Version classiqueVersion mobile

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Deuxième partie : Les cercles d'intellectuels

La France décrite par Antonio Astesano, secrétaire de Charles d’Orléans

France as Described by Antonio Astesano, Secretary to Charles d’Orléans

Clémence Revest

Résumé

En 1451, l’humaniste piémontais Antonio Astesano, secrétaire de Charles d’Orléans, compose une description en vers latins du royaume de France, de Paris à Amiens. Ce poème est ici replacé dans le contexte du parcours, de la production et des ambitions d’un lettré « de seconde zone », caractérisé à la fois par son ancrage dans les réseaux humanistes d’Italie du Nord et par sa francophilie. La façon dont ce dernier s’efforce de remodeler, de manière systématique, la représentation des merveilles de France en fonction de motifs classicisants typiques des studia humanitatis fait l’objet d’une attention particulière. Une telle perspective permet d’alimenter une réflexion plus générale autour des difficiles rapports d’échange et de dépendance entre culture française et humanisme italien au milieu du xve siècle.

Texte intégral

  • 1 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France [Epistolarum heroic (...)

« Illustre prince, dans mon désir de vous adresser quelques vers pour vous prouver combien je garde votre souvenir, rien ne m’a paru plus digne de fournir aujourd’hui le sujet d’un poème que les belles choses que j’ai vues naguère dans le pays de France. Ne croyez pas cependant que je pourrai les renfermer toutes en ce livre ; car le nombre des merveilles que j’ai admirées dans mon voyage de France est si grand que ni Virgile ni Homère ne pourraient les décrire en vers, ni Cicéron lui-même les raconter en prose1. »

  • 2 Sur le parcours d’Antonio Astesano, voir pour l’essentiel les commentaires introductifs de l’éditio (...)
  • 3 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 826- (...)
  • 4 Nous renvoyons notamment aux travaux contenus dans Humanistes français du milieu du XVe siècle : te (...)

1Ainsi s’ouvre la description de la France composée en 1451 par l’humaniste piémontais Antonio Astesano, alors secrétaire de Charles d’Orléans, et adressée tant au comte d’Angoulême qu’au marquis de Montferrat. Au fil des 836 hexamètres qui constituent le récit, le poète livre un vibrant éloge des merveilles de Paris, Vincennes, Saint-Denis, Coucy, Lyon, Bourges, Blois, Orléans, Tours, Noyon, Senlis, Compiègne, Laon, Soissons et Amiens ; un éloge entièrement truffé de références antiques et écrit dans un remarquable latin classicisant, d’une grande justesse métrique, qui donne d’emblée à apprécier les compétences d’un lettré notamment formé par Lorenzo Valla et Maffeo Vegio à l’université de Pavie, lui-même ancien enseignant en rhétorique dans cette institution2. Un savant italien qui exalte la grandeur de la France au point que, conclut-il, « sous le rapport de la magnificence des églises, la France m’a semblé déjà l’emporter sur les pays lombards3 », qui célèbre l’université de Paris, qui prend le temps d’une digression pour blâmer les Anglais impies et pour évoquer son projet d’écrire une épopée en l’honneur de Charles VII, a de quoi attirer l’attention. Ceci d’autant que, dans une perspective plus générale, le cas d’Astesano permet d’alimenter la riche réflexion nourrie notamment par Nicole Pons – il faut aussi songer aux travaux d’Evencio Beltran – sur l’évolution de l’humanisme en France au milieu du xve siècle, avec ces deux grandes questions qui méritent toujours autant d’être posées : celle, d’une part, de la transition d’une génération à une autre d’humanistes après l’hécatombe de 1418 et celle, d’autre part, de la relation de dépendance, voire de satellisation vis-à-vis d’un modèle italien en pleine expansion4.

  • 5 Voir, avec les références précédemment citées : Antonio Astesano, La Vierge guerrière Jeanne de Fra (...)
  • 6 L’opuscule De origine et de vario regimine civitatis Mediolani est encore inédit. Voir à ce propos (...)
  • 7 Tino Foffano, « Charles d’Orléans e un gruppo di umanisti lombardi in Normandia », Aevum, 41/5-6, 1 (...)
  • 8 Giacomo Gorrini, Nicolo Astesano, studio storico-critico, Asti, Vinassa, 1886 ; A. Tallone, « Cenni (...)

2Sans être un parfait inconnu, Antonio Astesano est jusqu’ici relativement passé au travers des filets des historiens, en partie probablement du fait de sa position « frontalière », si l’on peut dire. Au sein des travaux dispersés qui lui ont été consacrés, on ne peut que constater une nette compartimentation entre l’historiographie italienne, intéressée par son insertion dans un humanisme piémontais encore assez méconnu, et l’historiographie française, qui le connaît surtout à travers son apport à la propagande orléanaise5. Pour le dire brièvement, c’est un humaniste moyen, ni un grand nom célébré par la geste des humanités triomphantes, ni un raté pour autant ; en somme, l’un de ces « seconds couteaux » lancés dans d’honorables carrières administratives ou académiques, qui formèrent le gros des troupes de l’humanisme italien sans pour autant jamais gagner le haut de l’affiche. Né en 1412 à Asti (comté de tradition francophile et détenu en héritage par Charles d’Orléans), fils d’un notaire, il passe par le studium de Pavie avant de tenter vainement d’obtenir un poste à l’université de Gênes et dans les chancelleries des marquis de Montferrat et de Saluces, puis d’ouvrir une école de grammaire à Villanova d’Asti. Il soutient déjà sans mesure la cause orléanaise, entreprenant par exemple la rédaction d’une Histoire de Milan toute entière destinée à appuyer les prétentions du fils de Valentine Visconti sur la succession au duché6. La fortune lui sourit lors du passage de ce dernier par la cité en 1447. Il prononce un panégyrique du duc qui, peut-être influencé par son ascendance lombarde et par ses années anglaises7, désireux en tout cas comme nombre de princes de sa génération d’avoir à ses côtés un secrétaire italien pratiquant la culture des humanités, le recrute et l’emmène en France l’année suivante, de même que son frère cadet Niccolò (celui-ci copie par la suite plusieurs ouvrages pour la bibliothèque ducale)8.

