Version classiqueVersion mobile

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Deuxième partie : Les cercles d'intellectuels

Philhellénisme et réforme pendant le Grand Schisme : Guillaume Saignet et les Grecs

Philhellenisme and Reform during the Great Schisme: Guillaume Saignet and the Greeks

Camille Rouxpetel

Résumé

Dans le sillage du premier travail universitaire de Nicole Pons, cet article est consacré aux traités réformateurs latins favorables à l’ordination sacerdotale des hommes mariés, au cœur du débat ecclésiologique du Grand Schisme. Témoin de la circulation des écrits polémiques entre Grecs et Latins, la réintroduction de cette question pose le problème de la définition de la chrétienté et de son ouverture à l’Église grecque.

Texte intégral

  • 1 Nicole Pons, Célibat et nature : une controverse médiévale. À propos d’un traité du début du XVe si (...)
  • 2 Dans les Cahiers de Fanjeaux, en 2004, Nicole Pons signe avec Hélène Millet un article intitulé « D (...)

1En 1975, Nicole Pons publiait son mémoire soutenu en 1971 devant la IVe section de l’École pratique des hautes études1. Intitulé Célibat et nature : une controverse médiévale, il portait sur un traité inédit du début du xve siècle, la Lamentacio humane Nature adversus Nicenam Constitucionem de Guillaume Saignet, auquel Jean Gerson porta la contradiction dans le De celibatu en juin 1423. Nicole Pons entendait replacer leur controverse sur le célibat et la chasteté des clercs dans le contexte centenaire de l’apparition et du développement du naturalisme moral. Elle y développait trois axes : les questions morales à propos du naturalisme ; les questions ecclésiologiques à propos des traités sur le célibat et les questions politiques à propos de la biographie de Guillaume Saignet. Elle reviendra ensuite à deux reprises sur sa carrière et son œuvre2.

2C’est un autre aspect qui nous retiendra : la place des Grecs dans la réflexion latine sur la continence des clercs. Souvent présentée comme l’une des principales pierres d’achoppement entre Grecs et Latins, comment et pourquoi la question du mariage des clercs revient-elle dans le débat ecclésiologique et devient-elle un indice de philhellénisme au tournant des xive et xve siècles ?

  • 3 N. Pons, Célibat et nature : une controverse médiévale…, opcit., p. 54.
  • 4 Je remercie Carla Bozzolo, Claude Gauvard et Hélène Millet de m’avoir donné l’occasion de me penche (...)
  • 5 Je remercie chaleureusement Camille Gerzaguet et Julien Loiseau de leur relecture.

3La question d’une influence grecque sur l’opposition de Guillaume Saignet au célibat des clercs latins dans le premier quart du xve siècle est rapidement évacuée par Nicole Pons, concluant son paragraphe sur le problème de l’Union dans le contexte de l’écriture de la Lamentacio par ces mots : « C’est pourquoi il ne me semble pas qu’il faille s’attarder sur l’influence éventuelle de l’actualité grecque3 ». Je pense au contraire qu’il faut creuser ce sillon et qu’à l’orée de son travail universitaire, Nicole Pons a ouvert la voie à l’étude d’une nouvelle source permettant une meilleure compréhension de la prise en compte de l’Orient chrétien dans la manière dont se pense la chrétienté latine durant le Grand Schisme d’Occident (1378-1417)4. Le retour de la question du célibat des clercs au sein des débats qui agitent l’Église de Rome au tournant des xive et xve siècles permet enfin de revenir sur la naissance et les usages du philhellénisme, tendance trop souvent et quasi exclusivement associée à l’humanisme naissant et aux conséquences de la chute de Constantinople aux mains des Ottomans (1453)5.

La Lamentacio humane nature adversus Nicenam Constitucionem

  • 6 Erwin Frauenknecht, Die Verteidigung der Priesterehe in der Reformzeit, Hanovre, Hahn, 1997. Je rem (...)
  • 7 Qui autem secundum regionis sue morem non abdicarunt copulam coniugalem, si lapsi fuerint, gravius (...)
  • 8 Annick Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine. Une acculturation en douceu (...)
  • 9 Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine, Égypte (XI (...)

4Pierre angulaire du discours grégorien, le célibat des clercs a d’abord fait l’objet de vifs débats entre les Grégoriens et leurs opposants, avant d’être imposé aux clercs latins, selon des rythmes variés et avec un succès inégal6. En 1215, les délégués du concile de Latran IV adoptent une règle soumettant les clercs latins au célibat et les contraignant à la chasteté. Mais la dernière phrase du canon 14, assortie d’une note marginale précisant Hoc dicitur propter Graecos, montre, en creux, combien l’Église romaine préfère la pratique du compromis à la condamnation pure et simple et prévoit de moduler son action dans les régions où sont soumis à son autorité des clercs grecs – États latins d’Orient, Empire latin de Constantinople, Italie du Sud hellénisée et byzantinisée7. Nonobstant les rigueurs des réformateurs grégoriens, la tendance est plutôt à l’intégration des clercs grecs sous juridiction romaine et au compromis face à leurs particularités disciplinaires, dont relève la question du mariage et du célibat. Initiée par les souverains normands dès la fin du xie siècle, cette politique du pragmatisme est reprise, au début du xiiie siècle, par les souverains pontifes et poursuivie jusqu’à l’orée du xvie siècle8. Enfin, les Latins, croisés, pèlerins et missionnaires, qui se rendent en Cilicie, en Syrie, en Palestine ou en Égypte dans le sillage de la première croisade, ne s’émeuvent pas outre mesure du mariage des clercs grecs et orientaux, qu’ils se contentent de mentionner9.

5Pourquoi, dès lors, au tournant des xive et xve siècles, écrire un traité sur une telle question et revenir sur l’interdiction faite aux clercs latins de prendre femme ? Une première réponse, d’ordre personnel, peut être apportée. Avant de se marier et de fonder une famille, Guillaume Saignet appartenait, à un degré non encore déterminé, à l’état ecclésiastique. Il était en outre titulaire d’une licence en droit civil et d’un baccalauréat en droit canon. L’alternative entre continence et mariage s’est donc posée très concrètement à lui. Elle ne suffit évidemment pas à expliquer la composition de la Lamentacio.

  • 10 Martin Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa, Stuttgart, Thorbecke, 2000, p. 27 (...)
  • 11 Alain Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France (...)

6La collaboration entre Nicole Pons et Hélène Millet a permis d’établir l’importance de l’Union dans le parcours et la réflexion de Guillaume Saignet, ainsi que sa place dans l’entourage de Sigismond. En novembre 1408, alors juge de Nîmes, il est envoyé en ambassade auprès de Benoît XIII (1394-1423) par Charles VI (1380-1422). On le retrouve l’année suivante, le 5 janvier 1409, dans l’entourage du roi de Jérusalem, Louis II d’Anjou (1384-1417), au moment de déterminer la liste des représentants du duc au futur concile de Pise (1409). Si Guillaume Saignet reste extérieur au concile, retenu par une ambassade chargée de proposer l’achat de Nice à la Savoie, il est en revanche à Narbonne en même temps que Sigismond qui a quitté le concile de Constance le 18 juillet 1415 pour rencontrer Benoît XIII et tenter de mettre un terme au Grand Schisme d’Occident. Ce n’est pas alors en tant que sénéchal de Beaucaire qu’il est présent à Narbonne, mais bien plutôt dans la continuité de la mission confiée par Louis II d’Anjou : suivre les négociations avec Benoît XIII. En outre, loin d’être fortuite, sa présence à Narbonne auprès de Sigismond s’inscrit dans la continuité de liens déjà établis. Saignet apparaît en effet dans l’entourage de l’empereur dès 1414 et deux de ses parents, dont son frère, sont alors dûment enregistrés comme familiares regis10. Plusieurs indices, relevés par Hélène Millet, montrent combien Guillaume Saignet sut progressivement se rendre indispensable à Sigismond, jusqu’à le tirer d’embarras financiers causés par son déplacement auprès de Benoît XIII et l’entretien d’une suite nombreuse. Les liens entre les deux hommes se sont donc renforcés durant six mois passés à œuvrer pour l’unité de l’Église. Les liens ainsi tissés expliquent le curieux épisode du 16 mars 1416. Alors que Guillaume Saignet faisait face à Guy de Pesteil qui lui disputait la sénéchaussée de Beaucaire devant le parlement de Paris, le roi des Romains intervint avec perte et fracas en sa faveur. Son adversaire lui reprochant de n’être pas chevalier, Sigismond l’adouba sur-le-champ11.

