Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Troisième partie. Réflexions sur la sociologie de la mémoire

Halbwachs et la mémoire sociale

Gérard Namer

Texte intégral

1La mémoire sociale est le concept de Halbwachs le plus englobant pour caractériser les rapports de la mémoire et de la société. Il implique ce qui est au cœur de son œuvre première, puis la notion de mémoire collective. Il implique enfin ce qui est essentiel à l’œuvre d’après 1938, le courant de mémoire sociale. Trois moments que nous allons évoquer.

2La réflexion première de Halbwachs sur la mémoire sociale apparaît dans les deux premiers articles de la Revue socialiste de 1905 comme une réinterprétation de Karl Marx pour concilier un point de vue sociologique durkheimien, et ce qui concerne la mémoire dans la pensée de Marx : le poids du passé économique sur la représentation présente de la société que se font les hommes. C’est à partir d’une lecture d’Eduard Bernstein que Halbwachs découvre la « répétition » chez Marx.

3Le premier moment caractéristique de la thèse économique de Halbwachs sur la classe ouvrière et les niveaux de vie renvoie à l’oubli social. L’auteur rappelle dans l’introduction l’archéologie du problème de la mémoire sociale et dit en interprétant Marx : « Les hommes subissent l’action des institutions économiques actuelles plus que des anciennes », et il souligne la phrase : « Malgré tout, ils ne réussissent pas tout de suite à faire table rase des croyances, des traditions et même des institutions du passé, lorsque Marx soutient que des institutions juridiques, politiques, religieuses et tout le mouvement des idées ne sont que l’expression et l’apparence phénoménales des réalités plus profondes, à savoir de l’évolution économique, peut-être ne veut-il pas dire autre chose. »

4La deuxième archéologie du problème de la mémoire sera celui tout à fait différent de la notion de trace du passé : Halbwachs rencontre l’idée que l’espace porte une mémoire dans le travail parallèle qu’il a fait sur la trace des routes, résultat de l’action des hommes, de leur échec partiel, de la résistance d’autres hommes et de la reprise incessante de ce tracé au travers de l’histoire.

5Cette idée de l’espace porteur de mémoire, on la retrouvera dans le chapitre 1 de sa thèse économique lorsqu’il dira de la classe paysanne qu’elle est structurée par le local, par le pays, par une mémoire durable des mœurs dans un lieu donné.

6Si la thèse économique sur la classe ouvrière et les niveaux de vie implique une mémoire sociale virtuelle (mémoire économique de toute la société, mémoire politique et mémoire des mœurs), c’est proprement la notion de mémoire sociale qui est bien au centre de l’invention de Halbwachs dans La Classe ouvrière. Dans ce livre, Halbwachs se veut disciple de Henri Bergson puisqu’il utilise fondamentalement un schéma que l’on retrouvera dans l’évolution créatrice de l’ensemble de l’Être qui crée les espèces en le transposant en termes sociologiques ; ici c’est l’ensemble de la société qui crée une fonction, celle de la classe ouvrière.

7En quoi consiste la mémoire sociale ? Le mot n’est pas donné mais la réalité est cristallisée. Pour Halbwachs la société délègue une partie d’elle-même au travail de la matière : ce sera la classe ouvrière ; cette délégation est une relégation hors de la mémoire de la société. La classe ouvrière est la seule classe sociale à la fois oubliée de la société et oublieuse de cette société.

8La société, pour survivre, crée une classe ouvrière ; elle est porteuse d’une mémoire de laquelle elle exclut une partie d’elle-même. La mémoire sociale est donc la mémoire du tout de la société.

9Cette mémoire du tout de la société est réciproque. L’oubli créé par la société de sa propre mémoire crée une classe oublieuse. La classe ouvrière est oubliée de la société mais elle va prendre conscience de son oubli et, en ce sens, elle sera une révolte contre cet oubli : « De toutes les parties de la société, c’est elle qui subit le moins l’influence et l’impulsion de son passé. »

10La spécificité de la classe ouvrière, son unité, provient de l’oubli premier de la mémoire sociale : « Nulle part dans les pays d’industrie de notre temps on ne trouve un fossé plus profond qu’entre les ouvriers et ceux qui ne le sont pas. Au contraire de l’ouvrier, l’employé dans son bureau a une mémoire»

11La deuxième partie du livre sur les niveaux de vie fait intervenir à plus d’un titre la mémoire sociale, la mémoire collective, la mémoire individuelle, sans les nommer, en ne parlant que de mémoire. On se souvient du schéma : la classe ouvrière, seule classe exclue de la mémoire pendant ses douze heures de travail par jour, compense cette exclusion, prend une conscience de classe en se plongeant dans la vie de consommation et dans la sociabilité de consommation, comme les autres classes sociales. Il y a donc à ce moment une ostentation, à la façon de Thorstein Veblen, le passage d’une mémoire d’exclusion comme son essence à compenser, qui se transforme en déviance statistique de la consommation singulièrement pour les habits et les sorties, afin d’entrer le plus vite possible après l’usine dans la mémoire sociale de tous les hommes.