  • 9 Sur ce manuscrit, voir Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de Fra (...)
  • 10 Grenoble, Bibliothèque municipale, U 1091 Rés., fol. 116v (Ad Eneam silvium Piccolomum <sic> senens (...)
  • 11 Ibid., fol. 135-140v. Pour la citation, voir Antonio Astesano, La Vierge guerrière Jeanne de France(...)
  • 12 Marco Balzaretti, « Antonio Astesano traduttore di Charles d’Orléans », Studi francesi, 85, 1985, p (...)

3Antonio reste en France jusqu’en 1453 environ et compose, au cours de ces années, la description du royaume, datée de Blois en 1451, contenue dans un manuscrit aujourd’hui conservé à Grenoble (Bibliothèque municipale, U1091 Rés.)9. Il s’agit d’un in-quarto sur parchemin de 158 folios qui contient une espèce d’anthologie des pièces poétiques rédigées par Antonio Astesano au cours de sa vie (à l’exception de son Carmen de varietate fortune, sive de vita sua et gestis civium Astensium). Doté de belles ornementations et de majuscules peintes en or ou en couleur (on y trouve aussi à diverses reprises le blason mêlé de Charles d’Orléans et de Valentine Visconti), il a été copié par son frère Niccolò vers 1462 et offert au duc l’année suivante. Les nombreux carmina qu’il contient évoquent à la fois, d’une part, l’ancrage du lettré dans les réseaux savants lombards et plus généralement italiens – ainsi des pièces adressées à Enea Silvio Piccolomini, Guarino Veronese et Pier Candido Decembrio10 – et, d’autre part, son « orléanophilie » tous azimuts : on mentionnera entre autres l’éloge des exploits de Jeanne d’Arc (qui surpasseraient ceux que chantèrent Virgile et Stace dans l’Énéide et la Thébaïde)11 ou encore la remarquable traduction latine des poèmes de Charles d’Orléans avec le texte original en vis-à-vis12.

  • 13 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit. Le texte (...)
  • 14 Ibid., v. 33-59, p. 532-533.
  • 15 Ibid., v. 401-598, p. 553-563.
  • 16 Ibid., v. 250-288, p. 544-546 et v. 678-701, p. 568-569.
  • 17 Ibid., v. 104-148, p. 536-539.
  • 18 Ibid., v. 599-640, p. 564-566 et v. 289-360, p. 546-549.

4Ce très riche manuscrit conserve donc aussi, dans un ensemble intitulé « lettres héroïques », la description du royaume de France, sous la forme d’une longue épître adressée à Giovanni Giacomo del Monferrato et dédiée à Jean d’Angoulême, qui a été publiée et traduite en français par Leroux de Lincy et Tisserant au sein du recueil Paris et ses historiens aux XIVe et XVe siècles, en 186713. Arguant régulièrement au cours de l’œuvre de la nécessité dans laquelle il se trouve d’abréger son propos et d’omettre une partie des merveilles observées, Antonio livre, en fait, un tableau très varié et inégal des lieux qu’il évoque, d’un seul vers pour Senlis à près de deux cents pour Coucy. Sans surprise, Paris, Saint-Denis, Coucy et Blois occupent la majeure partie du récit. Les thèmes abordés sont relativement disparates et discontinus – commerce et artisanat, architecture et ornementation, églises et reliques, anecdotes historiques ou encore fertilité des champs et beauté des femmes. Il admire, sur les ponts de la Seine et dans le palais de la Cité, l’abondance des productions en tout genre (étoffes et orfèvreries notamment)14, il décrit en détail divers éléments du château de Coucy (son donjon comptant exactement deux cent vingt-deux marches, ses tours avec deux sortes de prisons, les vitraux de la chapelle, les statues de la grande salle)15, il donne des précisions concernant le parc de Vincennes et s’attarde particulièrement sur les orgues et la fontaine de Blois16. Il accorde une attention notable aux reliques, celles de la Sainte-Chapelle17, mais aussi celles des églises de Bourges, Tours et Noyon. À propos de Lyon, en revanche, il se contente d’évoquer l’histoire chrétienne de la cité, tandis que le passage consacré à Saint-Denis est pour l’essentiel un récit du martyre du saint suivi d’une digression autour de la guerre contre les Anglais et ses méfaits18. Antonio ne fait par ailleurs que mentionner les cathédrales de Laon, Soissons et Amiens, donnant sa préférence à cette dernière.

  • 19 Ibid., v. 196-200, p. 540-541 : Namque viri instituunt juvenes puerosque magistri /Artibus in septe (...)
  • 20 Ibid., v. 16-18, p. 530-531 : Atque ita regalem me cernere suspicor urbem,/ Regis ut Epiri Pirrhi l (...)
  • 21 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 35-3 (...)
  • 22 Ibid., v. 60-71, p. 532-534 (L’anecdote est rapportée dans Valère Maxime, Faits et paroles mémorabl (...)
  • 23 Ibid., v. 164-170, p. 538-539 : Praetereo dictum Celesti a nomine templum, /In quo tam forma quam r (...)

