exploiter chez son auditoire le sentiment d’aliénation par rapport à l’établissement politique, mais sans approuver explicitement le recours à la violence. À Carlisle, par exemple :

  • 14 NS, 25 août 1838.

[il] s’adressa à ces hommes qui travaillaient dur pour peu d’argent, leur disant que c’est parce qu’on leur refusait le juste fruit de leur labeur que tant d’entre eux s’étaient réunis pour écouter un parfait inconnu. Tous pouvaient voir qu’ils n’étaient pas armés de haches sanglantes, qu’ils ne brandissaient aucune menace. Ils laissaient cela à ceux qui voulaient non pas offrir la Réforme au peuple mais remplir leurs coffres-forts. Ces hommes avaient maintenant leurs corporations, leurs hôtels de ville et leurs salles de billard, tandis que les travailleurs avaient leurs prisons et leurs Bastilles14.

15Le but de ces rassemblements n’était pourtant ni d’exiger la réforme ni, en cas de refus, de rugir de rage. Au printemps et au début de l’été 1838, le chartisme était un état d’esprit plus qu’un mouvement, qui ne portait pas même encore un nom. Avec la grande manifestation de Birmingham le 6 août, cependant, le mouvement naissant prit une forme plus définie, autour d’un ensemble de mesures pratiques. Jusque-là, les discussions sur la pétition nationale étaient restées en grande partie abstraites : même si un texte avait été préparé, les tâches concrètes – recueillir les signatures, obtenir une couverture nationale et coordonner la présentation – avaient généralement été négligées. Une pétition de l’ampleur prévue nécessiterait une organisation et une coordination susceptibles de maintenir le mouvement en vie si le Parlement faisait la sourde oreille. Se posait alors la question des moyens financiers.

16La solution proposée par le conseil de la BPU, et acclamée lors du meeting de Birmingham, était une convention générale apte à promouvoir et gérer la pétition nationale. Les lois datant de l’époque de la Révolution française limitaient de façon très stricte ce genre d’initiative. Pour rester dans le cadre du droit, il faudrait se limiter à un maximum de quarante-neuf membres, tous élus lors d’une réunion publique (dûment annoncée) et non par une organisation spécifique. La convention devrait être financée par une contribution volontaire de ses partisans. Cet apport serait baptisé « loyer national », d’après une méthode similaire employée pour financer la campagne d’O’Connell pour le home rule irlandais. O’Connor reflétait parfaitement l’humeur de Birmingham en déclarant qu’il « reconnaissait ce meeting comme signant, scellant et créant la grande alliance morale ratifiée en ce jour par le peuple ». « Le peuple est debout » titrait un éditorial du Northern Star le samedi suivant.

  • 15 NS, 11 août 1838 ; D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 198 (...)

17Un groupe de huit délégués représentant Birmingham à la convention fut élu lors du rassemblement de Holloway Head. Cinq d’entre eux étaient présents à Glasgow Green : Collins, Douglas, Edmonds, Philip Muntz et Salt. Ils furent rejoints par trois autres, dont le frère de Muntz, George. Comme on pouvait le prévoir, la LWMA, dont les relations avec la BPU étaient souvent tendues, affirma alors que huit délégués devaient représenter la capitale. Lors du meeting de Palace Yard, seuls des membres de l’association furent élus : Cleave, Hartwell, Hetherington, Lovett, O’Brien et Vincent, rejoints par deux candidats « bouche-trou », proposés lorsque Place et Roebuck refusèrent leur nomination15. Finalement, le contingent de la BPU tomba à quatre et celui de la LWMA à sept – Vincent préféra représenter Hull et Cheltenham –, mais deux autres militants de la LWMA (Wade et William Carpenter) furent choisis pour représenter des localités extérieures à la capitale. La prépondérance des délégués des deux organisations aurait des conséquences pour la convention dès qu’elle se réunirait, et laisserait une impression durable mais exagérée du rôle de la LWMA.

18Néanmoins, les projets de convention furent mis en place avec un tel optimisme que les questions de gouvernance interne ne furent guère soumises à des commentaires critiques. Les rassemblements destinés à élire les délégués comptèrent parmi les plus nombreux de cet automne, incluant les manifestations de masse de Kersal Moor et de Hartshead Moor. Les élections, la collecte du loyer national et des signatures se déroulaient en parallèle, dans une atmosphère d’assurance croissante. « Notre sentiment l’emporte dans toutes les villes, ou je devrais plutôt dire nos deux sentiments », écrivit Vincent en août 1838, à Huddersfield :

  • 16 LHASC, Vincent MSS 1/1/10, Vincent à J. Miniken, 26 août 1838.

Le premier est une opinion radicale, générale et quasi universelle, la volonté d’aider une tentative supplémentaire visant à obtenir par des moyens paisibles la pleine reconnaissance des Droits Universels du peuple ; le second est une résolution apparemment fixée d’appeler aux armes si ce dernier effort moral échoue – je regrette que des opinions de nature physique dominent, mais nous ne pouvons nous en étonner. Depuis l’année 1818, les habitants du Yorkshire et du Lancashire luttent paisiblement pour le Suffrage Universel. Ce sont les deux seuls comtés où le principe existait, et les meilleurs esprits sont à présent presque épuisés par leurs efforts continuels. Cependant, ils accompliront noblement leur devoir, car ils voient à présent, pour la première fois, une énergie égale dans d’autres parties de la nation16.

  • 17 LHASC, Vincent MSS 1/1/10, Vincent à Miniken, 23 septembre 1838 ; Gammage, History, op. cit., p. 79 (...)

19Étant donné la situation économique et l’agitation suscitée par l’action du gouvernement whig, il aurait été étonnant – comme le suggérait Vincent – que le climat politique du Nord industriel ne se tende pas. Plus frappante était, fin 1838, l’activité radicale dans des régions où l’engagement en faveur de la réforme avait jusque-là été sporadique ou inexistant. Vincent lui-même avait beaucoup voyagé dans l’ouest de l’Angleterre, où les énergies latentes qu’il avait réveillées étaient considérables. En ce mois de septembre, alors que les colonnes chartistes venues de Trowbridge et de Bradford-upon-Avon convergeaient vers Trowle Common, l’effervescence surpassa tout ce que le Wiltshire avait connu, même lors des « scandales », trente ans auparavant. Les ouvriers de l’industrie lainière, réagissant à l’introduction des machines, avaient mené une importante campagne de violence sélective contre les usines. Le but était de renforcer leur idée que la législation régulant la mécanisation n’était pas respectée. À présent, ils comptaient sur un Parlement réformé comme le seul moyen d’arrêter le déclin abrupt de leur industrie. Cette réaction était celle de la communauté dans son ensemble, symbolisée par la remise d’écharpes de soie par les femmes de Trowbridge à Vincent et au principal militant de la ville, William Carrier, avant de se mettre en marche vers le site du rassemblement. Une fois sur place, Carrier fut élu délégué pour la convention17.

20Vincent était aussi une personnalité pivot dans le Dorset, autre région de mobilisation politique sporadique, encore sujette au choc provoqué par le traitement réservé aux ouvriers de Tolpuddle. Le 14 novembre, entre 5 000 et 6 000 personnes se réunirent près de Blandford Forum. Certaines avaient parcouru plus de trente kilomètres, attirés par les affiches – « La Charte du Peuple », « Le Vote par Scrutin [secret] » et « Des Parlements annuels »– et « un grand nombre de femmes très respectables étaient présentes ». Vincent était accompagné par Hartwell et W.P. Roberts. Selon un poète local, qui fut ensuite publié dans le Dorset County Chronicle :

  • 18 Leeds Times, 24 novembre 1838 ; R. Wells, « Southern Chartism », Rural History, 2/1 (1991), p. 39 ; (...)

D’ailleurs Mr Vincent nous l’a bien expliqué.
D’abord on enverrait chaque année des membres
Au Parlement, et tous les hommes voteraient.
Même s’ils étaient pauvres comme Job,
Ils pourraient voter, et aller
Faire les lois là-bas à Londres
[...]
Et quand les pauvres auront leur mot à dire
Pour faire les lois, ils prendront bien soin
D’en faire de bonnes pour les pauvres18.

  • 19 Roberts cité dans Draper, « William Barnes », art. cité, p. 216 ; BCL, collection Lovett, vol. 1, f(...)

21Roberts refléta pourtant bien l’humeur du meeting lorsque, soutenant les résolutions visant à adopter la Charte et « une avancée immédiate [...] des salaires versés aux ouvriers agricoles », il affirma que le but suprême était « d’élever le travailleur sur l’échelle sociale. L’heure était venue de frapper un grand coup moral pour émanciper la classe ouvrière d’Angleterre des chaînes de l’oppression qui pèsent sur elle ». Ces commentaires furent sans doute mal accueillis par les magistrats et fermiers locaux qui encerclaient le rassemblement à cheval, pas plus que ne fut appréciée, peu après, l’élection du leader des ouvriers de Tolpuddle, George Loveless, comme délégué à la convention. Pour les autorités locales, ce meeting n’était que syndicalisme déguisé. « À des kilomètres à la ronde, les hommes ont été avertis que s’ils osaient assister au rassemblement, ils seraient aussitôt licenciés, et plusieurs d’entre eux l’ont été », tandis que, le dimanche précédent, le clergé local prêchait encore contre l’événement19. Cette lecture était en partie exacte. Le chartisme devenait peu à peu capable d’adopter et d’adapter les questions politiques locales, et de réunir les vestiges épars du syndicalisme du début de la décennie.

  • 20 T. Middleton, History of Hyde and its Neighbourhood, Hyde, Higham, 1932, p. 99 ; Monthly Messenger, (...)

22Lors de nombreux meetings, peut-être la plupart d’entre eux, beaucoup de membres de l’auditoire étaient armés de bâtons et de piques. En septembre, quand Stephens ouvrit le Working Mens Institute de Hyde, on aperçut « des armes à feu, des épées et des piques » dans le public. Quand l’hiver succéda à l’automne, les foules devinrent plus téméraires. Des coups de feu furent signalés à de nombreuses reprises. Les rassemblements le dimanche étaient rares, et comme la plupart des chartistes travaillaient dix heures par jour, six jours par semaine, les réunions nocturnes devinrent la norme. Mais ce n’était pas seulement pour des raisons de commodité. Lorsqu’il proposa le premier des meetings de ce genre à Glasgow Green, John Taylor écrivit : « Notre noble phalange, sous la rouge lueur des torches, formerait un spectacle vraiment admirable et impressionnant [...] ce serait l’une des scènes les plus frappantes et les plus imposantes qu’on ait vues dans les annales des rassemblements publics. » Quand Vincent et Hartwell revinrent à Trowbridge le 10 novembre, ils furent accueillis par une procession aux flambeaux, accompagnée par une fanfare, des banderoles et quatre hommes portant sur leurs épaules une grande caisse fixée à des poteaux et éclairée de l’intérieur, avec des panneaux vitrés où était gravé le mot « liberté ». Adversaires et partisans s’entendaient alors pour reconnaître le caractère inédit de ces rassemblements, par leur ampleur et plus encore par leur aspect. « Jamais l’on n’a vu un tel afflux de gens à Oldham, de la mémoire du plus vieux des habitants. Cela dépasse de loin tout ce qui s’est produit jusque-là. »« Assurément ce fut un spectacle tel qu’on n’en avait jamais vu dans les parages, depuis que je suis en âge de comprendre les choses », écrivit l’un des participants, parmi « plusieurs centaines » de personnes qui y assistèrent, à l’élection du délégué de Hyde à la convention. Il se souvenait « des centaines de torches enflammées brandies, avec des images de lanterne magique où étaient inscrits les droits et les torts du peuple20 ».

