Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Troisième partie : La pensée politique des intellectuels

Relire les traités contre les Anglais de la guerre de Cent Ans

Rereading the Treatises Against the English from the Hundred Years War

Jean-Marie Moeglin

Résumé

Les études réalisées au cours des dernières décennies, notamment par Nicole Pons, ont permis de reconstituer assez précisément la chronologie des traités contre les Anglais écrits au cours des deux premiers tiers du xve siècle. Il est ainsi à présent possible de replacer dans leur contexte historique la rédaction de ces traités et de faire apparaître la causa scribendi de leurs auteurs. Ces traités ont parfois permis de fournir une réserve d’arguments, utilisable notamment par des ambassadeurs engagés dans des négociations diplomatiques. Ils ont aussi été souvent des manifestes « patriotiques » destinés à agir sur l’opinion publique dans un moment spécifique de la guerre de Cent Ans. Ce genre des traités contre les Anglais a aussi contribué à faire de ce que l’on appellera plus tard la guerre de Cent Ans une guerre patriotique de défense nationale contre l’agresseur anglais. Plusieurs des grands thèmes auxquels ils avaient donné forme sont devenus des points d’ancrage de l’idéologie de la monarchie française que le récit de l’histoire de France devait également illustrer et mettre en scène.

Studies over the past decades, particularly those of Nicole Pons, have enabled us to reconstruct the chronology of treaties against the English written during the first two thirds of the 15th century. Thus, it is now possible to put in their historical context the drafting of those treaties and to show the causa scribendi of their authors. These treaties sometimes helped to provide a reserve of valuable arguments for ambassadors engaged in diplomatic negotiations. They were also often “patriotic” manifestos intended to influence public opinion in a specific moment of the war. They helped to transform what will later be called the Hundred Years War into a patriotic war of national defence against the English attacker. Several of the major issues to which they gave shape became the anchor points of royal French ideology in modern times.

Texte intégral

  • 1 Outre sa participation à l’édition de l’œuvre de Jean de Montreuil et son édition de plusieurs trai (...)

1Une partie importante de l’œuvre scientifique de Nicole Pons a été consacrée à l’édition et à l’étude des traités contre les Anglais rédigés au cours du xve siècle1. Avec quelques autres érudits et chercheurs, elle a ainsi largement contribué à rendre accessible à l’historien cette littérature qui n’avait, pendant longtemps, guère retenu l’attention. Ses travaux m’ont amené à me pencher sur ces textes pour essayer de déterminer en quoi ils avaient contribué, à l’époque de leur rédaction mais aussi sur la longue durée, à l’invention de ce qui est appelé la « guerre de Cent Ans ».

2Ces réflexions s’organiseront autour de deux axes. Le premier concerne la question de la causa scribendi des traités contre les Anglais ; le second celui de leur contribution à la formation du grand récit qu’est devenue dans l’historiographie moderne et contemporaine la guerre dite de Cent Ans.

La causa scribendi des traités anti-anglais

3Les études réalisées au cours des dernières décennies ont permis de reconstituer assez précisément la chronologie de l’écriture des traités contre les Anglais ; il est donc possible de mettre en rapport une date et un contexte de rédaction avec la fonction et le contenu du ou des traités considérés.

4Ce travail fait apparaître un certain nombre de moments spécifiques au cours des deux premiers tiers du xve siècle pendant lesquels se concentre la production de traités polémiques.

5Le premier moment prend place lorsque l’avènement des Lancastre en Angleterre en 1399-1400 fait s’imposer en France la conviction qu’une « paix finale » entre les deux royaumes de France et d’Angleterre ne sera pas possible. Par ailleurs, la guerre civile menaçante entre Orléans et Bourgogne fait courir le risque d’une inquiétante paralysie du royaume face au péril que représente l’ennemi anglais. Ce moment est pour l’essentiel celui de Jean de Montreuil

  • 2 Jean de Montreuil, Opera, vol. 1, Parte prima : Epistolario. Ezio Ornato (éd.), préface d’André Com (...)

6À partir de sa première œuvre polémique en 1406 jusqu’à sa mort en 1418, Jean de Montreuil s’est livré à un travail permanent d’écriture et de récriture que ses éditeurs, Ezio Ornato, Gilbert Ouy et Nicole Pons ont remarquablement su éclairer2.

  • 3 Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, Peter Lewis (éd.), 3 vol., Paris, Klincksieck/Société (...)

7Dans cette œuvre qui pourrait paraître au premier abord diffuse – Peter Lewis estimait, à tort, que « la tournure d’esprit de Jean de Montreuil était pour le moins confuse3 » – une pensée ferme s’articule autour de quelques thèmes emboîtés et inlassablement repris et étayés, de traité en traité, de rédaction en rédaction :

  • Les Anglais ont lancé la guerre depuis soixante-dix ou quatre-vingts ans (cette durée varie logiquement selon le moment où Jean de Montreuil écrit).

  • Cette guerre a un prétexte, la revendication par Édouard III du trône de France, et un grand responsable, Robert d’Artois.

  • Les revendications anglaises sur la couronne ont un fondement juridique totalement fantaisiste ; elles sont en effet réfutées par la loi salique exhumée par Montreuil. Quant aux terres que le roi d’Angleterre tenait dans le royaume de France, il s’agissait de fiefs qu’il a légitimement perdus du fait de ses multiples forfaitures.

  • Les véritables raisons de la guerre sont que les Anglais veulent piller, conquérir et assujettir le royaume de France.