5Au fil de cette fresque hétéroclite, un aspect caractéristique de l’écriture sert à l’évidence de liant, à savoir le recours à la référence antiquisante. Car en bon humaniste qu’il est, Antonio Astesano passe l’ensemble de son éloge au filtre classique. Tout le spectre des registres possibles du jeu de miroirs avec le glorieux temps des Anciens s’y trouve mobilisé : le poète se compare aux plus grands auteurs – il nomme Cicéron, Virgile et Homère dès la dédicace déjà citée – et lorsqu’il est question des arts enseignés à l’université de Paris, il affirme « j’aime mieux me taire qu’en dire trop peu, imitant l’exemple de Salluste, à propos de l’illustre et belliqueuse Carthage19 ». Il puise en effet dans les œuvres des écrivains de l’Antiquité à la manière d’un grand catalogue de récits, de mythes et d’images à mettre en parallèle avec ses observations concernant la France de son temps, afin d’étirer une idée implicite mais centrale : il a vu une seconde Rome. Dès les premiers vers consacrés à Paris, il s’identifie lui-même à l’exemple de Cinéas, l’ambassadeur de Pyrrhus de retour de Rome (« il me semble voir une cité de rois, telle qu’à son retour de Rome l’ambassadeur de Pyrrhus, roi d’Épire, décrivait la ville qu’il venait de visiter ») en s’appuyant certainement sur la traduction de la Vie de Pyrrhus de Plutarque réalisée par Leonardo Bruni20. Puis pour louer la finesse des étoffes présentes en abondance dans les galeries du palais de la Cité, il convoque le mythe de Pallas et d’Arachné, narré dans les Métamorphoses d’Ovide21. Il décrit encore dans ce même lieu l’exposition de la peau d’un serpent tué par Godefroy de Bouillon, ce qui fait de ce dernier l’égal d’Hercule et de Phébus, mais le rend aussi comparable au consul Regulus, dont Valère Maxime rapporte qu’il avait ramené à Rome la peau d’un serpent monstrueux tué en Afrique22. Dans la chapelle des Célestins, il admire les « figures peintes avec tant de talent qu’on les croirait sorties du pinceau d’Apelles, le peintre jugé seul digne par Alexandre de reproduire ses traits », en se référant en l’occurrence à un exemple tiré de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien23.

  • 24 Ibid., v. 239-241, 684-690, 728-729, p. 544, 568, 570.
  • 25 Ibid., v. 194-195, p. 540 : Miror item, miror doctorum multa virorum /Milia, gimnasium quæ Parisien (...)
  • 26 Par exemple ibid., v. 222 (cultores Regis Olimpi) et 357 (Rector Olympi), p. 542 et 550 : l’express (...)
  • 27 Ibid., v. 216-217, p. 542-543 : Miror deinde patres, Romani more Senatus, /Quem primo instituit fun (...)

6Ce recours presque systématique à l’imaginaire antique fonctionne également d’une manière plus générique, comme en un réservoir de termes de comparaison : les jeunes filles de Paris sont si belles qu’elles pourraient séduire les vieux Priam et Nestor ; les orgues de Blois sont si mélodieux qu’ils surpassent la musique d’Amphion, Pan, Orphée et Apollon ; les terres d’Orléans sont si fertiles qu’on peut dire qu’elles possèdent les dons de Bacchus et de Cérès ; Jacques Cœur, dont il a vu le palais en construction, lui semble être un nouveau Crassus, etc.24. On relève aussi divers jeux d’assimilation lexicale, l’université de Paris étant un gimnasium25, quand Dieu se trouve plusieurs fois désigné en tant que « Roi de l’Olympe26 ». Quant au Parlement, il est « semblable au sénat romain, établi à l’origine par Romulus le fondateur de la ville éternelle » (le poète amplifie dans ce cas ce qui était déjà un lieu commun de l’imaginaire de l’institution)27.

  • 28 Ibid., v. 714-726, p. 570-571. On doit peut-être lire ici une référence implicite au traité des poi (...)
  • 29 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 513- (...)
  • 30 Ibid., v. 560-563, p. 560-563 : Non secus antiquos, Eufranora, vel Policletum, /Aut Phidiam, artifi (...)
  • 31 Voir dernièrement Sophie Cassagnes-Brouquet, « Les Neuf Preuses, l’invention d’un nouveau thème ico (...)

7Cette obsession presque caricaturale du recours à l’antique donne lieu à quelques incongruités, comme l’association relativement alambiquée, lors du passage consacré aux reliques d’Orléans, entre l’insensibilité au poison de l’apôtre Jean (la coupe empoisonnée étant conservée dans la cité) et celle du roi Mithridate, dont il est rappelé qu’il fut le plus tenace des ennemis de Rome, en une digression historique qui semble dans ce cas très artificielle28. Parfois, en revanche, cet effort d’assimilation de la représentation des merveilles de France dans le moule classicisant rencontre des terrains favorables, où les traditions culturelles paraissent s’harmoniser : il s’agit en particulier du thème des neuf preux et des neuf preuses, abordé par le poète à propos du château de Coucy29. Les figures sculptées dans la salle de réception seigneuriale (sculptures aujourd’hui perdues) sont énumérées par Astesano, qui prend soin de les identifier et, surtout dans le cas des femmes, de rappeler leur histoire glorieuse, avant de conclure : « C’est ainsi que les sculpteurs antiques, Eufranon, Polyclète ou Phidias, ont dû, j’imagine, façonner les statues des anciens dieux et les figures des grands hommes, œuvres qui leur ont mérité un renom immortel30. » Le registre d’origine courtoise des neuf preux et neuf preuses, très en vogue dans la France du xive siècle, a manifestement rencontré un nouvel écho sous le regard du poète italien, qui s’en réapproprie le sens, en s’inscrivant dans la perspective humaniste de l’idéologie non moins féconde des « hommes illustres31 ».

  • 32 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 140- (...)
  • 33 Ibid., v. 461-463, p. 556-557 : Nostra aetas igitur sese vidisse leonis /Victorem gaudere potest, v (...)

8D’une manière plus générale, cette rhétorique extrêmement caractéristique – pour ne pas dire déjà stéréotypée – est exploitée avec une frénésie particulière pour exalter les héros passés et présents du royaume. On pressent en effet un projet global de réécriture de l’histoire de France au moyen des codes de l’humanisme italien, sensible notamment lorsque Godefroy de Bouillon, dans le passage en revue des reliques de la Sainte-Chapelle, est mis sur le même plan qu’Énée32, ou lorsqu’Enguerrand II de Coucy est assimilé à un nouvel Hercule, pour avoir selon la légende frappé un lion de son épée33. Mais il est surtout clairement explicité au cours de la digression qui a trait à la guerre contre les Anglais et aux récentes victoires remportées en Normandie et en Aquitaine par Charles VII :

  • 34 Ibid., v. 361-382, p. 550-551 : Ut rex Francorum, quo relligiosior alter / Non est, in solo Normano (...)

