Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Troisième partie : La pensée politique des intellectuels

Le diagramme et la politique : messages visuels dans les chroniques généalogiques des rois de France

Diagram and Politics: Visual Messages in the Genealogical Chronicles of the Kings of France

Marigold Anne Norbye

Résumé

En tant que conflit dynastique entre les rois d’Angleterre et de France, la guerre de Cent Ans engendra une prolifération d’œuvres polémiques ou de propagande sur les questions de lignage et de succession. Les diagrammes généalogiques, de par leur impact visuel immédiat, pouvaient faire passer directement des messages sur la transmission et la légitimité de la lignée royale. Du côté anglais, on trouve des exemples de propagande de la part du jeune roi Henri VI qui prétendait porter la double couronne de France et d’Angleterre, y compris un tableau généalogique accroché dans des églises françaises dont il existe des représentations dans des manuscrits anglais. Ce diagramme s’efforçait de démontrer la légitimité du roi en représentant qu’il descendait de saint Louis par ses deux parents. Du côté français, des arbres généalogiques furent insérés dans des manuscrits comprenant des textes divers tels que le formulaire d’Odart Morchesne à usage administratif, ou des traités polémiques d’auteurs comme Jean Juvénal des Ursins, où le diagramme joua le rôle d’aide-mémoire tout en étayant le message anti-anglais des textes avoisinants. Une chronique des rois de France diffusée au xve siècle, A tous nobles, contenait des figures généalogiques qui faisaient partie intégrante de l’œuvre. Son texte fut constamment remanié, de même que les figures : il en existe une vingtaine de versions dans une soixantaine de manuscrits, de qualité variable, allant de grands rouleaux illuminés de luxe à de modestes recueils utilitaires en écriture cursive ; ils étaient sans doute destinés à un public varié. Toutes les versions d’A tous nobles, sauf une, étaient hostiles aux prétentions des rois d’Angleterre au trône de France ; la plus ouvertement anti-anglaise est incluse dans un recueil de textes historiques et polémiques, dont les Débats et appointements publiés par Nicole Pons. Une version fut remaniée dans le sens inverse et soutint ouvertement les Anglais, démontrant la malléabilité du texte d’A tous nobles et de son arbre généalogique. Ainsi, même une petite chronique comme A tous nobles pouvait jouer un rôle dans les débats concernant la succession au royaume de France, grâce à la multitude de ses versions, à la variété de ses manuscrits, et surtout à ses diagrammes généalogiques qui sont le vecteur de communication le plus direct de son message.

The Hundred Years War as a dynastic conflict between the kings of England and France gave rise to a proliferation of polemical or propagandistic works about issues of lineage and succession. Genealogical diagrams, thanks to their immediate visual impact, could convey direct messages about the transmission and legitimacy of royal lines. On the English side, there are examples of propaganda on behalf of the young king Henry VI, claimant of a double crown of both France and England, including a genealogical table displayed in French churches which survives in representations within English manuscripts. This diagram endeavoured to prove the king’s legitimacy by tracing his descent from saint Louis through both his parents. On the French side, genealogical trees were inserted into manuscripts containing various texts such as the formulary of Odart Morchesne for administrative use or polemical treatises by authors like Jean Juvénal des Ursins: there, the diagram acted as an aide-memoire whilst supporting the anti-English message of the surrounding texts. A chronicle about the kings of France disseminated in the 15th century, A tous nobles, contained genealogical figures that were fully integrated into the work. Its text was constantly amended, as were the figures: there are more than twenty versions in sixty-odd manuscripts. These range from large luxurious illuminated rolls to modest utilitarian compendiums in cursive writing: they were doubtless aimed at different audiences. All the versions of A tous nobles bar one were hostile to the claims by the kings of England to the French throne; the most openly anti-English one is included within a selection of historical and polemical texts, among them the Débats et appointements edited by Nicole Pons. One version was amended in the opposite direction and openly supported the English, demonstrating how malleable the text and the genealogical tree of A tous nobles could be. Thus even a modest chronicle such as A tous nobles could play a role in the debates raging about the succession to the kingdom of France, thanks to the multiplicity of its versions, its varied manuscripts and especially its genealogical diagrams that convey its message with the greatest force.

Texte intégral

  • 1 Nicole Pons, « La propagande de guerre française avant l’apparition de Jeanne d’Arc », Journal des (...)
  • 2 Ce débat ayant été soulevé par d’autres contributeurs pendant le colloque, je me bornerai à citer d (...)

1Si le rôle qu’a pu jouer la littérature de propagande dans la formation du sentiment national au xive et au xve siècle n’est plus à démontrer, il s’en faut de beaucoup que cette littérature elle-même soit entièrement connue1. » C’est par ces mots que Nicole Pons commença l’un des nombreux travaux qu’elle consacra à ce qu’elle appela « la propagande de guerre française ». La terminologie qu’elle employa a été sujette à controverse : peut-on parler de « propagande » à propos de textes relativement peu diffusés, circulant dans des milieux restreints, ne vaudrait-il pas mieux qualifier cette littérature de « polémique2 » ? Quoi qu’il en soit, parmi les œuvres susceptibles de contribuer aux débats pendant la guerre de Cent Ans se trouvent les chroniques généalogiques des rois de France et d’Angleterre, ainsi que toute représentation schématique des lignées royales : le message d’un texte pouvait être complété par l’impact visuel d’un diagramme généalogique. C’est sur ces figures que porte mon propos.

2Le contexte de la guerre de Cent Ans était particulièrement propice à encourager les lecteurs de littérature polémique et de chroniques à s’intéresser aux aspects généalogiques de l’histoire de France. Les prétentions dynastiques des rois d’Angleterre étaient une des causes principales du conflit, et se transmettaient d’une génération à l’autre. D’emblée, le roi d’Angleterre Édouard III, petit-fils de Philippe IV par sa mère Isabelle, se déclara plus proche héritier que le roi Philippe VI de Valois, fils du frère cadet de Philippe IV et cousin germain d’Isabelle. Trois générations plus tard, le roi Henri V d’Angleterre épousa Catherine, fille du roi Charles VI, en 1420, suivant le traité de Troyes. Henri fut désigné héritier du roi de France et le dauphin (futur Charles VII) déshérité. En 1422, Henri mourut suivi peu après par Charles ; le jeune Henri VI revendiqua la couronne française promise à son père.

  • 3 Voir par exemple Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, ou Andrew W (...)
  • 4 Voir entre autres Elizabeth A. R. Brown, « La généalogie capétienne dans l’historiographie du Moyen (...)

