Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 1. « Je tiens dans ma main une charte, la Charte du Peuple » (mai-septembre 1838)

Texte intégral

Prologue : Glasgow Green, 21 mai 1838

  • 1 Le récit qui suit s’inspire (et, sauf précision, les citations sont tirées) de la Scotch Reformers’ (...)

1De l’avis général, la pluie qui tombait sans interruption le lundi 21 mai 1838 n’eut pratiquement aucun effet sur le spectacle extraordinaire dont Glasgow fut ce jour-là le théâtre1. Toute la matinée, une foule toujours plus nombreuse s’assembla sur le Glasgow Green, se préparant à accueillir une délégation de la Birmingham Political Union (BPU). Aucune autre organisation anglaise n’aurait pu susciter un tel enthousiasme en Écosse. Et seuls les syndicats de Glasgow auraient pu monter un événement d’une telle ampleur. À 11 heures, défilant au son de quarante-trois fanfares, une procession commença à serpenter à travers la ville, en direction de Parkhead. C’est là que les attendait la délégation des Midlands, qui avait déjà pris la parole lors d’un meeting en début de matinée. À sa tête se trouvait Thomas Attwood, banquier, député de Birmingham et architecte de la BPU, peut-être le plus influent des groupes de pression parlementaires du début du xixe siècle.

  • 2 Les slogans sont reproduits dans le Northern Star (NS), 2 juin 1838, citant le Scots Times.
  • 3 Les Corn Laws (lois céréalières) adoptées en 1815 après la fin des guerres napoléoniennes avaient p (...)
  • 4 R. Burns, History of the Sufferings of the Church of Scotland from the Restoration to the Révolutio (...)

2De Parkhead, l’assemblée revint au Green. Tout travail salarié s’était interrompu. Tout le long du chemin, les spectateurs se pressaient aux fenêtres ; de nouveaux manifestants arrivaient dès qu’une brèche se formait dans le défilé. Marchant d’un bon pas, à quatre ou six de front, la procession était longue de trois kilomètres et mettait une demi-heure à passer par chaque endroit. Les participants portaient plus de trois cents banderoles. « Non à la qualification par la pierre et le mortier » disait un slogan, en référence au titre de propriété nécessaire pour avoir le droit de vote2. De nombreuses bannières faisaient allusion aux omniprésentes Corn Laws3 : « L’imposition sans représentation est une tyrannie à laquelle il faut s’opposer », affirmait l’une d’elles, évoquant un dogme fondamental de la Révolution américaine. Sur le drapeau que portaient les manifestants de Strathaven, on ne lisait que les mots Religion et Covenant. Sa présence n’en constituait pas moins un puissant lien inscrivant les événements de la journée dans une tradition de résistance populaire à l’oppression gouvernementale. À la fin du xviie siècle, beaucoup de presbytériens écossais s’étaient vigoureusement opposé au contrôle de l’Église d’Écosse par la couronne d’Angleterre. Le drapeau de Strathaven avait été brandi en 1679, à la bataille de Drumclog, lors de laquelle les Covenantaires avaient libéré les prisonniers détenus par une force de cavalerie que commandait un personnage déjà tristement célèbre, le futur vicomte Dundee4.

3Il était 14 heures passées quand la foule, à présent forte de quelque 150 000 personnes, se réunit à nouveau sur le Green pour écouter le discours d’Attwood. Mais d’abord, comme dans tous les rassemblements politiques de cette nature, certains détails de procédure devaient être respectés. James Turner, marchand de tabac et magistrat local, fut élu pour présider. Il rappela à son auditoire la nécessité de maintenir l’ordre, avant de présenter Thomas Gillespie. La foule l’acclama lorsqu’il déclara que « la richesse du pays, produit de l’industrie, était confisquée par des hommes tyranniques, dont les tables ployaient sous le poids des festins, tandis que des milliers de gens mouraient dans le dénuement ». La solution était « d’exiger ces droits qu’ils croyaient accordés aux hommes par le Ciel, de balayer l’oppression oligarchique ». Ces droits (« que les législateurs de notre pays leur avaient confisqués ») permettaient de participer pleinement et justement aux élections parlementaires.

4Vint ensuite à la tribune William Pattison, secrétaire de l’antenne locale de la Steam Engine Makers’ Society (la société des ouvriers fabricant les machines à vapeur) et membre du comité permanent des syndicats de Glasgow. Il remarqua avec satisfaction « que la procession de ce jour avait été montée par la seule classe ouvrière, sans la moindre assistance de l’aristocratie fortunée – (grande acclamation) ». À Pattison incomba la tâche de proposer l’adoption d’une pétition, apportée de Birmingham. Celle-ci exprimait une profonde doléance concernant la réforme parlementaire de 1832 : même s’il avait considérablement étendu le droit de vote, le Reform Act n’avait guère amoindri la domination des propriétaires terriens sur la vie politique, alors que les travailleurs n’avaient toujours pas voix au chapitre. Un vote de remerciement fut ensuite adressé aux hommes de Birmingham : « Ils se sont maintenant aperçu comme nous que le Reform Bill ne répond pas aux objectifs pour lesquels il avait été obtenu. »

5C’est seulement alors qu’Attwood fut invité à parler, après qu’on lui eut clairement rappelé qui l’avait invité et qui avait organisé cet accueil. Comme on pouvait s’y attendre, il commença par flatter ses auditeurs, qu’il salua comme « les hommes insoumis d’Êcosse ». Il raconta comment il avait conduit la BPU dans l’agitation qui avait culminé avec le Reform Act de 1832 et comment l’organisation était ensuite devenue inactive, ses partisans ayant cru que le Parlement réformé légiférerait dans l’intérêt de la population tout entière. Mais la réforme n’avait rien changé et donc, « par le pouvoir du peuple, elle sera jetée au feu ». La BPU avait été ressuscitée à cette fin. Le suffrage universel masculin, le vote secret et un Parlement renouvelé chaque année devaient se substituer aux mesures adoptées en 1832. Tels étaient les principes figurant au cœur de la pétition qui venait d’être proposée ; les manifestants devaient maintenant « être unis afin de l’imposer au gouvernement, et ainsi obtenir la justice qu’ils demandaient ».

6Attwood laissait fortement entendre que la pétition seule ne suffirait peut-être pas. « Nous devons lutter contre les nombreuses sangsues d’une aristocratie détenant fonctions et pensions – (Bravo, bravo). » Tout l’établissement politique était corrompu. Comment persuader la Chambre des communes d’agir suivant leur pétition, si la force morale de leur argument ne l’emportait pas ? Les réponses d’Attwood proposaient une subtile gradation de la pression. La population devait être prête à présenter sans cesse de nouvelles pétitions ; chacun des rassemblements de masse devrait élire un délégué qui serait envoyé à Londres pour former un Parlement alternatif.

J’aimerais voir la Chambre des communes qui les contesterait – (formidables applaudissements). Mais si les députés étaient assez fous pour mépriser vos pétitions – les pétitions de deux millions d’hommes courageux – (bravo, bravo) – alors je voudrais que vous proclamiez une Grève solennelle, sacrée et universelle, non pas du maître contre l’ouvrier, ou de l’ouvrier contre le maître, mais de tous ensemble contre l’ennemi commun – (immenses acclamations). [...] une semaine sacrée pendant laquelle aucun travail ne serait accompli en Grande-Bretagne.

7Attwood déclara encore : « J’aimerais voir le Gouvernement qui oserait nous braver », propos accueillis par « de terribles acclamations, des saluts de chapeau, des roulements de tambour et autres manifestations d’enthousiasme ». Quelle que soit la stratégie, l’unanimité d’objectif et d’action était nécessaire à travers tout le pays. « Paix, loi, ordre, loyauté et union sont les mots inscrits sur vos bannières. (Acclamations). Selon ces principes, les hommes de Birmingham vous suivront jusqu’à la mort. »

  • 5 À propos de Wade, voir Dictionary of Labour Biography (DLB), vol. 11.
  • 6 Bluebonnets : littéralement, les « bonnets bleus », une coiffe de laine jadis portée en Écosse ; pa (...)

8D’autres délégués des Midlands prirent alors la parole : George Edmonds, Robert Douglas (rédacteur en chef du Birmingham Journal libéral) et deux industriels, Philip Muntz et Thomas Salt. Quelques semaines auparavant, ce dernier avait réuni à Birmingham 12 000 femmes pour créer une Female Political Union. La relative absence des femmes lors du rassemblement de Glasgow fut par la suite commentée. Dans ce domaine, Glasgow et Birmingham n’avançaient pas au même rythme. Finalement, pour clore l’après-midi, deux délégués de la London Working Men’s Association (LWMA) s’adressèrent à l’assemblée. Le premier, Thomas Murphy, marchand de charbon dans le quartier de St Paneras, fut le seul Irlandais à s’exprimer ce jour-là. On s’intéressa pourtant davantage à l’impressionnant personnage qui se tenait à côté de lui, le Dr Arthur Wade, pasteur anglican de Warwick. Celui-ci avait été exclu de la BPU en 1833, ayant reproché à l’organisation sa tiédeur en matière de réforme parlementaire. L’année suivante, il avait acquis un statut national en tant que leader de la campagne visant à défendre six ouvriers agricoles de Tolpuddle, près de Dorchester, condamnés à la déportation pour activités syndicales5. C’est en grande partie l’influence de Wade qui avait permis à la LWMA de s’associer au rassemblement. Comme Attwood, il souligna le poids moral de la cause de la réforme tout en faisant allusion à l’élan physique qui pouvait y être apporté. Il proposa une manifestation de masse à Londres : « Je voudrais vous dire, à vous Écossais, Bluebonnets6, de franchir la frontière. »

9La journée avait été longue, et la pluie, ininterrompue. La vitesse à laquelle la foule se dispersa suggère que tout le monde n’était pas resté pour écouter Murphy et Wade. Certains journaux omirent même de mentionner leurs discours. Leurs références à la toute dernière publication de la LWMA passèrent donc inaperçues. Ce document allait au-delà de la pétition de la BPU en exigeant trois mesures supplémentaires : paiement des députés, abolition du cens d’éligibilité pour devenir membre du Parlement et uniformisation de la taille des circonscriptions pour créer des districts électoraux égaux. Cette brochure était si récente qu’aucun exemplaire ne pouvait encore être distribué. Wade dut se contenter de brandir un jeu d’épreuves devant la foule : « Je tiens dans ma main une charte, la Charte du Peuple. »

10Au début de l’ère victorienne, la culture politique britannique était avant tout orale. Même si l’illettrisme reculait régulièrement depuis quelques années, les rassemblements de masse en plein air étaient les vecteurs essentiels de communication. On venait à pied de très loin pour y assister ; la délégation de Strathaven, par exemple, parcourut quarante-cinq kilomètres en tout. Et ces manifestations ne servaient pas qu’à propager l’information. Des rituels se créaient, une identité s’affirmait. Les orateurs officiels n’étaient pas les seuls à prononcer des propos grandiloquents : le public se faisait entendre lui aussi – et pas toujours pour exprimer l’approbation espérée –, et le côté spectaculaire d’un tel événement, avec sa chorégraphie complexe, était un moyen d’afficher l’humeur et l’opinion des présents.

  • 7 Sur le style des journaux et la réaction du public, voir C. Yelland, « Speech and writing in the No (...)
  • 8 Par exemple, « J’imprime ce que, si les circonstances l’avaient permis, j’aurais dit à haute voix » (...)
  • 9 NS, 2 juin 1838 ; R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle, Browne, 1894, (...)

11Il faut pourtant se montrer prudent lorsque l’on évoque ce genre de rassemblement. La presse en présentait rarement un récit objectif, même quand les journalistes entendaient et notaient chacun des mots prononcés, ce qui était peu vraisemblable dans un événement de cette ampleur. Le nombre des participants était en particulier un sujet litigieux. Connaissant Glasgow et ses environs, le Green et le style général des articles, le chiffre le plus généralement mentionné – 150 000 personnes – semble plausible, mais il faut savoir que les journaux whig et tory parlèrent de 30 000 à 100 000 manifestants, alors que les journaux radicaux publièrent des chiffres situés entre 100 000 et 200 000. Par ailleurs, les discours étaient rapportés au style indirect libre : cela faisait disparaître les omissions du journaliste et permettait de condenser, tout en reflétant – surtout lu à haute voix, comme c’était généralement le cas des journaux radicaux – l’exaltation de l’événement vécu en direct7. Un même discours était souvent transcrit de plusieurs manières très différentes, les périodiques s’inspirant les uns des autres. Les politiciens expérimentés envoyaient parfois leur texte aux journalistes, mais bien peu résistaient à la tentation de le corriger ou de l’embellir ; certains s’en vantaient même explicitement8. Dans certaines versions du discours d’Attwood, la référence aux « sangsues d’une aristocratie détenant fonctions et pensions » inclut « les neuf dixièmes de la noblesse terrienne » et « la grande majorité du clergé9 ». Il est bon de savoir d’emblée que les informations sont inévitablement sujettes à caution.

  • 10 M. Chase, Early Trade Unionism : Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashgate, (...)

12On ne peut pas non plus comprendre un rassemblement comme celui du 21 mai en se bornant à le décrire. Il faut en connaître le contexte, ainsi que les messages sous-entendus – clairs pour les contemporains mais pas pour nous. Il existait bien sûr une insatisfaction croissante face à l’absence de changements réels après le Reform Act, mais en la formulant en public, Attwood intensifia considérablement la détermination populaire à poursuivre les réformes. Attwood incarnait les bénéficiaires de 1832, dont la grande majorité semblait au mieux indifférente au projet d’extension du suffrage. Le contexte local était lui aussi lourd de signification. Début 1838, cinq employés des filatures de Glasgow avaient été jugés coupables de conspirer « pour maintenir les salaires élevés » et de pratiquer « l’intimidation, les coups et menaces10 ». Ils étaient également accusés – mais furent acquittés – pour le meurtre d’un briseur de grève ; et leur procès semble s’être étendu au principe même du syndicalisme. L’opinion publique était choquée par les nombreux cas de recours explicite à la violence pour parvenir aux objectifs syndicaux, et les syndicalistes avaient tendance à préférer l’action politique à la grève. Il n’est donc pas anodin que les soixante-dix syndicats de Glasgow aient organisé ce rassemblement, et qu’ils aient été les premiers à prendre la parole cet après-midi-là. Gillespie était secrétaire du comité de défense des employés des filatures, alors incarcérés dans un navire-prison en attendant leur déportation. La promesse chaleureuse de soutien exprimée par les délégués de Birmingham avait ainsi une profonde valeur symbolique. Indépendamment du passé récent, elle suggérait que les travailleurs n’étaient pas seuls face à l’établissement politique. Une campagne transcendant les classes sociales et les intérêts individuels semblait donc envisageable.