  • La nature criminelle de leur entreprise invalide ipso facto tout traité que l’on a pu conclure avec eux. Aucun accord n’est possible avec des gens comme les Anglais.

  • Les Français refusent cette domination étrangère et sont prêts à verser leur sang pour leur roi légitime.

  • Ils l’emporteront, car le royaume de France n’a jamais été conquis. Un dernier effort doit être accompli pour chasser les Anglais de France.

8Le second moment est celui du lancement par Henri V en 1417-1418 d’une guerre de conquête du royaume de France ; il culmine lors de la conclusion du traité de Troyes en 1420, le traité de paix « finale » entre les deux royaumes grâce auquel Henri estimait avoir définitivement acquis la couronne de France.

9Ce moment du traité de Troyes comprend de nombreux textes.

    • 4 Il a été publié par Nicole Pons dans son recueil : Nicole Pons, « L’honneur de la couronne de Franc (...)

    Le traité Débats et appointements4, dont la première et la seconde partie ont été rédigées au plus tard en 1418, reprend la démonstration de Jean de Montreuil en montrant que les Anglais sont animés par une volonté tenace de s’emparer du royaume de France ; ils se sont lancés dans cette entreprise dès les Plantagenêts du xiie siècle ; la guerre actuelle est très largement la reprise et la continuation de cet assaut ancien.

    • 5 Jean Barbey, La fonction royale : essence et légitimité, d’après le Tractatus de Jean de Terreverme (...)

    Le Tractatus du juriste languedocien Jean de Terrevermeille, écrit encore avant le traité de Troyes, est une réfutation purement juridique des prétentions du roi d’Angleterre à la couronne5.

    • 6 Ces deux traités ont également été publiés par Nicole Pons dans son recueil « L’honneur de la couro (...)
    • 7 Également publié par Nicole Pons, ibid., p. 139-201.

    Le Super omnia vincit veritas et la Réponse d’un bon et loyal François6 sont des réfutations juridiques du pré-traité passé par le duc de Bourgogne Philippe le Bon avec Henri V. Le traité appelé d’après ses premiers mots Fluxo biennali spacio, écrit cette fois après le traité de Troyes mais avant l’intervention de Jeanne d’Arc, démontre le caractère injuste de la guerre que les Anglais mènent pour s’approprier la couronne de France7.

10Dans les traités relevant de ce moment lié au traité de Troyes, c’est sur la revendication de la couronne de France par les Anglais que l’attention se concentre prioritairement.

11Après l’intervention de Jeanne d’Arc et le sacre de Charles VII, le pouvoir anglais est de plus en plus réduit à la défensive. La politique de Charles VII hésite, en revanche, entre la guerre à outrance contre les Anglais et la recherche d’une paix avantageuse.

  • 8 Édités par Peter Lewis dans les tomes I et II des Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins…, op (...)
  • 9 Philippe Contamine, « Charles VII, les Français et la paix, 1420-1445 », Comptes rendus des séances (...)
  • 10 Jean-Marie Moeglin, « Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », dans M (...)

12Trois traités rédigés au cours de cette période par Jean Juvénal des Ursins invitent le roi de France à s’engager dans la voie d’une paix finale entre les deux royaumes8, préalable nécessaire à la réforme du royaume qu’il supplie Charles VII d’entreprendre9. Mais Jean Juvénal, fidèle serviteur de la cause de Charles, veut bien sûr une paix juste, c’est-à-dire une paix qui entérine le bon droit du Valois. Il est donc à cet égard l’héritier et le continuateur de la démonstration historico-juridique fournie par Jean de Montreuil et ses premiers épigones. L’objectif premier n’est cependant plus à ses yeux de chasser les Anglais de France coûte que coûte et par les armes ; il est de les obliger à admettre, dans le cadre d’une négociation, que leurs arguments sont faux et mauvais et qu’ils doivent en tirer les conséquences en évacuant totalement (de préférence) le territoire français, ou en acceptant (à défaut) de revenir sous l’hommage du roi de France pour les terres qu’ils pourraient conserver en France. Jean Juvénal joue en fait le jeu classique de la « négociation » médiévale : celle-ci doit faire éclater la vérité et la justice et chacune des parties est invitée à apporter les arguments qui permettent d’étayer son point de vue et à réfuter ceux de l’autre partie10.

  • 11 Le traité a d’abord été écrit en latin ; il a fait l’objet ensuite d’une traduction française. Les (...)
  • 12 La démonstration de Robert Blondel se veut le récit documenté d’une ancienne, vaste et multiforme t (...)
  • 13 La « malice » anglaise est une constante de l’histoire ; déjà la conclusion du traité de Paris en 1 (...)

13La prise de Fougères dans la nuit du 23 au 24 mars 1449, qui provoque la rupture des trêves de Tours, relance la guerre et aboutit à l’expulsion définitive des Anglais. Cela remet clairement sur le devant de la scène l’inspiration belliciste que le troisième traité de Jean Juvénal des Ursins annonçait déjà. C’est le Normand Robert Blondel qui illustre ce moment avec son Oratio Historialis qui semble avoir été rédigée avant le lancement de la campagne de Normandie11. La question de la couronne est prise en compte dans le traité, mais elle est à l’évidence aux yeux de Robert Blondel moins décisive que celle de l’illégitimité de toute prétention anglaise sur des territoires situés dans le royaume de France et spécialement la Normandie12. Il montre à nouveau 1) que les Anglais n’ont jamais eu quelque droit que ce soit en France, tout particulièrement en Normandie, 2) que leurs prétentions ne font que dissimuler une vieille et irrépressible envie de venir piller et conquérir le royaume de France, 3) qu’il ne sert de rien de sceller quelque accord que ce soit avec ce peuple nuisible, car ils ne le respecteront pas13.

