Version classiqueVersion mobile

Entre idéel et matériel

 | 
Patrick Boucheron
, 
Marco Folin
, 
Jean-Philippe Genet

Partie 1 : Les marqueurs symboliques de l'espace

Demeures des vivants, demeures des morts

Considérations comparatives sur les formes d’implantation urbaine des seigneurs en Italie aux xive et xve siècles1

Marco Folin

Texte intégral

  • 1 Traduction de Sophie Dutheillet.

1On sait que la possession au Moyen Âge d’un palatium – palais entendu comme siège et lieu de représentation d’une autorité souveraine, et caractérisé en tant que tel par une série d’éléments de prestige – constituait l’un des attributs distinctifs de la royauté. De la même façon, l’une des principales formes de célébration du pouvoir monarchique était, à la mort du souverain, son inhumation dans un tombeau monumental : une sorte de mausolée suivant une tradition illustre dont l’origine se perdait dans la nuit des temps, mais que l’Occident chrétien n’avait jamais oubliée. En ce sens, les demeures des vivants et celles des morts présentaient certaines fonctions communes, du moins dans le cas des souverains : des fonctions matérielles et symboliques qui contribuaient à marquer un espace de domination, à le connoter politiquement en rendant manifestes les raisons, la force et les titres de légitimité du pouvoir en place. Leur emplacement, leurs formes, les rapports que ces demeures entretenaient avec le cadre environnant constituaient des éléments-clés de la rhétorique du pouvoir, dont la signification était accentuée par un cortège de liturgies, cérémonies, processions (entrées triomphales, intronisations, funérailles, anniversaires…) qui, périodiquement, cycliquement, se déployait autour de ces landmarks et ritualisait les messages inscrits dans la pierre.

2Les pages qui suivent voudraient proposer quelques considérations de caractère comparatif sur les configurations des résidences et sépultures des seigneurs italiens entre les xive et xve siècles, et sur leurs évolutions en grande partie parallèles. Étant donné l’ampleur du sujet, il est évident que les considérations ici exposées, nécessairement quelque peu schématiques, devront faire l’objet de développements ultérieurs.

Fig. 1 – Domenico Morone, L’expulsion de Bonacolsi de Mantoue, 1494

Fig. 1 – Domenico Morone, L’expulsion de Bonacolsi de Mantoue, 1494

À droite le Palazzo del Capitano, utilisé comme résidence par les Bonacolsi et ensuite par les Gonzague.

Les « quartiers » résidentiels des tyrans du Trecento

  • 2 S. L’Occaso, « Studi sul Palazzo Ducale di Mantova nel Trecento », Atti e Memorie dell’Acca­demia N (...)
  • 3 Sur l’installation de Charles d’Anjou, duc de Calabre, au Bargello entre 1325 et 1327 – l’édifice e (...)
  • 4 P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Ro (...)
  • 5 T. Lazzari, « Il Palazzo comunale nel Medioevo », dans M. Montanari, T. Lazzari (dir.), Imola, il c (...)
  • 6 T. Lazzari, « Il Palazzo comunale nel Medioevo », art. cité, p. 77-78. Sur les interventions de Pan (...)

3Si l’on observe l’implantation des demeures des seigneurs italiens du Trecento dans leur ensemble, on est frappé au premier abord par leur proximité quasi systématique avec les pôles traditionnels du pouvoir communal : il s’agit de résidences situées près des anciens palais publics, de la cathédrale ou de la place du marché – lorsque ce ne sont pas les sièges mêmes des conseils communaux qui sont occupés, plus ou moins reconvertis en fonction des besoins. Le nombre des exemples et la diversité des villes et des époques auxquelles ils se rattachent témoignent d’un enracinement profond de ces pratiques et orientations. Ainsi, dès le xiiie siècle, les Este à Ferrare et les Della Scala à Vérone s’étaient établis dans de vastes « quartiers » en plein centre, donnant sur la cathédrale dans un cas, contigu au palais communal dans l’autre ; et au tout début du siècle suivant les Bonacolsi (et les Gonzague à leur suite) à Mantoue avaient élu domicile dans le palais qui avait été construit pour le Capitaine du peuple (fig. 1)2. Dans les mêmes années, Charles d’Anjou et Gautier de Brienne à Florence ne dérogèrent pas à la règle, en prenant respectivement possession du Bargello et du Palazzo Vecchio (fig. 2)3 ; Azzone Visconti fit de même à Milan, où l’ancien Broletto de la commune devint le cœur de l’un des complexes palatiaux les plus imposants de la péninsule, célébré en son temps par Galvano Fiamma comme le plus bel exemple de magnificence souveraine4. Cette situation connaît une durée remarquable : juste après la conquête de Fermo en 1354, par exemple, le cardinal Albornoz choisit de s’installer dans le Palazzo dei Priori, qui venait d’être réquisitionné à la commune, là où tous les seigneurs successifs de la cité continueront à résider jusqu’à Francesco Sforza au milieu du xve siècle. À Imola, les Alidosi, après s’être rendus maîtres de la ville en 1365, s’établirent également dans le Palazzo Vecchio de la cité, élevé d’un étage et relié aux ­édifices environnants de façon à abriter les logements seigneuriaux à côté – ou plutôt au-dessus – des vieux bureaux communaux5. En 1407, à Brescia, c’est encore dans le Broletto que Pandolfo Malatesta voulut s’installer, faisant appel à des artistes parmi les meilleurs d’Italie, comme Gentile da Fabriano, pour en décorer les salles les plus prestigieuses, à commencer par la chapelle de Saint-Georges. Taddeo Manfredi, après avoir succédé aux Alidosi dans la seigneurie d’Imola en 1448, logea quant à lui dans le Palazzo Nuovo, voisin du Palazzo Vecchio, mettant en évidence à la fois la césure représentée par l’avènement de son règne et son esprit d’ouverture à l’égard des institutions communales6.

Fig. 2 – Andrea di Cione dit Orcagna, L’expulsion du duc d’Athènes de Florence, 1344-1345 (Florence, Palazzo Vecchio)

Fig. 2 – Andrea di Cione dit Orcagna, L’expulsion du duc d’Athènes de Florence, 1344-1345 (Florence, Palazzo Vecchio)
  • 7 C’est par exemple le cas à Ferrare, Modène et Reggio, comme démontré dans M. Folin, « Il governo de (...)
  • 8 Même les piazze des seigneurs de Padoue et de Vérone – cas où l’appellation est enracinée de longue (...)
  • 9 Sur les cas de Vérone et de Ferrare, on peut se référer à la bibliographie mentionnée plus haut, no (...)
  • 10 Incipit Azo Vicecomes supradictus duo opera magnifica construere ; primum id quod respicit cultum d (...)
  • 11 Pietro Azario, Chronicon, éd. par F. Cognasso, Bologne, Zanichelli (RIS2, 16/4), 1925, p. 152 : in (...)
  • 12 Sur ce point (concernant le palais de la Via Dante qu’a fait construire Montorso, fils de Guglielmo (...)

4Nous sommes donc en présence d’une contiguïté – voire imbrication – très marquée, si ce n’est affichée, de lieux, d’édifices et de fonctions. Il y a toutefois un aspect sur lequel les demeures remaniées pour loger les seigneurs se différenciaient profondément des palais construits par les communes comme sièges de leur gouvernement. Dans ce dernier cas, il s’agissait en général d’édifices à l’architecture immédiatement reconnaissable, soit par leur échelle, nettement plus imposante que les bâtiments environnants, soit parce qu’ils constituaient un bloc isolé et libre de tous côtés, ou du moins muni d’une ou plusieurs façades monumentales ornées de multiples éléments de prestige (créneaux, tours, loggia, horloge…) qui les distinguaient dans le paysage urbain. Cette distinction était sanctionnée sur le plan juridique par une série de règles qui définissaient le bâtiment et les espaces adjacents comme des biens publics, voire « consacrés7 ». Il s’agissait à proprement parler de « palais », et personne n’aurait employé un autre terme pour les désigner. En revanche, partout où les expériences de gouvernements seigneuriaux se sont prolongées pendant plusieurs générations et ont eu le loisir de modeler les espaces qui leur étaient dévolus, on observe des typologies d’édifices radicalement différentes : non pas des corps de logis isolés, mais des grappes de bâtiments – maisons, tours, entrepôts, dépendances… – en général insérés sans solution de continuité dans le tissu urbain, souvent entrecoupés de cours et d’espaces non construits, mais presque jamais de « places », appelées et considérées comme telles8. Ce n’est pas un hasard si dans les sources ces ensembles sont le plus souvent désignés par des mots employés au pluriel (domus, palatia, edificia…), révélateurs du caractère discontinu des bâtiments qui les constituaient et de leur manque d’unité, tant sur le plan architectural que fonctionnel. En effet, les fonctions et destinations des différents espaces étaient itinérantes, mouvantes, super­posables, au point que certains édifices semblent parfois interchangeables – il n’était d’ailleurs pas rare qu’un seigneur choisisse pour résidence un autre édifice que son prédécesseur. Le terme aujourd’hui souvent employé pour définir ces ensembles – « palais » au singulier – ne permet nullement de traduire la réalité de leur articulation interne. L’appellation de « quartiers » semble plus propre à rendre compte de cette physionomie composite et éparse, qui nous échappe en partie aujourd’hui, mais dont nous pouvons retrouver les traces lorsque les campagnes successives de restructuration n’ont pas totalement effacé l’organisation ancienne des espaces de cour. C’est le cas à Mantoue, Vérone, Ferrare, Urbino, Pesaro, Foligno ou encore Carpi – pour ne citer que quelques cas parmi les mieux documentés –, où les archives et la morphologie même des palais de la Renaissance montrent clairement l’éclatement originel des demeures seigneuriales, morcelées en divers noyaux détachés les uns des autres, bien que par la suite reliés par des passages et couloirs (corridori) plus ou moins précaires (fig. 3)9. Aussi les palais célébrés par les chroniqueurs du xive siècle (et par la suite mythifiés par l’historiographie romantique) montrent, si l’on y prête attention, une organisation semblable : aussi Galvano Fiamma, lorsqu’il décrit les constructions entreprises par Azzone Visconti, ne parle-t-il jamais d’un seul « palais » (selon la traduction impropre de Louis Green dans son important article sur le revival de la théorie de la magnificence), mais bien de palatia au pluriel10. C’est probablement pour la même raison que les traces documentaires de ces travaux – opera magnifica – ont pu être perdues en quelques années, en dépit de leur caractère grandiose. On ne doit pas cette disparition à la seule fureur destructrice de Galeazzo II Visconti, comme le soutenait Pietro Azario, mais bien au fait qu’il ne s’agissait pas d’un seul palais résidentiel identifié en tant que tel, mais d’une aire urbaine étendue où se côtoyaient – entre jardins cultivés et d’agrément, viviers et ménageries d’animaux exotiques – une série d’édifices et de fonctions répartis par la suite entre les descendants d’Azzone11. Ces derniers entreprirent des modifications qui remodelèrent peu à peu l’espace, faisant disparaître non tant les différents bâtiments que le caractère unitaire de l’ensemble du site. Le cas de la curia des Carrara à Padoue est analogue. Celle-ci occupait un îlot entier de la cité mais présentait une structure composite, articulée en plusieurs palais bien distincts, séparés par des jardins et des cours ; si bien que l’on a récemment émis l’hypothèse qu’aux habitations des divers membres du lignage s’ajoutaient d’autres demeures appartenant à des familles qui leur étaient fidèles, comme les Montorsi (fig. 4)12.

Fig. 3 – Le palais de cour de Ferrare à l’époque de Borso d’Este

Fig. 3 – Le palais de cour de Ferrare à l’époque de Borso d’Este

A) Corte vecchia ; B) Torre di Rigobello ; C) Casa dei Forestieri ; D) Castelvecchio ; E) aile orientale (grande salle) ; F) cuisines et écuries de Borso ; G) boucherie ; H) marchés des viandes et des poissons ; I) écuries des mulets de Borso ; J) rue qui reliait la place du Dôme à la place San Domenico.

© M. Folin.

Fig. 4 – Giovan Battista Savio, plan de la curia des Carrara à Padoue, 1729 (redessiné en 1936)

Fig. 4 – Giovan Battista Savio, plan de la curia des Carrara à Padoue, 1729 (redessiné en 1936)
  • 13 Concernant les coutumes successorales des familles seigneuriales en Italie, voir F. Niccolai, « I c (...)

5La situation et l’organisation interne de ces quartiers – totalement atypiques dans le contexte européen – mettent en évidence toute la singularité des seigneuries italiennes : leur caractère foncièrement hybride, symbiotique, complémentaire eu égard aux administrations communales, et surtout la structure fondamentalement associative (consortile) des principaux lignages aristocratiques de la péninsule, qui n’adoptèrent que fort tard le droit d’aînesse, appliquant des coutumes de transmission héréditaire que les autres cours d’Europe avaient abandonnées depuis longtemps. De ce point de vue, les analogies parfois proposées entre les seigneuries italiennes et les royaumes européens sont assez contestables, bien qu’ancrées dans une longue tradition qui trouve son origine dans la « propagande » même des souverains de la péninsule, fondée en partie sur ces rapprochements trompeurs. À la fin du Moyen Âge, si au nord des Alpes le principe de succession dynastique et le droit d’aînesse constituaient depuis des siècles un pilier des monarchies héréditaires, pour les familles régnant sur les villes italiennes l’idée même de dynastie représentait un horizon lointain, qui ne fut atteint que tardivement et non sans difficultés, au gré d’équilibres précaires et incertains jusqu’à la fin du xve siècle13. On ne peut en effet parler de « dynasties » en Italie, dans la mesure où le pouvoir de gouverner ne se transmettait pas nécessairement (et presque jamais dans certains cas) de père en fils. Et il n’était pas davantage établi que le fils succédant à son père devait être le fils aîné légitime.

  • 14 Sur les coutumes successorales de la maison d’Este, voir J. F. Bestor, « Bastardy and Legitimacy in (...)

