Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Deuxième partie : Les cercles d'intellectuels

Iocosae litterae : choix de genre, exercice de style ou témoignage biographique ?

Quelques considérations sur l’épistolographie de Nicolas de Clamanges

Iocosae litterae: Choice of Genre, Stylistic Practice or Biographical Witness? Considerations on the Epistolography of Nicolas de Clamanges

Dario Cecchetti

Résumé

La présente étude analyse l’attitude de Nicolas de Clamanges vis-à-vis des grands modèles épistolaires : les modèles classiques de Cicéron et de Sénèque, et le modèle de Pétrarque. Clamanges, tout comme Pétrarque, conçoit le corpus de sa correspondance comme une unité littéraire, au même titre qu’une œuvre d’art. Toutefois, au moment où il construit son recueil épistolaire, il envisage la création d’un ouvrage unitaire, opus oratorium, suivant le modèle de Pétrarque, dans l’intention aussi de fournir des formulae à imiter, presque un manuel de correspondance.

This essay analyzes Nicolas de Clamanges’ position with respect to the more celebrated epistolary models: Cicero’s and Seneca’s classical models and that of Petrarch. Clamanges, just like Petrarch, conceives his letters as a literary corpus. However, when he works on the collection of his epistles, beside aiming at producing a unitary opus, following Petrarch’s example, he also wants to offer a choice of formulae to imitate, as though he were composing an epistolary handbook.

Texte intégral

11. Sans doute Nicolas de Clamanges nous a légué dans ses Epistole l’un des témoignages les plus importants du premier Humanisme européen, en concurrence avec les grands recueils de lettres italiens, en particulier ceux de Pétrarque avec qui il veut manifestement se mesurer.

  • 1 James. J. Murphy, La retorica nel Medioevo, Naples, Liguori, 1983, p. 223-304 (Rhetoric in the Midd (...)
  • 2 Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, PUF, 1956, p. 95 (Eur (...)

2L’épistolographie, depuis le Moyen Âge, est l’un des grands genres rhétoriques, l’ars dictaminis ou ars dictandi proprement dite1. En outre, dès le xie siècle « le fait nouveau, c’est la subordination de toute la rhétorique à une théorie du style épistolaire2 », dont on veut fournir des modèles. En effet, au cours du Moyen Âge se sont multipliés les recueils de modèles standardisés – formulae – qui accompagnent les artes dictaminis. Tout en offrant ces modèles, les dictatores ont réfléchi sur la structure de la lettre, dont ils ont illustré les parties (salutatio, exordium, narratio, conclusio), prêtant une attention particulière à la première, la salutatio, considérée comme une section extrêmement importante de la lettre, sur laquelle on construit une véritable théorisation.

  • 3 Edmond Faral, Les arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècle, Paris, Champion, 1924 (réimp. anast. 1 (...)

3Cet intérêt pour la lettre en tant que genre littéraire, objet d’une ars rhetorica autonome, dans l’aire très vaste des artes médiévales3, est étroitement lié au rôle – rôle éminemment politique – que l’épistolographie joue dans les chancelleries (royales, princières, ecclésiastiques) et qui devient de plus en plus important bien après le Moyen Âge jusqu’à l’Humanisme et à la Renaissance. Il suffit de songer à la concurrence qu’à la fin du xive siècle se feront les chacelleries parisiennes (surtout la chancellerie royale) et la chancellerie papale avignonnaise.

4Au xive siècle, on assiste aussi à un tournant représenté – pour ce qui concerne l’épistolographie – par la parution des grands recueils de lettres de Pétrarque, les Familiares et les Seniles. La lettre, ici, tout en étant encore principalement l’instrument de la communication politique, développe en premier lieu ses aspects littéraires, étant création autonome en même temps qu’élément d’un ensemble plus vaste et organique – le recueil épistolaire, justement – conçu comme un ouvrage en soi. Ce qui est démontré par les avatars de la composition des Familiares, consistant en des rédactions successives de la même lettre, qui visent à faire évoluer la langue et le style latin vers le classicisme et à insérer l’élément isolé (la lettre) dans un ensemble unitaire (le recueil épistolaire).

5En ce qui concerne le choix des contenus, Pétrarque avait deux modèles classiques : celui de Cicéron et celui de Sénèque. Dans la première lettre des Familiares, il affirme avoir choisi Cicéron, puisqu’il préfère le ton simple et les arguments familiers qui caractérisent la correspondance cicéronienne plutôt que le ton solennel et la structure complexe de la lettre-traité sénéquienne :

  • 4 Francesco Petrarca, Le Familiari, V. Rossi et U. Bosco (éd.), Florence, Sansoni, 1933-1942, vol. I, (...)