  • 11 E. Chadwick, Report on the Sanitary Condition of the Labouring Population of Great Britain, M. Flin (...)
  • 12 E. King, Strike of the Glasgow Weavers, 1787, Glasgow, Glasgow Muséums & Art Galleries, 1987, p. 29
  • 13 Fraser, Conflict and Class, op. cit., p. 110 ; P.B. Ellis et S. Mac a’Ghobhainn, The Scottish Insur (...)
  • 14 M. Gebbie, Sketches of the Town of Strathavon and Parish of Avondale, Édimbourg, Menzies, 1880, p.  (...)

13Quelques messages plus subtils étaient également possibles. Dans une société où la misère urbaine était monnaie courante et acceptée comme normale, Glasgow parvenait encore à horrifier les observateurs. C’était « la pire de toutes les situations que nous avons vues en Grande-Bretagne », selon une autorité en matière de conditions sanitaires dans les villes industrielles. « Pour la débauche éhontée, la brutalité insultante, la misère atroce et la crasse intolérable, Glasgow l’emporte à mes yeux sur toute autre », écrivait un visiteur ; « pénurie, saleté, misère, ivrognerie, maladie et crime culminent à Glasgow, à un degré sans équivalent en Grande-Bretagne », déclarait un autre11. Quelques dizaines de milliers d’habitants de Glasgow s’étaient néanmoins réunis, en un rassemblement spectaculaire mais ordonné, pour affirmer que leur situation pouvait et devait être différente. Les chemins par lesquels ils avaient défilé dans Glasgow Green étaient ceux qu’avaient aménagés des sans-emploi en 1820, dans le cadre de mesures visant à soulager leur détresse et à limiter l’agitation durant une année de rébellion et de grève générale en Écosse12. Que tant d’ouvriers aient pu librement se rassembler pour une procession sur le Green était en soi un geste à forte valeur politique. Cette remarque vaut aussi pour le drapeau de Drumclog, conservé non par un groupe religieux, mais par l’Amicale des tisserands de Strathaven. En 1820, cette ville avait apporté une contribution significative à la tentative malheureuse d’insurrection écossaise13. La présence de radicaux de Strathaven était un rappel visible de la tradition de mobilisation radicale et armée, et le drapeau en était un autre, plus visible encore14. Selon une idée alors très répandue, les exclus de la vie politique formaient, dans un sens quasi religieux, un peuple élu, lié à Dieu par une alliance, en quête de justice. Cette conception existait bien au-delà de l’Écosse, comme on le verra plus loin. En outre, Strathaven et son drapeau – divisé en quatre par la croix de saint André – renforçaient le contenu nationaliste de l’événement. Il faut veiller à ne pas lire des attitudes nationalistes modernes dans un contexte remontant au début de l’époque victorienne, mais en Écosse et au pays de Galles, tout comme en Irlande, le radicalisme réformateur était alimenté par l’idée que le pouvoir politique était aux mains de l’élite terrienne, gouvernant par le biais d’institutions basées en Angleterre. Les délégués de la BPU en étaient conscients et le montrèrent le lendemain, avec un pèlerinage jusqu’au « champ sacré d’Elderslie », près de Paisley, lieu de naissance de William Wallace – le défi que ce personnage avait lancé à l’autorité anglaise, au tournant du xiiie siècle, était alors, et reste aujourd’hui, l’une des pierres angulaires du nationalisme écossais.

  • 15 D.J. Moss, Thomas Attwood : Biography ofa Radical, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1990, (...)

14L’identité même des orateurs avait un sens symbolique. Je l’ai souligné à propos d’Attwood et de Wade, mais ils n’étaient pas les seuls. Turner avait fourni le terrain où s’était tenu en 1816 le premier rassemblement radical de masse en Écosse ; il avait offert en 1832 le site d’un mémorial dédié aux leaders de l’insurrection de 1820. Comme Wade, Murphy avait fait ses armes en politique en tant que participant actif à la campagne de 1820 en faveur de la reine Caroline – le roi George IV voulait alors divorcer de son épouse. Edmonds avait conduit l’agitation pour la réforme à Birmingham sous la Régence et, en 1819, il avait été inculpé pour son rôle dans l’élection d’un « Représentant et mandataire législatif » pour la ville, presque exactement comme Attwood suggérait à présent que le fasse chacun des rassemblements de masse organisés dans le pays15.

  • 16 « Quelqu’un qui n’est d’aucun parti », Random Recollections of the House of Commons, Londres, Smith (...)
  • 17 Birmingham Journal, 23 décembre 1837.
  • 18 « À cause de leur philosophie sous-jacente, les radicaux de la BPU s’approchaient dangereusement de (...)
  • 19 T.A. Devyr, The Odd Book oft he Nineteenth Century, New York, Green point, 1882, p. 160.

15Enfin, il faut tenir compte des éléments absents du grand rassemblement de Glasgow Green. D’abord, Attwood ne fit pas allusion à la réforme monétaire. « C’est l’homme d’une idée, écrivit un observateur aigri ; depuis qu’il est entré au Parlement, je ne l’ai encore jamais entendu prononcer un discours dont le sujet principal ne soit la monnaie de papier16. » Les historiens ont fait d’Attwood un monomaniaque de la réforme de la monnaie, mais il est certain que son engagement en faveur de la réforme parlementaire fut considérablement renforcé par la conviction que seule une Chambre des communes réformée voterait les mesures monétaires qu’il jugeait cruciales pour la prospérité économique. Ce n’était pas nécessairement une opinion que tous ses auditeurs auraient partagée – ni même pleinement comprise. Un silence avisé était donc préférable, de toute évidence. Un autre silence, plus significatif, concernait la méfiance presque unanime des délégués de la BPU envers la démocratie. Pour eux, le suffrage universel masculin était une nécessité tactique, pas un objectif de principe. « La masse du peuple constituait le seul moteur par lequel il était possible d’obtenir la réforme, avait déclaré Attwood à la BPU quelques mois auparavant, et ce puissant moteur ne pouvait être rendu efficace sans l’action du suffrage universel. Il était vain de chercher à mettre en branle la classe moyenne17. » En matière de réforme, c’est le gouvernement local, et non la monnaie, qui était la cible directe de la BPU. En termes pragmatiques, un large mouvement pour la réforme semblait nécessaire pour y parvenir. Malgré tout, la BPU visait une démocratie représentative plutôt que directe. Son programme omettait les trois points supplémentaires de la charte que Wade avait présentée à la foule (circonscriptions électorales égales, députés salariés et abolition du cens d’éligibilité) précisément parce que son comité directeur voulait limiter toute extension du pouvoir politique18. Soulignant cette idéologie à Glasgow Green, il n’y eut ni discours ni vote de remerciement pour John Collins, fabricant d’outils et envoyé de la BPU. Plus que quiconque, Collins avait œuvré pour la convergence des campagnes radicales de Glasgow et de Birmingham pendant une tournée exhaustive des principaux centres industriels écossais au cours des semaines précédentes : « Un orateur très simple, très raisonnable, très sérieux, très familier, avec toute une réserve de faits stockés sur les étagères de sa mémoire. Les ouvriers affluaient partout pour entendre le nouvel évangile », notait un contemporain19. Même si Collins fut remercié le soir même lors du dîner, on garde l’impression que cet activiste infatigable mais altruiste resta en marge des intérêts contrôlant l’organisation.

La Charte du Peuple

  • 20 British Library (BL), Add. Mss 37773, minutes de la LWMA, vol. 1, fo 107.
  • 21 Address to Reformers on the Forthcoming Elections (1838), cité dans W. Lovett, The Life and Struggl (...)
  • 22 The People’s Charter ; Being the Outline of an Act to Promote the Just Représentation of the People (...)

16Rétrospectivement, les exemplaires de la Charte du Peuple semblent avoir été le principal élément absent à Glasgow Green. À peine six jours auparavant, la LWMA avait résolu d’envoyer Wade et Murphy, pour présenter « notre brochure intitulée “Charte du Peuple”20 ». Dès juillet 1837, elle s’était engagée à ce que « dans le courant de quelques semaines » ce texte soit « préparé et imprimé pour diffusion, sous le titre de “Charte du Peuple”21 ». L’année suivante, le secrétaire de la LWMA, William Lovett, avait tenu à y ajouter un long discours d’introduction. Divers retards avaient entraîné l’imprimeur (bénévole) à donner la priorité à d’autres commandes. La Charte avait finalement été publiée quelques jours après Glasgow Green22. Il est difficile de ne pas penser que si cette nouvelle phase de la politique radicale britannique n’avait dépendu que de la LWMA, la cause aurait été d’emblée perdue.

17Pourquoi alors la Charte du Peuple prêta-t-elle si vite son nom au premier et sans doute au plus grand mouvement politique de masse qu’ait connu la Grande-Bretagne industrialisée ? Pour répondre, il faut examiner trois questions étroitement liées : l’histoire des idées que contenait ce texte, le processus par lequel il fut rédigé et la nature de l’association qui le produisit. Cette publication n’avait rien de neuf à part son titre, qui fut sans doute décisif. Les six points de la réforme parlementaire avaient été proposés comme un ensemble dès 1777, dans un texte de John Cartwright, The Legislative Rights of the Commonalty Vindicated, or Take Your Choice !, version révisée et augmentée d’un document paru l’année précédente, Take Your Choice ! Représentation and Respect ; Imposition and Contempt ; Annual Parliaments and Liberty ; Long Parliaments and Slavery. Comme l’indique ce titre encombrant, Cartwright tenait particulièrement à un renouvellement annuel du Parlement. Cela permettrait selon lui une démocratie authentiquement représentative, où les députés seraient les délégués mandatés par leurs électeurs, au lieu de n’avoir à répondre devant personne et de n’être soumis à la réélection que tous les sept ans. L’édition de 1777 incluait en outre l’idée de salaire versé aux membres du Parlement et l’abolition du cens d’éligibilité. Les opinions différaient quant aux mérites relatifs des six points, mais le suffrage universel masculin, les Parlements plus courts – certains préconisaient des élections tous les trois ans – et, à un moindre degré, le vote secret devaient par la suite figurer dans tous les programmes radicaux de réforme parlementaire.

  • 23 À propos de ce renouveau d’intérêt pour la Magna Carta, voir John Bull’s Mirror, or Corruption and (...)
  • 24 A Brief Account of the French Révolution of 1830... to which isaddedan appendix, containing ... the (...)
  • 25 C’est ce que montre George Howell dans son histoire inédite (1900) de la LWMA, éditée par D.J. Rowe (...)

18La LWMA clamait haut et fort que les six réformes devaient toutes être menées de front. C’était l’une des bases de la pensée ultra-radicale depuis 1816, mais la Charte du Peuple faisait plus que simplement réaffirmer les demandes établies. Le titre frappant était en lui-même significatif : pour s’en rendre compte, il suffit de le comparer avec celui de pamphlets politiques antérieurs (celui de Cartwright, par exemple). L’allusion à la Magna Carta de 1215 était comprise de tous les contemporains sensibles à la politique. L’intérêt radical pour « la Grande Charte des libertés » allait croissant depuis un quart de siècle, nourri par une explosion de publications radicales durant la Régence23. Lors de la révolution de 1830 en France, la Déclaration des droits était fréquemment désignée en anglais comme « la nouvelle Charte ». S’en inspirant, un important éditeur radical londonien publia The New Charter, proposée en 1831 comme « substitut au Reform Bill ». En 1832, la Metropolitan Political Union (modeste équivalent londonien de la BPU) publia The People’s Charter... Givinga Condensed View of the Great Principles of Représentative Government and the Chief Objects of Reform24. La Magna Carta constituait la première pierre des libertés anglaises et la Charte du Peuple allait compléter l’édifice. Depuis sa création, la LWMA était en correspondance avec quelque 150 sociétés provinciales similaires, et le but de cette nouvelle publication était de former le point focal de l’agitation nationale. L’idée de l’intituler Charte du Peuple émanait apparemment de la WMA de Colchester25.

  • 26 The People’s Charter, op. cit., p. 2 et 4.
  • 27 BCL, collection Lovett, vol. 1, fo 22 – affiche pour un rassemblement public à la Crown & Anchor Ta (...)

19Elle se distinguait aussi par la façon dont elle englobait les six points dans cette « esquisse d’une loi visant à garantir la juste représentation du peuple de Grande-Bretagne et d’Irlande à la Chambre des communes », pour citer son sous-titre. Le résultat est assez aride à lire pour un esprit moderne, mais l’objectif clé de ce tract était d’amorcer « une mesure réaliste en faveur du Radicalisme ». L’introduction affirmait d’ailleurs : « Nous n’avons pas à rappeler les faits et les arguments irréfutés qui ont si souvent été avancés et soulignés en leur faveur. » Il fallait en revanche « mettre à l’épreuve la sincérité » des membres réformistes du Parlement « en proposant d’agir en faveur de ces principes qu’ils déclarent admirer26 ». À cette fin, la LWMA n’avait pas travaillé dans l’isolement mais avait organisé un rassemblement public en février 1837 afin d’adresser au Parlement une pétition reprenant les six points27. Cela ouvrit la voie à un autre rassemblement, trois mois plus tard, qui décida de rédiger un projet de loi fondé sur ces six points, et qui nomma un comité composé de six membres de la LWMA (Lovett ; deux éditeurs de journaux radicaux réputés, John Cleave et Henry Hetherington ; deux imprimeurs, Henry Vincent et James Watson ; et un sculpteur sur bois, Richard Moore) et de six députés favorables à la cause. Ce comité est entré dans la légende chartiste, et il vaut donc la peine de préciser ici que ce fut un échec complet.

  • 28 L’« élection générale » désigne au Royaume-Uni les élections législatives, pour les députés à la Ch (...)
  • 29 BCL, Collection Lovett, vol. 1, f° 170, Lovett à Sharman Crawford (3 juin 1838 ?). Dans une histoir (...)