« Grâce à Dieu, le roi de France, Charles, le plus religieux de tous les rois, a vaincu les Normands dans une seule année […]. Cette guerre ne doit-elle pas être célébrée par autant d’éloges que l’ont été, au temps jadis, les heureuses victoires de Charlemagne, d’Alexandre le Macédonien, ou de Jules César, ou enfin de tout autre héros parmi les anciens rois ? Je ne veux point parler ici des rudes combats d’Énée et de Turnus, que Virgile, la fleur des poètes, a chantés dans ses vers divins, ni des rois entraînés à la guerre de Thèbes, que Stace a célébrés dans son beau poème. Puissent les divinités favorables m’accorder quelque jour assez de loisirs, et donner à mon esprit assez de forces, pour écrire en vers héroïques la guerre admirable que nous avons vue conduite à une heureuse fin par Charles, ce roi si digne des chants éternels du poète34 ! »

  • 35 Grenoble, Bibliothèque municipale, U 1091 Rés., fol. 145-146 (Ad clarissimum Jureconsultum dominum (...)
  • 36 Ibid., fol. 145v : Daque operam qua rex optata michi ocia tradat, /Atque illis solvat crucior quibu (...)

9Ainsi l’éloge paraît-il conçu comme le prélude à une entreprise de plus grande ampleur, c’est-à-dire la composition d’une épopée latine à la gloire de Charles VII, qui ferait d’Antonio le nouvel historiographe du royaume de France. Une telle ambition est aussi ouvertement affirmée dans un chant contenu dans le même manuscrit, qui a été adressé par l’humaniste à Guillaume Jouvenel des Ursins, chancelier royal, en 145035. Il y déclare en effet souhaiter rédiger en latin (seule langue, précise-t-il, apte à atteindre l’éternité et l’universalité) un chant épique consacré aux guerres menées par Charles VII, à l’égal d’un César, d’un Alexandre et d’un Charlemagne36. Il demande alors à son destinataire de plaider en sa faveur auprès du roi, pour que lui soit accordé l’otium nécessaire à la composition de son œuvre. Le passage est plus généralement compris dans une pièce au cours de laquelle Astesano affirme avec insistance la nécessité pour les grands hommes de se comporter en « nouveaux Mécènes » et de favoriser les poètes, qui seuls sauront rendre immortelle leur renommée.

  • 37 Ibid., fol. 133rv (Ad illustrissimum Aurelianensium et Mediolani ducem oratio viva voce pronunciata (...)
  • 38 Ibid., fol. 130v-131 (Ad illustrissimum principem dominum Johannem Comitem Angolinensem).
  • 39 Ibid., fol. 146.

10À l’évidence, le lettré piémontais maîtrisait parfaitement les grands topoi de la rhétorique humaniste de l’appel au patronage princier – un discours autopromotionnel dont on sait le vif succès qu’il rencontra auprès des aristocraties européennes. Le reste de sa production poétique atteste qu’en la matière il fit feu de tout bois, soumettant de similaires projets d’épopée à Charles d’Orléans lors de son discours d’Asti en 1447, qui évoque le parcours d’un nouvel Ulysse éloigné vingt ans de sa chère Ithaque37 ; à Jean de Dunois, dans un carmen qui lui promet un récit à la hauteur de l’Hector des temps présents qu’il est38 ; ou encore à Guillaume Jouvenel des Ursins, dont il célèbre l’illustre fratrie, digne d’être chantée pour les siècles à venir39.

  • 40 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 194- (...)

11Mais en définitive, si l’on ne peut qu’être frappé par la volonté d’Astesano de remodeler de manière radicale la représentation de la France selon les standards de l’humanisme italien quitte à forcer le trait par endroits, et par les efforts qu’il déploie, avec un art consommé, pour s’attirer les faveurs d’éventuels protecteurs, il y a cependant tout lieu de s’interroger quant à la portée réelle de son « aventure française », d’un côté comme de l’autre. Car force est de constater qu’il ne composa aucune des épopées promises (ou du moins aucune n’est conservée) et qu’il ne demeura que cinq années auprès du duc d’Orléans, sans s’être attiré, selon toute apparence, de grâce royale. Son œuvre poétique n’a visiblement connu aucune fortune manuscrite en dehors de l’exemplaire réalisé par son propre frère et surtout, s’il semble avoir bien identifié une série de mécènes potentiels et s’en être rapproché, on peine à discerner les liens qu’il aurait pu tisser avec les milieux savants français. Dans la description du royaume dédiée à Jean d’Angoulême, les références à la vie littéraire des cités traversées sont absentes, sauf pour deux évocations qui demeurent très générales : d’abord celle de l’université de Paris, dont il est seulement dit que « des hommes passés maîtres instruisent la jeunesse et l’enfance dans les sept arts » et que la théologie et le droit canon « y sont enseignés par de nombreux professeurs au point qu’il n’est aucune ville où ces facultés soient étudiées avec plus de zèle » ; puis à propos de l’université de droit civil d’Orléans, établie « pour suppléer à défaut l’université de Paris40 ».

  • 41 Grenoble, Bibliothèque municipale, U 1091 Rés., fol. 155 (Ad magistrum Thomam Francum grecum phisic (...)
  • 42 Tino Foffano, « Tommaso Franco, medico greco, alla corte del cardinale d’Inghilterra Henry di Beauf (...)

12À ce relatif silence quant à la vie intellectuelle française fait écho l’absence d’échanges attestés avec des lettrés actifs en France à la même période, notamment dans son recueil poétique. Seule émerge l’épître dédicatoire dans le Liber de re funerea (un recueil d’épitaphes métriques copié à la toute fin du recueil) qui est adressée à Franco Tommaso41. Le médecin grec, passé au service de Charles VII en 1451, était cependant lié avec l’humanisme italien depuis plusieurs décennies42. Aucune trace, en revanche, de possibles échanges avec le petit nombre d’humanistes français connus au milieu du xve siècle, tels Jean Lebègue, qui venait tout juste de traduire en français le commentaire sur les guerres puniques de Leonardo Bruni, Pierre de la Hazardière ou encore Jean Jouffroy, qui avait d’ailleurs étudié à Pavie à la même période que notre poète.