Multa quoque de familiaribus curis, tunc forte dum scriberentur cognitu non indigna, nunc quamvis cupido lectori gravia, detraxi, memor in hoc irrisum a Seneca Ciceronem ; quanquam in his epystolis magna ex parte Ciceronis potius quam Senece morem sequar. Seneca enim, quicquid moralitatis in omnibus fere libris suis erat, in epystolis congessit ; Cicero autem philosophica in libris agit, familiaria et res novas ac varios illius seculi rumores in epystolis includit. De quibus quid Seneca sentiat, ipse viderit ; michi, fateor, peramena lectio est ; relaxat enim ab intentione illa rerum difficilium, que perpetua quidem frangit animum, intermissa delectat. (Fam., I, 1, 32)4

6Ce projet n’a pas été absolument réalisé, puisque les Familiares (et les Seniles aussi), pour la plupart, suivent, quant au contenu moral et érudit et quant au style, le modèle de la lettre-traité de Sénèque. En effet, dans les recueils pétrarquiens, il y a des lettres à sujet politique (par exemple les débats sur le rôle de la monarchie ou sur le séjour avignonnais des papes), des hortatoriae adressées à des grandes personnalités et à l’empereur, des invectivae contre les prélats avares et oublieux de leurs devoirs, enfin des lettres-traités sur des arguments moraux (ou d’érudition).

  • 5 Voir la lettre Vetus inter à Gontier Col, affectuosa rogatio ut nonnulla sua opuscula que ad illum (...)
  • 6 Ibid., p. 137 : Cum itaque libellos aliquos ac tractatulos, quos maiore ex parte in loco isto consc (...)
  • 7 Pour un répertoire de ces dossiers, ibid., p. 18 et 38-39, note 28.
  • 8 C’est le cas de la polémique avec le cardinal de Pietramala : D. Cecchetti, Petrarca, Pietramala e (...)

72. Clamanges, ainsi que Pétrarque, conçoit le corpus de sa correspondance comme une unité littéraire au même titre qu’une œuvre d’art, opus oratorium par excellence. Nous en avons le témoignage dans l’histoire complexe de la redactio in ordinem ac formam5 de ses écrits. En effet, Clamanges a soumis l’ensemble de sa production à une réélaboration profonde, en ce qui concerne, d’abord, la langue et le style. C’est lui-même qui nous renseigne sur ce travail de révision, commencé en 14146, et concernant premièrement ses opuscula. Quelques années plus tard, dans la décennie 1420-1430, il organise l’édition ne varietur de sa correspondance. Il réécrit ses lettres, qui avaient déjà été diffusées en partie par l’intermédiaire de petits dossiers, dont on a témoignage7. Il s’agit non seulement d’un travail de réélaboration textuelle, mais aussi d’une réélaboration structurale de l’ensemble, qui comporte, en fonction de l’équilibre général de l’ouvrage dans son entier, des déplacements de lettres isolées ou de groupes de lettres, des suppressions et même l’invention et l’insertion de lettres jamais écrites8.

  • 9 On adoptera les sigles suivants : M = ms. Montpellier, Fac. Méd. H 87 ; R = ms. Reims, B. M. 628 ; (...)

8Il suffit de comparer les deux manuscrits – l’un autographe (Reims, B. M. 628), l’autre original avec corrections autographes (Montpellier, Fac. Méd. H 87)9 – qui représentent l’état définitif de la correspondance clamangienne pour comprendre la méthode de l’auteur, qui garde sur sa table les cahiers jusqu’au moment de leur reliure et intervient par des corrections et par des déplacements de feuilles sur les deux recueils qu’il collationne.

  • 10 Ezio Ornato, Jean Muret et ses amis Nicolas de Clamanges et Jean de Montreil. Contribution à l’étud (...)
  • 11 Voir Ep. Est quidam, à Gontier Col (R, f. 79v-89r ; L, p. 121-122 : Ad Gontherum Colli de epistolis (...)
  • 12 M, fol. 51v-52v, L, p. 93-95 (Ep. XXVI).
  • 13 M, fol. 52 ; L, p. 94.

9En outre, ainsi que Pétrarque, Clamanges considère comme modèles épistolaires Cicéron et Sénèque10. Il a aussi connaissance des lettres de Pline, qu’il a pu lire dans un manuscrit appartenant à Gontier Col et qu’il fait transcrire, en 1403, pour le pape Benoît XIII11. Dans une lettre à Gontier Col, Miraris dilectissime (Ad Gontherum Colli regium secretarium responsio excusatoria super conquestione quod sepius aliis quam sibi scrispserit12), où il se défend du reproche d’avoir envoyé à Gontier Col seulement une lettre familiaris tandis que Jean de Montreuil recevait des lettres ornatas, graves elegantesque13, Clamanges revendique l’exemple de Cicéron, tout en se servant d’expressions qui semblent empruntées à la première lettre des Familiares pétrarquiennes que nous venons de citer :

  • 14 M, fol. 52v ; L, p. 95.

Sed quoniam de familiaribus sermo incidit, ne res amicorum familiares contempnendas adeo putes aut scripta de illis edita, lege tullianas epistolas, et illas maiore ex parte videbis de sua aut amicorum suorum re domestica conscriptas, et tamen ille epistole pluris apud plerosque estimantur quam epistole Annei Senece, qui suo brevi et comatico genere dicendi moralia virtutum documenta ex stoicorum porticu delibata nobis tradit, nec mediocri ardoris impetu vicia nonnumquam persequitur14.

10En effet, malgré cet engouement pour les lettres de Cicéron qu’on pourrait à juste titre, selon Clamamges ainsi que selon plerique, préférer aux lettres de Sénèque et malgré cette célébration du familiaris sermo, la plupart des missives retenues et dignes d’être rangées dans l’ouvrage unitaire des Epistole clamangiennes sont des lettres-traités. Même de ce point de vue, nous pouvons reconnaître une typologie proche de celle des grands recueils de Pétrarque.