20Le comité ne se réunit jamais au complet. Trois des six députés furent vaincus lors de l’élection générale28 cet été-là, et la rédaction du projet de loi échut au seul Lovett. L’ébéniste de 38 ans était très respecté pour sa diligence dans les cercles radicaux de Londres, mais il différa la tâche à plusieurs reprises. « Comme je devais gagner mon pain et que j’avais peu de temps à ma disposition, cela prit inévitablement plus longtemps que prévu. » La seule fois où Lovett réunit le comité, tout le monde ne fut pas invité et un seul membre du Parlement se présenta, le charismatique Daniel O’Connell, nationaliste irlandais. Il dut partir très vite pour la Chambre, mais pas avant d’avoir fait une série de suggestions que s’empressèrent d’ignorer les autres membres. Sur les six députés, seul John Roebuck – qui perdit son siège en 1837 – joua un rôle dans l’élaboration du texte, à travers un préambule de moins de 150 mots. Dans les faits, c’est Lovett qui rédigea La Charte du Peuple. Le vétéran du radicalisme Francis Place y aurait mis la main, mais il fut bien le seul à l’affirmer29.

  • 30 Le paragraphe qui suit s’appuie sur un récit plus détaillé dans Chase, Early Trade Unionism, op. ci (...)

21Plus regrettable que ce retard fut cependant l’apparition d’une profonde fracture entre O’Connell et les radicaux anglais. En tant que leader des députés irlandais qui demandaient le rétablissement du home rule pour l’Irlande, O’Connell menait aux Communes une politique avant tout opportuniste30. En 1837, il revint sur son soutien à la réforme des usines et, au lendemain de l’affaire des employés des filatures de Glasgow, il devint l’un des plus éloquents parmi les parlementaires hostiles au trade-unionisme. En février 1838, O’Connell demanda une enquête parlementaire sur les syndicats ouvriers. L’étude resta sans lendemain, mais beaucoup d’ouvriers (surtout dans l’industrie textile) eurent alors l’impression qu’il s’agissait d’une nouvelle mesure répressive contre le syndicalisme. Ébéniste, membre actif de la London Society of Cabinetmakers, Lovett était l’un d’eux. Quand les syndicats londoniens créèrent un groupe pour encadrer l’enquête parlementaire, il en devint le secrétaire (tout comme pour le comité de défense des ouvriers de Tolpuddle quatre ans auparavant).

  • 31 NS, 10 février 1838.
  • 32 NS, 17 février 1838. Lovett estimait clairement que la publication de cette lettre avait été un mom (...)

22C’est à ce moment, alors que La Charte du Peuple aurait dû être proche de la publication, qu’entrèrent en jeu les relations interpersonnelles complexes entre radicalisme britannique et radicalisme irlandais. Ancien député du comté de Cork, Feargus O’Connor accusa Lovett et la LWMA de complicité dans la création de l’enquête parlementaire31. Cet avocat de 44 ans avait rompu avec O’Connell en 1836 sur les questions irlandaises, et depuis il cultivait assidûment les radicaux anglais. Homme politique instinctif plutôt qu’intellectuel, enclin aux effusions là où Lovett préférait l’euphémisme, O’Connor était sur bien des points l’antithèse de la LWMA. Celle-ci s’exprimait de préférence sur une page imprimée, O’Connor à la tribune. La micro-politique et les jeux d’influence chers à Lovett allaient entièrement à l’encontre de la mobilisation de masse que souhaitait O’Connor. En février 1838, cela n’aurait guère eu d’importance si le comportement d’O’Connor n’avait pas été aussi visiblement opportuniste. Il ne s’était pas remis de l’annulation de sa victoire électorale à Cork – lorsqu’un comité parlementaire avait estimé qu’il ne satisfaisait pas le critère de pleine propriété de 600 livres. Il serait excessif de le présenter comme un leader sans cause, mais O’Connor comptait de toute évidence sur le soutien vigoureux des employés des filatures de Glasgow pour consolider sa popularité croissante en Écosse et dans le nord de l’Angleterre. Lovett et le comité de la LWMA répliquèrent par une condamnation sans appel : « Vous transportez en toutes occasions votre renommée avec vous au point de renvoyer dans l’ombre tous les autres sujets, vous êtes le grand “je suis” de la politique, la grande personnification du radicalisme32. » Les conflits internes déchiraient donc déjà le mouvement chartiste avant même que La Charte du Peuple ne soit publiée ou que la notion de chartisme ne soit apparue.

  • 33 I.J. Prothero, « London Chartism and the trades », Economie History Review, 24/2 (1971), p. 202 ; A (...)

23À la décharge d’O’Connor, il faut souligner que la LWMA était incapable à elle seule de créer un mouvement de masse. Cela apparaît clairement si l’on envisage l’association dans le contexte plus large du radicalisme londonien. Malgré son titre, la LWMA était une organisation élitiste. L’adhésion coûtait un shilling par mois et était limitée aux « personnes de bonne moralité parmi les classes industrieuses ». En tout, l’association ne comptait que 291 membres pleins, même si elle cherchait à étendre son influence en admettant des « membres honoraires n’appartenant pas à la classe ouvrière », comme O’Connell, O’Connor, Murphy, Salt et Wade33. La majeure partie des radicaux de la capitale appartenaient néanmoins à la dizaine d’associations de quartier, dont la plus influente était la Radical Association (RA) de Marylebone, fondée en septembre 1835, un an avant la LWMA. La paroisse de Marylebone était une ville peuplée et tentaculaire au sein de la capitale. O’Connor avait joué un rôle considérable dans la formation de la RA de Marylebone, dont la spécificité se forgea en incorporant les vestiges de la jadis influente National Union of the Working Classes. Celle-ci avait, durant la crise de la réforme, mobilisé les radicaux londoniens qui s’opposaient à une réforme fragmentaire et se montraient donc critiques à l’égard du mouvement des « unions politiques », la BPU incluse.

  • 34 BCL, collection Lovett, vol. 1, fo 34A, prospectus de l’East London Démocratie Association ; voir a (...)
  • 35 London Democrat, 18 mai 1839.

24Comme d’autres associations de quartier, la RA de Marylebone avait un ton résolument différent de la LWMA : la cotisation était moins élevée et les réunions avaient en général lieu dans des tavernes. Alors que la LWMA consacrait beaucoup d’énergie à une correspondance étendue avec les organisations pour la réforme en dehors de Londres, la RA de Marylebone se concentrait sur la création de groupes similaires au sein de la capitale. Ni ces RA ni la LWMA n’eurent cependant une durée de vie bien longue, et aucune n’égalait en importance l’East London Démocratie Association, fondée en janvier 1837. La LDA – « East » fut abandonné en août 1838 – prônait un républicanisme musclé, « les principes propagés par ce grand philosophe et sauveur de l’humanité, l’immortel “Thomas Paine”34 ». Elle n’hésitait pas davantage à exiger la redistribution de la propriété privée. De toutes les organisations chartistes londoniennes, la LDA est celle qui attira le plus grand nombre de membres. Cela ne lui permit pourtant pas de dépasser les 3 000 adhérents. Comme le remarquait un journal étroitement lié à l’association, la capitale était « trop immense pour que les détails de fonctionnement puissent être gérés de manière sérieuse ou satisfaisante ; de plus, les gens ne se connaissent pas assez et ne se font pas assez confiance35 ».

  • 36 NS, 21 décembre 1850.
  • 37 Pour mieux comprendre le chartisme londonien, on se référera à I.J. Prothero, Artisans and Politics(...)

25Les tendances volatiles et fissipares de la politique populaire londonienne étaient le fruit d’une structure géographique et sociale exacerbée par la diversité des cultures associatives dans une métropole de deux millions d’habitants. De plus, malgré une pauvreté endémique dans de nombreux quartiers, l’économie de Londres ne partageait pas les vicissitudes de la région industrielle des Midlands, du Nord, de l’Écosse ou du sud du pays de Galles. Elle était donc largement déconnectée des tendances nationales, « toujours la dernière à s’agiter, ou quand elle prend l’initiative, sa masse est si écrasante, et la ségrégation de ses parties est telle qu’il n’en résulte aucune concentration d’énergie puissante et compacte... Comme tout cela est différent dans une ville de province36 ! » La LWMA s’est justement attiré le respect de la postérité parce qu’elle a su ranimer l’intérêt pour les six points, mais les historiens exagèrent trop souvent son importance par rapport au mouvement chartiste37. Pour comprendre pourquoi La Charte du Peuple parlait tant à l’imagination populaire, il faut regarder ailleurs qu’à Londres.

Feargus O’Connor

26La BPU et la LWMA finançaient toutes deux ce qu’elles appelaient des « missionnaires » pour éveiller les consciences politiques au-delà de leurs villes respectives. Dès mars 1837, Cleave se rendit à Brighton pour la LWMA ; à partir de mai, les principales cibles furent le Yorkshire et l’est des Midlands (et à l’automne, le centre du pays de Galles), où Hetherington, Cleave et Vincent réalisèrent des progrès considérables. Collins fut très efficace en Écosse, mais dans le Lancashire, Sait n’eut qu’un impact réduit. Néanmoins, le véritable problème était l’inévitable atomisation de ces initiatives : la Grande-Bretagne n’avait pas encore de réseau ferroviaire national ; les différences régionales comptaient énormément, reflétées et intensifiées par une presse au caractère extrêmement provincial ; le mode dominant du discours politique populaire était les rassemblements publics – souvent décidés à la dernière minute. Pour surmonter ces difficultés, il fallait une personnalité aux qualités très spécifiques. Cet homme fut Feargus O’Connor.

  • 38 Au sujet de l’élection, voir J.A. Epstein, Lion of Freedom : Feargus O’Connor and the Chartist Move (...)

27Lorsqu’il attaqua la LWMA en février 1838, O’Connor avait déjà fait beaucoup pour se tailler une réputation d’homme politique radical efficace dans le nord de l’Angleterre. L’Irlande et la Grande-Bretagne n’étaient pas hermétiquement closes et il n’y avait rien d’inhabituel à ce qu’un propriétaire terrien irlandais cherche à être élu à un siège parlementaire anglais. C’est ce que fit O’Connor à Oldham en 1835. Il venait d’être battu à Cork ; circonscription à deux députés, dotée d’un comité radical très organisé et d’un nombre significatif d’électeurs artisans, Oldham était un choix naturel pour relancer une carrière parlementaire. Il y avait aussi un attrait évident dans l’idée de succéder au député défunt, le grand agitateur William Cobbett. Comme O’Connor, Cobbett n’avait auparavant aucun lien avec Oldham mais il s’était fait élire grâce à sa redoutable réputation. O’Connor n’était guère renommé, et l’autre député de la circonscription, le radical John Fielden, propriétaire de filatures, s était engagé à soutenir le fils de Cobbett. John Cobbett n’était que l’ombre de son père, très hésitant quant au désétablissement de l’Église d’Angleterre – l’une des questions politiques centrales tout au long du xixe siècle. Alors que le nom de Cobbett suffisait à obtenir plus de voix qu’O’Connor, les trente-cinq voix que celui-ci remporta divisèrent l’opposition aux Tories et firent perdre l’élection à Cobbett38.

  • 39 En 1913 encore, un libéral d’Oldham comparait le rôle du parti travailliste lors de l’élection part (...)
  • 40 NS, 26 juin et 16 janvier 1841.
  • 41 Weekly Free Press, 26 septembre 1829, cité dans J. Belchem, “Orator" Hunt : Henry Hunt and English (...)

28Ce résultat valut à O’Connor une réputation d’aventurier politique, au moins dans les cercles libéraux de la middle class39. C’était injuste : dans l’Angleterre du xixe siècle, la politique des circonscriptions était très changeante et John Cobbett lui-même avait pareillement privé un candidat libéral de la victoire six mois auparavant à Chichester. Pour O’Connor, qui ne se souciait guère de l’opinion libérale, cet épisode eut des avantages très nets. Il se fit ainsi connaître dans le Nord industriel. Il devait par la suite décrire cette rencontre comme une révélation : « Pour la première fois, je vis les bruyantes usines textiles et leurs victimes [...] le visage pâle, le corps émacié, les membres tordus, s’acheminant vers l’enfer sur terre. Je vis leur corps épuisé rentrer chez eux en titubant, plus spectral encore à la lumière des chandelles, après quatorze heures de labeur [...] Dès lors, je devins l’avocat bénévole de mon prochain. » Autre point essentiel, le Lancashire le fit découvrir au public du Nord, qui répondit avec chaleur à son style très personnel de rhétorique politique. Si O’Connor n’avait jusque-là pas une idée très claire du radicalisme des régions industrielles d’Angleterre, il fut instruit par « l’université du Lancashire à Oldham », ainsi qu’il qualifia cette expérience40. Il en vint notamment très vite à apprécier l’importance durable de Henry Hunt. On ne peut comprendre les positions d’O’Connor en dehors de ce contexte. Hunt avait été la personnalité dominante de la politique populaire après les guerres napoléoniennes, créateur d’une stratégie d’agitation constitutionnelle déclarée, dont la force venait des masses d’ouvriers mobilisés. Hunt devint une figure emblématique parmi les radicaux de la classe ouvrière en rejetant avec mépris la réforme partielle (notamment le Reform Act de 1832) et l’économie politique contemporaine, deux bêtes noires qu’il associait parce que « tout ce que les radicaux demandaient, c’était un Parlement réformé qui agirait dans l’intérêt du peuple [...] On disait que la propriété devait être représentée : il en disait autant, car le travail était la propriété du peuple41 ».

  • 42 M. Bush, The Casualties of Peterloo, Lancaster, Carnegie, 2005 ; Labour History Archive and Study C (...)
  • 43 O’Connor, discours de Manchester, juillet 1835, cité dans Epstein, Lion of Freedom, op. cit., p. 23 (...)

29C’est pour écouter Hunt qu’une foule immense s’était rassemblée à St Peter’s Fields, à Manchester, le 16 août 1819, avant d’être violemment dispersée par la troupe agissant sur ordre des magistrats locaux. L’incident fut aussitôt baptisé « Peterloo ». Bien que colossale, l’indignation populaire ne put cependant empêcher que soient disculpés les responsables de 17 morts et de plus de 650 blessés, ni que soit introduite une législation répressive, ni que soit emprisonné Hunt. Peterloo devint un événement symbolique dans la politique britannique du xixe siècle. En 1874, la propagande électorale des libéraux y voyait encore un exemple de « justice tory » : dans les années 1830 et 1840, le souvenir en était beaucoup plus puissant. Chaque anniversaire était marqué par un rassemblement sur « les champs souillés de sang de Peterloo », et plus largement, les reliques et les vétérans de Peterloo furent vénérés dans leurs communautés42. Dans les dernières années de sa vie, des ennuis de santé obligèrent Hunt à se retirer de la scène. Sa mort en 1835 – le cœur brisé, selon la légende, parce que les ouvriers n’avaient pas protesté en masse contre le Reform Act de 1832 – laissa néanmoins un vide dans la politique populaire anglaise. O’Connor était arrivé dans le Lancashire pour remplacer William Cobbett ; il partit en déclarant qu’il « comblerait le vide créé par la mort de Henry Hunt43 ».