3Pour contrer les prétentions des rois anglais, la vieille loi salique fut invoquée dans les traités anti-anglais des auteurs polémiques, tel Jean de Montreuil ; en parallèle, l’idée d’une succession royale fondée sur l’hérédité prit une importance croissante3. L’histoire quasi-officielle des rois de France, les Grandes Chroniques de France, avait déjà promu une vision très dynastique de la succession des rois, créant même des liens de sang imaginaires pour relier les trois dynasties principales qui avaient régné en France4.

4Lors des débats pendant la guerre de Cent Ans, il était nécessaire de pouvoir indiquer explicitement les lignes de succession de chaque prétendant au trône, par textes ou images. Les généalogies royales furent même utilisées au-delà d’un contexte littéraire pour influencer ou créer un sentiment de loyauté au sein d’une population élargie, avec des efforts concertés que l’on peut qualifier de « propagande ».

  • 5 John W. McKenna, « Henry VI of England and the Dual Monarchy: Aspects of Royal Political Propaganda (...)

5C’est du côté du parti anglais que les exemples sont les plus visibles, à l’initiative du gouvernement du jeune Henri VI qui cherchait à défendre l’idée d’une double monarchie réunie en la personne du roi anglais et à engager le peuple des deux pays impliqués5.

6Les conseillers royaux devaient accomplir une double tâche de propagande. D’un côté, immédiatement après le traité de Troyes, l’Angleterre n’était plus officiellement en guerre avec la France ; les combats d’Henri V sur le sol français relevaient désormais de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, et ses sujets anglais n’avaient plus à fournir de ressources financières et humaines pour mener un conflit à l’étranger. Il fallait donc convaincre l’opinion publique anglaise qu’il était nécessaire de défendre la double couronne qu’Henri VI prétendait porter. De l’autre, le duc Jean de Bedford, régent en France pour son neveu, devait persuader les populations françaises sous son contrôle que le jeune Henri était leur souverain légitime. Des deux côtés de la Manche, la généalogie joua un rôle dans la propagande, tentant de démontrer qu’Henri VI, descendant de saint Louis (Louis IX) de par ses deux parents, était destiné à régner sur les deux royaumes.

  • 6 Ibid., p. 146-151.
  • 7 Ibid., p. 158.

7En France sous occupation anglaise, peu après la mort de Charles VI, on commença à émettre des monnaies portant les deux écus du nouveau roi, transmettant le message de la double monarchie à toute la population6. Plus tard, lors du couronnement d’Henri à Paris en décembre 1431, un des tableaux vivants inclut un enfant représentant le roi portant les deux couronnes, avec les écus de France et d’Angleterre à ses côtés : le fait que ces représentations quasi-théâtrales soient rapportées en grand détail par les chroniqueurs de l’époque souligne l’importance qu’on y attachait7.

  • 8 Ibid., p. 157, description du banquet de 1429, citant le récit contemporain de la Chronicle of Lond (...)
  • 9 Ibid., p. 157.
  • 10 Ibid., p. 160-161, la grande entrée de 1432.

8Les deux écus étaient déjà présents au banquet du couronnement du roi à Londres en 1429, portés par des figurants de ses vénérés prédécesseurs, saint Édouard le Confesseur et saint Louis, et d’Henri VI, avec une explication généalogique : « Voici deux rois… et la branche de leur sang… héritier de la fleur de lys8. » On joua aussi une scène où les saints tutélaires Georges et Denis présentaient le jeune roi au Christ qui tenait deux couronnes, avec un poème déclarant : « Henri… né par ascendance et par titre justement pour régner sur l’Angleterre et la France9. » Les écus firent de nouveau une apparition lors de l’entrée d’Henri à Londres au retour de son couronnement français, en février 143210.

  • 11 Ibid., p. 160-161, citant de nouveau William Gregory.

9Un arbre généalogique fut aussi introduit lors de cette même grande entrée : la procession royale se trouva face à « deux arbres verts debout, montrant les justes titres du roi d’Angleterre et de France, à partir des rois saint Édouard et saint Louis jusqu’au temps d’Henri VI, chaque roi debout avec ses armoiries, certains avec léopards et d’autres avec fleurs de lys ; sur l’autre face, il y avait l’arbre de Jessé, de David jusqu’à Jésus11 ». On trouve donc deux arbres généalogiques littéralement dépeints pour l’édification du peuple : la double ascendance du roi Henri et la généalogie du Christ.

  • 12 Ibid., p. 151-154, faisant suite aux recherches de Benedicta J. H. Rowe, « King Henry VI’s Claim to (...)
  • 13 Ibid., p. 82.
  • 14 Ibid., p. 79, citant Georges Ritter, « Extraits du journal du Trésor (1423-4) », Bibliothèque de l’ (...)
  • 15 B. J. H. Rowe, ibid., p. 78.
  • 16 Ibid., p. 79-80.

10Les Anglais n’avaient pas attendu le couronnement d’Henri pour diffuser des généalogies à usage public. Peu après la mort de Charles VI en 1422, le régent Bedford, dans ses efforts de propagande en France, avait fait réaliser un tableau représentant l’arbre généalogique d’Henri et montrant son ascendance jusqu’à saint Louis par ses deux parents, pour l’afficher en public12. Il était accompagné d’un poème explicatif. Une de ces affiches fut accrochée dans Notre-Dame de Paris, et il est probable que des exemplaires furent aussi fixés dans d’autres églises13. Le journal du Trésor pour janvier 1423 nous informe que le notaire et secrétaire royal Laurent Calot fut payé pour la confection de certaines tables de genealogia quorumdam regum Francie et Anglie predecessorum dicti domini regis (« généalogie des rois de France et d’Angleterre prédécesseurs du dit roi »)14. Le poète anglais John Lydgate traduisit le poème quelques années plus tard, indiquant que l’original français avait été écrit par Calot à la requête du duc de Bedford15. Le poème lui-même fait allusion au tableau généalogique. Tous ces indices suggèrent que Calot composa le tableau et le poème pour Bedford, dans les mois qui suivirent le décès de Charles VI16.

  • 17 Ibid., p. 78 et Linne R. Mooney, « Lydgate’s ‘Kings of England’and Another Verse Chronicle of the K (...)
  • 18 B. J. H. Rowe découvrit le poème de Calot à la fin de la publication de Mary Floran, « Document rel (...)

11Le poème de Calot s’adressait aux sujets français d’Henri ; ce n’est que quelques années plus tard que le comte de Warwick, conseiller du roi, demanda à Lydgate une traduction pour le public anglais17. Grâce à cette version anglaise, l’original français a pu être identifié, recopié à la suite d’un récit du couronnement français d’Henri18. On y lit que :

  • 19 M. Floran, « Document relatif à l’entrée du roi d’Angleterre… », art. cité, p. 414, col. 2.