  • 43 N. Pons, « Leonardo Bruni, Jean Lebègue et la cour. Échec d’une tentative d’humanisme à l’italienne (...)

13Au terme de cette courte présentation, une impression ambigüe ressort par conséquent : celle d’une tentative de transfert d’une rhétorique antiquisante à l’italienne dans le système idéologique français, éclatante, radicale, mais isolée ; une tentative qui laisse percevoir les potentialités, durant cette période charnière, d’un canal que l’on pourrait qualifier de « lombardo-orléanais » au sein des dynamiques d’échanges culturels entre humanisme français et humanisme italien, qui cependant ne paraît s’être véritablement enraciné. En définitive, on y perçoit comme le frémissement d’un élan nouveau, marqué par une logique de pure exportation du modèle italien et par l’alignement, si l’on peut dire, de l’aristocratie française sur un mouvement européen de recrutement de professionnels de l’éloquence classique ; un élan toutefois encore fragile et précoce, dont on ne percevra les premières répercussions profondes qu’une vingtaine d’années plus tard. Ainsi peut-on entendre comme en écho les conclusions de l’étude remarquable de Nicole Pons sur la traduction du De bello punico de Bruni par Jean Lebègue (offerte à Charles VII en 1445) et sa diffusion en France : une étude, appuyée comme toujours chez l’historienne sur une analyse aiguë des témoins manuscrits, au cours de laquelle est souligné non seulement le caractère novateur de l’entreprise d’importation culturelle menée par le greffier de la Chambre des comptes, mais aussi l’ambiguïté de la fortune de son œuvre, diffusée mais mal comprise43. Toute la délicatesse nécessaire à l’appréhension de ces années complexes de transition pour l’humanisme français y est employée par la chercheuse et continuera indubitablement de constituer une leçon de méthode et de réflexion.

Notes

1 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France [Epistolarum heroicarum liber tertius], Antoine L. V. Leroux-de Lincy et Lazare Maurice Tisserand, Paris et ses historiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Imprimerie impériale, 1867, v. 1-10, p. 530-531 : Nonnullos ad te cupienti scribere versus, /Illustris princeps, ut me cognoscere posses /Esse tui memorem, certe mihi carmine dignum /Nil magis occurrit scribendum hoc tempore, quam res /Quas vidi egregias Gallorum nuper in oris. /Nec tamen hoc omnes illas me scribere libro /Posse putes ; siquidem praestantum copia rerum /Tanta est, quas vidi Gallorum vectus ad oras, /Ut neque Virgilius neque carmine possit Homerus /Scribere, nec verbis Cicero proferre solutis.

2 Sur le parcours d’Antonio Astesano, voir pour l’essentiel les commentaires introductifs de l’édition citée dans la note précédente (Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., p. 515-526) ainsi que Armando Tallone, « Cenni sulla vita di Antonio Astesano », dans Antonio Astesano, Antonii Astesani De ejus vita et fortunae varietate Carmen (aa. 380-1341), A. Tallone (éd.), Città di Castello, S. Lapi, 1912 (Rerum italicarum scriptores, 14/1), p. IX-XXXI ; Ludovico Vergano, s. v. « Astesano, Antonio », dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 4, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1962, en ligne http://www.treccani.it/enciclopedia/antonio-astesano_(Dizionario-Biografico)/, consulté le 25 mai 2016. Deux lettres adressées par Antonio Astesano à Lorenzo Valla sont conservées : Lorenzo Valla, Laurentii Valle epistole, Ottavio Besomi et Mariangela Regoliosi (éd.), Padoue, Antenore, 1984, p. 38-39, 118-119, 136-137.

3 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 826-827, p. 576-577 : Sed feci id, quoniam visa est michi Gallia, solo /Templorum ornatu, Lombardas vincere terras (« mais je l’ai fait, parce que, sous le rapport de la magnificence des églises, la France m’a semblé déjà l’emporter sur les pays lombards »).

4 Nous renvoyons notamment aux travaux contenus dans Humanistes français du milieu du XVe siècle : textes inédits de Pierre de La Hazardière, Jean Serra, Guillaume Fichet, Evencio Beltran (éd. et introd.), Genève, Droz, 1989 ; Nouveaux textes inédits d’humanistes français du milieu du XVe siècle, Id. (éd. et introd.), Genève, Droz, 1992 ; Carla Bozzolo et Ezio Ornato (dir.), Préludes à la Renaissance : aspects de la vie intellectuelle en France au XVe siècle, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1992 ; Nicole Pons, « Érudition et politique. La personnalité de Jean le Bègue d’après les notes marginales de ses manuscrits », dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, (29e congrès, Pau, 1998), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 281-297 ; Didier Marcotte (dir.), Humanisme et culture géographique au temps du concile de Constance. Autour de Guillaume Fillastre. Actes du colloque de l’université de Reims (18-19 novembre 1999), Turnhout, Brepols 2002 (Terrarum orbis, 3) ; Thierry Kouamé, « Au miroir de la scolastique. Le modèle universitaire parisien au xve siècle », dans Claude Gauvard et Jean-Louis Robert (dir.), Être parisien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 307-324, http://books.openedition.org/psorbonne/1441 ; N. Pons, « Une épopée latine humaniste concernant la mission de Jeanne d’Arc et le siège d’Orléans », Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, 2009, p. 93-144.