  • 15 Cf. Disputatio super materia Concilii generalis, dans Nicolai de Clemangiis, Opera omnia…, op. cit.(...)

11Nous avons des lettres inspirées d’arguments politiques, en premier lieu les lettres concernant le Grand Schisme, ayant comme destinataires des amis et des collègues, mais aussi de grands personnages tels que le roi Charles VI ou le pape Benoît XIII. Il s’agit évidemment de lettres hortatoriae en vue de mettre fin à la division qui tourmente la chrétienté ; mais aussi de lettres qui, visant des situations particulières comme la soustraction d’obédience, impliquent en même temps Clamanges en personne. Toujours au sujet du schisme, nous avons quelques lettres – certaines sont de véritables traités, publiées ensuite séparément comme opuscules15 – qui abordent le problème du concile général. L’autre grand argument politique est la guerre des princes – la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

  • 16 Voir la lettre Novum me esse, à Jean de Montreuil, de felici sorte mediocritatis et contra avaros e (...)
  • 17 Cf. la lettre a Renaud de Fontaines, Mirabar admodum : Mirabar admodum unde tibi in mentem venisset (...)
  • 18 M, fol. 217v ; L, p. 345.
  • 19 F. Petrarca, Le Familiari, I, 2, 1, op. cit., vol. I, p. 14.

12D’autres lettres encore traitent d’arguments moraux. Quelques-unes sont redevables de leurs sujets à Pétrarque. Les considérations, par exemple, contra avaros et curiales16 trouvent des correspondances dans nombre de textes pétrarquiens : que l’on songe tout simplement aux lettres de avaritia dans les Seniles (VI, 7 et 8). Par ailleurs, le rapport avec Pétrarque paraît évident au moment même où Clamanges le déprécie ou même le nie17. Dans une lettre, où il s’en prend à Pétrarque en le taxant de verbosa loquacitas18, Clamanges construit son texte autour d’une discussion à propos de la phrase pétrarquienne Querelam publicam nemo sapiens suam facit19. D’autres thèmes semblent avoir des antécédents dans les Familiares et dans les Seniles : celui du laudabile ocium et vituperabile, l’exhortation à la persévérance, l’invitation au ministère sacerdotal (surtout à la prédication), la réflexion sur la déchéance des mœurs.

  • 20 M, fol. 56v-58 ; L, p. 101-104, Ep. XXVIII.

13La prééminence de ces thématiques morales se manifeste aussi dans la typologie de la lettre familiaris proprement dite. Nous en avons un exemple dans la lettre Ingentes utrique, écrite en même temps à Gontier Col et à Jean de Montreuil (Ad eundem Gontherum et Iohannem prepositum Insulensem gratiarum actio de cura fratris et dilectione, et de morum corruptione tam in secularibus quam in ecclesiasticis ex pecunie cupiditate profecta)20, où Clamanges traite de l’assistance et de la protection fournies à son frère par ses deux amis. Ses remerciements sont suivis d’un petit traité sur l’avidité des ecclésiastiques qui est cause de corruption.

  • 21 M, fol. 47v-49v ; L, p. 86-89, Ep. XXIII.

143. Le fait qu’on impose le modèle cicéronien en le déclarant obligatoire et en trouvant en lui des règles incontournables, n’est pas accepté le plus souvent. Malgré cela, la structure et le style de l’epistola familiaris de Cicéron ne cessent pas d’être proposés comme des exemples à imiter. C’est le cas de la lettre Iohanni suo à Jean de Montreuil (Ad eundem impugnacio illorum qui in principio epistole pro salutis imprecacione ad personam cui scribitur privata persone scribentis commendacione utendum esse dicunt)21. Dans son ensemble, cette missive reprend la typologie sénéquienne, dans la mesure où elle développe une discussion théorique sur un détail de la forme épistolaire : la salutation, qui prévoit, selon le modèle cicéronien, par ailleurs répandu dans toute l’épistolographie ancienne de l’époque classique, cette formule figée : « La personne qui écrit souhaite une bonne santé (salutem dicit) au destinataire. » En effet, après la rubrique d’imitation pétrarquienne, conseillée par ailleurs dans les artes dictaminis médiévales (Ad eundem, etc.), Clamanges commence sa lettre (ce qu’il n’a jamais fait et ne fera plus) par la formule classique :

  • 22 M, fol. 47v-48 ; L, p. 86-87.

