Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Préface

Fabrice Bensimon

Texte intégral

  • 1 “The People’s Farm”. English Radical Agrarianism 1775-1840, Oxford, Clarendon, 1988.
  • 2 Early Trade Unionism : Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashgate, 2000.

1Peu connu en France, Malcolm Chase est outre-Manche un historien reconnu du xixe siècle. Né en 1957, il est issu du mouvement du History Workshop (« l’atelier de l’histoire »). Celui-ci, fondé en 1966 par Raphael Samuel (1934-1996) au Ruskin College – un collège affilié à l’université d’Oxford et s’adressant aux adultes commençant ou reprenant des études sur le tard –, avait pour objectif de démocratiser l’histoire en y associant des non-professionnels. Malcolm Chase étudia notamment à l’université du Sussex (à Brighton), qui fut peut-être, de la fin des années 1960 au début des années 1980, le principal centre de l’histoire « par en bas », dont il est devenu un praticien. C’est dans cet élan vers l’étude des « oubliés de l’histoire » qu’il écrivit sa thèse, qui devint son premier ouvrage, “The People’s Farm"1. Ce livre traitait des radicaux agraires, entre 1775 et 1840, souvent inspirés par Thomas Spence (1750-1814), penseur et militant de la propriété collective de la terre. C’étaient pour l’essentiel, non des fermiers, mais des ouvriers et autres radicaux des villes qui, dans cette société en pleine industrialisation, étaient attachés à une terre qui nourrisse le peuple et n’enrichisse pas l’aristocratie foncière. Thomas Paine, William Cobbett et Robert Owen exprimèrent cette aspiration, dont certains en firent le combat d’une vie. Le lecteur du présent ouvrage retrouvera dans ces pages de nombreux échos de cette tradition, en particulier à travers le plan agraire du dirigeant chartiste Feargus O’Connor. À l’instar d’Edward P. Thompson en son temps, Malcolm Chase a ensuite enseigné, de 1982 à 2005, dans l’enseignement pour adultes, dans le Yorkshire. Son second livre, Early Trade Unionism, porte sur une époque méconnue du trade-unionisme, celle qui précède l’essor des années 1850 et 18602. Commençant par les formes pré-industrielles d’associations ouvrières, l’ouvrage setait attardé sur les liens entre trade-unionisme et radicalisme politique, notamment pendant la Révolution française puis après les guerres napoléoniennes. Il évoquait aussi l’importance du trade-unionisme dans le développement du mouvement pour la Charte du Peuple, et sur la divergence entre l’un et l’autre après 1842, une question sur laquelle Le chartisme revient. Malcolm Chase est maintenant professeur d’histoire sociale à l’université de Leeds. Son dernier ouvrage, à paraître en 2013, porte sur la crise sociale et politique de 1820, autour du massacre des participants à un rassemblement radical à Manchester (« Peterloo », le 16 août 1819), de l’affaire de la reine Caroline, dont la répudiation par son mari George IV suscita un vaste mouvement de protestation, de la conspiration de Cato Street à Londres, pour assassiner le gouvernement, et de la « guerre radicale » en Écosse, une vaste campagne de grèves et de troubles brutalement réprimés.

  • 3 R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-1854, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894 ; É. D (...)
  • 4 Voir notamment : D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982  (...)
  • 5 D. Thompson, op. cit. ; J. Saville, 1848. The British State and the Chartist Movement, Cambridge, C (...)
  • 6 G.S. Jones, « The language of Chartism », dans Thompson et Epstein (éd.), The Chartist Expérience, (...)
  • 7 Voir, par exemple, sa réponse à la recension de R. Saunders, en décembre 2009, sur le site de l’Ins (...)

2Les liens entre ces différentes recherches et le livre présenté ici sont donc nombreux. Avec le chartisme, Malcolm Chase s’est cependant attaqué à un « monument » de l’historiographie britannique. En effet, en raison de son caractère massif et de sa durée, le chartisme, souvent vu comme l’un des moments fondateurs du mouvement ouvrier ou de la « démocratie » britannique, a suscité une production abondante. On compte une dizaine d’ouvrages traitant de l’ensemble du mouvement, depuis Robert Gammage en 18543, et de nombreuses études locales ou thématiques4. Au cours des années 1980, le chartisme fit l’objet d’un vaste débat historiographique. Depuis les années 1950, le mouvement avait souvent été étudié par des historiens de la tradition anglo-marxiste, à l’instar de John Saville, de Dorothy Thompson ou encore de John Belchem5. Les uns et les autres y voyaient non seulement un combat civique pour le suffrage, mais également un mouvement ouvrier, au sein duquel les revendications politiques exprimaient des aspirations plus larges à l’émancipation du travail. En 1982, l’historien Gareth Stedman Jones, également issu du mouvement du History Workshop, publia un long essai, « The language of chartism », qui offrait une interprétation différente, insistant sur la nécessité de s’attacher aux mots des chartistes et à leur inscription dans la tradition du radicalisme anglais, héritée du xviiie siècle6. Ce texte devint l’un des manifestes des partisans d’un « tournant linguistique » dans l’histoire sociale. Malcolm Chase n’intervient pas ici dans ce débat et Le chartisme n’est pas un livre théorique. L’auteur a, bien sûr, son propre cadre conceptuel, et l’on pourra être en accord ou en désaccord avec telle ou telle de ses analyses7. Mais, sans prétendre illusoirement restituer les faits « tels qu’ils étaient », il ne propose ici ni introduction méthodologique, ni bilan interprétatif. Suivant un plan chronologique strict, il construit un récit, et espère ainsi fournir au lecteur les moyens de se forger sa propre opinion.