Ceste figure de genealogie…
Par elle on voit comme nostre Roy ist
De la lignee du bon Roy Saint Loys…
Et si voit-on par vraye congnoissance
Qu’en direct point de la ligne de France
De deux costés et en huitiesme lieu
Henri si est par la grace de Dieu
Filz Saint Loys, Roy de France a bon droit
Et d’Angleterre ainsi comme on le voit19.

12Le reste du poème dénonce les crimes du dauphin Charles et rappelle les dispositions du traité de Troyes. Le texte a évidemment pour but de persuader ses lecteurs du bien-fondé des prétentions d’Henri à la couronne de France.

  • 20 B. J. H. Rowe, « King Henry VI’s Claim to France… », art. cité, p. 80, la première fit le lien entr (...)

13Quant à l’affiche du tableau généalogique exposée dans l’église Notre-Dame, ou les autres copies qui auraient pu exister, elles ont disparu. Cependant, il reste le schéma d’un arbre généalogique qui correspond à la description du poème dans trois manuscrits anglais ; il est probable que l’arbre sur l’affiche ressemblait à ce schéma20. On y trouve saint Louis en haut, Henri VI en bas, et deux branches émanant de Louis IX se rejoignant en la personne d’Henri.

  • 21 Le « Talbot Shrewsbury book », British Library, ms. Royal 15.E.vi, fol. 3. Voir les catalogues de l (...)

14Les trois copies du schéma se trouvent dans des manuscrits très différents, mais qui illustrent la variété des usages que l’on pouvait faire de ces diagrammes généalogiques. Le plus connu apparait sur le troisième feuillet d’un superbe manuscrit de luxe, offert par le comte de Shrewsbury à Marguerite d’Anjou à l’occasion de son mariage avec Henri VI en 144521. Le poème de dédicace sur la page d’en face indique clairement la teneur du schéma :

  • 22 British Library, ms. Royal 15.E.vi, fol. 2v.

Ou livre a une figure
Geneaulogie nommee
Par laquelle est tres bien prouvee
Verité demonstrant a plain
Que le roy nostre souverain
Le vostre affyé [= fiancé] que dieux gart
Est venu de si noble part
Comme du bon roy saint louys22.

15Il est ironique que cet arbre, qui reflète la propagande faisant valoir les droits d’Henri à la couronne de France, fût présenté à la princesse française qui épousa Henri dans le contexte d’un rapprochement diplomatique avec Charles VII. Ceci dit, le poème de dédicace, s’il évoque saint Louis, ne mentionne plus qu’Henri était « Roy de France a bon droit » comme disait Calot vingt ans plus tôt. Les temps avaient changé, et l’explication du schéma généalogique reflète cette évolution.

  • 23 Cambridge University Library, ms. Ll.v. 20, fol. 34.

16La copie la plus « rustique » est placée dans un recueil daté d’environ 1444 comprenant diverses informations historiques et géographiques, commençant par une collection d’extraits de descriptions de la Grande-Bretagne, finissant par une compilation sur les rois d’Angleterre, en passant par divers fragments historiques, tous recopiés par des scribes différents23. On y trouve un croquis du schéma généalogique peu élégant mais lisible, avec les noms des rois et des brèves annotations en écriture cursive. La généalogie fait ici partie d’une compilation de renseignements utiles, alors que dans le manuscrit de luxe ci-dessus, elle accompagnait une collection dominée par des textes littéraires.

  • 24 British Library, ms. Add. 39236, fol. 147v.

17Un schéma un peu plus soigné est inséré parmi d’autres feuillets hétéroclites reliés à un manuscrit de la chronique de Ranulph Higden, le Polychronicon, datant du milieu du xve siècle (figure 1)24. De nouveau, la généalogie a été rajoutée à d’autres œuvres, servant sans doute d’aide-mémoire à un lecteur féru d’histoire. Le titre du feuillet indique déjà le programme : « Recta linea Francie » (la ligne correcte de la France). Après l’arbre avec ses médaillons indiquant le nombre de degrés de parenté de chacun avec saint Louis, un bref paragraphe résume les successions royales en France. Parlant du dernier Capétien direct, Charles IV, l’auteur indique clairement son point de vue, que Philippe de Valois avait occupé de fait mais pas de droit le royaume où Édouard III aurait dû succéder : cui successit de facto licet non de iure Philippus filius Caroli de Valoys et occupavit regnum francie ubi dominus Edwardus debuisset succedere (mes accentuations).

18L’insertion d’arbres généalogiques des rois de France dans des recueils de textes ne se cantonne pas à l’Angleterre : on en trouve dans des manuscrits français, servant de référence rapide au lecteur, montrant l’information essentielle en un coup d’œil.

Fig. 1 — « Schéma généalogique de Louis IX à Henri VI avec commentaire », Londres, British Library, ms. Add. 39236, fol. 147v.

Fig. 1 — « Schéma généalogique de Louis IX à Henri VI avec commentaire », Londres, British Library, ms. Add. 39236, fol. 147v.
  • 25 Le formulaire d’Odart Morchesne dans la version du ms. BnF fr. 5024, Olivier Guyotjeannin et Serge (...)
  • 26 BnF, ms. fr. 14371 fol. 287v. Texte identifié grâce à Nicole Pons, « La défense du pouvoir royal da (...)

19Un premier exemple est situé dans l’un des manuscrits du formulaire d’Odart Morchesne25. Ce formulaire est une compilation de modèles de documents administratifs issus de la chancellerie royale, à l’usage des clercs responsables de la rédaction d’actes royaux. L’auteur l’a rédigé en 1426-27, lorsqu’il travaillait à la chancellerie royale de Charles VII en exil à Bourges ; le formulaire est resté en usage courant tout au long du xve siècle, ainsi qu’en attestent une quinzaine de manuscrits. Dans l’un de ces manuscrits, on trouve le croquis d’un schéma généalogique face à un texte en latin qui est lui-même un rajout au formulaire original : un extrait du Traité contre les Anglais de Jean de Montreuil26. Le texte est un résumé des questions de succession à la couronne de France depuis la mort des fils de Philippe IV, notamment les revendications d’Édouard III et de sa mère Isabelle ; il soutient que si les femmes avaient eu des droits, les filles des derniers Capétiens directs (les trois fils de Philippe IV, frères d’Isabelle) auraient eu la priorité sur la mère d’Édouard en tant que filles de rois plus récents. Il déclare qu’Édouard a eu tort d’intenter cette « maudite guerre » à Philippe de Valois qui était l’héritier légitime de saint Louis en ligne masculine : Eduardus. Deinde rex anglie et ille fuit qui primo intentabit maledictam istam guerram […] Philippus filius dicti comitis de valesia tanquam corone francie propinquior heres masculus eiusdem corone masculo in masculum a sancto rege Ludovico descendendo per rectam lineam (mes accentuations).

