Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Quatrième partie. Lecteurs et lectures d’Halbwachs

La morphologie sociale du Brésil par un lecteur d’Halbwachs : Oliveira Vianna1

Stella Bresciani

Texte intégral

  • 1 Traduction d’Alain François.
  • 1 Instituições Políticas Brasileiras a été publié en 1949, avec une réédition en 1955 puis en1974. L (...)
  • 2 O. Vianna fait référence à l’édition originale de 1938. Nous citerons ici l’édition française de 1 (...)
  • 3 Il s’agit du chapitre IV : « Evolução das estruturas do Estado no mundo europeu », p. 89et suiv.

1Saisir l’importance des propositions théoriques de Maurice Halbwachs dans le travail de Oliveira Vianna pose un certain nombre de problèmes. Bien que les textes de ce dernier aient recours à des notions courantes, proches de ou semblables à celles du sociologue français, seul le dernier livre publié avant sa mort – Instituições Políticas Brasileiras1 – mentionne son nom. Il s’agit d’une synthèse de plusieurs études antérieures, qui est un classique de la pensée politique brésilienne dans son versant autoritaire. La référence y est explicite, avec la citation notamment d’un passage du chapitre « Morphologie politique » du livre Morphologie sociale2, en exergue du premier chapitre d’une partie stratégique du livre justement dénommée « Morphologie de l’État ». Celle-ci est composée de trois chapitres, dans lesquels l’auteur examine les structures de l’État dans le monde européen et les différences significatives par rapport au Brésil3. Il ya encore d’autres citations dans certaines parties du texte et dans des notes en bas de page, qui indiquent une lecture antérieure et une adhésion aux présupposés théoriques de la Morphologie sociale de Maurice Halbwachs.

2Instituições Políticas Brasileiras se compose de deux volumes : « Fondements Sociaux de l’État (Droit public et culture) » et « Méthodologie du Droit public (Les problèmes brésiliens de la science politique) ».

  • 4 Cette procédure de mentionner les recherches de pointe sur le sujet ou thème dont il parle a été u (...)

3Les deux volumes respectent la même structure, dans laquelle, dans une première partie, Oliveira Vianna développe de longues appréciations critiques sur les théories et méthodes courantes dans le débat autour du thème qu’il traite, définissant au cours de considérations ultérieures sa propre option théorique et méthodologique4. Ses observations, dans le premier volume, retombent donc sur diverses démarches utilisées par les sciences juridiques et sociales, et soulignent l’importance de la « méthode sociologique » et de la « psychologie sociale » pour analyser le « phénomène juridique ». Au chapitre suivant, ses commentaires visent la notion de culture adoptée par « l’école culturaliste » à laquelle il reproche d’être conçue « comme une entité métaphysique », transcendante. L’alternative qu’il juge pertinente repose sur la conception « d’immanence », et souligne les « complexes culturels et leur structure psychologique » saisissables au travers de l’étude des comportements ; il présente encore, au chapitre suivant, des remarques sur les « complexes culturels », et la stabilité, la variété et le rythme évolutif de leurs éléments constitutifs.

  • 5 La préface au 1er volume de Populações Meridionais do Brasil, écrit en 1918 (1re édition de 1920), (...)

4Ces réflexions introductrices cherchent, dans l’esprit de Vianna, à établir un bilan des méthodes à la disposition des savants sociaux et des possibilités inégales qui leur sont offertes pour parvenir à ce qu’il appelle un « fait ou une donnée de pure évidence scientifique » ou à la « réalité sociale ». Sans aucun doute, ses commentaires visent-ils à montrer son actualité quant aux principales théories courantes dans le champ des sciences sociales et à répondre aux critiques contre ses positions théoriques et politiques, critiques qui s’étaient intensifiées après la chute du régime dictatorial de l’État Nouveau, en 1945. Il y avait collaboré dans le cadre juridique du ministère du Travail, notamment entre 1938 et 1940.Cette longue digression de 90 pages joue encore un rôle stratégique dans son livre et permet de corroborer ses analyses et conclusions sur l’histoire politique du Brésil, présentées dès 1918 dans ses premiers travaux de critique et de dénonciation de ce qu’il considérait comme le problème le plus grave du pays : à savoir, l’incompatibilité des institutions politiques et juridiques projetées et implantées par les « élites pensantes » et la « réalité vive des us et coutumes », du droit coutumier profondément présent dans la pratique et dans la psyché de la population, « le peuple-masse »5.

Le point de départ d’un parcours intellectuel

5Ayant reçu une formation en sciences juridiques et sociales, professeur de Droit et juriste pendant sa participation au ministère du Travail, Oliveira Vianna persiste dans toute sa trajectoire professionnelle à affirmer la nécessité de concilier le droit écrit, les Chartes constitutionnelles et les divers codes juridiques (civil, criminel, etc.) avec les normes juridiques élaborées par la « société même, développées spontanément en dehors et indépendamment de l’activité technique des corps législatifs officiels », c’est-à-dire, « le droit-coutume, le droit du peuple-masse ». S’il y a certainement des glissements dans ses analyses et des évolutions conceptuelles pendant ces quarante années d’études, la critique contre le « divorce » entre les élites et le « peuple-masse » et, donc, l’incompatibilité entre le droit écrit et le droit coutumier, se maintient comme le leitmotiv de ses arguments.

  • 6 Voir O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., p. 21-23.