23« Il est presque impossible d’imaginer l’enthousiasme suscité par ces événements », se rappelait en 1854 Robert Gammage, carrossier à Northampton (et, à partir de 1840, conférencier chartiste itinérant à plein-temps) :

  • 21 Gammage, History, op. cit., p. 94-95 ; à propos de Gammage, voir DLB, vol. 6.

Les gens n’allaient pas seuls au lieu de rassemblement, mais se retrouvaient en groupe à un point de départ, d’où, à un moment donné, ils se mettaient en route en grand nombre, formaient une procession et traversaient les rues principales, où ils faisaient retentir les cieux du tonnerre de leurs acclamations en reconnaissant leurs idoles en la personne des hommes qui allaient prendre la parole devant eux ; ils envoyaient des volées des grognements les plus affreux en passant devant les bureaux de quelque journal hostile. Les banderoles aux motifs les plus redoutables, à la lueur rouge des flambeaux, offraient un spectacle d’une grandeur terrible. Les têtes de mort figurant sur certaines souriaient comme des figures spectrales, et rappelaient le sort qui l’attendait à plus d’un adorateur du dieu Argent. L’apparence fruste de milliers d’ouvriers qui n’avaient pas eu le temps de repasser chez eux après avoir quitté l’usine et [...] dont le visage était donc souillé de sueur et de crasse, ajoutait à l’aspect étrange de la scène. Les processions étaient souvent interminables, réunissant parfois jusqu’à cinquante mille personnes ; et tout le long du défilé brillait un faisceau de lumières, éclairant le ciel, comme le reflet d’une grande ville en proie à un incendie21.

  • 22 Barnes, Popular Protest, op. cit., p. 333 ; voir aussi W. Farish, Autobiography of William Farish, (...)

À ce récit, Gammage ajouta que « l’apparition même d’un si grand nombre de torches brûlantes semblaient seulement enflammer plus efficacement les esprits de l’orateur et de l’auditoire ». Les descriptions contemporaines le confirment : « L’Angleterre se consumera d’un bout à l’autre, déclara Harney à Carliste, vêtu d’une toge et brandissant un stylet, le brandon est notre arme et nous ne tisserons plus pour les tyrans que leur linceul. » À Trowbridge, Vincent proclama : « Le tocsin sonnera et les feux de joie seront allumés au sommet des collines, ils se retrouveraient chaque nuit à la lumière des torches » ; « ils devaient frapper ensemble un grand coup, et les feux de joie des collines en seraient le signal. » Désignant un flambeau, O’Connor s’exclama, à Rochdale : « Regardez !! Regardez cette torche !!! Elle parle un langage si intelligible que personne ne peut s’y tromper, et ceux qui ne peuvent entendre ma voix peuvent comprendre le sens de ce guide silencieux. » Le 8 décembre, à Bury, Stephens affirma que tuer quiconque faisait appliquer la New Poor Law était « justifié par la loi de Dieu [...] et sachez que nous sommes toujours prêts à combattre jusqu’au bout, et jusqu’au bout nous nous battrons22 ».

  • 23 W. Wilks, The Half Century : Its History, Political and Social, Londres, Cash, 1853, p. 279 ; C. Di (...)
  • 24 Brown, Chartism, op. cit., p. 75 ; M.S. Edwards, Purge This Realm : A Life of Joseph Rayner Stephen (...)

24Le spectacle des rassemblements aux flambeaux rappelait les Swing Riots, le soulèvement des ouvriers agricoles en 1830, où les incendies avaient joué un rôle central. Il s’agissait essentiellement d’un mouvement du Sud rural, alors que les meetings chartistes éclairés par les torches avaient surtout lieu dans le Nord industriel, mais la mémoire collective des élites politiques les faisait se rejoindre. Peut-être était-ce inévitable dans un monde où l’éclairage artificiel était très limité – et selon le droit anglais, divers crimes étaient punis plus sévèrement s’ils étaient perpétrés à la faveur de la nuit. Ces rassemblements inquiétaient profondément la bonne société et, comme le remarqua un contemporain, dans la lueur des flambeaux, « les cœurs pusillanimes voyaient tout l’appareil de la rébellion incendiaire ». On en trouve un écho, tout juste deux ans après, dans deux romans de Dickens, Barnaby Rudge et Le Magasin d’antiquités, où est évoquée avec vigueur l’apparition terrifiante des foules éclairées par les torches, surtout dans le second livre, situé dans un passé tout proche et où l’héroïne se trouve confrontée à une réunion nocturne de chômeurs23. Fait remarquable, les incendies volontaires n’eurent à peu près aucune incidence sur les meetings chartistes. À Colchester, on prétendit que les chartistes s’étaient opposés au passage d’une voiture de pompiers partie éteindre un feu. Plus sérieusement, le 8 décembre 1838, la foule empêcha les pompiers de lutter contre un incendie suspect à Ashton-under-Lyne qui dévasta toute une filature. Stephens fut largement rendu responsable de l’incident, même s’il se trouvait alors à Bury, à une quinzaine de kilomètres de là. Aucun lien direct ne put être établi – bien que, deux semaines auparavant, il ait amèrement critiqué le propriétaire de cette filature lors d’un sermon prononcé dans son église. Pourtant, cet épisode vint grossir le dossier qu’assemblait contre lui Henry Goddard, enquêteur de la police de Londres, envoyé sur la piste de Stephens par le Home Office24.

  • 25 L. Croft, John Fielden’s Todmorden, Todmorden, Tygerfoot, 1994, p. 43-48.

25Dans la correspondance adressée au Home Secretary s’accumulaient aussi les lettres prouvant que les autorités provinciales s’alarmaient de plus en plus de ces manifestations aux flambeaux. Cette anxiété fut accrue par de graves émeutes – en plein jour – contre la Poor Law dans la ville textile de Todmorden, dans le West Yorkshire, les 16 et 21 novembre25. Le 22 novembre, pour la première fois depuis que le chartisme commençait à prendre forme, le Home Office adressa des instructions claires aux magistrats : les meetings aux flambeaux devaient être réprimés. Les réactions locales furent d’abord hésitantes, peut-être par peur des conséquences, et la mesure dut être renforcée le 14 décembre par une proclamation royale, interdisant tout rassemblement nocturne en plein air. Deux semaines plus tard, le jeudi 27, Stephens devint le premier chartiste important à être arrêté. Ce fut un test révélateur de l’agitation dans les régions textiles du Nord.

26Plein d’initiative, Goddard appréhenda Stephens à Ashton en début d’après-midi, sans l’appui militaire que les magistrats signataires du mandat d’arrêt jugeaient nécessaire. L’arrestation eut lieu avant que l’on ait sérieusement prévu ce que l’on ferait du prisonnier. Les heures qui suivirent tournèrent ainsi à la farce. D’abord, Goddard dut courir jusqu’à une auberge pour louer une voiture avec laquelle emmener Stephens chez lord Francis Egerton, principal propriétaire terrien et éminent magistrat du Lancashire, à une vingtaine de kilomètres, de l’autre côté de Manchester. Lorsqu’on fit étape « pour se rafraîchir » au Royal Hotel de Manchester, une foule s’assembla aussitôt autour du véhicule. La nouvelle de l’arrestation se propagea rapidement, à temps pour que Richardson distribue un tract annonçant : « Les limiers ont capturé Stephens [...] l’heure est venue. »

  • 26 Goddard, Memoirs, op. cit., p. 158-160.

27Les partisans de Stephens commencèrent à se faire entendre devant les grilles de la résidence d’Egerton, presque en même temps que Goddard arrivait avec le prisonnier. Censé se charger de la procédure, Egerton choisit ce moment pour s’en dispenser, sous prétexte qu’il n’avait pas encore prêté serment d’allégeance devant la reine Victoria. Il renvoya donc Goddard pendant qu’on réunissait tout un banc de magistrats, dont ceux qui avaient signé le mandat d’arrêt. Après avoir parcouru près de cinquante kilomètres aller-retour à cheval, Goddard revint chez Egerton à 21 heures pour trouver les magistrats rassemblés, protégés par la cavalerie commandée personnellement par l’assistant adjudant-général pour le Nord. C’est seulement à minuit que le banc décida d’incarcérer Stephens, puis il fallut encore une heure pour regagner Manchester (avec une escorte de cavalerie). Stephens fut finalement confié à la prison de New Bailey, le vendredi au petit matin26.

28Rien n’ayant été fait pour libérer Stephens, pour monter une importante manifestation de soutien, pour intimider les magistrats ou les témoins potentiels, les autorités chartistes du Lancashire furent exposées à quelques reproches. Si Egerton avait refusé de mener seul la procédure, c’est avant tout parce qu’il craignait pour sa sécurité et ses biens, mais le dossier accusant Stephens d’instigation à la violence était loin d’être clair. Même si ses disciples exclurent ceux qui l’avaient dénoncé – trois informateurs reçurent par la suite des dommages et intérêts pour les dégâts subis par leur propriété –, la réaction populaire brilla surtout par sa retenue et sa discipline. John Deegan, trade-unioniste et chartiste de premier plan dans le Lancashire, convoqua en hâte une réunion publique à Ashton, lors de laquelle il appela au calme. O’Connor déclara que le gouvernement voulait provoquer « un étalage désorganisé de violence physique », pour mieux s’en prendre au mouvement ; avec le panache théâtral qui le caractérisait, il ajouta : « Attention au piège ! L’heure des combats n’a pas encore sonné. » Tout cela facilita sans doute la libération de Stephens sous caution, dès le dimanche, Richardson étant l’un de ses garants. Stephens revint à Ashton pour prêcher sur la place du marché malgré le froid glacial, devant un auditoire massif, qui l’écouta tête découverte et « respectant le plus révérencieux silence » :

  • 27 NS, 29 décembre 1838 ; Edwards, Purge This Realm, op. cit., p. 60 ; Goddard, Memoirs, op. cit., p.  (...)

C’est mon habitude – et on me l’a reproché comme un crime – d’appliquer les règles des commandements de Dieu aux différentes institutions du système social, dans mon entourage immédiat, et dans l’ensemble du pays ; de soumettre aux exigences de la Sainte Parole de Dieu les principes et les actes des manufactures, du commerce et du corps législatif de ce pays prétendument chrétien27.

Culture

  • 28 À propos de la tiédeur jusque-là manifestée par O’Connor quant aux autres points de la Charte, voir (...)

29De toute évidence, un événement remarquable était en train de se produire alors que l’année 1838 touchait à sa fin. Le droit constitutionnel de prendre les armes avait rarement été si vigoureusement affirmé, le langage de la force physique avait rarement été aussi largement employé. Pourtant, un mouvement très politisé était apparu, avant tout remarquable par son assurance. Huit mois auparavant, bien peu de radicaux (même O’Connor) aspiraient à davantage que le suffrage universel masculin ; à présent, ils attendaient avec impatience la satisfaction imminente des six exigences de la Charte28. Le chartisme ne s’était pas encore répandu en Cornouailles, dans le nord du pays de Galles ou dans le nord-ouest de l’Écosse, mais presque partout ailleurs le mouvement setait implanté ; et dans la plupart des grands centres provinciaux, et dans beaucoup de centres moindres, des comités se formaient pour collecter le loyer national et les signatures de la pétition, des élections avaient lieu pour désigner les délégués à la convention générale.