7C’est encore à Sigismond que l’année suivante, après le mois de novembre, Guillaume Saignet envoie la Lamentacio. Il l’envoie également à Martin V (1417-1431), dont l’élection vient de marquer la fin du Grand Schisme, aux prélats assemblés à Constance, cardinaux, patriarches, archevêques et évêques et, enfin, aux président, avocats et procureurs du concile. C’est donc sous le signe de l’unité retrouvée de l’Église qu’il place d’emblée son traité. Si la Lamentacio ne semble pas avoir eu une grande influence sur les travaux des cardinaux assemblés en concile à Constance, elle refait surface au moment du concile de Bâle (1431-1437), durant lequel elle sera recopiée.

8Le traité dénonce les conséquences néfastes de l’obligation de célibat faite aux clercs. Sans doute Guillaume Saignet espérait-il ainsi intervenir directement dans les affaires ecclésiastiques durant la phase du concile destinée à promouvoir une réforme des institutions et des mœurs. La Lamentacio revêt la forme d’un débat allégorique entre Nature et Constitution de l’Église. Ne plus opposer état ecclésiastique et état matrimonial permettrait à l’Église de présenter un front uni face aux infidèles. Guillaume Saignet lie dans son traité réduction des schismes, croisade et réforme morale du clergé. La dédicace à Sigismond, ardent artisan de l’unité de l’Église et promoteur d’une croisade contre les Ottomans, qui s’achève en septembre 1396 sur la rive droite du Danube lors de la cuisante défaite de Nicopolis, prend tout son sens.

9Ainsi, la question des Grecs n’apparaît pas seulement en référence à la continence des clercs grecs dans le traité de Saignet, elle sous-tend également deux des thèmes principaux de la Lamentacio : le schisme et la croisade.

  • 12 N. Pons, Célibat et nature…, op. cit., p. 144, l. 338-339 ; p. 141, l. 225-226 et 229-230.
  • 13 Heu me ! Quis tot et tantis scismatibus occasionem dare presumit cum istis adinvencionibus ? Scisma (...)

10Après avoir dénoncé le schisme entre les sacrements, Guillaume Saignet dénonce le schisme entre la nature et la Loi, qui entraîne à son tour un schisme entre les enfants naturels et les enfants légitimes, schisme sur lequel vient renchérir la loi sur le célibat12. Enfin, dit-il, la réduction du schisme à la tête de l’Église n’a rien résolu et seule la réforme in membris permettra de redonner à la chrétienté son unité. Il énumère alors l’ensemble des schismes qu’il reste à résoudre, au premier rang desquels le schisme « entre les Orientaux et les Occidentaux13 ».

  • 14 Ibid., p. 136-137, l. 68-78.

11Le second thème, celui de la croisade, est principalement développé dans la dédicace à Sigismond, autour du tropisme hiérosolomytain et eucharistique – l’importance du sang versé en commémoration de la Passion du Christ – de la nécessité, pour Rome, de relever l’héritage de l’Église orientale et de délivrer les Lieux saints soumis à un joug infidèle ou encore de la Terre sainte biblique comme le lieu où coulent le lait et le miel, reprenant la définition de l’Exode, 3, 8, amplement citée par les mémorialistes de la croisade et les pèlerins faisant le récit de leur entreprise14. S’il y déploie une rhétorique de croisade somme toute assez banale, cette épître dédicatoire permet à Guillaume Saignet de placer d’emblée son traité sur le célibat sous le signe de l’Union et de la croisade, la réforme in membris devant parachever l’unité de la chrétienté dans son ensemble, jusqu’aux Églises d’Orient et, ainsi, permettre la réussite de la croisade. Il ne s’agit pas seulement de flatter Sigismond, tant le thème prend de l’importance dans la lettre dédicace au roi des Romains. Les questions sont liées dans les faits comme dans les idées et ne peuvent être envisagées de manière compartimentée.

12Trois pistes s’ouvrent ici à l’investigation : la définition d’un moment, le concile de Bâle (1431-1445/1449) ; le rôle tenu par Sigismond dans les thèmes développés par Guillaume Saignet et, plus largement, l’impact d’une « actualité grecque » sur la réflexion des réformateurs au moment du Grand Schisme.

Le concile de Bâle, Sigismond et l’Orient

  • 15 Bâle, ms. A. VII. 37, fol. 1-10 ; Colmar, ms. 194, fol. 85-99 ; Melk, ms. 619, fol. 16v-26v ; Seite (...)

13La Lamentacio nous est parvenue par l’intermédiaire de quatre recueils gersoniens15. D’origine germanique, trois de ces codices datent de la période du concile de Bâle et contiennent, entre autres traités, le De celibatu, réfutation, par Gerson, de la Lamentacio.

  • 16 Je remercie chaleureusement Giovanni Matteo Roccati d’avoir attiré mon attention sur cette copie, m (...)
  • 17 Scriptum et completum Basilee 26, die mensis augusti anno Domini 1437, tempore concilii generalis i (...)
  • 18 Barbara Frank, « Subiaco, ein Reformkonvent des späten Mittelalters », Quellen und Forschungen aus (...)

14Tardivement découverte, la copie de l’abbaye bénédictine de Seitenstetten serait la plus ancienne16. Réalisée à Melk, vraisemblablement en 1435, elle précède de peu la seconde copie entreprise par un frère du même monastère bénédictin, à moins que les deux ne soient contemporaines. Œuvre de Martin von Senging, la seconde copie est néanmoins réalisée à Bâle, durant le concile, et est datée d’août 143717. Le rôle tenu par l’abbaye bénédictine de Melk est ici tout sauf anodin. L’abbaye devient, au xve siècle, un centre de la réforme monastique, dans le sillage des réformes entreprises en 1362 dans une autre abbaye bénédictine, l’abbaye de Subiaco, sous l’impulsion de l’abbé Barthélemy III de Sienne. Sise à 70 kilomètres de Rome, celle-ci accueille, dans la première moitié du xve siècle, plusieurs frères de l’abbaye de Melk18.

  • 19 Bâle, ms. A. VII. 37, fol. 177v ; fol. 249 ; fol. 355v.
  • 20 Yvan. Léger, « L’ecclésiologie de Jean de Raguse », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerr (...)
  • 21 Bâle, Bibliothèque universitaire, ms. A. VI. 15, fol. 276-335v.
  • 22 Hélène Millet, « Le Liber dialogorum hierarchie subcoelestis (1388) », dans Jean-Marie Martin, Bern (...)

