Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Quatrième partie. Lecteurs et lectures d’Halbwachs

La société rustre : espace littéraire et modèle sociologique

Edgar de Decca

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre fait partie d’une recherche en cours financée par le CNPQ. Elle a pour objet l’analyse (...)

1Nous cherchons ici à montrer comment – indirectement – la sociologie de Maurice Halbwachs participe de l’élaboration littéraire du territoire auquel renvoie le mot sertão, qui a contribué à définir les traits de l’identité nationale et à présenter une vision d’ensemble du Brésil1.

2Le terme sertão est ancien. Il date probablement des premières mentions littéraires des récits du xviiie siècle, lorsque le colonisateur a dû désigner le territoire de l’inconnu, un territoire du vide qu’il fallait encore conquérir. Il convient de souligner qu’il s’agit là d’une parole et d’une écriture se situant à la frontière : celle-ci apparaît lorsqu’il s’agit de conquérir un monde encore mystérieux et barbare. Il faut rappeler que ce territoire que l’on désigne par sertão a un équivalent littéraire en Europe chez les écrivains du xixe siècle qui cherchèrent à représenter le monde de la pauvreté grandissante dans des proportions effrayantes avec le développement des grandes métropoles urbaines.

3Il convient de remarquer que cette littérature constituée à la frontière possède un type de récit élaboré longtemps avant la découverte de l’Amérique : on l’aperçoit nettement dans l’Antiquité classique, lorsque la littérature grecque élabora la représentation de l’autre comme barbare, comme inconnu. La littérature brésilienne du xixe siècle a largement recouru à ces images de frontière ayant pour territoire le sertão. L’écriture romancée n’est pas seule aux origines de la création de ce territoire. La fondation de l’historiographie brésilienne par l’Institut historique et géographique a longuement insisté sur l’argument selon lequel l’identité nationale était née avec la conquête du sertão par l’écriture de l’histoire. Ultérieurement, à la fin du siècle passé, ce territoire du mot sera également conquis par la sociologie et son analyse mériterait une plus grande attention. Aussi avons-nous entrepris d’analyser le territoire du sertão et de préciser de quelle manière le discours sociologique l’a emprunté et utilisé.

  • 2 Pour le lecteur non brésilien l’Avenue Centrale correspond à peu près à l’avenue des Champs-Élysée (...)
  • 3 E. Da Cunha, Os Sertões, Rio de Janeiro, 1902 ou comme « exilé dans notre terre » (S. Buarque de H (...)

4Pour avoir une idée de la force évocatrice du sertão dans le discours scientifique et littéraire, il suffit de nous rappeler la phrase profondément révélatrice, et ironique, d’un médecin hygiéniste de Rio de Janeiro : lorsqu’on lui demandait où commençait le sertão, il répondait que celui-ci commençait au bout de l’Avenue Centrale2. En ce sens, il serait opportun de remarquer que le cœur de la nationalité brésilienne se situerait dans un territoire du vide et de l’inconnu, le Brésilien étant défini par le discours scientifique et littéraire comme « étranger dans sa propre terre »3.

  • 4 Les traductions de l’ouvrage d’Euclides Da Cunha, Os Sertões, témoignent de ce prestige. La premiè (...)

5Nous aimerions tout d’abord souligner que le sertão a été la représentation essentielle de la littérature de fiction au Brésil, et ce, depuis le romantisme du xixe siècle jusqu’au modernisme des premières décennies du xxe siècle. Nous pouvons affirmer sans exagération que ce territoire constitue également la contribution majeure de la sociologie brésilienne aux sciences sociales. Le sertão apparaît sans doute comme une contribution importante de la littérature brésilienne à la littérature internationale4.

6Avant même de développer notre propos, nous voudrions suggérer que l’étendue de ce territoire n’a pas encore été vraiment mesurée du point de vue intellectuel. Il convient également de remarquer que le territoire des sertões est un vaste lieu d’expériences scientifiques, littéraires et esthétiques européennes depuis la fin du xviiie siècle. C’est pourquoi nous considérons comme décisive l’étude de la présence de la sociologie française depuis son arrivée, au milieu du xixe siècle, dans la vie intellectuelle brésilienne. Notre contribution rappellera très brièvement comment le sertão a été conquis par une sociologie d’inspiration essentiellement française, en commençant par Taine et Renan, en passant par Durkheim et en retrouvant enfin Roger Bastide et ainsi, indirectement, Maurice Halbwachs entre les années 1940 et 1950.