  • 29 True Scotsman, Y7 novembre ; NS, 10 novembre ; Nottingham Review, 9 novembre 1838.

30Et ce n’était pas tout. Dans des centaines de localités, une culture spécifiquement chartiste naissait, à la fois engagée, festive et souvent mêlée d’humour. Le chartisme écossais, plus sérieux, était en général plus religieux de ton et plus étroitement associé à la tempérance. L’élection du délégué de Stirling et Clackmannan s’ouvrit sur une prière. Cela rappela au journaliste du True Scotsman « les Covenantaires d’autrefois, [qui] proclamaient les doctrines de la Réforme sur les collines, dans les montagnes et sur les bruyères ». Les trade-unions locaux venaient avec leurs bannières (« Nous écraserons la corruption », clamait celle des tisserands de Stirling), de même que parfois les mutuelles locales. La procession vers la forêt de Nottingham, où la pétition fut officiellement adoptée le 5 novembre et où Wade fut élu délégué à la convention, fut menée par un officier à cheval et accompagnée par trois fanfares. On y voyait les couleurs chartistes, en soie verte et violette, ainsi que le drapeau du syndicat des forgerons et de l’association des tailleurs, la bannière de la société mutuelle de Hyson Green, la bannière de dentelle blanche de la Nottingham Female Political Union, des drapeaux tricolores bleu-blanc-rouge, celui de l’Union Jack, la tête de mort et les os croisés, le bonnet phrygien au bout d’une pique et le faisceau, généralement ficelé autour d’une hache, symbole de la République romaine signifiant « L’Union fait la force29 ».

  • 30 Données établies à partir de l’appendice à D. Thompson, The Chartists : Popular Politics in the Ind (...)
  • 31 [W. Lovett], Radical Reformers of England, Scotland,Wales, to the Irish People, Londres, Cleave, 18 (...)

31La participation féminine fut un facteur décisif dans la formation du chartisme. La FPU de Nottingham était l’un de la bonne centaine de groupes chartistes de femmes apparus en 1838-1839. Pour mettre ce chiffre en contexte, il convient de signaler que l’on dénombre à cette époque au moins 430 organisations chartistes sans précision de sexe (et donc très majoritairement masculines). Une activité chartiste sans organisation officielle est attestée dans plus de 200 autres localités. Au total, donc, près de 640 communautés d’Angleterre, du sud et du centre du pays de Galles et des basses terres écossaises abritèrent l’activité chartiste sous une forme ou une autre au cours des dix-huit mois qui suivirent la publication de la Charte du Peuple. Ce chiffre est impressionnant si on le compare aux 120 Political Unions (dont un tiers éphémères) qui existaient en 1830-183230. En outre, cette croissance vigoureuse allait bien au-delà des 133 associations incluant prétendument « les réformateurs radicaux d’Angleterre, d’Écosse et du pays de Galles » selon la LWMA en octobre 183831.

  • 32 Pour la FPU de Birmingham, voir H. Rogers, « What right hâve women to interfère with politics ? », (...)
  • 33 Un article de la Montrose Review consacré à « l’association féminine » de Kirriemuir, cité dans le (...)

32Les sociétés de femmes naquirent début 1838 de l’agitation anti-Poor Law, la FRA d’Elland en étant un bon exemple. La principale période de croissance suivit néanmoins la formation de la FPU de Birmingham au printemps 1838, à l’initiative de Thomas Salt32. Certaines associations féminines comptaient de très nombreux membres : la FPU de Birmingham en avait 3 000, par exemple. Il s’agissait pourtant le plus souvent de sociétés liées à une communauté : on en dénombrait 29 à Elland quand sa FRA fut fondée ; à Bradford, elles regroupaient les habitants de telle ou telle rue, voire de telle cour. Les groupes de femmes constituaient parfois la seule activité chartiste connue dans leur communauté, par exemple dans la ville de Kirriemuir, spécialisée dans le tissage de lin pour corsets. Il est inconcevable que quelques-uns au moins des hommes de Kirriemuir n’aient pas été impliqués dans le chartisme, selon toute vraisemblance par le biais de la CA du Forfarshire33.

  • 34 Pour les récriminations d’un chartiste à ce sujet précis, voir Fleet Papers, 9 avril 1842.
  • 35 BL, Add. Mss 34245A, fos 341, FRA de Carlisle à Lovett, 30 avril 1830 ; Thompson, Chartists, op. ci (...)

33L’implication des femmes dans le chartisme ne se bornait pas aux sociétés féminines. Le débat politique était un ingrédient essentiel des réunions de nombreuses amicales féminines, mais il se déroulait à huis clos34. La vie publique du chartisme allait au-delà des processions et des rassemblements, et incluait le porte-à-porte pour recueillir des fonds et des voix ; dans toutes ces activités, les femmes étaient très présentes et, comme nous le verrons au chapitre 3, elles jouaient probablement un rôle crucial dans l’organisation et la mise en place du boycott des commerçants hostiles au chartisme. Dans certaines localités, les FRA organisaient la collecte de signatures de femmes pour la pétition de 1839, comme initiative distincte. Là où l’on dispose de chiffres, les démarches les plus fructueuses (à Ashton-under-Lyne, Carlisle et Wednesbury dans le Black Country) obtinrent environ 20 % de toutes les signatures recueillies dans leur localité. Birmingham et Monmouth obtinrent respectivement 15 et 13 % de signatures féminines35. Ces chiffres ne permettent qu’une approximation si l’on cherche à déterminer la proportion de femmes au sein des 1,28 million de signatures. Ils sont cependant compatibles avec la proportion d’associations spécifiquement féminines par rapport aux sociétés chartistes « masculines ».

  • 36 J. Schwarzkopf, Women in the Chartist Movement, Basingstoke, Macmillan, 1991, p. 239.
  • 37 BL, Add. Mss 34245A, fo 124, Vincent à Lovett, 13 mars 1839 ; HO, 40/42/311, Mason au Home Office, (...)

34Les activités des groupes chartistes féminins ne se limitaient pas aux défilés et aux pétitions. La plupart suivaient le modèle de la WMA locale : des réunions régulières, encadrées par un(e) président(e) de séance, avec conférences et discussions. Les conférenciers étaient souvent des hommes, mais la réciproque était rare : on connaît très peu de femmes ayant pris la parole lors des réunions de sociétés masculines, et pratiquement aucune femme ne fut nommée dans les délégations du chartisme36. Les femmes participaient pourtant pleinement aux rassemblements en plein air, souvent avec enthousiasme : par exemple, lorsqu’il fut bombardé de pierres « à Cirencester, ville toryfiée et whigifiée », Vincent fut stupéfait de voir des femmes donner à l’un des coupables « une bonne raclée » ; un incident semblable se produisit à Stockton-upon-Tees lorsqu’une conférence chartiste fut perturbée, et les femmes comptaient parfois parmi les chartistes accusés de trouble à l’ordre public37.

  • 38 True Scotsman, 22 décembre 1838 (c’est moi qui souligne).
  • 39 Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 47.
  • 40 Voir en particulier D. Thompson, « Women and nineteenth-century radical politics : a lost dimension (...)
  • 41 Stephens et Salt, cités dans Rogers, Authority, op. cit., p. 89 ; Deegan, NS, 1er juin 1839.

35Il est clair que la majorité des chartistes hommes estimaient que les femmes tenaient un rôle subalterne dans le mouvement : « Continuez, Radicales, comme on vous appelle, à œuvrer, les incitait le True Scotsman : nous avons besoin de votre aide pour nous assister38. » Dans le monde de plus en plus sexué du syndicalisme, l’idée même que des femmes puissent signer une pétition adressée au Parlement était novatrice. Quand les United Framework Knitters (le syndicat des tricoteurs au métier) organisèrent une pétition pour le Parlement en 1812, les instructions étaient sans ambiguïté : « Tous les Hommes dans l’industrie peuvent signer, mais pas les Femmes39. » Les femmes avaient pourtant été une force puissante dans le mouvement anti-esclavagiste, précédent souvent cité par les chartistes défendant le militantisme féminin. Les questions idéologiques en jeu étaient plus complexes qu’un simple sexisme inconscient40. Une grande partie de la stratégie rhétorique du chartisme consistait à invoquer un idéal domestique où l’homme gagnait le pain et où la femme était l’épouse et mère « dont les devoirs au sein de la maisonnée devraient être le seul emploi ». Selon Salt, les hommes « avaient conscience de la dégradation infligée à leurs femmes et à leurs enfants, obligés de se rassembler dans des usines pour un labeur qui n’était nullement adapté à leur sexe ou à leur constitution ». Deegan déclara : « Les femmes et les faibles nouveau-nés sont souillés par les contremaîtres lèche-bottes [et] sacrifiés sur l’autel de Moloch [par] les riches, les capitalistes41. »

  • 42 Clark, Struggle, op. cit. ; voir aussi A. Clark, « The rhetoric of Chartist domesticity : gender, l (...)
  • 43 Western Vindicator, 23 février 1839.

36Ces arguments pouvaient être largement étayés en évoquant un âge d’or mythique – le travail des femmes avait été crucial dans l’économie « pré-industrielle ». Mais en militant pour le maintien des femmes à la maison, les chartistes se livraient à une critique virulente de l’exclusivité sociale de la classe moyenne et du rejet implicite de légalité politique que cela entraînait42. Défendre l’idéal domestique en soi justifiait aussi que les femmes se mobilisent pour le chartisme, alors que l’assimilation des idéaux socialistes de Robert Owen – la supériorité de la culture sur la nature dans la formation de la personnalité – signifiait que les femmes se voyaient accorder un rôle important, mais évidemment sexué, pour modeler la société. « Qu’ont à faire les femmes en politique ? demandait Vincent. Tout ! [...] dans une famille [...] comme dans une nation, les sentiments, les coutumes, les désirs et le patriotisme résultent de l’influence de la majorité des mères43. » À mesure que le mouvement prenait de l’ampleur, les chartistes en vinrent à se préoccuper toujours plus d’influencer toutes les dimensions de l’existence humaine, plutôt que de se contenter de la réforme politique. La mobilisation massive des femmes en faveur de la Charte n’était donc pas incompatible avec la limitation explicite du concept de suffrage « universel » aux seuls hommes.

37Ostensiblement, les militantes acceptaient la condescendance de leurs homologues masculins. La FPU de Nottingham déclara ainsi aux « sœurs et compatriotes » :

  • 44 NS, 8 décembre 1838.

Vos énergies considérables sont recrutées afin d’aider ces mesures pour lesquelles nos maris, nos pères, nos frères et nos enfants luttent à présent de façon si active et si zélée, avec à leur tête les meilleurs hommes et les meilleurs patriotes de notre temps. [Voyez] les haillons de vos enfants [...] leur pauvre visage pâle [...] la mine soucieuse de vos maris qui, tout en travaillant comme des esclaves pendant de si nombreuses heures, ne peuvent fournir assez de nourriture et d’habits pour satisfaire les besoins de la Nature44.

  • 45 True Scotsman, 24 novembre 1838 ; Birmingham Journal, 6 octobre 1838 ; le discours de la FPU de Bir (...)