15Un second milieu de diffusion apparaît avec le manuscrit conservé à Bâle, propriété du couvent dominicain de la ville. Il a manifestement été composé entre 1441 et 144219. Néanmoins, la Lamentacio a été rajoutée a posteriori, sans doute pour compléter le dossier gersonien, composé de 17 traités, dont le De celibatu. S’il appartient à la bibliothèque du couvent mendiant, et non à celle du frère Jean de Raguse, celui-ci semble pourtant devoir être ici mentionné une première fois. Le dominicain croate joue un rôle de premier plan lors des conciles de Pavie-Sienne, puis de Bâle. Il y développe une ecclésiologie mettant en avant le rôle du concile dans le gouvernement de l’Église et tient une part active dans le rétablissement de l’Union au sein de la chrétienté, avec les Hussites et avec les Grecs, dont il prépare la venue à Bâle lors d’une ambassade conciliaire à Constantinople entre 1435 et 143720. Or l’on trouve dans sa bibliothèque, sinon une copie de la Lamentatio, celle d’un autre traité réformateur, composé à Sienne en 1388, le Liber dialogorum hierarchie subcoelestis dont la diffusion se concentre dans la première moitié du xve siècle21. Son auteur, un dominicain ayant fait le choix de l’anonymat, propose une réforme du gouvernement de l’Église au prisme de l’héritage grec et oriental et des premiers temps, conciliaires, de la chrétienté. Ces différents milieux réformateurs, autour de l’abbaye bénédictine de Melk, du couvent dominicain de Bâle et du frère prêcheur Jean de Raguse, pourraient ici se rencontrer. L’auteur anonyme du Liber cite trois noms – l’évêque bénédictin Pierre Bohier, le chanoine séculier et professeur de théologie Guillaume de Salvarville et l’altariste dominicain frère Gonzalvus – qui tous convergent vers l’abbaye bénédictine de Subiaco22.

16Le quatrième manuscrit, conservé à Colmar, provient de l’abbaye des chanoines réguliers de saint Augustin de Marbach. Très proche du témoin conservé à Bâle, où il a probablement été copié, sans doute à l’initiative d’un universitaire bâlois, à partir du même témoin aujourd’hui disparu, il est, en revanche, postérieur au concile, le premier traité ouvrant le codex ayant été copié en 1458.

17Comment expliquer la résurgence bâloise de la Lamentacio ? Peut-être par l’étape de plusieurs mois en Avignon de l’ambassade du concile dirigée par Johann Schele, l’évêque de Lübeck, sur la route de Constantinople. Il y rencontre Gérard Machet, un proche de Saignet, qui aurait alors pu lui remettre une copie du traité.

18Dans les années 1433-1434 du concile de Bâle, Johann Schele est lui-même à l’origine d’un projet de réforme de l’Église intégrant l’abolition de l’obligation de célibat faite aux clercs – les Avisamenta reformacionis in curia et extra. Faisant preuve d’un pragmatisme étonnant, il récuse, à l’aide de périphrases éloquentes, les arguments des opposants au mariage des clercs et préfère au feu de la vallée de la géhenne, le bref scandale de la réforme :

  • 23 Johannes Schele, Avisamenta reformacionis in curia et extra, dans Jürgen Miethke und Lorenz Weinric (...)

« De même, l’on sait qu’il a été décidé par l’Église, par peur des châtiments les plus lourds et d’un malheur éternel, que les prêtres soient tenus de vivre de manière chaste et continente, en évitant le péché de chair. Or en nul endroit ces derniers ne se sont préoccupés, hélas, d’éviter ce vice, encouru naturellement par tout un chacun. Des milliers d’âmes sont ainsi, par troupes entières, condamnées à la damnation éternelle, nul ne peut en douter. Il est donc saint et sage, semble-t-il, de prévoir, après l’abandon d’une telle règle, que désormais, selon les mœurs de l’Église orientale, tout prêtre séculier, s’il le souhaite, puisse contracter mariage, avec une épouse unique seulement, et vierge, et vivre marié légalement. Or, face à cette innovation, l’opposition des anciens, qui ignorent la chaleur des entrailles, n’est pas admissible, pas plus que ne sont admissibles les plaintes des contemplatifs dont les reins sont consumés par le feu de la charité ; cette innovation ne doit pas être approuvée, et elle ne doit pas non plus être passée sous silence de quelque manière que ce soit à cause du scandale, qui sera promptement expié, après un bref et court laps de temps. Il est en effet de beaucoup préférable de supporter quelque temps le scandale, plutôt que d’envoyer des milliers d’âmes en nombre infini dans [la vallée de] la Géhenne pour l’éternité23. »

  • 24 Ester Brunet, La ricezione del concilio Quinisesto (961-962) nelle fonti occidentali (VII-IX sec.): (...)
  • 25 Patrick Viscuso, « Purity and sexual defilement in late Byzance theology », Orientalia Periodica, 5 (...)
  • 26 Sur les Grecs et le concile de Bâle, Sebastian Kolditz, Johannes VIII Palaiologos und das Konzil vo (...)
  • 27 Je remercie vivement Marie-Hélène Blanchet et Annick Peters-Custot pour leurs précieuses indication (...)

19Or, son raisonnement est ici très proche de celui que les Grecs byzantins opposent aux envoyés pontificaux dans le cadre de la controverse sur le mariage des clercs née du concile in Trullo (691-692)24. Dans la Syntagma kata Stoicheion, Matthieu Blastarès, moine de Thessalonique dans la première moitié du xive siècle, traite tout particulièrement des aspects théologiques et canoniques du mariage des clercs et des laïcs. Celui-ci est justifié comme offrant un recours, un remède, face au risque d’un péché plus grand encore, le péché de fornication, c’est-à-dire l’union charnelle hors mariage25. Son œuvre demeure une référence pour le clergé grec orthodoxe jusqu’au xviiie siècle. L’argumentation grecque byzantine sur la clérogamie semble ainsi exercer une influence directe sur l’argumentaire de Schele26. On peut supposer que ce proche de Sigismond en a eu connaissance dans le cadre de ses fonctions épiscopales, soit par le clergé de rite byzantin du royaume de Hongrie, soit par des ambassadeurs venus de Constantinople27.

  • 28 Johannes Schele, Avisamenta reformacionis in curia et extra…, op. cit., p. 34-236.

20Enfin, Johann Schele n’est autre que le représentant impérial auprès du concile, après le départ de Sigismond en 1434… Il conclut son projet de réforme par un plan de croisade où prennent place le pape, les Italiens – le prince de Milan et le duc de Venise – à la tête des armées arrivant par la mer, Sigismond et les princes allemands, notamment les princes de Bohème, arrivant quant à eux par la terre28. Johann Schele qualifie la croisade appelée de ses vœux de papale et imperiale passagium, faisant de l’empereur l’égal du pape sur le plan de la définition de la croisade. Il rompt ainsi avec la norme voulant que la croisade soit précisément décrétée par le pape seul et fait de l’union entre le pape et l’empereur la condition de la réussite de la libération des Lieux saints.

  • 29 Pour une mise au point bibliographique sur la Reformatio Sigismundi, voir L. Weinrich (éd.), Quelle (...)
  • 30 Heinrich Koller (éd.), Reformation Kaiser Siegmunds, Stuttgart, MGH Scriptores 10, 1964, p. 5-7.