  • 27 BnF, ms. fr. 14371 fol. 288. (Image sur Gallica, page/vue 337.)

20Sur la page d’en face, un schéma généalogique formé de cercles et de lignes colorés montre saint Louis en haut, suivi par son fils, ses petits-fils Philippe IV et Charles de Valois, et les descendants de chacun d’eux27. Édouard est à pied d’égalité avec trois de ses cousines germaines. À la génération suivante, l’on trouve deux des fils de ces cousines : Charles de Navarre et Louis de Flandres, personnages importants au début de la guerre de Cent Ans. En parallèle, les rois Valois se succèdent, de Philippe VI jusqu’à Charles VII. Le lecteur de ce formulaire pouvait ainsi se familiariser rapidement avec l’issue principale tout en consultant le diagramme qui, en montrant clairement les liens de parenté entre les divers protagonistes, facilitait sa compréhension.

  • 28 BnF, ms. fr. 5038, fol. 45v. La datation du manuscrit suit celle qui est donnée par Peter Lewis, Éc (...)

21Un autre arbre généalogique se trouve inséré dans un manuscrit des années 1460 comprenant des traités polémiques anti-anglais par Jean Juvénal des Ursins (figure 2)28. L’une des œuvres est l’Audite celi (1435), inspirée par le Traité contre les Anglais de Jean de Montreuil. À la suite de ce texte, on découvre un diagramme généalogique articulé autour d’un axe central esquissé en forme de tronc d’arbre végétal. Saint Louis est de nouveau situé en haut du schéma, suivi par son fils. Ensuite Philippe IV occupe le centre, et du côté droit, de son frère cadet commence la branche latérale des rois Valois, de Philippe VI à Louis XI. Après Philippe IV, l’axe central contient les aînés des générations suivantes : le roi Louis X, sa fille Jeanne à qui l’on refusa la couronne, et le fils de Jeanne, Charles de Navarre. En parallèle, de chaque côté de cet axe, apparaissent les deux frères cadets de Louis X, leurs filles et le fils de l’une d’elles, Louis de Flandres. Du côté gauche, commençant avec un médaillon d’Isabelle lié à celui de son père Philippe IV, se déroule la branche latérale des rois d’Angleterre jusqu’à Henri VI.

Fig. 2 — « Arbre généalogique de Louis IX à Henri VI, Charles de Navarre et Louis XI », à la suite de l’Audite celi de Jean Juvénal des Ursins, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5038, fol. 45v.

Fig. 2 — « Arbre généalogique de Louis IX à Henri VI, Charles de Navarre et Louis XI », à la suite de l’Audite celi de Jean Juvénal des Ursins, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5038, fol. 45v.

22Chaque médaillon contient une brève notice avec le nom et le titre de chaque individu, complétés parfois par un adjectif ou une description qui sont loin d’être neutres. Les épithètes qualifiant les rois Valois sont flateurs : Charles « le sage », « le bien aimé », « le bien servi ». Ils contrastent avec les commentaires sur les rois anglais : Édouard « se disoit roi de France », son fils « print le roy Jehan de France » (lui-même décrit comme « prisonnier en Engleterre »), Henri IV « fit tuer le roy Richart et usurpa le rëaulme d’Angleterre », Henri V « invaseur de France » et Henri VI « soy disant de present roy d’Angleterre ». De nouveau, voici un schéma qui fournit au lecteur visuellement les détails dynastiques des lignées concurrentes, mais il émet aussi des jugements de valeur. Accessoirement, on peut se demander pourquoi Charles de Navarre se trouve placé sur l’axe central : l’auteur de l’arbre avait-il une sympathie secrète pour cet homme, qui, sans la mise à l’écart de sa mère, aurait pu devenir roi de France ? Ou est-ce purement une position esthétique au centre de l’arbre, en équilibre entre les deux branches rivales des Valois et des rois anglais ? Là on en vient à des questions plus ambigües d’interprétation.

  • 29 Nicole Pons, « L’honneur de la couronne de France ». Quatre libelles contre les Anglais (vers 1418- (...)
  • 30 Dans les manuscrits des Débats et appointements, on trouve la variante « A tous notables ». La chro (...)
  • 31 Voir une étude des divers textes contenus dans ces manuscrits dans Peter S. Lewis, « Jeu de cubes : (...)

23Dans tous les exemples ci-dessus, l’arbre généalogique se tient sur une page à part, plus ou moins associé aux textes qui l’entourent dans le manuscrit. Cependant, il existe aussi un groupe de recueils contenant des textes polémiques et historiques où l’on trouve une œuvre dont les diagrammes généalogiques forment une partie intégrante, le texte et schémas étant étroitement liés. Ces recueils comprennent un traité contre les Anglais édité par Nicole Pons sous le titre de Débats et appointements (aussi connu par son incipit Après la destruction de Troye)29. Ils contiennent deux brèves chroniques : une des rois d’Angleterre et une des rois de France, chacune comprenant des diagrammes généalogiques. Celle des rois français est connue par son incipit A tous nobles30. Plusieurs de ces manuscrits incluent aussi d’autres textes historiques ou polémiques concernant la guerre de Cent Ans, tous écrits dans une optique anti-anglaise31.

  • 32 Je tiens à rappeler la générosité de Nicole Pons qui, dès le début de mes recherches sur ce texte, (...)
  • 33 La première étude qui a identifié certaines versions d’A tous nobles et m’a fourni un point de dépa (...)
  • 34 Version 3 dans ma typologie.

24Le texte qui retint mon attention dans ces manuscrits était celui d’A tous nobles, généralement méconnu32. Pourtant cette courte chronique anonyme a joui d’une certaine popularité : elle se trouve dans plus de soixante-dix manuscrits et a été fréquemment remaniée, puisqu’elle a connu plus d’une vingtaine de versions textuelles33. Rédigée au début du xve siècle, elle fut surtout répandue vers le milieu du siècle. Avec ses nombreuses versions, elle témoigne d’une culture historique active, où l’on recopiait et remaniait les textes librement. La version d’A tous nobles côtoyant les Débats et appointements est celle qui affiche le plus ouvertement des vues partisanes, et elle s’inscrit clairement dans une tradition anti-anglaise et orléaniste34 : le récit du règne de Charles VI en témoigne :

  • 35 BnF, ms. fr. 5059, fol. 24.

« Cestui roy Charles VIe a bien gouverné son royaume a l’aide de Dieu et de Loys son frere duc d’Orleans et de ses oncles et amis par l’espace de XXVI ans ou environ. Et puis est advenu par la decepcion du dyable d’enfer, par son conseil et mal engin, que il fist par Jehan duc de Bourgoigne son menistre mettre a mort le tres noble duc d’Orleans qui soustenoit le noble royaume de France, car il estoit moult redoubté par toute crestienté. Et par celle mort le royaume de France est escheu en ruine, en douleurs, en larrecins, en desheritements, en haynes, en traïsons, et en toutes desolacions, tribulacions et persecucions innumerables35. »

  • 36 BnF, ms. fr. 10139, fol. 14v.