Iohanni suo carissimo Nicholaus salutem dicit. Nosti suas Ciceronem epistolas hoc more ordiri, quas penes te pro magna saltem portione habes. Sed miraris unde nunc in mentem venerit contra temporum nostrorum consuetudinem Ciceronem in hac re imitari velle, et in capite litterarum non usitata commendatione sed prisca dudumque obsoleta uti salutatione, que persone scribentis excellentiam maioremque auctoritatem signare videtur. Hanc enim causam nostri novelli dictatores afferunt quare in vestibulo epistole quando ad superiorem vel equalem scribitur nulla omnino salutatione sed summissa supplicique utendum sit commendatione, ne nos supra maiorem aut nobis equalem velle videamur arroganter extollere. Dicunt nempe verbo salutationis prestantiam maioritatis exprimi, et propterea non oportere nisi insignes ac prestantes personas illo uti. Qui mos usque adeo inolevit, ut vix iam in litteris familiaribus aliquis etiam inferiori scribens salutem audeat optare vel dicere, quod si fecerit ignarus, superbus, insolens, gravissimi denique reus erroris habebitur, cum tamen Cicero ipse ad reges, ad consules, ad summa imperia scribens illo loquendi genere semper usus inveniatur. Aut igitur idiota et ignarus Cicero qui hanc rerum distantiam minime viderit verborumque non observaverit proprietatem sed passim ac promiscue verbo salutationis indifferenter ad omnes usus sit, aut si hoc credere absurdum est de summo principe artis oratorie, ipsi potius huius traditionis inventores iure bestialissimi censendi, qui propter suas ineptias nulla ratione, nulla proprietate, nulla veritatis specie vallatas Ciceronis observantiam immutare eiusque doctrinam et precepta abolere contendunt22.

  • 23 Voir M, fol. 49v : Vale, et non magis illis credendum esse puta qui vota valitudinis a calce episto (...)
  • 24 Voir E. Ornato, « La redécouverte des classiques, révélateur de ruptures et de continuités dans le (...)

15En réalité, si l’on excepte cette formule, la lettre est bien loin de la structure et du style cicéronien. Par exemple, si l’ouverture calque les salutations épistolaires anciennes, la conclusion, malgré le souhait Vale, ne suit pas le modèle de Cicéron et transforme la valedictio finale en une petite discussion sur la valeur (dans la perspective chrétienne) des mots salus e valitudo23. Par conséquent, la lettre, dans son ensemble, n’est pas une epistola familiaris à la mode de Cicéron, mais plutôt une courte discussion théorique concernant l’ars dictaminis, discussion qui laisse un espace très large à la célébration de Cicéron, dont les recueils épistolaires recommencent justement à circuler dans les cercles intellectuels français, dans le sillage aussi des redécouvertes pétrarquiennes24. D’ailleurs, c’est ce que témoigne la référence à la possession d’épîtres de Cicéron de la part de Jean de Montreuil (Nosti suas Ciceronem epistolas hoc more ordiri, quas penes te pro magna saltem portione habes).

  • 25 Si l’on considère les Rationes dictandi prosaice (Règles de l’épistolographie en prose) de Hugues d (...)

16Il faut en outre souligner que cette insistance sur le problème de la salutatio dénonce une persistance très forte de l’influence des artes dictaminis, puisque dans les artes en question, on donne un relief particulier à cette section du dictamen25. Même si, dans ce cas, le poids évident des artes dictaminis se manifeste plutôt dans une prise de position contre les rationes qui règlent l’épistolographie médiévale. Du reste, les dictatores, disciples du dictamen médiéval, sont définis novelli, en les opposant aux partisans du dictamen antiquum, celui de Cicéron et des classiques, dont l’imitation représente une véritable nouveauté.

17En effet, le dictamen médiéval prête une attention particulière aux hiérarchies sociales : considération qui se fait jour surtout dans les salutationes, partie essentielle dans la gestion des rapports sociaux qui sont à la base de la correspondance épistolaire. La salutatio classique, qui se limite à un souhait de bonne santé, semble aux novelli dictatores – c’est-à-dire aux opposants des anciens (opposants pour qui in vestibulo epistole summissa supplicique utendum [est] commendatione) – comme une expression de supériorité qui ne s’accorde pas avec le respect des différences sociales. Par conséquent, dans l’épître Iohanni suo, si Clamanges de toute évidence se souvient de l’ars dictaminis médiévale et s’oppose à celle-ci au nom de l’imitation des anciens, pour ce qui concerne l’épistolographie, il montre bien qu’il est en fait influencé par les modi sénéquiens (qu’il emprunte, probablement, au Pétrarque des lettres, dont il reprend un certain ornatus), au moment même où il affirme la nécessité de suivre Cicéron.

  • 26 Voir l’epistola Mallem tibi, à Gontier Col (R, fol. 31v-32v ; M, fol. 26v-27 ; L, p. 49-50, Ep. XII (...)
  • 27 D. Cecchetti, Petrarca, Pietramala e Clamanges…, op. cit., p. 177-181 (édition critique des deux le (...)

184. Pour ce qui concerne le rapport avec le modèle cicéronien, il est très utile d’analyser l’attitude de Clamanges à l’égard des petites lettres, celles qui s’éloignent le plus de la structure de la lettre-traité, lettres que l’on pourrait définir de correspondance ordinaire et les plus proches de l’epistola familiaris de Cicéron. Au sujet de ces billets de circonstance, il est intéressant de se poser quelques questions concernant la rédaction (les rédactions) ne varietur du recueil clamangien. Considérons les deux manuscrits dont on a fait mention et qui représentent, avec des interventions ultimes, la dernière étape de la traditio clamangienne : l’autographe de Reims et l’original avec corrections autographes de Montpellier. On voit que R garde quelques petites lettres (de véritables epistolae familiares) que M a supprimées. La raison de cette suppression peut être banale : par exemple, la volonté d’éviter la présence de deux lettres sur le même sujet et de la même ampleur, adressées au même correspondant. C’est le cas de deux lettres envoyées à Gontier Col26, la première pour lui annoncer la mort du cardinal de Pietramala, la seconde au sujet de cette mort27 : tandis que R garde les deux textes, M supprime le deuxième.