14Les Anglais ayant été effectivement expulsés de France, il s’agit désormais de les persuader d’entériner par un traité de paix « finale » leur défaite, après qu’ils auront reconnu que leurs prétentions étaient dénuées de tout fondement. Les deux derniers traités contre les Anglais s’inscrivent dans ce contexte.

  • 14 Voir la démonstration donnée par son dernier éditeur Craig Taylor, Debating the Hundred Years War: (...)

15Pour ce que plusieurs a été sans doute écrit en 1464 par Guillaume Cousinot le Jeune14. Il entend fournir aux défenseurs de la cause française les éléments qui leur permettront d’écraser la représentation anglaise sous des arguments imparables lors de la négociation de paix. Les deux premières parties sont une remarquable synthèse de l’argumentation historico-juridique que ses prédécesseurs avaient réunie en ce qui concerne les deux problèmes aussi anciens que fondamentaux de la succession au royaume de France, et de la souveraineté et propriété par le roi anglais de ses anciens fiefs français. Une troisième partie est consacrée à la légitimité de la rupture des trêves de Tours.

  • 15 Le traité a été édité et commenté par Kathleen Daly, « “Pour vraye congnoissance avoir”: Historical (...)

16L’ultime traité contre les Anglais, Pour vraye congnoissance avoir, a été écrit en 1471 par Louis le Blanc, membre de la Chambre des comptes15. En 1471, quelque vingt ans après la fin effective de la guerre, il ne subsistait plus qu’un seul obstacle important à l’enterrement définitif de la guerre des royaumes de France et d’Angleterre, le fait que le roi d’Angleterre n’avait pas renoncé à son titre de roi de France et continuait à l’arborer. Ce que cet ultime traité fournit est donc une généalogie des rois de France en quelque sorte scientifiquement inattaquable et pourvue d’un luxe inédit de détails.

17Reste alors à répondre à une question : à quoi servaient précisément ces traités ?

  • 16 N. Pons, « Un exemple de l’utilisation des écrits politiques de Jean de Montreuil : un memorandum d (...)
  • 17 Voir C. Taylor, Debating the Hundred Years War…, op. cit., p. 2-3, qui montre que le traité devrait (...)
  • 18 Louis le Blanc, auteur du traité Pour vraye congnoissance avoir, précise explicitement dans l’intro (...)

18La première fonction possible était celle de fournir une expertise, une réserve d’arguments, utilisable notamment par des ambassadeurs engagés dans des négociations diplomatiques. Il en est certainement ainsi avec le résumé du Traité contre les Anglais de Jean de Montreuil, que Nicole Pons a publié et qu’elle relie, avec de bons arguments, à une ambassade française adressée au pape Martin V en 142516. C’est aussi certainement le cas pour plusieurs des traités de Jean Juvénal ainsi que le Pour ce que plusieurs de Guillaume Cousinot le Jeune17. L’autre fonction, particulièrement adaptée aux traités qui plaident pour la guerre à outrance, est celle de constituer des manifestes « patriotiques » destinés à agir sur l’opinion publique18, à l’instar d’autres œuvres plus littéraires, telles que le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier ou le Lai de guerre de Pierre de Nesson.

Traités contre les Anglais et story telling

19Quelle a été la contribution de cette littérature polémique à la transformation de la guerre de Cent Ans en « grand récit » de l’histoire de France ?

20Certains des traités évoqués, celui de Jean de Terrevermeille par exemple, ont une argumentation purement juridique mais, dans beaucoup d’entre eux, argumentation juridique anéantissant les arguments anglais et démonstration par l’histoire de la mauvaise foi et de la perversité constante des Anglais se rejoignent et se combinent pour aboutir à démontrer l’inanité des prétentions des Anglais et prouver leur volonté aussi tenace que perverse de conquérir et de piller le royaume de France.

21Leurs auteurs sont donc amenés à se livrer à un exercice que l’on peut appeler du story telling, consistant à narrer une histoire qui légitime leurs thèses.

22D’un point de vue général, l’on peut dire que c’est à l’intérieur de cette littérature que s’amorce le passage d’une vision de la guerre franco-anglaise comme guerre pour la chevalerie, qui domine les deux derniers siècles du Moyen Âge, à celui d’une guerre patriotique de défense nationale contre l’agresseur anglais, qui s’impose à l’époque moderne.

23Le thème d’une guerre pour la chevalerie remontait d’une certaine manière à Édouard III lui-même lorsque, se posant en nouveau roi Arthur, il avait lancé en 1337 son « emprise » chevaleresque pour le droit et la justice contre l’usurpateur Philippe de Valois. Jean le Bel avait, au cours des années 1350, donné dans ses Vrayes chroniques (ou plutôt Histoire du noble roi Édouard) une magnifique transposition historiographique de ce thème. Mais c’est surtout Jean Froissart qui, s’appuyant sur le fondement fourni par Jean le Bel, avait construit l’idée d’une grande et durable guerre des Anglais et des Français, dont l’enjeu était la chevalerie. Ce thème d’une guerre pour la chevalerie sera d’une certaine manière repris dans l’historiographie bourguignonne de la seconde moitié du xve siècle, lorsque ses auteurs, tout particulièrement Georges Chastellain, voudront démontrer que Philippe le Bon était le prince-chevalier par excellence et que ses territoires étaient désormais la patrie de la chevalerie et de la prouesse chevaleresque.