38Pourtant, une lecture attentive de cette adresse « aux Femmes patriotes d’Angleterre » révèle l’invocation constante du « pouvoir » des femmes, plusieurs incitations à « se battre » et cet argument solide : ne plus rien acheter aux commerçants hostiles ramènerait la classe moyenne « à la raison [...] vous, nos sœurs [...] êtes les mieux placées pour porter ce coup, de la manière la plus efficace ». Les femmes membres de la PU de Dunfermline opposaient également la détresse domestique à leurs « oppresseurs [...] festoyant dans le luxe et la débauche ». Elles déclaraient : « S’il y a une femme en Grande-Bretagne qui peut se soumettre docilement à de telles pratiques, elle ne mérite pas le nom de femme. » La FPU de Birmingham l’enonçait sans ambiguïté : « Nous visons la possession du pouvoir dans le but d’abolir toutes les lois injustes. » Même si ces discours cherchaient à rallier les femmes à une cause essentiellement masculine, ils le faisaient en des termes qui étaient spécifiquement ceux des femmes45.

  • 46 0. Ashton, « Western Vindicator and early Chartism », et W.H. Fraser, « The Chartist press in Scotl (...)
  • 47 BL, Add. MSS 34245A, fo 82.

39Une autre caractéristique frappante de la culture chartiste était alors la place que l’imprimé commençait à y prendre. Le chartisme soutenait non seulement le Northern Star mais une pléthore d’autres journaux. Certains étaient des périodiques établis, à tendance radicale, qui adoptèrent la cause chartiste – le Sheffield Iris, le Scots Times et la Scotch Reformers’ Gazette de Glasgow, le Dundee Chronicle, l’ Aberdeen Herald, le Brighton Patriot, le London Dispatch de Hetherington, le Pertshire Chronicle et le Weekly True Sun de la capitale. Parmi ces titres dominait le vigoureux Northern Liberator, publié à Newcastle depuis octobre 1837. Avec ses trois éditions séparées et ses ventes hebdomadaires dépassant les 4 000 exemplaires, le Liberator fut le seul journal autre que le Northern Star (et, en Écosse, le True Scotsman) à avoir une diffusion considérable au-delà de sa région d’origine. En 1838, trois nouveaux journaux chartistes écossais furent créés : l’Ayrshire Examiner, le Monthly Liberator de Glasgow et le True Scotsman implanté à Edimbourg – dont le titre visait directement le Scotsman whig –, outre l’Operative de Bronterre O’Brien, basé à Londres. Début 1839, ils furent rejoints par deux importants titres anglais : le Western Vindicator de Vincent – implanté à Bristol mais particulièrement influent dans le sud du pays de Galles – et le Charter de la LWMA, avec ses rivaux le Chartist et le London Democrat46 Le Northern Star l’emportait pourtant sur chacun de ces périodiques. Ses ventes hebdomadaires moyennes de 11 000 exemplaires au cours de l’année 1838 lui conféraient une diffusion plus forte que n’importe quel autre journal publié hors de Londres. Sa domination est clairement démontrée par une enquête réalisée dans la ville d’Old Cumnock, dans l’Ayrshire, où sur un total de 110 chartistes, on comptait un abonnement au Charter, un à YOperative, deux à l’Ayr Examiner, deux au True Scotsman, mais six au Northern Star47

  • 48 J. Burnett, Useful Toil, Londres, Allen Lane, 1974, p. 308 ; B. Grime, Memory Sketches, Oldham, Hir (...)

40Ces chiffres, douze journaux pour 110 chartistes, invitent inévitablement à se demander quelle était l’influence de ces périodiques. Par chance, il existe quantité de témoignages sur le mode de consommation des journaux, en particulier pour le Northern Star. « Un homme m’a prêté son journal vieux d’une semaine pour un penny », se rappelait un apprenti de 16 ans, à Bingley, dans le West Yorkshire. « Et je le lui ai rendu au bout d’une semaine. » Un autre jeune homme, Ben Grime, à Oldham, achetait le journal tous les samedis pour le lire tout haut à son père et à ses voisins, tout en buvant la bière faite maison. À Failsworth, dans le Lancashire, un tisseurde velours adolescent se souvenait que le Star avait fait l’objet d’un « abonnement pour mon père et cinq autres. Tous les dimanches matins, les abonnés se réunissaient chez nous pour écouter s’il y avait un espoir que la “bagarre” attendue ait lieu. Ma tâche était de lire à haute voix pour que tous puissent entendre en même temps ». Non loin de là, à Mossley, la WMA locale signalait : « Nous lisons les nouvelles de la semaine, et les discutons paragraphe par paragraphe à mesure qu’on les lit. » À Middlesbrough, le Northern Star et d’autres journaux radicaux étaient « généralement lus au milieu d’applaudissements sonores ». Des arrangements collectifs de ce genre sont connus à Nantwich, dans le Cheshire, dans les ateliers de peigneurs de laine à Great Horton, Bradford – dans chacun desquels « on s’abonnait toujours au Northern Star »–, dans les ateliers de tricot du Leicestershire et dans les villages entourant Halifax. La typographie du Northern Star, avec son usage abondant des majuscules, des italiques et des points d’exclamation, sans oublier son habitude de reporter les discours mot pour mot, aidait à transformer ces lectures en événements quasi théâtraux48. Rétrospectivement, le chartisme peut être perçu comme coïncidant presque avec le passage d’une culture populaire largement orale vers une autre, principalement fondée sur l’écrit. À travers le Northern Star, O’Connor put s’épanouir dans ces deux univers. C’est cela qui, joint à une énergie impressionnante et à une certaine témérité, rendait impossible de ne pas tenir compte de ce personnage.

Controverses

41Vers la fin de l’année 1838, la stature grandissante d’O’Connor devint plus qu’évidente, lors des confrontations qui l’opposèrent à la BPU et aux principaux réformateurs écossais. Avec le recul, on discerne déjà les lignes de faille qui devaient être fatales au chartisme. Mais à l’époque, le plus frappant était la domination de l’autorité personnelle d’O’Connor.

  • 49 W.H. Fraser, Conflict and Class : Scottish Workers, 1700-1838, Édimbourg, John Donald, 1988, p. 110 (...)

42Même s’il avait pris soin de soigner cette région, O’Connor était loin d’être reconnu en Écosse comme un leader quand le chartisme s’y enracina. Brillant par son absence à Glasgow Green en mai 1838, ses apparitions avant et après avaient été sporadiques. Les plus vives influences en Écosse étaient probablement celles d’Abram Duncan et de John Fraser, rédacteur en chef du True Scotsman. Au cours de l’été et de l’automne, tous deux menèrent une efficace campagne de publicité au nom du mouvement naissant, dans l’est de l’Écosse, dans les basses terres et le long de la frontière avec l’Angleterre. Ni l’un ni l’autre n’était modéré, mais tous deux furent frappés par la réticence, au-delà de Glasgow du moins, à recourir à la violence. Les délégués à la convention élus par ces régions étaient le plus souvent des modérés : parmi eux, Patrick Matthew, propriétaire terrien et marchand de grain, pour les comtés de Perth et de Fife, et l’universitaire William Villiers Sankey. Le vigoureux John Taylor, en revanche, ne parvint pas à être nommé dans son Ayrshire natal. Le souvenir des événements mémorables de la Régence était plus vif en Écosse qu’en Angleterre. Plutôt que les conspirations révolutionnaires de cette époque, les radicaux anglais prenaient pour référence Peterloo, qu’ils voyaient de façon assez plausible comme un assaut injustifié de l’État contre des individus sans défense. Dans la mentalité populaire, la conspiration de Cato Street en 1820 fut généralement refoulée – même si une poignée de chartistes londoniens, dont John George et Thomas Preston, y avaient été impliqués. En Écosse, par ailleurs, la référence commune était l’echec de « l’insurrection » de 1820, à la suite duquel trois travailleurs avaient été pendus, seize autres déportés, et bien davantage encore (dont Fraser) emprisonnés49. Les condamnations prononcées contre les fileurs de coton de Glasgow en 1838 augmentèrent également l’appréhension.

  • 50 True Scotsman, 24 novembre et 1er décembre 1838.

43Étant donné le malaise croissant que l’humeur violente des meetings chartistes anglais inspirait à la presse, il n’est pas étonnant que Duncan et Fraser aient adopté une position préconisant la « force morale », plus proche de celle de leur auditoire. Dans une série de lettres à O’Connor et Stephens, publiées en une du True Scotsman, Duncan affirmait que « la révolution par la force physique n’a encore jamais bénéficié à la grande masse du peuple ». Comment obtenir l’objectif global du chartisme si ses arguments constitutionnels et moraux étaient négligés ? Cette question allait dominer les débats internes pendant toute l’année à venir. Une claire majorité de chartistes partageaient le point de vue exprimé dans le slogan : « Par la paix s’il se peut, par la force s’il le faut. » Duncan et Fraser, en revanche, avaient une vision plus puriste : « Vous savez que, pour atteindre efficacement un but, les moyens moraux doivent être employés avec zèle, persévérance et patience pour garantir le succès, écrivit Duncan. Il suffit de chuchoter qu’ils pourraient échouer pour paralyser, voire anéantir leur influence50. »

44Les lettres de Duncan furent suivies par des projets de résolutions proclamant l’attachement des chartistes écossais aux moyens de réforme constitutionnels, que Duncan et Fraser diffusèrent dans toutes les localités écossaises avec une invitation à envoyer des délégués à Edimbourg pour débattre du problème. Cette initiative fut loin de faire l’unanimité. La WMA d’Ayr, par exemple, riposta par une question qui résumait le dilemme tactique (et interprétatif, pour les historiens) lié à la force morale et physique. Ses membres ne pouvaient

  • 51 Cité dans Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 61.

envisager la résolution nationale proposée, de n’utiliser que des moyens moraux, autrement que comme une capitulation inconditionnelle ; car si nous ne pouvons parler aux craintes de nos oppresseurs [...] nous ne pourrons jamais parler efficacement à leurs sentiments. Que peut-on espérer obtenir, après leur avoir déclaré qu’ils n’ont rien à redouter de la force physique51 ?

  • 52 NS, 15 décembre, et True Scotsman, 22 décembre 1838 ; Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. ci (...)

45L’assemblée qui eut lieu les 4 et 5 décembre au Johnstone’s Tempérance Coffee House, à Édimbourg, ne déplaça pas les foules : il n’y avait qu’une cinquantaine de délégués représentant 19 localités sur environ 80. Fraser prétendait avoir reçu 60 réponses écrites, dont 53 en faveur de l’approche que Duncan et lui défendaient. L’ambiance générale de la réunion était décidément hostile au recours à la force physique, ce en quoi elle était soutenue par le révérend Patrick Brewster, importante personnalité dissidente de l’Église d’Écosse. Cette humeur s’incarna dans la série de résolutions votées, Brewster présidant la séance, lors d’un meeting aux flambeaux délibérément paisible, à Calton Hill, le 5 décembre – paisible, en dehors de la véhémence avec laquelle furent attaqués « les partisans de la force physique, les Stephens et les Oastler ». Brewster lui-même exempta O’Connor de toute critique, mais les résolutions de Calton Hill allaient complètement à l’encontre de la stratégie de ce dernier visant à préserver l’unité du chartisme, et à l’encontre de la stratégie – partagée par l’écrasante majorité de ceux qui se disaient chartistes – de réserver explicitement la force physique comme solution de repli au cas où la persuasion morale échouerait52.

  • 53 Ayr Examiner cité dans Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 63-64.