19Néanmoins, il y a des cas où la suppression peut dépendre du contenu ou de la forme, ce qui nous ramène à l’opposition entre le style épistolaire cicéronien et un autre style, dans une certaine mesure plus proche du dictamen sénéquien (ou pétrarquien). Comparons deux petites lettres qu’on peut considérer, ainsi que nous venons de le dire, comme des billets de correspondance ordinaire :

  • 28 R, fol. 79v-80 ; L, p. 121-122 (Ep. a XXXVIII).

Ad Gontherum Colli de epistolis Plinii Secundi pro summo pontifice perscribendis.
Est quidam ex pontificis maximi familiaribus vir doctus et studiosus, et quamvis in stili usu parum exercitatus stili tamen atque eloquentie, quod plerisque usu evenit, amantissimus. Is pontifici antiqua amicicia percarissimus et inter eos qui proximi habentur unus ex precipuis curam est bibliothece apostolice sortitus, quam optimam atque uberrimam ipse habet pontifex acutissimus ut nosti et doctissimus colligendorumque egregiorum librorum avidissimus. Hunc familiarem cum nuper adissem, me enim intimo diligit affectu, longo inter nos de doctorum eloquentiorumque virorum monumentis habito colloquio, contigit inter loquendum ut sciscitaretur utrumne unquam Plinii Secundi epistolas vidissem. Cum vidisse dixissem, rursus interrogavit ubinam aut apud quem michi vise essent : dixi ut verum erat apud te, nusquam enim alibi me vidisse memini. Cepit ille gaudere et cum risu plausuque quodam requisivit an illas exemplari liceret ; cum licere respondissem, intulit maximo illarum desiderio summum pontificem teneri, gratissimumque illi obsequium te prestiturum si per intelligentem et eruditum aliquem illas suo nomine describi faceres michique transmitteres. Ego autem pro te spopondi eam te rem non modo libenter verum etiam glorianter facturum. Precepit igitur ut id tibi scriberem, adiciens super impensa tuo prorsus tibi satisfaciendum arbitratu. Hec itaque tibi nota facio que non dubito voluntarius exequeris : super quibus celiter rescribe ut de mea possim diligentia tuique animi promptitudine certam tuo fidem facere rescripto. Vale. Datum Massiliis
28.

  • 29 R, fol. 165 ; M, fol. 204v ; L, p 246 (Ep. LXXXIV) : le texte que nous donnons ici est celui de M.

Item ad eundem [scil. ad Nicolaum de Baya].
Conturbavit mirum in modum animum meum ut merito debebat rumor quidam mendosus, nescio quibus disseminatus auctoribus, qui te rebus humanis sublatum astruebat, nec antea animus ipse tanto tamque acerbo vulnere sauciatus recreari potuit quam Iohannes cognomento Auriga Romanam pro curia vestra urbem petens, me Lingonis adhuc consistente, fictum fabulosumque esse perdocuit, constanti asserens certitudine non modo nequaquam interisse te, sed nec leviter quidem egrotasse. Exultavit hoc nuncio spiritus meus gravique merore deiectus quodammodo ut ita dicam respiravit, tantaque est iocunditate respersus quanta fuerat ante tristicia confectus. Egi gratias Deo et benedixi eum ut equum erat, nec plane ab increpatione linguam temperavi, quominus in compositores ac fabricatores talium mendaciorum maledicta congereret. Sed de hac re hactenus. Ecce me rursus in Fonte meo viciniorem habes : siquid aliquando tibi ocii erit ut huc accedere liceat, diu optato fruemur alloquio, et de plerisque sermonem serentes votis animisque nostris morem geremus. Vale
29.

20La première de ces lettres, qu’on a déjà citée, a été adressée en 1403-1404 à Gontier Col à Paris, lorsque Clamanges se trouvait à Marseille à la suite de Benoît XIII. Le bibliothécaire chargé de la bibliothèque pontificale, ayant su que Gontier Col possédait un manuscrit de Pline le Jeune, avait prié Clamanges de demander à son ami parisien d’en faire faire une copie par un copiste intelligent et érudit. Par la lettre Est quidam Clamanges avait satisfait cette prière.

21La seconde lettre, adressée en 1413 à Nicolas de Baye à Paris par Clamanges qui se trouve dans le prieuré de la Fontaines-au-Bois (près de Provins), est un billet de circonstance, où Clamanges se félicite que le bruit annonçant la mort de son ami se soit avéré faux : Jean Chartier, une connaissance de passage à Langres sur la route de Rome, avait dissipé la mauvaise nouvelle.