6Le raffinement et l’actualité des méthodes d’analyse dans la suite de ses études cherchent à confirmer ses positions politiques, toujours ancrées sur le déphasage existant entre le « droit-loi et la réalité sociale ». Il continuera ainsi à opposer la loi écrite, produit de la volonté politique d’une fraction de l’élite brésilienne, à la réalité sociale, qui est, elle, exprimée largement dans le « droit-coutume – un complexe de normes et règles objectivant des us, des traditions, des pratiques, des coutumes, et même des institutions administratives officieuses, un vaste système organique de normes fluides [...] toutes issues de la capacité créative et de la spontanéité organisatrice de notre propre peuple-masse, dans sa plus authentique expression ». Ce décalage est, selon lui, « le fait général qui découle du “marginalisme” traditionnel des élites politiques » du pays (juristes, publicistes, hommes politiques et parlementaires)6. Sa dénonciation la plus radicale se concentre toujours contre ce qu’il considère comme l’aveuglement de ceux qui avaient désiré donner au Brésil devenu fraîchement indépendant du Portugal (avec la Constitution de 1824) et plus encore à la fin du siècle, au Brésil républicain (avec la Constitution de 1891), une charpente institutionnelle et politique à tonalité libérale qui, à son avis, avait peu à voir avec la « réalité sociale brésilienne ». Il y aurait donc une imposition externe aux mores de ce qu’il appelle le « peuple-masse », et donc contraire au comportement spontané de la plupart de la population illettrée ; une imposition inutile et même préjudiciable, selon lui, à la vie politique, à la croissance économique et au perfectionnement social du pays.

  • 7 Le recours à ce conte introduit le lecteur à Pequenos Estudos de Psicologia Social, écrit en 1921. (...)
  • 8 O. Vianna, Populações Meridionais do Brasil, op. cit., vol. I, p. 13.

7Pour porter à l’extrême ses critiques contre les « copieurs de constitutions », comme il appelle les juristes et les législateurs brésiliens, Vianna n’hésite pas à avoir recours à des images littéraires, comme dans son interprétation très significative d’un conte de Kipling7. Le décor en est le pays fictif des Bandar-Log, où « une innombrable bande de singes faisait des pirouettes dans les ruines d’une ancienne ville » qu’ils considéraient comme la leur, et méprisaient tous les autres habitants de la forêt parce qu’ils n’avaient pas de ville, ni même en ruines. Les singes habitant ces ruines erraient dans tous ses recoins sans toutefois comprendre la signification des pièces obscures, des réservoirs d’eau ou des jardins ; ils se considéraient néanmoins comme le peuple le plus avancé de la jungle. Vianna établit ensuite une relation significative entre les singes de Kipling et « nous » (hommes d’État, de science, d’art, hommes politiques, gouvernants, sages, artistes, poètes, publicistes), qui comme eux, « imitons : eux – les hommes ; nous – les surhommes. C’est-à-dire, ceux que nous jugeons supérieurs à nous, les créateurs, les raffinés, les progressistes, ceux qui sont là-bas à l’autre bout du monde, et font la civilisation ». L’anecdote des singes de Bandar-Log sert à Vianna pour élaborer l’image de cette petite portion élitiste de la population, mais, à son avis, « déracinée ». Dans sonintroduction à Populações Meridionais, l’auteur revient sur un exemple, et c’est cette fois le côté du « peuple-masse » qui servira d’appui à son argument. Il a alors recours à sa propre mémoire, et narre une expérience vécue, en passant par un « village de l’État de Rio de Janeiro », après une« violente agitation populaire entre deux factions locales ». Stupéfait, il avait entendu dire que quelques habitants mécontents du résultat de l’altercation allaient en « appeler au « gouvernement de Bahia » ». Or, dit-il, si un siècle et demi auparavant le siège du gouvernement général du Brésil, encore colonie portugaise, avait été transféré vers la ville de Rio de Janeiro, l’observation écoutée manifestait combien « s’était conservé, persistant et occulte, dans la mémoire populaire le souvenir de cette ancienne tradition administrative ». Cette expérience inédite le conduit à comprendre« la valeur de l’élément historique dans la formation de la psychologie des peuples »8.

  • 9 O. Vianna, Pequenos Estudos de Psicologia Social, op. cit., p. 13-14.

8Compréhension corroborée par une autre anecdote dans laquelle il raconte l’émotion de l’historien Froude, en visite au musée de la capitale norvégienne, face à la carcasse d’un vieux bateau viking, qui, selon Vianna, « était lié aux origines les plus lointaines de sa race » : « Lui, et ceux de son équipage, tous étaient absorbés, en contemplation religieuse et émerveillée, et attirés, embarrassés, fascinés comme par une mystérieuse magie, rêvaient, observaient, se rappelaient. » La morale de cette histoire narrée par Vianna vient ensuite dans un éloge au Museu do Ipiranga (musée palais construit dans la ville de São Paulo pour célébrer l’indépendance du Brésil) comme le lieu qui réunit les symboles de l’identité brésilienne et mérite donc une visite révérencieuse de la population. Vianna conclut sur des narrations de divers souvenirs que « l’identité morale n’est pas une fantaisie ; elle existe, les faits le prouvent »9.

9Dans cette perspective, il cherche dans les études de psychologie sociale à mettre à jour un passé national dont les Brésiliens pourraient être orgueilleux, qui montrerait leurs « rudes ancêtres [...] dotés d’attributs qui les égaleraient aux meilleures races du globe ». Ses études ont été clairement structurées par la triple détermination du milieu – social, politique et physique – et les notions « d’évolution sociale » et de « psychologie collective » y constituent l’axe autour duquel tourne le déterminisme présent de la société brésilienne. Ces présupposés accordent aux populations rurales une position privilégiée : il les considère comme les « matrices de la nationalité », parce que, au contraire des populations des grandes villes du littoral, elles auraient été peu influencées par les idées et les comportements européens et américains. Chez elles, la « réalité vive » serait plus présente en expressions spontanées. Il complétera avec les essais réunisdans Pequenos Estudos de Psicologia Social cette recherche entreprise dans Populações Meridionais, où il narre l’histoire des populations de la région Sud – Minas Gerais, Rio de Janeiro et São Paulo, mentionnant les gauchos de l’extrême Sud, étudiés plus loin, dans le deuxième volume de cette œuvre. Pour lui, donc, le passé historique et le passé vivant du « peuple-masse » donnent accès à « l’âme brésilienne », à sa « psychologie sociale [et] à la mentalité collective ».