12Si la classe ouvrière est une classe sans mémoire en tant qu’elle produit, elle est essentiellement une classe-mémoire exacerbée en tant qu’elle consomme.

13Avec Les Cadres sociaux de la mémoire de 1925, l’œuvre de Halbwachs centrée sur la mémoire sociale subira un renversement : tandis que dans le premier livre il se manifeste un disciple de Bergson, le second livre ouvre une polémique de toute une vie contre Bergson : Les Cadres sociaux de la mémoire désigne à la fois les cadres sociaux de la mémoire collective et de la mémoire individuelle ; dès le titre, on souligne l’unité de l’individuel, du collectif et du social dans la mémoire. Toute l’architecture du livre s’oppose à la distinction de Bergson entre mémoire individuelle, mémoire de l’être, de Dieu, de la réalité la plus profonde de soi et de la mémoire du groupe qui ne serait qu’une mémoire intelligente, qu’une mémoire se fondant sur le langage. Tout le livre est centré sur le fait que c’est la notion, la réalité ambivalente entre le concept et la sensation qui constitue l’essentiel des cadres sociaux de mémoire et du fonctionnement, tant de la mémoire individuelle que de la mémoire collective. L’antithèse à l’antithèse est une liaison. L’antithèse de Bergson, c’était la dichotomie entre la mémoire vraie et la société. L’antithèse d’Halbwachs, c’est l’unité mnémonique (c’est-à-dire la mémoire sociale à la fois individuelle et collective). Si cette unité entre mémoire individuelle et mémoire collective est cachée par le fait de l’utilisation ambiguë des mots « social » et « collectif », une piste est donnée au lecteur qui ne sera réalisée que dans la suite de l’œuvre, lorsque Halbwachs, à propos de la mémoire religieuse mystique, et à propos de la mémoire de classe, introduit un troisième terme, la « tradition ». Il y a une mémoire individuelle qui est structurée par les cadres sociaux de la mémoire collective ; il y a réellement une mémoire collective : il y a enfin une tradition, c’est-à-dire un mélange de mémoire et d’imaginaire de valeurs d’une classe ou d’un ordre religieux.

14Le passage à la limite du premier système de sociologie de la mémoire de Halbwachs dans Les Cadres sociaux apparaît sous la forme d’abord de la pluralité des mémoires collectives ; cette pluralité pose des problèmes à leur point de rencontre en infra, qui est la mémoire individuelle, et en supra, qui serait la mémoire collective nationale : si la pluralité des mémoires collectives est parfaite dans le cas des mémoires familiales, si elle est difficile dans la deuxième famille d’exemples qui est donnée, à savoir la famille religieuse parce qu’il y a des ordres religieux, parce qu’il y a des courants de mémoire mystique et des courants de mémoire dogmatique qui ne sont pas du même ordre et qui ne se rencontrent pas ou qui ne rencontrent pas, elle devient impossible (et le livre aboutit à une crise)dans le cadre des mémoires de classe. Elle devient impossible parce que l’itinéraire de Maurice Halbwachs a consisté à compléter ce qu’il s’était donné comme point d’arrivée dans son livre de 1910, à savoir la classe ouvrière comme une classe sans mémoire. Il construit donc un itinéraire qui prolonge ses travaux, cet itinéraire va d’une classe mémoire, la classe de la noblesse d’épée à la classe sans mémoire déjà décrite, à savoir la classe ouvrière contemporaine.