6Prenons l’exemple des Este, la plus ancienne lignée seigneuriale italienne (et celle qui connut la plus grande longévité). Après l’élection d’Obizzo II comme dominus perpetuus de Ferrare, en 1264, presque tous ses descendants au cours des deux siècles suivants accédèrent au trône au prix d’affrontements avec un ou plusieurs prétendants qui se prévalaient d’autant de titres à la succession14. Ce fut le cas de son fils Azzo (accusé par Dante d’avoir tué son père par soif de pouvoir : Inferno, XII, 111-112), qui dut lutter avec ses frères Aldobrandino et Francesco. À sa mort, près de quinze ans plus tard, ceux-ci cherchèrent encore à déposséder du pouvoir l’héritier désigné (le fils bâtard d’Azzo, Fresco) et déclenchèrent une guerre intestine qui fit perdre à la famille le marquisat pendant plusieurs années. Par la suite, en 1317, les cinq fils d’Aldobrandino­ et Francesco furent rappelés dans la cité et élus de concert domini dicte civitatis Ferrarie et districtus sine aliqua contradictione. Ils gouvernèrent collégialement le marquisat jusqu’à la mort du dernier d’entre eux, Obizzo III, en 1352. Ses quatre fils lui succédèrent, élus tous ensemble seigneurs de Ferrare par le Consiglio dei Savi, et investis par le Saint-Siège du vicariat apostolique sur la ville. Pourtant, la succession n’alla pas non plus sans heurts. Contestant la filiation des quatre frères, leurs cousins s’arrogèrent leurs droits et réussirent à gagner de multiples soutiens à leur cause. Seule l’intervention de Venise empêcha que n’éclatât une seconde « guerre de succession ». Il semble que par la suite les enfants d’Obizzo aient gouverné leurs terres sans avoir à faire face à trop de dissidences pendant une quarantaine d’années : d’abord Aldobrandino, puis à sa mort son frère cadet Nicolò II (1361), auquel succéda le benjamin Alberto V (1388), qui transmit à son tour le pouvoir à son fils Nicolò III (1393), illégitime lui aussi. Encore une fois, le passage d’une génération à une autre provoqua des tensions importantes dans la famille, donnant lieu à une conjuration et à plusieurs émeutes ourdies par les représentants d’une branche rivale, de sorte que le jeune marquis ne put se déclarer réellement au pouvoir que plus d’un an après le décès de son père. La situation resta instable au cours des décennies suivantes. En témoignent en 1476 et encore en 1505 les deux conjurations qui frappèrent la Maison d’Este, pour assassiner le duc en exercice et le remplacer par un neveu dans un cas, par un frère bâtard dans l’autre.

  • 15 Enea Silvio Piccolomini, Commentarii, éd. par L. Totaro, Milan, Adelphi, 1984, vol. 1, p. 39 (De Fe (...)
  • 16 E. Mattaliano, « L’autonomia del territorio di Carpi dagli inizi al passaggio sotto il dominio este (...)

7Dans ses Commentarii, Pie II consacre un paragraphe à stigmatiser la spurcitia15 des coutumes successorales des Este ; mais leur situation était loin d’être un cas isolé. On pourrait en citer bien d’autres, des Trinci à Foligno aux Visconti à Milan. Et ces usages n’étaient pas l’apanage des familles ancrées dans une ­tradition « féodale ». À Bologne, par exemple, dans la seconde moitié du xve siècle, les Bentivoglio se transmirent à plusieurs reprises le pouvoir de cousin à cousin : d’Annibale – fils naturel d’Anton Galeazzo, au pouvoir entre 1443 et 1445 – à Sante († 1462), et de celui-ci au fils d’Annibale, Giovanni II († 1506). On a ainsi l’impression, dans le milieu des seigneuries italiennes, que la succession est bien souvent le fruit de négociations menées au sein d’une famille élargie, perçue dans son ensemble comme la dépositaire d’un patrimoine et de prérogatives de gouvernement, bien que soi(en)t désigné(s) à chaque génération un, deux, trois individus chargé(s) de gérer cet héritage ancestral. C’est pourquoi, tout au long du xive siècle et encore au siècle suivant, l’on observe autant de cas où le pouvoir est partagé et exercé collégialement par plusieurs frères et cousins qui – reconnus ou non par des vicariats apostoliques ou impériaux – se répartissaient les prérogatives de façon plus ou moins informelle, en fonction d’accords de circonstance. Les histoires des Ordelaffi à Forlì, des Gonzague à Mantoue ou des Pico à Mirandola regorgent d’exemples dans ce sens, tandis qu’à Carpi la cohabitation entre divers représentants du pouvoir ne s’acheva qu’en 1531 avec la mort d’Alberto III Pio16.

  • 17 M. Folin, « Nei palazzi quattrocenteschi dei Pio : apparati decorativi e organizzazione degli spazi (...)
  • 18 On peut se référer à la bibliographie citée plus haut, note 4 ; outre N. Covini, « Visibilità del p (...)

8C’est précisément dans ce contexte que s’inscrit le caractère pluriel des demeures seigneuriales italiennes à la fin du Moyen Âge. En général, les palatia et domus qui se trouvaient dans les « quartiers » évoqués plus haut étaient répartis entre des parents qui certes entretenaient des rapports de collaboration, mais sur la base d’équilibres instables et susceptibles de se rompre à la première occasion, dégénérant facilement en conflits armés qui finissaient par impliquer tout l’environnement urbain. Ce fut le cas à Carpi, où ce qu’on appelle le Palazzo dei Pio est en réalité le fruit d’une série d’opérations de réunions et annexions successives à partir du xvie siècle, visant à unifier trois corps de bâtiments auparavant séparés, appartenant à autant de branches de la famille au pouvoir qui, tout au long du xve siècle, avaient continué à se faire face sans règles ni merci (fig. 5)17. À une tout autre échelle, on peut observer des dynamiques semblables à Milan sous Bernabò et Galeazzo Visconti. Au moment de succéder à leur oncle (l’archevêque Giovanni), ceux-ci s’établirent respectivement dans le palais de San Giovanni in Conca et dans le château de Porta Giovia, bastions des systèmes de fortifications tentaculaires qui se déployaient entre les quartiers du centre et le mur d’enceinte de la ville18. À Carpi comme à Milan, la ville se retrouvait ainsi segmentée en deux ou davantage de secteurs assujettis à divers co-seigneurs, qui partageaient en même temps que le pouvoir des exigences concurrentielles de visibilité dans l’espace urbain. La forme, l’organisation, les usages des demeures des uns et des autres ne pouvaient qu’être profondément marqués par les tensions issues de ces rivalités. Sans en arriver toujours à ces cas extrêmes, dans la plupart des cas les résidences seigneuriales italiennes reflétaient intérieurement les mêmes antagonismes de fond. La multiplication fréquente des façades, des cours, des entrées et des appartements, le manque de cohésion des édifices souvent fortifiés les uns contre les autres ou encore la relative incohérence des schémas de distribution internes et l’absence d’une claire hiérarchie entre les bâtiments en sont des conséquences directes. Au regard de l’architecture et du langage des pierres, les seigneuries italiennes présentaient ainsi sur la scène urbaine de leur époque un visage bien peu unitaire, affichant plutôt les traces bien visibles de leurs dissidences intestines.

Fig. 5 – Les palais des trois principales branches de la famille Pio au xve siècle

Fig. 5 – Les palais des trois principales branches de la famille Pio au xve siècle

A) palais de Giberto II et Marco II (Castelvecchio, 1443-1494) ; B) palais d’Alberto II, Leonello et Alberto III (ca. 1443-1506) ; C) palais de Galasso III et Giberto III (1443-1499).

© M. Folin, d’après un plan de Carpi de la moitié du xviiie siècle, Archivio Storico Comunale di Carpi, AG, b. 142, c. 7.

Les sépultures de la première génération des seigneurs au tournant des xiiie et xive siècles

  • 19 Pour une vue d’ensemble des formes du pouvoir seigneurial dans l’Italie de la fin du Moyen Âge, voi (...)
  • 20 F. Mangani, « La tomba di Marsilio nell’abbazia di Santo Stefano di Due Carrare », dans D. Banzato, (...)
  • 21 G. B. Cervellini, « Il monumento Caminese di Serravalle (Vittorio) », Bollettino d’arte del Ministe (...)
  • 22 C. Tosco, « Il mausoleo del principe », dans id., Architetture del Medioevo in Piemonte, Turin, Val (...)
  • 23 M. Innocenti, « L’abbazia della Vangadizza di Badia Polesine : i suoi rapporti con la grande storia (...)

9Si l’on considère à présent les caractéristiques des sépultures des seigneurs à cette même période, le paysage qui s’offre à nous semble présenter de nombreux points communs avec celui évoqué plus haut. Les stratégies funéraires des seigneurs des villes italiennes entre xiiie et xive siècle ne paraissent pas, au départ, suivre des modèles univoques – le contraire eût d’ailleurs été fort étonnant, étant donné l’extrême variété de leurs origines, de leurs modes d’accession au pouvoir et des formes et périodes de leur gouvernement19. Les familles qui tiraient leur influence et leur prestige de titres et de biens ancrés en dehors des villes ne semblaient pas à l’origine disposées à abandonner leurs lieux traditionnels de sépulture : en général des églises et des abbayes qu’elles-mêmes avaient fondées par le passé, à proximité de leur château ou de terres placées sous leur contrôle. C’est le cas de Marsilio da Carrara, par exemple, qui encore en 1338 – après avoir été seigneur de Padoue pendant vingt ans – se fit enterrer dans l’abbaye de Carrara Santo Stefano, en face du château qui avait été le cœur du pouvoir de sa famille pendant des siècles20. Dans les mêmes années, Rizzardo VI da Camino, dernier descendant de la famille qui avait régné sur Trévise entre 1283 et 1312, était enterré dans la chapelle nobiliaire du château familial de Serravalle21. Les comtes de Savoie faisaient de même dans le territoire subalpin, tout comme les marquis de Saluzzo et de Monferrat, qui continuèrent tout au long du xiiie siècle à se faire ensevelir dans les abbayes cisterciennes fondées par leurs ancêtres, bien qu’ils aient depuis longtemps jeté leur dévolu sur une sépulture urbaine22. Trente ans plus tard Obizzo II d’Este, élu gubernator et rector et generalis et perpetuus dominus de Ferrare en 1264, voulut – au moment de ­rédiger son ­testament – que son corps fût transféré dans un couvent franciscain à l’extérieur de Rovigo qu’il avait richement doté à cet effet : en d’autres termes à l’endroit où se concentraient les propriétés foncières de la famille, pas très loin de l’abbaye de la Vangadizza où reposaient ses aïeuls depuis la fin du xie siècle (fig. 6)23.

Fig. 6 – Badia Polesine, abbaye de la Vangadizza les sarcophages d’Alberto Azzo et Cunegonda de Altdorff (gauche) et d’Azzo VI et Alice de Chatillon (droite)

Fig. 6 – Badia Polesine, abbaye de la Vangadizza les sarcophages d’Alberto Azzo et Cunegonda de Altdorff (gauche) et d’Azzo VI et Alice de Chatillon (droite)

© M. Folin.

  • 24 E. Napione, Le arche scaligere di Verona, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2009 (...)
  • 25 Sur les caractéristiques générales de l’implantation de l’aristocratie dans les territoires urbains (...)

10Il en était bien autrement lorsque la famille avait depuis des générations enraciné son pouvoir dans le territoire urbain et que son ascension avait eu lieu au sein des institutions communales, au cœur de la ville et de ses trafics. Dans ce cas, l’église choisie pour conserver la dépouille du seigneur n’était en général pas une fondation blasonnée en pleine campagne, mais une paroisse citadine, le plus souvent située dans le quartier de résidence de la famille. L’exemple le plus connu et étudié est celui des Della Scala à Vérone : avant l’érection des tombeaux de Cangrande et de ses successeurs, les représentants de la famille se faisaient enterrer depuis plus d’un siècle dans le cimetière du quartier de Santa Maria Antica, au cœur du quartiere scaligero qui s’étendait derrière la Piazza delle Erbe24. Le cas de Vérone ne faisait pas figure d’exception en Italie et de nombreuses villes – de Gênes à Bologne, de Pise à Florence – étaient dotées d’églises nobiliaires, autour desquelles s’organisait la vie de la curtis aristocratique et où s’entassaient également les sépultures des membres des familles au pouvoir25.

  • 26 Rappelons au passage qu’à la fin du xiiie siècle, une autre branche de la famille avait commencé à (...)
  • 27 E. Napione, Le arche scaligere di Verona, op. cit., p. 67-92.
  • 28 P. Seiler, « La trasformazione gotica della magnificenza signorile. Committenza viscontea e scalige (...)

11Nous sommes donc en présence de deux types divergents de comportement, qui partagent toutefois un trait essentiel : dans un cas comme dans l’autre – et ce indépendamment de l’autorité récemment acquise en ville –, les premières générations des tyrans se montraient particulièrement rétives à se détacher des coutumes de leurs ancêtres, ou plus généralement de leur milieu d’origine. Ainsi, les tombeaux destinés aux hommes ayant personnellement exercé un pouvoir seigneurial ne semblent se distinguer en aucune façon de ceux des autres membres de leurs familles respectives, qui parfois étaient même plus monumentaux que les premiers. À Gênes, par exemple, le tombeau le plus grandiose érigé dans la première moitié du xive siècle pour un représentant de la famille Doria (un sarcophage romain encastré dans la façade de l’église San Matteo) n’était pas celui d’Oberto, leader reconnu du parti guelfe dans la cité et pendant de nombreuses années Capitaneus communis et populi, mais celui de son frère Lamba : un personnage de premier plan dans la vie de la cité, héros de la bataille de Curzola, mais qui n’eut jamais l’ascendant politique de son frère26. Jusqu’à la mort de Cangrande, les tombes des Della Scala à Vérone s’empilaient de même sans que fussent établies de grandes différences entre les seigneurs et leurs parents, de sorte qu’il est difficile aujourd’hui de déterminer pour les sarcophages du début du siècle – dénués de signes de reconnaissance individuelle au-delà de l’appartenance générique à la Maison des Della Scala27 – s’ils appartenaient à tel ou tel membre de la famille (fig. 7). Le tombeau même de Cangrande ne se posait à l’origine qu’en rival de ce qui constituait alors sans conteste la plus ambitieuse sépulture de Vérone : le monument érigé une dizaine d’années auparavant à Sant’Anastasia pour Guglielmo da Castelbarco, seigneur féodal riche et puissant, mais qui en ville n’avait été que podestat pendant quelques mois bien des années plus tôt28. On a en somme l’impression que le fait d’avoir régné quelque temps sur une cité ne constituait pas en soi un événement digne de peser sur l’identité personnelle d’un homme, ou du moins sur la façon dont celui-ci voulait qu’on se souvienne de lui après sa mort.