  • 44 R. Balmforth, Some Social and Political Pioneers of the Nineteenth Century, Londres, Sonneschein, 1 (...)

30O’Connor avait assurément les qualités physiques – un prodigieux appétit de travail, une allure imposante, « des poumons de cuivre et une voix de trompette »– pour imiter Hunt l’« Orateur44 ». Son talent à la tribune n’aurait pourtant pas suffi à étendre, ou même à ranimer, le mouvement de masse jadis mené par Hunt. Nous avons déjà vu comment O’Connor avait établi une présence dans les milieux radicaux londoniens par le biais de la RA de Marylebone – fondée deux mois après l’élection à Oldham. À la fin de la même année, à la demande de la LWMA, il setait lancé dans une tournée intensive de conférences dans le Nord industriel, créant au passage des RA sur le modèle de celle de Londres. Sa visite coïncida avec l’inquiétude croissante face à la mise en place imminente de la New Poor Law, contre laquelle il avait systématiquement voté lorsqu’il était membre du Parlement. Son impact personnel fut immense, comme il le souhaitait. Les souvenirs d’un tisserand de Barnsley brossent un portrait frappant de Feargus à cette époque :

  • 45 Barnsley Times, 27 mai 1882.

Sa silhouette était haute et bien proportionnée, et son port décidément aristocratique. Vêtu d’une redingote bleue et d’un gilet couleur chamois, il avait des bagues aux doigts de chaque main. Avec grâce et dans un langage vigoureux, il dit aux Radicaux de Barnsley qu’il avait vendu ses chevaux et ses chiens, qu’il avait fortement réduit son train de vie et que, pour le meilleur et pour le pire, il consacrerait désormais sa vie entière à promouvoir le bien-être de la classe ouvrière. On murmurait même parmi ses admirateurs qu’il descendait des anciens rois d’Irlande. Cela faisait de lui un grand favori, car la classe ouvrière, malgré sa démocratie et son républicanisme, a une prédilection pour le sang bleu chez ses leaders. La langue d’O’Connor, pour des oreilles habituées à n’entendre que le dialecte de Barnsley, parlé par les tisserands au visage pâle et par les savetiers noirauds, sonnait comme une riche musique45.

  • 46 Lettre à Frank O’Connor, 28 septembre 1843 (documents O’Connor d’Arlach). O’Connor exagérait peut-ê (...)

31Ces remarques sur l’attitude aristocratique d’O’Connor étaient pertinentes. Comme Henry Hunt, il s’inscrivait consciemment dans la tradition du gentleman leader radical, tradition qui, par le biais du précurseur de Hunt (et parrain d’O’Connor), sir Francis Burdett et par le major Cartwright, remontait à John Wilkes, dont les campagnes causèrent bien des soucis aux gouvernements des années 1760 et 1770. Renoncer à sa fortune et à son éducation au nom de la démocratie était un geste politiquement marquant, qui renforçait la perception populaire des maux de la corruption invétérée. D’un point de vue pratique, ces personnages maîtrisaient le langage et l’étiquette de la haute politique ; on dirait aujourd’hui que c’étaient des hommes de réseau. Peu importait qu’un rôle excessif soit accordé à la richesse et à l’éducation – même s’il était bon de conserver quelques fonds pour financer le train de vie adéquat et une réputation de générosité. O’Connor encouragea même l’idée qu’il descendait de l’antique maison royale d’Irlande, tout en avouant en privé qu’il avait perdu au jeu une bonne partie de sa fortune personnelle ; une dette de 750 livres en 1834 l’obligea à vendre ses chevaux de course et le guérit de cette habitude46.

  • 47 H. Southall, « Agitate! Agitate! Organize! Political travellers and the construction of a national (...)
  • 48 NS, 16 janvier 1841.
  • 49 Pour son propre récit, voir Bronterre’s National Reformer, 28 janvier 1837.

32Tout cela semble confirmer la réputation d’O’Connor comme aventurier politique. Pourtant, la voie qu’il choisit en 1835 n’était ni facile ni faite pour restaurer sa fortune. Si telle avait été sa motivation, il aurait bien mieux fait de pratiquer son métier d’avocat. Et la vie d’orateur professionnel n’était guère confortable. Par exemple, entre juin 1838 et août 1839, O’Connor passa cent vingt-trois jours sur les routes, pendant lesquels il prononça 147 grands discours et participa à d’innombrables congrès, comités et audiences judiciaires47. Ce modèle avait été établi dès sa tournée de décembre 1835 : les périodes d’activité intensive maximisaient la prise de conscience publique et la couverture dans la presse régionale. Le résultat ne se fit pas attendre, mais en 1837, « une fois estompé l’attrait de la curiosité, je m’aperçus que la presse était entièrement muette, alors que je me tuais à la tâche48 ». O’Connor alternait le temps passé à tenter d’influencer le radicalisme londonien et les tournées en province – notamment à l’hiver 1836-1837 où il étendit ses activités à Nottingham, Newcastle et dans le centre de l’Écosse, avant de regagner le Yorkshire49. Londres était cependant moins réceptif à son discours, et c’est en vain qu’il tenta en 1836 de créer un Universal Suffrage Club, parlant au nom de la ville entière comme la LWMA prétendait le faire, mais sans le caractère élitiste de celle-ci.

  • 50 G. Claeys, « A utopian tory revolutionary at Cambridge : the political ideas and schemes of James B (...)

33L’année suivante, O’Connor et son proche allié Bronterre O’Brien, journaliste de la presse non timbrée, furent impliqués dans la Central National Association (CNA), organisation infiniment moins impressionnante que son titre ne le laissait entendre, mais qui annonçait l’évolution politique des années à venir. Elle couvrait tout le spectre des ultra-tories, notamment son leader James Bernard, agriculteur et ancien élève du King’s College de Cambridge. La pensée économique et politique de Bernard intéressait depuis quelque temps les cercles socialistes, tandis que son opposition à la New Poor Law et ses opinions pour le suffrage masculin et contre la bourgeoisie formaient une combinaison attrayante pour O’Connor. De plus, la CNA offrait une plateforme d’où dénoncer le fonctionnement du système parlementaire prétendument réformé. Lors de l’élection générale de juillet 1837, trois figures éminentes de la CNA – John Bell, rédacteur en chef du journal radical London Mercury à Coventry, O’Connor à Preston et O’Brien à Manchester – exploitèrent le processus électoral pour en dénoncer la nature fondamentalement anti-démocratique. À Manchester, O’Brien ne fut pas même autorisé à parler au moment où, avant le vote, le directeur de scrutin demandait à tous les présents de se déclarer à main levée pour chaque candidat ; O’Connor remporta cette étape à Preston mais il refusa d’aller au vote où il savait qu’il serait vaincu ; Bell n’obtint que quarante-quatre voix. Cet épisode prouvait la nécessité du suffrage masculin. Pourtant, la défaite de justesse de Richard Oastler, principale personnalité du Yorkshire dans le mouvement de réforme des usines et dans la lutte anti-Poor Law, et candidat soutenu par la CNA à Huddersfield, montrait que même des élections non réformées pouvaient être ouvertes à l’influence radicale50.

  • 51 Oastler, Damnation !, op. cit., p. 3-5.

34À Londres, l’ultra-torysme de Bernard n’eut qu’un écho politique limité, et la CNA déclina rapidement à partir de l’été 1837 ; mais l’engagement d’O’Connor confirma sa réputation croissante. En outre, sa participation à la CNA soulignait son statut d’opposant à la New Poor Law. Cette nouvelle loi sur les pauvres adoptée en 1834 cherchait à abolir le secours versé aux pauvres sur les fonds publics, sauf à ceux qui étaient prêts à entrer dans un workhouse (asile pour pauvres) pour y subir des conditions de travail et d’alimentation bien plus dures que celles des salariés les moins bien payés. Chaque workhouse répondait aux besoins de plusieurs paroisses, et cette abolition de la responsabilité commune pour le secours aux pauvres, ainsi que la perte de liberté infligée comme une punition, causèrent une vive hostilité. De plus, les workhouses étaient perçus comme un mécanisme inhumain et inadéquat pour répondre aux problèmes du chômage cyclique et de l’emploi de courte durée, tous deux apparemment endémiques dans les régions industrielles du Nord. D’un autre côté, la « Old Poor Law » était souvent inéquitable et inefficace dans sa gestion, et beaucoup – du moins parmi ceux qui étaient les moins susceptibles d’avoir besoin d’être secourus – soutenaient la loi de 1834 pour son efficacité financière et administrative. La CNA fut le seul organisme londonien à s’y opposer systématiquement. Pour beaucoup de radicaux du Nord, même la LWMA sentait le malthusianisme, doctrine selon laquelle, avec le temps, la croissance démographique dépasserait inévitablement la capacité du pays à nourrir sa population. Thomas Malthus était ainsi irrévocablement associé aux adversaires de la Old Poor Law – parce que des secours trop facilement accessibles encourageaient la débauche et les familles nombreuses –, et donc aux partisans de mariages plus tardifs et de la contraception. Son opposition à la New Poor Law valut à O’Connor les chaleureux éloges d’Oastler51, tandis que la CNA le rapprocha de l’homologue de ce dernier dans le Lancashire, l’imprévisible pasteur méthodiste Joseph Rayner Stephens, et d’importants leaders locaux comme Joseph Crabtree, à Barnsley. En mai 1837, ces quatre personnages montèrent ensemble à la tribune lors d’un rassemblement de masse à Hartshead Moor, entre Bradford et Huddersfield. Ils étaient accompagnés de Bell, Bernard, O’Brien et Fielden. Leur ton reflète bien l’animosité inspirée par la New Poor Law, et indique à quel point les idées d’O’Connor coïncidaient avec les leurs :

  • 52 J.H. Burland, « Annals of Barnsley and its environs », manuscrit inédit, Bibliothèque centrale de B (...)

Crabtree qualifia la New Poor Law de maudite ; O’Brien, de malthusienne ; O’Connor dit qu’elle suscitait nécessairement l’exécration de tout être humain ; Fielden l’estimait infâme ; Bell, fatale et damnable [...] Stephens la jugeait abominable, et Oastler la déclara damnable, infernale, détestable, despotique, a-chrétienne, anticonstitutionnelle et contre-nature52.

  • 53 Burland, fo 71. Pour comprendre l’évolution du NS, Epstein, Lion of Freedom, op. cit., chap. 2, est (...)

35Leur public, qui dépassait peut-être les 250 000 personnes, était le plus grand qu’ait encore connu O’Connor, et il prit alors conscience des énergies politiques inexploitées dans les communautés industrielles du Nord. Le même jour, il eut une conversation avec Joshua Hobson, imprimeur de Leeds qui avait publié The Voice of the West Riding, le plus grand des journaux radicaux de province au début des années 1830. Ces périodiques non timbrés paraissaient sans acquitter le lourd impôt sur les périodiques – matérialisé par un timbre officiel collé à la une. Ceux qui travaillaient pour les journaux non timbrés encouraient de fortes amendes et des peines de prison, mais y acquéraient aussi une réputation durable de courage et d’intégrité. Hobson, O’Brien, Cleave et Hetherington étaient tous des vétérans de la presse illégale. Une réduction substantielle de l’impôt en 1836 tua pratiquement les journaux non timbrés, mais en dehors de Londres, aucun périodique nouveau n’était encore venu incarner leur vigueur et leur motivation politique. O’Connor était de plus en plus contrarié par l’indifférence de la presse à l’égard de ses tournées de discours. Il discuta donc avec Hobson des possibilités de produire un hebdomadaire radical légal et de qualité53.

36Quelques semaines auparavant, O’Connor avait envisagé de créer un journal similaire à Barnsley, dans une salle du pub de Crabtree, The Freedom Inn. Cependant, les conseils de Hobson l’emportèrent et, lorsqu’il parut finalement le 18 novembre 1837, le journal, intitulé Northern Star, portait l’adresse respectable de Briggate, à Leeds, et non de Dog Lane, à Barnsley – même si le rédacteur en chef nommé par O’Connor, William Hill, était natif de Barnsley et avait été tisserand avant de devenir prêtre de l’Église swedenborgienne. Pendant sept ans, l’imprimerie de Hobson publia l’un des plus grands phénomènes dans l’histoire de l’édition au xixe siècle. Mais les débuts furent chaotiques : O’Connor dut se rendre à Manchester à la dernière minute pour acheter les timbres officiels requis et seulement 3 000 exemplaires furent imprimés. Hobson n’était pas équipé pour produire à l’échelle souhaitée par O’Connor : il fallut commander une nouvelle presse et de nouveaux caractères, pour le paiement desquels O’Connor dut rapidement réunir un capital substantiel par l’émission d’actions. Cela eut au moins le mérite de garantir au journal un large réseau de défenseurs intéressés : une partie des fonds venait d’Ashton-under-Lyne, de Barnsley, de Keighley, d’Oldham et de Rochdale, mais l’essentiel venait de Bradford, de Hull, de Leeds, de Halifax et de Huddersfield. En tout, 690 livres furent réunies, presque toutes en actions d’une livre, mais cela ne suffit pas à couvrir tous les coûts, et O’Connor y fut de sa poche.

  • 54 M. Chase, « Building circulation, building identity : engraved portraiture and the Northern Star », (...)
  • 55 Gammage, History, op. cit., p. 17.