Son ouvrage est une réussite à plusieurs titres. D’abord, il s’est attaché à étudier le mouvement dans son entièreté, y compris dans la durée, en poussant l’étude jusqu’en 1858, dix ans après la fin communément admise du chartisme. Il prend en compte toutes les dimensions du plus vaste mouvement de masse britannique. Le chartisme est né de l’industrialisation et de l’urbanisation, ainsi que des déceptions suscitées par la réforme électorale de 1832, qui élargissait le suffrage à la middle class et lui permettait de partager le pouvoir politique avec l’aristocratie, y compris en mettant en œuvre une politique sociale féroce (réforme de la loi sur les pauvres en 1834). La Charte du Peuple, publiée en mai 1838 par la London Working Men’s Association, reprenait les revendications radicales avancées depuis la fin du xviiie siècle à travers « six points » désormais célèbres : le suffrage universel masculin ; le secret du scrutin – contre les pressions des propriétaires et des employeurs ; l’abolition du cens d’éligibilité ; la rémunération des députés – pour que des hommes issus du peuple puissent siéger ; l’équité des circonscriptions électorales – pour que les villes industrielles soient aussi bien représentées que les comtés et les bourgs anciens ; et l’élection annuelle de la Chambre des communes – de façon à ce que les députés reflètent fidèlement l’opinion populaire. Au-delà de ces revendications démocratiques, le chartisme était un mouvement ouvrier : ses partisans étaient convaincus qu’une Chambre élue au suffrage universel légiférerait en leur faveur, dans un pays où les travailleurs manuels représentaient les quatre cinquièmes de la population. Les chiffres sont impressionnants : des activités dans quelque 640 localités ; 3,3 millions de pétitionnaires en 1842, soit un tiers des adultes de Grande-Bretagne ; des rassemblements en plein air de plusieurs centaines de milliers de personnes ; quelque 120 journaux différents dont un hebdomadaire, le Northern Star, diffusait 50 000 exemplaires par semaine, ce qui en fit le journal le plus lu de son temps, etc.

  • 8 Voir par exemple ses quinze notices dans l’Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford (...)

3La dimension sans doute la plus originale du présent ouvrage est la façon dont il restitue l’expérience des militants et des soutiens du chartisme. Chacun des onze chapitres est suivi d’une courte « vie chartiste », constituant autant de biographies. Les personnalités choisies ne sont pas les dirigeants nationaux du mouvement, dont ces micro-histoires éclairent telle ou telle facette. Il s’agit soit de militants anonymes, soit de dirigeants locaux, à l’instar de William Cuffay (1788-1870), le « chartiste noir », né de parents esclaves à Saint Kitts (Saint-Christophe, dans les Antilles britanniques), tailleur, trade-unioniste et dirigeant chartiste à Londres, avant d’être déporté en Tasmanie et d’y passer les vingt dernières années de sa vie, sans jamais cesser de lutter ; ou de Samuel Holberry (1814-1842), agitateur de Sheffield, condamné pour conspiration, mort de maladie en prison et porté en terre par 50 000 personnes. Malcolm Chase pratique la biographie depuis longtemps et il valorise certaines dimensions souvent absentes de cet exercice8. Alors que les précédents travaux avaient souvent insisté sur l’exclusivité masculine du chartisme, il a mis en évidence le rôle joué par les femmes. Il souligne le caractère familial de l’engagement chartiste, par les activités auxquelles toute une famille est associée, mais aussi par les risques qu’elle encourt collectivement : perte d’emploi, déchéance sociale, emprisonnement voire déportation. Les enfants ne sont pas à la marge du mouvement, mais en tête des défilés, au sein des chœurs, à la fabrication de matériel militant, ou encore portant des prénoms chartistes. Malcolm Chase relève ainsi une gageure archivistique, comme le montre la superbe biographie d’Ann Dawson, l’auteure probable du marquoir de 1847 qui figure en quatrième de couverture. Ce faisant, il assume recourir à une forme d’imagination : il y a une place pour le fictif dans l’écriture historique, notamment quand les sources sont lacunaires. Et, pour l’historien, qui ne voit qu’à travers un « verre sombre », s’intéresser à l’intériorité d’un acteur est légitime.

