Versione classicaVersione mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Remerciements

Testo integrale

1Ce livre s’appuie sur des recherches accumulées durant une période exceptionnellement longue. Cependant, il n’aurait jamais été écrit sans la bourse de recherche accordée par l’Arts and Humanities Research Council, et sans le congé accordé par l’université de Leeds. Je remercie ces deux institutions pour leur appui. Le soutien de mes collègues de Leeds, au département d’histoire comme au service de la formation continue, a beaucoup compté pour moi.

2Mes profonds remerciements vont aux nombreuses institutions dont j’ai pu consulter les collections, et à leur personnel qui m’a si volontiers prêté son aide. À Londres, je remercie le Bishopsgate Institute, la British Library (St Paneras), la British Newspaper Library (Colindale), la Goldsmiths Library of Economie Literature (université de Londres, Senate House), la London School of Economies et les Archives nationales à Kew. À Manchester, j’aimerais remercier les archivistes du Co-operative College et du Labour History Archive and Study Centre au National Museum of Labour History. Je salue aussi l’assistance que m’a apportée le personnel des musées d’Ayrshire et de Newport, du Wilton Lodge Muséum à Hawick, de la York Minster Library, les bibliothèques de l’université du Staffordshire et de l’université de York, ainsi que les bibliothécaires bénévoles de l’incomparable Whitby Literary and Philosophical Society. Depuis plus de vingt ans, je suis un usager vorace de la Brotherton Library à l’université de Leeds. C’est un fonds exceptionnel où travaille une équipe non moins exceptionnelle : je leur adresse tous mes remerciements.

3J’ai une dette particulière envers le personnel des bibliothèques municipales, archives et centres d’études locales dont la liste suit : Barnsley, Birmingham, Bolton, Bradford, Dartford, Derby, Leeds, Manchester, Middlesbrough, Newcastle upon Tyne, Newport, Oldham, Stockport, Sunderland, Tameside (Ashton-under-Lyne et Stalybridge), Warwick, York et les Archives du West Yorkshire à Bradford et à Leeds.

4Pour lire « innocemment » le Northern Star, j’ai passé plusieurs années à parcourir ses numéros dans l’ordre chronologique, en enregistrant sur un dictaphone mes impressions et des citations. Cela aurait néanmoins été impossible sans l’aide de Sheila Salvin, et surtout de Joan Winpenny (toutes deux travaillant au service de la formation continue à l’université de Leeds) qui ont eu la lourde tâche de transcrire les bandes qui résultaient de cet exercice tous les lundis matins.

5 En présentant des communications à un large éventail de séminaires et de colloques, sur différents aspects du chartisme, j’ai pu préciser mes idées, les soumettre à l’examen critique de mes pairs, et corriger quantité d’erreurs. Il serait malvenu de citer les uns plutôt que d’autres, donc je les remercie tous. Je souhaite cependant mentionner les groupes successifs d’étudiants dont l’enthousiasme et la participation active à des cours sur le chartisme ont grandement contribué à approfondir ma compréhension de ce mouvement.

6Mes dettes de nature plus personnelle sont innombrables. Aucune des personnes mentionnées ci-dessous n’est responsable des défauts de ce livre, mais chacun à sa manière a contribué à sa rédaction : Owen Ashton, John Baxter, Fabrice Bensimon, mes parents Sherwin et Elizabeth Chase, Chris Close, Sean Creighton, Dodford Independent Electors, Stephen Duncombe, Richard Floyd, James Gregory, Robert Hall, Julian Harber, John Harrison, lan Haywood, Ronald Morris, Ian Packer, Mike Sanders, Dorothy Thompson, William Turner, Roy Vickers et un lecteur anonyme. Mon collègue David Goodway fut une importante source d’encouragements sans relâche. Je remercie en particulier Eduardo Trigo O’Connor d’Arlach pour m’avoir autorisé à citer des extraits de la correspondance de Feargus et Francisco Burdett O’Connor – et James Dunkerley qui m’en a facilité l’accès –, ainsi qu’Angela Killick pour sa réponse enthousiaste à ma demande d’utiliser le marquoir brodé d’Ann Dawson.

7« Je ne connais personne au monde, écrivit Thomas Cooper dans son autobiographie, qui pourrait écrire une Histoire du chartisme sans commettre d’erreurs. Je suis sûr que j’en serais moi-même incapable. » Sans Shirley Chase, il y aurait bien plus d’erreurs dans les pages qui suivent. Elle veille sur ce livre depuis sa conception, elle en a lu les versions successives et ses conseils avisés l’ont beaucoup amélioré. Comme toujours, notre fille Sarah a aidé à tout voir d’un œil optimiste. Ce livre est aussi le sien.

8Osbaldwick, juillet 2006.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search