21Les propositions réformatrices de l’évêque de Lübeck sont à la source d’une autre œuvre : la Reformatio Sigismundi29. Composée en allemand médiéval, la Reformatio comporte plusieurs citations latines et son auteur la présente comme la traduction d’un texte initialement rédigé en latin. Le traité se compose d’un prologue, suivi de propositions de réformes, d’abord spirituelles, puis mondaines, avant de rapporter une vision de l’empereur Sigismond, lui dévoilant les modalités de l’application pratique de la réforme. Heinrich Koller, son éditeur, opte pour une rédaction en 1439, dans l’orbite du concile de Bâle, alors en rupture avec le pape Eugène IV, qui avait déplacé le concile à Ferrare (1437), puis à Florence (1439). En dépit des nombreuses hypothèses formulées, l’identité de l’auteur de la Reformatio Sigismundi demeure inconnue. Il est néanmoins assuré qu’il était non seulement présent à Bâle en 1439 au moment de la composition du traité, mais aussi qu’il y est demeuré durant toute la durée du concile. Alfred Doren a ainsi formulé l’hypothèse qu’il était originaire de Bâle ou de sa région. Sa prise de position contre l’obligation de célibat faite aux prêtres n’est pas plus décisive pour déterminer la nature de son état, clérical ou laïc. Enfin, s’il est impossible d’affirmer que la Reformatio traduit fidèlement les projets réformateurs de Sigismond, il est en revanche probable que son auteur ait été en contact avec l’empereur, ou, du moins, son entourage, notamment Johann Schele, l’évêque de Lübeck30.

22Traitant des réformes devant s’appliquer aux prêtres, l’auteur de la Reformatio aborde d’emblée la question du célibat :

  • 31 Ibid., p. 150-152 : Aber da sein sollichs ubersehen werde und desterer sicherer weren, so holt man (...)

« On a omis de voir ce dont on peut bien s’assurer en regardant du côté de l’Orient et en Espagne, c’est à savoir que les prêtres ont bien des femmes, ce que le Christ n’a jamais interdit. Je veux dire qu’il est advenu bien plus de mal que de bien dans [notre] partie de la chrétienté depuis que l’on observe le commandement de Calixte. Ce serait une bonne chose, plaisante à Dieu, et bien davantage belle que Calixte ne le pensait. Mais voyez au contraire quel malheur afflige quotidiennement les femmes et les filles que les prêtres ont conçues charnellement, alors qu’elles se conduisent honnêtement dans le monde ; au lieu de quoi beaucoup sont secrètement sodomites au lieu d’être mariés. Et voyez combien de cette situation provient toute l’inimitié qui surgit entre les prêtres et les laïcs, et il en résulte chaque jour tant de péchés, et des plus mortels, raison pour laquelle il conviendrait de permettre à chaque prêtre de prendre femme et d’avoir des enfants par mariage, ils en vivraient honnêtement et spirituellement, comme on vient de le dire, et toute inimitié qui oppose les prêtres et les laïcs en serait effacée31. »

23Si l’Espagne n’est pas mentionnée par Schele, elle l’est, en revanche, dans le traité d’un autre anonyme, peut-être un clerc de Bologne selon Heinrich Finke, traité écrit lors de la première phase du concile de Constance au moment où l’Église de Rome était encore divisée en trois obédiences rivales. Le traité pourrait dater de février ou de mars 1415, deux ans avant la rédaction de la Lamentacio par Guillaume Saignet :

  • 32 Heinriche Finke (éd.), Acta concilii Constanciensis, Münster, Druck, 1896, II, p. 589 : Utrum sit e (...)

« Est-il opportun de conserver ou d’envoyer des visiteurs en Espagne ou en Allemagne contre les ecclésiastiques conservant, dans diverses parties du monde, des épouses ou des concubines, à l’instar de ceux qui ont aussi des fils et des filles dans la région de Genève, ou bien faut-il pour éviter le scandale qu’ils en aient tous, comme en ont les Grecs, comme dans l’Ancien Testament et dans le Nouveau, saint Pierre, l’évêque saint Agricola et de nombreux autres, qui furent plus saints que nous ? Et la foule se multipliera, soit dit ironiquement. Plus encore, c’est un péché mineur dans certaines régions, comme dans différents endroits d’Italie32. »

24Tous deux, l’auteur de la Reformatio comme le clerc de Bologne, font sans doute ici allusion à la législation wisigothique. Certes, les conciles de Tolède (589, 633 et 655) légiférèrent en faveur de la continence des clercs mariés, de l’évêque au sous-diacre. Mais la loi des Wisigoths, statuant au sujet de la situation des héritiers des évêques et des autres clercs, considérait la situation des clercs mariés comme ordinaire. Les deux réformateurs font enfin allusion à l’Ecclesia orientalis, le premier à l’« Orient », le second aux « Grecs ».

  • 33 Johannis de Ludzisko, Orationes, Jacek Stanislaw Bojarski (éd.), Wroclaw, Varsovie, Ossolineum, 197 (...)
  • 34 Brigitte de Suède, Revelationes, Hans Aili (éd.), Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1967-, VII, 10.

25Le traité du clerc de Bologne, la Lamentacio, le projet porté par l’évêque de Lübeck et la Reformatio Sigismundi sont loin d’être des cas isolés. Toujours dans le cadre du concile de Bâle, l’humaniste et médecin polonais Jan de Ludzisko, défend, au nom de l’université de Cracovie, l’abolition du célibat des prêtres devant les ambassadeurs du concile. Il utilise des arguments d’une tout autre nature, fondés sur ses connaissances médicales33. Nicole Pons relève plusieurs attaques semblables contre le célibat obligatoire, émanant de milieux ecclésiastiques : vers 1370, Brigitte de Suède s’insurge contre les positions similaires d’un archevêque34.

  • 35 Ekaterini Mitsiou et alii (dir.), Emperor Sigismund and the Orthodox World, Vienne, Austria Academy (...)

26Trois de ces traités réformateurs – la Lamentacio, les Avisamenta reformacionis et la Reformatio – ayant partie liée avec le concile de Bâle, gravitent dans l’entourage de Sigismond, souverain d’un royaume, la Hongrie, peuplé d’une importante minorité de sujets de confession chrétienne de rite byzantin35. La réunion, le 23 janvier 1429 à Luck, des rois de Hongrie et de Pologne et du grand-duc de Lituanie, est l’occasion pour Sigismond de réaffirmer les principes sur lesquels fonder les négociations avec les Byzantins : le respect de l’unité de foi et de la diversité liturgique et disciplinaire, le port de la barbe et le mariage des clercs étant pris en exemple. Relisons ainsi ces trois traités, qui proposent l’abolition du célibat des clercs, à la lumière de la politique confessionnelle et stratégique de Sigismond.

27Trois facteurs concourent à expliquer cette politique, favorable, à l’échelle de la Hongrie, aux chrétiens de rite byzantin, et dont l’horizon stratégique est l’Orient byzantin : la nécessité de contrer les menées ottomanes ; l’héritage politique de son père, l’empereur Charles IV de Luxembourg (1346-1378) et la stratégie défendue par Démétrios Cydonès, conseiller de l’empereur Manuel II Comnène entre 1391 et 1396, qui prône une politique d’alliance avec l’Occident au sens large, dont la Hongrie serait le pilier.

  • 36 André Tuilier, « L’élection d’Alexandre V, pape grec, sujet vénitien et docteur de l’université de (...)