  • 10 M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1re édition 1925), p. V

10Il se montre fidèle à ce parcours, tracé dès 1921 dans ses deux livres inauguraux, pendant plus de trente ans, avec des nuances qui pourront nous aider à retracer sa lecture d’Halbwachs, lequel comme d’autres auteurs, s’est centré, au cours de la première moitié du xxe siècle, sur l’objectivité dans les études sociologiques, anthropologiques, démographiques, historiques et de psychologie sociale. Ses anecdotes trouvent des parallèles dans l’article du Magasin Pittoresque, de 1849, évoquant une petite fille qui avait été trouvée dans les bois, près de Châlons, repris par Halbwachs dans son avant-propos aux Cadres sociaux de la mémoire, publié en 1925. La justification de cet exemple suit une voie semblable à celle de Vianna car elle permet, dit le sociologue français, « de comprendre en quel sens on peut dire que la mémoire dépend de l’entourage social ».La petite fille de 9 ou 10 ans, qui disait n’avoir conservé aucun souvenir de son enfance, s’était émue quand on lui avait montré « des images qui représentaient soit des huttes et des barques du pays des Esquimaux, soit des phoques, soit des cannes à sucre et d’autres produits des îles d’Amérique »10. Son origine esquimaude et l’itinéraire suivi après avoir été arrachée au groupe et au milieu auxquels elle appartenait avaient pu être retracés grâce à quelques souvenirs incertains et incomplets conservés dans sa conscience.

  • 11 Ibid., p. VII-VIII.

11Par cette anecdote, Halbwachs critique ce qu’il considère être l’insuffisance de « la théorie classique de la mémoire », insistant que par-delà les mouvements d’acquisition et de conservation des souvenirs, existe la remémoration, qui suppose, d’après lui, que « les souvenirs, en tant qu’états psychiques, subsistent dans l’esprit à l’état inconscient ». Puis, il étend ce raisonnement à la somme, à la combinaison des souvenirs individuels de beaucoup de membres d’une même société pour regrouper ces diverses mémoires sous l’expression de « cadres collectifs de la mémoire ». Halbwachs insère ainsi les individus dans la société, faisant de la mémoire individuelle quelque chose de stimulé, de déclenché même, par les autres, de façon à ce que « leur mémoire vient au secours de la mienne, la mienne s’appuie sur la leur ». Il veut faire de son étude « les bases d’une théorie sociologique de la mémoire », dans une première étape, pour ensuite aborder la question de la mémoire collective, considérant que « c’est au point de vue du groupe, ou des groupes qu’il fallait se placer »11. Dans ces arguments, développés dans ces mêmes années 1920, l’on peut voir la grande affinité de Vianna avec la partie essentielle de l’orientation théorique d’Halbwachs, ce qui offre une piste de plus pour rapprocher ces deux auteurs.

Le point d’arrivée d’une trajectoire intellectuelle

  • 12 M. Halbwachs, Morphologie sociale, Paris, A. Colin, 1970 (1re édition 1938), p. 33. Dans Instituiç (...)

« Il y a donc une morphologie politique en ce sens que les États, les institutions politiques d’un pays ont des formes définies et permanentes qui résistent au changement. C’est qu’elles sont solidaires des choses, de certaines limites et figures dans les choses et surtout, des représentations que s’en font les groupes. »12
Maurice Halbwachs

12Mon hypothèse est que la préoccupation intellectuelle de Oliveira Vianna, dans la plupart de ses travaux sur le Brésil, vise à démontrer l’incompatibilité entre la population brésilienne et les institutions d’orientation libérale et démocratique. Dans ce dessein, la référence à la Morphologie Sociale de Maurice Halbwachs, notamment dans la partie abordant la « Morphologie de l’État » du livre-synthèse Instituições Políticas Brasileiras, servirait à fournir l’axe théorique lui permettant de confirmer scientifiquement sa thèse sur les différences évidentes entre les Brésiliens et les peuples de « tradition démocratique ancienne ». Tradition démocratique dont les racines sont censées se trouver dans « l’État-village » ou « village-État » de la préhistoire lointaine des pays européens.

13Dans son obsession comparative, Vianna a recours à la phrase d’Halbwachs citée en exergue pour fonder l’étude de la morphologie de l’État européen d’où il retirera la certitude que les Brésiliens, au contraire des Indo-européens, n’ont pas d’expériences de villages démocratiques ni du sentiment de communauté locale et d’esprit public. Cherchant un appui dans les travaux de divers auteurs, il conclut que « dès le néolithique, l’humanité aryenne connaît et pratique cette forme d’État », en raison de l’origine spontanée des « communautés de caractère collectiviste », formées à partir des besoins pressants pour la survie du groupe. Il continue par une présentation des variantes des villages agraires européens, citant leurs désignations locales – comunas, frazzioni, pueblos, mir, zadrugas, townships, landsgemeinde –, où les traditions communales et collectives étaient animées par un esprit public et un sentiment collectif puissants. Il en vient ensuite à l’appréciation du « collectivisme agraire »dans les terres d’Espagne pour indiquer que, jusqu’alors, ce sont « les intérêts locaux de la terre, de la production, de la vie des habitants dirigés par des institutions propres, populaires et coutumières, dont les origines se perdent aux horizons de la Préhistoire et vivent et fonctionnent au côté des officielles, créées par l’État, dont le siège est à Madrid ». Traditions qui, dit-il, se seraient déplacées avec succès vers les champs d’Amérique centrale et du Sud de colonisation espagnole, ainsi que vers l’Amérique du Nord avec ses townships meetings, coutumes qu’il considère comme des« formations spontanées du peuple, qui s’agglomère sous l’impulsion de la tradition et du vieil esprit public des anglo-saxons ».

  • 13 Chap. IV « Evolução das Estruturas do Estado no Mundo Europeu », p. 89-107.