46De plus, le ralliement à la cause chartiste d’une recrue de la classe moyenne comme Brewster pouvait être perçu comme un argument supplémentaire invitant à renouveler l’alliance des whigs et des radicaux pour la réforme. C’était l’objectif constant d’O’Connell, et la cause semblait devoir bientôt trouver un nouveau partisan de renom avec le retour en Grande-Bretagne de lord Durham, ancien gouverneur général du Canada qui désapprouvait la manière dont le gouvernement avait géré le soulèvement dans la colonie. Mais O’Connell était un opportuniste qui avait perdu l’estime des travailleurs syndiqués, et Durham un dilettante irascible dont la réputation de radical reflétait la pose d’autrefois plutôt que les actes d’alors. O’Connor le savait ; il savait aussi qu’une telle évolution, même superficielle et éphémère, pourrait nuire au mouvement chartiste naissant. Le soutien que Brewster apportait à O’Connell fut assurément exagéré par O’Connor, mais d’éminents chartistes écossais partageaient cette opinion, notamment le bailli de Kilmarnock, Hugh Craig. Drapier, Craig présidait la PU locale, finançait l’Ayr Examiner chartiste et l’emporta sur son rival Taylor lors de l’élection du délégué de l’Ayrshire à la convention. Certains éléments de la LWMA n’étaient pas contre la formation d’une sorte d’alliance avec les whigs, mais cela gênait sans doute moins O’Connor53.

  • 54 NS, 12 janvier 1839.
  • 55 Lettre à P. Fitzpatrick, 11 février 1839, reproduit dans D. O’Connell, The Correspondence of Daniel (...)

47La réaction d’O’Connor fut de se précipiter en Écosse pour six jours de frénésie. Ce n’est pas seulement son autorité personnelle qui était en jeu. Il voulait accentuer la distinction entre chartisme et « faux radicalisme », éliminer une fissure potentiellement dommageable au sein du chartisme écossais, et clarifier sa position stratégique. « Je vous ai dit d’obtenir le suffrage universel par la force morale si possible, déclara-t-il lors d’un meeting au Freemasons’ Hall d’Édimbourg, et les moyens moraux sont adéquats pour cette fin, mais si les moyens moraux ne peuvent obtenir le Suffrage Universel, obtenez-le au péril de votre vie54. » Feargus faillit lui-même en mourir. Le rythme de cette campagne s’avéra trop soutenu et, début février, la rumeur voulait qu’il soit à l’agonie, suite à la rupture d’un vaisseau sanguin. Même Daniel O’Connell fut ému : « Le pauvre malheureux ! Après tout, je suis sincèrement désolé de son décès prématuré55. » Mais Feargus fut bientôt remis sur pied.

48Une semblable controverse avait empoisonné les relations entre le conseil de la BPU et O’Connor. Alors qu’Attwood continuait à laisser entendre que la force physique serait employée si les manifestations paisibles échouaient, tout comme en Écosse Joseph Rayner Stephens semblait prêt à adopter la violence comme voie immédiate, et non ultime, d’accès à la réforme, les disciples d’Attwood étaient désemparés. Quand le conseil de la BPU délibéra en octobre, Thomas Salt se montra particulièrement éloquent pour dénoncer Stephens et O’Connor : en déclarant que la Charte serait obtenue avant telle date précise, ils brandissaient explicitement la menace de la violence. Lors de la réunion du mardi 13 novembre, le conseil fut soudain interrompu quand O’Connor entra, sans être annoncé, et sans présenter ses excuses. Salt était absent, mais un débat houleux s’ensuivit. Seul John Collins proposa un terrain d’entente, tout en disant bien à O’Connor que seule la convention pouvait décider s’il fallait fixer une date-butoir. O’Connor acquiesça sur ce point, mais exigea de revenir la semaine suivante discuter du principe général.

  • 56 Birmingham Journal, 1er décembre 1839 ; et aussi 17 et 24 novembre.

49Le conseil de la BPU se réunissait publiquement tous les mardis et, quand il fut de nouveau assemblé, le 20 novembre, la salle était remplie de spectateurs. Beaucoup d’autres furent exclus et se plaignirent si bruyamment que la séance fut plusieurs fois perturbée. D’un commun accord, ce que l’on considérait désormais comme la lutte de gladiateurs opposant Salt à O’Connor fut repoussé d’une semaine encore, et l’hôtel de ville fut loué pour l’occasion. Comme pour beaucoup d’affrontements tant attendus, la rencontre s’avéra décevante. La veille, lors d’une entrevue en privé, apparemment arrangée par Collins, les deux adversaires avaient accepté de débattre uniquement sur les principes de leurs positions ; Salt, s’attendant sans doute à prendre une raclée, demanda pardon à O’Connor : « Il n’y avait jamais eu le moindre différend personnel entre Mr. O’Connor et lui-même », déclara-t-il devant la foule massée dans l’hôtel de ville, et « il se considérait comme l’un des meilleurs amis de la réforme ». Pour sa part, toujours soucieux de cohésion, O’Connor soutint une résolution condamnant l’exhortation à la violence. Son autorité morale semblait presque inattaquable, et il se servit des deux semaines de délai pour faire connaître son point de vue dans le Northern Star, en se présentant comme le défenseur des droits du peuple56.

  • 57 Par exemple Robert Lowery dans son autobiographie (1856-7), reproduite dans B. Harrison et P. Holli (...)
  • 58 NS, 17 novembre 1838.

50Quand commença l’année 1839, le chartisme jouissait d’une certaine force. Le climat, particulièrement rigoureux en janvier, et l’attente de la convention tempérèrent l’impact qu’aurait pu avoir l’interdiction gouvernementale des rassemblements aux flambeaux. Du moins Stephens était-il en liberté. Certains chartistes bien placés pensaient même qu’il avait délibérément cherché à se faire arrêter afin de s’assurer une occasion de contester la légalité de la New Poor Law devant un tribunal57. Le 12 janvier, le Northern Star parut avec un nouveau bandeau à la une. On y voyait le faisceau, un poireau, des trèfles, un chardon, une rose, des feuilles de chêne et, au centre, une presse d’imprimerie entourée de rayons, comme un soleil. Cette presse évoquait la machine qui, avec la légende, « Le savoir, c’est le pouvoir », avait figuré sur chaque numéro du grand journal illégal, le PoorMan’s Guardian (1831-1835). Le chartisme prenait une dimension culturelle qui allait bien au-delà du simple mouvement de protestation. En même temps, contre l’arrière-plan d’une dépression économique exceptionnellement grave, il mobilisait de plus en plus. Sans structure organisationelle globale, il parvenait à collecter des fonds, à faire signer sa pétition et à élire des délégués à sa convention nationale. Deux mois auparavant, à Wigan, Stephens avait incité ses auditeurs à « se mettre au travail comme de braves gars, et pour de bon58 ». Avec l’année nouvelle, les chartistes donnaient en tout point l’impression d’avoir suivi ce conseil.

Vies chartistes. Patrick Brewster

  • 59 NS, 29 décembre 1838.
  • 60 H. Scott, Fasti Ecclesiae Scoticanae, Édimbourg, Oliver & Boyd, 1920, vol. 8, p. 169- 170 ; entrées (...)

51Lorsqu’il entendit parler du meeting de Calton Hill, O’Connor feignit de croire que les radicaux avérés n’abandonneraient jamais la cause. « Fraser, je t’aime, déclara-t-il ; Duncan, je te remercie » ; mais avec Patrick Brewster, il fut sans appel : « Brewster, je ne te connais pas59. » Cela n’avait rien d’infondé. Jusque-là, Brewster n’avait joué aucun rôle au sein du chartisme écossais et, en tant que pasteur de l’Église d’Écosse, il était sans ambiguïté membre de l’ordre établi. Lord Aberdeen, futur Premier ministre, lui avait offert la cure de Paisley Abbey en 1818, au nom du marquis d’Abercorn. Sa première femme (morte en 1831) était la fille d’un colonel. Mary, la seconde, qu’il épousa en 1834, était la fille de son prédécesseur à Paisley, loyaliste inébranlable. Savant distingué et éminent intellectuel écossais, sir David Brewster, frère de Patrick, était directeur de college à l’université de St Andrews60.

  • 61 P. Brewster, Duties of the Présent Crisis, with a Spécial Reference to the Liberated Negroes in the (...)
  • 62 S. Mechie, The Church and Scottish Social Development, 1780-1870, Londres, Oxford University Press, (...)

52Patrick Brewster, âgé de 50 ans, avait pourtant l’habitude d’énoncer bien haut ses opinions sur les questions politiques et sociales. Il avait défendu les participants aux troubles écossais en 1820 et il avait ardemment fait campagne pour l’abolition de l’esclavage. Contrairement à beaucoup d’abolitionnistes de la classe moyenne, néanmoins, Brewster appelait « esclavage blanc » les conditions de vie de beaucoup de travailleurs de son pays, « l’ouvrier britannique [étant] aussi à la merci de son Maître que s’il était un esclave nègre ». En cela, il était clairement influencé par l’une des personnalités inspiratrices du chartisme, Oastler. En même temps – là aussi contrairement à beaucoup d’abolitionnistes – Brewster déplorait que les esclaves affranchis restent politiquement et économiquement soumis à leurs anciens propriétaires61. Il soutenait également l’émancipation des catholiques et le home rule irlandais. Son apparition à la tribune avec Daniel O’Connell en 1835 avait été officiellement désapprouvée par l’Église, décision contre laquelle il protesta à grands cris (et en vain), allant jusqu’à faire appel devant l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse62.

  • 63 NS, 29 décembre 1838 ; Report of a Soirée in Honour of the Rev. Patrick Brewster, Paisley, Caldwell (...)
  • 64 B. Wilson, « The struggles of an old Chartist » (1887), dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radica (...)

53Quant au rôle d’un prêtre chrétien dans les affaires politiques, Brewster en avait la même conception que J.R. Stephens : appliquer « les règles des commandements de Dieu » aux institutions politiques et sociales. Devant un auditoire à Paisley, il déclara en novembre 1838 : « Notre politique est la politique de la Bible – la religion de la Bible ; leur politique est la politique de l’État et, permettez-moi d’ajouter, la religion de l’État63. » Parmi le clergé de l’Église officielle d’Écosse, Brewster était le seul à soutenir ouvertement le chartisme. Et il n’avait guère plus d’homologues au sein de l’Église d’Angleterre, le plus proche étant Arthur Wade. Rien de tout cela (malgré son association avec O’Connell) ne suffit à recommander Brewster aux yeux d’O’Connor, qui se méfiait beaucoup de l’establishment politique et religieux. Il avait aussi l’habitude de juger trop vite les personnalités, ce qui, joint à sa tendance à l’exagération, l’entraînait parfois à tenir des propos qu’il regrettait ensuite. Après avoir un jour accueilli un prédicateur laïc méthodiste pour ouvrir un rassemblement chartiste par une prière, en promettant que « quand nous obtiendrons la Charte du Peuple je veillerai à ce que vous soyez fait archevêque d’York », O’Connor décida donc, sur la base d’une poignée d’articles concernant des meetings ayant eu lieu à plus de trois cents kilomètres, que Brewster était un « serpent » dont il devait régler le cas personnellement et immédiatement. Rapportant que Brewster n’avait pu empêcher l’élection de Taylor comme délégué pour Paisley et le Renfrewshire, le Northern Star évoquait les « faux radicaux et espions du gouvernement, avec à leur tête le révérend Patrick Brewster64 ».

  • 65 Notes marginales dans un annuaire local pour 1841-1842 conservé au musée de Paisley, cité dans T.C. (...)
  • 66 NS, 19 janvier 1839 et 29 décembre 1838.