28À l’issue de la défaite de Nicopolis (1396), nonobstant les critiques émanant des croisés occidentaux à l’encontre des « schismatiques », Sigismond se rend incontinent à Constantinople et continue d’œuvrer au rapprochement entre Grecs et Latins. L’Union des Églises y prend toute sa part. Si les relations de Sigismond avec l’empereur et le patriarcat de Constantinople s’affermissent globalement, celles qui l’unissent à l’Église de Rome se dégradent suite à l’ingérence hostile du pape Boniface IX (2 novembre 1389-1er octobre 1404) en deux occasions : la déposition du demi-frère de Sigismond, l’empereur Wenceslas, en 1400, par les princes électeurs allemands ; puis l’invasion, en 1401, de la Hongrie par le roi de Naples, Ladislas, appelé par les magnats et les prélats révoltés contre l’autorité du souverain. Par le placitum regium, le 6 avril 1404, l’Église hongroise de rite latin passe sous l’autorité royale, sans toutefois que soit remis en cause le pouvoir spirituel de la papauté sur l’Église de Hongrie. C’est ainsi sur fond de crise avec Rome que Sigismond accorde de nouveaux droits à l’Église de rite byzantin de Hongrie, se traduisant notamment par la construction d’églises de rite byzantin, et même par le passage d’églises latines au rite oriental. La politique philhellène de Sigismond rejoint alors les visées des délégués du concile de Pise (1409), lieu de l’élection du pape Alexandre V (26 juin 1409-4 mai 1410), frère mineur d’origine grecque36. Mais, élu à la tête du Saint-Empire romain d’Occident le 21 juillet 1411, Sigismond n’a de cesse de normaliser ses relations avec Rome, en la personne du pape Jean XXIII, et de mettre un terme aux schismes, schisme d’Occident et schisme avec les Églises grecque et orientales, condition indispensable à la réussite d’une croisade contre les Ottomans.

29Enfin, Sigismond est en première ligne face à la révolte hussite et l’on sait l’importance revêtue par la question de la continence ou, plutôt, de l’incontinence des clercs dans les accusations portées par les hussites contre le clergé tchèque. Probablement partisan d’une solution négociée, Sigismond se voit contraint à la solution militaire, à la fois par la Curie et par les princes allemands. Mais, devant l’échec des armes, le concile de Constance se tourne finalement vers la négociation. Le 6 janvier 1433, arrive au concile de Bâle une délégation hussite dans l’espoir de revenir sur la condamnation prononcée à Constance.

30Nonobstant les vicissitudes diplomatiques, les déclarations de Sigismond lors de la rencontre de Luck en 1429 témoignent de la persévérance du souverain, de la continuité et de la cohérence de sa politique ecclésiale et confessionnelle. Dans la première moitié du xve siècle, Guillaume Saignet, Johann Schele et l’auteur de la Reformatio Sigismundi proposent ainsi d’abolir le célibat des clercs et développent des thèmes identiques, réforme, schisme et croisade, dans l’entourage du souverain d’un royaume qui recèle une forte minorité de sujets de rite byzantin et est confronté à la crise hussite. Quant à Sigismond, il est le champion de la croisade et le promoteur d’une réforme de la chrétienté et de l’empire.

31Et les Grecs dans tout cela ? Leur ombre se résume-t-elle à une rapide évocation à la faveur de l’alternative entre célibat et mariage des clercs ou à l’horizon stratégique du royaume de Hongrie ? Revenons à ce que Nicole Pons appelait, dans Célibat et nature, l’« actualité grecque ».

Une « actualité » grecque ?

32C’est au plus tard en août 1437 que le manuscrit de la Lamentacio conservé à Melk est copié dans le contexte du concile de Bâle. Or, le 14 avril de la même année, s’ouvre la XXIVe session du concile, où sont confirmées les promesses faites par les députés à l’empereur byzantin et au patriarche de Constantinople lors de la XIXe session. Quelques semaines plus tard, Eugène IV décide, au cours de la XXVe session, de transférer le concile à Ferrare au prétexte de tenir un concile d’Union avec les Grecs. L’actualité grecque y est donc brûlante.

  • 37 Douze copies sont parvenues du Liber dont l’édition critique est en cours par mes soins : Bâle, Bib (...)
  • 38 Daniele Menozzi, « La critica alla autenticità della Donazione di Costantino in un manoscritto dell (...)

33Apparaît alors dans la bibliothèque du dominicain Jean de Raguse, chargé par le pontife d’ouvrir les travaux du concile, le Liber dialogorum hierarchie sub coelestis37. Il met en scène un dialogue fictif entre un maître, nommé « orthodoxe », et son disciple, Paucastius, un catéchumène ayant repoussé son baptême en raison des interrogations suscitées en lui par le schisme. Dans le Liber, l’auteur, anonyme, met en regard les deux schismes, schisme avec les Grecs et schisme d’Occident, et recherche en Orient des solutions pour réformer l’Église romaine, malade de la monarchie pontificale. Il s’attaque aux deux fondements de la monarchie pontificale, la primauté pétrinienne et la Donation de Constantin, dénoncée comme apocryphe au chapitre xxi qui clôt le deuxième livre38.

34Comment faut-il définir le Liber ? Œuvre d’un dominicain dont l’ordre est pourtant l’un des principaux artisans de la monarchie pontificale ? Traité réformateur s’interrogeant sur le gouvernement de l’Église et promouvant la voie conciliaire ? Texte historique et philhellène ? Il n’y a pas lieu de choisir entre ces différentes facettes ; toute la question est de savoir comment les articuler. Il devient alors nécessaire d’élargir le cadre de la recherche et de mettre le Liber en résonance avec les événements et les débats de son temps, temps de l’écriture et temps de la diffusion.

  • 39 Catechumenus : Tuis preceptor stupeo fatibus et iam amare Grecos incipio. Sed rogo te si sunt Greci (...)

35En 1367, Pierre Bohier, vicaire du pape à Rome, est chargé par Grégoire XI d’accompagner les envoyés de l’empereur Jean V Paléologue, venus préparer un éventuel concile œcuménique destiné à établir l’Union entre les deux Églises. C’est sans doute de cette période que date l’engouement de Pierre Bohier pour la patristique grecque et l’héritage des conciles œcuméniques, tel qu’il en témoigne dans son second commentaire de la Règle de saint Benoît, rédigé à l’abbaye de Subiaco, à l’abri des murs du Sacro Speco, en 1373. Il est probable que l’anonyme ait été soit lui-même présent au côté des ambassadeurs de l’empereur byzantin, certaines remarques évoquant un contact direct avec ses coreligionnaires orientaux, soit mis au courant de cette ambassade par Pierre Bohier, dont il est l’un des proches39. Deux ans plus tard, en 1369, cette première ambassade conduit à la conversion personnelle de l’empereur qui vient en Occident recevoir le baptême des mains du pontife.

  • 40 Hélène Millet, « Des schismes en miroir : l’Église latine et l’Union avec les Grecs pendant le Gran (...)
  • 41 Simon de Cramaud, De substractione obediencie, Howard Kaminsky (éd.), Cambridge (Mass.), 1984.
  • 42 Alfred Coville opte pour une datation plus basse, concentrée à la fin de sa vie, autour de 1425 (A. (...)