14Ce parcours prend une tournure stratégique dans l’argumentation de Vianna quand il affirme que « le self-government [ici au sens de pratique de toutes les communautés citées], que nous admirons tant, n’y a pas une existence à peine on paper, dans les pompeuses Chartes parcheminées ;[...] il vit dans la tradition et dans les coutumes de chacune de ces communautés ; [...] il vit dans la conscience de chaque citoyen ; [...] il constitue un complexe “psychologique”, ou un “complexe de démocratie directe” ». Vianna va plus loin encore dans ses arguments, expliquant la relation intime entre la loi écrite et le droit coutumier dans les pays où « la Charte émane des coutumes » que les hommes portent inscrits « dans leurs propres nerfs, dans leur sensibilité, dans leurs neurones, dans les lobes de leur mémoire, dans les recoins subconscients de leur personnalité spirituelle ». Ce serait, selon lui, une tradition « qui dort dans son subconscient collectif », ce qui expliquerait la « stabilité ou vitalité des complexes culturels » qui, dans le monde européen sont passés par la « phase intermédiaire de la création de la Ville – la polis grecque, la civitas romaine, simples fédérations de “villages agraires” et [ont] survécu à la période féodale »(deuxième phase de l’évolution de ces populations), et reculant sous les structures de « l’État-Empire », dans la troisième phase. La même « solidarité patriarcale, vicinale ou locale, que nous voyons encore de nos jours », dit Vianna, perdure comme l’amalgame d’un sentiment collectif qui se renouvelle dans la quatrième forme, l’État-Nation et le sentiment du patriotisme national. Par cette procédure, Vianna explique qu’il n’y a rien d’artificiel dans les fondements de l’État-Nation dans les pays européens, puisqu’ils portent en eux les formes politiques antérieures : cette base démocratique de la structure administrative, il l’a héritée de « l’État-village », de « l’État-Empire », qui a presque toujours maintenu la même base territoriale. L’important dans les arguments de Vianna est de montrer qu’il n’y a pas eu de rupture ni « création plutonique, éruptive » – malgré, dit-il, l’origine révolutionnaire et idéologique de la Révolution française13.

15Le cadre de « l’évolution historique » des populations européennes avec leurs formes spontanées d’organisations administratives joue un double rôle dans le parallèle tracé par Vianna avec la société brésilienne, analysée dans les chapitres suivants. Il y expose la pratique administrative variée du Brésil et indique ses bases dans la propre structure de « l’État-Empire européen » en vigueur à l’époque de la colonisation, fortement centralisé en ses organismes administratifs.

  • 14 Il s’agit d’une référence à l’étude de Max Weber Economía y sociedad, Mexico. En d’autres passages (...)
  • 15 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., p. 108-129.
  • 16 M. Halbwachs, Morphologie sociale, op. cit., p. 3.

16Contrairement à la disposition communautaire des villages agraires européens, la société brésilienne naissante tendait, selon son analyse, à la polarisation entre la centralisation politico-administrative des organes officiels de la couronne portugaise et la dispersion et l’anti-urbanisme caractéristiques de la forme prise par les activités économiques de cette époque. Cela résultait, selon Vianna, de « la colonisation portugaise [qui]s’était éloignée de la méthode espagnole de la propriété communautaire de la terre et de l’économie collective de la production ». Au Brésil, affirme l’auteur, « l’économie du sucre », principale activité, prendrait « une tournure strictement individualiste et centrifuge », et formerait « l’habileté réelle », « une véritable autarcie économique – un oikos, comme dirait Max Weber »14. Ces autarcies prendraient la forme de « villages agraires, mais de type seigneurial ». Rien ne les poussait à l’association, à la convergence d’efforts pour des fins communes, poursuit-il en expliquant que cette dispersion s’était accentuée dans les régions du sertão, dans les zones d’élevage de bétail15. Vianna introduit dans son analyse la question de la forme selon laquelle la population s’était distribuée sur le territoire et élabore l’image de la « structuration écologique » de la population coloniale, « caractérisée par la raréfaction et l’amincissement de la masse de peuplement, par la dispersion des habitants sur une base territoriale immense et inculte », rapprochant sa procédure du premier postulat d’Halbwachs sur « ce que nous entendrons par structures ou formes de la société », c’est-à-dire, « la façon dont [la population] se distribue à la surface du sol », reproduisant « la figure du groupe, les formes de la nature matérielle »16.

  • 17 L. Smith, « The locality group structure of Brazil », American Sociological Review, vol. 9, 1 (194 (...)
  • 18 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., p. 108-129.

17Dans l’analyse de Vianna, la relation intime entre le milieu physique et le « homo colonialis » démontre la formation du type humain moulé pour s’adapter à « cette disposition dispersive, individualiste et atomistique », dont l’expression la plus achevée, serait représentée par le « pauliste du banderismo – tellurique, éruptif, abrupt, comme les roches de gneiss et de manganèse de l’habitat formateur ». Il indique encore, appuyé sur l’étude de Lynn Smith, la grande proximité entre le profil du caractère brésilien et celui de l’anglo-américain, lui aussi homme de la colonisation dispersée et isolée17. La dispersion du peuplement sur un vaste territoire, soumis à la forme de l’activité économique, aurait influencé, au long du temps, l’établissement des us, coutumes et traditions impropres à la formation des structures de « solidarité sociale » ; donc, des conditions défavorables « à la genèse des groupements locaux et à l’épanouissement de l’esprit municipal ». « Extrême de l’individualisme familial » : voilà le profil tracé par Vianna pour ce qu’il a appelé « la psychologie du brésilien comme « animal politique » », à partir de l’observation « du comportement dans la vie politique, des sentiments d’homme public ». Simão de Vasconcellos, affirme Vianna, avait déjà dévoilé, trois siècles plus tôt « ce trait culturel si nôtre, caractérisé par l’insouciance pour l’intérêt collectif, par l’absence d’esprit public, d’esprit du bien commun, de sentiment de solidarité communale et collective et par l’absence d’institutions corporatives », éléments qui formeraient « notre complexe culturel de vie publique »18.

  • 19 Ibid., p. 130-147.