24Ce n’était pas la conception des auteurs de traités contre les Anglais. Ils voulaient prouver par l’histoire que les Anglais ne faisaient que continuer à travers cette guerre leur détestable entreprise, commencée depuis bien longtemps, de conquête du royaume de France, ceci en s’abritant derrière des arguments de façade auxquels ils ne croyaient pas eux-mêmes. Pour mener à bien cette démonstration, ils se refusaient, à l’exception de l’auteur du Fluxo, à s’appuyer sur Froissart considéré comme « anglais » ; ils souhaitaient s’appuyer, en revanche, sur l’histoire approuvée des rois de France et des Français qu’étaient les Grandes chroniques de France.

25Le problème cependant était que le récit des Grandes Chroniques était désespérément plat et inconsistant en ce qui concerne les premiers moments, décisifs, du commencement de la guerre. L’exercice de story telling des auteurs de traités anti-anglais était donc confronté à de notables difficultés.

26Jean de Montreuil avait ainsi tenté de construire une sorte de contre-histoire de la guerre de Cent Ans, opposée à celle de Froissart qui faisait la part trop belle aux exploits des Anglais. Comme Froissart, il montrait deux peuples engagés dans un affrontement de grande ampleur ; mais il ne mettait plus en scène une rivalité entre deux peuples dont l’enjeu serait de déterminer lequel d’entre eux accomplira les plus belles prouesses ; c’était une guerre de libération nationale contre un envahisseur qu’il appelait de ses vœux et dont il prouvait la légitimité. Il ne saurait être question de revenir sur l’ensemble de sa démonstration qui se déploie à travers une œuvre, je l’ai dit, en constante récriture, mais un exemple permettra d’éclairer la méthode de Jean de Montreuil.

27Appuyé sur les Grandes Chroniques de France, il entreprend, dans son traité Ex regali progenie, d’exalter les exploits accomplis par les rois de France et les Français – il insiste notamment sur les exploits accomplis par Charlemagne – et d’inciter la chevalerie française à se montrer digne de ses ancêtres. Il éclaire également les relations franco-anglaises et notamment la manière dont les Anglais en sont venus à posséder des terres dans le royaume de France, dont il précise le statut exact. Il expose ainsi comment Henri II d’Angleterre a dû à l’aide du roi de France d’avoir pu obtenir son héritage de Normandie contre Étienne de Blois. Mais ensuite Henri, devenu roi d’Angleterre, a refusé de reconnaître la souveraineté du roi de France sur au moins certaines parties du duché de Normandie et de la Guyenne et c’est pour cette raison que le roi de France a conquis ces terres.

28Les deux aspects, exaltation de la vaillance de la chevalerie française et démonstration de l’illégitimité de la présence anglaise en France, se rejoignent d’ailleurs souvent lorsque, dans un récit qui prend beaucoup de libertés avec sa source, Montreuil raconte les humiliations subies par le roi d’Angleterre face au roi de France. Tout cela est une incitation aux chevaliers français à reprendre vaillamment le combat contre les Anglais afin de les chasser définitivement de France.

  • 19 Ceterum, quia historie Philippi de Valesio necnon Iohannis et Karoli regum Francie novissimorum – q (...)
  • 20 Il lui arrive de le citer « […] che dit et (recite) messire Jehan Froissart […] », ibid., p. 113.

29Puis Jean de Montreuil aborde l’époque de la guerre de Cent Ans proprement dite mais, arrivé à ce point, il interrompt son récit historique19. Cette histoire est trop récente, écrit-il, et il faut bien reconnaître aussi qu’elle n’est pas très glorieuse … En fait, il ne disposait pas avec les Grandes Chroniques d’un texte qui lui permettait de faire pièce à celui de Froissart qu’il connaît20, mais ne veut pas reprendre parce qu’il était à la gloire des Anglais. Le story telling tournait court…

  • 21 « Et pour che que nous avons fait mention des Angloiz et qu’il ont trop volentiers en bouche et rec (...)
  • 22 Jean de Montreuil lui-même a conscience de la longueur et du caractère quelque peu désordonné de so (...)

30Jean de Montreuil devait-il renoncer ? Dans la version française du Ex regali progenie intitulée À toute la chevalerie, il ajoute une liste des succès remportés par les Français, « Les journees et rencontres en brief que les François ont eu sur lez Angloiz puis xl ans ou environ21 ». À dire vrai, c’est une longue énumération qui n’a guère de logique, ni thématique, ni chronologique22, mais elle était tout de même l’ébauche d’une contre-histoire de la guerre de Cent Ans face à celle de Froissart qui pouvait passer pour le récit des prouesses anglaises.

31La construction historique mise en œuvre par les épigones de Jean de Montreuil est très largement dans la continuité de Jean de Montreuil : à leur tour, ils s’efforcent de montrer par l’histoire la constance de la perversité anglaise, mais eux aussi sont bien sûr confrontés à la difficulté de s’appuyer sur un récit de la guerre de Cent Ans qui soit solide sans pour autant paraître accabler le roi de France et les Français vaincus en de trop nombreuses reprises.