25La chronique se termine avec le couronnement de Charles VII et la reconquête des territoires occupés par les Anglais, « anciens anemys du royaume de France » selon le copiste d’un des manuscrits36.

  • 37 BnF, ms. fr. 5059, fol. 2.

26Cette version textuelle d’A tous nobles est une des plus originales, de par l’expression ouverte des positions politiques de son auteur-remanieur. Cependant, l’intérêt principal d’A tous nobles réside moins dans son texte que dans le fait que la majorité des versions textuelles sont accompagnées par des schémas généalogiques qui, eux aussi, varient selon chaque version du texte. Le prologue informe le lecteur que « vous nommeray de hoir en hoir ceulx qui ont regné, et quelles lignees ilz ont eues, lesquelles s’ensuivent selon l’arbre qui le demonstre et enseigne par figure37 ».

  • 38 Exemples dans Gert Melville, « Geschichte in graphischer Gestalt. Beobachtungen zu einer spätmittel (...)

27Les figures ajoutent une dimension supplémentaire : elles complètent et renforcent les messages du texte, en particulier en ce qui concerne la transmission de la lignée royale et la légitimité de chaque roi. L’impact visuel d’un arbre généalogique, la disposition des membres de la famille royale autour du tronc central, la continuité ou l’interruption des lignes reliant les divers personnages, l’inclusion ou l’omission de certaines personnes – tous ces éléments contribuent à transmettre une vision de l’histoire et du rôle de chaque monarque38.

  • 39 Christiane Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Par (...)

28Les diagrammes ont toujours été un moyen efficace pour représenter certaines notions : un schéma est capable d’expliquer un concept plus clairement qu’une longue description verbale. Au Moyen Âge, des pans entiers de savoir pouvaient être résumés en figures pour aider à comprendre et retenir des connaissances, dans une société où les livres étaient rares et chers et où l’on apprenait beaucoup par cœur39.

  • 40 M. A. Norbye, s.v. « Peter of Poitiers », dans G. Dunphy, Encyclopedia of the Medieval Chronicle…, (...)
  • 41 British Library, ms. Harley 627, fol. 1v. (Image sur le site de la British Library, « Catalogue of (...)

29Vers 1200, le théologien Pierre de Poitiers condensa l’histoire biblique dans son Compendium historie in genealogia Christi, une série de courts passages narratifs, accompagnés de diagrammes (essentiellement des médaillons reliés par des lignes) montrant les généalogies bibliques d’Adam jusqu’au Christ, ainsi que les lignées parallèles des monarques des royaumes et empires évoqués dans la Bible40. Le prologue de Pierre de Poitiers explique que son but était d’aider ses étudiants à surmonter leurs difficultés à se remémorer la longue histoire sacrée : Considerans historie sacre prolixitatem […] et difficultatem scolarium […] volentium […] memoriter tenere narrationes hystoriarum, temptavi seriem sanctorum patrum […] in unum opusculum redigere41.

  • 42 Andrea Worm, s.v. « Diagrammatic Chronicles », dans G. Dunphy, Encyclopedia of the Medieval Chronic (...)

30Le Compendium fut souvent recopié sur des rouleaux avec ses schémas généalogiques, support idéal où l’histoire se déroulait littéralement devant le lecteur ; on le trouve aussi dans le format plus habituel de livres à pages (codex). Le modèle de Pierre de Poitiers fut rapidement étendu de l’histoire biblique à l’histoire universelle, jusqu’à l’époque médiévale contemporaine, relatant non seulement la Bible, mais l’histoire gréco-romaine, la succession des papes et les lignées des empereurs romains suivis par ceux du Saint-Empire42.

  • 43 Olivier de Laborderie, Histoire, mémoire et pouvoir. Les généalogies en rouleau des rois d’Angleter (...)
  • 44 Alison Allan, « Yorkist propaganda: Pedigree, prophecy and the ‘British History’ in the reign of Ed (...)

31En Angleterre, dès le xiiie siècle, on y inséra des généalogies des rois de Bretagne et d’Angleterre et l’on favorisa le format du rouleau43. De cette époque jusqu’au xve siècle, il y eut une production importante de rouleaux généalogiques en Angleterre, y compris pendant les guerres civiles de succession44.

32En France, ce n’est qu’au début du xve siècle que l’on vit apparaître des compositions similaires, sur rouleau ou sur codex, écrites en français et accompagnées de diagrammes généalogiques. Ces œuvres étaient soit des chroniques universelles comprenant quatre lignées pour l’ère chrétienne – papes, empereurs, rois de France et rois d’Angleterre – soit uniquement l’histoire des rois de France ; cette dernière n’était autre que la chronique A tous nobles présentée ci-dessus. Dans certains cas, A tous nobles était accompagnée par l’histoire parallèle des rois d’Angleterre. Dans les versions « longues » des chroniques universelles (celles débutant avec la Création plutôt qu’avec le Christ), le prologue avec l’incipit « A tous nobles » était omis, mais le texte et l’arbre concernant les rois de France sont bien des versions d’A tous nobles.

  • 45 Ma version H, nommée en honneur des travaux de Nathalie Hurel, « Les chroniques universelles en rou (...)
  • 46 M. A. Norbye, « A popular example… », art. cité, p. 130-131.

33La version la plus répandue est celle qui figure dans l’histoire universelle copiée dans les manuscrits les plus luxueux, de grands rouleaux mesurant une dizaine de mètres de long ou plus45. Probablement produits dans des ateliers, ils étaient illustrés avec des médaillons enluminés représentant des rois en majesté ou quelques événements contés dans le texte. Certains de ces manuscrits ont appartenu à des membres de la grande noblesse ; ils étaient des objets de prestige autant que des sources d’information historique46.

  • 47 Par exemple, BnF, mss fr. 5059 et fr. 19561 (images sur Gallica).
  • 48 BnF, ms. fr. 10139, fol. 11v (merci à Camille Serchuk de l’avoir pris en photo pour moi).
  • 49 N. Pons, « La propagande de guerre française… », art. cité, p. 208.