5 Voir, avec les références précédemment citées : Antonio Astesano, La Vierge guerrière Jeanne de France, fragment d’un poème d’Antoine Astesan, Antoine de Latour (éd. et trad.), Orléans, H. Herluison, 1874 ; Pietro Vayra, « Epistole di Antonio Astesano a Genovesi », Giornale ligustico di Archeologia, Storia e Letteratura, 17, 1890 ; A. Tallone, « Un poemetto storico inedito di Antonio Astesano sul terremoto del 1456 », Archivio Muratoriano, 4, 1907, p. 189-217 ; Id., « Un libro di storia milanese di Antonio Astesano », Archivio Muratoriano, 15, 1915, p. 173-260 ; Luigi Cesare Bollea, « Nuove informazioni sul cronista Antonio Astesano », Bollettino storico-bibliografico subalpino, 28, 1926, p. 1-35 ; Paolo Brezzi, « Antonio Astesano e il suo Carmen », Convivium, VII, 1935, p. 96-106 ; Philippe Contamine, « Prodige et propagande. Vendredi 20 août 1451, de 7 h à 8 h du matin : le ciel de Bayonne », dans Bernard Ribémont (dir.), Observer, lire, écrire le ciel au Moyen Âge. Actes du colloque d’Orléans, 22-23 avril 1989, Paris, Klincksieck, 1991, p. 63-86 ; Patrick Gilli, Au miroir de l’humanisme. Les représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Âge (c. 1360-1490), Rome, École française de Rome, 1997 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 296), p. 90, 120-122, 386-387, 513 ; Renato Bordone et Donatella Gnetti, « Cortesia, corti, cortigiani: Asti all’autumno del medioevo », dans Paola Bianchi et Luisa Clotilde Gentile (dir.), L’affermarsi della corte sabauda: dinastie, poteri, élites in Piemonte e Savoia fra tardo Medioevo e prima età moderna, Turin, Zamorani, 2006, p. 193-216 ; Paolo Rosso, « Catone Sacco e l’umanesimo lombardo. Notizie e documenti », Bollettino della Società Pavese di Storia Patria, 100, 2000, p. 31-90, en particulier p. 56-57 ; Id., « Marchesi e letterati a Saluzzo nel Quattrocento: a settant’anni dalle ricerche di Gustavo Vinay », dans Rinaldo Comba et Marco Piccat (dir.), La cultura a Saluzzo fra Medioevo e Rinascimento. Nuove ricerche, Cuneo, Società per gli studi storici, archeologici ed artistici della provincia di Cuneo, 2008 (Marchionatus Saluciarum monumenta. Studi, 8) p. 59-106, en particulier p. 63-69. Nous n’avons pas pu consulter Antonio Astesano, Sull’instabilità della fortuna ossia sulla sua vita e sulle gesta dei cittadini astesi, Natale Ferro (éd.), Quaderni del Platano, 1999.

6 L’opuscule De origine et de vario regimine civitatis Mediolani est encore inédit. Voir à ce propos A. Tallone, « Un libro di storia milanese di Antonio Astesano », art. cité ; P. Gilli, Au miroir de l’humanisme…, op. cit., p. 120-122, 374-380.

7 Tino Foffano, « Charles d’Orléans e un gruppo di umanisti lombardi in Normandia », Aevum, 41/5-6, 1967, p. 452-473, en particulier p. 459.

8 Giacomo Gorrini, Nicolo Astesano, studio storico-critico, Asti, Vinassa, 1886 ; A. Tallone, « Cenni sulla vita di Antonio Astesano », dans Antonio Astesano, Antonii Astesani De ejus vita et fortunae varietate Carmen (aa. 380-1341)…, op. cit., p. XXVI-XXVIII ; Franck Collard, « Un traité des poisons factice rendu à son auteur, Guillaume de Saliceto. Notes sur deux manuscrits médicaux du xve siècle », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 78/1, 2011, p. 247-257, en particulier p. 252-254.

9 Sur ce manuscrit, voir Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., p. 523-526 ; P. Rosso, « Marchesi e letterati a Saluzzo nel Quattrocento : a settant’anni dalle ricerche di Gustavo Vinay », art. cité, p. 60-61 ; Anne E. B. Coldiron, Canon, Period and the Poetry of Charles d’Orléan : Found in Translation, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2000, p. 112-143 et 190-198. Le volume peut être consulté en ligne sur le site de la bibliothèque, http://pagella.bm-grenoble.fr/BMG.html?id=Bmg-0002182, consulté le 25 mai 2016.

10 Grenoble, Bibliothèque municipale, U 1091 Rés., fol. 116v (Ad Eneam silvium Piccolomum <sic> senensem et poetam et oratorem clarissimum), fol. 133v-134 (Ad doctissimum virum Candidum Decembrium Mediolanensium legatum ad illustrem et excellentem ducem Aurelianensem) ; fol. 155-155v (Antonii Astensis querela super morte Guarini veronensis que falso vulgata fuerat ; Guarinus Veronensis Antonio astensi salutem). Ces deux derniers chants ont été publiés dans Guarino Veronese, Epistolario di Guarino Veronese, vol. II, Remigio Sabbadini (éd.), Miscellanea di storia veneta, 11, 1916, p. 24-25, no 520A et 520 B.

11 Ibid., fol. 135-140v. Pour la citation, voir Antonio Astesano, La Vierge guerrière Jeanne de France…, op. cit., p. 32-34.

12 Marco Balzaretti, « Antonio Astesano traduttore di Charles d’Orléans », Studi francesi, 85, 1985, p. 58-62 ; A. E. Coldiron, Canon, Period and the Poetry of Charles d’Orléans…, op. cit.

13 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit. Le texte de la description peut être consulté en version digitale sur le site de la biblioteca Augustana : https://www.hs-augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost15/AntoniusAsti/ant_ep3i.html, consulté le 25 mai 2016.

14 Ibid., v. 33-59, p. 532-533.

15 Ibid., v. 401-598, p. 553-563.

16 Ibid., v. 250-288, p. 544-546 et v. 678-701, p. 568-569.

17 Ibid., v. 104-148, p. 536-539.

18 Ibid., v. 599-640, p. 564-566 et v. 289-360, p. 546-549.

19 Ibid., v. 196-200, p. 540-541 : Namque viri instituunt juvenes puerosque magistri /Artibus in septem, quarum de laudibus amplis /Dignisque a magno celebrari vate, silere /Esse puto melius, quam paucula dicere, sicut /De bello clara sensit Cartagine Crispus (« Des hommes passés maîtres instruisent la jeunesse et l’enfance dans les sept arts. Quant à l’éloge de ces arts, dignes d’être célébrés par un grand poète, j’aime mieux me taire qu’en dire trop peu, imitant l’exemple de Salluste, à propos de l’illustre et belliqueuse Carthage »). La citation est tirée de Salluste, Bellum Jugurthinum, 19.