  • 23 Selon une hypothèse de Nicole Pons, il pourrait s’agir de Guillaume Saignet, voir N. Pons, « Guilla (...)
  • 24 Quibus absentibus Anglici vestri putarunt facilem regni Francie invasionem, N. Pons, « L’honneur de (...)
  • 25 […] Licet mentis prudentibus videretur rationi dissonum recipere tantum titulum sine (aliis) causis (...)
  • 26 Multi hystorici et cronicarii ista ponunt, sed latius videtur Johannes Froyssardi, vobis favens qui (...)

32L’auteur resté anonyme du traité intitulé, d’après son incipit, Fluxo biennali spacio23, a eu à cet égard le mérite de s’engager dans une voie que Jean de Montreuil n’avait pas voulu suivre. Il est en effet le premier partisan de Charles VII qui ait osé utiliser le texte de Froissart au lieu de se référer exclusivement aux Grandes Chroniques dans lesquelles l’on ne pouvait trouver un récit cohérent de l’origine et du début de la guerre. C’est donc lui qui, le premier, met en forme l’histoire du roi de France Philippe VI s’apprêtant à partir à la croisade pour le bien de toute la chrétienté et qui en est empêché par l’attitude des Anglais qui s’apprêtaient à profiter de son absence et de celle de ses chevaliers pour attaquer le royaume24. Il est aussi le premier qui construit un enchaînement logique de la marche à la guerre : le traître Robert d’Artois est celui qui a poussé le roi anglais à élever ses prétentions, puis l’a incité à recourir à l’aide des princes des Pays-Bas grâce à laquelle il pourrait soutenir la difficile guerre contre le roi de France ayant annulé son départ à la croisade ; puis c’est le rebelle Jacques van Artevelde qui a persuadé Édouard de prendre la couronne de France et d’adopter le titre de roi de France, bien que les gens raisonnables ne puissent approuver une telle usurpation25… Une telle reconstitution a le double mérite d’être vraisemblable et de clairement marquer que la cause anglaise est mauvaise. Le recours que l’auteur du Fluxo faisait à Froissart, bien connu pour être favorable aux Anglais, soulignait-il26, ne pouvait que renforcer la vérité de cette démonstration.

  • 27 C’est aussi un discours qui s’oppose au discours anglais selon lequel les victoires magnifiques rem (...)

33Jean Juvénal des Ursins fait, quant à lui, une utilisation de l’histoire quelque peu différente de celle de ses collègues. Il est en effet moins désireux qu’eux de prouver par l’histoire que les Anglais sont un peuple mauvais et agressif qui n’aurait jamais eu d’autre idée pendant de longs siècles que piller et conquérir le royaume de France ; son souci est plutôt de plaider pour la conclusion entre les deux royaumes d’une paix « finale » dans laquelle les Anglais renonceraient à leurs prétentions après avoir pris conscience que Dieu ne les approuve pas. Il recourt par conséquent à l’histoire dans la grande tradition cicéronienne de l’historia magistra vitae : l’Histoire avertit les hommes par les exemples qu’elle fournit et elle les invite à ne pas commettre les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs dans le passé, sous peine de subir le même sort funeste. Il veut ainsi montrer que la cause des Anglais est injuste et que Dieu les en a clairement avertis à différentes reprises par les châtiments qu’il a infligés à leurs princes : Henri IV mort « méseau », le duc de Clarence massacré à Baugé, Bedford et Gloucester privés de descendance légitime27… Henri VI doit méditer ces leçons de l’histoire, reconnaître l’injustice de sa cause et conclure un traité de paix finale avec le roi de France.

34L’histoire était donc mise par les polémistes de Charles VII au service de la cause qu’ils défendaient. Il reste toutefois à se demander si cette instrumentalisation de l’histoire a réellement influencé la production historiographique ultérieure ou si elle est restée un feu de paille.

  • 28 N. Pons, « Un exemple de l’utilisation des écrits politiques de Jean de Montreuil », art. cité.
  • 29 Ead., « L’honneur de la couronne de France »…, op. cit., p. 166-167.
  • 30 C. Taylor, Debating the Hundred Years War …, op. cit., p. 1-2.

35Quelques traités seulement ont bénéficié d’une transmission qui les a rendus accessibles à la postérité : le résumé d’un traité de Jean de Montreuil, qui date de 1425, a été intégré dans la première édition des œuvres d’Alain Chartier28 ; le Fluxo a été compris dans les nombreuses éditions des œuvres de Jean Gerson, de l’editio princeps de 1483 à Cologne à celle d’Ellies Dupin au début du xviiie siècle29. Quant au traité Pour ce que plusieurs très certainement écrit par Guillaume Cousinot le Jeune, il a fait l’objet de nombreuses copies manuscrites et de plusieurs éditions incunables ou de la première moitié du xvie siècle30.

36Les historiens français qui reprennent à partir du milieu du xve siècle et dans une perspective patriotique le chantier de l’histoire de France ont donc rapidement pu avoir accès, grâce à l’imprimerie, à certains représentants de ce genre littéraire. La veine patriotique de ces traités contre les Anglais devait a priori les séduire. L’on peine toutefois à identifier une influence précise du story telling des auteurs de traités anti-anglais sur l’histoire des historiens.

  • 31 Jean-Marie Moeglin, « “La guerre de Cent Ans”. Une création historiographique ? », Comptes rendus d (...)