37Par chance, le Northern Star devint très vite une force majeure du journalisme radical, aidé en cela par la réputation d’O’Connor, et par son idée – alors nouvelle – d’offrir des gravures aux abonnés réguliers54. En janvier 1838, il s’en vendait chaque semaine environ 10 000 exemplaires. Dès l’été, même si la répartition géographique des actionnaires reflétait sa base du Nord, la diffusion s’étendait à travers presque toute la Grande-Bretagne. Le journal équilibrait les annonces et informations locales, comme les prix du marché, essentielles pour maintenir son lectorat dans le Yorkshire, avec des reportages très vivants, mais ses principales caractéristiques étaient les éditoriaux incisifs et bien écrits, la lettre déclamatoire hebdomadaire d’O’Connor, la rubrique poétique, à laquelle les lecteurs pouvaient envoyer leurs propres vers, et une couverture extensive des activités politiques de toute localité qui se donnait la peine d’en envoyer les détails. Ces textes paraissaient « accompagnés par toute la rhétorique faite pour susciter l’intérêt du lecteur et pour gonfler la vanité des orateurs, présentés avec autant de soin que s’il s’était agi de harangues parlementaires adaptées aux colonnes de la presse quotidienne55 », se rappelait l’un de ces orateurs qui y figura souvent. Le journal n’augmentait pas simplement sa diffusion en flattant ses lecteurs, mais plutôt en mettant en relief ce potentiel apparemment illimité qu’avait entrevu O’Connor à Harshead Moor en mai 1837. L’accumulation de ces reportages, colonne après colonne, semaine après semaine, donnait aux lecteurs le sentiment de participer à une croisade commune. Le Northern Star rassemblait l’information sur l’activité locale et régionale, et encourageait l’idée qu’elles s’inscrivaient dans un tout cohérent et vital. Ce qui fut bientôt le cas.

Vers le chartisme

38En février 1838, quand O’Connor reprocha à la LWMA sa mauvaise gestion de l’enquête parlementaire sur le trade-unionisme, il jouissait donc d’une position de force. Il était propriétaire d’un hebdomadaire à la popularité en plein essor. Il avait prononcé des discours dans tout le nord de l’Angleterre, le centre de l’Écosse, dans les régions de Nottingham et du Tyneside. C’était une figure bien connue du radicalisme londonien, et dans le nord de l’Angleterre il était étroitement associé à l’agitation contre la New Poor Law et à ses deux personnalités principales, Oastler et Stephens.

  • 56 Oastler, Damnation !, op. cit., p. 4.
  • 57 Monthly Liberator, 13 juin 1838.

39Au centre de toute cette activité, il préconisait constamment la réforme radicale centrée sur le suffrage masculin et lançait des attaques violentes contre le gouvernement whig – pas seulement contre la Poor Law de 1834, mais aussi contre son attitude lors du récent soulèvement canadien, sa limitation des libertés civiques en Irlande, sa tolérance des poursuites contre les trade-unionistes et sa tiédeur en matière de réforme des usines. O’Connor jouissait d’une certaine autorité parce qu’il parvenait à fusionner le soutien pour les objectifs radicaux et ultra-tory, comme Oastler le fit remarquer à ses auditeurs de Huddersfield : « Il est parfaitement vrai, et vous le savez tous, qu’il existe une grande différence, dans nos principes abstraits, entre M. O’Connor et moi-même, mais notre but suprême est le même. Nous recherchons tous deux le bonheur, la satisfaction et la sécurité de tous, et pour cette raison, nous ne sommes Whigs ni l’un ni l’autre56. » L’emprise d’O’Connor sur le mouvement radical naissant n’était pas totale – son absence à Glasgow Green le 21 mai 1838 le prouve – mais alors que ce mouvement commençait à se former autour de la pétition de la BPU et de la Charte du Peuple, O’Connor et le Northern Star en occupaient de plus en plus le centre. Dès juin, son nom était invoqué par le Monthly Liberator, influent mensuel écossais, comme source possible d’assistance pour élire un candidat « résolument radical » lors d’une élection parlementaire partielle anticipée à Glasgow57.

  • 58 Barnsley Chronicle, 29 juin 1889.
  • 59 C. Driver, Tory Radical : The Life of Richard Oastler, New York, Oxford University Press, 1946, p.  (...)
  • 60 NS, 21 avril 1838.

40Les arguments exposés à Glasgow Green s’imposèrent rapidement dans d’autres centres radicaux. Par exemple, moins de trois semaines plus tard, un comité d’ouvriers de Barnsley rédigea une adresse qui amplifiait le mécontentement d’Attwood vis-à-vis du Reform Act, louait l’initiative de Birmingham et remarquait que tout cela, « avec le secours du peuple, obtiendrait assurément une grande Charte, procurant le droit de voter pour les députés58 ». Indirectement, O’Connor avait sa part dans cette adresse, car elle fut présentée à Barnsley lors de la fondation de la branche locale de la Great Northern Union (GNU), nouvelle initiative qu’il avait lancée une semaine auparavant, pendant un rassemblement de masse à Hunslet Moor, près de Leeds. Cette nébuleuse – même « fédération » serait un terme trop fort – d’organisations locales préexistantes renforça l’autorité personnelle d’O’Connor. Son objectif dominant était pourtant de faire avancer le mouvement régional. Dès que le Parlement, en février 1838, eut rejeté une motion – proposée par Fielden et soutenue par plusieurs centaines de pétitions, totalisant plus de 250 000 signatures – demandant l’abrogation de la loi de 1834, la voie constitutionnelle empruntée par le mouvement anti-Poor Law semblait sans issue, à moins que le combat ne s’étende jusqu’à vouloir réformer la Constitution même. Le sentiment d’impasse augmenta quelques mois plus tard, quand Oastler tomba malade, après quoi ses relations avec son employeur se dégradèrent – ces événements le poussèrent à se retirer en partie de la vie publique, et il fut emprisonné pour dette de 1840 à 184459. Ce qui était nécessaire, déclara O’Connor lors d’un rassemblement à Dewsbury en avril, c’était « une union fondée sur des principes qui permettraient non seulement aux Radicaux de partager les mêmes idées, mais aussi de savoir qu’ils les partageaient. Rien n’était aussi nécessaire que de savoir comment ils pensaient les uns et les autres ; ils pourraient alors atteindre pratiquement n’importe quel objectif qu’il viserait60 ».

  • 61 J. Jackson, Démagogue Done Up : An Exposure of the Extrême Inconsistencies of Mr Feargus O’Connor, (...)

41L’influence de la GNU, celle d’O’Connor et celle du Northern Star se renforçaient donc mutuellement. Les associations locales qui rejoignaient l’union prêtaient en fait allégeance envers O’Connor, tandis que le Star permettait à ces différents éléments de rester en contact. La GNU n’avait ni comité central coordinateur, ni capacité de collecter des fonds. À l’adhésion, ses membres recevaient non pas une carte mais une médaille, « rachetée avec une avidité rarement égalée », à l’effigie d’O’Connor et énumérant les cinq points de la réforme radicale (la Charte moins le principe de circonscriptions égales)61. La GNU, son leader et le journal formaient une puissante combinaison mais ne suffirent pas à garantir cette accélération de l’organisation politique populaire qui caractérise le second semestre 1838. La BPU et sa pétition nationale, la LWMA et la Charte du Peuple n’y seraient pas non plus parvenues à elles seules. La convergence des trois s’avéra en revanche décisive.

  • 62 NS, 30 juin, 21 juillet et 18 août 1838.
  • 63 Par exemple : NS, 13 octobre ; The Times, 26 décembre ; et Morning Post, 29 décembre 1838 ; Annual (...)

42Le Star facilitait la cohérence et la communication, tandis qu’O’Connor était la personnalité locale charismatique. Le rassemblement de Glasgow avait établi le principe d’une unique pétition nationale (au lieu d’une accumulation d’initiatives locales), tandis que la Charte du Peuple fournissait au mouvement une identité claire et motivante. Ce fut initialement la pétition – dont le texte intégral était reproduit dans le Northern Star du 16 juin – qui enflamma surtout l’imagination populaire. L’indifférence répétée du Parlement face aux pétitions des ouvriers, illustrée par son attitude concernant la Poor Law, mais remontant au moins à la dérégulation de l’apprentissage en 1814, accrut en fait le choix populaire de la pétition comme tactique politique, mais avec une différence cruciale : une pétition nationale massive aurait un poids moral bien supérieur à la somme de ses parties. Collins fut donc chaleureusement reçu lors du lancement de la GNU, et la tactique de la BPU fut tout aussi chaleureusement acceptée. Ce ne fut que l’un des innombrables rassemblements semblables, cet été-là. Dans les régions textiles du Nord, « rejoindre les hommes de Birmingham » était souvent lié à « devenir une filiale de la “Great Northern Union” ». Les simples allusions à la Charte, comme à Barnsley début juin, furent remplacées par des discussions détaillées. Le 16 juillet, la RA de Dewsbury, affiliée à la GNU, se réunit chez Thomas Wharton « pour examiner la “Charte du Peuple”, publiée par la Working Men’s Association, dont le texte a reçu l’approbation de l’ensemble des membres ». Très vite, les rassemblements établirent un lien entre « l’opportunité d’adopter la Pétition Nationale et la Charte du Peuple62 ». En octobre, le terme commençait à être employé pour désigner tout un ordre politique nouveau, comme dans cette formule : « Une différente forme de justice serait instaurée en vertu de la Charte du Peuple. » Bientôt le terme « chartiste » fut créé, suivi peu après par « chartisme ». On parla un moment aussi de Charterism et de Charterists, et Daniel O’Connell évoqua mêmes les Fergises63. Mais la terminologie désormais familière l’emporta vite.

« Accablés par les souffrances publiques et privées »

43Le chartisme était une réaction profondément politisée à l’histoire politique récente, mais il n’apparut pas dans un vide économique. Vers la fin du xixe siècle, ceux qui avaient été chartistes ou sympathisants de la cause prirent l’habitude d’expliquer le mouvement et d’en excuser le militantisme exclusivement comme la politique de la faim. En 1887, à 63 ans, Ben Wilson, de Halifax, écrivit : « On pourrait dire à présent que nous étions fous, mais je vous assure que les jeunes gens d’aujourd’hui n’ont aucune idée de ce que nous devions supporter. »

  • 64 B. Wilson, Struggles of an Old Chartist (1887), reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radi (...)

J’ai été tisseur de laine, peigneur, terrassier pour les chemins de fer et carrier, si bien que je peux prétendre connaître les conditions de la classe ouvrière. Je me rappelle bien, il y a quelques années, avoir eu une conversation avec un ami qui me dit qu’il moulait des balles dans une cave en 1848 ; il avait une femme et cinq enfants qui dépendaient de lui, mais il était incapable de trouver du travail, les affaires étant tellement mauvaises [...] Souvent en hiver j’ai su ce qu’était manquer même des aliments de base, et des milliers de gens de cette paroisse étaient dans la même situation. Beaucoup de récits de tristesse pourraient être contés [...] c’était une époque à vous désespérer64.

44Les extraordinaires élans de militantisme populaire dans les années qui suivirent la publication de la Charte du Peuple ne peuvent s’expliquer sans référence aux conditions économiques de l’époque. En particulier, les dépressions de 1839-1840, de 1842 et de 1847-1848 furent parfois marquées par une mobilisation politique frénétique. La faim ne débouche pourtant pas directement sur un mouvement politique cohérent, soutenu par une presse dévouée et par ses propres agents et orateurs professionnels, pour la plupart caractérisés par leur discipline et leur altruisme. C’est pourtant exactement ce que fut le chartisme. De plus, comme le montrèrent les événements de 1837 et 1838, il prit son essor bien avant le ralentissement économique de 1839. Les cycles économiques n’expliquent que les pointes d’activité chartiste.

  • 65 C. Feinstein, « Pessimism perpetuated : real wages and the standard of living in Britain during and (...)

45Des stimuli économiques d’un genre différent résultaient de la nature de l’industrialisation britannique et de son impact très variable sur l’emploi et les conditions de vie des ouvriers. L’industrialisation ne se confond pas avec la mécanisation : ses phases successives virent augmenter l’offre d’emploi pour les tisserands et les faiseurs de bas au métier, dans les Pennine et les Midlands respectivement ; pour les mécaniciens qui rendaient la mécanisation possible ; pour les artisans répondant à l’expansion du marché de consommation de vêtements, de chaussures, de meubles et d’objets ; pour les travailleurs du bâtiment, d’abord parce que l’urbanisation connut un bond en avant sans précédent, puis quand le réseau ferroviaire se développa à partir du début des années 1840. Cependant, de nombreux emplois manuels, poussés par la demande accrue pour les biens qu’ils produisaient, se contractèrent ensuite quand la mécanisation s’étendit jusqu’à leur secteur. Dans les tissus de coton et les lainages, les tisserands furent touchés dans les années 1830 et 1840 – et avaient presque disparu en 1860. Sur le long terme, ces travailleurs n’avaient que peu d’espoir d’emploi et de revenu ; ils étaient aussi les premiers à être licenciés quand leur activité se heurtait à la récession, et les derniers à être réembauchés lors de la reprise. L’avenir était tout aussi sombre, mais pour d’autres raisons, dans les secteurs où, sans que la mécanisation soit une menace en soi, le travail à la pièce, la sous-traitance, l’emploi de main-d’œuvre peu qualifiée et la surexploitation des travailleurs augmentaient à mesure que les opérateurs commerciaux érodaient l’autonomie traditionnelle des travailleurs (et leurs revenus). Ce phénomène était particulièrement sensible à Londres, même si son impact se fit plus généralement sentir sur des secteurs artisanaux comme ceux des cordonniers ou des tailleurs. La répartition des bienfaits de l’industrialisation fut donc très inégale. Il y eut les gagnants et les perdants. Même dans une vision d’ensemble, les modestes gains en revenus réels réalisés vers le milieu des années 1830 furent perdus entre 1838 et 1842, et la reprise qui suivit fut lente et sérieusement affaiblie en 1847-184865.

  • 66 J. Leach, Stubborn Factsfrom the Factories, Londres, Ollivier, 1844, p. 11.

46Trois autres facteurs accentuaient le mécontentement ressenti par les travailleurs. D’abord, alors que la production en usine était encore modeste, même dans les années 1840, les ouvriers devaient se soumettre à une discipline envahissante et à de longues heures de travail, avec de très brefs intervalles de repos. « Les conditions cruelles et tyranniques dans lesquelles ils accomplissent leur labeur quotidien », pour citer un chartiste influent, étaient une grande cause de rancœur66. De plus, l’emploi de nombreuses femmes dans les filatures était généralement perçu comme nuisible pour la vie de famille. Étant donné le fort taux de spécialisation régionale de l’économie britannique, ces questions occupaient une place importante dans le mécontentement de certaines régions (surtout le Lancashire et le West Yorkshire) et quasi nulle dans d’autres.

  • 67 F. von Raumer, England in 1841, Londres, Lee, 1842, vol. 1, p. 106 ; E. Cook, The Life of Florence (...)

