Version classiqueVersion mobile

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Deuxième partie : Les cercles d'intellectuels

Le milieu humaniste français et la réhabilitation de la mémoire de Louis d’Orléans

The Humanist Milieu and the Rehabilitation of Louis d’Orléans’ Memory

Lucie Jollivet

Résumé

Le 23 novembre 1407, le meurtre avec préméditation de Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI, par les sbires de leur cousin Jean de Bourgogne, remet la question de la justice au centre des débats entre intellectuels. En effet, après avoir avoué être le commanditaire du crime, Jean sans Peur revient sur ses déclarations et demande à une équipe de théologiens, dirigée par le normand Jean Petit, de préparer sa défense. Cette justification est exposée au public en 1408 et repose sur un argument, repris au jurisconsulte Cassius : vim vi repellere licet. Louis était un tyran, il était donc à la fois licite et juste de le supprimer. L’affirmation peut être considérée comme l’écho des débats autour du tyrannicide, qui agitent les humanistes italiens depuis la deuxième moitié du xive siècle. Mais l’actualité du crime rend la proposition de Jean Petit d’autant plus choquante que la justice royale se trouve paralysée face au refus de l’aveu. Devant l’incapacité de la justice publique à réagir, la famille et les proches du défunt n’ont plus d’autre choix que la vengeance comme moyen d’obtenir réparation. Le cercle vicieux de la violence est alors enclenché. Le milieu humaniste français, qui réunit des humanistes avérés et reconnus, tels Nicolas de Clamanges et Alain Chartier, et des universitaires, tentés par ce nouveau mouvement intellectuel, comme Pierre d’Ailly et Jean Gerson, s’activent en vue de la requalification du crime en homicide volontaire avec préméditation.

L’enjeu est en effet immense : en pleine guerre de Cent Ans, il faut, pour l’emporter, d’abord mettre fin à une guerre civile qui déchire les Français et ensuite réaffirmer la sacralité du sang royal, afin de rassembler derrière le roi l’ensemble du peuple : la « vraie » paix est à ce prix.

Texte intégral

  • 1 1 Timothée, 6 :10.
  • 2 Voir Carla Bozzolo, « Renaud de Fontaine, évêque de Soissons, 1423-1442 », Bulletin de la Société h (...)

1Radix omnium malorum est cupiditas1. Cette citation biblique est sans doute l’une des plus commentées par les intellectuels français, entre la fin du xive et le début du xve siècle. Le cercle des humanistes, alors éclaté entre Paris et Avignon, ne fait pas exception. Nicolas de Clamanges, par l’influence qu’il exerce à la fois sur des savants plus âgés, sur ses anciens compagnons d’études et sur la nouvelle génération, peut être considéré comme le chef de file du mouvement. Son ambition est d’ailleurs de faire éclater au grand jour la supériorité de la culture française, en ravalant Pétrarque au rang de « perroquet2 ».

  • 3 Concernant le meurtre de Louis d’Orléans, voir Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassina (...)

2Suite au schisme de 1378, Clamanges et ses amis deviennent particulièrement attentifs aux vices qui, selon eux, menaceraient l’intégrité du corps social. Quelques années plus tard, le 23 novembre 1407, l’assassinat du frère du roi, Louis d’Orléans, semble confirmer leur diagnostic3.

  • 4 Alfred Coville, Jean Petit. La question du tyrannicide au commencement du XVe siècle, Paris, Picard (...)
  • 5 À ce propos, voir Claude Gauvard, « Les humanistes et la justice sous le règne de Charles VI », dan (...)

3Radix omnium malorum est cupiditas. Toute la justification du duc de Bourgogne, présentée le 8 mars 1408 par le théologien Jean Petit, tourne autour de la diffamation de la victime. La défense de la mémoire de Louis d’Orléans est assurée par l’abbé de Cerisy, Thomas du Bourg, le 11 septembre 14084. En partant des mêmes prémisses que Jean Petit, il entend montrer que l’on peut parvenir à une conclusion inverse : celui qui est dévoré par l’ambition et la convoitise, c’est l’assassin. Cette polémique interpelle particulièrement certains auteurs gravitant dans le milieu humaniste : Pierre d’Ailly, le premier, s’était servi de ce thème comme d’une arme contre Jean Blanchard, en 1385. Jean Petit peut-il l’ignorer lorsqu’il en fait le fer de lance de sa défense du duc de Bourgogne ? N’est-ce pas plutôt une subtile attaque envers les soutiens de Louis d’Orléans, Pierre d’Ailly, Gerson, Montreuil, peut-être Clamanges ? Cela expliquerait la vivacité avec laquelle ces derniers rebondissent sur le sujet et l’obstination, voire l’obsession qui les caractérise, lorsqu’il s’agit de rétablir la loi et le droit5.

  • 6 Jean Gerson, Œuvres complètes, Palémon Glorieux (éd.), 10 vol., Paris/Tournai/Rome/New York, Desclé (...)
  • 7 Nicolas de Clamanges, De lapsu et reparatione Justitiae, Paris, J. Drouart, 1609 ; Id., Expositio s (...)
  • 8 Pierre d’Ailly, De persecutionibus Ecclesie, Bibliothèque municipale de Marseille, ms. 1156.
  • 9 Jean Gerson, Deploratio super civitatem, Gilbert Ouy (éd.) dans Archives d’histoire doctrinale et l (...)

4En effet, face au duc de Bourgogne, la justice royale se trouve paralysée, l’humiliation de Louis d’Orléans se transforme en blessure d’honneur. C’est dans ce contexte que plusieurs auteurs français réfléchissent, dans certaines de leurs œuvres, ainsi que dans leur correspondance, entre 1405 et 1430, aux événements qui ont amené inexorablement à la rupture du lien social. La nature de ces œuvres est diverse : lettres, dossier autour du tyrannicide pour Gerson6, traité sur la justice et exégèse d’Isaïe pour Clamanges7, opuscule sur les persécutions subies par l’Église du côté de D’Ailly8 et enfin deux œuvres poétiques de Gerson et Chartier9. Mais au cœur de chacune d’elles, l’humiliation de Louis d’Orléans est présentée comme une plaie restée béante, que seule la justice a le pouvoir de refermer. Ces hommes se lancent alors dans une minutieuse analyse du meurtre et de ses circonstances, pour rétablir la vérité, requalifier le crime et désigner le véritable coupable.

Meurtre et diffamation : les ferments du conflit social

5Le jurisconsulte Cassius, au ier siècle, affirmait : Vim vi repellere licet (« il est licite de repousser la force par la force »). Pour le milieu humaniste, au contraire, les circonstances de l’acte, la diffamation de la victime et les conséquences de la justification sont autant de péchés et de violations du principe de justice.

L’injure d’un meurtre public

  • 10 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 190. Je remercie Cédric Giraud d’avoir accepté de revoir le (...)

« Quant au cas de la mort de laquelle on parle et de ses circonstances bien avisées et pensées […], comme si on souffroit une telle injure […] quand autrement se pourroit faire10. »

  • 11 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 282.
  • 12 Ezio Ornato, Gilbert Ouy, Nicole Pons (dir.), Opera Monsteroliana, vol. 4, Paris, CEMI, 1986, p. 27 (...)
  • 13 Expositio super Isayam, op. cit., fol. 41, 1re colonne.