37La réussite de l’Italien au service des rois de France, Paul Émile de Vérone, dans la création au cours du premier quart du xvie siècle d’une histoire patriotique de la guerre de Cent Ans, est avant tout d’avoir su combiner les Grandes chroniques de France et les Chroniques de Froissart31 ; il reprenait ainsi et menait à bien dans le cadre d’une Histoire de France ce que l’auteur du Fluxo avait déjà tenté dans le cadre d’un traité contre les Anglais, mais il est bien peu probable qu’il l’ait fait sous l’influence de ce traité, même s’il l’a peut-être lu dans l’édition des œuvres de Jean Gerson ; je ne trouve pas en tout cas d’influence irréfutable du Fluxo sur le texte écrit par Paul Émile.

38Pas de transposition directe par conséquent de la lettre des traités anti-anglais dans les grandes histoires de la France imprimées et publiées à partir de la fin du xve siècle ; il semble qu’il y ait eu, en quelque sorte, une « barrière des genres ». Mais plusieurs des grands thèmes historico-politiques auxquels ils avaient donné forme sont pourtant devenus des points d’ancrage de l’idéologie de la monarchie française, que le récit de l’histoire de France devait également illustrer et mettre en scène.

  • 32 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 264-290 ; Ralph E. Giesey (...)

39Il en est ainsi avec le triomphe de la loi salique, que Jean de Montreuil avait, le premier, invoquée, et qui est devenue au cours du xve siècle à la fois un argument-clef de l’illégitimité des prétentions anglaises et un socle de l’identité française32.

40Moins spectaculaire mais d’importance sans doute comparable, a été une idée formulée pour la première fois dans le traité Pour ce que Plusieurs : de l’argument, développé par les traités anti-anglais dans le cadre de leur story telling et destiné à réfuter les prétentions anglaises à leurs territoires de France, selon lequel ces terres faisaient partie, de toute ancienneté, du royaume de France, l’auteur de Pour ce que plusieurs était passé à l’idée que la mission historique des rois de France était de « rejoindre et reunyr a la couronne » les provinces qui lui appartenaient de toute ancienneté, mais qui en avaient été aliénées, évidemment illégitimement, du fait des hasards de l’histoire. C’est un thème autour duquel s’est bâti une bonne partie de l’histoire de France jusqu’au xixe siècle. Comme la loi salique, il faisait donc partie de l’héritage des traités contre les Anglais, repris et enrichi dans la nouvelle histoire patriotique de la France qui prend son essor au xve siècle alors que s’achevait le temps des traités contre les Anglais.

41Le temps des traités contre les Anglais, des années 1400 aux années 1470, n’avait donc pas été un simple moment d’éclat qui s’était effacé sans laisser de traces.

Notes

1 Outre sa participation à l’édition de l’œuvre de Jean de Montreuil et son édition de plusieurs traités anonymes (voir infra), Nicole Grévy-Pons, « Propagande et sentiment national : Jean de Montreuil », Francia, 8, 1980, p. 127-145 ; Ead., « La propagande de guerre française avant l’apparition de Jeanne d’Arc », Journal des savants, 1982, p. 191-214 ; Ead., « La guerre de Cent Ans vue par quelques polémistes français au xve siècle », dans Philippe Contamine (dir.), Guerre et société en France, Angleterre et en Bourgogne XIVe-XVe siècle, Lille, Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1991, p. 43-169 ; Ead., « Ennemi extérieur et ennemi intérieur : la double lutte des défenseurs du futur Charles VII », Memini. Travaux et documents publiés par la Société des études médiévales du Québec, 3, 1999, p. 91-125 ; Ead., « La défense du pouvoir royal dans la seconde moitié du xve siècle : l’héritage de Jean de Montreuil », dans Vincent Challet, Jean-Philippe Genet, Hipolito Rafael Oliva Herre, Julio Valdeon Baruque (dir.), La société politique à la fin du XVe siècle dans les royaumes ibériques et en Europe – élites, peuples, sujets ?, Paris/Valladolid, Publications de la Sorbonne/Université de Valladolid, 2007, p. 65-87.

2 Jean de Montreuil, Opera, vol. 1, Parte prima : Epistolario. Ezio Ornato (éd.), préface d’André Combes, Turin, Giappichelli, 1963 ; vol. 2, L’œuvre historique et polémique, Nicole Grévy, Ezio Ornato, Gilbert Ouy (éd.), Turin, Giappichelli (Collection d’études et recherches sur l’humanisme et la Renaissance, 1), 1975 ; vol. 3, Textes divers, appendices et tables, Nicole Grévy-Pons, Ezio Ornato, Gilbert Ouy (éd.), Paris, CEMI, 1981 ; vol. 4, Monsteroliana, Ezio Ornato, Gilbert Ouy, Nicole Pons (éd.), Paris, CEMI, 1986.

3 Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, Peter Lewis (éd.), 3 vol., Paris, Klincksieck/Société de l’histoire de France, 1978-1992, t. 3, p. 156.

4 Il a été publié par Nicole Pons dans son recueil : Nicole Pons, « L’honneur de la couronne de France ». Quatre libelles contre les Anglais (vers 1418-vers 1429), Paris, Klincksieck/Société de l’histoire de France, 1990, p. 17-79.

5 Jean Barbey, La fonction royale : essence et légitimité, d’après le Tractatus de Jean de Terrevermeille, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1983.

6 Ces deux traités ont également été publiés par Nicole Pons dans son recueil « L’honneur de la couronne de France »…, op. cit., p. 81-137.

7 Également publié par Nicole Pons, ibid., p. 139-201.