47Ensuite, et cela n’était pas lié à la région, les ouvriers ne touchaient qu’une infime part des retombées de la croissance économique – et pour beaucoup d’entre eux, cet avantage matériel était inexistant –, alors que la disparité entre richesse et pauvreté semblait se creuser. Selon un visiteur allemand en 1841, « il n’existe aucun pays au monde où le contraste soit aussi frappant, la séparation si nette, la comparaison si facile et si terrible entre riches et pauvres ». En 1848, Florence Nightingale écrivit : « L’Angleterre est sûrement le pays où le luxe a atteint son sommet et la pauvreté son abîme67. » Six ans auparavant, un commentateur nettement plus radical, de la région de Manchester, résumait ainsi la situation :

  • 68 People’s Magazine, avril 1842.

Le pays a subi un changement à peine croyable, sauf pour ceux qui en ont été témoins. Les villages sont devenus des villes, et les villes de taille ordinaire sont devenues, en richesse et en population, les rivales des grandes capitales des nations ; de gigantesques usines, vomissant leurs épais nuages de fumée empoisonnée, ont effacé d’une grande partie du royaume toute trace de beauté naturelle, tandis que surgissaient, à droite et à gauche, comme par un coup de baguette magique, les palais plâtrés, scintillants et clinquants des princes du commerce68.

  • 69 A.B. Reach, Manchester andthe Textile Districts in 1849, C. Aspin (éd.), Helmshore, Helmshore Local (...)

48Cette dégradation du cadre de vie était le troisième facteur clé, impossible à quantifier, même si les références sont légion dans les sources contemporaines. À cause du rythme de l’urbanisation, la plupart des logements étaient de médiocre qualité : les nouvelles constructions étaient souvent bâties en hâte, selon des plans inadaptés à leur emplacement ou à leur fonction, et l’on entassait les gens dans les anciennes, à mesure que les rues où ils étaient situés dégringolaient sur l’échelle du prestige social ; on construisait de plus en plus là où il y avait eu jusque-là des espaces vacants, des jardins ou des cours. Inévitablement, les familles aux plus bas revenus vivaient dans les logements les plus insalubres. À Ashton-under-Lyne, signalait le Morning Chronicle en 1849, les tisserands de coton vivaient « presque tous sans exception dans les quartiers anciens de la ville, sales et sans égouts, entourés de rues crasseuses et laides, dont les maisons sales et de travers s’écroulent69 ». La dégradation de l’environnement accentuait la conscience de la disparité entre richesse et pauvreté, et c’était un trait récurrent de la pensée chartiste. L’un des principaux conspirateurs du soulèvement chartiste de Bradford en 1840, George Flinn, l’expliquait ainsi :

  • 70 NS, 3 mai 1845 ; voir aussi A. Peacock, Bradford Chartism, 1838-40, York, Borthwick Institute, 1969 (...)

Le fabricant l’accusait d’en savoir un peu plus que la plupart de ses collègues, et aux yeux d’un fabricant, c’est là un crime non négligeable. Eh bien, quelle était sa situation pour acquérir ce savoir ? Il vivait dans une cave de trois mètres sur deux. Ce logement était son atelier, sa chambre à coucher, sa cuisine et son bureau, et souvent aussi son hôpital. Un homme pouvait-il vivre ainsi sans « acquérir du savoir » ? Devait-il fermer les yeux sur le fait que, tout en devant travailler dans cette situation, le fruit de son travail lui était soustrait, pour construire de splendides demeures tout autour de lui, habitées par ceux qui se moquent de lui par leurs témoignages de compassion70 ?

  • 71 NS, 16 juin 1838.

49La pétition nationale reflétait exactement ces préoccupations : « Avec tous ces éléments de prospérité nationale, et avec toutes les dispositions et capacités nécessaires à en profiter, nous nous trouvons accablés par les souffrances publiques et privées71. »

Vies chartistes. Elizabeth et Abram Hanson

50Parmi ceux qui se trouvaient à la tribune lorsque la Great Northern Union (GNU) fut fondée en 1838 figurait Abram Hanson, cordonnier. « Ils étaient esclaves dans un pays prétendu libre, et affamés dans un pays d’opulence », dit Abram à son auditoire. Il accueillit avec joie la GNU, car même s’il existait « de nombreuses associations » dans un rayon de trente kilomètres autour de Leeds, il leur manquait la coordination et elles « attendaient l’occasion de redresser leurs torts ». Du point de vue d’Abram, il était clair que le principal facteur de cohésion parmi les radicaux du Nord était « le meilleur ami que la classe ouvrière ait jamais eu » : Feargus O’Connor. Les conceptions politiques d’Abram s’enracinaient dans une vigoureuse éthique chrétienne, à forte tendance anticléricale. Lors d’un rassemblement de masse à la Pentecôte 1839, par exemple, il se lança dans une attaque contre le clergé de toute confession :

  • 72 NS, 9 juin 1838 ; Halifax Guardian, 25 mai 1839.

Ils prêchaient le Christ et la croûte de pain, l’obéissance passive et la non-résistance. Que le peuple évite ces églises et ces chapelles. (Nous les éviterons !). Qu’il aille écouter les hommes qui prêchaient le Christ et un ventre plein, le Christ et de bons habits, le Christ et une bonne maison, le Christ et le Suffrage Universel72.

  • 73 NS, 9 juin 1838.
  • 74 « Réminiscences of notable shoemakers », Boot and Shoemaker, 8 février 1879 ; toutes les citations (...)

51Abram n’avait jamais cherché à attirer l’attention au-delà de ce qu’il décrivait comme son « petit village », Elland, près de Halifax, dans le West Yorkshire73. Il y était né en 1796 ou 1797. Il n’avait reçu pratiquement aucune instruction, et disait en plaisantant qu’il avait fait ses études à « l’Université de la Nature74 ». Abram occupait pourtant une position dominante dans ce village producteur de textiles – en 1841, la population était inférieure à 6 500 habitants. Il était une source respectée de conseils médicaux, il participait à des spectacles de théâtre amateur, et était secrétaire de la RA locale. Lui et son épouse Elizabeth avaient joué en particulier un rôle décisif dans la mobilisation d’Elland contre le Poor Law Amendment Act de 1834. Son application repoussée dans le nord de l’Angleterre fut cruciale pour la forme que devaient prendre les débuts de l’activité chartiste. Les Hanson étaient typiques de ces militants locaux auxquels le chartisme offrit une place sur une scène politique plus large. Grâce à la presse chartiste, Elizabeth put présenter à un public national les inquiétudes des femmes d’EIland. Abram fut invité à parler lors de meetings radicaux, notamment lors du plus important d’entre eux, dans la première phase du chartisme dans le Yorkshire.

  • 75 NS, 3 mars 1838 ; Leeds Times, 16 juin 1838.

52La micro-politique de communautés aussi petites qu’Elland n’était guère couverte, même par la presse locale, mais on aperçoit parfois les Hanson à l’œuvre. Abram suscita l’émotion lors d’une réunion paroissiale où il se décrivit comme un républicain et tenta de contrecarrer les projets visant à célébrer le couronnement de la reine Victoria aux frais du contribuable. En février 1838, de façon plus spectaculaire, Elizabeth et d’autres femmes d’Elland tendirent une embuscade aux commissaires de la Poor Law devant le workhouse local. Ces fonctionnaires étaient chargés de veiller à l’application de cette nouvelle législation si contestée, et les femmes d’Elland « leur offrirent donc une roulade dans la neige ». Un autre jour, alors qu’un marchand de drap avait réduit les prix payés aux tisserands d’Elland, deux cents femmes réussirent à empêcher une caravane de charrettes à âne de quitter le village pour aller porter du travail à d’autres tisserands ailleurs75. Dans ces régions, la politique communautaire était parfois violente, mais non sans dimension intellectuelle. L’opposition d’Elizabeth à la New Poor Law, par exemple, reposait sur une connaissance documentée de la nature de l’économie au début de l’époque victorienne. Prise à parti pour avoir prétendument négligé la possibilité que la croissance économique réduise la pauvreté, elle répliqua :

  • 76 London Dispatch, 1er avril 1838.

Vous dites : développez notre commerce. Nous avons pillé toutes les zones habitables du globe. Si vous pouvez trouvez un moyen d’aller sur la lune, nous pourrons, à l’aide du papier, poursuivre la concurrence un peu plus longtemps ; mais si vous voulez améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière, que notre gouvernement légifère pour que la mécanique travaille de concert avec la main-d’œuvre, et agisse comme un auxiliaire, comme un aide, et non comme un concurrent76.

Ses remarques sont caractéristiques du chartisme « de base » dans ces communautés. On ne s’y fiait guère à la monnaie fiduciaire préconisée par Attwood. La mécanisation, ou plutôt le refus du gouvernement de protéger les travailleurs manuels des effets de la mécanisation, était l’objet de nombreuses doléances.

  • 77 E. Hobsbawm et J.W. Scott, « Political shoemakers », dans E. Hobsbawm, Worlds of Labour : Further S (...)

53Les Hanson avaient très à cœur la cause des tisserands d’Elland, et certains journalistes supposaient qu’Abram était lui-même tisserand. Cependant, bon nombre d’éminents chartistes travaillaient dans la chaussure. Selon une vieille tradition présente dans toute l’Europe, les cordonniers étaient à la tête des activités radicales ou religieuses dans leurs communautés. C’étaient des artisans qualifiés dont l’activité échappait au contrôle des principaux employeurs locaux et propriétaires terriens. La demande reflétait les fluctuations de l’économie locale, et bien peu de cordonniers pouvaient vivre de la seule fabrication de chaussures, malgré leur statut d’artisans indépendants. De plus, vers la fin des années 1830, les usines de chaussures des Midlands, fortement capitalisées, commençaient à pressurer les cordonniers provinciaux. Ils passaient donc l’essentiel de leur temps à travailler comme savetiers, activité faiblement payée mais qui leur valait une clientèle régulière – hommes et femmes de tous âges –, leur atelier devenant ainsi un centre naturel d’échange de commérages. Beaucoup de cordonniers jouaient donc un rôle de leader, de nature variable, dans leur communauté locale77.

  • 78 NS, 27 janvier 1838 ; Halifax Guardian, 23 janvier 1838.

54Abram était un membre éminent de la RA d’Elland, fondée en mars 1837, dans le cadre de l’élan politique qui allait culminer avec le chartisme. Les idées d’Abram sur le Reform Act de 1832 étaient typiques : les travailleurs du textile « n’étaient au sens politique rien d’autre que les esclaves et les serfs de l’aristocratie de la terre et de celle des filatures ». « La loi exigeait-elles que les électeurs soient grammairiens, latinistes érudits, ou même honnêtes gens ? Non, mais elle demandait : “Payez-vous 10 livres de loyer ?” » Dans de telles circonstances, « il n’y avait qu’une méthode sûre : ils devaient se fier à leurs propres efforts unis, ils devaient avoir d’eux-mêmes une haute opinion, car on leur avait jusqu’alors appris que l’argent était tout dans la société et que la pauvreté était un crime ». La prescription d’Abram était claire : « Imitez l’exemple des Canadiens, et soyez unis pour exiger vos droits78. »

  • 79 E. Webster, « Chartism in the Calder Valley, 1838-50 », Transactions of the Halifax Antiquarian Soc (...)

Même si le chartisme inspira à Hanson ses plus grands efforts politiques, son engagement en faveur du radicalisme était antérieur au mouvement. Son nom apparaît pour la première fois en 1830, dans des reportages sur les rassemblements publics dans la région. Il fut ensuite secrétaire, puis président de la RA d’Elland, et c’est à ce titre que William Lovett lui demanda de signer en octobre 1838 le pamphlet de la LWMA, The Radical Reformers of England, Scotland, Wales, to the Irish People79. Il fut peut-être même prédicateur méthodiste, à une époque, et comme l’exprime son appel réunissant « le Christ et le Suffrage Universel », il voyait la politique comme un prolongement du domaine religieux. Selon une anecdote qui illustre l’importance encore accordée aux rêves dans la croyance populaire, il sombra un jour dans une rêverie alors qu’il était en plein travail. Songeant à Oliver Cromwell et à la cause parlementaire, Hanson se réveilla soudain. Il courut prévenir Elizabeth : « Dis-moi, femme, il faut me trouver un mouchoir de cou blanc pour dimanche prochain, je vais prêcher. » À quoi elle répondit : « Quoi, vas-tu te faire Méthodiste, à cette heure ? »« Non, dit Abram, mais je vais prêcher quand même. Je viens de comprendre que la Charte passera à force de prêches et de prières. »

  • 80 Leeds Times, 17 février 1838.

55On ne peut pas être certain de l’authenticité de récits de ce genre, mais celui-ci souligne combien le style politique d’Abram s’enracinait dans la culture des églises et des rassemblements de la religion dissidente. Sa rhétorique n’avait rien de sophistiqué, mais elle était passionnée et s’exprimait de manière immédiatement familière pour son auditoire. Ce sont pourtant les capacités d’oratrice d’Elizabeth qui étaient les plus remarquables : elle « faisait fondre les cœurs et soulevait des flots de larmes », conclut un reportage consacré à un discours où elle prit la parole80.

  • 81 E. Sloane, Essays, Taies and Sketches, Halifax, Leyland, 1849, p. 61 et 65.

56L’instruction d’Abram ne se limitait certainement pas à l’église non conformiste (ni même au cabaret). Les connaissances médicales qui lui valaient d’être souvent consulté par les pauvres d’Elland s’appuyaient sur une tradition largement orale en matière de remèdes naturels. Dans les premières décennies du xixe siècle, la professionnalisation de la médecine étant encore très irrégulière, rebouteux et herboristes continuaient à jouer un rôle important, surtout dans les petites communautés. Néanmoins, l’essentiel du savoir d’Abram « en politique, en théâtre, en métaphysique et en littérature générale » n’avait pu être acquis que par les livres. On découvre le monde des artisans autodidactes grâce à l’habile portrait d’un cordonnier anonyme (antérieur d’une génération) habitant Halifax. Outre une Bible cornée, les trésors de sa bibliothèque personnelle incluaient toutes sortes d’ouvrages religieux – principalement dus à des auteurs du xviie siècle –, mais aussi L’Âge de raison (1794-1795) de Thomas Paine, L’Histoire de la prêtrise (1833), écrit anticlérical de William Howitt, et Maux et remèdes des travailleurs (1839) de J.F. Bray, socialiste de Leeds. Un roman populaire, Le Gentleman en noir, côtoyait le magazine d’une société de constructeurs locaux et Twopenny Trash, ou la politique pour les pauvres de William Cobbett. Comme Abram, ce cordonnier était d’une éloquence passionnée à propos de la politique de son temps ; quant à Peterloo, « malheur au cuir qui se trouve sous son marteau lorsqu’il en fait le récit81 ».