54Pour sa part, Brewster ne recherchait pas comme la BPU un compromis avec O’Connor. « Opiniâtre, furieux et enflammé » selon un contemporain, bien qu’homme éloquent et à principes (parfois au point d’en être ennuyeux), Brewster savait trop bien ce qu’il voulait pour se laisser influencer par la négociation65. O’Connor voyait en lui « l’un des individus les plus orgueilleux, insolents et tyranniques qui soient au monde ». Hélas pour Brewster, les meetings chartistes bondés n’avaient rien à voir avec les offices religieux et il faisait bien moins bonne impression à la tribune qu’en chaire. Par deux fois en janvier 1839, à Paisley et à Glasgow, Brewster accepta des invitations à débattre avec O’Connor et, à chaque fois, l’ambiance du meeting s’avéra hostile à lui. O’Connor défendit les propos les plus extrêmes que Stephens avait pu tenir comme des déclarations isolées, formulées dans la chaleur du moment. Il mit l’accent sur son adhésion constante au slogan « Par la paix s’il se peut, par la force s’il le faut. » Prétextant que les résolutions de Calton Hill créaient une impression de division, ce qui encouragerait encore les ennemis du chartisme, O’Connor joua sur l’émotion en disant que « Brewster et sa malhonnêteté étaient la cause de l’arrestation de Stephens ». O’Connor se montra conciliant envers Fraser, moins envers Duncan, qu’il accusait d’opportunisme et d’hypocrisie. Il cita à plusieurs reprises un discours prononcé trois mois auparavant, dans lequel Duncan faisait référence à la bataille de Bannockburn et aux « bonnets bleus » prêts à marcher sur l’Angleterre pour « détruire plus d’abominations que leurs ancêtres n’avaient quitté leurs montagnes pour en détruire66 ». O’Connor écartait purement et simplement Brewster, qu’il surnommait « Monsieur Philosophie morale. »

  • 67 À propos du congrès, voir chapitre 5 de ce livre, et A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, (...)
  • 68 NS, 16 janvier 1841 ; Constitution of the Greenock Christian Chartist Congrégation, Greenock, 1841, (...)
  • 69 Chartist Circular, 28 mars 1840.

55Les fissures du chartisme écossais avaient été masquées plutôt que réparées, pour deux raisons essentielles. D’abord, si le sentiment nationaliste pouvait se méfier du gouvernement implanté en Angleterre, il pouvait aussi affirmer le droit à l’autodétermination du chartisme écossais. En mai, Brewster lança l’appel pour une convention écossaise distincte. Le 14 août, quand un « Congrès des délégués écossais » finit par se réunir, il était loin d’être sous la tutelle de Brewster, mais il eut une influence très nette sur la formation de ce qui devait être un événement significatif dans l’histoire du chartisme écossais67. Ensuite, les idéaux religieux étaient rarement loin de la surface du chartisme. En Écosse surtout, des églises chartistes étaient apparues, combinant ouvertement la solidarité politique à un évangile social radical. Selon le Northern Star, « le Jour du Seigneur, on trouve un lieu de culte chartiste dans presque toutes les villes importantes entre Aberdeen et Ayr », même s’il n’existait en fait qu’une trentaine de congrégations. Détail frappant, la plupart étaient situées dans l’ouest de l’Écosse, place-forte des covenantaires au xviie siècle. Il existait aussi une vingtaine d’églises chartistes en Angleterre, mais beaucoup furent éphémères. Ces congrégations anglaises tendaient vers l’humanisme religieux alors que les églises écossaises étaient plus orthodoxes sur le plan théologique : la Constitution of the Greenock Christian Chartist Congrégation, par exemple, affirmait la divinité et la résurrection du Christ, et déclarait que la Bible constituait la révélation complète de la volonté de Dieu68. Les diverses églises chartistes mettaient néanmoins l’accent sur la validité du clergé laïque : « Le baptême est aussi sacré délivré par un missionnaire chartiste que par n’importe quel clergyman du royaume, pouvait-on lire dans le Chartist Circulas écossais. Le saint sacrement de la Communion est aussi sacré dispensé par un prédicateur laïque que par un évêque [...] Telle était la pratique des Églises primitives69. »

  • 70 Voir en particulier son Essay on Passive Obedience, 2e éd., Paisley, Cuthbertson, 1836, et Seven Ch (...)

56Il y avait donc au sein du chartisme écossais un contingent substantiel et croissant auquel Patrick Brewster imposait le respect. Sa réputation s’appuyait à la fois sur son prêche d’un évangile social fortement politisé, sur ses réactions pratiques aux problèmes des ouvriers de Paisley et sur ses conflits fréquents avec les autorités de l’Église. Et si Brewster était un vigoureux avocat du devoir religieux d’obéissance passive70, la version qu’il en donnait ne se bornait pas à un acquiescement muet :

  • 71 Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 42 et 44.

Une grave crise [...] n’est pas loin. Il y a deux grands partis en mouvement, les amis de la liberté et ses ennemis. Il y a deux grands intérêts opposés qui s’affrontent en un combat fixe et insoluble. Ce combat oppose la liberté au despotisme [...] Quel est donc votre devoir, dans quel camp vous rangerez-vous [?] Chaque membre de la communauté [...] a sa part [...] de culpabilité dans tout acte d’oppression, lorsqu’il cesse d’élever la voix contre le pouvoir usurpé, ou d’exiger l’abrogation d’une loi injuste71.

  • 72 Affiche, « Pétition of the Unemployed Opératives of Paisley », 20 novembre 1839, Renfrewshire Count (...)
  • 73 Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 79 et suiv. et 201-221.

Brewster mit cette philosophie en application en novembre 1839, lorsqu’il rédigea, au nom des chômeurs de Paisley, le texte d’une pétition adressée au prévôt, aux magistrats, au conseil municipal, aux « manufacturiers et autres riches habitants de la ville ». Bien que conscient des mesures visant à soulager la détresse, Brewster exigeait « la satisfaction confortable des nécessités présentes [...] non comme un don charitable, mais comme un droit à la propriété, dont nous sommes investis par les lois de Dieu et de ce royaume72 ». Cet argument inspiré de Cobbett était largement répété par les militants anglais contre la Poor Law : le secours au pauvre était un droit légal et moral, comparable à celui du laboureur indépendant qui cultive sa propre parcelle. Cobbett associait cela aux effets des enclosures, à l’usurpation des terrains communaux et à la perte, lors de la réforme, de terres monastiques jusque-là utilisées à des fins charitables. Brewster développa cet argument dans le troisième de ses « sermons chartistes » et dans l’un de ses « sermons militaires » sur un texte de l’Ecclésiaste : « Le profit de la terre est pour tous73. »

  • 74 Minutes du presbytère de Paisley, cité dans Mechie, The Church and Scottish Social Development, op. (...)

57Les sermons militaires devaient leur titre à une autre querelle dans laquelle Brewster se trouva entraîné en 1842, lorsque l’officier commandant la garnison de Paisley retira ses troupes de la parade religieuse à cause du prêche de Brewster – l’un de ses sermons était contre l’enrôlement dans l’armée, parce que le soldat vendait « sa liberté morale aussi bien que physique ». Le cas fut porté devant les autorités de l’Église, où il fut relié aux plaintes selon lesquelles Brewster avaient également prêché dans l’une des églises chartistes de Glasgow. La commission d’enquête était « unanimement d’avis qu’une telle conduite est hautement condamnable chez un ministre de l’Évangile, impliquant une violation de l’ordre ecclésiastique, un mépris des convenances, une profanation du Jour du Seigneur, une désacralisation du ministère chrétien voulu par Dieu pour évangéliser les pauvres, et un encouragement répréhensible à un système de désorganisation et d’anarchie tant au sein de l’Église que de l’État74 ». Une procédure de suspension fut entreprise et, en février 1843, un « libelle » (accusation selon le droit écossais) de 93 pages fut présenté contre Brewster.

  • 75 Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 420-423 ; W.C. Smith, 1872, cité dan (...)

58Pour un lecteur laïque moderne, il est difficile de comprendre la gravité des questions soulevées par Brewster. Selon les souvenirs d’un autre clergyman, « un Radical comme Patrick Brewster, de Paisley, était considéré comme à peine mieux qu’un infidèle ». De plus, ces événements se déroulèrent à une époque de troubles croissants pour l’Église, en rapport avec le droit qu’avaient les propriétaires terriens (heritors) de nommer des ecclésiastiques contestés par leurs paroissiens. En mai 1843 eut lieu la « Disruption », schisme irrévocable au cours duquel un tiers du clergé et la moitié des laïcs quittèrent l’Église d’Écosse pour créer l’Église libre. Brewster exprima sa sympathie pour la sécession dans le titre des sermons qu’il publia cette année : Sept discours chartistes et militaires traînés devant les tribunaux par le marquis d’Abercorn, et autres heritors de Paisley Abbey. Il aurait lui-même pu rejoindre l’Église libre – comme le fit son frère – mais son conservatisme social l’en dissuada75. Cependant, venant trois mois après le libelle présenté contre lui, la Disruption évita à Brewster la suspension, car l’Assemblée générale, assaillie par des questions plus urgentes, était soucieuse de minimiser la dissidence au sein de ce qui restait de l’Église établie. En décembre, il fut officiellement acquitté de toute charge.

  • 76 Thomas Johnston, « Introduction » à P. Brewster, Chartist and Socialist Sermons, Glasgow, Forward, (...)

59Alors que le dossier contre lui était encore en cours d’instruction, et alors qu’il était accusé de négliger ses devoirs officiels, Brewster avait continué à se consacrer à un large éventail d’activités non religieuses. À Paisley il était l’une des forces motrices de la Société pour la protection des pauvres sans ressources, et il remplit diverses fonctions au sein de la Société d’abstinence totale. Brewster ne cachait pourtant pas ses priorités : « Le chartisme était indestructible, déclara-il à un synode régional, et continuerait sa marche en avant jusqu’à ce qu’il soit intégré à la Constitution de Grande-Bretagne. » En 1840, il affirma : « Je ne consacrerai jamais ni mon temps ni mon argent à un autre objectif que le chartisme. » Il tenta à plusieurs reprises de purger le mouvement de la force physique ; quelques New Moral Force Associations séparatistes furent fondées en 1839, mais elles n’étaient que huit environ, sur la centaine de localités écossaises où il existait une association chartiste. Certaines autres localités, d’accord avec Brewster sur le principe, refusèrent de se séparer du corps principal du chartisme76.

  • 77 Cité dans Wilson, Chartism Movement in Scotland, op. cit., p. 120.
  • 78 Fladeland, Abolitionists, op. cit., p. 118 ; voir Chartist Circular, 29 mai 1841, pour un article d (...)
  • 79 P. Brewster, The Périls and Duties of the War, 1858, cité dans E.G. Lyon, Politicians in the Pulpit(...)