4La culture des chartistes sous toutes ses formes figure ici en bonne place. Si l’on ne peut parler de « contre-société », il existe une culture spécifique, dans laquelle baignent les militants et leur famille. Malcolm Chase s’intéresse à la place des journaux, dans cette époque de transition entre la culture orale et celle de l’imprimé. Il évoque les différentes formes de la culture populaire utilisées pour faire passer leur message : théâtre, carnavals, sermons, poésie, romans, hymnes, chorales, camp meetings, etc. « Mouvement parapluie », le chartisme a englobé aussi bien des sociétés de secours mutuel, des coopératives de consommation que des trade-unions, et tous ces aspects sont abordés. L’auteur fait également revivre les écoles et les églises chartistes, le combat de nombreux militants pour l’instruction ou contre l’alcool. C’est une histoire totale.

5Enfin, cet ouvrage impressionne par la diversité des sources mobilisées. Vu l’importance du chartisme dans la société britannique, celles-ci sont quasiment inépuisables. Malcolm Chase a lu l’intégralité des 738 numéros du Northern Star (1837-1852), ainsi que de nombreux autres périodiques chartistes. Il a dépouillé les archives du Home Office (le ministère de l’intérieur), celles de la Metropolitan Police londonienne, de la justice ou encore du Land Plan, la « ferme du peuple » de Feargus O’Connor, ainsi que d’innombrables papiers privés. Il a utilisé les nombreux textes autobiographiques, les journaux privés et diverses correspondances. Il ne néglige pas la culture matérielle du chartisme, ses banderoles et ses broderies, ses maisons et ses villages communautaires.

  • 9 O. Ashton, R. Fyson et S. Roberts (éd.), The Chartist Movement. A New Annotated Bibliography, Londr (...)
  • 10 Sur internet, citons « Chartist ancestors », animé par M. Crail : « What did your family do in the (...)
  • 11 É. Dolléans, Le Chartisme, op. cit.
  • 12 Par exemple : M. Reboul, Naissance du chartisme, Paris, Bordas, 1980 ; H. Journès, Une littérature (...)

Outre-Manche, le chartisme suscite auprès des historiens et du grand public un intérêt qui ne se dément pas. En 1995, une bibliographie avait recensé quelque 1 300 références9. Depuis, plus de 200 articles et ouvrages sont parus, traitant en tout ou partie du mouvement. Il fait l’objet de colloques annuels, d’événements locaux, de sites internet spécialisés, d’émissions de radio voire de télévision, malgré la rareté des images dont nous disposons10. Il est l’objet d’usages politiques variés, comme mouvement démocratique ou comme premier parti ouvrier. En France, en revanche, c’est un parent pauvre de l’édition. Le seul ouvrage d’ensemble disponible dans notre langue, celui d’Édouard Dolléans, est paru pour la première fois il y a un siècle11. Sous la monarchie de Juillet, le mouvement pour la Charte du Peuple intriguait, voire fascinait le parti de la réforme, de Flora Tristan à Étienne Cabet, quand bien même ceux-ci plaçaient la France au centre de leur projet et condamnaient un modèle anglais jugé matérialiste et aristocratique. Mais le chartisme a pâti d’un long oubli, dans un pays centré sur sa culture politique nationale et où le suffrage universel semble acquis dès 1848. Divers travaux ont certes été publiés, ici et là12, mais le lecteur français était obligé de se plonger dans l’abondante bibliographie en anglais. Cette traduction devrait intéresser non seulement les spécialistes de la Grande-Bretagne victorienne, mais aussi ceux de la France du xixe siècle, ouvrant un coin sur ce que l’histoire politique britannique a de meilleur. Les analyses de Malcolm Chase sur la « politisation » sont autant de contrepoints aux travaux menés sur la France de cette époque : politique informelle, rapport entre lutte sociale et lutte politique, invention de nouvelles formes de participation. Cet ouvrage pourra ainsi ouvrir des pistes pour des travaux sur la France ou pour des approches comparatives ou transnationales.