18La morphologie sociale brésilienne des clans féodaux et parentaux, créations écologiques imposées par le milieu, pousserait à fréquenter de manière simultanée et contradictoire les « chambres municipales, et leurs emplois électifs et rémunérés », organismes administratifs fruits de créations officielles, ordonnées au travers de décrets royaux (cartas régias) ou d’arrêtés du Gouverneur général, formées, donc, par la disposition légale de la métropole portugaise. La formation de ces chambres avait eu lieu à l’inverse de celle des réunions communautaires spontanées du monde européen. Elles constituaient, dit Vianna, des organisations administratives externes et étrangères à la morphologie de la société coloniale ; il y régnait le monopole des « hommes bons », c’est-à-dire, des propriétaires de engenhos et de leurs parents proches et distants, tous les autres sujets en étant exclus. « Le “peuple-masse” ne participait pas à l’administration, ni au gouvernement des chambres », concluait l’auteur19.

  • 20 Ibid., p. 149-155.

19Le Brésil arriverait ainsi en 1822, moment où il deviendrait État-Nation, avec une « morphologie sociale de condition très rudimentaire »,affirme Vianna, citant Halbwachs. Rien tout au long de la vie coloniale n’avait préparé la population au « régime démocratique, inauguré par la loi de 1824 ». Les institutions adoptées, par un « emprunt, une greffe », dit-il, maintenaient l’exclusion du « peuple-masse » de la période impériale, pendant laquelle, sous la Charte Constitutionnelle de base libérale et démocratique, seuls les grands propriétaires de engenho dans le Nord et de fermes de café dans le Sud détenaient le pouvoir politique20.

  • 21 Dans Instituições Políticas Brasileiras, O. Vianna renvoie à Populações Meridionais pour son analy (...)
  • 22 M. Halbwachs, Morphologie sociale, op. cit., p. 6-7.

20Encore qu’il ne les cite pas explicitement dans son texte, Vianna conclut pratiquement son analyse de la société brésilienne avec les quatre présupposés définissant la structure ou les formes de société proposées par Halbwachs21 : la dispersion territoriale, la formation inégale des groupes sociaux, une conscience collective moulée sur la matérialité des clans et des familles, traduisant ses coutumes anciennes et actuelles comme des « réalités d’ordre moral », qui tombent « sous le sens ». « Les institutions ne sont pas de simples idées », avertissait le sociologue français : « Elles doivent être prises au niveau du sol, tout chargées de matière, matière humaine et matière inerte, organismes en chair et en os, bâtiments, maisons, lieux, aspects de l’espace. »22

  • 23 O. Vianna, Problemas de Política Objetiva, Record, 3e édition, 1974, p. 19-21.

21Ce pari objectiviste d’Halbwachs se marie parfaitement avec les présupposés théoriques chers au sociologue brésilien. Dans la Préface à la deuxième édition de 1945 de Problemas de Política Objetiva, Vianna expose son point de vue théorique en se défendant des critiques qui ont été faites à cet ouvrage publié la première fois en 1930 notamment quant aux procédures d’analyse adoptées. Il y affirme « analyser avec une rigoureuse objectivité et une entière impartialité […] les réalités sociales et politiques de notre peuple ». S’il cite Sainte-Beuve pour dire qu’il s’était vanté d’être un « naturaliste des esprits », c’est pour mieux affirmer ensuite que lui-même « en étudiant les institutions politiques – dans leurs aspects légaux et formels ou dans leurs aspects sociologiques ou culturels », s’est conduit « en naturaliste ». « Je me suis habitué à me rendre aux évidences des faits et aux données de la réalité objective », poursuit-il, « en partie par discipline objective, en partie par des conditions particulières de mon esprit, de mon type psychologique, au sens de Jung. »23

  • 24 O. Vianna, Raça e Assimilação, Livraria José Olympio Editora, 1959, 4e édition (1re édition 1932), (...)

22L’exposition de ce postulat théorique et de la méthode adoptée parcourt vraiment tous ses travaux scientifiques, pour lesquels il revendiquait une objectivité absolue. C’est ce que nous pouvons voir au début de son étude sur la « race et [l’]assimilation », où il définit la différence entre les possibilités d’une étude de cette nature en Europe et dans les terres américaines, établissant l’importance et la pertinence de cette étude au Brésil, puisque « les phénomènes de race se montrent ici à l’état d’élaboration continue ». Vianna va encore plus loin dans son optimisme objectiviste et dit que « nous les avons [les phénomènes de race], pour ainsi dire, sous nos yeux, visibles à œil nu – et tout se passe comme si nous observions dans une cornue les phases d’une réaction chimique ». Et il ajoute : « Les phénomènes d’hybridation peuvent ici être étudiés avec une amplitude et une précision impossibles dans le monde européen [...] C’est un privilège tout nôtre, dont ne peuvent pas jouir les observateurs des mêmes phénomènes, quand ils prennent place uniquement dans les centres d’origine des groupes blancs »24.

23La référence à Sainte-Beuve est significative, mais laisse transparaître d’autres voix, plus proches de Vianna, et qui peut-être nous conduiront aux chemins qui l’ont amené à Halbwachs.

Le fil d’Ariane

  • 25 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., vol. 2, p. 95.

« Notre droit écrit a, ainsi – dans les forêts, dans les sertões et dans les champs – des commentateurs ignorés et obscurs, dont nos codificateurs métropolitains sont très loin de rêver. »25
Oliveira Vianna

  • 26 Il s’agit d’une référence à l’article de Robert Park, « Human migration and the marginal man », La (...)