22Ces petites lettres sont parvenues jusqu’à la phase de constitution finale du recueil, mais dans le travail ultime de révision, la première a été éliminée du manuscrit de Montpellier qui nous présente le résultat de la dernière réflexion de l’auteur. Pour quelle raison ? Selon toute probabilité, cette lettre a été supprimée parce que la Est quidam (qui, restreinte à l’essentiel dans ses termes, pourrait être considérée vraiment cicéronienne) ne contient que des données concrètes, sans le moindre ornatus conseillé par les artes dictaminis. Il suffit de lire la conclusio et la valedictio, d’où sont absents compliments et souhaits, mais où la donnée mise en relief concerne la transaction économique : adiciens super impensa tuo prorsus tibi satisfaciendum arbitratu (ajoutant que, au sujet des frais, c’est à toi de décider comment te faire payer).

23L’epistolium à Nicolas de Baye n’a lui non plus, dans sa brièveté, aucune parenté avec la lettre-traité ni avec la lettre morale de goût sénéquien ou pétrarquien. Le billet s’inspire d’un fait occasionnel qui interrompt la vie quotidienne : la rencontre avec quelqu’un qui apporte des nouvelles d’un ami lointain. Il s’agit de nouvelles bouleversantes, qui renversent une situation émotionnelle, tout en causant un passage soudain de la douleur à la joie. À la différence de ce qu’il en est dans la lettre sur le manuscrit de Pline, le fait divers, ici, ne concerne ni des affaires matérielles ni leur dimension économique, mais il implique le monde des sentiments. Ce qui permet le développement d’une rhétorique des passions, qui emploie un sermo illustris, riche en réminiscences bibliques et liturgiques : Exultavit hoc nuncio spiritus meus gravique merore deiectus quodammodo ut ita dicam respiravit, tantaque est iocunditate respersus quanta fuerat ante tristicia confectus. Egi gratias Deo et benedixi eum ut equum erat […]. C’est probablement cette structure rhétorique des phrases qui a rendu la courte lettre digne d’être insérée dans la dernière organisation du corpus (véritable opus oratorium) des Epistole clamangiennes.

  • 30 Ancien boursier grammairien du collège de Navarre, ce clerc est le destinataire de quatre lettres q (...)

24Un autre exemple assez significatif de billet de circonstance, conservé dans tous les manuscrits de la redactio ne varietur, est la lettre Ignosci michi à Jacques de Burey30. Dans ce court billet Clamanges s’excuse de répondre à une lettre importante et longue (uberiora scripta) de son ami par un petit billet (littere angustiores). La raison en est sa faible santé, mise à rude épreuve par le jeûne du carême :

  • 31 M, fol. 88r ; L, p. 165, Ep. LIX (c’est nous qui soulignons et ajoutons la référence biblique).

Ad Iacobum de Burreyo super breviori rescripto excusatio.
Ignosci michi per te postulo si hoc tempore ad tua uberiora scripta liberali manu effusa litteris angustioribus respondeo. Vix etenim ea satis possum explere que huius sacratissimi temporis cursus legitimus pro spiritali medicina salubriter a patribus institutus expetit. Nosti rarum et solubile corpusculum quod his longioribus ieiuniis vehementer atteritur, que utinam cor ipsum spiritumque bene contererent,
ut Deo acceptum fieret spiritus contribulatus qui cor contritum et humiliatum non despiciet (cf. Psalm., 50, 19). Per te itaque michi peto inducias huius muneris dari, quoadusque hi transierint dies quibus ad convenienter aliquid excogitandum non satis instituere animum valeo. Hanc autem tuam induciarum indulgentiam cumulatiori si Deus annuerit fenore postea compensabo. Sentio tecum de ingentium presagio malorum, non modo in re quam memoras verum etiam in aliis multis quas temptamus et aggredimur. Mitiget nobis Deus a diebus malis nobis totique pene orbi siquid veri mens coniectat instantibus donec fodiatur peccatori fovea (cf. Psalm., 93, 13), que per conatum rerum sceleratarum magna instantia foditur ac paratur, ut vera tandem appareant nunquam mendacis scripture verba : Ecce parturit iniusticiam, concepit dolorem, et peperit iniquitatem. Lacum aperuit et effodit eum, et incidit in foveam quam fecit (Psalm., 7, 15-16). Datum apud Fontem in Bosco31.

  • 32 Exiit tempus à Jacques de Burey (M, fol. 88-93 ; L, p. 166-174, Ep. LX).

25Le billet est fonctionnel, pour la structure d’ensemble, dans la mesure où il sert de liaison ou de préambule à la lettre suivante32 (tuam indulgentiam cumulatiori fenore postea compensabo) – lettre qui est un véritable traité, très long, sur le thème de vana gloria (Ad eundem super eius litteris uberior responsio, ubi de fuga vane glorie multa disseruntur). Toutefois, le billet n’a probablement pas été supprimé en M parce qu’il a été aussi considéré comme un exercice de rhétorique, en vertu de l’introduction de citations bibliques qui viennent en alternance avec les formules d’une correspondance ordinaire (Vix etenim ea satis possum explere, etc. + Psalm., 50, 19 + Per te itaque michi peto inducias, etc. + Psalm., 7, 15-16).