15Mais en recréant cette genèse dans ce dernier chapitre des Cadres sociaux de la mémoire, il aboutit à une réalité différente de celle de 1910 ; ce à quoi il aboutit, ce n’est pas à Veblen et à l’ostentation, mais c’est à Max Weber ; ce n’est pas à la classe ouvrière, mais à la classe de fonction, c’est-à-dire un intermédiaire entre les fonctionnaires et la classe ouvrière, à une instance plus petite : le groupe comme unité de mémoire. La nouveauté qui est vécue après 1914, c’est l’accélération du temps, c’est la brièveté de chaque métier, de chaque fonction ; Halbwachs, c’est l’accélération du temps qui donne l’idée de la modernité. Cette accélération du temps rend impossible l’unification à l’échelon national de toutes les mémoires collectives. Halbwachs est obligé de postuler une institution dans le genre d’une famille ou dans le genre de ce qu’il n’a pas décrit, à savoir le monde comme lieu de province où se rencontrent les élites, les grandes familles :il doit postuler une institution d’évaluation des hommes pour eux-mêmes.

16La Mémoire collective, en conclusion, va résoudre au niveau social le problème de l’affrontement du parti du futurisme, c’est-à-dire des révolutionnaires exaspérés fascistes ou communistes, et le parti de la mémoire nostalgique, c’est-à-dire le régionalisme, le monarchisme, le parti catholique antirépublicain ; pour imposer en cette période de crise la permanence du progrès, il est obligé d’aboutir à une théorie extrêmement forte que toute la société est mémoire, que toute représentation collective est mémoire, tant la raison présente que la mémoire passée. Halbwachs termine par le mythe d’une statue biface qui représenterait la société : un regard vers le présent et un regard vers le passé. Dans les dernières pages des Cadres sociaux, il aboutit à l’idée que la science est mémoire et que, à la façon de Spinoza, les essences peuvent être à la fois singulières et universelles.

17La dernière partie de l’œuvre de Halbwachs, c’est son second système de sociologie de la mémoire ; il est centré sur la polémique du sociologue contre l’histoire et contre Marc Bloch. Pour comprendre cette polémique, il fallait d’abord reconstruire l’ouvrage, rendu inintelligible dans les éditions antérieures, à partir de l’ensemble manuscrit resté dans la famille. L’édition critique est expurgée de tous les sous-titres, rajouts et résumés de l’éditeur ; elle est enrichie de la trentaine de pages qui avaient été éliminées ; elle est restructurée comme Halbwachs le voulait, en mettant en tête l’article sur les musiciens ; c’est ainsi seulement qu’on peut comprendre la polémique. Ce second système apparaît en deux moments. Le premier moment publié, c’est lorsque Halbwachs devient professeur à la Sorbonne ; c’est l’article de 1939 sur La Mémoire collective chez les musiciens. Le second texte, qui constitue l’essentiel de la polémique publique contre Bloch, est publié en 1941 sous le titre de La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte. Ces deux moments esquissent cette « mémoire sociale » qui sera au cœur des manuscrits de l’ouvrage posthume intitulé Mémoire collective. Ce qui caractérise La Mémoire collective chez les musiciens, c’est d’apporter une réponse à la pluralité des mémoires collectives en retournant complètement les données de l’aporie des Cadres sociaux. La réponse nouvelle, c’est que la mémoire individuelle va se trouver au point de rencontre de deux courants de mémoire collective et sera une mémoire de valeur.

18Le lieu d’unification des mémoires sociales en une mémoire collective, c’est la société savante des musiciens. Les mémoires sociales se présentent comme mémoires des sons portés par différents vecteurs de la société : ce sont, par exemple, les mémoires des chansons de travail. Les vieilles interprétations ou les défigurations de Wagner par la musique des régiments nazis constituent une espèce de courant de mémoire qui partait d’une lointaine mémoire collective, la première exécution des concerts de Wagner, et leur réinterprétation, leur transposition en une musique de propagande. La mémoire sociale en 1939 n’est que secondaire par rapport à la mémoire collective ; on a toujours un recours dans la partition si l’on veut entendre une autre interprétation de Wagner : la mémoire sociale peut être renouvelée à partir de la mémoire savante, mais cette mémoire collective musicale est à la fois mémoire des signes et mémoire des valeurs ; ce n’est plus du tout la mémoire des faits comme dans Les Cadres sociaux, mais c’est la mémoire de la culture. Les exemples qui sont donnés des amateurs de musique, singulièrement la citation de Stendhal, ne sont pas ceux d’un musicien au sens savant du terme sachant lire une inscription musicale sur la portée et transposer en portée une mémoire musicale. Ce ne sont que des gens dans la société qui se souviennent d’une musique comme d’un moment affectif qui mobilise leur créativité. Ce sont les textes manuscrits de La Mémoire collective qui vont achever d’esquisser cette mémoire sociale. Les textes de La Mémoire collective sont des réponses aux critiques de 1925-1926 de Charles Blondel et de Marc Bloch, unifiés par la vieille et toujours prolongée polémique contre Bergson : Halbwachs en1930 relit Durée et simultanéité de Bergson et affronte la notion de temps unique abstrait. Bergson critique le temps de la science ; c’est, dit-il, un temps artificiel parce qu’il unifie les différentes simultanéités.