24Nous pouvons trouver des pistes éclairant les supports théoriques de Oliveira Vianna dans la première partie du second volume de Instituições Políticas Brasileiras. Comme il s’agit d’un livre-synthèse de sa trajectoire d’analyse et de la confirmation de sa thèse en défense d’une forme politique centralisée pour la société brésilienne, l’auteur propose de parcourir les travaux des juristes brésiliens dans l’intention explicite de les évaluer de manière critique. L’erreur fondamentale que Vianna leur attribue est leur refus de prendre en considération « les réalités sociales », puisqu’ils croient qu’elles ont été « éliminées ou abolies tout d’un coup – par une loi, un code, une Constitution, ou un “coup” ». Cette absence de bon sens dans les démarches de ceux qui élaborent les Constitutions – et il fait ici référence aux lois fondamentales de deux moments décisifs pour la formation du Brésil indépendant (en 1824, à l’époque du Brésil impérial dont les institutions sont inspirées du « parlementarisme anglais » ; en1891, au moment de la transition républicaine « basée sur le régime fédératif américain ») –, il l’explique par la « mentalité illogique et contradictoire » de « nos élites intellectuelles », dont la culture suit le modèle de « l’expatriation intellectuelle ». Cette particularité des élites lettrées brésiliennes fait en sorte qu’elles répondent parfaitement au modèle du marginal man de la classification de Robert Park26, types qui vivent entre« “deux cultures” : une – celle de leur peuple, qui forme leur subconscient collectif ; l’autre – celle de l’Europe ou de l’Amérique du Nord, qui leur donne les idées, les grandes lignes de la pensée, les paradigmes constitutionnels, les critères de jugement politique ». Pour Oliveira Vianna, les bases déterminantes de la « formation mentale » de ces juristes se trouvent, pourrions-nous dire, pour reprendre une notion d’Halbwachs, dans les « cadres sociaux » de la société brésilienne.

25Son analyse critique ne se limite pas aux travaux des juristes – ces « hommes marginaux », elle s’étend aux hommes de lettres qui avant lui ont analysé la société brésilienne, en étant immergés dans la même « culture illogique et contradictoire ». En procédant ainsi, Vianna se coupe des générations antérieures. Sans cesser de reconnaître et de faire l’éloge de l’intelligence et la culture de juristes de poids comme Rui Barbosa (auteur de la Constitution républicaine de 1891 et auquel il consacre un long chapitre), il affirme que la formation culturelle prédominante pendant les deux siècles antérieurs est responsable de la perception incorrecte des besoins « réels » de la société brésilienne. Pour lui, « deux phénomènes de la plus grande importance » auraient occasionné la rupture sur le plan de la pensée : « Le surgissement des Sciences Sociales après la Grande Guerre », quand, affirme-t-il, « ces sciences se sont élevées à la condition d’objectives » ; et « les transformations énormes et complexes que la première conflagration mondiale a opérées dans la structure et dans la mentalité des sociétés européennes ».

  • 27 Alberto Torres, avocat, est l’auteur de livres qui ont établi la notion de « réalité nationale » d (...)

26Il situe ainsi chez Alberto Torres, précédé par quelques études ponctuelles de Euclides da Cunha et de Silvio Romero, le moment de rupture et le début des études systématiques de la « réalité brésilienne », « dans son originalité structurelle et “culturologique” », avec des critères objectifs27. Dans la longue liste des adeptes de la certitude quant à « l’originalité structurelle et “culturologique” » d’un pays, accessible au travers de la« méthodologie objective », il cite des sociologues (Durkheim, Wissler, Redfield, Benedict, Linton), des spécialistes en science politique (Stuart Rice, Merriam, Lippmann, Mac Iver, Gosnell) et des anthropologues (Malinowski, Franz Boas, Lévy-Bruhl), qu’il compare aux trois auteurs brésiliens mentionnés.

  • 28 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., vol. 2, p. 65.

27Le cadre des références théoriques se dessine dans ces pages où il mêle sa propre trajectoire à celle de ces trois auteurs. Il attribue à Silvio Romero le fait d’avoir en premier stimulé ses études sociologiques, lui reconnaissant, ainsi qu’à Euclides da Cunha, le privilège d’introduire « le facteur géographique et ethnologique, puis économique dans la mise en équation de nos problèmes politiques et de notre structuration constitutionnelle » ;il met au crédit de Torres l’inspiration pour les études systématiques reçues dans un second temps28. Pour Romero, l’influence principale aurait été celle de Frédéric Le Play, revu par ses successeurs (Desmoulins, Deschamps et autres) ; Torres aurait été influencé par les notions de Ratzel, « non pas le géopoliticien tendancieux de la Politische Geographie ; mais le puissant ethnologue et culturologiste de la Völkerkunde », note Vianna.

  • 29 Ibid., p. 86.

28À partir de ce cadre théorique, Vianna définit une deuxième rupture, et voit maintenant en lui-même et en ses études la ligne de démarcation. Dans ce sens, Torres aurait donné le premier pas fondamental : mettre la « Science Sociale au service de la Science Politique » et ainsi rallumer « le sens nationaliste de notre existence », et de plus, il aurait restauré pour« la vie politique du pays, pour leurs élites dirigeantes, la conscience de la nationalité », il se serait toutefois encore maintenu dans les bornes de la « philosophie sociale », sans les franchir vraiment pour arriver à la « science sociale ». Voilà, donc, « la différence entre l’œuvre de Torres et la mienne. », dit-il. « Torres, qui était plutôt un penseur qu’un chercheur de faits ou d’archives, partait du général pour en arriver au particulier, des sociétés humaines vers la société brésilienne ; alors que moi, [...] par la propre logique de ma méthodologie, l’école de Le Play, je partais du particulier vers le général – du fait local vers le fait national ; de la cellule vers le tissu ; du tissu vers l’organe ; de l’organe vers l’organisme national : du “grand domaine” vers le “clan” et du “clan” vers le “parti” ; du gouvernement dominical vers le gouvernement municipal ; du gouvernement municipal vers le gouvernement provincial ; de celui-ci vers le gouvernement national – vers le Centre, vers le Vice-roi, vers le Roi, vers l’Empereur. »29

  • 30 Le livre cité est Principes de géographie humaine, Paris, 1922.
  • 31 Il cite l’article « The culture-area concept in social anthropology », La J.S., mai 1937.
  • 32 O. Vianna, Instituições…, op. cit., p. 82.