36Si le Liber constitue l’une des premières manifestations des réflexions latines sur le schisme mettant en parallèle schismes d’Occident et d’Orient, il n’est pas le seul40. Les indices se multiplient après la défaite de Nicopolis en 1396. La défaite de Sigismond rend plus aiguë encore la menace que font peser les pouvoirs islamiques, ottoman d’abord, mais aussi mamelouk, sur la chrétienté, en Orient comme en Occident. Ainsi, dans un traité sur la soustraction d’obédience comme solution au schisme d’Occident, composé en 1397, Simon de Cramaud, patriarche latin d’Alexandrie, impute à la libido dominandi des pontifes romains deux catastrophes : l’avènement de la « loi de Mahomet » et le schisme avec les Grecs41. C’est peu après, dès la soustraction d’obédience selon Lucie Jollivet, que Nicolas de Clamanges, fidèle soutien de Benoît XIII, entreprend l’écriture de l’Expositio super quadraginta septem capitula Isaye, œuvre inachevée qu’il mène jusqu’en 142542. Alors qu’il développe une métaphore organiciste pour démontrer que l’Église et la chrétienté sont rongées par les vices, Nicolas de Clamanges met en regard les deux schismes, d’Orient et d’Occident :

  • 43 Nicolas de Clamanges, Expositio super quadraginta septem capitula Isaye, Paris, Arsenal, ms. 137, f (...)

« Or bien que les paroles du prophète, que nous avons en main, puissent s’appliquer au schisme ancien des Grecs et des Latins, ces mêmes mots peuvent cependant s’appliquer en toute vérité au sujet de l’autre schisme impie de l’Église latine, né il y a près de 50 ans, qui a déchiré et agité toute l’Église romaine de façon incroyable, parce que personne ne doute que ce schisme soit un accident majeur et plus terrible que toutes les catastrophes qui ont frappé l’Église latine43. »

37Une décennie plus tard, dans le De concordantia catholica (1433), Nicolas de Cues défend certes la primauté pontificale, fondée sur la filiation pétrinienne, mais définit le pape comme l’un des cinq membres de la pentarchie et le chef d’un concile local devant se soumettre au concile de l’Église universelle. Les conciles contemporains doivent être jugés à l’aune des conciles œcuméniques. Dans le De concordantia, Sigismond est en outre présenté comme le successeur et l’imitateur de l’empereur byzantin Basile Ier le Macédonien (867-886), à l’origine du concile convoqué à Constantinople (869-870) pour mettre un terme au schisme de Photius. L’empereur byzantin devient le modèle de l’empereur chrétien, soumis à Sigismond pour se réformer. Enfin, le même Nicolas de Cues dénonce la Donation de Constantin comme un apocryphe, soit dans les mêmes termes que l’Anonyme. En mai 1437, après avoir quitté le concile de Bâle, il devient le représentant d’Eugène IV à Constantinople, chargé par le pape de convaincre les Byzantins de se rendre au concile qu’il organise à Ferrare, et non au concile réuni à Bâle. Sa mission est un succès et il rentre en Italie, au côté de l’empereur, du patriarche de Constantinople et de 28 métropolites accompagnés d’une suite nombreuse. S’il ne peut être établi qu’il ait eu entre les mains le Liber dialogorum hierarchie sub coelestis, la similarité des arguments, arguments qui sont loin d’être communs – pentarchie ou caractère apocryphe de la Donation de Constantin – et sa proximité avec l’ecclésiologie de Jean de Raguse, sont autant d’indices concourant à supputer une connaissance de la pensée développée par l’Anonyme cinquante ans plus tôt et qui connaît alors sa diffusion la plus importante. Parvenus au concile de Ferrare-Florence après avoir défendu le conciliarisme à Bâle et l’ouverture du concile à l’Église grecque, le cardinal Julien Cesarini et Nicolas de Cues sont parmi les acteurs les plus actifs du triomphe de l’unio sur la reductio Graecorum, l’Union de foi dans le respect de la diversité des rites, véritable révolution par rapport aux thèses jusqu’alors défendues par Eugène IV. À l’issue du concile, après la lecture, par Bessarion, du Décret d’Union en grec, Julien Cesarini en fait la lecture en latin.

  • 44 Patrick Boucheron, « Les boucles du monde : contours du xve siècle », dans Patrick Boucheron (dir.) (...)

38Si l’on veut bien suivre les fils reliant ces différents acteurs entre eux et les liens qu’ils tissent entre un Occident déchiré et l’Orient chrétien et islamique, la question du mariage des clercs s’insère au cœur du débat ecclésiologique du Grand Schisme en posant la question de la définition de la chrétienté et de son ouverture à l’Église grecque. Elle devient un véritable « nœud d’intrigues » à l’orée d’un xve siècle qui voit se télescoper deux enjeux de taille, rétablir l’unité de la chrétienté occidentale et réunir les chrétientés d’Orient et d’Occident44. Loin d’être un mirage historiographique, les contemporanéités entre des événements et des intérêts souvent vus au seul prisme romain ou byzantin, sont vécues et observées par les hommes du xve siècle, qui mettent en miroir les schismes et lient souvent leur destin selon le triptyque Union, réforme et croisade.

39Ce premier jalon invite à comprendre comment, par quel biais, l’Ecclesia orientalis s’est invitée dans la réflexion latine sur la chrétienté. Comment est né cet attrait pour l’Église grecque, prenant la forme d’une prise de conscience de la profondeur de l’histoire de la chrétienté et de l’importance des textes patristiques, ascétiques et conciliaires orientaux ? Comment le schisme avec les Grecs et la question de l’Union sont-ils devenus des enjeux pour les Latins confrontés au schisme d’Occident ? Pour le dire autrement, quels médiateurs lient ainsi Orient et Occident ?

40Dans le sillage du premier travail universitaire de Nicole Pons, une étude systématique de la littérature sur le mariage des clercs, élargie aux débats grégoriens et à leurs éventuels remplois, est alors susceptible de fournir un observatoire permettant à l’historien une meilleure compréhension de la complexité du premier xve siècle en articulant schismes d’Occident et d’Orient, crise hussite, projets de croisade et chassés-croisés diplomatiques entre la papauté, les Pères conciliaires, l’Empire byzantin, les États balkaniques

Notes

1 Nicole Pons, Célibat et nature : une controverse médiévale. À propos d’un traité du début du XVe siècle, Paris, CNRS, 1975.

2 Dans les Cahiers de Fanjeaux, en 2004, Nicole Pons signe avec Hélène Millet un article intitulé « De Pise à Constance : le rôle de Guillaume Saignet, juge de Nîmes puis sénéchal de Beaucaire, dans la résolution du schisme ». Elles éclairent sous un jour nouveau la Lamentacio en mettant son écriture en relation avec l’intérêt de Saignet pour l’unité de l’Église. Sigismond, le roi des Romains, en constitue le lien. L’année suivante, paraît, dans la Bibliothèque de l’École des chartes (163, 2005, p. 435-480), un troisième article consacré à Guillaume Saignet : « Guillaume Saignet lecteur de Gilles de Rome ». Nicole Pons y édite les notes prises par Saignet sur le De regimine principum de Gilles de Rome. Il y dit déjà, dès la fin de ses études, son opposition à l’obligation de célibat faite aux clercs.

3 N. Pons, Célibat et nature : une controverse médiévale…, opcit., p. 54.

4 Je remercie Carla Bozzolo, Claude Gauvard et Hélène Millet de m’avoir donné l’occasion de me pencher sur ce traité lors du colloque Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge, organisé en hommage à Nicole Pons sur le campus du CNRS de Villejuif les 17 et 18 mars 2016.

5 Je remercie chaleureusement Camille Gerzaguet et Julien Loiseau de leur relecture.

6 Erwin Frauenknecht, Die Verteidigung der Priesterehe in der Reformzeit, Hanovre, Hahn, 1997. Je remercie vivement Geneviève Bührer-Thierry de m’avoir communiqué cette référence.