  • 5 L’édition française est préfacée par Lucien Febvre et publiée par Gallimard en 1952.

7Ce terme qui définit la nationalité s’oppose au modèle sociologique consacré par l’ouvrage de Gilberto Freyre, Casa Grande e Senzala (traduit en français par Roger Bastide sous le titre Maîtres et Esclaves5), où la société brésilienne se définit structurellement par le rapport entre maître et esclave. À l’inverse d’une société structurée sur la base de la famille patriarcale, le sertão se fonde sur une morphologie climatique et géographique que le nomadisme du colonisateur a produite, créant des conditions-types de vie aux frontières de diverses cultures. Ce modèle du caractère déterministe a été originairement créé par l’écrivain Euclides Da Cunha (1866-1909) dans son ouvrage Os Sertões publié en 1902 dont l’inspiration se fonde sur le roman de Victor Hugo, Quatre-vingt-treize, et la méthode historique et sociologique des trois forces d’Hippolyte Taine : le milieu, la race et le moment (ce dernier résultant de l’addition des deux précédentes). Traduit originairement en français en 1947, cet ouvrage a eu alors peu d’écho. Il a connu récemment un regain d’intérêt avec une traduction plus sophistiquée sous le titre de Hautes Terres : La guerre de Canudos. Quoique la littérature d’inspiration romantique et l’historiographie aient été responsables à l’origine de la création du territoire du sertão dans la littérature, ce n’est qu’avec Euclides Da Cunha que le sertão a acquis un caractère scientifique et sociologique. Le point de départ de l’ouvrage d’Euclides Da Cunha est une guerre imaginaire de fanatiques religieux monarchistes et millénaristes qui prétendent rétablir la monarchie au Brésil, après la proclamation de la République en 1889. L’intrigue qui servit d’inspiration à l’auteur brésilien a été, rappelons-le, le roman de Victor Hugo. L’auteur brésilien comparait la révolte de Canudos à celle de la Vendée. La guerre de Canudos a fini pourtant par servir de prétexte à la production d’un modèle de société évocateur qui s’est constitué dans une situation de frontière.

8Pour comprendre ce modèle de société créé par un discours scientifique inspiré des œuvres de Taine, Renan, Tarde et de l’Allemand Gumplowics, il faut tenter de répondre à une question de fond sur la représentation scientifique et imaginaire de l’identité nationale. De plus, nous pourrions avancer que ce territoire du mot que réclament la littérature, l’histoire et la sociologie, non seulement s’est fondé à partir des références théoriques françaises, mais aussi a fini par projeter, sur la scène internationale, un modèle nouveau de société, désigné par les termes de « société rustre », dont l’isolement, le nomadisme et le métissage constituent les traits marquants. Les combinaisons entre ces divers éléments ont servi de ferment aussi bien à la fiction qu’au discours scientifique. Nous pourrions d’ailleurs avancer qu’il existe une complémentarité entre l’un et l’autre au point que les progrès de l’un sont absorbés par l’autre. La littérature d’un auteur comme Monteiro Lobato, par exemple, porte ainsi les marques de la sociologie des sertões d’Euclides Da Cunha, ainsi que celles du discours hygiéniste du début du xxe siècle. De même, les expériences esthétiques du modernisme brésilien, s’inspirant des mouvements d’avant-garde européens du début du xxe siècle, ont projeté leurs visions littéraires sur le champ de la sociologie et de l’histoire. Le modèle de société rustre est tributaire du modernisme dans son désir même de retrouver les racines de l’homme brésilien à partir des sertões. Ce modèle de société de frontière a fini par devenir une alternative possible au modèle sociologique européen des sociétés paysannes et au modèle anthropologique des sociétés primitives.