29Dans cette suite critique, qui recouvre toute l’histoire du Brésil colonial et impérial, Vianna expose ce qu’il considère comme le résultat de son option théorique et méthodologique, qu’il compare de manière critique avec celle de Torres. Celui-ci, « plus philosophe que sociologue, pensait à un Brésil global – comme à une totalité ». Lui, Vianna, refuse de « voir le Brésil comme un tout unique, comme une uniformité ». La méthode monographique lui a permis d’arriver aux « classes, groupes, régions, villes » et de comprendre le Brésil, non pas comme un continuum social, mais comme un « pays discontinu et ganglionnaire », c’est-à-dire « une série nombreuse et variée de noyaux ou de ganglions régionaux [...] séparés par d’énormes espaces déserts », affirme-t-il, citant Paul Vidal de la Blache30. Clark Wissler, mentionné ensuite, vient, au nom de la théorie sociologique américaine, sanctionner l’idée de ce que « l’évolution sociale est toujours un fait régional, de ce que la culture est, en soi, régionale »31. Vianna continue, et même sans le mentionner, donne la piste de l’un de ses premiers supports théoriques, Hippolyte Taine, celui des Origines de la France contemporaine et des Notes sur l’Angleterre, très cité dans Populações Meridionais, au côté de Gustave Le Bon et Georges Vacher de Lapouge. La triple détermination de l’évolution historique de chaque groupe local – par le milieu, par la race et par la culture – a pour lui une importance stratégique, car elle établit clairement qu’il n’y a pas de « types sociaux fixes mais plutôt, des milieux sociaux fixes ». Il y a bien, dit-il,« l’action des divers milieux régionaux, ou habitats géo-économiques, ou climato-botaniques, où ces groupes – en ces presque cinq siècles d’histoire – ont réalisé leur accommodation écologique et ont évolué culturellement »32.

30La bibliographie apparaît toutefois actualisée dans Instituições Políticas Brasileiras, où surgissent des auteurs comme Gusti, Deschamps, Sorokin, Mauss et Desmoulins, dont il reprend l’affirmation : « Il n’y a pas deux types sociaux, quelque rapprochés qu’ils soient, qui se trouvent exactement semblables. » Son choix de la « méthodologie “anthropogéographique” » lui a ouvert, affirme-t-il, la porte pour « distinguer clairement les traits différentiels de nos divers groupes culturels ou nodules de population, non seulement quant à leur structure morphologique (au sens que Halbwachs donne à cette expression), mais encore dans leur structuration culturelle : soit technologique, soit morale, soit encore intellectuelle ». C’est ainsi que, quand il prend connaissance des écrits de Maurice Halbwachs, Vianna semble passer par lui et aller au-delà dans la direction de la « sociologie de la connaissance » pour s’arrêter sur l’étude de ce qu’il dénomme « l’équipement mental », les « représentations collectives ». Merton, Mannheim, Uranga et Hardy sont les noms les plus cités avec des textes publiés dans les années 1940.

  • 33 Voir mon article : « Un regard sociologique sur l’identité nationale », Les Cahiers du laboratoire (...)

31Dans des études orientées par ces auteurs, il affirme avoir été amené à adopter une « conception multiculturaliste du Brésil ». Or, bien qu’il ne mentionne pas Halbwachs quand il a recours à la notion de « conscience collective », au sens d’ « unité psychologique », il mêle à cette notion celle de « structuration morphologique et culturelle », pour en faire la « base de toute ma doctrine politique ». Avec elle, il en finit avec le « préjugé d’uniformité » de la population brésilienne, identifiant des « niveaux de culture », une diversité découlant des différences de « structure sociale et de classes ». Sur cette dispersion de la population et de sa diversité culturelle et mentale, Vianna fonde sa « doctrine centralisatrice – de la prépondérance du Pouvoir Central, de la fonction légalisatrice et unificatrice de l’État », pour laquelle il s’était battu dès la fin des années 1910, dans Populações Meridionais do Brésil, comme le seul chemin pour forger le « peuple brésilien » et garantir son unité nationale33.

32En guise de conclusion, nous pourrions dire qu’il y a bien sûr une certaine approximation entre l’orientation théorique d’Oliveira Vianna et celle d’Halbwachs de sa Morphologie Sociale. Dans les deux cas, il y a adhésion, partagée par une portion significative de chercheurs, à un cadre théorique et aux présupposés courants à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du XXe, supposant l’évidence des « faits sociaux » et de la possibilité de leur « analyse objective ». Une bonne partie de cette affinité se trouverait dans la manière selon laquelle Halbwachs a reformulé la notion de solidarité de Durkheim en la déplaçant vers une notion affective, comme l’a indiqué Namer dans la Postface de 1994 aux Cadres sociaux de la mémoire. Il convient de rappeler que la notion de solidarité a toujours été fondamentale pour Vianna, dès ses premiers écrits et plus particulièrement dans Populações Meridionais, encore que, toujours solidaire avec Durkheim, il mise sur des travaux comme Problemas de Política Objetiva (1930) et spécialement sur la production liée au ministère du Travail du gouvernement dictatorial de l’État Nouveau, sur les syndicats organisés par zone de production pour la formation de la base de la solidarité sociale au Brésil.

  • 34 G. Namer, « Postface » à M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. 299-367.

33Mais il y a, semble-t-il, un lien plus fort, car, comme l’a bien observé Gérard Namer, toujours dans ce même essai : « Halbwachs va fonder le progrès sur une ontologie liée à la pensée collective ; le progrès sera comme Janus (le Dieu à deux visages) : d’un côté une mémoire fidèle à la tradition qu’elle regarde et de l’autre une raison attentive tant aux valeurs du monde présent qu’aux déterminations de ce présent. » Comme eux, de nombreux autres chercheurs se sont impliqués dans des questions d’identité fondée sur la « mentalité collective » ou, comme la dénommerait plus tard Halbwachs, sur la « mémoire collective ». C’est-à-dire que, comme l’a affirmé Gérard Namer : « Aborder en 1925 une sociologie de la mémoire, c’est couronner un mouvement culturel qui caractérise l’Europe entière de la fin du xixe siècle. » « On pourrait dire, poursuit-il, que toute la culture européenne jusqu’à la guerre de 1914 pourrait être considérée essentiellement comme une mise en question de la mémoire. » Ce mouvement serait lié à la « difficile mutation des sociétés rurales autoritaires traditionnelles en sociétés urbaines modernes industrielles démocratiques »34. Rien de mieux adapté, donc, pour venir en appui aux idées de Oliveira Vianna, dont le regard vers le futur s’alimentait fortement du passé.