34À l’inverse, la version d’A tous nobles qui accompagne les Débats et appointements est recopiée dans des manuscrits beaucoup plus modestes, formés de petits feuillets reliés, avec une écriture cursive et des figures généalogiques esquissées de façon parfois rudimentaire47. Cependant cette version est bien plus intéressante, de par son contexte (dans ces recueils de textes y compris le traité polémique) et son contenu. Les variantes uniques du texte sont les plus ouvertement hostiles aux Anglais, et c’est la seule version d’A tous nobles à déclarer que « femme ne succède point au royaume de France » (figure 3)48. Nicole Pons a constaté que les variations textuelles entre les manuscrits des Débats et appointements supposent « la présence non pas de simples utilisateurs passifs, mais de personnes travaillant sur un texte, de quasi-auteurs49 ». Il est envisageable que la version d’A tous nobles qui côtoie les Débats ait aussi été écrite par un remanieur influencé par la littérature polémique de son époque. La fonction de notre chronique dans ces livres semble être celle d’un élément dans un dossier à charge contre les Anglais. Cette version, recopiée sur des manuscrits plus utilitaires, circulait probablement dans des milieux relativement plus modestes, mais intellectuellement engagés, qui s’intéressaient aux polémiques du jour et cherchaient à en comprendre les origines historiques.

Fig. 3 — « Section sur Philippe IV le Bel et ses enfants avec référence à la loi salique », version 3, A tous nobles, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 10139, fol. 11v (photo généreusement fournie par Camille Serchuk).

Fig. 3 — « Section sur Philippe IV le Bel et ses enfants avec référence à la loi salique », version 3, A tous nobles, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 10139, fol. 11v (photo généreusement fournie par Camille Serchuk).
  • 50 Voir par exemple BnF, ms. fr. 61 (où le livre effectue une rotation de 90 degrés) et BnF, ms. fr. 4 (...)

35La plupart des versions d’A tous nobles se situent entre ces deux extrêmes. On trouve quelques versions sans diagramme, dans des codex souvent assez sobres. De nombreuses versions sont sur rouleau, avec ou sans la chronique universelle ou la chronique des rois d’Angleterre. Leur taille et format varient, ainsi que le degré de décoration : certains n’ont que des figures en cercles et lignes, d’autres ont des miniatures illustrant des monuments (fondations de villes, d’établissements religieux) ou des événements, tels des batailles. Plusieurs versions sont en format codex, plus ou moins richement décorées ; certaines donnent des solutions ingénieuses au problème pratique de savoir comment exprimer la continuité des lignées à l’aide de traits ininterrompus, dans un format où il faut tourner les pages50.

  • 51 BnF, ms. fr. 5697, fol. 30 (version 1, selon ma typologie).
  • 52 BnF, ms. fr. 4991, fol. 17v.

36Toutes les versions des schémas généalogiques d’A tous nobles, sauf une, ont un message commun : les prétentions d’Édouard III au trône de France y sont occultées. Édouard apparait rarement dans les arbres des rois de France ; quand il y est, c’est seulement sur une branche mineure, jamais sur le tronc central. Sa mère est presque toujours absente, on ne la trouve que dans le diagramme parallèle des rois d’Angleterre, en tant qu’épouse d’Édouard II. Quelques versions de l’arbre mentionnent en passant qu’Édouard III « voult estre roy de France comme plus prouchain », les autres ne mentionnent même pas ce fait (figure 4)51. Une des versions faisant allusion aux prétentions d’Édouard contient des dessins à la plume de chaque roi de France dans l’arbre généalogique : sous la figure de Philippe VI se trouve celle d’Édouard III agenouillé à ses pieds, rendant hommage pour ses fiefs français : le message visuel est clair52.

  • 53 Oxford Bodleian Library, ms. Bodl. rolls 2.

37Cependant, une version se distingue de toutes les autres et exprime un point de vue totalement opposé, dans un rouleau qui contient A tous nobles et la chronique parallèle des rois d’Angleterre53. L’orthographe présente certaines graphies typiquement anglaises, ce qui est déjà un indice. Le texte d’A tous nobles, dans les sections sur la guerre de Cent Ans, contient des variantes qui inversent le sens de l’original qui était hostile aux Anglais : la bataille de Crécy, qualifiée de « mortelle » dans les autres versions, devient ici « graunt » (orthographe anglaise de « grande ») ; Philippe de Valois y « laissa le champ hontousement ». Ce roi Philippe avait déjà été décrit comme un prétendant au trône qui n’était « que cousin germain ». Le récit du règne de Jean II contient de longues listes de combattants tués et pris en otage à la bataille de Poitiers, que l’on ne trouve que dans cette version ; elles proviennent vraisemblablement d’une source anglaise.

Fig. 4 — « Arbre de Philippe IV le Bel à Philippe VI de Valois, avec Édouard III sur le côté gauche », version 1, A tous nobles, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5697 fol. 30.

Fig. 4 — « Arbre de Philippe IV le Bel à Philippe VI de Valois, avec Édouard III sur le côté gauche », version 1, A tous nobles, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5697 fol. 30.

38La version de l’arbre généalogique est elle aussi changée pour aller dans le même sens : on y trouve inclus divers membres de la famille royale française pour lesquels il est indiqué qu’ils ont été tués ou faits prisonniers pendant la guerre de Cent Ans. Plus significatif encore, la mère d’Édouard III est placée dans l’arbre des rois de France (avec un trait la reliant à son époux dans l’arbre parallèle), et Édouard lui-même apparait dans les deux arbres. Dans celui de France, il figure dans un large médaillon central avec la notice suivante : « Edouart de Wyndesore, roy d’Angleterre, filz Ysabe (sic) de Fraunce, voult avoir le royaume come plus proschain aprés Charles le bel son oncle audevant Phelippe de Valois ». À côté, un autre grand médaillon contient son épouse, Philippa de Hainaut, reliée à son arrière-grand-père Philippe III. Ainsi, un remanieur pro-anglais a su détourner le sens d’un texte et d’un arbre généalogique à l’origine hostiles aux rois d’Angleterre et à leurs prétentions dynastiques. Il agit de même avec la version de la chronique des rois d’Angleterre : les autres versions sont critiques à l’égard de l’usurpateur Henri IV de Lancastre, alors que celle-ci justifie ses actions et glorifie celles de son fils le « preux et vaillant » Henri V.

39Le conflit dynastique entre les rois d’Angleterre et de France engendra une prolifération d’œuvres polémiques ou de propagande sur les questions de lignée et de succession. Même une petite chronique comme A tous nobles a pu jouer un rôle dans ces débats, grâce à la multitude de ses versions et à ses manuscrits variés, destinés à divers publics, et surtout ses diagrammes généalogiques qui communiquent le plus directement son message.

Notes

1 Nicole Pons, « La propagande de guerre française avant l’apparition de Jeanne d’Arc », Journal des savants, avril-juin 1982, p. 191-214.