9Arrêtons-nous à présent sur la façon dont s’est constitué le sertão comme espace scientifique et comment cette élaboration littéraire se transforme peu à peu en modèle de société rustre, dans lequel nous apercevons la présence indirecte, par l’intermédiaire de Roger Bastide, de Halbwachs.

10Tout d’abord, analysons les commentaires du critique littéraire Antônio Cândido à propos de l’ouvrage d’Euclides Da Cunha, Os Sertões. Ayant reçu une formation de sociologue, Cândido a été aussi un des responsables de l’élaboration du modèle de société rustre présentée dans son livre Os Parceiros do Rio Bonito, étude de la mentalité collective d’une société marquée par l’isolement, le métissage, créée dans une ancienne zone de frontière de la colonisation portugaise. Selon lui, l’ouvrage Os Sertões est sociologique dans sa manière d’expliquer le comportement fanatique et religieux des hommes du sertão. Le milieu physique et la constitution raciale y jouent un rôle important. Le milieu géographique est aussi décisif pour la distribution et la configuration des groupes sociaux. D’autre part, les contacts entre races sont importants pour la compréhension de la psychologie et des comportements des individus. Pour le critique littéraire, le milieu est un facteur qui conditionne le développement du groupe, alors que la race est importante pour modeler le comportement psychique collectif. Ces groupes sociaux se sont formés à partir de l’occupation du territoire que le colonisateur portugais a découvert. Selon Euclides Da Cunha, dans son ouvrage Os Sertões, cette occupation de zones de frontière aurait produit des types sociaux ayant des comportements psychiques distincts, moins en raison des différentes formes de métissage entre indiens, noirs et blancs, qu’en raison des facteurs géographiques et climatiques.

  • 6 Toutes les citations d’Antônio Cândido sont extraites de son article « Euclides Da Cunha », Sociól (...)

11Ces facteurs sont décisifs pour la construction de la représentation des sertões, puisque c’est à partir d’eux que Da Cunha définit le sertão comme un territoire de frontière marqué par l’isolement. Ainsi le milieu physique responsable de la ségrégation est-il déterminant pour le caractère ethnique et psychique du groupe social. Dans cet ouvrage, l’isolement et l’insularité du sertão sont cependant dus aux facteurs économiques et politiques. À l’instar de la théorie sociologique du début du xxe siècle, l’ouvrage de Da Cunha se fonde sur l’idée que toute évolution sociale dépend de la diffusion culturelle et de la communication d’un groupe avec les autres. On peut en déduire que la société du sertão, isolée et infériorisée, est vouée à l’échec et au conflit lorsqu’elle entre en contact avec d’autres groupes sociaux. Le concept sociologique le plus approprié pour la définir est celui de retard culturel. Ce serait d’ailleurs la caractéristique la plus marquante des sociétés créées par la colonisation ibérique. Pour nous limiter aux références sociologiques, l’ouvrage de Da Cunha paraît suivre le modèle de Von Wiese selon lequel les faits sociaux « se développent dans une certaine direction et selon un certain rythme : la direction suivie par les phénomènes de la société du sertão a été l’isolement, ce qui conditionne son évolution ; le rythme en serait l’intermittence »6. Selon Cândido, il ne faut pas oublier que la caractérisation de l’homme du sertão sert également à la caractérisation du Brésilien comme étant un être intermittent. En effet, dans le sertão tel que l’appréhende Da Cunha, l’être brésilien serait intermittent de même que le milieu physique dans ses traits les plus marquants. Comme le dit Cândido, « nous nous rappelons tous le contraste, souligné par Euclides dans une page célèbre, entre l’allure habituelle du paysan – mou, sans aplomb – et celle qu’il prend dans les moments d’exception ». Cette alternance et cette intermittence, marquantes dans l’ouvrage de Da Cunha, ont amené Cândido à souligner ce trait typique du territoire et aussi de l’histoire du sertão, et de manière plus générale, du Brésil.