6Ce livre devrait aussi toucher un lectorat militant soucieux de connaître les origines d’un mouvement ouvrier qui considérait que « le travail est source de toute richesse » (labour is the source of all wealth), dans la première société industrielle. C’est un récit haletant écrit dans une langue simple et claire. Si le lecteur suit la plume alerte de Malcolm Chase, il se trouvera vite emmené dans les arrière-salles des pubs, dans les chaumières et dans les ateliers textiles où on lit le Northern Star à voix haute et collectivement ; près des estrades électorales où les candidats chartistes défient le suffrage censitaire ; dans les meetings en plein air, souvent tenus à l’écart des villes pour échapper au regard des autorités ; dans les défilés en rangs serrés et dans les rassemblements monstres qui contribuèrent tant à renforcer l’unité et la confiance qu’avaient les chartistes dans leurs propres forces ; voire dans les réunions armées nocturnes, éclairées à la torche, où l’on se préparait à renverser un « gouvernement tyrannique ». Celui-là fera « griller des muffins sur un volcan », et sera emporté par l’énergie, la détermination et l’engagement de ces enfants, de ces femmes et de ces hommes, « aux vestes de futaine, aux mains calleuses et aux mentons mal rasés », auxquels Le chartisme rend vie si admirablement.

Notes

1 “The People’s Farm”. English Radical Agrarianism 1775-1840, Oxford, Clarendon, 1988.

2 Early Trade Unionism : Fraternity, Skill and the Politics of Labour, Aldershot, Ashgate, 2000.

3 R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-1854, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894 ; É. Dolléans, Le Chartisme (1831-1848). Aurore du mouvement ouvrier, Paris, Les Nuits rouges, 2003 [1912-1913] ; J. West, A History of the Chartist Movement, Londres, Constable, 1920 ; M. Hovell, The Chartist Movement, Manchester, Manchester University Press, 1918 ; Th. Rothstein, From Chartism to Labourism, Londres, Laurence, 1929 ; R. Groves, But We Shall Rise Again. A Narrative History of Chartism, Londres, Secker and Warburg, 1938 ; J.T. Ward, Chartism, Londres, Batsford, 1973 ; D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975 ; E. Royle, Chartism, Londres, Longman, 1986 ; D. Thompson, The Chartists. Popular Politics in the Industrial Révolution, Londres, Temple Smith, 1984 ; A. Briggs, Chartism, Londres, Sutton, 1998.

4 Voir notamment : D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982 ; D.J.V. Jones, The Last Rising. The Newport Chartist Insurrection of 1839, Cardiff, University of Wales Press, 1999 [1985] ; P.A. Pickering, Chartism and the Chartists in Manchester and Salford, Basingstoke, Macmillan, 1995 ; W. Hamish Fraser, Chartism in Scotland, Pontypool, Merlin, 2010.

5 D. Thompson, op. cit. ; J. Saville, 1848. The British State and the Chartist Movement, Cambridge, Cambridge University Press, 1987 ; J. Belchem, « Feargus O’Connor and the collapse of the mass platform », dans D. Thompson et J. Epstein (éd.), The Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982, p. 269-310.

6 G.S. Jones, « The language of Chartism », dans Thompson et Epstein (éd.), The Chartist Expérience, op. cit., p. 3-58 ; et, dans une version plus longue, G.S. Jones, « Rethinking Chartism », dans G.S.]ones, Languages of Class : Studies in English Working Class History, 1832-1982, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 90-178. Traduction partielle : « Repenser le chartisme », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54/1 (2007), p. 7-68.

7 Voir, par exemple, sa réponse à la recension de R. Saunders, en décembre 2009, sur le site de l’Institute of Historical Research : http://www.history.ac.uk/reviews/review/699 (consulté le 18 janvier 2013).

8 Voir par exemple ses quinze notices dans l’Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 2004-2013 ; et M. Chase, « Le tournant biographique de l’histoire ouvrière et sociale », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 104-105 (2012).

9 O. Ashton, R. Fyson et S. Roberts (éd.), The Chartist Movement. A New Annotated Bibliography, Londres, Mansell, 1995.

10 Sur internet, citons « Chartist ancestors », animé par M. Crail : « What did your family do in the révolution ? »

11 É. Dolléans, Le Chartisme, op. cit.

12 Par exemple : M. Reboul, Naissance du chartisme, Paris, Bordas, 1980 ; H. Journès, Une littérature révolutionnaire en Grande-Bretagne : la poésie chartiste, Paris, Publisud, 1991. On notera aussi deux thèses inédites : B. Simonet, Ernest Jones : Chartisme et Socialisme, sous la direction de M. Chrétien, université Lyon II, 2003 ; B. Agnès, L’appel au pouvoir. Essai sur le pétitionnement auprès des chambres législatives et électives en France et au Royaume- Uni entre 1814 et 1848, sous la direction de Ch. Charle, université Paris 1, 2009, à paraître aux Presses universitaires de Rennes.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search