6L’assassinat est, selon Gerson, une injure à Louis d’Orléans en raison des circonstances de l’acte. Dans la Deploratio super civitatem11, il le qualifie de « crime inouï », facinus inauditum. Jean de Montreuil, dans une lettre adressée à Nicolas de Clamanges, entre novembre 1416 et avril 1417, se demande comment il a été possible de massacrer le frère du roi en pleine rue et comment ses assassins ont pu rester impunis, alors qu’il devait y avoir de nombreux témoins12. Son ami lui adresse une réponse dans l’Expositio super Isayam13 :

« Je me demande ce qu’on peut attendre d’une justice ensevelie, quand les juges détournent leur regard des voleurs et des homicides officiels, pour le porter sur d’autres ? »

  • 14 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 232, parag. 32.

7Chartier, quant à lui, déplore que « les crimes les plus extrêmes se montrent (maintenant) en public14 ». L’impunité dont a bénéficié Jean sans Peur a servi de précédent pour la légitimation des massacres suivants.

8Le meurtre public entache donc la mémoire de la victime et couvre ses proches de honte. En outre, la blessure faite à l’honneur et à l’amour-propre est rendue encore plus cuisante par le déni de justice appuyé sur la diffamation.

Les multiples atteintes à la réputation de Louis d’Orléans

9Dans la société médiévale, l’honneur et la bonne renommée tiennent une place essentielle : tuer un homme ne constitue donc pas nécessairement un crime si ce meurtre est justifié par une atteinte à la fama ou à l’honneur. Louis d’Orléans était-il un tyran ? Les humanistes s’attachent plutôt à démontrer que le frère du roi s’est trouvé pris dans une odieuse machination diffamatoire, qui ne s’est d’ailleurs pas arrêtée après le meurtre, au contraire.

  • 15 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 176.

10Dans son discours de 1413, Gerson évoque « les libelles diffamatoires » qui ont jeté l’opprobre sur la réputation de Louis d’Orléans15. La propagande de Jean sans Peur a été active dans les mois qui ont précédé le meurtre. Jean Petit l’a ensuite justifié, en présentant le frère du roi comme un tyran dont il était légitime de se débarrasser.

  • 16 Ibid., p. 209 : Subditus et vassallus non est judex legitimus domini sui ad judicandum eum personal (...)

11Pour Gerson, une nouvelle objection au vim vi est qu’un vassal, Jean sans Peur, ne peut légitimement tuer son seigneur, Louis d’Orléans, à cause du serment de fidélité qu’il a prêté16. Ainsi, le vassal ne peut :

  • 17 Ibid., p. 188.

« Être un juge légitime pour son seigneur, encore moins déterminer de sa mort […] car autrement chacun pourrait dire d’un chacun qu’il est tyran ou machinant contre son roy et ainsi le tuer de sa propre autorité !17 »

  • 18 Ibid., p. 209 : Unde et in alio articulo damanto ponit Wicleff quod principes vel laïci possunt cle (...)

12Le concile de Constance vient de condamner comme hérétique la doctrine du théologien anglais Wyclif, mort en 1384. Dans ses œuvres, ce dernier a affirmé que quiconque se trouve en état de péché mortel perd son droit à exercer son dominium. Or, les idées de Wyclif rappellent fortement les propositions professées par Jean Petit quelques années plus tôt18.

  • 19 Il s’agit du concile de Constance.
  • 20 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 262 : Quilibet tyrannus potest et debet licite et meritorie (...)

« Le meurtre du tyran, par n’importe lequel de ses vassaux, est licite et méritoire […]. Le saint Synode19 a jugé cette proposition doctrinalement et moralement erronée, ainsi qu’hérétique, scandaleuse et séditieuse […]20. »

  • 21 Ibid.

13L’application de l’adage vim vi repellere est d’autant plus injurieuse que la victime est le légitime seigneur du meurtrier21 ! Pour Gerson, en cherchant à transformer la victime en coupable, Jean Petit se rend lui-même coupable de parjure et d’hérésie.

  • 22 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 32, parag.32.
  • 23 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 50.
  • 24 Ibid., Ecce nominatum contra scribas qui, vel perniciosa principum assertatione vel spontanea iniqu (...)
  • 25 Ibid., 2e colonne, quibus simplices et ignari per subolas irretiantur cavillationes.

14En outre, la justification a été soutenue en public, comme le rappelle Chartier22. Comment s’étonner alors qu’une lutte fratricide déchire le royaume, quand la honte est infligée officiellement ? S’inspire-t-il de Clamanges qui, dans l’Expositio fait clairement référence à la séance publique du 8 mars 140823, quand il s’élève contre « des scribes qui, en soutien pernicieux aux princes ou en raison de leur injustice spontanée, captieuse et perverse, se mêlent d’ordinaire d’écrire les lois24 », « les simples et les incultes se laissent [ainsi] séduire par les sophismes astucieux […]25 ».

  • 26 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 177.
  • 27 Ibid., p. 175.

15Gerson renchérit26 : non content de prononcer son discours devant un public non averti, Jean Petit, avec l’aide du duc de Bourgogne, en a fait circuler de nombreuses copies dans le royaume. Le salut des simples fidèles a donc été mis en danger par la publicité de vices comme le mensonge, le parjure et le faux-témoignage, unis par leur caractère de contre-vérité : non perjurabis, disent les Tables de la loi27.

16Les propositions de Jean Petit salissent, rabaissent et privent de justice la mémoire de Louis d’Orléans. La justification contribue, de plus, à subvertir la société dans son ensemble, puisqu’elle détruit ce qui en fait la cohérence et en assure l’unité : le respect de la loi. Pour les humanistes, c’est ce scandale qui se trouve à l’origine de la guerre civile.

La guerre civile, destruction du lien social

17Le scandale, c’est la sédition provoquée par la blessure d’amour-propre, puis par celle qui entraîne la mort, sans possibilité de réparation. En effet, la famille et les proches du duc d’Orléans, privés de la reconnaissance du statut légal de victime, n’ont plus d’autre choix que la vengeance pour faire valoir leur droit. La justice sort du cadre public pour revenir dans le domaine privé et rappeler les pires vendettas du haut Moyen Âge.

18Pour les chrétiens, le scandale a souvent une origine diabolique. La première impulsion de Jean sans Peur, juste après l’assassinat, est d’ailleurs d’avouer aux ducs de Berry et de Bourbon que c’est le diable en personne qui lui a soufflé l’idée de cet acte abominable, ce « scandale ». Puis, il se ravise et se justifie.

19Pour Gerson et Clamanges, la justification fait obstruction à la justice, car la négation du crime empêche toute rémission. Elle est le scandalon, la pierre qui fait trébucher toute la société :

  • 28 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 66 : Cuncta siquidem et Ecclesie Dei et regni ipsius illic co (...)

« Là, [à Paris] tous les scandales aussi bien dans l’Église de Dieu que dans le royaume même furent provoqués et éclatèrent […] N’est-ce pas là que les guerres civiles entre les princes prennent leur origine, suscitées par des paroles à double tranchant qui mirent le feu aux poudres et qui, en infligeant des plaies inouïes, hâtent le royaume vers sa fin universelle28 ? »

  • 29 Ibid., fol. 187v.
  • 30 Ibid., fol. 66, 1re colonne.