Fig. 7 – Vérone, cimetière de Santa Maria Antica : le sarcophage de Bartolomeo I Della Scala

Fig. 7 – Vérone, cimetière de Santa Maria Antica : le sarcophage de Bartolomeo I Della Scala

© M. Folin.

  • 29 J. Gardner, « L’introduzione della tomba figurata in Italia centrale », dans V. Pace, M. Bagnoli (d (...)
  • 30 G. A. S. Pelham, « Reconstructing the Programme of the Tomb of Guido Tarlati, Bishop and Lord of Ar (...)
  • 31 F. Negro, « I signori vescovi : note sul senso di una categoria », dans J.-C. Maire Vigueur (dir.), (...)
  • 32 Voir la bibliographie mentionnée plus haut, note 19.

12Pendant les trois premières décennies du xive siècle, aucun seigneur ne semble donc avoir cultivé l’ambition de se faire ériger un tombeau qui soit même de loin comparable aux monuments funéraires voulus par Henri VII pour son épouse et lui-même, placés respectivement dans l’église San Francesco de Gênes (1313-1314) et dans la cathédrale de Pise (1315), ou aux monuments pariétaux que depuis quelque temps les papes et les membres les plus en vue de la curie avaient adoptés en suivant des modèles français29. Les seules exceptions ne font en réalité que confirmer la règle : il s’agit des trois tombeaux seigneuriaux les plus imposants des premières décennies du siècle – les seuls qui affichent à cette date l’ambition de s’affirmer comme des monuments civiques dans la ville, s’adressant en tant que tels à la collectivité urbaine – destinés à Ottone Visconti à Milan (après 1295 ; fig. 8), à Berardo Maggi à Brescia (1308-1311) et à Guido Tarlati à Arezzo (1329-1332)30. Trois personnages qui, avant de devenir des seigneurs, avaient été évêques de leurs villes respectives et avaient à ce titre exercé le pouvoir – si bien que le caractère proprement seigneurial et politique de leur domination a été récemment fortement remis en question31. Dans chacun de ces cas, les messages écrits et figurés dont les sarcophages étaient porteurs, de même que leur emplacement dans les cathédrales de leurs villes, n’établissaient aucune distinction entre l’exercice du pouvoir politique et la dignité ecclésiastique, et visaient ouvertement à légitimer le premier par la seconde. Ce fait extrêmement significatif confirme ce qui émerge des recherches les plus récentes sur l’évolution des relations de pouvoir dans les villes italiennes des xiiie et xive siècles32 : sur le plan des institutions comme du langage politique, mais également en termes de stratégies conscientes de communication par l’image, les premières phases d’affirmation du régime seigneurial semblent partout caractérisées par une forte continuité avec le passé, et par la tendance des nouveaux tyrans à éviter des formes trop ostentatoires d’exaltation de leur personne, sauf s’ils étaient déjà légitimés par un rôle reconnu au sein de la cité.

Fig. 8 – Milan, cathédrale : le sarcophage d’Ottone et Giovanni Visconti

Fig. 8 – Milan, cathédrale : le sarcophage d’Ottone et Giovanni Visconti

© M. Folin.

Fig. 9 – Vérone, cimetière de Santa Maria Antica : l’arca de Cansignorio Della Scala

Fig. 9 – Vérone, cimetière de Santa Maria Antica : l’arca de Cansignorio Della Scala

© M. Folin.

Le tournant des années 1330 : changements et continuités à la fin du Moyen Âge

  • 33 Deux exemples parmi d’autres : à Vérone, Giuseppe Della Scala, abbé de San Zeno, fut enterré dans l (...)

13Ce n’est qu’à partir des années 1330 que les choses commencent, lentement, à évoluer. En premier lieu, les abbayes rurales cessent un peu partout de constituer un lieu de sépulture convoité par les seigneurs et leurs parents. Partout, ceux-ci tendent à abandonner les anciens tombeaux extra-urbains au profit de nouvelles chapelles funéraires fondées dans les églises les plus importantes des villes – si l’on excepte le cas des moines et des abbés, qui jouissaient toujours du privilège de pouvoir être enterrés dans l’église où ils avaient officié33. L’évolution des formes mêmes des tombeaux est sans doute encore plus significative : plus ambitieuses, plus grandioses, elles témoignent de toute évidence du désir d’un nombre croissant de seigneurs de se doter d’une sépulture au caractère monumental et somptuaire conforme à leur statut, ce qui était encore tout à fait inusité quelques années auparavant.

  • 34 E. Napione, Le arche scaligere di Verona, op. cit.
  • 35 Sur le tombeau d’Azzone, voir P. Seiler, « Das Grabmal des Azzo Visconti in San Gottardo in Mailand (...)
  • 36 A. Poloni, « Il trono del doge. Giovanni dell’Agnello signore di Pisa e di Lucca (1364-1368) », dan (...)
  • 37 H. Saalman, « Carrara Burials in the Baptistery of Padua », The Art Bulletin, 69, 1987, p. 376-394.

14Les cas les plus connus et étudiés sont ceux des Della Scala et des Visconti, pour qui furent érigés en l’espace de cinquante ans pas moins de cinq tombeaux aux prétentions ouvertement monarchiques : les trois tombeaux de Cangrande (vers 1335), Mastino II (à la fin des années 1440) et Cansignorio (1374-1375 ; fig. 9) à Vérone34 ; et à Milan les monuments destinés à Azzone dans l’église de San Gottardo in Corte (1342-1346 ; fig. 10) et à Bernabò à San Giovanni in Conca (1363-1385 ; fig. 11)35. Mais il s’agit sans doute d’une tendance plus générale. L’emplacement même dans le tissu urbain de certains monuments parmi les plus ambitieux du milieu du siècle reflète la nouvelle exigence de plusieurs seigneurs de faire montre de leur ascension au faîte de la classe politique citadine. Ainsi les Gonzague, après avoir succédé aux Bonacolsi à la tête de Mantoue, se firent enterrer pendant deux générations dans l’abside de la cathédrale San Pietro, à un emplacement prestigieux s’il en est : à côté de l’autel majeur. Quelques années plus tard, à Pise, Giovanni dell’Agnello commandita pour lui et son épouse deux sarcophages extrêmement coûteux, qui auraient dû être placés sur la façade de l’église San Francesco et dans la cathédrale36. À Padoue, Francesco da Carrara il Vecchio et son épouse se firent quant à eux inhumer dans le baptistère de la ville (1378-1398)37.

Fig. 10 – Milan, San Gottardo in Corte : le sarcophage d’Azzone Visconti

Fig. 10 – Milan, San Gottardo in Corte : le sarcophage d’Azzone Visconti

© M. Folin.

Fig. 11 – Milan, Castello Sforzesco : le monument funéraire de Bernabò Visconti

Fig. 11 – Milan, Castello Sforzesco : le monument funéraire de Bernabò Visconti

À l’origine dans l’église de San Giovanni in Conca.

© M. Folin.

  • 38 La question du coût matériel de ces monuments constitue une intéressante piste de recherche : pour (...)

15Malgré leurs différences, ces monuments présentent un certain nombre de traits communs jusqu’alors relativement inédits. En premier lieu, on peut relever la richesse et la qualité de leur appareil décoratif, sans précédent pour des monuments commémorant des tyrans – ce que restaient aux yeux de beaucoup les commanditaires de ces tombeaux. On n’avait pas pour leur réalisation regardé à la dépense, pourvu de s’assurer le concours de maîtres renommés souvent venus d’ailleurs (Giovanni di Balduccio, Bonino da Campione, Andriolo de’ Santi…)38. Le fait que les messages écrits et figurés qui les ornaient visent ostensiblement à exalter les entreprises personnelles du défunt, plus que son appartenance générique à une famille aristocratique, est également très significatif. On peut citer à titre d’exemples les conquêtes militaires évoquées sur le tombeau de Cangrande, la procession des représentants des villes assujetties sur le sarcophage d’Azzone Visconti, ou encore les vertus royales qui se présentent en servantes de son cousin Bernabò. Enfin, qu’elles soient situées dans une cathédrale ou un baptistère, près de l’autel majeur ou contre la façade d’une église, ces sépultures semblent toujours placées de manière à jouir d’une grande visibilité « publique », marquant de leur présence un édifice, une place ou, plus largement, tout l’espace liturgique d’un pôle de l’identité civile et religieuse de la ville.

  • 39 Le cas de Vérone, entre autres, est significatif : voir V. Bertolini, « Cansignorio e la città marm (...)
  • 40 G. M. Varanini, « Propaganda dei regimi signorili : le esperienze venete del Trecento », dans P. Ca (...)

16Dans les mêmes années, les quartiers résidentiels des seigneurs semblent engagés dans la voie de changements analogues, qui tendent à rendre plus manifestes les revendications de pouvoir des commanditaires (fig. 12)39. Dans ce contexte, il est significatif que les textes voués à exalter la magnificence des palais des Visconti, des Della Scala ou des Carrara multiplient les allusions à des éléments de prestige issus du répertoire de « l’architecture de pouvoir » à caractère impérial (ou pontifical, en Italie) : chapelles palatines, mausolées dynastiques, jardins, ménageries d’animaux exotiques, appareils décoratifs et programmes iconographiques liés au thème du « triomphe »… Dans la majorité des cas, il est vrai que ces éléments, indépendamment – ou peut-être à cause – de leur signification explicite de célébration du pouvoir, étaient confinés dans les parties intérieures et privées des demeures seigneuriales, tandis que les façades extérieures restaient fidèles à la tradition architecturale locale. Toutefois, l’existence même de ces décors, comme le fait que l’on s’adresse de plus en plus souvent pour leur réalisation à des artistes de renom (la récurrence du nom de Giotto est à cet égard significative), sont des signes éloquents des changements profonds qui voient alors le jour et de l’importance grandissante que l’image du Prince venait à jouer dans le débat politique de l’époque40.

Fig. 12 – Vérone : le Castelvecchio, bâti par Cangrande II Della Scala vers la moitié du xive siècle

Fig. 12 – Vérone : le Castelvecchio, bâti par Cangrande II Della Scala vers la moitié du xive siècle

© M. Folin.

  • 41 B. Cassidy, Politics, Civic Ideals and Sculpture in Italy, c. 1240-1400, Turnhout, Brepols, 2007, p (...)

17L’évolution du goût des seigneurs ou la compétition entre les différentes cours italiennes41 ne peuvent suffire à expliquer ces transformations. Bien sûr, ces données ont leur importance. Mais d’autres facteurs de nature politique, liés à la faillite des projets hégémoniques d’Henri VII et de ses émules, à la frustration des ambitions de la Maison d’Anjou, à la stabilisation du cadre institutionnel dans lequel s’inscrivaient les seigneurs grâce au développement de la pratique du vicariat, ont très probablement joué un rôle déterminant dans ce processus. De ce point de vue, les transformations qui touchent les demeures seigneuriales – dont les sépultures des Della Scala et des Visconti étaient l’exact reflet – peuvent apparaître comme les témoins d’un profond changement des équilibres politiques dans la péninsule italienne et des nouvelles ambitions que cultivait la génération des seigneurs arrivée au pouvoir au milieu du xive siècle.

  • 42 Sur Galvano Fiamma, voir L. Green, « Galvano Fiamma, Azzone Visconti… », art. cité ; sur l’évocatio (...)

18Cependant, les opérations de grande envergure évoquées plus haut apparaissaient sous d’autres aspects comme relativement atypiques dans le contexte de l’époque, et étaient généralement perçues comme telles par leurs contemporains. Les allusions de Galvano Fiamma aux sommes fabuleuses dépensées par Azzone Visconti pour décorer San Gottardo ou les critiques de l’Anonyme romain contre les « palais démesurés » (esmesurata palatia) érigés par Mastino Della Scala pour se montrer « roi digne de couronne » (rege da corona) sont à cet égard révélatrices : bien que militant dans des coalitions idéologiquement opposées, les deux auteurs partagent comme une évidence le sentiment de se trouver face à des entreprises au caractère somptuaire hors norme42. En matière de représentation funéraire, les choix des seigneurs de l’Italie centrale et septentrionale semblent en effet, au moins jusqu’aux premières décennies du xve siècle, se porter non sur des monuments « triomphaux » mais sur des sépultures qui, même si elles reflètent les changements d’orientation évoqués plus haut, restent fortement ancrées dans la tradition et ne se distinguent guère des tombeaux de n’importe quelle famille aristocratique citadine, quel qu’ait été son rôle au sein de la communauté citadine.

  • 43 Sur les rapports des Malatesta avec les franciscains, et en particulier sur le cas de Pesaro, où en (...)
  • 44 La pierre tombale d’Ostasio da Polenta († 1396) représenté en habit franciscain, qui est toujours c (...)
  • 45 Dans la chapelle des Ordelaffi à San Francesco Grande furent enterrés, entre autres, Francesco Orde (...)
  • 46 Castruccio avait déjà dans son propre testament pris des dispositions pour être enterré dans l’égli (...)
  • 47 P. Artoni, « San Francesco in Mantova. Il pantheon dei primi Gonzaga », dans R. Golinelli Berto (di (...)
  • 48 Sur les rapports d’Antonio et Pandolfo Petrucci avec l’église de l’Observance de Saint-Bernardin, o (...)
  • 49 Sur la chapelle San Tommaso, fondée à Sant’Eustorgio par Matteo I Visconti en 1297, voir R. Bossagl (...)
  • 50 G. Repaci Courtois, « La cappella funeraria dei marchesi, nella chiesa di San Giovanni a Saluzzo », (...)
  • 51 I. B. Supino, La tomba di Taddeo Pepoli nella chiesa di San Domenico in Bologna, Bologne, Zanichell (...)
  • 52 Voir M. M. Donato, « I signori, le immagini e la città… », art. cité, p. 402-406 ; A. M. Spiazzi, « (...)