26Par ailleurs, le fait que Clamanges ait gardé dans l’édition finale de sa correspondance toute une série de lettres courtes et de billets de circonstance (remerciements, vœux, demandes de nouvelles ou de renseignements, narrations de faits divers, etc.), souvent groupés dans de véritables paquets, comme c’est le cas d’une bonne partie des nombreuses lettres adressées à Nicolas de Baye, nous ramène à une réflexion sur l’opus espistolare clamangien. Ces lettres de toute évidence ne s’apparentent pas aux modèles de Sénéque ou de Pétrarque. Elles n’appartiennent non plus, malgré les affirmations de Clamanges, à la typologie cicéronienne, qui vise exclusivement à fournir des données concrètes. Une hypothèse pourrait être vraisemblable : Clamanges aurait voulu, sous l’influence encore des artes dictaminis médiévales, offrir un opus oratorium qui fût aussi un répertoire de modèles épistolaires – de formulae – à proposer pour n’importe quelle situation.

27Nous venons de voir que Clamanges est conditionné par les réfléxions des dictatores médiévaux au sujet des différentes parties de la lettre. Il faut quand même rappeler que l’intérêt pour les partitiones rhétoriques est essentiel aussi dans les artes classiques, cicéroniennes en particulier, de la Rhetorica ad Herennium au De inventione, ou bien aux Partitiones oratoriae, textes qui sont connus par Clamanges. Mais celui-ci, de même que les dictatores médiévaux, considère opus oratorium maxime l’epistola et non plus l’ouvrage historique. D’autre part, il épouse certaines obsessions des dictatores, telles que l’attention au problème de la salutatio, dont on vient de parler. Cela dit, il ne faut pas se lasser de souligner que l’admiration pour le recueil épistolaire en tant que genre peut dériver, chez Clamanges, de la fréquentation, jamais avouée, des Familiares et des Seniles de Pétrarque, à laquelle s’ajoute la connaissance des Epistolae ad Lucilium de Sénéque et la redécouverte en ces années des lettres de Cicéron.

  • 33 M, fol. 22-25v ; L, p. 42-47, Ep. X. Datée par Alfred Coville (Recherches sur quelques écrivains du (...)
  • 34 M, fol. 22-22v ; L, p. 42.
  • 35 M, fol. 24-24v ; L, p. 45.
  • 36 M, fol. 25v ; L, p. 47.

285. Ce qui est vraiment caractéristique de Nicolas de Clamanges en tant qu’épistolier, c’est l’insistance sur une typologie et une thématique qui reviennent assez souvent dans ses lettres, celles des iocosae litterae. Le thème des ioci par rapport à la création épistolaire est au centre d’une des lettres-traité parmi les plus connues de Clamanges, une lettre qui par ailleurs a eu aussi une diffusion indépendante et dans de petits dossiers, antérieure à la rédaction finale ne varietur. Il s’agit de la lettre Iocos iterum à Jean de Montreuil (Ad Iohannem de Monsterolio de animorum ac studiorum maturitate33). À Montreuil, qui propose un échange de lettres plaisantes et badines, Clamanges répond par une invitation au sérieux, que les difficultés caractérisant le moment historique exigent de toute évidence : Iocos iterum fabulasque proponis quasi desint seria que scribas, aut quasi nos turbulenta tempora non satis a ludicris avocare debeant34. La lettre, dans son ensemble, est une exhortation à la gravitas dans la conduite extérieure et à la maturitas dans la conduite intérieure : Est ergo exterioris hominis proprie gravitas, qui sue nature corruptione suarumque qualitatum iugi pugna et contrarietate paulatim lassus ac fatiscens senio ingravescit, animo autem qui interior homo est magis congruit maturitas35. En outre, c’est une considération sur l’éloquence en tant que severa res, nec que in ventum verba velit fundere36. Et c’est aussi une réflexion, d’ordre rhétorique, sur le rôle des ioci dans la comédie et dans la littérature en général, ainsi que sur l’emploi de la salium festivitas dans n’importe quel genre d’écrits, à la lumière aussi de l’horatien miscere utile dulci.

29Nous pouvons considérer comme significative la demande de ioci et fabelle de la part de Montreuil, qui nous rappelle l’importance, au niveau rhétorique, du lusus, du παίγνιον classique, en particulier dans le domaine épistolaire ; de la même façon, de la part de Clamanges ce qui est significatif, c’est l’invitation à éviter les arguments iocosi, invitation qui est affichée comme un signe de choix moral. Évidemment, nous sommes en présence de deux attitudes apparemment contradictoires, mais classicisantes toutes deux, plus attentives aux modèles classiques illustres – le lusus comme genre littéraire ou bien les schémas épistolaires proposés par Sénéque (ou Pétrarque) – plutôt qu’aux exigences d’une correspondance ordinaire. En effet, Clamanges est conditionné par la forme et le style de la lettre sénéquienne-et pétrarquienne, même si, au-delà de ses déclarations réitérées, il aime s’abandonner aux ioci, démontrant lui aussi une véritable prédilection pour le lusus, qu’il interprète sans doute dans une perspective classique, dans le but, mal avoué, de faire revivre le lusus/παίγνιον des anciens comme une forme que l’on pourrait bien dire praecipue oratoria.

  • 37 M, fol. 83v-84v ; L, p. 158-160, Ep. LVII.
  • 38 M, fol. 84v ; L, p. 160.
  • 39 N. Gorochov, Le Collège de Navarre…, op. cit., p. 650.
  • 40 M, fol. 196v- 197 ; L, p. 322-323, Ep. CXVIII.