20Clamanges se plaît à filer la métaphore du feu dévorant de la guerre civile29 et à souligner son analogie avec le feu de l’enfer, a gehenna inflammatarum30. Quant à Pierre d’Ailly, il s’élève fortement contre l’incapacité du concile de Constance à condamner les propositions de Jean Petit :

  • 31 D’Ailly, De persecutionibus…, op. cit., fol. 15 : Quando coram Consilio Generali […] errores contra (...)

« […] au cœur du Concile général comme au sein du Siège apostolique, jusqu’au souverain pontife, de profondes erreurs contre la foi furent commises […] Leurs partisans seront bien plutôt élevés que détruits, au scandale et au péril de ceux qui aiment la foi31. »

21Les auteurs s’indignent donc de la légitimation de l’assassinat, qui constitue pour la société chrétienne un piège, une pierre d’achoppement qui la fait trébucher vers la guerre civile et l’éloigne toujours plus de la voie du salut. Pour réparer l’injustice faite au duc d’Orléans et à sa mémoire, il faut donc commencer par requalifier le méfait de novembre 1407, qui a été sous-estimé par la justice.

La contre-attaque des humanistes : dire le crime

  • 32 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 212 : Rursus dicimus quod in casu talis necessitatis occiso (...)
  • 33 C. Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, p. 44.

22Au début du xve siècle, le vocabulaire de l’homicide n’est pas encore bien fixé, puisqu’il peut être rendu par le terme précis d’homicidium pour l’acte de tuer et homicida pour désigner le meurtrier32, mais aussi celui, bien plus vague au sens judiciaire, d’occisio. En français apparaît un troisième terme, celui de « meurtre ». Cette hésitation dans le vocabulaire est sans doute une des raisons qui explique le flou juridique lorsqu’il s’agit de punir l’homicide33. Les humanistes rappellent tout d’abord que tout homicide constitue une infraction à la norme.

L’infraction par rapport à la norme : Non occides

  • 34 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 182 : Non occides, scilicet propria auctoritate […].

23Dès 1413, Gerson affirme l’impossibilité d’enfreindre l’interdiction de tuer, issue du Décalogue : « Tu ne tueras point, c’est-à-dire de ta propre autorité, et il n’est pas permis d’en douter ni parmi les théologiens érudits, ni pour toute personne douée de raison34. »

  • 35 Ibid., p. 188 et 214 : Praecepta moralia, praesertim generalia quae data sunt hominibus tamquam pri (...)
  • 36 Ibid., p. 209.

24L’argument de Jean Petit, basé sur la loi du talion, est non seulement contraire aux lois divines, mais encore à la loi naturelle, appuyée sur la raison humaine et Gerson conclut un peu plus loin par la prééminence de non occides sur toute autre proposition35. Au concile de Constance, il s’emporte : l’apôtre Paul n’a pas préconisé le meurtre : non dicit : interficite36 !

  • 37 D’Ailly, De persecutionibus…, op. cit., fol 15 : Videtur autem multis doctis et devotis fidelibus q (...)

25Incontestablement, ce sujet est au cœur des préoccupations des humanistes, comme le prouve une allusion de Pierre d’Ailly, glissée dans son dernier ouvrage, le De persecutionibus. La grande rupture annonçant la venue de l’Antéchrist est sans doute en préparation, car « de profondes erreurs contre la foi furent commises, même contre les thèmes essentiels du Décalogue, […] quoiqu’il s’agisse des premiers principes moraux […]37 ».

  • 38 Sur la notion de Bien commun, voir Franck Collard, Pouvoir d’un seul et Bien commun (VIe-XVIe siècl (...)
  • 39 Gerson, Deploratio…, op. cit. (n. 6), p. 199-200, Cura autem communis boni, ait ibidem S. Thomas, c (...)

26Pour Gerson et Clamanges, le soin du Bien commun incombe à l’autorité publique et non au bon vouloir d’un individu38. Si les conciles sont le lieu où doivent être définies les erreurs à ne pas commettre, seuls les princes, détenteurs du pouvoir temporel, peuvent ordonner la mort des criminels39.

  • 40 Clamanges, De lapsu et reparatione justiciae…, op. cit., p. 24.

« Il est notoire que le roi se distingue du tyran par la justice : alors que le roi par l’exercice de la justice préserve les droits et les libertés du peuple, le tyran, au contraire, use de l’injustice pour l’opprimer40. »

27Ainsi, les humanistes sont convaincus que la justification est invalide car elle entraîne une infraction au précepte « tu ne tueras point ». La norme ne peut souffrir d’exception que si la responsabilité en est prise par Dieu ou, à défaut, par la puissance publique. Le péché de Jean sans Peur ainsi établi, il s’agit maintenant de lui trouver une qualification juridique appropriée.

Le sang versé : plus qu’une souillure, un crime

28La ligne de défense choisie par Jean Petit justifie l’effusion du sang de Louis d’Orléans en la présentant comme une prévention nécessaire et la décriminalise en la transformant en « beau fait ». Les auteurs re-criminalisent alors le forfait, en se livrant d’abord à un travail d’ordre lexicologique : il faut choisir les termes propres à désigner le crime : crimen, scelus, nefas, facinus tout d’abord, ainsi que leurs dérivés, sceleratus, nefandum, nefastus, etc. Apparaît ensuite le vocabulaire lié plus précisément à l’effusion du sang : homicidium, interfectio, occisio.

  • 41 Par exemple : Horace, Ode, I, 3. Virgile, Bucoliques, IV, v. 13-14. Ovide, Tristes, III, 6, v. 35-3 (...)
  • 42 À ce propos, voir l’article d’Isabel De Brand, « Una aproximacion al lexico del crimen y la pasion (...)

29Dans ses discours devant les conciles, Gerson utilise plutôt le traditionnel crimen, mais l’abandonne dans d’autres œuvres. Crimen a une portée juridique, mais Gerson est un théologien. Lorsqu’il se mêle de droit civil, il n’est pas épargné par les juristes qui lui rétorquent que le problème du tyrannicide ne relève pas de la théologie. C’est une façon de lui signifier son incompétence dans le domaine. Dans sa Deploratio, Gerson se place alors du côté de la morale et de la transgression religieuse, grâce à des termes comme scelus et facinus, préférés également par Clamanges et Chartier. Les poètes de l’Antiquité Lucain, Horace, Virgile et Ovide, utilisaient facilement le terme scelus pour dire le crime41. Il avait aussi la préférence de Cicéron et Salluste pour désigner les méfaits de Catilina ou Verrès, alors que dans les pièces Médée et Phèdre de Sénèque, il qualifiait un crime contre-nature42. Les humanistes s’en sont sans doute inspiré pour qualifier la gravité du tyrannicide.

  • 43 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 231-232.
  • 44 Ibid., p. 233 : excutite ergo, viri, excutite fraterno sanguine manibus madentes gladios.
  • 45 Ibid., p. 239 : Parisiaque tellus talem pertulit insaniam, cum diebus abhominandis manus impia crue (...)