8 Édités par Peter Lewis dans les tomes I et II des Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins…, op. cit. Le traité Audite celi a été rédigé après les importantes conférences de Nevers en janvier-février 1435, qui préfigurent la conclusion de la paix entre France et Bourgogne, et avant le congrès d’Arras qui aurait dû étendre cette paix à l’Angleterre. Il reprend en bonne partie les arguments avancés par Jean de Montreuil. Le traité Loquar in tribulacione devrait avoir été écrit en octobre 1439, dans le contexte de négociations ouvertes entre les royaumes de France et d’Angleterre et alors que le roi de France demande le conseil des états du royaume. En effet, conclure la paix ou à défaut des trêves longues paraît redevenir vraiment possible. C’est le traité dans lequel Jean Juvénal penche le plus nettement pour la paix. Le Traité compendieux, également appelé d’après ses premiers mots Tres crestien, tres hault, tres puissant roy, est écrit en 1446, alors que l’on négocie une entrevue entre Charles VII et Henri VI pour conclure enfin la paix finale. Jean Juvénal indique lui-même dans l’introduction que ce traité est la réponse à une demande que lui avait faite le roi, de rechercher dans les archives les documents intéressants pour l’entrevue et le traité avec Henri VI. Il privilégie dans cette œuvre les questions de la Normandie et de la Guyenne ; le contexte permet de le comprendre : les Anglais ont désormais presque explicitement renoncé à défendre la possession du titre royal français par le roi d’Angleterre, mais ils voudraient échanger ce renoncement contre la possession souveraine de leurs terres françaises, ce que le roi de France ne peut accepter. Dans ce troisième traité, Jean Juvénal des Ursins apparaît beaucoup plus sensible aux arguments bellicistes qu’auparavant. Mais il défend toujours la voie de paix. Son traité doit donner au roi de France la possibilité d’écraser sous ses arguments le roi d’Angleterre qui renoncera alors à toutes ses prétentions.

9 Philippe Contamine, « Charles VII, les Français et la paix, 1420-1445 », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1993, p. 9-23.

10 Jean-Marie Moeglin, « Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », dans Maria Teresa Ferrer Mallol, Jean-Marie Moeglin, Stéphane Péquignot, Manuel Sanchez Martinez (dir.), Negociar en la edad media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, 2005, p. 5-26.

11 Le traité a d’abord été écrit en latin ; il a fait l’objet ensuite d’une traduction française. Les deux versions ont été éditées dans Œuvres de Robert Blondel historien normand du XVe siècle, 2 tomes, Alexandre Héron (éd.), Rouen, A. Lestringant, 1891-1893.

12 La démonstration de Robert Blondel se veut le récit documenté d’une ancienne, vaste et multiforme tentative anglaise de conquérir de royaume de France, ou à tout le moins des parties de ce royaume, et de réaliser de fructueuses opérations de pillage. Cette tentative s’est dissimulée sous de mauvais prétextes juridiques. Son origine remonte à l’échec du mariage de Louis VII avec Aliénor d’Aquitaine et c’est dans la lutte entre les premiers Plantagenêts et les rois de France que s’est forgée la haine farouche qui oppose désormais Français et Anglais. La lutte qui reprend à l’époque d’Édouard Ier est un « remake » de la première période. Puis a lieu l’attaque de grande envergure lancée par Édouard III et continuée par ses successeurs.

13 La « malice » anglaise est une constante de l’histoire ; déjà la conclusion du traité de Paris en 1259 n’est qu’une « paix fourrée » qu’Henri III a conclue lorsqu’il a vu qu’il ne pouvait résister à saint Louis. Le même cas de figure se reproduit sous Édouard Ier et Philippe le Bel. Puis Édouard III a invoqué, grâce à Robert d’Artois, un pseudo-droit au royaume de France. Le traité de Brétigny-Calais était illégal et il a été justement rejeté et annulé à la suite des appels gascons. Avec Richard II, un noble roi, la paix aurait pu être conclue, mais les Anglais se sont empressés de l’assassiner et de porter au pouvoir les Lancastre. Lutter sans hésitation contre les Anglais et les écraser est donc la seule solution qui vaille. Pour Robert Blondel, le grand modèle est à cet égard le roi Philippe Auguste qui a chassé les Anglais du royaume de France et tout particulièrement de Normandie. Il doit être un exemple pour Charles VII. Ce dernier devra purifier le royaume de cette pestilence mortelle d’Angleterre. La conclusion de l’histoire de Blondel est donc un long appel à faire une guerre définitive aux Anglais qui ne respectent aucun traité.

14 Voir la démonstration donnée par son dernier éditeur Craig Taylor, Debating the Hundred Years War: Pour ce que Plusieurs (La Loy Salicque) and a Declaracion of the Trew and Dewe Title of Henry VIII (Camden Fifth Series, 29), Londres, Cambridge University Press, 2006.

15 Le traité a été édité et commenté par Kathleen Daly, « “Pour vraye congnoissance avoir”: Historical Culture and Polemic in the French Royal Chambre des comptes in Paris in the fifteenth century », Nottingham Medieval Studies, 49, 2005, p. 142-189.

16 N. Pons, « Un exemple de l’utilisation des écrits politiques de Jean de Montreuil : un memorandum diplomatique rédigé sous Charles VII », dans Carla Bozzolo, Ezio Ornato (dir.), Préludes à la Renaissance. Aspects de la vie intellectuelle en France au XVe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1992, p. 243-264.