12Nous aurions donc dans le sertão, l’isolement d’un côté, l’intermittence de l’autre, une direction et un rythme s’exprimant de manière métaphorique dans des sociétés créées par le monde colonial européen. D’une part, la stabilité des anciennes sociétés européennes, d’autre part l’instabilité, l’isolement tragique, et l’alternance entre la passivité et la révolte du monde colonial, constamment dépeints par la littérature latino-américaine, d’Euclides Da Cunha à Gabriel Garcia Marques dans Cent Ans de Solitude.

  • 7 Cf. G. Tarde, L’Opinion et les foules, Paris, F. Alcan, 1901.

13Il existe pourtant un autre élément notable qui caractérise la société rustre et qui a trait à sa composition psycho-sociologique, inspiré du modèle de la foule indifférenciée et homogène. Cette représentation psychosociale collective de la société du sertão s’inspire de l’ouvrage de Gabriel Tarde sur les foules dont la publication française est contemporaine du roman de Da Cunha7. Selon ce dernier, l’insularité de la société du sertão provoquant la constitution d’un groupe ethnique et culturel homogène n’a pas favorisé une division sociale du travail. Comme l’a remarqué Cândido, avec le modèle sociologique de Tarde, « nous savons que le comportement est d’autant plus facilement stéréotypé que la société est homogène, imposant ses modèles forts et peu nombreux comme norme collective. Dans une telle société, les vagues de mysticisme déferlent avec force car, comme dans les foules, les forces conscientes sont englouties par des torrents d’émotivité. Les automatismes se libèrent en supprimant le contrôle vacillant de la raison et les tendances primaires des ethnies inférieures qui freinent l’équilibre instable du métissage, jaillissent avec fureur ». En parcourant l’ouvrage d’Euclides Da Cunha, nous découvrons que la puissance de son écriture lui permet de dépasser les schématismes et les déterminismes des théories scientifiques auquel il recourt pour la représentation sociologique du sertão. L’ouvrage acquiert donc une forte dimension utopique dans la mesure où il éclaire les populations vivant en marge de l’histoire. En déplaçant les concepts scientifiques de leurs soubassements déterministes et mécaniques, l’auteur nous présente une société structurée par des forces telluriques, proches des forces du surnaturel qui animent les personnages de la tragédie grecque, qui vont se condenser et se projeter dans la mémoire collective. En ce sens, nous pouvons considérer Euclides Da Cunha comme halbwachsien avant la lettre.

  • 8 Voir ici l’article de R. Bastide, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’Année socio (...)

14Mais nos commentaires ne s’arrêtent pas là. Une autre présence française sera décisive pour l’élaboration du sertão comme territoire tant littéraire que scientifique. On le sait, au cours des années 1930, un groupe d’intellectuels français est venu au Brésil avec pour mission la création d’une institution académique visant à développer la philosophie, les lettres et les sciences. Parmi ces intellectuels, hormis Claude Lévi-Strauss et Fernand Braudel, c’est Roger Bastide qui a été le plus marquant. En outre, c’est celui qui a sans doute le plus contribué à la relecture de l’ouvrage de Da Cunha. Son livre le plus important sur la société brésilienne, Brésil. Terre de Contrastes, est une transposition du modèle sociologique créé par Euclides Da Cunha où deux civilisations, l’européenne et celle du sertão, s’affrontent. Par ailleurs, Euclides Da Cunha présente une grande proximité avec la sociologie de Maurice Halbwachs dont Bastide a été l’élève8. Plus que tout autre écrivain, Da Cunha s’est attaché à la morphologie sociale du sertão au point d’utiliser la métaphore de « socle de la nationalité » pour définir l’homme du sertão. Dans son ouvrage, nous apprenons que ce socle est l’homme du sertão dont la morphologie est la même que celle du granit, roche formée de trois éléments combinés qui ne se distinguent pas à la surface, mais qui se révèlent différents dans les couches plus profondes. Ainsi l’homme du sertão a-t-il une morphologie ethnique et sociale constituée du croisement des trois races, la blanche, l’indienne et la noire.