30Ils mettent ensuite l’accent sur le sang versé, effusus. Chartier, s’il ne parle jamais d’homicide, insiste fortement sur la souillure sanglante, cruentus. Au début de son poème43, alors qu’il évoque les causes de la guerre civile, il décrit les maux engendrés par les droits du sang. Pour obtenir enfin la paix, il faut « secouer nos mains et nos glaives ruisselants du sang de nos frères44 ». Plus loin, il évoque « la terre parisienne sur laquelle s’est répandue une telle démence, pendant ces jours abominables où la main impie a accompli son sanglant et mortel office, sans faiblir ni être inquiétée, alors que de la bouche s’élevait un cri pour la paix45 ».

  • 46 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 6v : Quatuor siquidem esse feruntur peccatorum genera que Dom (...)

31L’absurdité de la situation qui règne dans la Parisia tellus ne peut que choquer l’observateur, tel Clamanges46, qui rappelle :

« Les péchés qui en appellent à la vengeance de Dieu sont au nombre de quatre, c’est-à-dire l’homicide comme celui d’Abel par Caïn : “La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi…” De même, dans l’Apocalypse : “ J’entendis les voix de ceux qui avaient été immolés demandant : pourquoi ne fais-tu pas justice de notre sang ?” »

32Gerson, quant à lui, déplore que la mémoire bafouée du duc d’Orléans attende toujours sa réhabilitation :

  • 47 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 201, quid filius regis et frater istius, Ludovicus in (...)

« Que dire de Louis, d’illustre mémoire, fils et frère de roi ? Que dire de son sang qui crie de la terre jusqu’à Dieu47 ? »

  • 48 Gerson, Deploratio…, op. cit. (n. 6), p. 277 : effudisti clarum sanguinem ; p. 279 : sanguine cruen (...)

33Dans sa Deploratio48, c’est l’effusion du sang qui désigne le coupable à la justice :

  • 49 Ibid., p. 282 : O facinus inauditum ! Tale quis vidit nephas ? […] Ascendit fumus occisorum. Vox ef (...)

« Oh attentat inouï ! Qui fut le témoin d’une telle abomination ? […]. La voix du sang du frère du roi, répandu sur la terre, qui ouvrit sa bouche pour le recevoir de ta main, crie jusqu’au Seigneur49. »

  • 50 D’Ailly, De persecutionibus…, op. cit., fol. 8v : Ydeo vocat eam : « bestiam coccineam », in sangui (...)

34Pierre d’Ailly, dans le De persecutionibus, affirme que pendant la période du Grand Schisme, la bête de l’Apocalypse « […] est aussi nommée « bête écarlate », rougie du sang des chrétiens, parce que les tyrans du siècle en ont souvent provoqué l’effusion pendant le schisme50 ».

  • 51 Philip K. Dick, The Minority report, nouvelle publiée la première fois en 1956.

35Jean Petit tentait de décriminaliser l’acte du 23 novembre, en réactivant le droit barbare et en légitimant la loi du talion. L’audace de son discours reposait plutôt dans le principe de justice par anticipation, qui était, il faut l’avouer, assez surprenant et a inspiré depuis les auteurs de science-fiction51 ! Au contraire, les auteurs du milieu humaniste posent les bases d’une justice moderne, qui fait primer en droit non seulement l’esprit de l’acte, mais bien l’acte lui-même. Dans notre justice contemporaine, le cadavre prouve le crime. Ici, c’est l’effusion de sang qui remplit ce rôle.

36Cependant, les arrière-pensées préparatoires au crime doivent également être prises en compte, en vue de son jugement et de son châtiment. La préméditation est en effet, pour les quatre auteurs, une circonstance aggravante.

La préméditation, circonstance aggravante

  • 52 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 212 : voir l’extrait cité supra, note 32. Gerson entend pro (...)

« Nous disons qu’il n’est pas vraiment un homicide, celui qui n’avait pas l’intention de tuer […]52. »

37C’est lors du concile de Constance, en 1415, que, pour la première fois depuis le début de l’affaire, Gerson utilise le terme homicida. L’humaniste y introduit la notion, moderne, d’homicide volontaire.

  • 53 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 52v, 2e colonne : « Super fructum magnifici cordis regis Assu (...)

38Clamanges, dans l’Expositio53, définit les crimes dénoncés par le Décalogue, dont l’homicide, comme des actes issus de pensées mauvaises, « fomentées dans le cœur » des coupables avant d’être réalisées, ce qui implique la préméditation. La traîtrise prouve le « vilain fait », c’est-à-dire l’intention de tuer. Il peut alors y avoir criminalisation de l’intention, alourdissant ainsi les circonstances du meurtre.

39Écoutons l’écho de cette interprétation chez Chartier :

  • 54 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 238, parag. 65.

« Des lèvres, on offre la paix à son plus proche parent, mais dans son cœur, on lui prépare un guet-apens54. »

40Chartier remplace habilement le terme amico du texte biblique par proximo, soulignant ainsi la parenté. On pense alors aux serments échangés entre les ducs de Bourgogne et d’Orléans durant les mois, voire les semaines, précédant le crime. La préméditation le rend d’autant plus abominable qu’il touche un membre de la famille proche.

  • 55 Opera Monsteroliana…, op. cit., p. 279, l. 68-87.
  • 56 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 214.

41Montreuil, dans une lettre à son ami Clamanges, souligne la détermination des assassins, qui avaient prémédité le meurtre si longtemps à l’avance. Or, force est de constater que justice n’a pas été faite55. Gerson conclut par sa version personnalisée des tables de la Loi : « Tu ne tueras point, Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain, Tu ne tueras point traîtreusement ni avec préméditation56. »

42Le travail de requalification du crime par les auteurs choisis recoupe donc le besoin des juristes de punir l’homicide avec plus de sévérité. L’homicide avec préméditation est un crime très grave, qui doit impérativement être jugé par les lois humaines, si la société veut échapper aux troubles que Dieu lui enverrait en représailles de son échec.

43Cependant, les humanistes ne s’en tiennent pas à des considérations théoriques et font parfois preuve d’audace dans le dernier acte de leur réhabilitation de Louis d’Orléans.

Le rétablissement de la vérité et de la justice

44La désignation du coupable et la mise en évidence du mobile sont en effet nécessaires au rétablissement de la vérité. Cependant, c’est aussi pour ces intellectuels un moyen de revendiquer la reconnaissance d’un statut, sans grand succès.

Élaboration du profil criminel de Jean sans Peur

45Les quatre auteurs se livrent à une étonnante enquête de personnalité, révélant le profil criminel du véritable coupable, Jean sans Peur. C’est le dernier acte de la réhabilitation de la mémoire de Louis d’Orléans, qui retourne les accusations contre leur émetteur.

  • 57 Nous trouvons un écho puissant de ce passage chez Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 239, pa (...)
  • 58 Gerson, Deploratio…, op. cit., p. 279 : Ad ignominiam falso venenum melle tegunt, dicentes : pax, p (...)