2 Ce débat ayant été soulevé par d’autres contributeurs pendant le colloque, je me bornerai à citer deux références d’outre-Manche qui évoquent ce sujet : Peter S. Lewis, « War Propaganda and Historiography in Fifteenth-Century France and England » [1965], repris dans Essays in Later Medieval French History, Londres/Ronceverte, Hambledon Press, 1985, p. 193-213 et Craig Taylor, « War, Propaganda and Diplomacy in Fifteenth-Century France and England », dans Christopher Allmand (dir.), War, Government and Power in Late Medieval France, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 70-91.

3 Voir par exemple Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, ou Andrew W. Lewis, Le sang royal. La famille capétienne et l’État, France, Xe-XIVe siècle, Jeannie Carlier (trad.), Paris, Gallimard, 1986.

4 Voir entre autres Elizabeth A. R. Brown, « La généalogie capétienne dans l’historiographie du Moyen Âge : Philippe le Bel, le reniement du reditus et la création d’une ascendance carolingienne pour Hugues Capet », dans Dominique Iogna-Prat, Jean-Charles Picard (dir.), Religion et culture autour de l’an mil. Royaume capétien et Lotharingie. Actes du colloque Hugues Capet, 987-1987. La France de l’An Mil, Paris, Picard, 1990, p. 199-214, et Bernard Guenée, « Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’être Capétien, en France, au Moyen Âge » [1978], repris dans Id., Politique et histoire au Moyen Âge. Recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale (1956-1981), Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 341-368.

5 John W. McKenna, « Henry VI of England and the Dual Monarchy: Aspects of Royal Political Propaganda, 1422-1432 », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 28, 1965, p. 145-162 et figures 26-29.

6 Ibid., p. 146-151.

7 Ibid., p. 158.

8 Ibid., p. 157, description du banquet de 1429, citant le récit contemporain de la Chronicle of London de William Gregory que j’ai traduit ici.

9 Ibid., p. 157.

10 Ibid., p. 160-161, la grande entrée de 1432.

11 Ibid., p. 160-161, citant de nouveau William Gregory.

12 Ibid., p. 151-154, faisant suite aux recherches de Benedicta J. H. Rowe, « King Henry VI’s Claim to France In Picture and Poem », The Library, 4e sér., 13, 1933, p. 77-88.

13 Ibid., p. 82.

14 Ibid., p. 79, citant Georges Ritter, « Extraits du journal du Trésor (1423-4) », Bibliothèque de l’École des chartes, 73, 1912, p. 473.

15 B. J. H. Rowe, ibid., p. 78.

16 Ibid., p. 79-80.

17 Ibid., p. 78 et Linne R. Mooney, « Lydgate’s ‘Kings of England’and Another Verse Chronicle of the Kings », Viator, 20, 1989, p. 257 (citant deux éditions du poème dans la note 8).

18 B. J. H. Rowe découvrit le poème de Calot à la fin de la publication de Mary Floran, « Document relatif à l’entrée du roi d’Angleterre Henri VI à Paris en 1431 », Revue des études historiques, 1909, p. 411-415.

19 M. Floran, « Document relatif à l’entrée du roi d’Angleterre… », art. cité, p. 414, col. 2.

20 B. J. H. Rowe, « King Henry VI’s Claim to France… », art. cité, p. 80, la première fit le lien entre l’affiche et British Library (British Museum), ms. Royal 15 E.vi ; J. W. McKenna, « Henry VI of England and the Dual Monarchy… », art. cité, p. 152 et fig. 28b, identifia le croquis dans Cambridge University Library, ms. Ll.v. 20.

21 Le « Talbot Shrewsbury book », British Library, ms. Royal 15.E.vi, fol. 3. Voir les catalogues de la British Library (« Archives and Manuscripts » et « Illuminated Manuscripts ») pour une bibliographie et des images du manuscrit.

22 British Library, ms. Royal 15.E.vi, fol. 2v.

23 Cambridge University Library, ms. Ll.v. 20, fol. 34.

24 British Library, ms. Add. 39236, fol. 147v.

25 Le formulaire d’Odart Morchesne dans la version du ms. BnF fr. 5024, Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan (éd.), Paris, École des chartes, 2005. Un dossier complet est disponible sur le site de l’École des chartes : http://elec.enc.sorbonne.fr/morchesne/, consulté le 22 septembre 2016.

26 BnF, ms. fr. 14371 fol. 287v. Texte identifié grâce à Nicole Pons, « La défense du pouvoir royal dans la seconde moitié du xve siècle : l’héritage de Jean de Montreuil », dans Vincent Challet et al. (dir.), La société politique à la fin du XVe siècle dans les royaumes ibériques et en Europe occidentale : élites, peuple, sujets ?, Valladolid/Paris, Universidad de Valladolid/Publications de la Sorbonne, 2007, p. 65-87. C’est Nicole Pons qui m’a signalé l’existence de cet arbre généalogique.

27 BnF, ms. fr. 14371 fol. 288. (Image sur Gallica, page/vue 337.)

28 BnF, ms. fr. 5038, fol. 45v. La datation du manuscrit suit celle qui est donnée par Peter Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, t. 1, Paris, Klincksieck/Société de l’histoire de France, 1978, p. 47.

29 Nicole Pons, « L’honneur de la couronne de France ». Quatre libelles contre les Anglais (vers 1418-vers 1429), Paris, Klincksieck/ Société de l’histoire de France, 1990.

30 Dans les manuscrits des Débats et appointements, on trouve la variante « A tous notables ». La chronique A tous nobles a été le sujet de mes propres recherches : résumé dans Marigold Anne Norbye, s.v., « A tous nobles », dans Graeme Dunphy, Encyclopedia of the Medieval Chronicle, Leyde/Boston, Brill, 2010, p. 1 ; Ead., « Genealogies and dynastic awareness in the Hundred Years War. The evidence of A tous nobles qui aiment beaux faits et bonnes histoires », Journal of Medieval History, 33, 2007, p. 297-319, et Ead., « ‘A tous nobles qui aiment beaux faits et bonnes histoires’ – the Multiple Transformations of a Fifteenth-Century French Genealogical Chronicle », dans Erik Kooper (dir.), The Medieval Chronicle, t. 5, 2008, p. 175-196. Ces deux articles contiennent des listes de manuscrits et de versions. Pour une liste mise à jour, ainsi qu’une analyse codicologique, voir Marigold Anne Norbye, « Roll or codex for ‘A tous nobles’? The physical expressions of a French genealogical chronicle », dans Stefan Holz, Jörg Peltzer et Maree Shirota (dir.), The Roll in Western Europe in the Late Middle Ages, Berlin/Boston, De Gruyter, à paraître.