15Le modèle sociologique de Da Cunha est devenu une référence pour bien des ouvrages sociologiques. Parmi les auteurs français qui ont cherché à créer un modèle sociologique permettant de rendre compte du Brésil, apparaît Roger Bastide : il s’est appuyé sur le modèle d’Euclides Da Cunha, construisant également son interprétation sur la base d’un jeu d’oppositions entre l’archaïque et le moderne, le littoral et le sertão, la culture archaïque esclavagiste et la culture rustre. Brésil. Terre de Contrastes, porte un titre révélateur de ce modèle sociologique. En résulte, par ailleurs, une approche méthodologique qui, tout en opérant par un jeu d’oppositions, aboutit à une vision homogène de la société brésilienne, apercevant pourtant des rapports dynamiques dans la constitution des différents Brésils. La société rustre de Roger Bastide, malgré son isolement, se crée à partir des besoins économiques engendrés par le développement de la canne à sucre au Nord-Est, ce qu’avait remarqué Euclides Da Cunha auparavant. Dans Brésil. Terre de Contrastes, l’auteur cherchera ainsi à explorer ces oppositions dynamiques en évitant le schéma euclidien des totalités homogènes des deux Brésils. Cette démarche sera présente dans des recherches ultérieures, dans lesquelles l’auteur accordera une importance de plus en plus grande aux différenciations internes dans les sociétés dont le Brésil se compose. Roger Bastide entreprend de percevoir ce changement interne aux groupes sociaux ainsi que le rapport correspondant entre le groupe et les individus, après avoir étudié les travaux de Maurice Halbwachs. Une telle contribution a été décisive au développement de la sociologie brésilienne, au travers de la diffusion de l’étude des mentalités, des comportements et des mémoires. Par l’intermédiaire de Bastide, Halbwachs est très lu au Brésil. Au contraire de la sociologie de tradition euclidienne marquée par Taine, qui a négligé l’importance des différenciations de classe à l’intérieur des sociétés, la présence d’Halbwachs dans la sociologie brésilienne a précédé le marxisme, en tenant compte des divisions internes dans la formation de la mémoire et de la mentalité collectives.

  • 9 Voir notamment, R. Bastide, Les Religions afro-brésiliennes. Contribution à une sociologie des int (...)

16Bien que le modèle sociologique euclidien continue à être le modèle définissant le sertão tant du point de vue scientifique que littéraire, l’arrivée de la sociologie française avec la génération de Bastide a provoqué des changements importants dans les modes de perception et de représentation du Brésil. La présence, – indirecte certes –, de Maurice Halbwachsa favorisé l’approfondissement des recherches sur les subjectivités et la psychologie sociale, soulignant l’intérêt d’étudier la religiosité des communautés noires et de la société rustre9. Parmi ces études, celles de Bastide sur les religions afro-brésiliennes et sur le messianisme et le millénarisme dans les sertões. Celles également de l’historien Sérgio Buarque de Hollanda, dans Caminhos e Fronteiras e Monções, tourné vers l’étude des formes culturelles et de la mémoire collective de ces sociétés de frontière, font autorité.

  • 10 M. I. Pereira de Queiroz, Roger Bastide, Ática, 1983, p. 59.

17En suivant les traces de cette sociologie bastidienne, plusieurs auteurs brésiliens ont incorporé indirectement les thèses de Maurice Halbwachs dans leurs travaux, essentiellement en ce qui concerne les aspects dynamiques de la mémoire collective. Cette sociologie nouvelle s’interroge davantage sur la dynamique des rapports sociaux que sur les traditionnelles questions de la sociologie française, « préoccupée de la permanence, de l’ordre, des structures et implicitement envisageant l’écoulement du temps comme une anomalie qu’il faudrait écarter », comme l’a souligné la sociologue Maria Isaura Pereira de Queiroz, élève de Roger Bastide et auteur de O Messianismo no Brasil e no mundo, le livre le plus important sur les sertões, après celui d’Euclides Da Cunha10. Cette sociologie qui privilégie les subjectivités, les comportements et la mentalité des groupes sociaux, s’inscrit dans la perspective des recherches d’Halbwachs sur les Lieux saints. Pour lui, la mémoire est en perpétuel changement au point que les traditions ne sont pas identiques à elles-mêmes mais se modifient en fonction du temps et de l’espace.