46Gerson dénonce d’abord l’hypocrisie et les fausses promesses qui sortent de la bouche du duc de Bourgogne et de ses partisans57 : « La paix, la paix et c’était le chaos, il n’y avait pas de paix58 ! » Leurs paroles trompeuses sont comme un « venin », transparente analogie avec le serpent de la Genèse… L’homicide volontaire de 1407 enclenche un cercle vicieux de la violence, qui inspire aux humanistes une métaphore filée de l’homme transformé en bête. Écoutons d’abord Clamanges :

  • 59 Expositio…, op. cit., fol. 66 : Quis ergo hanc miserabilem horridam desertam, inviam atque incultam (...)

« Mais qui donc doit être étonné de cette situation déplorable, sauvage, misérable, désespérée et rude, affligée par le surgissement de tant de violentes épreuves, dans laquelle aucun ne peut distinguer le bon sujet de l’ennemi, si ce n’est du fait de l’acharnement plus furieux des ennemis de l’intérieur qui, sous l’apparence de chiens, exécutent leurs missions de loup avec zèle59 ? »

  • 60 Opera Monsteroliana…, op. cit., p. 278-280.

47Il est bien possible qu’il s’agisse d’une réponse à son ami Jean de Montreuil, lequel, peu de temps avant sa mort60, insiste sur le fait qu’aucune bête n’est aussi cruelle que l’être humain. Pierre d’Ailly, quant à lui, à l’automne 1419, rappelle à Gerson :

  • 61 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, 44a, p. 221 : […] Pseudo theologorum quales multos esse (...)

« […] les pseudo-théologiens auxquels vous vous êtes heurtés en grand nombre lors du Concile général, parce qu’ils ne se cachaient pas dans les ténèbres […] mais aboyaient le plus souvent en public […]61. »

  • 62 Ibid. : […] Hinc scandala multa secuta sunt, hinc potissime superba rabies leonis in vos aliosque s (...)

48Comment ne pas penser aux déboires de Gerson, lors de son combat pour faire condamner les propositions de Jean Petit ? Les défenseurs du duc sont comparés à des chiens, grâce au verbe latrare. Et l’humaniste d’enchaîner que « la rage du lion (rabies leonis), s’abattit cruellement sur vous […] durant la révolte parisienne62 ». La description est particulièrement imagée : le lion apparaît entouré de sa garde rapprochée de chiens/loups, qui le défendent en aboyant ou en égorgeant, (trucido). Jean sans Peur, dont le lion est l’un des symboles héraldiques, est facilement identifiable.

  • 63 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 238, parag. 67 : Hanc Sillana rabies Rome consecuta est.
  • 64 Ibid. : Parisiaque tellus talem pertulit insaniam.

49Le verbe trucidare a également la faveur de Chartier dans une comparaison tout à fait pathétique entre les guerres civiles romaines et les événements parisiens. L’ombre inquiétante de Jean sans Peur rôde dans l’évocation de Sylla massacrant Marius, impression renforcée par un écho de la métaphore animale : « une rage (rabies) syllanienne » affecte Rome63, comparable à la vague de « démence », insania, qui submerge Paris64.

50Le recours aux images souligne le caractère particulièrement emporté, voire la personnalité dérangée du duc, esclave de passions qu’il est incapable de contrôler. Sa démesure rappelle d’ailleurs étrangement l’hybris des tragiques héros grecs. Les humanistes frôlent à leur tour dangereusement la diffamation, mais il est vrai que Jean sans Peur est alors mort depuis quelques semaines, à son tour victime d’un homicide avec préméditation…

51Après avoir dessiné les contours d’un portrait psycho-social du coupable, à partir de l’analyse des informations relatives aux conséquences immédiates du crime, les humanistes achèvent leur entreprise justicière en présentant un mobile.

L’homicide de Louis d’Orléans, un crime passionnel ?

  • 65 Gerson, Œuvres complètes, op. cit., t. 2, 44a, p. 221 : Hinc potissime superba rabies leonis in vo (...)

« […] Là se trouve la principale source de la rage arrogante du lion, qui se déchaîne alors furieusement, cruellement, contre vous et d’autres diligents défenseurs de la foi, parmi lesquels un trop grand nombre fut massacré avec barbarie durant la révolte parisienne […]65. »

52Le mobile du crime, superba rabies, apparaît dans la lettre de Pierre d’Ailly, déjà évoquée. Gerson échappe de peu à la vengeance du duc de Bourgogne, mais plusieurs membres du cercle humaniste paient leur soutien à Gerson de leur vie. L’orgueil déchaîné du lion le pousse aux actes les plus cruels et les plus injustes.

  • 66 Gerson, Deploratio…, op. cit., p. 284 : O inexcogitabile nephas, immortale odium, numquam sanabile (...)
  • 67 Ibid., p. 286 : Vincat, Pater, immensa pietas abissalem maliciam, ut, ubi abondavit delictum, super (...)

« Ô crime (nefas) inimaginable, immortelle haine, blessure inguérissable66 ! » « Que s’éloignent très loin d’ici la colère féroce, les inimitiés anciennes et les plaintes amères. Que la rancœur s’écarte67. »

53Pour Gerson, le mobile ne fait aucun doute. La cupidité et le désir se sont mués en une haine inextinguible et ont abouti inexorablement au crime. Le terme nefas désigne depuis l’Antiquité un crime très grave et contre-nature. Dans Médée de Sénèque, il est associé à la colère, furor, ira, pour souligner la gravité de la transgression. Ici, nous trouvons non la colère, mais la haine, autre émotion puissante.

  • 68 Voir Jacques Chiffoleau, « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du xiie au xve  (...)

54Le nefandum, c’est également l’indicible68. Gerson ajoute qu’il ne peut être pensé, inexcogitabile : l’impossible à dire doit être maîtrisé par la parole, l’aveu. Or, le refus du duc d’avouer son crime rend impossible la neutralisation du nefandum. La phrase de Gerson reproduit dans son mouvement la genèse de l’acte criminel, d’abord à peine pensable, inexcogitabile, car odieux même pour son auteur, puis à peine énoncé, nefas, mais tenace, immortale, enfin, réalisé vulnus. La colère du duc, qualifiée de « féroce » le ramène dans le champ des pulsions animales, afin de bien souligner le caractère monstrueux de son crime. La colère a été le facteur déclenchant du passage à l’acte.

  • 69 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 6v.

55D’ailleurs, Clamanges précise que « les péchés qui en appellent à la vengeance de Dieu sont au nombre de quatre, c’est-à-dire l’homicide, comme celui d’Abel par Caïn : La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi69 ! » Jean sans Peur est donc un nouveau Caïn. Il tue, car son ambition se heurte à la réussite de Louis d’Orléans. Sa passion pour le pouvoir se transforme en colère puis en haine, qui le pousse à désirer, puis à ordonner, la disparition de l’obstacle entre lui et le roi.

56Les humanistes font l’amer constat que la société est construite sur l’envie, l’orgueil et la jalousie, donc la justice est un habitus utilis à l’ensemble de la communauté. Leur pensée dépasse le strict cadre moral ou religieux, pour s’inscrire ici dans le champ de la justice et du droit. Ils analysent le crime de novembre 1407 comme le résultat de la convoitise et de l’orgueil d’un homme, pour lequel la seule manière d’assouvir ses désirs est le meurtre avec préméditation de son cousin. Le crime commis par Jean sans Peur mérite donc le qualificatif de « passionnel » car son mobile est personnel et affectif, contrairement à ce que jean Petit avait présenté dans sa défense.