20 Ibid., v. 16-18, p. 530-531 : Atque ita regalem me cernere suspicor urbem,/ Regis ut Epiri Pirrhi legatus ab urbe /Romana rediens visam sibi rettulit illam. Il s’agit d’une allusion à un passage de Plutarque, Vie de Pyrrhus, 19. La Vie de Pyrrhus a été traduite par Leonardo Bruni en 1412 (Marianne Pade, The Reception of Plutarch’s Lives in Fifteenth-Century Italy, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2007, vol. I, p. 148-152 et vol. II, p. 107-108).

21 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 35-39, p. 532-533 : Et magni et vilis precii, veteresque novasque /Vestes, et quales quaevis a Pallade docta /Femina, vel quales doctissima fecit Aragne, /Quae, praeferre Deae sese audens, crimine fastus /Damnata, in siccis nunc pendet aranea tignis (voir Ovide, Métamorphoses, VI, v. 5-145) : « Des vêtements vieux ou neufs, ouvrages qu’on dirait façonnés par une élève de Pallas, ou sortis des mains de cette industrieuse Arachné qui, jadis, ayant osé se mettre au-dessus d’une déesse, fut condamnée, pour son orgueil, à vivre désormais sous la forme d’une araignée suspendue aux solives desséchées. »

22 Ibid., v. 60-71, p. 532-534 (L’anecdote est rapportée dans Valère Maxime, Faits et paroles mémorables, I, 8, 19).

23 Ibid., v. 164-170, p. 538-539 : Praetereo dictum Celesti a nomine templum, /In quo tam forma quam relligione colendo /Aurelianensis ducis est insigne sacellum, /Permulto argento, permulto dives et auro, /Ac praestans tanta depictis arte figuris, /Ut pinxisse illud priscus videatur Apelles, /Solus Alexandri formam depingere dignus (La référence est tirée de Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXV, 36, 23) : « Je ne décrirai pas l’église dite des Célestins, aussi remarquable par son architecture que par la dévotion dont elle est l’objet. C’est là que se trouve la superbe chapelle du duc d’Orléans, enrichie à profusion d’or et d’argent, et embellie de figures peintes avec tant de talent qu’on les croirait sorties du pinceau d’Apelles, le peintre jugé seul digne par Alexandre de reproduire ses traits. »

24 Ibid., v. 239-241, 684-690, 728-729, p. 544, 568, 570.

25 Ibid., v. 194-195, p. 540 : Miror item, miror doctorum multa virorum /Milia, gimnasium quæ Parisiense decorant (« J’admire aussi, j’admire ces milliers d’hommes savants qui font la gloire de l’Université de Paris »).

26 Par exemple ibid., v. 222 (cultores Regis Olimpi) et 357 (Rector Olympi), p. 542 et 550 : l’expression fait écho à la formule regnator Olympi, utilisée plusieurs fois par Virgile dans l’Énéide pour désigner Jupiter (par exemple, VII, v. 558).

27 Ibid., v. 216-217, p. 542-543 : Miror deinde patres, Romani more Senatus, /Quem primo instituit fundator Romulus Urbis (« J’admire les conseillers, semblables au Sénat de Rome, établi à l’origine par Romulus, le fondateur de la ville éternelle »).

28 Ibid., v. 714-726, p. 570-571. On doit peut-être lire ici une référence implicite au traité des poisons copié par son frère Niccolò : F. Collard, « Un traité des poisons factice rendu à son auteur », art. cité, p. 252-254.

29 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 513-563, p. 558-563.

30 Ibid., v. 560-563, p. 560-563 : Non secus antiquos, Eufranora, vel Policletum, /Aut Phidiam, artifices veterum simulacra deorum /Magnorumque virum credo finxisse figuras.

31 Voir dernièrement Sophie Cassagnes-Brouquet, « Les Neuf Preuses, l’invention d’un nouveau thème iconographique dans le contexte de la guerre de Cent Ans », dans Luc Capdevila et al. (dir.), Le genre face aux mutations : masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2003, p. 279-289, http://books.openedition.org/pur/15907, consulté le 30 mai 2016 (sur le cycle de Coucy, par. 14) ; Marion Chaigne-Legouy et Anne Salamon (dir.), Les Hommes illustres, Questes, 17, octobre 2009, http://questes.revues.org/218, consulté le 30 mai 2016 ; N.-C. Rebichon, « Le Cycle des Neuf Preux au Château de Castelnuovo (Piémont) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 122/1, 2010, p. 173-188, https://mefrm.revues.org/601 ; J.-B. Delzant, « La compagnie des hommes illustres : mobilisation et usages d’un thème au xve siècle », dans C. Callard, É. Crouzet-Pavan et A. Tallon (dir.), La politique de l’histoire en Italie. Arts et pratiques du réemploi (XIVe-XVIIe siècle), Paris, PUPS, 2014, p. 211-251.

32 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 140-146, p. 538-539 : Est etiam in dicto res non reticenda sacello, /Quae facit antiquae monimenta perennia palmae, /Tibia, pesque ingens cum saevis unguibus ejus /Alitis immensæ, quam vix Gothofredus et acer /Et fortis pugna valuit superare feroci, /Ut rear Arpias diras, fœdasque volucres, /Æneam tanto non affecisse labore (« Il y a encore dans le même lieu un objet à signaler, qui constitue un monument éternel d’antique victoire : c’est l’os et la patte énorme, armée d’ongles redoutables, de l’oiseau gigantesque que Godefroy, tout vaillant et courageux qu’il était, eut peine à vaincre dans un combat acharné, auprès duquel paraît facile, à mon sens, la lutte qu’Énée soutint contre les terribles Harpies, ces oiseaux immondes »).