60En septembre 1840, sans se laisser dissuader, il fit campagne avec l’aide de John Fraser pour créer une General National Association for Moral Force Chartists, initiative qui inspira au Scottish Patriot ce commentaire acide : partout où les deux hommes militaient en faveur du chartisme, « la cause est sûre de reculer ou de stagner77 ». Brewster était pourtant loin d’être marginalisé : il est tentant de voir le chartisme comme divisé en deux factions incompatibles, « la force morale » et « la force physique », et de les associer respectivement à la modération et à l’extrémisme politique. Mais la réalité était bien plus fluide : même quelqu’un d’aussi militant que Brewster dans son attachement à la force morale pouvait parfois gagner le respect de ses adversaires. En avril 1841, par exemple, il mena la fronde des membres de la classe moyenne qui déboucha sur l’élection de dix-sept chartistes au bureau exécutif de la Glasgow Emancipation Society. L’abolitionniste radical américain John Anderson Collins était alors en visite en Grande-Bretagne, et selon lui les Américains avaient le devoir de soutenir le chartisme tout comme les Britanniques devaient soutenir l’abolition de l’esclavage, parce que l’establishment anglais « avait envers la pauvreté les mêmes préjugés que nous envers la couleur de peau78 ». À Brewster revient autant qu’a tout autre le mérite d’avoir noué des liens entre le chartisme et les abolitionnistes américains radicaux. Vers la fin de sa vie, il conçut une vision personnelle de l’évangile social pour lutter contre le racisme : « Dieu a fait d’un seul sang toute la famille de l’homme. » En 1857 il attaqua violemment la politique britannique en Inde, qu’il jugeait raciste79.

  • 80 NS, 23 et 30 octobre, 6 et 13 novembre 1841.

61Une étrange relation s’instaura entre Brewster et O’Connor quand ce dernier revint en Écosse pour une tournée de discours en 1841. Le clergyman suivit les pas d’O’Connor à tel point qu’ils acceptèrent tous deux de se présenter ensemble dans quantité d’endroits pour débattre des points qui les divisaient. Bien qu’il se soit beaucoup amélioré en tant qu’orateur par rapport à leurs affrontements de 1839, Brewster n’obtenait que l’adhésion d’une minorité à chaque meeting. Du point de vue d’O’Connor, ces débats rendaient manifestes sa propre maîtrise de la tribune et son opinion soigneusement nuancée quant à la violence politique. La plupart des chartistes tiraient leurs informations du Northern Star, où chaque entrevue fut longuement relatée, tantôt comme un procès, un duel ou une rencontre sportive. Selon le journal, O’Connor sortait toujours vainqueur, son opposant « réduit à se tordre sous les coups d’un orgueil outragé et d’une indignation virile ». Il est peu probable que Brewster ait été aussi malmené que le prétendit le Northern Star, mais il essuya de lourdes pertes lors des votes de confiance à Aberdeen, à Glasgow et, curieusement, à Paisley80. Bien malgré lui, Brewster renforça l’emprise d’O’Connor sur le chartisme, au lieu de l’affaiblir.

  • 81 NS, 12 mars 1842.
  • 82 P. Brewster, Wellington “Weighed in the Balance” ; or, War a Crime, Self-Defence a Duty, Paisley, C (...)
  • 83 Le poète écossais Robert Burns (1759-1796) étant déjà l’objet d’un vaste culte (F.B.).
  • 84 A. Tyrell, « Bearding the Tories : the commémoration of the Scottish political martyrs of 1793-94 » (...)
  • 85 J. Parkhill, History of Paisley, Paisley, Stewart, 1857, p. 89.

62Les deux hommes se retrouvèrent en janvier 1842, au congrès des délégués écossais. Après cela, Brewster n’affronta plus jamais O’Connor ; lors d’un meeting en mars, visant à forger une alliance entre le chartisme de Paisley et les réformateurs de la classe moyenne, il désarma les chartistes qui cherchaient à faire capoter l’événement lorsqu’il prononça un vigoureux discours en faveur de « la Charte, toute la Charte et rien que la Charte81 ». Cependant, comme le montre le chapitre 7, il quitta le mouvement à la fin de l’année 1842 pour se concentrer sur les affaires locales. Il considérait la publication en 1843 de ses Discours chartistes et militaires comme une conclusion, et il ne devait reprendre la plume que dans les années 1850. La nature du chartisme avait alors changé et la position de Brewster était bien moins originale – et énoncée de façon bien moins virulente. Il fit paraître un nouveau livre en 1853, signe qu’il avait repensé sa position sur la légitimité morale de la force physique. « Résister à la tyrannie c’est obéir à Dieu, et l’esclavage n’est que la malédiction divine contre les lâches82. » En pratique, son approche intellectuelle n’avait guère changé : simplement, il mettait désormais l’accent sur les circonstances qui pouvaient dispenser du devoir d’obéissance. Même en 1841, Brewster était prêt à approuver le vol de nourriture par les chômeurs. En 1844, tout comme le Northern Star, il dénonça violemment le Festival Robert Burns83, afin de reconquérir le poète au profit du radicalisme. Brewster revint à un thème semblable en 1845, lorsqu’il dirigea une contre-manifestation après que les whigs eurent dédié un « monument aux martyrs » politiques écossais à Édimbourg84. En 1848, quand Paisley organisa un meeting public pour saluer la Révolution en France, Brewster en fut le président85.

63Un compromis aurait donc été possible entre Brewster et O’Connor, mais tous deux étaient trop orgueilleux et de tempérament trop emporté pour le reconnaître. L’engagement passionné des deux hommes et de leurs partisans en faveur de leurs positions respectives doit pourtant être salué. Le chartisme comptait énormément pour eux : leur foi personnelle n’était pas à prendre à la légère. Les convictions intellectuelles de Brewster éclairent un important courant de la pensée chartiste. Et c’est lui, plutôt que Lovett et son cercle, qui contribua le plus à faire avancer les arguments de la « force morale » dans les années 1838-1842. Par une ironie du sort, il fut en cela assisté par O’Connor, qui exploita leur inimitié personnelle afin de faire connaître sa propre position.

  • 86 A.R. Howell, Paisley Abbey : Its History, Architecture and Art, Paisley, Gardner, vers 1929, p. 38.

64Après 1842, Brewster devint une personnalité marginale du chartisme, tout en restant engagé en faveur de la réforme radicale. Trois mois avant sa mort, en mars 1859, le septuagénaire conduisit à Glasgow la délégation de Paisley pour aller écouter parler John Bright, lors des balbutiements du mouvement de réforme post-chartiste dans l’ouest de l’Ecosse. Une généreuse souscription publique finança l’érection à Paisley d’une statue à la mémoire de Brewster86.

Notes

1 Leeds Times, 20 octobre 1838.

2 NS Extraordinary, 16 octobre 1838.

3 NS Extraordinary, 16 octobre 1838 ; M. Chase, Early Trade Unionism : Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 145,157-158 et 163-164.

4 D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 103 ; à propos de Vincent comme missionnaire chartiste, voir aussi H. Southall, « Agitate ! Agitate ! Organize ! Political travellers and the construction of a national politics, 1839-80 », Transactions of the Instituts of British Geographers, 21 (1996), p. 182-183.

5 HO, 40/53, fos 937-944, J. Beecham à Vincent, 17 février 1839.

6 NS, 29 septembre 1838.

7 Warwick Advertiser et NS, 22 septembre 1838.

8 Leeds Times, 20 octobre 1838 ; J.C.F. Barnes, Popular Protest and Radical Politics : Carlisle, 1790-1850, thèse de doctorat, université de Lancaster, 1981, p. 328 ; Essex and Suffolk Times cité dans A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chalmsford, Essex CRO, 1982, p. 48 ; North Staffordshire Mercury, cité dans R. Fyson, Chartism in North Staffordshire, thèse de doctorat, université de Lancaster, 1999, p. 78 ; True Scotsman, 20 octobre 1838 ; Bolton Free Press, 12 septembre 1838 ; Norfolk Chronicle, 3 novembre 1838, cité dans J.K. Edwards, « Chartism in Norwich », Yorkshire Bulletin of Economic and Social Research, 19/2 (1967), p. 91.

9 Entrées pour Ashton : DLB, vol. 3 ; Knight : ibid., vol. 9 ; George : ibid., vol. 10 ; Richardson : ibid., vol. 11 ; NS, 2 juin (Elland) et 8 septembre (Stratford), 1838,27 novembre 1847 (Smart) ; R. Fyson, « Homage to John Richards », dans O. Ashton, R. Fyson et S. Roberts (éd.), The Duties of Discontent : Essays for Dorothy Thompson, Londres/New York, Mansell, 1995, p. 71-96.

10 R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle, Browne, 1894, p. 42-43 ; NS, 17 novembre 1838.

11 NS, 1er septembre 1838.

12 W.R. Ward (éd.), Early Victorian Methodism, Oxford, University of Durham Press, 1976, p. 51.

13 NS, 9 juin 1838 ; discours de Norwich cité dans H. Jephson, The Platform : Its Rise and Progress, Londres, Macmillan, 1892, vol. 2, p. 247 ; Wigan Gazette, 16 novembre 1838.

14 NS, 25 août 1838.

15 NS, 11 août 1838 ; D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 24-25.

16 LHASC, Vincent MSS 1/1/10, Vincent à J. Miniken, 26 août 1838.

17 LHASC, Vincent MSS 1/1/10, Vincent à Miniken, 23 septembre 1838 ; Gammage, History, op. cit., p. 79 ; A. Randall, Before the Luddites, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 149-186 et 278-282.

18 Leeds Times, 24 novembre 1838 ; R. Wells, « Southern Chartism », Rural History, 2/1 (1991), p. 39 ; W. Barnes, « The Unioners », Dorset County Chronicle, 16 décembre 1838, reproduit dans J. Draper, « William Barnes and “The Unioners” in Dorset », Southern History, 22 (2000), p. 209-210.

19 Roberts cité dans Draper, « William Barnes », art. cité, p. 216 ; BCL, collection Lovett, vol. 1, fo 291b, Vincent à Lovett, 16 novembre 1838.

20 T. Middleton, History of Hyde and its Neighbourhood, Hyde, Higham, 1932, p. 99 ; Monthly Messenger, 3 novembre 1838 ; R.B. Pugh, « Chartism in Somerset and Wiltshire », dans A. Briggs (éd.), Chartist Studies, Londres, Macmillan, 1959, p. 178 ; NS, 10 novembre 1838 ; W. Aitken, « Remembrances and struggles of a working man for bread and liberty », cité dans R.G. Hall et S. Roberts (éd.), William Aitken, Ashton-under-Lyne, Tameside Leisure Services, 1996, p. 30.

21 Gammage, History, op. cit., p. 94-95 ; à propos de Gammage, voir DLB, vol. 6.

22 Barnes, Popular Protest, op. cit., p. 333 ; voir aussi W. Farish, Autobiography of William Farish, Liverpool, J.R. Williams, 1890, p. 38 ; Home Office, 40/40,23 novembre 1838, déposition de Foley et de Stapledon ; H. Goddard, Memoirs of a Bow Street Runner, Londres, Museum Press, 1956, p. 155 ; Leeds Times, 15 décembre 1838.

23 W. Wilks, The Half Century : Its History, Political and Social, Londres, Cash, 1853, p. 279 ; C. Dickens, The Old Curiosity Shop, publié en 1840-1841, chap. 45.

24 Brown, Chartism, op. cit., p. 75 ; M.S. Edwards, Purge This Realm : A Life of Joseph Rayner Stephens, Londres, Epworth, 1994, p. 58 ; Goddard, Memoirs, op. cit., p. 154-160.

25 L. Croft, John Fielden’s Todmorden, Todmorden, Tygerfoot, 1994, p. 43-48.

26 Goddard, Memoirs, op. cit., p. 158-160.

27 NS, 29 décembre 1838 ; Edwards, Purge This Realm, op. cit., p. 60 ; Goddard, Memoirs, op. cit., p. 159 ; J.R. Stephens, Political Preacher, Londres, Whitaker, 1839, p. 13.

28 À propos de la tiédeur jusque-là manifestée par O’Connor quant aux autres points de la Charte, voir NS, 21 avril 1838 et 16 janvier 1841.