57Le travail des auteurs est donc très méthodique et il nous révèle, en creux, comment ils envisagent leur place dans la société.

Les intellectuels, garants de la vérité et du droit ?

  • 70 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 5 : Deus judicium (contra errores Johannis Parvi), p. 212-2 (...)

58Les auteurs étudiés revendiquent en effet leur haut niveau de connaissances ainsi que leur clairvoyance pour se porter garants de la vérité et du droit, malgré les objections de leurs adversaires. Gerson, tout d’abord, revient sur son échec en endossant le rôle de thuriféraire de Louis d’Orléans : « Que dire de Louis, d’illustre mémoire, fils et frère de roi70 ? » Puis, quelques années plus tard :

  • 71 Gerson, Deploratio…, op. cit., p. 284 : O inexcogitabile nephas, immortale odium, numquam sanabile (...)

« Ô crime inimaginable, immortelle haine, blessure inguérissable ! […] Aucun crime plus grand ne fut commis, depuis ta mort monstrueuse, Ô Christ71 ! »

59Le glissement de la majesté royale, attribut inné de Louis d’Orléans en sa qualité de fils et de frère de roi, vers une figure christique, victime sacrificielle qui meurt pour racheter les péchés de son peuple, est frappant. Le désespoir engendré chez l’auteur par l’échec de son entreprise le pousse sans doute à glorifier outre mesure celui dont il n’a pu réhabiliter officiellement la mémoire. Clamanges partage la même amertume :

  • 72 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 41, 1re colonne : Non est apud nos Rex, non est lex ! De tant (...)

« Chez nous, il n’y a plus de roi, il n’y a plus de loi ! Parmi des princes de si grand mérite, un seul demeure, que nous nous efforçons de perdre par les plus grands efforts en raison de l’excès, de la débauche et des mœurs des autres72 ! »

  • 73 Ibid. : ut verum hodie sit quod prophetam dixit : « et inimici nostri sunt judices. »

60Tel est son sombre constat dans l’Expositio, où il décrit un pays sens dessus- dessous, une situation absurde, dans lesquels l’ordre traditionnel a été bouleversé. À défaut d’un État de droit et de justice, ce sont nos ennemis qui deviennent nos juges73, comble de l’inversion des valeurs ! L’importance de la loi chez Clamanges n’est pas sans rappeler la pensée de Coluccio Salutati. Une fois de plus, Clamanges se fait le porte-parole de l’humanisme en France.

  • 74 Clamanges, De lapsu…, op. cit., p. 30 et 37.

61Nous retrouvons également les accents du De lapsu et reparatione justitie, terminé vers 1421. Déjà, il y dressait le portrait des savants auxquels devrait être confiée la mission de conseiller le roi. Ces hommes devraient être choisis pour leurs connaissances, alors qu’aux conciles serait confié le travail de définition des erreurs, des excès et des remèdes à leur apporter. Enfin, la loi, émanant du prince, permettrait de construire l’avenir, en prévoyant les peines pour les crimes les plus graves74. Ces hommes, ces savants, ces garants du droit, comment ne pas y voir les humanistes, revendiquant pour eux-mêmes un statut recherché depuis si longtemps et toujours refusé ?

  • 75 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 240 et suiv.
  • 76 Ibid., p. 241 : supplicia dura concutiunt […] impudenter conturbantibus a Deo preter tormentum duri (...)
  • 77 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, p. 218-221 : E contra vero tyrannus ille suo demerito tu (...)

62Alain Chartier, quant à lui, décrit d’une manière dantesque les châtiments qui attendent les fauteurs de guerre75 : ils sont « très durement torturés, suppliciés », comme Holopherne et César76, pour avoir « orgueilleusement offensé Dieu », ce qui les « destine à une vile mort ». Ces tyrans ne sont pas les victimes, mais les bourreaux, et ils seront justement condamnés, grâce à l’intervention divine et non par un acte isolé. Ce dernier avertissement est un sombre présage du meurtre de Jean sans Peur, le 10 septembre 1419. Pierre d’Ailly peut d’ailleurs conclure, dans sa lettre à Gerson77 :

« Le tyran a connu au contraire une mort terrestre, puisse-t-elle ne pas être éternelle, des plus indignes, à cause de ses fautes. »

  • 78 Gerson, Œuvres…, op. cit., t. 10, p. 262 : contra divinam et catholicam mandatorum veritatem et in (...)

63Cette affirmation, écrite quelques semaines à peine après le meurtre de Jean sans Peur sur le pont de Montereau78, sonne comme une amère constatation : « nous vous l’avions bien dit » ! La boucle est bouclée, l’assassin a été puni à la mesure de ses propres péchés.

64Le milieu humaniste français, au début du xve siècle, s’acharne donc à enrayer le cercle vicieux de l’humiliation de Louis d’Orléans afin de rétablir la justice, seule capable de restaurer le lien social brisé. L’assassinat du duc d’Orléans doit être requalifié en homicide volontaire avec préméditation, d’autant que le mobile est clair : cupiditas. La légitime défense est donc exclue. Deux conceptions de la justice s’opposent et deviennent irréconciliables : Jean Petit se réfère au droit barbare, qui justifie la loi du talion, alors que les auteurs choisis défendent la pénalisation du crime de sang.

65Au terme de cette étude, il apparaît clairement que Clamanges, d’Ailly, Gerson, Chartier, parmi d’autres, sont également à la recherche d’un statut qui leur est refusé, celui de conseillers des Grands de ce monde, princes et prélats. Malgré cette déception, parfois cuisante dans le cas de Gerson, ils assument, jusqu’au bout, leur mission de « lanceurs d’alerte ».

  • 79 Joost de Damhouder, Practyke ende handbouck in criminele zaeken, Louvain, 1555, chap. LXVII, Josef (...)

66Quant à la criminalisation de l’homicide comme synonyme d’assassinat, elle intervient au milieu du xvie siècle79. À partir de cette époque, l’intention de nuire est présumée, à charge pour la défense de prouver le contraire. Les humanistes, soyons-en sûrs, auraient été fiers d’avoir défendu, avec plus d’un siècle d’avance sur les juristes de leur temps, une telle conception du crime de sang.

Notes

1 1 Timothée, 6 :10.

2 Voir Carla Bozzolo, « Renaud de Fontaine, évêque de Soissons, 1423-1442 », Bulletin de la Société historique de Compiègne. Actes du colloque Jeanne d’Arc, 28, 1982, p. 119-132, ici p. 131.

3 Concernant le meurtre de Louis d’Orléans, voir Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992. À propos de la guerre civile : Nicolas Offenstadt, « Guerre civile et espace public à la fin du Moyen Âge : la lutte des Armagnacs et des Bourguignons », dans Laurent Bourquin et Philippe Hamon, (dir.), La politisation : conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2010, p. 111-129 ; Nicole Pons, « Information et rumeurs : quelques points de vue sur des événements de la guerre civile en France (1407-1420) », Revue historique, Paris, 602, 1997, p. 409-433 ; Bertrand Schnerb, Les Armagnacs et les Bourguignons, la maudite guerre, Paris, Perrin, 1988, rééd. 2001.