57L’effervescence et la soif de savoir d’Abram faisaient de lui un acteur né. Il adorait tenir le petit rôle du cordonnier dans Ali Baba et les quarante voleurs. Un autre rôle pour lequel il semblait tout désigné était celui de Last, le cordonnier dans la comédie politique de Cobbett, Surplus Population. Last exprime à peu près les opinions personnelles de Cobbett sur la New Poor Law, réfutant triomphalement « un grand philosophe anti-population ». On imagine le plaisir avec lequel Abram aurait interprété un dialogue comme celui-ci :

  • 82 W. Cobbett, Surplus Population and the Poor Law Bill : A Comedy in Three Acts, S. Bushell (éd.), Le (...)

Last : Ce sont vos oisifs qui mangent le pays : ce sont eux qui rendent les travailleurs si pauvres qu’ils sont obligés de venir à la paroisse ou de mourir de faim.
Squire Thimble : Obligés de venir exiger les biens d’autrui pour se nourrir !
Last : Ce ne sont pas les biens d’autrui, c’est leur propriété : par la nature et par le droit, ils héritent du droit à vivre de la terre, en échange de leur travail, et s’ils sont incapables de travailler, ou ne peuvent trouver d’emploi, ils ont ce droit sans le travail82.

58Bien qu’il n’ait jamais rejoint les rangs des missionnaires chartistes professionnels, Abram parlait souvent aux côtés des dirigeants du mouvement, par exemple O’Connor, Stephens et Collins, en octobre 1838 à Hartshead Moor. La certitude que le suffrage universel masculin garantirait une vaste réforme sociale et économique brillait dans cette attaque adressée par Abram aux adversaires du chartisme :

  • 83 NS, 16 octobre 1838.

Ils savaient que, doté du suffrage, le peuple anéantirait rapidement toutes les pratiques corrompues, que la législation ne refléterait plus les intérêts d’un parti, mais les intérêts universels. Qu’ayant dû travailler pour les financer, ils aboliraient les pensions imméritées, qu’ils étudieraient cette chose qu’on appelle Dette nationale, et supprimeraient les impôts qui pèsent sur les nécessités de la vie. Tout cela, les factions ne voulaient pas qu’on l’accomplisse, et elles s’efforçaient donc de priver le peuple du droit de vote83.

  • 84 NS, 14 avril et 9 juin 1838.

Abram et Elizabeth exprimaient tous deux l’idée, de plus en plus claire dans l’esprit des ouvriers du milieu des années 1830, d’un gouffre séparant riches et pauvres, ceux-ci étant « affamés dans un pays d’opulence », comme le disait Abram ; mais comme le montre l’extrait ci-dessus, ils n’étaient pas partisans de la politique automatique de la faim, et n’exigeaient pas simplement le suffrage masculin comme un droit abstrait. Dans les principales régions industrielles, il existait une conscience croissance de la convergence des intérêts économiques, sociaux et politiques. « L’union progresse, elle apparaît sous une forme nouvelle », déclarèrent les radicales d’Elland dans une adresse saluant la grâce accordée aux ouvriers de Tolpuddle84. Pour les femmes d’Elland, conduites par Elizabeth et Mary Grassby, épouse d’un autre chartiste actif, la New Poor Law était une cause de vive inquiétude. Elle rendait les femmes dépendantes du revenu de leur mari au lieu de les voir contribuant à part entière au revenu familial. Plus que les hommes, elles étaient susceptibles de recourir au secours destiné aux pauvres, surtout dans leur veuvage ou lorsqu’elles avaient une famille à élever. Ces questions devaient préoccuper Elizabeth à l’hiver 1838-1839. Agée de 41 ans, elle était enceinte de son quatrième enfant ; les trois premiers, des filles de 4,9 et 11 ans, ne contribuaient pas encore au revenu de la famille. La nouvelle législation, surtout avant que ses conséquences les plus draconiennes aient été modérées par la résistance locale, était généralement considérée comme un sérieux assaut contre l’intégrité de la famille, la dignité de la vieillesse et la puissante idéologie populaire selon laquelle le secours aux pauvres était un droit légal et moral.

  • 85 NS, 17 et 24 février 1838.

59En mars 1838, Elizabeth et ses voisines formèrent une Female Radical Association (FRA). Leur opposition aux réformes de 1834 étaient formulées dans une perspective féminine : « Les femmes ont plus à craindre de ce projet de loi que les hommes », déclara Mary Grassby. Comme Elizabeth le dit lors d’un meeting, non seulement on forçait les femmes à revêtir un uniforme dégradant (en toile grossière, recyclée) et on leur coupait les cheveux à l’entrée dans les « bastilles », mais on pouvait aussi leur prendre leurs enfants, surtout s’ils étaient malades85. Cet assaut soutenu par l’État contre la féminité et la maternité suscitait la colère des femmes et sous-tendait la lamentable séparation des couples mariés à leur entrée au workhouse. Un secours digne face aux maux de l’emploi irrégulier et au spectre du workhouse étaient les questions qui motivaient le plus les femmes. Leur engagement politique allait changer du tout au tout lorsque l’opposition à la New Poor Law fut peu à peu absorbée par un plus large programme politique, tandis que leurs pires craintes restaient hypothétiques – même si la menace du workhouse continua à hanter les foyers de la classe ouvrière jusqu’au xxe siècle.

  • 86 NS, 24 mars 1838.
  • 87 The People’s Charter, op. cit., p. 9.
  • 88 NS, 3 et 17 mars 1838 ; Leeds Times, 3 mars 1838 ; pour le chartisme féminin, voir surtout Thompson (...)

60Le suffrage des femmes n’était pas une priorité pour Elizabeth ou pour la FRA d’Elland : « Il est de notre devoir, en tant qu’épouses et mères, de former une Association féminine, afin d’offrir et de recevoir des informations d’ordre politique, et de coopérer avec nos fils et nos maris dans leur grande œuvre de régénération86. » Le chartisme n’était certes pas hostile au suffrage des femmes, mais adoptait sur ce point une attitude pragmatique, comme le concédait la préface de la Charte du Peuple : « Contre cette proposition raisonnable nous n’avons aucun argument juste à avancer, mais nous pouvons seulement exprimer nos craintes à ce propos, de peur que la fausse idée que l’homme se fait de cette moitié de la famille humaine ne pousse son ignorance et ses préjugés à retarder le progrès de sa propre liberté87. » Une fois le suffrage universel masculin obtenu, il était généralement admis que le suffrage des femmes finirait par suivre. En attendant, la plupart des femmes chartistes se concentraient sur des questions pratiques immédiates concernant la sécurité et la qualité de la vie familiale. Elizabeth et ses amies assistaient donc à des cours du soir dispensés dans les locaux de la RA d’Elland, dans Dog Lane. « Les habitants d’Elland semblent résolus à s’instruire eux-mêmes, sans attendre que le gouvernement décide de leur octroyer une éducation nationale », commenta le Leeds Times. Elles écrivaient aussi au Northern Star, dont elles étaient sans doute des lectrices avides. Étant donné que les petites villes textiles comme Elland étaient étroitement soudées, on peut être sûr qu’elles jouèrent un rôle dans les contributions aux fonds chartistes fournis par la loge féminine locale de la Druids’ Friendly Society88.

  • 89 NS, 17 mars ; London Dispatch, 1er avril 1838 ; Southern Star, 2 février 1840.
  • 90 NS, 10 février et 9 juin 1838.

61Comme toujours dans le domaine de l’intime et du personnel, on ne peut que spéculer sur la nature exacte de la relation qui unissait les Hanson. Pour des raisons peu claires, Mary Grassby se sépara de son mari James pendant quelques mois, au début de l’année 1838, mais Elizabeth et Abram semblent avoir été liés par une solide affection89. L’ex-chartiste anonyme de Huddersfield, qui écrivit dans le Boot and Shoemaker un hommage à Abram peu après sa mort en 1878, notait qu’il « s’arrangeait en général pour finir par imposer ses volontés ». Il cite aussi Abram comparant pour rire son couple à celui que formaient Socrate et sa querelleuse épouse Xanthippe – remarque reflétant un sexisme ordinaire autant que l’orgueil qu’un autodidacte tirait de son érudition classique. Selon la même source, Abram fréquentait « trop l’estaminet » – mais ce commentaire reflète peut-être la notion de respectabilité ouvrière de la fin des années 1870, autant que la personnalité d’Abram. Pourtant, le couple « réussit à élever une famille de façon correcte, compte tenu de sa position dans la vie ». Et si, comme cela paraît vraisemblable, Elizabeth appartenait à la section féminine de la Société mutuelle des druides d’Elland, elle devait assister à ses réunions au pub Waggon and Horses. Pour sa part, Abram était prompt (peut-être davantage que d’autres chartistes du Yorkshire) à faire l’éloge des « femmes qui sont les meilleures militantes politiques, les meilleures révolutionnaires, et les meilleures économistes politiques ». « Si les hommes manquaient à leur devoir, déclara-t-il lors de l’assemblée inaugurale de la GNU, les femmes d’Elland, qui ont juré de ne pas enfanter d’esclaves, ont prêté serment d’accomplir le travail des hommes et des femmes90. » Il s’agissait donc d’un authentique mariage chartiste, fait confirmé en 1839 lorsqu’Elizabeth donna naissance à leur fils Feargus O’Connor Hanson.

  • 91 NS, 8 avril 1843, 1er et 29 janvier 1848, 21 décembre 1850, 19 juin 1852 ; Webster, « Chartism in t (...)

62À partir de cet été-là, on trouve de moins en moins d’exemples attestés de la participation des Hanson à la vie politique. Le petit Feargus en fut sans doute la principale raison, mais il put y avoir d’autres facteurs. On observe dans le Northern Star un net déclin du nombre d’articles provenant d’Elland, conséquence accidentelle de la dimension nationale qu’acquit alors ce périodique jusque-là surtout régional. Par ailleurs, la New Poor Law, tout en restant un perpétuel sujet de doléances, passa un peu au second plan. Enfin, le chartisme à ses débuts tirait l’essentiel de sa force de communautés comme Elland, où l’activité politique déclina en même temps que l’industrie domestique. Le déclin du tissage non industriel modéra les énergies politiques du village. Même si ses chartistes formèrent en 1840 une branche de la National Charter Association, et soutinrent plus tard le plan agraire chartiste, l’activité politique autonome semble avoir diminué au village. De plus, après 1840, les rassemblements de masse en plein air, auxquels le style populaire d’Abram était idéalement adapté, devinrent moins fréquents. Tous les enfants Hanson grandirent à Elland, mais quand leur père déployait son éloquence sur des thèmes familiers au cours des années 1840, c’était plutôt à Halifax qu’à Elland. En 1852, Abram représentait encore les chartistes d’Elland lors des réunions des délégués du West Yorkshire, et Elizabeth continua à envoyer des dons modestes aux causes chartistes91.

Notes

1 Le récit qui suit s’inspire (et, sauf précision, les citations sont tirées) de la Scotch Reformers’ Gazette (26 mai 1838), Bibliothèque centrale de Birmingham (BCL), collection Lovett, vol. 1, fos 181-187 ; les détails complémentaires viennent de A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 48-52.

2 Les slogans sont reproduits dans le Northern Star (NS), 2 juin 1838, citant le Scots Times.

3 Les Corn Laws (lois céréalières) adoptées en 1815 après la fin des guerres napoléoniennes avaient pour objectif, en fixant des droits de douane prohibitifs à l’entrée du Royaume-Uni, de protéger les fermiers et les propriétaires fonciers de la concurrence étrangère. Elles furent combattues par la bourgeoisie libre-échangiste, pour laquelle le renchérissement de la farine et du pain signifiait des salaires élevés. À la suite d’une vaste campagne de l’Anti Corn Law League (la Ligue pour l’abrogation des lois céréalières), les Corn Laws furent abrogées en 1846 (F.B.).

4 R. Burns, History of the Sufferings of the Church of Scotland from the Restoration to the Révolution, Glasgow, Blackie, 1829, p. 69-70.

5 À propos de Wade, voir Dictionary of Labour Biography (DLB), vol. 11.

6 Bluebonnets : littéralement, les « bonnets bleus », une coiffe de laine jadis portée en Écosse ; par extension : les Écossais (F.B.).

7 Sur le style des journaux et la réaction du public, voir C. Yelland, « Speech and writing in the Northern Star », Labour History Review, 65/1 (2000), p. 22-40, reproduit dans S. Roberts (éd.), The People’s Charter, Londres, Merlin, 2003.

8 Par exemple, « J’imprime ce que, si les circonstances l’avaient permis, j’aurais dit à haute voix » : R. Oastler, Damnation ! Eternal Damnation to the Fiend-begotten, “Coarser Food”New Poor Law : A Speech by Richard Oastler, Londres, Hetherington, 1837, p. 2.

9 NS, 2 juin 1838 ; R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle, Browne, 1894, p. 21.

10 M. Chase, Early Trade Unionism : Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 181.

11 E. Chadwick, Report on the Sanitary Condition of the Labouring Population of Great Britain, M. Flinn (éd.), Édimbourg, Edinburgh University Press, 1965, p. 99 ; G.J. Harney dans NS, 2 septembre 1843 ; J.C. Symons (membre de la commission sur les employés des filatures, 1839), cité dans W.H. Fraser, Conflict and Class : Scottish Workers, 1700-1838, Édimbourg, Donald, 1988, p. 159.

12 E. King, Strike of the Glasgow Weavers, 1787, Glasgow, Glasgow Muséums & Art Galleries, 1987, p. 29.

13 Fraser, Conflict and Class, op. cit., p. 110 ; P.B. Ellis et S. Mac a’Ghobhainn, The Scottish Insurrection of 1820, Londres, Pluto, 1989, p. 179-190 ; voir aussi le récit, apparemment écrit par un participant, « The pioneers : or, a tale of the radical rising at Strathaven in 1820 », Chartist Circulas, 21 et 28 mai 1842.