17 Voir C. Taylor, Debating the Hundred Years War…, op. cit., p. 2-3, qui montre que le traité devrait avoir été rédigé pour rassembler les arguments nécessaires aux ambassadeurs chargés, après la conclusion des trêves d’Hesdin le 8 octobre 1463, d’aller négocier avec les Anglais à Saint-Omer en 1464.

18 Louis le Blanc, auteur du traité Pour vraye congnoissance avoir, précise explicitement dans l’introduction que son travail ne s’adresse pas aux « nobles, écuyers et clercs » mais seulement aux « simples gens » qu’il faut galvaniser pour la défense de la couronne et du royaume de France (voir K. Daly, « “Pour vraye congnoissance avoir”… », art. cité, p. 160).

19 Ceterum, quia historie Philippi de Valesio necnon Iohannis et Karoli regum Francie novissimorum – quibus Christus indulgeat – sunt recentes contigeruntque prope nos, tacere censuimus, cumque, verum dicendo, precipue priorum duorum regum in diebus a Gallis adversus Anglos male pugnatum sit, attamen Karolus genitor Karoli impresenciarum regnantis, instar Quinti Fabii, cunctando restituit rem, si non dixero, ampliavit (Jean de Montreuil, Opera…, op. cit., t. 2, no 219, p. 78).

20 Il lui arrive de le citer « […] che dit et (recite) messire Jehan Froissart […] », ibid., p. 113.

21 « Et pour che que nous avons fait mention des Angloiz et qu’il ont trop volentiers en bouche et recordent souvent les journeez qu’ils ont eu contre les Françoiz, nous mettrons chi après celles que les Françoiz ont eu sur les Angloiz depuis xl ou l ans, en designant seulement les capitaines de l’un costé ou de l’aultre ou les lieux ou les besoignes se sont faictes. Et pour en escripre la verité, nous avons monstré ceste besoigne a six ou vii chevaliers et escuiers de plus anciens et renommés du royaume de France, dont chacun d’euz a esté en aucunes ou plusieurs desdites journeez que les Françoiz ont eu sur lesdiz Angloiz ou veu aultres qui y avoient esté, et avons escript selon leur rapport et tesmoignage » (ibid., p. 110).

22 Jean de Montreuil lui-même a conscience de la longueur et du caractère quelque peu désordonné de son développement et il se justifie : « et se l’en nous dit qu’il en y ait aucunes qui ne sont moult grosses ne de grant multitude de gent, response que les Anglois – pour che qu’il les mettent au devant nous avons recordé lesdictes – ne prengnent mie, comme nous avons entendu, une povre maison plate tant soit petitement garnie ou foible, ou font a peine escarmuches dont ilz aient l’avantaige, qu’i ne mettent tout en cronique et par escript. Et nous cuidons estre certains qu’il n’a besongne chi dedens qui ne soit chose d’onnour et qui ne soit venue au bien et au prouffit de che royaume » (ibid., p. 121).

23 Selon une hypothèse de Nicole Pons, il pourrait s’agir de Guillaume Saignet, voir N. Pons, « Guillaume Saignet lecteur de Gilles de Rome », Bibliothèque de l’École des chartes, 163, 2005, p. 435-480, spécialement p. 454-457.

24 Quibus absentibus Anglici vestri putarunt facilem regni Francie invasionem, N. Pons, « L’honneur de la couronne de France »…, op. cit., p. 182.

25 […] Licet mentis prudentibus videretur rationi dissonum recipere tantum titulum sine (aliis) causis et possession, ibid., p. 187.

26 Multi hystorici et cronicarii ista ponunt, sed latius videtur Johannes Froyssardi, vobis favens quia non Francus sed de Annonia, et servitor domesticus regine Anglie, ut ipse idem profitetur, ibid., p. 180.

27 C’est aussi un discours qui s’oppose au discours anglais selon lequel les victoires magnifiques remportées par eux prouveraient la justice de leur cause, ce que Jean Juvénal réfute dans son traité Audite celi en montrant qu’Henri V a simplement été le fléau de Dieu choisi par ce dernier pour punir ponctuellement les Français en raison de leurs péchés : « Et se il gaingna les batailles d’Azincourt et de Verneul, se ne feust que pour cause desdis peschez ; car communément et souvent Dieu punist les gens pecheurs par pires pecheurs que eulx, et les bons mesmes sont affligés par les maulvaix. Mais ce ne te donne droit ou royaulme, ne es choses que tu dis avoir esté concquestees par ledit Hanry […] », Écrits politiques…, op. cit., t. 1, p. 196.

28 N. Pons, « Un exemple de l’utilisation des écrits politiques de Jean de Montreuil », art. cité.

29 Ead., « L’honneur de la couronne de France »…, op. cit., p. 166-167.

30 C. Taylor, Debating the Hundred Years War …, op. cit., p. 1-2.

31 Jean-Marie Moeglin, « “La guerre de Cent Ans”. Une création historiographique ? », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2010, p. 843-862.

32 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 264-290 ; Ralph E. Giesey, Le rôle méconnu de la loi salique, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

Auteur

Jean-Marie Moeglin est professeur d’histoire culturelle du Moyen Âge à l’université Paris-Sorbonne (UMR 8596 – centre Roland-Mousnier) et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, IVe section des sciences historiques et philologiques (EA 4116 – Saprat). Il a notamment publié : Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002. En collaboration avec Stéphane Péquignot, Diplomatie et relations internationales au MoyenÂge (IXe-XVesiècle), Paris, PUF, 2017.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540