7 Qui autem secundum regionis sue morem non abdicarunt copulam coniugalem, si lapsi fuerint, gravius puniantur, cum legitimo matrimonio possint uti (Constitutio 14, dans Conciliorum Oecumenicorum Generaliumque Decreta, II, 1, Giuseppe Alberigo et Alberto Melloni (éd.), Turnhout, Brepols, 2013, p. 175) : « Or ceux qui, suivant la coutume de leur région, n’ont pas renoncé au lien conjugal, s’ils sont tombés dans le péché, qu’ils soient plus lourdement châtiés, quand bien même ils seraient légalement mariés. » Les traductions sont personnelles quand l’auteur n’est pas spécifié.

8 Annick Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine. Une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome, 2009, p. 535-539 ; André Jacob, « Une bibliothèque médiévale de Terre d’Otrante », Rivista di Studi bizantini e neoellenici, 23-23, 1985-1986, p. 285-315 ; Id., « Les annales d’une famille sacerdotale grecque de Galatina dans l’Ambrosianus C 7 sup. et la peste en terre d’Otrante à la fin du Moyen Âge », Bolletino storico di terra d’Otranto, 1, 1991, p. 23-51 ; Id., « Deux copies salentines de l’inscription byzantine de la cathédrale de Bari (Ambrosianus B 39 sup. et Laurentianus 59, 45) », Quellen unf Forschungen aus italianischen Archiven und Bibliotheken, 73, 1993, p. 1-18.

9 Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine, Égypte (XIIe-XIVe siècle), Rome, École française de Rome, 2015, p. 355-358 ; Ead., Mariages grecs ? Entre Orient et Occident, réforme, schisme et croisade au tournant des XIVe et XVe siècles, Rome, Mémoire de l’École française de Rome à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2016.

10 Martin Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa, Stuttgart, Thorbecke, 2000, p. 277-288 et 456. Je remercie Hélène Millet de m’avoir indiqué cette référence, attestant de liens plus anciens entre Guillaume Saignet et Sigismond.

11 Alain Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France de 1400 à 1418 : l’exemple des baillis et sénéchaux », Francia, 6, 1978, p. 151-298. Je remercie Claude Gauvard de m’avoir indiqué cette référence.

12 N. Pons, Célibat et nature…, op. cit., p. 144, l. 338-339 ; p. 141, l. 225-226 et 229-230.

13 Heu me ! Quis tot et tantis scismatibus occasionem dare presumit cum istis adinvencionibus ? Scisma enim inter orientales et occidentales occasione imperii […] (ibid., p. 154, l. 697-699) : « Malheur à moi ! Qui ose, au moyen de ces ruses, donner une cause à tant et tant de schismes ? Il y a en effet le schisme entre les Orientaux et les Occidentaux, à cause de l’Empire […]. »

14 Ibid., p. 136-137, l. 68-78.

15 Bâle, ms. A. VII. 37, fol. 1-10 ; Colmar, ms. 194, fol. 85-99 ; Melk, ms. 619, fol. 16v-26v ; Seitenstetten, Stiftsbibliothek, ms. 274, fol. 181-199.

16 Je remercie chaleureusement Giovanni Matteo Roccati d’avoir attiré mon attention sur cette copie, mentionnée par Nicole Pons dans le dernier article qu’elle consacra à Guillaume Saignet (« Guillaume Saignet lecteur de Gilles de Rome », art. cité, ici p. 448, note 64).

17 Scriptum et completum Basilee 26, die mensis augusti anno Domini 1437, tempore concilii generalis ibidem celebrati, per fratrem N. monachum professum monasterii Mellicensis, ordinis s. Benedicti, Pataviensis diecesis (sic), eidem concilio incorporatum (Melk, ms 619, fol. 56v) : « Copié et achevé à Bâle, le 26 du mois d’août de l’an 1437 du Seigneur, à l’époque du concile général célébré en ce même lieu, par frère N. moine profès au monastère de Melk, de l’ordre de saint Benoît, dans le diocèse de Passau, intégré audit concile. »

18 Barbara Frank, « Subiaco, ein Reformkonvent des späten Mittelalters », Quellen und Forschungen aus italianischen Archiven und Bibliotheken, 52, 1972, p. 526-656.

19 Bâle, ms. A. VII. 37, fol. 177v ; fol. 249 ; fol. 355v.

20 Yvan. Léger, « L’ecclésiologie de Jean de Raguse », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, hors-série 7, 2013 (http://cem.revues.org/12783).

21 Bâle, Bibliothèque universitaire, ms. A. VI. 15, fol. 276-335v.

22 Hélène Millet, « Le Liber dialogorum hierarchie subcoelestis (1388) », dans Jean-Marie Martin, Bernadette Martin-Hisard, Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Vaticana et medievalia. Études en l’honneur de Louis Duval-Arnould, Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2008, p. 367-394.

23 Johannes Schele, Avisamenta reformacionis in curia et extra, dans Jürgen Miethke und Lorenz Weinrich (éd.), Quellen zur Kirchenreform im Zeitalter der grossen Konzilien der 15. Jahrhunderts. Zweiter Teil. Die Konzilien von Pavia/Siena (1423/24), Basel (1431–1449) und Ferrara/Florenz (1438–1445), Darmstadt, 2002, p. 203-237, p. 222 : Item attento, quod licet sub gravissimis penis et perdicionis eterne timore ab ecclesia sit statutum, quod presbiteri caste et continenter vivere teneantur, vitando vicium carnis, nichilominus tamen ipsi ubique locorum indifferenter hoc vicium, quod cuilibet naturaliter inest, prochdolor, non curaverunt hactenus evitare nec hodie vitant, propter quod multa milia animarum catervatim non est dubium perpetue dampnacioni deputari, videtur igitur sanctum et consultum, ut huiusmodi statuto relaxato provideatur, quod ammodo secundum morem origentalis ecclesie quilibet presbiter secularis, si voluerit, solum cum unica et virgine matrimonium contrahere et matrimonialiter vivere licite possit. In hac autem rei novitate repugnancia seniorum, qui calore medullarum carent, non est admittenda neque reclamacio contemplancium, qui renes caritatis igne concrematos habent, non est approbanda neque res hec nova propter scandalum, quod brevi cursu et parvi temporis usu cito expiabitur, est quomodolibet omittenda. Multo enim eligibilius est ad modicum tempus scandalum pati quam infinita millia animarum in iehennam eternaliter mitti.

24 Ester Brunet, La ricezione del concilio Quinisesto (961-962) nelle fonti occidentali (VII-IX sec.): diritto, arte, teologia, Paris, EHESS, 2011, notamment p. 207-211 sur les canons anti-latins relatifs à la clérogamie.

25 Patrick Viscuso, « Purity and sexual defilement in late Byzance theology », Orientalia Periodica, 57, 1991, p. 399-408. Voir aussi Marie-Hélène Blanchet, « Les listes anti-latines à Byzance aux xive et xve siècles », Medioevo greco, 12, 2012, p. 11-38, en particulier p. 30.

26 Sur les Grecs et le concile de Bâle, Sebastian Kolditz, Johannes VIII Palaiologos und das Konzil von Ferrara-Florenz 1438/39: das byzantinische Kaisertum im Dialog mit dem Westen, 2 vol., Stuttgart, Hiersemann, 2014.