14 M. Gebbie, Sketches of the Town of Strathavon and Parish of Avondale, Édimbourg, Menzies, 1880, p. 86. Cette bannière fut aussi portée lors du rassemblement du comté d’Ayrshire à Kilmarnock en novembre 1819 : A. Mackay, History of Kilmarnock, Kilmarnock, Wilson, 1848, p. 210. Un vestige subsiste au John Hastie Muséum de Strathaven. Taillé dans un morceau de soie crème, elle mesurait à l’origine 1,8 mètre carré et incluait une Bible brodée. Un autre drapeau, « porté par nos ancêtres dans les guerres du Covenant », fut brandie lors d’un rassemblement chartiste à Cumnock en 1840 : NS, 17 octobre 1840 ; voir aussi l’article sur la bataille de Drumclog dans Chartist Circular, 5 mars 1842.

15 D.J. Moss, Thomas Attwood : Biography ofa Radical, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1990, p. 77.

16 « Quelqu’un qui n’est d’aucun parti », Random Recollections of the House of Commons, Londres, Smith Elder, 1836, p. 281. Sur le fond, Attwood affirmait que l’or et l’argent était des biens dont la valeur était soumise à des variations sans lien avec l’économie ou la thésaurisation, qui exagéraient les mouvements de la confiance publique. Un système exclusivement fondé sur le papier permettrait de contrôler l’expansion de l’offre monétaire et de stimuler la demande : Moss, Attwood, op. cit., surtout p. 56-70.

17 Birmingham Journal, 23 décembre 1837.

18 « À cause de leur philosophie sous-jacente, les radicaux de la BPU s’approchaient dangereusement de la théorie de la “représentation virtuelle” des intérêts de la classe ouvrière par la classe moyenne » : C. Behagg, « An alliance with the middle class : the Birmingham Political Union and early Chartism », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982, p. 74.

19 T.A. Devyr, The Odd Book oft he Nineteenth Century, New York, Green point, 1882, p. 160.

20 British Library (BL), Add. Mss 37773, minutes de la LWMA, vol. 1, fo 107.

21 Address to Reformers on the Forthcoming Elections (1838), cité dans W. Lovett, The Life and Struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 118.

22 The People’s Charter ; Being the Outline of an Act to Promote the Just Représentation of the People of Great Britain and Ireland in the Commons House of Parliament, 3e éd., Londres, Hetherington, 1838 ; le discours initial est daté du 8 mai, jouer où le texte de Lovett fut approuvé par la LWMA. On estime en général que cela correspond à la date de publication mais pour le retard de fabrication voir BL, Add. Mss 37773, minutes de la LWMA, vol. 1, fos 105-107.

23 À propos de ce renouveau d’intérêt pour la Magna Carta, voir John Bull’s Mirror, or Corruption and Taxation Unmasked, Londres, Johnson, [1814 ?] –, Fairburn’s Edition of Magna Charta, or the Great Charter of Liberties, Londres, Fairburn, [1817 ?] ; The Queen and Magna Charta ; or, the Thing that John Signed, Londres, Dolby, 1820 ; « Magna Charta, or the Great Charter of Liberties », dans The Extraordinary Red Book, Londres, Johnston, 1819, p. xvii-xviii ; voir aussi J.A. Hone, For the Cause of Truth : Radicalism in London, 1796-1821, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. 323.

24 A Brief Account of the French Révolution of 1830... to which isaddedan appendix, containing ... the New Charter, Glasgow, Ogle & M’Phun, 1830 ; The New Charter, Humbly Addressed to the King and Both Houses of Parliament ; Proposed as the Basis of a Constitution for the Government of Great Britain and Ireland, and as a Substitute for the Reform Bill, Londres, Strange, 1831 ; The People’s Charter... Giving a Condensed View of the Great Principles of Représentative Government, and the Chief Objects of Reform, Londres, Brooks, 1832.

25 C’est ce que montre George Howell dans son histoire inédite (1900) de la LWMA, éditée par D.J. Rowe sous le titre A History of the Working Mens Association, Newcastle upon Tyne, Graham, 1970, p. 87. Rien ne vient étayer l’affirmation de Gammage selon laquelle O’Connell aurait suggéré le titre : Gammage, History, op. cit., p. 6. L’ampleur de la correspondance provinciale de la LWMA est évidente dans sa brochure The Radical Reformers of England, Scotland, & Wales, to the Irish People, Londres, Cleave, [1838 ?], p. 6-8.

26 The People’s Charter, op. cit., p. 2 et 4.

27 BCL, collection Lovett, vol. 1, fo 22 – affiche pour un rassemblement public à la Crown & Anchor Tavern, 28 février 1837, annoté par Lovett : « La Prière prononcée là-bas fut le début de la Charte du Peuple. »

28 L’« élection générale » désigne au Royaume-Uni les élections législatives, pour les députés à la Chambre des communes dans l’ensemble des circonscriptions (F.B.).

29 BCL, Collection Lovett, vol. 1, f° 170, Lovett à Sharman Crawford (3 juin 1838 ?). Dans une histoire inédite de la LWMA, Place prétendit avoir écrit une grande partie de la Charte : BL, collection Place, dossier 56, vol. 1, fos 8-9. Sur ce point, comme sur beaucoup d’autres, il induisit en erreur les historiens qui suivirent.

30 Le paragraphe qui suit s’appuie sur un récit plus détaillé dans Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 182-184.

31 NS, 10 février 1838.

32 NS, 17 février 1838. Lovett estimait clairement que la publication de cette lettre avait été un moment essentiel de sa carrière et il la reproduisit en bonne place dans The Life and Struggles, op. cit., p. 159-162.

33 I.J. Prothero, « London Chartism and the trades », Economie History Review, 24/2 (1971), p. 202 ; Address and Rules of the Working Men’s Association, for Benefiting Politically, Socially, and Morally, the Useful Classes, Londres, 1836, exemplaire de la BL, Add. Mss 27 835, fos 257-260.

34 BCL, collection Lovett, vol. 1, fo 34A, prospectus de l’East London Démocratie Association ; voir aussi J. Bennett, « The London Démocratie Association, 1837-41 », dans Epstein et Thompson (éd.), The Chartist Expérience, op. cit., p. 87-119.

35 London Democrat, 18 mai 1839.

36 NS, 21 décembre 1850.

37 Pour mieux comprendre le chartisme londonien, on se référera à I.J. Prothero, Artisans and Politics, Folkestone, Dawson, 1979 et D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, envers lesquels le présent auteur reconnaît sa dette.

38 Au sujet de l’élection, voir J.A. Epstein, Lion of Freedom : Feargus O’Connor and the Chartist Movement, 1832-42, Londres, Croom Helm, 1982, p. 21-24 ; et S.A. Weaver, John Fielden, Oxford, Clarendon, 1987.

39 En 1913 encore, un libéral d’Oldham comparait le rôle du parti travailliste lors de l’élection partielle de 1911 dans la circonscription avec celui d’O’Connor en 1835 : A. Marcroft, Oldham Liberal Bazaar Souvenir. Landmarks of Local Liberalism, Oldham, E.J. Wildgoose, 1913, p. 90-91.

40 NS, 26 juin et 16 janvier 1841.

41 Weekly Free Press, 26 septembre 1829, cité dans J. Belchem, “Orator" Hunt : Henry Hunt and English Working-Class Radicalism, Oxford, Clarendon, 1985, p. 198-199.

42 M. Bush, The Casualties of Peterloo, Lancaster, Carnegie, 2005 ; Labour History Archive and Study Centre (LHASC), Manchester, Vincent MSS 1/1/9, Vincent à J. Miniken, 18 août 1838.

43 O’Connor, discours de Manchester, juillet 1835, cité dans Epstein, Lion of Freedom, op. cit., p. 23-24.

44 R. Balmforth, Some Social and Political Pioneers of the Nineteenth Century, Londres, Sonneschein, 1902, p. 189 ; le père de Balmfort était tisserand à Huddersfield et partisan d’O’Connor.

45 Barnsley Times, 27 mai 1882.

46 Lettre à Frank O’Connor, 28 septembre 1843 (documents O’Connor d’Arlach). O’Connor exagérait peut-être sa perte, mais ses finances personnelles étaient en piteux état vers le milieu des années 1830. À ce sujet, voir J. Belchem et J. Epstein, « The nineteenth-century gentleman leader revisited », Social History, 22/2 (mai 1997).

47 H. Southall, « Agitate! Agitate! Organize! Political travellers and the construction of a national politics, 1839-80 », Transactions of the Institute of British Geographers, nouvelle série, 21/1 (1996), p. 178-182.

48 NS, 16 janvier 1841.

49 Pour son propre récit, voir Bronterre’s National Reformer, 28 janvier 1837.

50 G. Claeys, « A utopian tory revolutionary at Cambridge : the political ideas and schemes of James B. Bernard », Historical Journal, 25 (1982), p. 583-603 ; Epstein, Lion of Freedom, op. cit., p. 42-48 ; BCL, collection Lovett, vol. 1, fos 58-79.

51 Oastler, Damnation !, op. cit., p. 3-5.

52 J.H. Burland, « Annals of Barnsley and its environs », manuscrit inédit, Bibliothèque centrale de Barnsley, section Archives et études locales (désormais Burland), vol. 2 (1881), fo 68. Burland s’appuie sur un mélange d’articles de journaux et de souvenirs. Pour un récit contemporain, cohérent et plus détaillé, voir Leeds Mercury, 20 mai 1837 ; aussi J. Knott, Popular Opposition to the 1834 New Poor Law, Londres, Croom Helm, 1986, p. 113-122.

53 Burland, fo 71. Pour comprendre l’évolution du NS, Epstein, Lion of Freedom, op. cit., chap. 2, est inestimable ; pour Hobson, voir DLB, vol. 8.

54 M. Chase, « Building circulation, building identity : engraved portraiture and the Northern Star », dans J. Allen et O.R. Ashton (éd.), Papersfor the People, Londres, Merlin, 2005, p. 25-53.

55 Gammage, History, op. cit., p. 17.

56 Oastler, Damnation !, op. cit., p. 4.

57 Monthly Liberator, 13 juin 1838.

58 Barnsley Chronicle, 29 juin 1889.

59 C. Driver, Tory Radical : The Life of Richard Oastler, New York, Oxford University Press, 1946, p. 378 et suiv.

60 NS, 21 avril 1838.

61 J. Jackson, Démagogue Done Up : An Exposure of the Extrême Inconsistencies of Mr Feargus O’Connor, Bradford, Wilkinson, 1844, p. 6 ; NS, 4 août et 8 septembre 1838.

62 NS, 30 juin, 21 juillet et 18 août 1838.

63 Par exemple : NS, 13 octobre ; The Times, 26 décembre ; et Morning Post, 29 décembre 1838 ; Annual Register, or a View of the History and Politics of the Year of 1838, Londres, Rivington, 1839, p. 310 ; J. Watkins, five Cardinal Points of the People’s Charter, Whitby, Forth, 1839, p. 35 ; West Yorkshire Archives Service (WYAS), Leeds, documents Harewood, Lieutenancy Box 2, déposition de J. Glover, 26 juillet 1839 ; Temperance Journal, janvier 1840 ; O’Connell à D. Pigot, 30 septembre 1838, reproduit dans The Correspondence of Daniel O’Connell, M.R. O’Connell (éd.), Dublin, Blackwater, 1977, vol. 6, p. 185.

64 B. Wilson, Struggles of an Old Chartist (1887), reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radicalims : Memoirs of Working-class Politicians, 1790-1885, Londres, Europa, 1977, p. 209-210.

65 C. Feinstein, « Pessimism perpetuated : real wages and the standard of living in Britain during and after the industrial révolution », Journal of Economie History, 58/3 (1998).

66 J. Leach, Stubborn Factsfrom the Factories, Londres, Ollivier, 1844, p. 11.

67 F. von Raumer, England in 1841, Londres, Lee, 1842, vol. 1, p. 106 ; E. Cook, The Life of Florence Nightingale, Londres, Macmillan, 1914, vol. 1, p. 80.

68 People’s Magazine, avril 1842.

69 A.B. Reach, Manchester andthe Textile Districts in 1849, C. Aspin (éd.), Helmshore, Helmshore Local History Society, 1972, p. 73.

70 NS, 3 mai 1845 ; voir aussi A. Peacock, Bradford Chartism, 1838-40, York, Borthwick Institute, 1969, p. 42, 48.

71 NS, 16 juin 1838.

72 NS, 9 juin 1838 ; Halifax Guardian, 25 mai 1839.

73 NS, 9 juin 1838.

74 « Réminiscences of notable shoemakers », Boot and Shoemaker, 8 février 1879 ; toutes les citations non attribuées dans la suite du chapitre proviennent de cet article.

75 NS, 3 mars 1838 ; Leeds Times, 16 juin 1838.

76 London Dispatch, 1er avril 1838.

77 E. Hobsbawm et J.W. Scott, « Political shoemakers », dans E. Hobsbawm, Worlds of Labour : Further Studies in the History of Labour, Londres, Weidenfeld & Nicholson, 1984, p. 103-130 ; D. Thompson, Chartists, Londres, Temple Smith, 1984, p. 179-186.

78 NS, 27 janvier 1838 ; Halifax Guardian, 23 janvier 1838.

79 E. Webster, « Chartism in the Calder Valley, 1838-50 », Transactions of the Halifax Antiquarian Society, nouvelle série, 2 (1994), p. 73-74 ; [W. Lovett], Radical Reformers of England, Scotland,Wales, to the Irish People, Londres, Cleave, [1838], p. 8.

80 Leeds Times, 17 février 1838.

81 E. Sloane, Essays, Taies and Sketches, Halifax, Leyland, 1849, p. 61 et 65.

82 W. Cobbett, Surplus Population and the Poor Law Bill : A Comedy in Three Acts, S. Bushell (éd.), Leeds, Pelagian Press, 1994, p. 45.

83 NS, 16 octobre 1838.

84 NS, 14 avril et 9 juin 1838.

85 NS, 17 et 24 février 1838.

86 NS, 24 mars 1838.

87 The People’s Charter, op. cit., p. 9.

88 NS, 3 et 17 mars 1838 ; Leeds Times, 3 mars 1838 ; pour le chartisme féminin, voir surtout Thompson, Chartists, op. cit., p. 120-151.

89 NS, 17 mars ; London Dispatch, 1er avril 1838 ; Southern Star, 2 février 1840.

90 NS, 10 février et 9 juin 1838.

91 NS, 8 avril 1843, 1er et 29 janvier 1848, 21 décembre 1850, 19 juin 1852 ; Webster, « Chartism in the Calder Valley », art. cité, p. 74.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search