19La disposition dans l’espace des tombes seigneuriales est déjà à cet égard significative. En dehors de cas exceptionnels, jusqu’à la fin du Moyen Âge la plupart des seigneurs continuent en effet à privilégier comme lieux de sépulture les églises des ordres mendiants de leurs villes respectives, avec une prédilection marquée pour les églises franciscaines : ce fut le cas des Este à Ferrare (ca. 1350-1394) et des Malatesta à Rimini (1312-1461), Pesaro (1371-1373) et Fano (1398, 1460)43 ; des Manfredi à Faenza (San Francesco, 1405 ; San Girolamo dell’Osservanza, 1468) et des Da Polenta à Ravenne (1396)44 ; des Ordelaffi puis des Riario à Forlì (1381-1480, 1481)45 ; des Castracani et des Guinigi à Lucques (1328-1422)46 ; des Caminesi à Trévise (1306-1312) et des Gonzague à Mantoue (1369-1484)47 ; et la liste pourrait s’allonger à l’envi, jusqu’aux Montefeltro à Urbino et aux Petrucci à Sienne à la fin du siècle suivant48. Le choix des seigneurs pouvait aussi se porter sur une église augustinienne, comme ce fut le cas pour les Bentivoglio à Bologne (San Giacomo Maggiore, 1445-1486) ou, plus fréquemment, sur une église dominicaine : ce fut l’option retenue, entre autres, par les Visconti à Milan (Sant’Eustorgio, à partir de 1297)49, les marquis de Saluzzo à Saluzzo (1336-1474)50, les Pepoli à Bologne (1347)51, ou encore les Carraresi à Padoue (Sant’Agostino, 1345-1350)52.

  • 53 Sur la fonction funéraire des églises des ordres mendiants, en particulier franciscaines, dans les (...)

20D’une manière générale, la préférence pour tel ou tel ordre – notamment lorsqu’il ne s’agissait pas des franciscains – semble dériver principalement de la proximité de l’église choisie avec le lieu d’habitation traditionnel de la famille au pouvoir : le cas des Bentivoglio, dont le palais se trouvait quasiment en face de la basilique San Giacomo Maggiore, est à ce titre représentatif. Cet enracinement dans un quartier urbain était porteur d’une signification évidente : en se conformant aux habitudes de leurs concitoyens, les seigneurs montraient leur respect pour le territoire (et les hiérarchies) dont ils avaient hérité, et leur volonté de ne pas occuper indûment avec leurs monuments privés les sanctuaires de l’identité collective de la ville53.

  • 54 Pour quelques exemples, voir P. Marini, E. Napione, G. M. Varanini (dir.), Cangrande della Sala. La (...)
  • 55 Sur les arche dei dottori, voir R. Grandi, I monumenti dei dottori e la scultura a Bologna (1267-13 (...)
  • 56 C. Bruzelius, « I morti arrivano in città… », art. cité, p. 20-21 ; plus généralement, sur les sépu (...)

21La typologie des tombeaux des seigneurs ne différait pas non plus si nettement de celle de leurs sujets les plus en vue : bien sûr il s’agissait de tombes souvent imposantes, décorées de sculptures de grande qualité, autour desquelles se déroulaient des rites et cérémonies qui, d’après les descriptions des sources, étaient de plus en plus solennels et tendaient à impliquer l’ensemble des habitants (les funérailles du seigneur et de ses proches, mais aussi des messes, processions, pèlerinages liés aux occasions les plus diverses)54. Toutefois, si l’on compare ces monuments aux tombeaux érigés dans les mêmes années pour les familles les plus riches, ou pour d’autres personnages s’étant illustrés d’une façon ou d’une autre dans la vie de la cité – il suffit de penser au sarcophage mentionné plus haut de Guglielmo da Castelbarco à Vérone, aux tombeaux des glossateurs à Bologne, ou aux chapelles des Scrovegni (après 1303) et des Lupi di Soragna (après 1376) à Padoue –, il ne semble pas que ces derniers aient grand-chose à envier aux premiers55. Les monuments des uns et des autres et les chapelles où ils s’inséraient n’avaient pas en commun que la richesse et une certaine visibilité dans l’espace : ils entretenaient également des rapports analogues avec leur environnement. Même les mausolées les plus somptueux n’étaient presque jamais de nature à accaparer complètement l’espace de l’église où ils se trouvaient, dont ils occupaient en général une ou deux chapelles latérales (fig. 13). En effet, s’il est un aspect qui – au-delà des autres différences d’ordre formel – caractérise la plupart des sépultures seigneuriales entre xive et xve siècle, c’est bien le fait qu’elles ne se positionnent presque jamais comme le point focal exclusif de l’espace liturgique où elles prennent place. Le contexte dans lequel elles s’intégraient était pluriel, habité par une diversité de présences pas nécessairement liées à l’expression de la prééminence du pouvoir seigneurial. Les sépultures des seigneurs se trouvaient au milieu des autres tombes qui s’entassaient dans les nécropoles urbaines : les « tyrans » reposaient à côté des évêques et des juristes, des condottieri et des marchands, des professeurs et des chevaliers. Et c’est sans doute ce dernier aspect qui manifeste le plus clairement la distance qui sépare ce type de sépulture du mausolée d’un « vrai » roi comme celui de Robert d’Anjou à Naples (1343-1345), situé de façon à dominer visuellement et conceptuellement toute la nef de l’église Santa Chiara au point d’en faire, comme cela a été dit, une « reproduction éternelle de la cour » et de son organisation hiérarchique – avec le roi derrière l’autel majeur et à ses côtés les héritiers au trône, tandis que les nobles et les courtisans leur faisaient une haie d’honneur dans les chapelles latérales (fig. 14)56.

Fig. 13 – Milan, Sant’Eustorgio : le sépulcre de Stefano Visconti et Valentina Doria dans la chapelle de saint Thomas

Fig. 13 – Milan, Sant’Eustorgio : le sépulcre de Stefano Visconti et Valentina Doria dans la chapelle de saint Thomas

© M. Folin.

Fig. 14 – Naples, Santa Chiara : la nef de l’église avec le sépulcre de Roberto d’Angiò

Fig. 14 – Naples, Santa Chiara : la nef de l’église avec le sépulcre de Roberto d’Angiò
  • 57 En 1476 y fut encore inhumé Nicolò di Leonello d’Este : voir Bernardino Zambotti, Diario ferrarese (...)
  • 58 Voir G. Fornaciari, Le sepolture della cappella Guinigi : bioarcheologia di una nobile famiglia luc (...)

22Un dernier aspect plutôt conservateur, voire réactionnaire, distinguait de nombreux tombeaux de ces seigneurs du xive siècle des plus grands monuments construits par les dynasties couronnées de la même époque, de Naples à Saint-Denis : le fait qu’il s’agisse – et cela restera longtemps le cas pour une bonne partie d’entre eux – de tombes collectives, possédées, gérées, « habitées » par plusieurs générations de parents. À Ferrare, par exemple, les Este disposaient à l’intérieur de l’église San Francesco d’un grand sarcophage de porphyre (appelé Arca rossa, aujourd’hui disparu mais probablement d’un type proche des premiers sarcophages des Della Scala), dans lequel reposaient vraisemblablement tous les marquis d’Obizzo III d’Este († 1352) à Alberto V († 1393), et qui continua à être utilisé pour les cadets de la famille jusqu’aux années 147057.
Il ne s’agissait pas d’un cas isolé. À Lucques, dans la seconde moitié du xive siècle, Francesco Guinigi († 1384) avait ainsi fondé dans le couvent San Francesco une chapelle sous laquelle se trouvaient deux grandes fosses côte à côte, destinées à accueillir respectivement les hommes et les femmes de la famille (fig. 15). Ils continuèrent à y être ensevelis pendant plusieurs siècles, si bien que dans ces fossesont été retrouvés les restes de pas moins de quarante-huit squelettes58. Les différents sarcophages de la famille Della Scala dans le cimetière de Santa Maria Antica – à l’exception des trois tombeaux de Cangrande, Mastino et Cansignorio – contenaient eux aussi de nombreux corps, selon une pratique certes commune à cette époque mais qui n’en demeure pas moins significative.

Fig. 15 – Lucques, San Francesco : la chapelle funéraire des Guinigi

Fig. 15 – Lucques, San Francesco : la chapelle funéraire des Guinigi

© M. Folin.

  • 59 On peut se référer aux articles de M. Campigli et A. Turchini dans l’ouvrage dirigé par A. Paolucci (...)
  • 60 Voir F. Pellegrini, « Due atti testamentari di Giovanni II Bentivoglio, Bologna, 17.XII.1501 e 4.II (...)

23Il est vrai que dans plusieurs villes l’utilisation de ce type de tombe familiale allait se faire de plus en plus rare pour des seigneurs de haut rang ; mais la conception du tombeau comme patrimoine commun d’une Maison n’allait jamais totalement disparaître. Elle est encore très vive au milieu du xve siècle à Rimini, par exemple, où Sigismondo Pandolfo Malatesta – bien qu’il aspirât à un type de mausolée tout à fait nouveau – ne manqua pas dans le temple Malatestiano en construction de dédier deux chapelles à ses aïeuls (hommes) et aux femmes de la maison : ces dernières furent ensevelies dans une fosse commune, sous l’autel consacré à l’Archange Raphaël, tandis que les premiers étaient inhumés dans un grand sarcophage à l’antique décoré de scènes de la vie de Scipion, souche mythique du lignage59. À Bologne, en 1501, Giovanni Bentivoglio demanda encore dans son testament à être inhumé dans la chapelle familiale de San Giacomo, dans le sarcophage où reposaient – outre son grand-père Antonio Galeazzo († 1435) – son père, son oncle, sa mère, sa sœur et plusieurs de ses enfants morts avant lui : en tout, trois générations de seigneurs et leurs plus proches parents60.

Conflits de famille

  • 61 Sur l’« individualisme héroïque » des monuments des Della Scala, voir M. M. Donato, « I signori, le (...)

24Les stratégies de représentation funéraire des seigneurs italiens du xive siècle forment un tableau d’ensemble complexe et fragmenté. L’« individualisme héroïque » qui s’exprime avec tant d’éloquence dans les monuments Della Scala et Visconti ne l’emporte pas sur d’autres choix radicalement différents, dictés par la claire volonté d’offrir une tout autre image du pouvoir seigneurial : un régime fondé sur le respect des équilibres en place, attentif à ne pas porter atteinte aux exigences des notables de la ville d’une part, aux requêtes des membres de la famille régnante de l’autre61. Nous sommes là en présence d’une preuve supplémentaire de l’importance que conservaient dans de nombreuses villes de la péninsule les traditions communales, et de l’influence que celles-ci exerçaient sur la rhétorique politique des seigneurs. Par ailleurs, on peut voir dans la nature collective des nécropoles du xive siècle un effet des coutumes de transmission héréditaire dont on a déjà relevé les conséquences sur la disposition des quartiers seigneuriaux : des coutumes relevant d’une conception essentiellement « associative » (consortile) des familles au pouvoir, auxquelles peuvent sans doute être imputés le caractère fragmenté des demeures des seigneurs, mais aussi la faible propension des tombeaux à une autocélébration « dynastique » au sens strict.

  • 62 Sur cette histoire et celles qui suivent, on peut se référer aux articles de M. C. Ganguzza Billano (...)

25À la fin du Moyen Âge, la cohésion des lignées seigneuriales était en effet en crise depuis longtemps : le manque d’automatismes dans les mécanismes de succession et le caractère changeant des dynamiques de répartition du pouvoir donnaient naissance à de très nombreuses luttes intestines. Le cas de la maison de Carrara à Padoue vers le milieu du siècle en constitue un exemple. Au moment de mourir sans enfants, en 1345, Ubertino désigna comme successeur le représentant le plus en vue d’une autre branche de sa famille, Marsilietto Papafava62. Cette décision provoqua le mécontentement de son neveu Iacopo, qui assassina Marsilietto un peu plus d’un mois plus tard pour s’emparer du pouvoir ; il ne gouverna toutefois que peu de temps, un autre de ses oncles, Guglielmo da Carrara, l’ayant poignardé moins de cinq ans plus tard, avant d’être promptement massacré à son tour par son entourage. La seigneurie passa alors au fils et au petit frère de Iacopo, Francesco (le Vieux) et Iacopino, élus collégialement par acclamation « populaire ». Mais leur cohabitation fut de courte durée : en 1355 Iacopino cherchait à faire assassiner son neveu, qui le fit incarcérer à vie dans la forteresse de Monselice. Francesco gouverna alors seul Padoue jusqu’en 1388, non sans devoir faire face à pas moins de trois conjurations ourdies par ses propres frères bâtards, Nicolò et Marsilio.

  • 63 J. Burckhardt, La civiltà del rinascimento in Italia, Florence, Sansoni, 1990 [1876], p. 18-22 (tra (...)

26Cette petite tranche de vie familiale n’avait rien d’exceptionnel. Des histoires de ce genre s’attachent à quasiment toutes les familles qui régnaient sur une ville italienne à la même époque : dans les années où les Carrara s’entretuaient, à Vérone Cangrande expirait sous les coups de son frère Mastino, tandis qu’à Milan Matteo Visconti était empoisonné par ses frères inquiets, murmurait-on, de ses abus de pouvoir. Les choses n’allèrent guère autrement au xve siècle, comme le démontrent les histoires des Baglioni à Pérouse ou des Montefeltro à Urbino : si bien que Burckhardt avait vu dans cette « malédiction de l’illégitimité », qui était si répandue dans les familles au pouvoir, l’un des ingrédients fondamentaux du « déploiement de l’individualité » qui allait donner naissance à la conception renaissante de l’« État considéré comme œuvre d’art63 ».