29 True Scotsman, Y7 novembre ; NS, 10 novembre ; Nottingham Review, 9 novembre 1838.

30 Données établies à partir de l’appendice à D. Thompson, The Chartists : Popular Politics in the Industrial Révolution, Londres, Temple Smith, 1984, p. 341-368 ; pour 1839, Thompson énumère 109 sociétés féminines (toutes sauf cinq dans des localités abritant d’autres formes d’activité chartiste), 429 associations sans sexe spécifique et 208 localités avec autre activité chartiste, soit 642 lieux en tout ; les données pour 1830-1832 viennent de N. LoPatin, Political Unions, Basingstoke, Macmillan, 1999, p. 103, 174-177,179 et 182, et C. Flick, Birmingham Political Union, Folkestone, Dawson, 1978, p. 185-186. LoPatin (p. 182) décrit 29 PU comme des « associations à une seule réunion ». Aucun de ces chiffres n’est entièrement exact, mais ils permettent une utile comparaison d’ensemble.

31 [W. Lovett], Radical Reformers of England, Scotland,Wales, to the Irish People, Londres, Cleave, 1838 ; on suppose en général que cet ouvrage fut publié en 1841, mais on en trouve des comptes rendus dans le Leeds Times du 3 novembre et le True Scotsman du 10 novembre 1838.

32 Pour la FPU de Birmingham, voir H. Rogers, « What right hâve women to interfère with politics ? », dans T. Ashplant et G. Smythe (éd.), Explorations in Cultural History, Londres, Pluto, 2001.

33 Un article de la Montrose Review consacré à « l’association féminine » de Kirriemuir, cité dans le True Scotsman, 22 décembre 1838, fait référence à « l’autre association politique ».

34 Pour les récriminations d’un chartiste à ce sujet précis, voir Fleet Papers, 9 avril 1842.

35 BL, Add. Mss 34245A, fos 341, FRA de Carlisle à Lovett, 30 avril 1830 ; Thompson, Chartists, op. cit., appendice.

36 J. Schwarzkopf, Women in the Chartist Movement, Basingstoke, Macmillan, 1991, p. 239.

37 BL, Add. Mss 34245A, fo 124, Vincent à Lovett, 13 mars 1839 ; HO, 40/42/311, Mason au Home Office, 18 juillet 1839 ; et NS, 3 août 1839 ; Charter, 27 octobre 1839.

38 True Scotsman, 22 décembre 1838 (c’est moi qui souligne).

39 Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 47.

40 Voir en particulier D. Thompson, « Women and nineteenth-century radical politics : a lost dimension », dans J. Mitchell et A. Oakley (éd.), Rights and Wrongs of Women, Harmondsworth, 1976 ; A. Clark, Struggle for the Breeches : Gender and the Making of the British Working Class, Londres, Rivers Oram, 1995, p. 220-247 ; M. de Larrabeiti, « Conspicuous before the world : the political rhetoric of the Chartist women », dans E.J. Yeo (éd.), Radical Femininity, Manchester, Manchester University Press, 1998, p. 106-126 ; Rogers, « What right hâve women to interfere in politics ? », art. cité ; et H. Rogers, Authority, Authorship and the Radical Tradition in Nineteenth-Century England, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 80-123.

41 Stephens et Salt, cités dans Rogers, Authority, op. cit., p. 89 ; Deegan, NS, 1er juin 1839.

42 Clark, Struggle, op. cit. ; voir aussi A. Clark, « The rhetoric of Chartist domesticity : gender, language and class in the 1830s and » 1840s journai of British Studies, 31/1 (1992), p. 62-88.

43 Western Vindicator, 23 février 1839.

44 NS, 8 décembre 1838.

45 True Scotsman, 24 novembre 1838 ; Birmingham Journal, 6 octobre 1838 ; le discours de la FPU de Birmingham est reproduit dans Rogers, « What right hâve women to interfère in politics ? », art. cité, p. 69-70, voir aussi p. 76 et 78.

46 0. Ashton, « Western Vindicator and early Chartism », et W.H. Fraser, « The Chartist press in Scotland », dans J. Allen et O. Ashton (éd.), Papersfor the People : A Study of the Chartist Press, Londres, Merlin, 2005 ; J. Allen, « “A small drop of ink” : Tyneside Chartism and the Northern Liberator », dans O. Ashton, R. Fyson et S. Roberts (éd.), The Chartist Legacy, Woodbridge/ Suffolk, Merlin, 1999 ; voir aussi R. Harrison, G. Woolven et R. Duncan (éd.), The Warwick Guide to British Labour Periodicals, Brighton, Harvester, 1977 ; et A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970.

47 BL, Add. MSS 34245A, fo 82.

48 J. Burnett, Useful Toil, Londres, Allen Lane, 1974, p. 308 ; B. Grime, Memory Sketches, Oldham, Hirst & Rennie, 1887, p. 26 ; B. Brierley, Home Memories and Recollections of a Life, Manchester, Heywood, 1886, p. 23 ; NS, 6 mai 1838 et 6 mai 1848 ; W.H. Challinor (éd.), « Réminiscences of Thomas Dunning », Transactions of the Lancashire and Cheshire Antiquarian Society, 59 (1947), p. 112-113 et 121 ; W. Cudworth, Rambles Round Great Horton, Bradford, Brear, 1886, p. 27-28 ; J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 21 (1976), p. 74-76 ; B. Wilson, « Struggles of an old Chartist » (1887), dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radicalism : Memoirs of Working Class Politicians, Londres, Europa, 1977, p. 206 ; T. Frost, Forty Years’ Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 181-183.

49 W.H. Fraser, Conflict and Class : Scottish Workers, 1700-1838, Édimbourg, John Donald, 1988, p. 110 ; P.B. Ellis et S. Mac a’Ghobhainn, The Scottish Insurrection of 1820, Londres, Pluto, 1989, p. 179-190 ; George : DLB, vol. 10 ; Preston : ibid., vol. 8.

50 True Scotsman, 24 novembre et 1er décembre 1838.

51 Cité dans Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 61.

52 NS, 15 décembre, et True Scotsman, 22 décembre 1838 ; Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 62-63.

53 Ayr Examiner cité dans Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 63-64.

54 NS, 12 janvier 1839.

55 Lettre à P. Fitzpatrick, 11 février 1839, reproduit dans D. O’Connell, The Correspondence of Daniel O’Connell, M.R. O’Connell (éd.), Dublin, Blackwater, 1977, vol. 6, p. 216.

56 Birmingham Journal, 1er décembre 1839 ; et aussi 17 et 24 novembre.

57 Par exemple Robert Lowery dans son autobiographie (1856-7), reproduite dans B. Harrison et P. Hollis (éd.), Robert Lowery : Radical and Chartist, Londres, Europa, 1979, p. 112.

58 NS, 17 novembre 1838.

59 NS, 29 décembre 1838.

60 H. Scott, Fasti Ecclesiae Scoticanae, Édimbourg, Oliver & Boyd, 1920, vol. 8, p. 169- 170 ; entrées concernant David Brewster et Patrick Brewster : ODNB.

61 P. Brewster, Duties of the Présent Crisis, with a Spécial Reference to the Liberated Negroes in the British Colonies, Paisley, Murray, 1838, et Seven Chartist and Military Discourses, Paisley, imprimé à compte d’auteur, 1843, p. 48 et 75 ; B. Fladeland, Abolitionists and Working-Class Problems in the Age of Industrialization, Londres, Macmillan, 1984, p. 106-131.

62 S. Mechie, The Church and Scottish Social Development, 1780-1870, Londres, Oxford University Press, 1960, p. 105-106 ; P. Brewster, Reply to the Attacks Made on Mr Brewster in the Synod of Glasgow and Ayr for Attending the O’Connell Dinner, Paisley, Gardner, 1835.

63 NS, 29 décembre 1838 ; Report of a Soirée in Honour of the Rev. Patrick Brewster, Paisley, Caldwell, 1838, p. 6.

64 B. Wilson, « The struggles of an old Chartist » (1887), dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radicalism : Memoirs of Working-Class Politicians, Londres, Europa, 1977, p. 198 ; NS, 12 janvier 1839.

65 Notes marginales dans un annuaire local pour 1841-1842 conservé au musée de Paisley, cité dans T.C. Smout (éd.), The Search for Wealth and Stability, Londres, Macmillan, 1979, p. 222.

66 NS, 19 janvier 1839 et 29 décembre 1838.

67 À propos du congrès, voir chapitre 5 de ce livre, et A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 82-88.

68 NS, 16 janvier 1841 ; Constitution of the Greenock Christian Chartist Congrégation, Greenock, 1841, cité dans D.C. Smith, Passive Obedience and Prophétie Protest, New York, Lang, 1987, p. 171-172 ; Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 124- 125,142-150.

69 Chartist Circular, 28 mars 1840.

70 Voir en particulier son Essay on Passive Obedience, 2e éd., Paisley, Cuthbertson, 1836, et Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 45-46.

71 Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 42 et 44.

72 Affiche, « Pétition of the Unemployed Opératives of Paisley », 20 novembre 1839, Renfrewshire County Council, section Études locales, Bibliothèque centrale, Paisley (consulté par le biais de SCRAN – www.scran.ac.uk – le 10 octobre 2005).

73 Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 79 et suiv. et 201-221.

74 Minutes du presbytère de Paisley, cité dans Mechie, The Church and Scottish Social Development, op. cit., p. 106.

75 Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, op. cit., p. 420-423 ; W.C. Smith, 1872, cité dans Smith, Passive Obedience, op. cit., p. 182 ; Wilson, Chartism Movement in Scotland, op. cit., p. 142.

76 Thomas Johnston, « Introduction » à P. Brewster, Chartist and Socialist Sermons, Glasgow, Forward, [1924 ?], p. iv ; True Scotsman, 6 et 13 juillet 1839 ; Wilson, Chartism Movement in Scotland, op. cit., p. 84-85,155.

77 Cité dans Wilson, Chartism Movement in Scotland, op. cit., p. 120.

78 Fladeland, Abolitionists, op. cit., p. 118 ; voir Chartist Circular, 29 mai 1841, pour un article détaillé sur les arguments brewsteriens au sujet de l’esclavage en Amérique et des abolitionnistes britanniques.

79 P. Brewster, The Périls and Duties of the War, 1858, cité dans E.G. Lyon, Politicians in the Pulpit, Aldershot, Ashgate, 1999, p. 235-236 ; P. Brewster, The India Revoit : Its Duties and Dangers, Paisley, Parlane, 1857.

80 NS, 23 et 30 octobre, 6 et 13 novembre 1841.

81 NS, 12 mars 1842.

82 P. Brewster, Wellington “Weighed in the Balance” ; or, War a Crime, Self-Defence a Duty, Paisley, Caldwell, 1853, p. 16.

83 Le poète écossais Robert Burns (1759-1796) étant déjà l’objet d’un vaste culte (F.B.).

84 A. Tyrell, « Bearding the Tories : the commémoration of the Scottish political martyrs of 1793-94 », dans P.A. Pickering et A. Tyrell (éd.), Contested Sites : Commemoration, Memorial and Popular Politics in Nineteenth-Century Britain, Aldershot, Ashgate, 2004, p. 40-42, et « Paternalism, public memory and national identity in early Victorian Scotland », History, 90/1 (2005), p. 46.

85 J. Parkhill, History of Paisley, Paisley, Stewart, 1857, p. 89.

86 A.R. Howell, Paisley Abbey : Its History, Architecture and Art, Paisley, Gardner, vers 1929, p. 38.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search