4 Alfred Coville, Jean Petit. La question du tyrannicide au commencement du XVe siècle, Paris, Picard, 1932.

5 À ce propos, voir Claude Gauvard, « Les humanistes et la justice sous le règne de Charles VI », dans Monique Ornato et Nicole Pons (dir.), Pratique de la culture écrite en France au XVe siècle, actes du colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai, Louvain-la-Neuve, FIDEM, 1992, p. 217-244.

6 Jean Gerson, Œuvres complètes, Palémon Glorieux (éd.), 10 vol., Paris/Tournai/Rome/New York, Desclée, 1960-1973, ici t. 10, p. 164-284. Sauf précision, il sera fait par la suite référence à ce t. 10.

7 Nicolas de Clamanges, De lapsu et reparatione Justitiae, Paris, J. Drouart, 1609 ; Id., Expositio super quadraginta septem capitula Isaye, BnF, Arsenal, ms. 137.

8 Pierre d’Ailly, De persecutionibus Ecclesie, Bibliothèque municipale de Marseille, ms. 1156.

9 Jean Gerson, Deploratio super civitatem, Gilbert Ouy (éd.) dans Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 71, 2004, p. 255-286. Alain Chartier, Ad detestationem belli gallici et suasionem pacis, dans Les œuvres latines d’Alain Chartier, Pascale Bourgain (éd.), Paris, CNRS, 1977, p. 225-237.

10 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 190. Je remercie Cédric Giraud d’avoir accepté de revoir les traductions des textes latins.

11 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 282.

12 Ezio Ornato, Gilbert Ouy, Nicole Pons (dir.), Opera Monsteroliana, vol. 4, Paris, CEMI, 1986, p. 278-279.

13 Expositio super Isayam, op. cit., fol. 41, 1re colonne.

14 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 232, parag. 32.

15 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 176.

16 Ibid., p. 209 : Subditus et vassallus non est judex legitimus domini sui ad judicandum eum personaliter, praesertim ad mortem.

17 Ibid., p. 188.

18 Ibid., p. 209 : Unde et in alio articulo damanto ponit Wicleff quod principes vel laïci possunt clericis delinquentibus removere bona temporalia ; hic autem dicitur quod a principibus tyrannizantibus removeri debet vita, auctoritate privata vel populari. Posset igitur a fortiori removeri pecunia. Toutefois, les propositions condamnées par le concile portaient plutôt sur la possibilité pour le pouvoir séculier, d’origine divine selon Wyclif, de retirer aux clercs coupables de délits, leurs biens temporels, car l’auteur pense que le roi est supérieur aux prêtres dans ce domaine. Gerson alors tire l’argument à lui en soulignant que le même Wyclif a également affirmé que le tyran devait être mis à mort par un individu ou par une révolte populaire, ce qui semble sans doute spécieux et hors de propos aux membres du concile. La condamnation portait en effet sur la légitimité d’affirmer que le pouvoir temporel peut être en certains cas supérieur au pouvoir spirituel et non sur le tyrannicide en tant que tel.

19 Il s’agit du concile de Constance.

20 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 262 : Quilibet tyrannus potest et debet licite et meritorie occidi per quemcumque vassallum suum […]. Sancta Synodus […] definit hujusmodi doctrinam erroneam esse, in fide et moribus, ipsamque tamquam haereticam, scandalosam, seditiosam […].

21 Ibid.

22 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 32, parag.32.

23 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 50.

24 Ibid., Ecce nominatum contra scribas qui, vel perniciosa principum assertatione vel spontanea iniquitate, perversa et captiosa, in legum descriptione solent immiscere […].

25 Ibid., 2e colonne, quibus simplices et ignari per subolas irretiantur cavillationes.

26 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 177.

27 Ibid., p. 175.

28 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 66 : Cuncta siquidem et Ecclesie Dei et regni ipsius illic conflata sunt ac suscitata scandala. An non illic excitata sunt inter principes nostros per gladios acutos ac bicipites flammiferarum linguarum bella civilia que regnum plagis inauditis ad exitium universale conficiunt ?

29 Ibid., fol. 187v.

30 Ibid., fol. 66, 1re colonne.

31 D’Ailly, De persecutionibus…, op. cit., fol. 15 : Quando coram Consilio Generali […] errores contra fidem etiam circa materiam preceptorum Decalogi […] cum sint prima principia moralia. Non extirpabuntur sed exaltabuntur potius eorum fautores, cum scandalo et periculo zelatorum fidei.

32 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 212 : Rursus dicimus quod in casu talis necessitatis occisor esset innocens apud Deum et non esset vere homicida quia non intendere occidere sed regem suum a morte imminente protegere, sicut judex non recte intendit interficere sed legibus obedire.

33 C. Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, p. 44.

34 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 182 : Non occides, scilicet propria auctoritate […].

35 Ibid., p. 188 et 214 : Praecepta moralia, praesertim generalia quae data sunt hominibus tamquam prima principia regulantia vitam uniuscujuscumque habentis usum rationis, debent esse clarissima et quae non egeant difficili et varia interpretatione, et maxime illa quae conservant humanam politiam in sui firmitate et civilitate, sicut iste tria : Non occides, non assumes nomen Dei tui in vanum, non occides per industriam et insidias […].

36 Ibid., p. 209.

37 D’Ailly, De persecutionibus…, op. cit., fol 15 : Videtur autem multis doctis et devotis fidelibus quod ad hanc discessionem magna erit preparatio, quando coram Consilio Generali […] errores contra fidem etiam circa materiam preceptorum Decalogi, cum sint prima principia moralia, non extirpabuntur sed exaltantur potius eorum fautores cum scandalo et periculo zelatorum fidei.

38 Sur la notion de Bien commun, voir Franck Collard, Pouvoir d’un seul et Bien commun (VIe-XVIe siècles), Actes de la journée d’études internationale du 19 décembre 2008, Revue française d’histoire des idées politiques, 32, 2010.

39 Gerson, Deploratio…, op. cit. (n. 6), p. 199-200, Cura autem communis boni, ait ibidem S. Thomas, commissa est principibus habentis publicam autoritatem et ideo solis licet malefactores occidere, non autem privatis personis.

40 Clamanges, De lapsu et reparatione justiciae…, op. cit., p. 24.

41 Par exemple : Horace, Ode, I, 3. Virgile, Bucoliques, IV, v. 13-14. Ovide, Tristes, III, 6, v. 35-36 ou Métamorphoses, 8, 130.

42 À ce propos, voir l’article d’Isabel De Brand, « Una aproximacion al lexico del crimen y la pasion en Medea et Phaedrea de Seneca », Dikaiosyne, 17, décembre 2006, p. 28-40.

43 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 231-232.

44 Ibid., p. 233 : excutite ergo, viri, excutite fraterno sanguine manibus madentes gladios.

45 Ibid., p. 239 : Parisiaque tellus talem pertulit insaniam, cum diebus abhominandis manus impia cruentas secures in mortem exercebat, lingua vero pacem extollendo clamabat.