  • 64 Sur la rénovation de l’église San Giovanni in Conca et les tombeaux de Regina Della Scala († 1384), (...)

27Bien que généralement occultées dans les textes encomiastiques qui exaltaient le régime des tyrans – et l’on comprend aisément pourquoi –, ces dynamiques influencèrent profondément l’organisation des sépultures et la configuration des demeures des seigneurs du xive siècle. On a déjà évoqué la nature concurrentielle des rapports entre les différents édifices regroupés dans les quartiers seigneuriaux, qui dans bien des cas, comme à Carpi ou à Milan, étaient fortifiés les uns contre les autres. On ne s’étonnera pas que les programmes funéraires des seigneurs soient souvent marqués par des tensions et antagonismes analogues, dirigés – plus que contre les autres cours de la péninsule – contre les branches rivales d’une même famille. Le cas de Milan est à ce titre particulièrement révélateur : la rivalité entre les résidences de Bernabò et Galeazzo Visconti vers le milieu du xive siècle (qui fut à son comble quelques années plus tard lorsque Gian Galeazzo succéda à Galeazzo, son père) façonna de la même façon leurs sépultures. En effet, il semble qu’aucun des deux frères n’ait jamais eu l’intention de se faire inhumer dans le mausolée érigé pour leur cousin Azzone à San Gottardo, ni à Sant’Eustorgio – où étaient pourtant regroupées d’autres tombes familiales et où avait été construite depuis peu la somptueuse chapelle destinée à accueillir les dépouilles de leurs parents, Stefano Visconti et Valentina Doria (fig. 10 et 13). Ces espaces, trop partagés, caractérisés par une pluralité de présences, ne pouvaient voir leur force et leur prestige accaparés par un seul homme : d’où le choix de Bernabò de faire de l’église San Giovanni in Conca un mausolée pour sa personne et ses descendants. Il restaura l’intérieur de façon à créer un manifeste parfaitement clair de ses ambitions « monarchiques » et de ce qu’elles impliquaient en termes d’équilibres familiaux. Le grand monument équestre dressé à côté de l’autel majeur, qui constituait le point focal de l’église entière, traduisait ces vues, tout comme les sépultures de sa femme, de son fils aîné et de l’épouse de celui-ci, qui soulignaient le dessein proprement « dynastique » de l’opération (fig. 11). Les membres des autres branches de la famille en étaient par nature exclus64. Ces messages devaient avoir une claire résonance non seulement pour les sujets et observateurs étrangers, mais aussi (et surtout ?) au sein même de la famille ramifiée des Visconti, ainsi avertie de la succession qui se préparait.

  • 65 L. Osio, Documenti diplomatrici tratti dagli archivi milanesi, Milan, Bernardoni, 1864, vol. 1, p.  (...)

28La réplique de Gian Galeazzo à la mort de son oncle ne pouvait être plus explicite : tout en exécutant les dernières volontés de Bernabò (peut-être aussi pour détourner les rumeurs qui l’accusaient d’avoir commandité le meurtre), le nouveau duc de Milan conçut le projet de construire un complexe funéraire de taille à faire taire toute concurrence, se référant aux modèles les plus prestigieux d’Europe, comme Saint-Denis et la chartreuse de Champmol, fondée seulement quelques années auparavant par son beau-frère Philippe le Hardi comme mausolée des ducs de Bourgogne. Ainsi, dans son testament de 1397, le duc donnait des dispositions pour faire ériger dans la chartreuse de Pavie, post altare magnum dicte ecclesie, une grande cathedra marmorea surélevée, sur laquelle se dresserait une figura et imago ipsius testatoris quamproproprius fieri poterit in lapide marmoreo, in forma et habitu ducali, videcelicet cum bereto sive diademate ducali in capite et cum manto ducali, habente baveriam ad collum ; et que imago in habitu predicto sedeat super predicta cathedra65. Pour couronner son sarcophage, Gian Galeazzo n’envisage donc pas un monument équestre comme celui de son oncle – qui suivait un modèle illustre, mais désormais lié à l’univers chevaleresque et seigneurial plutôt que royal – mais sa propre effigie assise en majesté, ornée des habits et des insignes du souverain légitime : un type jusqu’alors strictement réservé aux rois et empereurs, au rang desquels il déclarait ouvertement vouloir se hisser. Et dans ce cas encore le message était appuyé par les autres tombeaux prévus dans l’église : le long des chapelles de la nef, en effet, devaient s’aligner les sarcophages des deux épouses et des enfants de Gian Galeazzo, membres de cette souche dynastique clairement identifiée et dont les prérogatives étaient désormais sanctionnées formellement et incontestablement par l’investiture ducale.

  • 66 Sur cette histoire, voir I. Lazzarini, « Gonzaga, Ludovico », dans Dizionario Biografico degli Ital (...)
  • 67 P. Artoni, « San Francesco in Mantova… », art. cité, p. 62-63 ; plus généralement, sur la chapelle (...)
  • 68 M. C. Ganguzza Billanovich, « Carrara, Marsilietto Papafava da », dans Dizionario Biografico degli (...)

29La même volonté de marquer d’une césure l’histoire familiale se lit dans de nombreuses autres sépultures du xive siècle, exprimée par la disposition des tombeaux dans l’espace et les messages dont les aïeux pouvaient se faire les vecteurs. À Mantoue, par exemple, dans les années 1360, la fondation de la chapelle de San Ludovico dans l’église San Francesco – où allaient être inhumées par la suite quatre générations de seigneurs – suivait de près l’un des épisodes les plus dramatiques de l’histoire des Gonzague : le meurtre d’Ugolino, assassiné par ses deux frères (et co-seigneurs in pectore), Francesco et Ludovico II66. Le premier fut enterré dans la chapelle majeure de la cathédrale, à côté de son grand-père et de son oncle. Les seconds, commanditaires de la nouvelle chapelle funéraire en tant qu’exécuteurs testamentaires de leur père, Guido († 1369), furent après quelques années inhumés dans le même sarcophage que lui67. De la même façon, à Padoue, ce n’est pas une coïncidence si les Carrara décidèrent d’abandonner leur nécropole de Carrara Santo Stefano pour l’église dominicaine de Sant’Agostino au moment précis où s’éteignait, avec la mort de Marsilio II en 1338, la branche de la famille issue de Iacopino di Iacopino da Carrara († avant 1262), à qui succédait à la tête de la seigneurie – en la personne d’Ubertino III – la branche parallèle des descendants de Marsilio di Iacopino († avant 1210). Une période particulièrement trouble s’ouvrait, comme on l’a vu. Et les deux tombes jumelles dressées quelques années plus tard par Iacopo pour Ubertino et lui-même ne pouvaient feindre plus explicitement une continuité de gouvernement, en réalité bien moins pacifique que ce que la symétrie des sarcophages laissait supposer, en bannissant de la mémoire familiale et citoyenne la brève parenthèse de Marsilietto Papafava (rejeté du nouveau mausolée de la famille pour être enterré dans l’un des tombeaux situés à l’extérieur de la basilique Sant’Antonio, à l’autre bout de la ville)68.

Vers un nouveau monde

30À partir de la fin du xive siècle, les coutumes successorales des familles de seigneurs italiens tendent indéniablement à se formaliser. L’exemple des Gonzague en témoigne. Après la succession difficile de Ludovico II, tous ses descendants se transmirent le pouvoir d’aîné en aîné, le système des apanages constituant un exutoire efficace aux tensions observées auparavant. Le tableau évoqué précédemment ne semble toutefois pas connaître de modifications structurelles avant le cœur du xve siècle. En quelques décennies, on assiste alors à une série d’initiatives visant à manifester de façon éclatante la rupture avec les usages jusque-là en vigueur : on peut citer le complexe de Santa Maria degli Angeli puis la Chartreuse à Ferrare (1441, 1452), le temple Malatestiano à Rimini (1447), l’église San Sebastiano à Mantoue (1460), San Bernardino à Urbino (1482), le mausolée rêvé de Galeazzo Maria Sforza et Santa Maria delle Grazie à Milan (1471, 1497), pour ne rappeler que quelques entreprises parmi les plus ambitieuses (fig. 16). Les projets de construction ou de profonde rénovation de ces édifices se démarquent radicalement des réalisations du passé, tant par leurs dimensions que par leur fonction exclusivement (ou principalement) funéraire, par les marqueurs dynastiques explicites qui les caractérisent, ou encore par les modèles royaux qui y sont convoqués.

Fig. 16 – Sperandio da Mantova, médaille commémorative de Francesco Sforza, 1466 : sur le verso, la représentation d’un mausolée

Fig. 16 – Sperandio da Mantova, médaille commémorative de Francesco Sforza, 1466 : sur le verso, la représentation d’un mausolée
  • 69 S. Beltramo, F. Cantatore, M. Folin (dir.), A Renaissance Architecture of Power…, op. cit. ; voir p (...)

31Si l’on compare ces initiatives à ce qui était entrepris dans les mêmes années (et souvent par les mêmes commanditaires) un peu partout en Italie pour embellir et moderniser les résidences seigneuriales, on ne peut qu’être frappé de l’extraordinaire convergence – chronologique, formelle et conceptuelle – entre les changements de stratégies funéraires des souverains du xve siècle et le processus de réorganisation de leurs palais. Les traditions architecturales et les modèles de résidences des seigneurs demeuraient toujours très divers en fonction des régions de la péninsule, où se côtoyaient de vieilles forteresses médiévales transformées en demeures de cour, d’anciens palais reconstruits entièrement pour rivaliser avec les nouveaux types florentins, ou encore des villas conçues comme de véritables théâtres de la magnificence du pouvoir. Pourtant, que l’on se tourne vers Rimini, Urbino, Rome, Naples, Milan, Mantoue, Ferrare ou plus modestement vers Carpi ou Saluzzo, les mêmes logiques architecturales et fonctionnelles sont à l’œuvre, toujours plus explicites et cohérentes en avançant dans le siècle (au point de faire parfois l’objet d’une véritable réflexion théorique dans les traités d’architecture de l’époque)69. L’exigence d’uniformiser les conglomérats d’édifices entassés jusqu’alors dans les quartiers résidentiels des seigneurs s’impose par exemple de façon particulièrement sensible, surtout dans les années qui suivirent la paix de Lodi. On cherche à réduire visuellement les différents bâtiments qui les composent à la masse la plus unitaire, régulière et compacte possible. Les façades sont redessinées pour accentuer l’homogénéité et la continuité des différents périmètres. On tend à faire ressortir l’aspect géométrique des bâtiments, à les isoler du tissu d’édifices mitoyens et voisins en élargissant les rues, les places et les écarts entre eux (fig. 17). Dans les nouveaux blocs qui prennent forme, dotés de façades triomphales qui exaltent leur désormais incontestable suprématie à l’échelle de la ville, se regroupent ensuite progressivement les bureaux autrefois dispersés, ainsi placés matériellement et symboliquement sous l’égide du souverain.

Fig. 17 – Le palais de cour de Ferrare à la fin du xve siècle, après les travaux de rénovation d’Ercole Ier d’Este dans les années 1471-1484

Fig. 17 – Le palais de cour de Ferrare à la fin du xve siècle, après les travaux de rénovation d’Ercole Ier d’Este dans les années 1471-1484

© M. Folin.

32Les demeures seigneuriales changent ainsi d’aspect et de nature, s’enrichissant de nouvelles fonctions qui tendent à être redistribuées dans l’espace selon une claire logique hiérarchique, visant à distinguer et séparer les diverses activités qui s’entrecroisent à l’ombre de la cour (fig. 18). On voit ainsi se dessiner peu à peu dans les nouveaux complexes de la fin du xve siècle des parcours privilégiés réservés aux diverses catégories des personnes qui les fréquentent (simples sujets, courtisans, ambassadeurs…) ; on voit prendre corps des pièces d’apparat – bien distinctes des espaces fonctionnels – dont l’accès est toujours plus strictement réglementé lors des cérémonies de cour (l’escalier d’honneur, la grande salle, les chambres d’audience…) ; on voit enfin se développer des quartiers destinés à l’usage privé du prince, de son épouse et de ses plus proches collaborateurs, selon un schéma distributif voulant que les espaces de cour fussent immanquablement situés dans les lieux les plus « nobles » et élevés des édifices, tandis que les bureaux publics étaient en général situés dans les zones les plus accessibles du palais.

33Encore une fois, les demeures destinées aux seigneurs de leur vivant et post mortem semblent intimement liées, ce qui donne une cohérence à leurs processus de transformation. Les historiens de l’art et de l’architecture sont depuis longtemps habitués à interpréter ces évolutions comme la conséquence de la diffusion des canons de la Renaissance. Bien sûr, ceux-ci eurent un rôle fondamental dans la formation du goût et des ambitions des princes qui se faisaient face dans la péninsule à l’aube des Temps modernes. Mais les convergences entre les programmes de rénovation architecturale évoqués et les caractères spécifiques des régimes seigneuriaux du Quattrocento n’en apparaissent pas moins significatives, dans un cadre qui a profondément changé par rapport au siècle précédent. Le contexte politique d’ensemble, les formes de légitimation de l’autorité seigneuriale, les rapports de celle-ci avec les villes sujettes d’une part et les grandes puissances européennes de l’autre avaient en effet connu des évolutions majeures. Surtout, les coutumes héréditaires et successorales des seigneurs s’étaient transformées : la péninsule avait définitivement adopté le droit d’aînesse et les lignées seigneuriales restantes avaient ainsi épousé l’idéal dynastique, ce qui les apparentait aux « vraies » monarchies européennes, tout en les contraignant à suivre des règles et modèles de comportement qui finirent par redéfinir les rapports familiaux, les cours et l’identité même des seigneurs. Quant aux formes artistiques et architecturales, elles ne tardèrent pas à refléter et accompagner ces évolutions plus profondes.