33 Ibid., v. 461-463, p. 556-557 : Nostra aetas igitur sese vidisse leonis /Victorem gaudere potest, velut Herculis ætas /Gavisa est ab eo Nemeaea mole subacta (« Notre temps peut donc se flatter d’avoir vu le vainqueur d’un lion, comme l’époque d’Hercule s’est réjouie de la victoire qu’il remporta sur le lion de Némée »).

34 Ibid., v. 361-382, p. 550-551 : Ut rex Francorum, quo relligiosior alter / Non est, in solo Normanos vicerit anno Karolus, […]/ Hoc bellum, quanta priscorum aetate fuerunt /Praelia, quæ Magnus felicia Karolus, aut quae /Gessit Alexander Macedo, vel Julius ipse /Caesar, vel quivis priscorum denique regum ; /Ne tangam Æneae, ne Turni fortia bella, /Quae Maro, flos vatum, divino carmine dixit ; /Neu pertractorum Thebana in praelia regum, /Quae pulchro vates cantavit Statius ore ? /O utinam tantam michi dent aliquando quietem /Ingenioque meo tantas pia numina vires, /Ut possim heroico mirabile scribere bellum /Carmine, quod nostro gessit feliciter aevo /Karolus, aeterno vatis rex carmine dignus !

35 Grenoble, Bibliothèque municipale, U 1091 Rés., fol. 145-146 (Ad clarissimum Jureconsultum dominum Gulielmum iuvenalem Cancellarium Regium).

36 Ibid., fol. 145v : Daque operam qua rex optata michi ocia tradat, /Atque illis solvat crucior quibus undique curis ; /Ut possim tragicis sua scribere gesta coturnis. /Que licet in lingua gallorum forsitan alter /Scripserit, illa tamen reliquis ignota manebunt /Gentibus et solis a gallis scripta legentur. /Si vero fuerint verbis memorata latinis, /Illa leget totus venturo tempore mundus. /Is vero princeps cuius fera bella fuerunt, /Non solum illa sue patrie fore cognita debet /Velle, sed et cunctis quo sit sua gloria maior. /Hic rex precipue cuius sunt gesta profecto /Non laudanda minus, nec me sententia fallit, /Quam vel Alexandri, vel Cesaris acta, vel eius /Cuius tam regni rex est quam nominis heres /Qui cum romanum diro soluisset ab hoste /Pontificem, Imperium romani nominis altum /Ex gallis primus fastigia vectus ad illa /Promeruit, […] (« Fais-en sorte que le roi m’offre une paix désirée, et qu’il me libère de ces affaires qui me tourmentent de toute part, afin que je puisse écrire son histoire en vers tragiques. Un autre peut-être l’aurait écrite en langue française, mais elle resterait inconnue de tous les autres peuples et seuls les Français la liraient. Mais si elle était remémorée en latin, le monde entier la lirait dans les temps futurs. Car ce prince dont les guerres furent féroces doit vouloir qu’elles soient connues pas seulement de sa patrie, mais aussi de tous, pour que sa goire en soit plus grande ; ce roi surtout dont les faits ne sont pas moins à célébrer, si je ne me trompe, que ceux d’Alexandre ou de César, ou de celui dont ce roi hérite tant de son royaume que de son nom, celui qui, comme il avait libéré le pape romain d’un cruel ennemi, mérita, premier des Français à avoir été promu à ce rang, un grand empire de nom romain, […] »).

37 Ibid., fol. 133rv (Ad illustrissimum Aurelianensium et Mediolani ducem oratio viva voce pronunciata in Villanova asten.).

38 Ibid., fol. 130v-131 (Ad illustrissimum principem dominum Johannem Comitem Angolinensem).

39 Ibid., fol. 146.

40 Antonio Astesano, Éloge descriptif de Paris et des principales villes de France…, op. cit., v. 194-204 et 712-713, p. 540-543 et 570-571. Voir à ce propos P. Gilli, Au miroir de l’humanisme…, op. cit., p. 513.

41 Grenoble, Bibliothèque municipale, U 1091 Rés., fol. 155 (Ad magistrum Thomam Francum grecum phisicum Regium).

42 Tino Foffano, « Tommaso Franco, medico greco, alla corte del cardinale d’Inghilterra Henry di Beaufort e di Carlo VII di Francia », Aevum, 74, 2000, p. 657-667 ; P. Rosso, « Marchesi e letterati a Saluzzo nel Quattrocento : a settant’anni dalle ricerche di Gustavo Vinay », art. cité, p. 68.

43 N. Pons, « Leonardo Bruni, Jean Lebègue et la cour. Échec d’une tentative d’humanisme à l’italienne ? », dans D. Marcotte (dir.), Humanisme et culture géographique au temps du concile de Constance…, op. cit., p. 95-125.

Auteur

Clémence Revest, ancienne membre de l’École française de Rome, est chargée de recherches au CNRS, attachée au centre Roland-Mousnier. Depuis ses recherches pour le doctorat (soutenu en 2012), centrées sur le mouvement humaniste à la cour pontificale de la fin du Grand Schisme, elle s’intéresse particulièrement à la diffusion et aux usages de la rhétorique cicéronienne et à l’élaboration de l’identité humaniste. Elle est l’auteur notamment de : « Aux origines d’une figure majeure de la papauté renaissante : la nomination de l’humaniste Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique, le 13 août 1414 », dans Jean-Patrice Boudet, Christine Barralis, Fabrice Delivré et Jean-Philippe Genet (dir.), Église et État, Église ou État? Les clercs et la genèse de l’État, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 123-138. « Le creuset de l’éloquence. Rites universitaires, rhétorique humaniste et refonte des savoirs (Padoue, premier tiers du xve siècle) », dans Joël Chandelier et Aurélien Robert (dir.), Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités (XIIIe-XVesiècle), Rome, École française de Rome, 2015, p. 103-153. En collaboration avec Fulvio Delle Donne (dir.), L’essor de la rhétorique humaniste: réseaux, modèles et vecteurs, dossier spécial des Mélanges de l’École française de Rome, 128/1, 2016.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search