  • 11 R. Bastide, Brasil. Terra de Contrastes, Difel, 1973, p. 15. Édition française : Brésil. Terre de (...)

18Tout ce qui en Europe suggère stabilité et rationalité, suggère dans le monde des sertões et des Brésils mouvement et intermittence, produisant une dynamique semblable à celle des courants de la mémoire collective dont parle Halbwachs, dans un flux permanent et ininterrompu de réactualisation du passé dans le présent. Bastide indique qu’il faudrait créer des mots nouveaux pour décrire et comprendre le territoire appelé Brésil qui ne saurait être compris à partir des paramètres d’une culture européenne. Cette culture européenne, selon Bastide, devrait s’accommoder et s’adapter à cet autre territoire afin de pouvoir ainsi réactualiser ses propres éléments de mémoire. Pour lui, « le sociologue qui étudie le Brésil ne sait quel système de concepts utiliser. Toutes les notions qu’il a apprises dans les pays européens et nord-américains ne sont pas valables ici. L’ancien se mêle au nouveau. Les époques historiques s’enchevêtrent les unes dans les autres. Les mêmes termes comme classe sociale ou dialectique historique n’ont pas la même signification, ne recouvrent pas les mêmes réalités concrètes. Il faudrait, au lieu de concepts rigides, découvrir des notions en quelque manière fluides capables de décrire des phénomènes de fusion, d’ébullition, d’interpénétration, notions qui se modèleraient d’après une réalité vivante, en perpétuelle transformation. Le sociologue qui veut comprendre le Brésil doit se transformer en poète »11. Peut-on rêver hommage plus grand à Os Sertões, à Euclides Da Cunha ?

Notes

1 Ce chapitre fait partie d’une recherche en cours financée par le CNPQ. Elle a pour objet l’analyse de la littérature de fiction et scientifique au travers d’un territoire de mots dénommé Brésil. Dans cet exposé, nous cherchons à analyser le sertão en tant que territoire susceptible de construire une représentation de Brésil.

2 Pour le lecteur non brésilien l’Avenue Centrale correspond à peu près à l’avenue des Champs-Élysées à Paris.

3 E. Da Cunha, Os Sertões, Rio de Janeiro, 1902 ou comme « exilé dans notre terre » (S. Buarque de Hollanda, Raízes do Brasil, Rio de Janeiro, 1936).

4 Les traductions de l’ouvrage d’Euclides Da Cunha, Os Sertões, témoignent de ce prestige. La première traduction française a respecté les éléments scientifiques de l’ouvrage, mais n’a pas accordé assez d’importance à la richesse et à la complexité de son style littéraire. En 1993, cet ouvrage a fait l’objet d’une nouvelle traduction en français, par Jorge Coli et Antoine Seel : y sont pris en compte des éléments peu considérés dans la traduction précédente. L’ouvrage a paru aux éditions Métailié et dispose d’un glossaire de termes et de mots de la région du sertão, et en outre une liste de noms propres cités par Euclides Da Cunha tout au long de l’ouvrage. L’ouvrage est aujourd’hui disponible en collection de poche chez le même éditeur.

5 L’édition française est préfacée par Lucien Febvre et publiée par Gallimard en 1952.

6 Toutes les citations d’Antônio Cândido sont extraites de son article « Euclides Da Cunha », Sociólogo. Revista Remate de Males (1999).

7 Cf. G. Tarde, L’Opinion et les foules, Paris, F. Alcan, 1901.

8 Voir ici l’article de R. Bastide, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’Année sociologique (1970).

9 Voir notamment, R. Bastide, Les Religions afro-brésiliennes. Contribution à une sociologie des interpénétrations de civilisations, Paris, PUF, 1960.

10 M. I. Pereira de Queiroz, Roger Bastide, Ática, 1983, p. 59.

11 R. Bastide, Brasil. Terra de Contrastes, Difel, 1973, p. 15. Édition française : Brésil. Terre de contrastes, Paris, Hachette, 1957.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search