Notes

1 Traduction de Sophie Dutheillet.

2 S. L’Occaso, « Studi sul Palazzo Ducale di Mantova nel Trecento », Atti e Memorie dell’Acca­demia Nazionale Virgiliana di Scienze, Lettere ed Arti, 70, 2002, p. 135-167 ; sur les Este à Ferrare, voir M. Folin, « La committenza estense, l’Alberti e il palazzo di corte di Ferrara », dans A. Calzona et al. (dir.), Leon Battista Alberti. Architetture e committenti, Atti dei convegni internazionali del Comitato Nazionale VI Centenario della Nascita di Leon Battista Alberti, Firenze, Rimini, Mantova, 12-16 ottobre 2004, Florence, Olschki, 2009, p. 277-304. Sur les Della Scala à Vérone, voir G. Sandri, « I palazzi scaligeri di Santa Maria Antica : ricerca storico-­topografica », dans Il palazzo della Provincia di Verona, Vérone, Tipografica Veronese, 1931, p. 3-31 ; voir aussi les diverses reconstitutions de F. Arduini, « Scaligerorum palatia », Labyrinthos. Studi e ricerche sulle arti dal Medioevo all’Ottocento, 5/11, 1987, p. 3-25 ; P. Hudson, « Il palazzo scaligero di Santa Maria Antica », dans G. M. Varanini (dir.), Gli Scaligeri 1277-1387. Saggi e schede pubblicati in occasione della mostra storico-documentaria allestita dal Museo di Castelvecchio di Verona, giugno-novembre 1988, Milan, Mondadori, 1988, p. 225-235 ; sur Mantoue, G. Rodella, « Le strutture architettoniche », dans G. Algeri (dir.), Il Palazzo ducale di Mantova, Mantoue, Sometti, 2003, p. 17-52.

3 Sur l’installation de Charles d’Anjou, duc de Calabre, au Bargello entre 1325 et 1327 – l’édifice est alors appelé « palais ducal » dans les sources –, voir R. Davidsohn, Storia di Firenze, Florence, Sansoni, 1960, vol. 4, p. 1071-1073 ; L. Giorgi, P. Matracchi, « Il Bargello a Firenze. Da Palazzo del Podestà a Museo Nazionale », dans G. Rocchi (dir.), S. Maria del Fiore. Teorie e storie dell’archeologia e del restauro nella città delle fabbriche arnolfiane, Florence, Alinea, 2006, p. 133-138. Quant à la transformation du Palazzo Vecchio en siège de cour sous le duc d’Athènes (1342-1343), voir N. Rubinstein, The Palazzo Vecchio, 1298-1532. Government, Architecture, and Imagery in the Civic Palace of the Florentine Republic, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 15-16.

4 P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Rome, École française de Rome, 1998, p. 108-128 et 200-208 ; E. S. Welch, Art and Authority in Renaissance Milan, New Haven/Londres, Yale University Press, 1995, p. 168-175 ; plus récemment, voir surtout E. Rossetti, « In “contrata de Vicecomitibus”. Il problema dei palazzi viscontei nel Trecento tra esercizio del potere e occupazione dello spazio urbano », dans P. N. Pagliara, S. Romano (dir.), Modernamente antichi. Modelli, identità, tradizione nella Lombardia del Tre e Quattrocento, Rome, Viella, 2015, p. 11-43. Sur la référence à Galvano Fiamma, voir L. Green, « Galvano Fiamma, Azzone Visconti and the Revival of the Classical Theory of Magnificence », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 53, 1990, p. 98-113.

5 T. Lazzari, « Il Palazzo comunale nel Medioevo », dans M. Montanari, T. Lazzari (dir.), Imola, il comune, le piazze, Imola, Mandragora, 2003, p. 65-72 ; sur le cas de Fermo, voir L. Tomei, « Le fortificazioni di Fermo », dans M. Mauro (dir.), Castelli, rocche, torri, cinte fortificate delle Marche, Ravenne, Istituto italiano dei castelli, 2001, vol. 4/2, p. 81-88.

6 T. Lazzari, « Il Palazzo comunale nel Medioevo », art. cité, p. 77-78. Sur les interventions de Pandolfo Malatesta dans le Broletto de Brescia, voir E. Conti, « La corte bresciana di Pandolfo Malatesta », dans G. Chittolini, E. Conti, N. Covini (dir.), Nell’età di Pandolfo Malatesta : signore a Bergamo, Brescia e Fano agli inizi del Quattrocento, Brescia, Morcelliana, 2012, p. 47-58 ; S. Buganza, « Pandolfo III Malatesta tra Brescia e Fano. La committenza artistica », dans G. Chittolini, E. Conti, N. Covini (dir.), Nell’età di Pandolfo Malatesta…, op. cit., p. 59-82, et la bibliographie. Braccio da Montone fit encore de même à Pérouse en 1416 : voir N. Regni, « Il Palazzo come sede del governo comunale », dans F. F. Mancini (dir.), Il Palazzo dei Priori di Perugia, Pérouse, Quattroemme, 1997, p. 144.

7 C’est par exemple le cas à Ferrare, Modène et Reggio, comme démontré dans M. Folin, « Il governo degli spazi urbani negli statuti cittadini di area estense », dans R. Dondarini, G. M. Varanini, M. Venticelli (dir.), Signori, regimi signorili e statuti nel tardo Medioevo, Bologne, Pàtron, 2003, p. 360-361.

8 Même les piazze des seigneurs de Padoue et de Vérone – cas où l’appellation est enracinée de longue date dans la toponymie locale – ne semblent pas avoir connu leur configuration moderne avant la fin du xive siècle ; et leur rôle de premier plan dans les rituels civiques de la cité semble remonter essentiellement aux interventions des recteurs vénitiens : sur ce thème, voir S. Zaggia, « Padova : XV-XVII secolo. Trasformazione e continuità negli spazi urbani centrali », dans D. Calabi (dir.), Fabbriche, piazze, mercati. La città italiana nel Rinascimento, Rome, Officina, 1997, p. 260 ; H. Porfyriou, « Verona : XV-XVI secolo. Da “virtù civile” a “decoro pubblico” », dans D. Calabi (dir.), Fabbriche, piazze, mercati…, op. cit., p. 195-200.

9 Sur les cas de Vérone et de Ferrare, on peut se référer à la bibliographie mentionnée plus haut, note 2 ; sur les demeures des Malatesta à Pesaro, en partie unifiées par la suite dans le palais ducal des Sforza, voir S. Eiche, « La corte di Pesaro dalle case malatestiane alla residenza roveresca », dans M. R. Vallazzi (dir.), La corte di Pesaro. Storia di una residenza signorile, Modène, Panini, 1986, p. 13-56 ; M. Frenquellucci, « Il Palazzo Ducale sulla scena della piazza di Pesaro all’epoca dei Malatesta e degli Sforza », dans M. R. Vallazzi (dir.), La corte di Pesaro…, op. cit., p. 57-66. Sur le cas du Palazzo Trinci à Foligno, particulièrement bien documenté, voir V. Franchetti Pardo, « Palazzo Trinci nel contesto della città di Foligno », dans G. Benazzi, F. F. Mancini (dir.), Il Palazzo Trinci di Foligno, Pérouse, Quattroemme, 2001, p. 29-50. Sur Carpi, voir M. Rossi, E. Svalduz (dir.), Il palazzo dei Pio a Carpi Sette secoli di architettura e arte, Venise, Marsilio, 2008 ; quant à Urbino, la bibliographie est riche et parfois contradictoire : voir entre autres J. Höfler, Der Palazzo Ducale in Urbino unter den Montefeltro (1376-1508), Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2004 ; plus récemment, on peut se référer aux analyses de F. P. Fiore, « Urbino : i Montefeltro e i Della Rovere. 1444-1538 », dans M. Folin (dir.), Corti italiane del Rinascimento. Arti, cultura e politica, Milan, Officina Libraria, 2010, p. 288-289 ; voir aussi E. Svalduz, « “Small Mice, Large Palaces” : from Urbino to Carpi », dans S. Beltramo, F. Cantatore, M. Folin (dir.), A Renaissance Architecture of Power. Princely Palaces in the Italian Quattrocento, Leyde/Boston, Brill, 2016, p. 235-262.

10 Incipit Azo Vicecomes supradictus duo opera magnifica construere ; primum id quod respicit cultum divinum, scilicet capellam mirabilem in honorem beate Virginis, et pallatia magnifica sue habitationi convenientia. […] Edificia eius sive pallatia nullos potest sufficienter exprimere. Inter alia est una turris magna, distinctis solariis habens cameras, sallas, deambulatoria, lavatoria, hortos et plura alia diversis picturis ornata (Galvano Fiamma, Opusculum de rebus gestis ab Azone, Luchino et Iohanne Viceomitibus, éd. par C. Castiglioni, Bologne, Zanichelli [Rerum Italicarum Scriptores, 2/12/4], 1938, p. 16). Sur l’articulation des habitations des Visconti à Milan au xive siècle, voir aujourd’hui E. Rossetti, « In “contrata de Vicecomitibus”. Il problema… », art. cité.

11 Pietro Azario, Chronicon, éd. par F. Cognasso, Bologne, Zanichelli (RIS2, 16/4), 1925, p. 152 : in divisione habuit etiam domos in quibus consueverant habitare domini Mathei eius avus, Galeazius, Azo et Luchinus de Vicecomitibus praecessores. […] Quas domos et multas alias sibi propinquas fecit funditus dirui, non dimisso solo lapide recto […], quae domus cum ornamentis et picturis et fontibus hodie non fierent cum tercentibus millibus florenis.

12 Sur ce point (concernant le palais de la Via Dante qu’a fait construire Montorso, fils de Guglielmo Montorsi, lui-même proche de Francesco il Vecchio), voir A. Verdi, « La Reggia carrarese. Le vicende architettoniche del complesso trecentesco », intervention prononcée à l’Accademia Galileiana le 30 novembre 2007 et publiée en ligne à l’adresse suivante : http://www.muradipadova.it/lic/index.php?option=com_content&view=article&id=154&Itemid=175 ; sur la structure architecturale du palais, voir également G. Lorenzoni, « L’intervento dei Carraresi, la Reggia e il Castello », dans L. Puppi, F. Zuliani (dir.), Padova. Case e palazzi, Vicence, Pozza, 1977, p. 29-49 ; plus récemment, voir N. Nicolini, A. Rossi, La Reggia dei Carraresi a Padova. La Casa della Rampa : scoperte, storia e restauro delle strutture trecentesche dell’angolo sud-ovest, Milan, Skira, 2010.

13 Concernant les coutumes successorales des familles seigneuriales en Italie, voir F. Niccolai, « I consorzi nobiliari e il comune nell’alta e media Italia », Rivista di Storia del Diritto Italiano, 13, 1940, p. 116-147 ; M. Barbagli, Sotto lo stesso tetto. Mutamenti della famiglia in Italia dal XV al XX secolo, Bologne, Il Mulino, 1984, p. 189-203 ; et plus récemment F. Leverotti, Famiglia e istituzioni nel Medioevo italiano, Rome, Carocci, 2005, p. 73-83 et 162-167.

14 Sur les coutumes successorales de la maison d’Este, voir J. F. Bestor, « Bastardy and Legitimacy in the Formation of a Regional State in Italy : the Estense Succession », Comparative Studies in Society and History, 38/3, 1996, p. 549-585 ; ead., « Gli illegittimi e beneficiati della Casa estense », dans A. Prosperi (dir.), Storia di Ferrara. VI. Il Rinascimento. Situazioni e personaggi, Ferrare, Corbo, 2000, p. 77-102.

15 Enea Silvio Piccolomini, Commentarii, éd. par L. Totaro, Milan, Adelphi, 1984, vol. 1, p. 39 (De Ferraria eiusque origine, et Estensium spurcitia).

16 E. Mattaliano, « L’autonomia del territorio di Carpi dagli inizi al passaggio sotto il dominio estense », dans Società, politica e cultura a Carpi ai tempi di Alberto III Pio, Padoue, Antenore, 1981, vol. 2, p. 385-393.

17 M. Folin, « Nei palazzi quattrocenteschi dei Pio : apparati decorativi e organizzazione degli spazi di corte », dans M. Rossi, E. Svalduz (dir.), Il palazzo dei Pio a Carpi…, op. cit., p. 51-60 ; et plus généralement M. Ghizzoni, « Ordinamenti politici e strategie signorili : note di storia urbanistica carpigiana tra Medioevo e Rinascimento », dans E. Svalduz (dir.), L’ambizione di essere città. Piccoli, grandi centri nell’Italia rinascimentale, Venise, Istituto di scienze, lettere ed arti, 2004, p. 121-154.

18 On peut se référer à la bibliographie citée plus haut, note 4 ; outre N. Covini, « Visibilità del principe e residenza aperta : la Corte dell’Arengo di Milano tra Visconti e Sforza », dans A. Calzona (dir.), Il principe in-visibile, Atti del convegno internazionale di studi (Mantova, Centro Studi Leon Battista Alberti, 27-30 novembre 2013), à paraître.

19 Pour une vue d’ensemble des formes du pouvoir seigneurial dans l’Italie de la fin du Moyen Âge, voir J.-C. Maire Vigueur (dir.), Signorie cittadine nell’Italia comunale, Rome, Viella, 2013 ; ou A. Zorzi, Le signorie cittadine in Italia, Milan, Mondadori, 2010 ; R. Rao, Signori di Popolo. Signoria cittadina e società comunale nell’Italia nord-occidentale 1275-1350, Milan, Angeli, 2012 ; P. Grillo (dir.), Signorie italiane e modelli monarchici (secoli 13.-14.), Rome, Viella, 2013.

20 F. Mangani, « La tomba di Marsilio nell’abbazia di Santo Stefano di Due Carrare », dans D. Banzato, F. Flores d’Arcais (dir.), I luoghi dei Carraresi. Le tappe dell’espansione nel Veneto nel XIV secolo, Trévise, Canova, 2006, p. 121-128.

21 G. B. Cervellini, « Il monumento Caminese di Serravalle (Vittorio) », Bollettino d’arte del Ministero della Pubblica Istruzione, 19, 1929-1930, p. 456-477 ; C. Esposito, « Il monumento funebre di Rizzardo VI da Camino », dans Il dominio dei Caminesi tra Piave e Livenza, Vittorio Veneto, Circolo TIPSE, 1988, p. 101-111 ; T. Franco, « Pro honore altissimi Salvatoris mundi et ipsius domini comitis. La magnificenza signorile dei Collalto e dei da Camino », dans A. C. Quintavalle (dir.), La chiesa e il palazzo, Milan, Electa, 2007, p. 280-290.