Notes

1 Instituições Políticas Brasileiras a été publié en 1949, avec une réédition en 1955 puis en1974. L’auteur est mort en 1951. Cette communication fait référence à la 3e édition, Record, 1974.

2 O. Vianna fait référence à l’édition originale de 1938. Nous citerons ici l’édition française de 1970.

3 Il s’agit du chapitre IV : « Evolução das estruturas do Estado no mundo europeu », p. 89et suiv.

4 Cette procédure de mentionner les recherches de pointe sur le sujet ou thème dont il parle a été une constante dans ses livres à caractère académique, parmi lesquels, PequenosEstudos de Psicologia Social (1921), Evolução do Povo Brasileiro (1923) et Raça e Assimilação (1932).

5 La préface au 1er volume de Populações Meridionais do Brasil, écrit en 1918 (1re édition de 1920), contient déjà explicitement l’opposition entre la « notion objective de Brésilréel », à laquelle il disait avoir adhéré, et celle « [d’]un Brésil artificiel », adoptée par les « classes dirigeantes ». Voir p. 19, de la 6e édition (Paz e Terra/Governo do Estado do Rio de Janeiro/Universidade Federal Fluminense, 1973).

6 Voir O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., p. 21-23.

7 Le recours à ce conte introduit le lecteur à Pequenos Estudos de Psicologia Social, écrit en 1921. J’ai recours à la 3e édition augmentée, Companhia Editora National, 1942, p. 7-10.

8 O. Vianna, Populações Meridionais do Brasil, op. cit., vol. I, p. 13.

9 O. Vianna, Pequenos Estudos de Psicologia Social, op. cit., p. 13-14.

10 M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1re édition 1925), p. V.

11 Ibid., p. VII-VIII.

12 M. Halbwachs, Morphologie sociale, Paris, A. Colin, 1970 (1re édition 1938), p. 33. Dans Instituições Políticas Brasileiras, la citation se trouve dans la 2e partie, chap. IV, p. 89.

13 Chap. IV « Evolução das Estruturas do Estado no Mundo Europeu », p. 89-107.

14 Il s’agit d’une référence à l’étude de Max Weber Economía y sociedad, Mexico. En d’autres passages, il a également recours à Historia económica general, Mexico, 1942, chap. 1.

15 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., p. 108-129.

16 M. Halbwachs, Morphologie sociale, op. cit., p. 3.

17 L. Smith, « The locality group structure of Brazil », American Sociological Review, vol. 9, 1 (1944).

18 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., p. 108-129.

19 Ibid., p. 130-147.

20 Ibid., p. 149-155.

21 Dans Instituições Políticas Brasileiras, O. Vianna renvoie à Populações Meridionais pour son analyse de la formation sociale du peuple brésilien, où, bien qu’il ne développe pas une étude sur la composition de la population par sexe (comme le propose Halbwachs), il analyse la composition de la population à partir de « l’ethnologie des classes rurales » prédominantes dans les trois premiers siècles de la colonisation. Voir chap. VI, p. 99-116. Sa préoccupation centrale est la composition raciale et le métissage de la population, comme d’ailleurs celle de la plupart des spécialistes de la première moitié du xxe siècle.

22 M. Halbwachs, Morphologie sociale, op. cit., p. 6-7.

23 O. Vianna, Problemas de Política Objetiva, Record, 3e édition, 1974, p. 19-21.

24 O. Vianna, Raça e Assimilação, Livraria José Olympio Editora, 1959, 4e édition (1re édition 1932), p. 13-15.

25 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., vol. 2, p. 95.

26 Il s’agit d’une référence à l’article de Robert Park, « Human migration and the marginal man », La.J.S., 1827-28, et à E. Stonequist, The marginal man, Chicago, 1937 ; E. Willems, Assimilation et populations marginaux au Brésil, 1940 ; et Baldus et Willems, Dicionário de etnologia et sociologia.

27 Alberto Torres, avocat, est l’auteur de livres qui ont établi la notion de « réalité nationale » dans les études sur la société brésilienne, dont le plus important est O problemanacional brasileiro, de 1914. Euclides da Cunha a fréquenté l’École militaire et s’est spécialisé comme ingénieur des ponts et chaussées ; son livre le plus fameux est Os Sertões (Hautes Terres) dans lequel il narre la campagne de Canudos, de 1897, mouvement qu’il dénomme « notre Vendée », pour le contenu « monarchiste » qui lui a été attribué. Silvio Romero, formé en droit, a appartenu à la dite « génération des années soixante-dix » (1870), dont la tendance critique d’inspiration « positiviste » et « naturaliste » visait la littérature romantique, en particulier. Il confesserait avoir été lecteur assidu de Comte, Littré, Buckle, Taine, Renan, dans un premier moment, de Spencer, Darwin et Huxley, entre autres, plus tard. Son História da literatura brasileira, de 1888, constitue une œuvre marquante de la critique littéraire au Brésil.

28 O. Vianna, Instituições Políticas Brasileiras, op. cit., vol. 2, p. 65.

29 Ibid., p. 86.

30 Le livre cité est Principes de géographie humaine, Paris, 1922.

31 Il cite l’article « The culture-area concept in social anthropology », La J.S., mai 1937.

32 O. Vianna, Instituições…, op. cit., p. 82.

33 Voir mon article : « Un regard sociologique sur l’identité nationale », Les Cahiers du laboratoire de changement social, 4 (1998).

34 G. Namer, « Postface » à M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. 299-367.

Notes de fin

1 Traduction d’Alain François.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search