46 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 6v : Quatuor siquidem esse feruntur peccatorum genera que Dominum pro ultione interpellant. Homicidium, videlicet, ut Abel ad Cayn : « ecce sanguis fratris tui clamat ad me de terra » Et in Apocalypsis : « Audivi voces occisorum dicencium : Quare non defendis sanguinem nostrum ? »

47 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 201, quid filius regis et frater istius, Ludovicus inclyte memorie, […] quid immo sanguis suus clamat ad Deum de terra… Ce discours a été prononcé le 5 mai 1416.

48 Gerson, Deploratio…, op. cit. (n. 6), p. 277 : effudisti clarum sanguinem ; p. 279 : sanguine cruentis, […] effusi sanguinis in capite viarum, multo sanguine infecte manus […]

49 Ibid., p. 282 : O facinus inauditum ! Tale quis vidit nephas ? […] Ascendit fumus occisorum. Vox effusi sanguinis fratris regii super terram, que apperuit os suum et suscepit eum de manu tua, clamat ad Dominum.

50 D’Ailly, De persecutionibus…, op. cit., fol. 8v : Ydeo vocat eam : « bestiam coccineam », in sanguine christianorum rubricatam, quia tirrani seculi sepe sub hoc scismate effuderunt sanguinem christianum […]

51 Philip K. Dick, The Minority report, nouvelle publiée la première fois en 1956.

52 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 212 : voir l’extrait cité supra, note 32. Gerson entend prouver qu’il y a bien eu préméditation et que Louis d’Orléans n’avait aucune intention de nuire à son frère. Ainsi, les arguments de Jean Petit seraient caducs.

53 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 52v, 2e colonne : « Super fructum magnifici cordis regis Assur », id est super opera mala regis Assiriorum, quid arbor mala fructus malos facit, opera inquam de radice cordis procedentia, quia de corde, ut ait Salvator, « exeunt cogitationes male, homicidia, adulteria fornicatione » etc., qui « coinquinantur hominem ». Commentaire d’Isaïe 10 :12 puis de Matthieu, 15 :19 et 15 :20.

54 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 238, parag. 65.

55 Opera Monsteroliana…, op. cit., p. 279, l. 68-87.

56 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., p. 214.

57 Nous trouvons un écho puissant de ce passage chez Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 239, parag. 68, enim harum satellites venient et dicent : « Pax, pax et non erit pax ! » (« En effet, ses sbires viendront et diront : la paix, la paix et il n’y aura pas de paix ! »)

58 Gerson, Deploratio…, op. cit., p. 279 : Ad ignominiam falso venenum melle tegunt, dicentes : pax, pax et ecce turbacio ; non erat pax.

59 Expositio…, op. cit., fol. 66 : Quis ergo hanc miserabilem horridam desertam, inviam atque incultam tantis debet mirari pressuris undequaque erumpentibus afflictam inqua inter civem et hostem nullum discrimen est, nisi quod hostes domestici gravius seviunt qui sub canum veste luporum officia sedulo peragunt.

60 Opera Monsteroliana…, op. cit., p. 278-280.

61 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, 44a, p. 221 : […] Pseudo theologorum quales multos esse vos in generali concilio experimento probastis, quia non in occulto nec in tenebris susurrando latuerunt sed saepius in publico latraverunt.

62 Ibid. : […] Hinc scandala multa secuta sunt, hinc potissime superba rabies leonis in vos aliosque strenuos tunc fidei defensores crudeliter saeventis, quorum plures in seditione parisiensi sunt inhumaniter trucidati.

63 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 238, parag. 67 : Hanc Sillana rabies Rome consecuta est.

64 Ibid. : Parisiaque tellus talem pertulit insaniam.

65 Gerson, Œuvres complètes, op. cit., t. 2, 44a, p. 221 : Hinc potissime superba rabies leonis in vos aliosque strenuos tunc fidei defensores crudeliter saevientis ; quorum plures in seditione parisiensi sunt inhumaniter trucidati. Aux lignes précédentes, Pierre d’Ailly a rappelé le combat acharné de Gerson contre la Justification de Jean Petit lors du concile de Constance. Jean sans Peur ne s’y est pas trompé et a bien compris qu’il était la cible des attaques du chancelier puisque Jean Petit était déjà mort depuis cinq ans. Voir précédemment, note 61.

66 Gerson, Deploratio…, op. cit., p. 284 : O inexcogitabile nephas, immortale odium, numquam sanabile vulnus. […] Nullum crimen majus hoc inventum est, post illam prodiciosam tui, Christe, mortem […].

67 Ibid., p. 286 : Vincat, Pater, immensa pietas abissalem maliciam, ut, ubi abondavit delictum, superhabundet et gracia. Longius abeant ire feroces, veteres inimicie et questus amaritudinis. Rancor procul omnis. […] cor gravatum sceleribus alleva. […] Transeat quicquid irarum fuit. […] Redeat et pacis amor, conciliato pacis auctore.

68 Voir Jacques Chiffoleau, « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du xiie au xve siècle », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 1990, p. 289-324.

69 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 6v.

70 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 5 : Deus judicium (contra errores Johannis Parvi), p. 212-202. Ce discours a été prononcé le 5 mai 1416 : quid filius regis et frater istius, Ludovicus inclyte memorie, […] quid immo sanguis suus clamat ad Deum de terra.

71 Gerson, Deploratio…, op. cit., p. 284 : O inexcogitabile nephas, immortale odium, numquam sanabile vulnus. […] Nullum crimen majus hoc inventum est, post illam prodiciosam tui, Christe, mortem.

72 Clamanges, Expositio…, op. cit., fol. 41, 1re colonne : Non est apud nos Rex, non est lex ! De tanto principium merito unicus superest quem luxu ac lubricitate more aliorum summis conatibus perdere satagimus.

73 Ibid. : ut verum hodie sit quod prophetam dixit : « et inimici nostri sunt judices. »

74 Clamanges, De lapsu…, op. cit., p. 30 et 37.

75 Chartier, Ad detestationem…, op. cit., p. 240 et suiv.

76 Ibid., p. 241 : supplicia dura concutiunt […] impudenter conturbantibus a Deo preter tormentum durissimum, opprobrium vile exitusque vite dampnatissimus parabitur.

77 Gerson, Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, p. 218-221 : E contra vero tyrannus ille suo demerito turpissima morte temporali, utinam non aeterna, vitam finivit.

78 Gerson, Œuvres…, op. cit., t. 10, p. 262 : contra divinam et catholicam mandatorum veritatem et in cujuslibet reipublicae, nedum temporalis sed spiritualis pariter turbationem subversuram qualiter.

79 Joost de Damhouder, Practyke ende handbouck in criminele zaeken, Louvain, 1555, chap. LXVII, Josef Dauwe et Jos Monballyu (éd.), Roeselare, Den Wijngaert, 1981.

Auteur

Lucie Jollivet, enseignante dans le secondaire et chargée de cours à l’université Rennes 2, est l’auteure d’une thèse soutenue en décembre 2013, intitulée Les humanistes français face aux crises du début du XVe siècle. Elle est membre associé au Centre de recherches historiques de l’Ouest, UMR 6258.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search