22 C. Tosco, « Il mausoleo del principe », dans id., Architetture del Medioevo in Piemonte, Turin, Valerio, 2003, p. 143-182.

23 M. Innocenti, « L’abbazia della Vangadizza di Badia Polesine : i suoi rapporti con la grande storia europea del Medioevo e con i monasteri tedeschi di Weingarten e Altomünster », Beni culturali e ambientali in Polesine, 5, 2002, p. 41-49. Sur le testament d’Obizzo II, voir Archivio di Stato di Modena, Casa e Stato, B. 324, 28 juin 1292 : construatur et fiat unus locus religiosus in quo quidem loco religioso morentur et morari possint continue viri religiosi numero quinquaginta de ordine beati Francisci, qui minores fratres vulgariter appellantur […] in Policino extra portam terre nostre Rodigii super cantonem vie per quam viam et portam itur ad villam Sarzani. […] Item elegimus sepulturam nostram et volumus sepelliri apud domum fratrum minorum in loco nostro religioso quem apud Rodigium fieri ordinavimus, sicut est superius declaratum, et hoc si tempore mortis nostre dictus locus fuerit incohatus ; quod si non fuerit incohatus eligimus sepelliri apud domum fratrum minorum de Ferraria quousque dictus locus fuerit inchoatus, quo inchoato ad eum locum volum transferri et portari et corpus nostrum ibi sepelliri.

24 E. Napione, Le arche scaligere di Verona, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2009, p. 41-54.

25 Sur les caractéristiques générales de l’implantation de l’aristocratie dans les territoires urbains à la fin du Moyen Âge, voir J. Heers, La città nel Medioevo, Milan, JacaBook, 1995, p. 227-232, 235-253 et 260-275 et la bibliographie qui y figure ; sur le cas de Vérone, on peut se référer plus particulièrement à A. Castagnetti, « La famiglia veronese degli Avvocati (secoli XI-XIII) », dans Studi sul Medioevo cristiano offerti a Raffaello Morghen, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 1974, vol. 1, p. 251-292 ; G. M. Varanini, « Torri e casetorri a Verona in età comunale : assetto urbano e classe dirigente », dans Paesaggi urbani dell’Italia padana nei secoli VIII-XIV, Bologne, Cappelli, 1988, p. 173-249 ; id., « Spazio urbano e dinamica sociale a Verona in età comunale e scaligera. Linee di interpretazione », dans P. Lanaro, P. Marini, G. M. Varanini (dir.), Edilizia privata nella Verona rinascimentale, Milan, Electa, 2000, p. 23-36.

26 Rappelons au passage qu’à la fin du xiiie siècle, une autre branche de la famille avait commencé à se faire enterrer dans le couvent cistercien de San Fruttuoso à Capodimonte : voir G. Chiavari, « Tombe dei Doria a San Fruttuoso di Capodimonte : diagnostica dei materiali in funzione di un restauro », Arkos, 5/7, 2004, p. 44-51.

27 E. Napione, Le arche scaligere di Verona, op. cit., p. 67-92.

28 P. Seiler, « La trasformazione gotica della magnificenza signorile. Committenza viscontea e scaligera nei monumenti sepolcrali dal tardo Duecento alla metà del Trecento », dans V. Pace, M. Bagnoli (dir.), Il Gotico europeo in Italia, Naples, Electa, 1994, p. 130 ; M. M. Donato, « I signori, le immagini e la città. Per lo studio dell’“immagine monumentale” dei signori di Verona e di Padova », dans A. Castagnetti, G. M. Varanini (dir.), Il Veneto nel Medioevo : le signorie trecentesche, Vérone, Banca Popolare di Verona, 1995, p. 391-392.

29 J. Gardner, « L’introduzione della tomba figurata in Italia centrale », dans V. Pace, M. Bagnoli (dir.), Il Gotico europeo in Italia, op. cit., p. 207-219 ; sur les monuments voulus par Henri VII, voir V. Herzner, « Herrscherbild oder Grabfigur. Die Statue eines thronenden Kaisers und das Grabmal Heinrichs VII. von Tino di Camaino in Pisa », dans B. Brock, A. Preiss (dir.), Ikonographia. Anleitung zum Lesen von Bildern. Festschrift Donat de Chapeaurouge, Munich, Klinkhardt & Biermann, 1990, p. 26-77 ; A. R. Calderoni Masetti, « Per il monumento funebre di Arrigo VII nel Duomo di Pisa », dans A. C. Quintavalle (dir.), Le vie del Medioevo. Atti del convegno internazionale di studi (Parma, 28 settembre-1 ottobre 1998), Milan, Electa, 2000, p. 374-387 ; id. (dir.), Giovanni Pisano. La tecnica e il genio. 1. Novita e approfondimenti sul monumento a Margherita di Brabante, Gênes, Museo di Sant’Agostino, 2001, p. 1-15.

30 G. A. S. Pelham, « Reconstructing the Programme of the Tomb of Guido Tarlati, Bishop and Lord of Arezzo », dans J. Cannon, B. Williamson (dir.), Art, Politics and Civic Religion in Central Italy, 1261-1352 : Essays by Postgraduate Students at the Courtauld Institute of Art, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 71-115 ; V. Conticelli, « Una sepoltura ricchissima e “quanto più si potesse onorata” : osservazioni sul cenotafio di Guido Tarlati nel duomo di Arezzo », dans A. Galli, P. Refice (dir.), Arte in terra d’Arezzo : il Trecento, Florence, Edifir, 2005, p. 179-189 ; R. Bartalini, « “Segnori al tutto d’Arezzo”. Alcune considerazioni sui Tarlati al potere e la loro committenza », dans A. C. Quintavalle (dir.), Medioevo. Arte e storia. Atti del convegno internazionale di studi (Parma, 18-22 settembre 2007), Milan, Electa, 2008, p. 554-563. Sur le tombeau de Berardo Maggi, voir J.-F. Sonnay, « Paix et bon gouvernement : à propos d’un monument funéraire du Trecento », Arte Medievale, 2/4/2, 1990, p. 179-193 ; G. Archetti, « Immagine e memoria di un episcopato nell’iconografia del sarcofago Maggi (sec. XIV) », dans Scritti in onore di Gaetano Panazza, Brescia, Accademia di scienze, lettere ed arti, 1994, p. 117-137 ; W. Cupperi, « Il sarcofago di Berardo Maggi, signore e vescovo di Brescia, e la questione dei suoi ritratti trecenteschi », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Classe di Lettere e Filosofia, 4/2, 2002, p. 387-438 ; E. Freeman, « The Tomb as Political Narrative at the Turn of the Fourteenth Century. Reassessing the Funerary Monument and Statue of Berardo Maggi, Bishop of Brescia (d. 1308) », Church Monuments, 24, 2009, p. 53-72 ; M. Ferrari, « I Maggi a Brescia. Politica e immagine di una “signoria” (1275-1316) », Opera Nomina Historiae, 4, 2011, p. 19-66 ; G. Archetti (dir.), Berardo Maggi. Un principe della chiesa al crepuscolo del Medioevo, Brescia, Fondazione Civiltà Bresciana, 2012. Sur le monument d’Ottone Visconti, voir P. Seiler, « La trasformazione gotica della magnificenza signorile… », art. cité, p. 122 ; E. S. Welch, Art and Authority in Renaissance Milan, op. cit., p. 15-18 ; G. C. Cariboni, « Comunicazione simbolica e identità cittadina a Milano presso i primi Visconti (1277-1354) », Reti medievali Rivista, 9/1, 2008, p. 13-14.

31 F. Negro, « I signori vescovi : note sul senso di una categoria », dans J.-C. Maire Vigueur (dir.), Signorie cittadine nell’Italia comunale, op. cit., p. 263-301.

32 Voir la bibliographie mentionnée plus haut, note 19.

33 Deux exemples parmi d’autres : à Vérone, Giuseppe Della Scala, abbé de San Zeno, fut enterré dans le cloître de « son » monastère en 1313 ; à Ferrare, Gurone d’Este, commanditaire du monastère de Sant’Antonio in Polesine, y fut inhumé en 1556. On peut observer au passage que le même principe valait pour les religieuses, en particulier les abbesses, qui pouvaient d’autant plus légitimement prétendre à une sépulture d’exception dans le monastère où elles avaient vécu qu’elles étaient auréolées d’une réputation de grande dévotion, voire de sainteté. Dans ce cas, leur sépulcre pouvait devenir l’objet d’un culte, de rituels et de pèlerinages : ce fut le cas au milieu du xiiie siècle pour la bienheureuse Beatrice d’Este († 1239) et sa nièce homonyme († 1262), enterrées respectivement dans l’abbaye de Gemmola et le monastère de San Lazzaro à Ferrare ; ou plus tard pour les bienheureuses Margherita († 1464) et Ludovica de Savoie († 1503), inhumées à Alba et Orbe, dans les monastères qu’elles avaient fondés. Pour une mise en perspective de cette question sur le plan européen, voir A. Vauchez, « Beata Stirps : sainteté et lignage en Occident aux xiiie et xive siècles », dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval. Actes du colloque de Paris (6-8 juin 1974), Rome, École française de Rome, 1977, p. 397-406 ; G. Klaniczay, Holy Rulers and Blessed Princesses. Dynastic Cults in Medieval Central Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

34 E. Napione, Le arche scaligere di Verona, op. cit.

35 Sur le tombeau d’Azzone, voir P. Seiler, « Das Grabmal des Azzo Visconti in San Gottardo in Mailand », dans J. Garms, A. M. Romanini (dir.), Skulptur und Grabmal des Spätmittelalters in Rom und Italien, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1990, p. 367-392 ; P. Boucheron, « Tout est monument. Le mausolée d’Azzone Visconti à San Gottardo in Corte (Milan, 1342-1346) », dans D. Barthélemy, J.-M. Martin (dir.), Liber largitorius. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, Genève, Droz, 2003, p. 303-329. Sur le monument de Bernabò, voir A. Lee Palmer, « Bonino da Campione’s Equestrian Monument of Bernabò Visconti and Popular Piety in the Late Middle Ages », Arte Lombarda, 121/3, 1997, p. 57-66 ; et surtout G. A. Vergani, L’arca di Bernabò Visconti al Castello Sforzesco di Milano, Milan, Silvana, 2001.

36 A. Poloni, « Il trono del doge. Giovanni dell’Agnello signore di Pisa e di Lucca (1364-1368) », dans P. Grillo (dir.), Signorie italiane…, op. cit., p. 321 ; sur les sarcophages des Gonzague dans la cathédrale de Mantoue, voir P. Bertelli, « I Gonzaga sepolti in duomo », dans R. Golinelli Berto (dir.), Sepolcri gonzagheschi, Mantoue, Associazione per i Monumenti Domenicani (Quaderni di San Lorenzo, 11), 2013, p. 23-56. Giovanni Visconti di Oleggio († 1366) se fit aussi enterrer dans la cathédrale de Fermo : voir G. A. Vergani, « Un signore lombardo, uno scultore romagnolo e un sepolcro “alla veneziana” nelle Marche del Trecento. Bonaventura da Imola e l’Arca di Giovanni Visconti da Oleggio nel duomo di Fermo », dans S. Maddalo, I. Lori Sanfilippo (dir.), Civiltà urbana e committenze artistiche al tempo del maestro di Offida (secoli XIV-XV), Ascoli Piceno, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 2013, p. 219-240.

37 H. Saalman, « Carrara Burials in the Baptistery of Padua », The Art Bulletin, 69, 1987, p. 376-394.

38 La question du coût matériel de ces monuments constitue une intéressante piste de recherche : pour quelques informations à ce sujet, on peut se reférer à C. Di Fabio, « I sepolcri della regina Margherita, del cardinale Luca Fieschi e dei dogi Simone Boccanegra e Leonardo Montaldo », Bollettino dei Musei Civici Genovesi, 20/64, 2000, p. 7-20 ; plus généralement, voir S. Badham, S. Oosterwijk (dir.), Monumental Industry. The Production of Tombs Monuments in England and Wales in the Long Fourteenth Century, Donington, Shaun Tyas, 2010.

39 Le cas de Vérone, entre autres, est significatif : voir V. Bertolini, « Cansignorio e la città marmorina », dans G. M. Varanini (dir.), Gli Scaligeri 1277-1387…, op. cit., p. 255-260 ; M. M. Donato, « I signori, le immagini e la città… », art. cité, p. 430-437. Avec une attention particulière au programme décoratif du palais de Cangrande, on peut se référer plus récemment à F. Piccoli, « Dentro e fuori la corte : note sulle pitture trecentesche nel palazzo di Cangrande della Scala a Verona », dans S. Romano, D. Zaru (dir.), Arte di corte in Italia del Nord. Programmi, modelli, artisti (1330-1402 ca.), Rome, Viella, 2013, p. 147-170 ; E. Napione, « Tornare a Julius von Schlosser : i palazzi scaligeri, la “sala grande dipinta” e il primo umanesimo », dans S. Romano, D. Zaru (dir.), Arte di corte in Italia del Nord…, op. cit., p. 171-194.

40 G. M. Varanini, « Propaganda dei regimi signorili : le esperienze venete del Trecento », dans P. Cammarosano (dir.), Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento. Relazioni tenute al convegno internazionale organizzato dal Comitato di studi storici di Trieste, dall’École française de Rome e dal Dipartimento di storia dell’Università degli studi di Trieste (Trieste, 2-5 marzo 1993), Rome, École française de Rome, 1994, p. 331-336 ; M. M. Donato, « I signori, le immagini e la città… », art. cité, p. 381-384.

41 B. Cassidy, Politics, Civic Ideals and Sculpture in Italy, c. 1240-1400, Turnhout, Brepols, 2007, p. 233 ; P. Seiler, « La trasformazione gotica della magnificenza signorile… », art. cité, p. 133-134.