19La polémique de Halbwachs contre l’Histoire commence dès sa réponse à Blondel. Blondel proposait une réflexion sur la mémoire d’enfant tombé dans un trou, mémoire de solitude. En réponse, Halbwachs va supposer que chaque mémoire est toujours au point de rencontre de deux courants de mémoire collective. Dans les années 1930, coexistent donc des mémoires collectives, des mémoires individuelles, et des courants qui relient chaque mémoire collective à la façon d’une molécule de chimie organique. Ces courants de mémoire ne sont ni individuels, ni collectifs, ils sont sociaux. Blondel a interprété l’Histoire comme étant un cadre social et rationnel, le « portemanteau » comme aurait dit Bergson, auquel je pouvais rattacher mes souvenirs. Halbwachs répond que la réalité profonde, c’est la mémoire sociale, et que l’Histoire n’est qu’une caricature, une rationalisation après-coup faite des mémoires collectives, en supposant un temps unique. C’est ce temps unique qui est le non-dit de la multiplication des histoires partielles, régionales (tout ce qui caractérise l’histoire des Annales) qui n’ont de sens comme « bibliothèques des histoires » que si elles convergent vers une Histoire totale. La multiplicité des mémoires collectives interdit de supposer que je puisse n’avoir qu’une seule mémoire correspondant à ce temps social unique et que je puisse me souvenir à la fois de ce qui se passait au xiie siècle à Pékin, à Venise ou ailleurs. Seul un homme qui habiterait Sirius pourrait avoir cette mémoire collective simultanée.

20L’extrême fin que nous possédions de La Mémoire collective donne trois directions et trois aspects de la mémoire sociale. D’abord, le dernier texte écrit d’après la datation de l’écriture, serait le texte du chapitre II sur Le Solitaire de Londres. On nous dit que l’on n’est jamais seul parce que chaque conscience porte en elle des mémoires virtuelles en grand nombre, qu’à chaque instant de son histoire, cette mémoire peut s’actualiser comme mémoire sociale, renvoyant à une mémoire savante, à une mémoire collective. Quand l’actualisation a lieu, la conscience de la mémoire individuelle devient mémoire de l’esthétique, devient mémoire des mathématiques, etc. C’est de cette structure nouvelle, à la façon d’une grenade portant en elle des grains semblables à la grenade qu’il faut chaque fois ouvrir pour que le parfum en emplisse la grenade, que naît une première métaphore de l’interaction entre mémoire individuelle, mémoire collective et mémoire sociale, telle que la mémoire sociale est un englobant. Cet englobant de mémoires sera repris deux fois dans La Mémoire collective. Elle est d’abord une mémoire vraie, multiple, par opposition à l’histoire factice et à temps unique.

21L’autre approche spinoziste, de la mémoire sociale et de la mémoire collective, c’est l’exemple donné de la pluralité des temps indépendants, chacun porteur d’un courant de mémoire sociale : Halbwachs donne en exemple la famille Perrier qui peut se passionner pour les belles lettres lorsque Pascal écrit Les Provinciales. Apparaît ensuite une autre mémoire collective actualisant une mémoire sociale religieuse quand Pascal écrit Les Pensées. L’on a ainsi deux approches : la mémoire sociale savante, culturelle et la mémoire des significations perdurent et sont historiquement actualisées par un groupe en une mémoire collective : de même la mémoire des amis socialistes et psychologues de l’École Normale ont disparu, mais Halbwachs espère que ce groupe et sa mémoire collective pourront réactualiser un jour la dernière approche, et pas la moindre, de la mémoire sociale qui est celle des dernières pages où Halbwachs parle de la double nature du temps, le temps à la fois historique et éternel. Le temps est éternité, se manifestant historiquement dans un individu ou un groupe sous forme de durée.

22Le problème de la mémoire sociale est le problème de l’inachèvement de La Mémoire collective par Halbwachs : comment unifier tous ces aspects de la mémoire sociale ? Une fois donnée la phrase-clé que « l’Histoire n’apparaît que lorsque déjà disparu la tradition et autres formes de mémoires sociales », « la seule réalité, c’est la mémoire sociale, la société comme mémoire, la mémoire comme société. »

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search