31 Voir une étude des divers textes contenus dans ces manuscrits dans Peter S. Lewis, « Jeu de cubes : Réflexions sur quelques textes et manuscrits », dans Monique Ornato, Nicole Pons (dir.), Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle. Actes du colloque international du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 16-18 mai 1992, organisé en l’honneur de Gilbert Ouy par l’unité de recherche « Culture écrite du Moyen Âge tardif », Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des instituts d’études médiévales, 1995, p. 313-330. Voir aussi un tableau récapitulatif de ces manuscrits et leurs textes dans Marigold Anne Norbye, « A popular example of ‘national literature’ in the Hundred Years War: A tous nobles qui aiment beaux faits et bonnes histoires », Nottingham Medieval Studies, 51, 2007, p. 121-142, ici p. 126.

32 Je tiens à rappeler la générosité de Nicole Pons qui, dès le début de mes recherches sur ce texte, me donna ses propres notes sur les manuscrits concernés et m’encouragea sans cesse depuis.

33 La première étude qui a identifié certaines versions d’A tous nobles et m’a fourni un point de départ est celle de Sanford C. Zale, Unofficial Histories of France in the late Middle Ages, thèse de doctorat dirigée par Joseph Lynch, The Ohio State University, 1994, 2 vol.

34 Version 3 dans ma typologie.

35 BnF, ms. fr. 5059, fol. 24.

36 BnF, ms. fr. 10139, fol. 14v.

37 BnF, ms. fr. 5059, fol. 2.

38 Exemples dans Gert Melville, « Geschichte in graphischer Gestalt. Beobachtungen zu einer spätmittelalterlichen Darstellungsweise », dans Hans Patze (dir.), Geschichtsschreibung und Geschichtsbewusstsein im späten Mittelalter, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1987, p. 57-154, et M. A. Norbye, « Genealogies in Medieval France », dans Raluca L. Radulescu, Edward Donald Kennedy (dir.), Broken Lines. Genealogy in Medieval Britain and France, Turnhout, Brepols, 2008, p. 79-101.

39 Christiane Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000.

40 M. A. Norbye, s.v. « Peter of Poitiers », dans G. Dunphy, Encyclopedia of the Medieval Chronicle…, op. cit., p. 1205-1206 ; Andrea Worm, « Visualising the Order of History: Hugh of Saint Victor’s Chronicon and Peter of Poitiers Compendium Historiae in Genealogia Christi », dans John McNeill, Richard Plant (dir.), Romanesque and the Past: Retrospection in the Art and Architecture of Romanesque Europe (Proceedings of the Conference of the British Archaeological Association, held in London at the Courtauld Institute, April 2010), Leeds, Maney Publishing, 2013, p. 243-263.

41 British Library, ms. Harley 627, fol. 1v. (Image sur le site de la British Library, « Catalogue of illuminated manuscripts ».)

42 Andrea Worm, s.v. « Diagrammatic Chronicles », dans G. Dunphy, Encyclopedia of the Medieval Chronicle…, op. cit., p. 522-532.

43 Olivier de Laborderie, Histoire, mémoire et pouvoir. Les généalogies en rouleau des rois d’Angleterre (1250-1422), Paris, Classiques Garnier, 2013 ; résumé dans Olivier de Laborderie, s.v. « Genealogical Chronicles in Anglo-Norman », dans G. Dunphy, Encyclopedia of the Medieval Chronicle…, op. cit., p. 668-669.

44 Alison Allan, « Yorkist propaganda: Pedigree, prophecy and the ‘British History’ in the reign of Edward IV », dans Charles Ross (dir.), Patronage, Pedigree and Power in Later Medieval England, Gloucester, Alan Sutton, 1979, p. 171-192.

45 Ma version H, nommée en honneur des travaux de Nathalie Hurel, « Les chroniques universelles en rouleau (1457-1521) : une source pour l’iconographie religieuse », Revue d’histoire de l’Église de France, 80/205, 1994, p. 303-314. C’est Nicole Pons qui a attiré mon attention sur cet article. Cette version a été éditée et illustrée par Lisa Fagin Davis, La Chronique anonyme universelle, Reading and Writing History in Fifteenth-Century France, Turnhout, Harvey Miller, 2014.

46 M. A. Norbye, « A popular example… », art. cité, p. 130-131.

47 Par exemple, BnF, mss fr. 5059 et fr. 19561 (images sur Gallica).

48 BnF, ms. fr. 10139, fol. 11v (merci à Camille Serchuk de l’avoir pris en photo pour moi).

49 N. Pons, « La propagande de guerre française… », art. cité, p. 208.

50 Voir par exemple BnF, ms. fr. 61 (où le livre effectue une rotation de 90 degrés) et BnF, ms. fr. 4991 (diagramme horizontal) sur Gallica, ou New York Columbia University ms. Smith Western 06 (format accordéon) sur Digital Scriptorium.

51 BnF, ms. fr. 5697, fol. 30 (version 1, selon ma typologie).

52 BnF, ms. fr. 4991, fol. 17v.

53 Oxford Bodleian Library, ms. Bodl. rolls 2.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — « Schéma généalogique de Louis IX à Henri VI avec commentaire », Londres, British Library, ms. Add. 39236, fol. 147v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2 — « Arbre généalogique de Louis IX à Henri VI, Charles de Navarre et Louis XI », à la suite de l’Audite celi de Jean Juvénal des Ursins, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5038, fol. 45v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 3 — « Section sur Philippe IV le Bel et ses enfants avec référence à la loi salique », version 3, A tous nobles, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 10139, fol. 11v (photo généreusement fournie par Camille Serchuk).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 4 — « Arbre de Philippe IV le Bel à Philippe VI de Valois, avec Édouard III sur le côté gauche », version 1, A tous nobles, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5697 fol. 30.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40761/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 419k

Auteur

Marigold Anne Norbye a obtenu son doctorat d’histoire médiévale à l’université de Londres sur une chronique généalogique du xve siècle des rois de France, « A tous nobles ». Ses travaux ultérieurs ont examiné d’autres diagrammes généalogiques des rois de France. Elle enseigne la paléographie à l’université de Londres. Elle est la coordinatrice de la London International Palaeography Summer School. Parmi ses publications, on retiendra : « Arbor genealogiae: manifestations of the tree in French royal genealogies », dans Pippa Salonius, Andrea Worm (dir.), The Tree: Symbol, Allegory, and Mnemonic Device in Medieval Art and Thought, Turnhout, Brepols, 2014, p. 69-93. « Iste non ponitur in recta linea arboris genealogie. Graphische Darstellung und Legitimität in französischen Königsgenealogien », dans Cristina Andenna, Gert Melville (dir.), Idoneität – Genealogie – Legitimation. Begründung und Akzeptanz von dynastischer Herrschaft im Mittelalter, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau Verlag, 2015, p. 329-350. « Les généalogies des rois de France », dans Jean-Marie Moeglin, Dictionnaire de la guerre de Cent Ans, Paris, Robert Laffont (à paraître).

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540