27 Je remercie vivement Marie-Hélène Blanchet et Annick Peters-Custot pour leurs précieuses indications.

28 Johannes Schele, Avisamenta reformacionis in curia et extra…, op. cit., p. 34-236.

29 Pour une mise au point bibliographique sur la Reformatio Sigismundi, voir L. Weinrich (éd.), Quellen zur Reichsreform im Spätmittelalter, Darmstadt, 2001, p. 15-32.

30 Heinrich Koller (éd.), Reformation Kaiser Siegmunds, Stuttgart, MGH Scriptores 10, 1964, p. 5-7.

31 Ibid., p. 150-152 : Aber da sein sollichs ubersehen werde und desterer sicherer weren, so holt man leben, als man zü Orient thüt und in Hyspanien, da dye priester weyber haben, wann Cristus hat es nye verpoten. Ich mein, es sey mer ubels auffgestanden in dem teyl der cristenheyt, seyt man Calixtus gepot hielt, wan guts. Es wer woll ein gut gotlich ding, der sich hielt reincklich, als Calixtus meynung was. Aber sehent an, was gross ubels teglich auffstat gegen weyben und dochtern, des mancher priester umb sein leyb kumen ist, welicher sich vor der werlt doch erberglichen treyt ; so sein sye aber heimlich sodomiten, dye bestethentz. Sehent an, alle feintschafft zwyschen der priesterschafft und den weltlichen ist davon komen, und ist mer gotlicher teglich gesundet dann totlich, und umb das sol man einem yetlichem weltlichem priester erlauben und geben ein eekint zü weybe ; dye sollen sich erberglichen und geystlichen halten und tragen, als hyenach stet, so verlesche alle feintschafft, dye zwyschen in und den leyen were. Traduction Pierre Monnet que je remercie chaleureusement.

32 Heinriche Finke (éd.), Acta concilii Constanciensis, Münster, Druck, 1896, II, p. 589 : Utrum sit expediens visitatores tenere vel mittere ad Yspaniam et ad Almaniam et diversis mundi partibus contra ecclesiasticos tenentes uxores vel concubinas, ut in Riparia Janue habent eciam filios et filias, vel ad vitandum scandala, quod omnes habeant, ut Greci habent, ut in antiquo testamento et in novo beatus Petrus, sanctus Agricola episcopus et plures alii, qui fuerunt sanctiores nobis ? Et mundus multiplicabitur, yronice loquendo. Ymmo in aliquibus regionibus minus peccatum esset, ut in Ytalia in diversis partibus.

33 Johannis de Ludzisko, Orationes, Jacek Stanislaw Bojarski (éd.), Wroclaw, Varsovie, Ossolineum, 1971, p. 95-96.

34 Brigitte de Suède, Revelationes, Hans Aili (éd.), Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1967-, VII, 10.

35 Ekaterini Mitsiou et alii (dir.), Emperor Sigismund and the Orthodox World, Vienne, Austria Academy of Sciences Press, 2010, en particulier la contribution de Doan I. Mureşan, « Une histoire des trois empereurs. Aspects des relations de Sigismond de Luxembourg avec Manuel II et Jean VIII Paléologue », p. 41-101, auquel j’emprunte l’essentiel des informations portant sur la politique philo-byzantine, voire philhellène de Sigismond. Je remercie Hélène Millet de m’avoir indiqué cette référence.

36 André Tuilier, « L’élection d’Alexandre V, pape grec, sujet vénitien et docteur de l’université de Paris », Rivista di Studi Bizantini e Slavi, 3, 1983, p. 319-341.

37 Douze copies sont parvenues du Liber dont l’édition critique est en cours par mes soins : Bâle, Bibliothèque universitaire, ms. A. VI. 15, fol. 276-335v ; Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 207, fol. 1-56v ; Bordeaux, Bibliothèque municipale, ms. 406, fol. 173-209 ; Cambridge, Emmanuel College Library, ms. 9, fol. 176-207v ; Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. Lat. 715, fol. 1-55 ; Dublin, Trinity College Library, ms. 329, fol. 1-153 ; Londres, British Library, Harley, ms. 631, fol. 1-41 ; Madrid, Biblioteca Nacional, ms. 54, fol. 1-28 ; Paris, BnF, Lat. 3184, fol. 1-35v ; Paris, BnF, Lat. 3185, fol. 1-89 ; Troyes, Bibliothèque municipale, ms. 1022, fol. 85-120 ; Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, ms. 2834, fol. 1-51.

38 Daniele Menozzi, « La critica alla autenticità della Donazione di Costantino in un manoscritto della fine del XIV secolo », Cristianesimo nella Storia, 1, 1980, p. 123-154.

39 Catechumenus : Tuis preceptor stupeo fatibus et iam amare Grecos incipio. Sed rogo te si sunt Greci in humanis virtutibus et viribus virtuosi ? Orthodoxus : Sunt et pulcriores carissime ceteris hominibus in aspectu in affatibus placidiores et pacifici inter gentes (Liber II, 15 ; Città del Vaticano, BAV, Reg. Lat. 715, fol. 23v).

40 Hélène Millet, « Des schismes en miroir : l’Église latine et l’Union avec les Grecs pendant le Grand Schisme d’Occident (1378-1417) », Gabriele Annas et Jessika Nowak (dir.), Et l’homme dans tout cela ? Von Menschen, Mächten und Motiven. Festschift für Prof. Dr Heribert Müller zum 70 Geburtstag, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016, p. 47-62.

41 Simon de Cramaud, De substractione obediencie, Howard Kaminsky (éd.), Cambridge (Mass.), 1984.

42 Alfred Coville opte pour une datation plus basse, concentrée à la fin de sa vie, autour de 1425 (A. Coville, Le traité de la ruine de l’Église de Nicolas de Clamanges et la traduction française de 1564, Paris, Droz, 1936, p. 96).

43 Nicolas de Clamanges, Expositio super quadraginta septem capitula Isaye, Paris, Arsenal, ms. 137, fol. 4v, 1re colonne : Quamvis autem de illo veteri scismate Grecorum atque Latinorum, possint apte verba prophete, que in manibus habemus, intellegi, de alio tamen latine ecclesie nefario scismate quod a quinquaginta prope annis exortum totam Romanam Ecclesiam incredibili concutione dissipavit, possunt nichilominus eadem verba veraciter exponi, quod quidem scisma omnibus que in latinam contingerant Ecclesiam, magis nefandum et capitale esse, nemo est qui dubitat. Je remercie vivement Lucie Jollivet de m’avoir indiqué cette référence.

44 Patrick Boucheron, « Les boucles du monde : contours du xve siècle », dans Patrick Boucheron (dir.), Julien Loiseau, Pierre Monnet, Yann Potin (coord.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Seuil, 2009, p. 9-29, ici p. 25.

Auteur

Camille Rouxpetel, docteur en histoire médiévale et ancien membre de l’École française de Rome, poursuit ses recherches sur les interrelations entre les chrétientés d’Orient et d’Occident à la Villa I Tatti, the Harvard University Center for Italian Renaissance. Son mémoire de l’École française de Rome (2016) a porté sur : Mariages grecs? Entre Orient et Occident, réforme, schisme et croisade au tournant des XIVe et XVesiècles. Elle a publié : L’Occident au miroir de l’Orient chrétien: Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (XIIe-XIVesiècle), Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 369, 2015. « D’or ou de pourriture, les pommes de Philippe de Mézières. L’Occident à l’aune de l’altérité orientale », dans Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski (dir.), Philippe de Mézières et l’Europe médiévale: nouvelle histoire, nouveaux espaces, nouveaux langages, Genève, Droz, Cahiers d’humanisme et Renaissance, 2017, p. 227-247.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search