42 Sur Galvano Fiamma, voir L. Green, « Galvano Fiamma, Azzone Visconti… », art. cité ; sur l’évocation de Mastino et de son monument dans la Cronica de l’Anonyme romain, voir E. Napione, Le arche scaligere di Verona, op. cit., p. 273-286.

43 Sur les rapports des Malatesta avec les franciscains, et en particulier sur le cas de Pesaro, où entre 1355 et 1373 Pandolfo Malatesta rénova complètement l’église San Francesco, commanditant une chapelle dédiée à la bienheureuse native de la ville Michelina Metelli, voir J. Dalarun, La sainte et la cité. Micheline de Pesaro († 1356), tertiaire franciscaine, Rome, École française de Rome, 1992, p. 110-122. Quant au cas des Este, voir M. Folin, « Mausolei estensi fra tardo Medioevo e prima età moderna », dans A. Calzona (dir.), Il principe in-visibile…, op. cit.

44 La pierre tombale d’Ostasio da Polenta († 1396) représenté en habit franciscain, qui est toujours conservée dans la nef gauche de l’église San Francesco à Ravenne, est en particulier remarquable.

45 Dans la chapelle des Ordelaffi à San Francesco Grande furent enterrés, entre autres, Francesco Ordelaffi et Cia Ubaldini en 1381, Teobaldo Ordelaffi († 1382), Giorgio Ordelaffi († 1422), Caterina Rangoni († 1467). Barbara Manfredi (1466) et Pino II Ordelaffi († 1480) furent en revanche ensevelis à San Girolamo : sur leurs tombeaux, voir G. Mazzatinti, « Il principato di Pino III Ordelaffi secondo un frammento inedito della cronaca di Leone Cobelli », Atti e Memorie della Regia Deputazione di Storia Patria per le Provincie di Romagna, 3/13, 1895, p. 18-19 ; A. Colombi Ferretti, L. Prati (dir.), Il monumento a Barbara Manfredi e la scultura del Rinascimento in Romagna, Bologne, Nuova Alfa, 1989.

46 Castruccio avait déjà dans son propre testament pris des dispositions pour être enterré dans l’église San Francesco, revêtu de l’habit franciscain (M. Luzzati, « Castracani degli Antelminelli, Castruccio », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Enciclopedia Italiana, 1989, vol. 22, p. 203-204), et son fils Guarniero suivit encore ses traces en se faisant inhumer dans l’église San Francesco de Sarzana en 1328, dans un sarcophage commandité à Giovanni di Balduccio. Francesco Castracani fut également enterré à San Francesco, en 1355. Sur la chapelle Guinigi, fondée par Francesco di Bartolomeo en 1356, on peut se référer à G. Donati, « Arte e architettura in San Francesco di Lucca fino alle soglie del Cinquecento (con la vera storia della cappella Guinigi) », dans M. T. Filieri, G. Ciampoltrini (dir.), Il complesso conventuale di San Francesco in Lucca. Studi e materiali, Lucques, Fondazione Cassa di Risparmio di Lucca, 2009, p. 13-111 ; voir aussi les enquêtes du Laboratorio di Paleopatologia de l’université de Pise, en ligne à l’adresse suivante : http://www.paleopatologia.it/attivita/pagina.php?recordID=29.

47 P. Artoni, « San Francesco in Mantova. Il pantheon dei primi Gonzaga », dans R. Golinelli Berto (dir.), Sepolcri gonzagheschi, op. cit., p. 57-86 ; L. Cavazzini, « Da Jacobello Dalle Masegne a Bonino da Campione, da Margherita Malatesta ad Alda d’Este. Qualche altro frammento di Mantova tardogotica », dans S. Romano, D. Cerutti (dir.), L’artista girovago. Forestieri, avventurieri, emigranti e missionari nell’arte del Trecento in Italia del Nord, Rome, Viella, 2012, p. 241-268 ; sur le décor peint de la chapelle, voir A. De Marchi, « Un’aggiunta al catalogo di Serafino de’ Serafini », Atti e Memorie della Deputazione di storia patria per le antiche province modenesi, 11/10, 1988, p. 119-130.

48 Sur les rapports d’Antonio et Pandolfo Petrucci avec l’église de l’Observance de Saint-Bernardin, où ils furent tous deux enterrés en 1457 et 1512, voir F. Nevola, Siena. Constructing the Renaissance City, New Haven/Londres, Yale University Press, 2007, p. 196-197, et la bibliographie de cet ouvrage. Sur le mausolée de Frédéric de Montefeltro à Urbino, voir H. Burns, « San Bernardino a Urbino, anni Ottanta del XV secolo e seguenti », dans F. P. Fiore, M. Tafuri (dir.), Francesco di Giorgio architetto, Milan, Electa, 1993, p. 230-244 ; A. Festa, « La committenza feltresca e l’Osservanza francescana : ipotesi sull’originaria funzione della chiesa conventuale e mausoleo di San Bernardino in Urbino », dans F. Colocci (dir.), Contributi e ricerche su Francesco di Giorgio nell’Italia centrale, Urbino, Comune di Urbino, 2006, p. 135-155.

49 Sur la chapelle San Tommaso, fondée à Sant’Eustorgio par Matteo I Visconti en 1297, voir R. Bossaglia, « La scultura », dans G. A. Dall’Acqua (dir.), La basilica di Sant’Eustorgio a Milano, Cinisello Balsamo, Pizzi, 1984, p. 93-123.

50 G. Repaci Courtois, « La cappella funeraria dei marchesi, nella chiesa di San Giovanni a Saluzzo », Bollettino della Società Piemontese di Archeologia e Belle Arti, 20, 1966, p. 64-77 ; C. Tosco, « Il mausoleo del principe », art. cité, p. 164-168.

51 I. B. Supino, La tomba di Taddeo Pepoli nella chiesa di San Domenico in Bologna, Bologne, Zanichelli, 1908. Sur la chapelle Bentivoglio à San Giacomo Maggiore, voir A. Ottani Cavina, « La cappella Bentivoglio », dans C. Volpe (dir.), Il tempio di San Giacomo Maggiore in Bologna. Studi sulla storia e le opere d’arte, Bologne, Padri Agostiniani di San Giacomo, 1967, p. 117-131 ; A. M. Matteucci, « Le sculture », dans C. Volpe (dir.), Il tempio di San Giacomo Maggiore in Bologna…, op. cit., p. 74-78 ; P. L. Perazzini, « La cappella Bentivoglio in San Giacomo Maggiore alla luce di nuovi documenti », Strenna Storica Bolognese, 49, 1999, p. 351-372 ; D. Drogin, « Professors and Princes : Patronage of Sculpture in the Cappella Bentivoglio, Bologna », dans K. Wren Christian, D. Drogin (dir.), Patronage and Italian Renaissance Sculpture, Farnham, Ashgate, 2010, p. 43-59.

52 Voir M. M. Donato, « I signori, le immagini e la città… », art. cité, p. 402-406 ; A. M. Spiazzi, « Le tombe carraresi nella chiesa degli Eremitani », dans D. Banzato, F. Flores d’Arcais (dir.), I luoghi dei Carraresi…, op. cit., p. 125-128 ; L. Cavazzini, « Un’incursione di Bonino da Campione alla corte dei Carraresi », dans S. Romano, D. Zaru (dir.), Arte di corte in Italia del Nord…, op. cit., p. 37-62 ; Z. Murat, « Il Paradiso dei Cararresi. Propaganda politica e magnificenza dinastica nelle pitture di Guriento a Sant’Agostino », dans S. Romano, D. Zaru (dir.), Arte di corte in Italia del Nord…, op. cit., p. 97-122.

53 Sur la fonction funéraire des églises des ordres mendiants, en particulier franciscaines, dans les villes italiennes de la fin du Moyen Âge, voir C. Bruzelius, « I morti arrivano in città : predicare, seppellire e costruire. Le chiese dei frati nel Due-Trecento », dans C. Bozzoni, A. Roca De Amicis (dir.), Colloqui d’architettura, vol. 2 : Architettura, pittura e società tra Medioevo e XVII secolo, Rome, Gangemi, 2012, p. 11-48 ; et plus généralement M. Bacci, Investimenti per l’Aldilà. Arte e raccomandazione dell’anima nel Medioevo, Rome/Bari, Laterza, 2003, p. 111-152. Sur le rapport entre franciscanisme et pouvoir seigneurial, on peut se référer en particulier à G. G. Merlo, « Francescanesimo e signorie nell’Italia centro-settentrionale del Trecento », dans Francescani nel Trecento. Atti del XIV Convegno Internazionale (Assisi, 16-18 ottobre 1986), Pérouse, Soc. Internazionale degli Studi Francescani, 1988, p. 101-126.

54 Pour quelques exemples, voir P. Marini, E. Napione, G. M. Varanini (dir.), Cangrande della Sala. La morte e il corredo di un principe nel Medioevo europeo, Venise, Marsilio, 2004 ; E. Napione (dir.), Il corpo del principe. Ricerche su Cangrande della Scala, Venise, Marsilio, 2004 ; B. Pagliari, « I Funerali di Gian Galeazzo Visconti di Pietro cantarino da Siena : novità documentarie e prospettive di ricerca », dans S. Romano, D. Zaru (dir.), Arte di corte in Italia del Nord…, op. cit., p. 397-411.

55 Sur les arche dei dottori, voir R. Grandi, I monumenti dei dottori e la scultura a Bologna (1267-1348), Bologne, Comune di Bologna, 1982 ; sur le tombeau de Raimondino Lupi dans l’Oratoire Saint-Georges, voir P. Pettenella, « Sull’arca di Raimondino Lupi », Il Santo, 32/1, 1992, p. 31-61 ; sur la chapelle Scrovegni, parmi une bibliographie considérable, on peut citer deux ouvrages récents : L. Jacobus, Giotto and the Arena Chapel : Art, Architecture and Experience, Turnhout, Brepols, 2008 ; et C. Frugoni, L’affare migliore di Enrico. Giotto e la cappella degli Scrovegni, Turin, Einaudi, 2008.

56 C. Bruzelius, « I morti arrivano in città… », art. cité, p. 20-21 ; plus généralement, sur les sépultures de la maison d’Anjou à Santa Chiara, voir ead., Le pietre di Napoli. L’architettura religiosa nell’Italia angioina, 1266-1343, Rome, Viella, 2005, p. 159-171 ; T. Michalsky, Memoria und Repräsentation. Die Grabmäler des Könighauses Anjou in Italien, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, p. 149-152 et 169-171.

57 En 1476 y fut encore inhumé Nicolò di Leonello d’Este : voir Bernardino Zambotti, Diario ferrarese dall’anno 1476 sino al 1504, dans G. Pardi (dir.), Rerum Italicarum Scriptores2, Bologne, Zanichelli, 1937, vol. 29/7, p. 19 (fu posto in l’archa rossa dela Cha’ da Este, dove se sepeliscono quelli dela Chaxa).

58 Voir G. Fornaciari, Le sepolture della cappella Guinigi : bioarcheologia di una nobile famiglia lucchese (secoli XIV-XVII), conférence prononcée à la Fondazione Cassa di Risparmio de Lucques le 17 décembre 2012, en ligne à l’adresse suivante : http://www.paleopatologia.it.

59 On peut se référer aux articles de M. Campigli et A. Turchini dans l’ouvrage dirigé par A. Paolucci, Il Tempio Malatestiano Rimini, Modène, Panini (Mirabilia Italiae, 16), 2010, vol. 1, p. 202-204 et 208-211.

60 Voir F. Pellegrini, « Due atti testamentari di Giovanni II Bentivoglio, Bologna, 17.XII.1501 e 4.II.1506 », Atti e memorie della Regia Deputazione di Storia Patria per le Provincie di Romagna, 3/11, 1894, p. 303.

61 Sur l’« individualisme héroïque » des monuments des Della Scala, voir M. M. Donato, « I signori, le immagini e la città… », art. cité, p. 405.

62 Sur cette histoire et celles qui suivent, on peut se référer aux articles de M. C. Ganguzza Billanovich et B. Kohl dans le Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Enciclopedia Italiana, 1977, vol. 20, p. 649-656, 671-675, 687-688, 692-693, 696-698, 700-702.

63 J. Burckhardt, La civiltà del rinascimento in Italia, Florence, Sansoni, 1990 [1876], p. 18-22 (trad. fr. : La civilisation en Italie au temps de la Renaissance, Paris, Plon, 1885).

64 Sur la rénovation de l’église San Giovanni in Conca et les tombeaux de Regina Della Scala († 1384), Marco Visconti († 1382) et sa femme Isabelle de Bavière († 1382), voir G. A. Vergani, L’arca di Bernabò Visconti…, op. cit. ; A. Tagliabue, « La decorazione trecentesca della chiesa di San Giovanni in Conca a Milano », Arte cristiana, 77, 1989, p. 209-221.

65 L. Osio, Documenti diplomatrici tratti dagli archivi milanesi, Milan, Bernardoni, 1864, vol. 1, p. 321 (c’est nous qui soulignons). Sur le monument de Gian Galeazzo, voir aussi E. S. Welch, Art and Authority in Renaissance Milan, op. cit., p. 24-28 ; et A. S. Norris, The Tomb of Gian Galeazzo Visconti in the Certosa of Pavia, thèse de doctorat, New York University, 1977 (non consulté).

66 Sur cette histoire, voir I. Lazzarini, « Gonzaga, Ludovico », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Enciclopedia Italiana, 2001, vol. 57, p. 797-801.

67 P. Artoni, « San Francesco in Mantova… », art. cité, p. 62-63 ; plus généralement, sur la chapelle de San Ludovico, on peut se référer à la bibliographie citée à la note 33.

68 M. C. Ganguzza Billanovich, « Carrara, Marsilietto Papafava da », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Enciclopedia Italiana, 1977, vol. 20, p. 688 ; sur les monuments voulus par Iacopino da Carrara à Sant’Agostino, on peut se référer à la bibliographie citée à la note 38.

69 S. Beltramo, F. Cantatore, M. Folin (dir.), A Renaissance Architecture of Power…, op. cit. ; voir plus particulièrement pour ce qui suit M. Folin, « Princes, Towns, Palaces : a Renaissance “Architecture of Power” », dans le même ouvrage, p. 3-27.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search