30Si nous parcourons le recueil de Clamanges, nous retrouvons d’un côté la référence explicite aux ioci, aux iocosa, aux iocose littere, d’un autre, la tendance à la plaisanterie formelle, par un développement levis de thèmes de correspondance ordinaire – souvent des thèmes obligés, selon les règles du savoir-vivre, comme dans le cas des lettres de remerciement. Le remerciement, en effet, peut être traité comme un sujet d’aimable plaisanterie, une iocosa gratiarum actio, ainsi que nous le constatons dans la lettre Frater Reginaldus, à Jacques de Nouvion qui vient de faire cadeau de deux couteaux (Ad Iacobum de Noviano de dono quorundam cultellorum iocosa gratiarum actio)37. L’intention de la part de Clamanges de composer un lusus y est soulignée par la valedictio : Vale, et hec iocosa legendo a tuis gravioribus studiis paululum respira38. Nous trouvons le même exercice rhétorique dans la lettre Nova dona à Jean Héraud, ancien boursier théologien au collège de Navarre39. Il s’agit d’un billet de remerciement pour des figues envoyées en cadeau40, prenant la forme d’une courte lettre bâtie sur des variations bibliques au sujet des figues (parabole du figuier stérile, des références au Cantique et aux prophètes).

  • 41 M, fol. 195v-196v ; L, p. 320-322, Ep. CXVII.
  • 42 M, fol. 195v ; L, p. 320 : Licuit adolescentie pro legendis aliquamdiu floribus amenos perambulare (...)

31Parfois, la lettre de remerciement subit une amplification qui la transforme en un véritable traité : c’est le cas de la lettre Missa per me à Gontier Col (Ad G. Colli de dono unius libri gratiarum actio)41, où le remerciement pour la réception d’un livre contenant quelques opuscules de saint Jérôme et saint Augustin devient un petit traité sur le thème scripturaire omnia suum tempus habere (Eccl., 3, 1) – thème, par ailleurs, très cher à Clamanges, qui lui consacre une bonne partie de sa lettre-traité Iocos iterum. De cette manière, la réflexion nourrie de la Bible, qui dans la Iocos iterum voulait être le renversement d’une écriture iocosa, assume ici le caractère aussi du refus des études profanes (selon une tradition qui remonte aux Pères) au profit des études sacrées, comme plus appropriées à l’âge mûr et à la vieillesse42.

  • 43 M, fol. 132 ; L, p. 228, Ep. LXXVI.

32On pourrait multiplier les exemples de cette tendance à mêler les données qui relèvent de la chronique avec des éléments contribuant à une construction littéraire qui nous ramène à la lettre-traité. Parfois, il s’agit d’une amplificatio du billet de remerciement canonique ; d’autres fois, on commence par un fait divers pour glisser ensuite vers le traité moral, grand ou petit. Un cas intéressant de mélange entre chronique et construction littéraire pourrait être la lettre Hodie reddite à Jean Muret, super illius scriptis responsio43. Après un court paragraphe où Clamanges informe son ami que la lettre qu’il lui a envoyée a été remise fracta et dissignata (donnée relevant de la chronique), la missive aborde un thème assez banal et courant dans la correspondance entre amis, c’est-à-dire le désir de se revoir, mais sur ce thème se construit une longue variatio qui ramène aux modèles rhétoriques du genre. Dans cette digression pathétique, s’insère un autre rappel à la situation concrète du correspondant, qui désire obtenir une prébende au Mans. Encore une fois, la donnée qui relève de la chronique sert de prétexte pour des considérations sur le cumul des bénéfices, auquel Clamanges se montre décidément hostile.

33Terminons maintenant notre aperçu par une brève analyse de deux courtes missives à un ami inconnu (voir l’Appendice) qui, tout en relevant de la correspondance ordinaire, témoignent de l’habitude de Clamanges de faire de n’importe quelle lettre un exercice rhétorique pur, d’autant plus que la rubrique de la première, Ad quendam amicum scolasticum iocose littere, indique clairement non seulement l’appartenance du texte au domaine littéraire, mais aussi l’insertion dans ce genre classique du lusus/παίγνιον qui constitue, nous l’avons dit, une véritable obsession pour Clamanges.

  • 44 M, fol. 193v-194 ; L, p. 316-317, Ep. CXIV.
  • 45 M, fol. 194 ; L, p. 317.

34Le prétexte pour rédiger le petit lusus est la raritas scribendi du correspondant, coupable envers Clamanges d’un trop long silence. Par ailleurs, la conclusio de la première lettre, la Mirabar quenam44, ne laisse aucun doute possible. Clamanges compose un lusus parce qu’il n’a aucun sujet sérieux à sa disposition : Hec tecum pro nostra amicicia familiariter luserim, nichil serium in promptu habens quod calamo dignum deputem45. Ce qui ferait supposer que notre auteur garde un répertoire d’arguments sérieux – les seuls calamo digna – à exploiter dans sa correspondance, qui, même si elle relève des situations banales de la vie quotidienne, doit répondre aux exigences de l’opus oratorium.

35Le iocus consiste dans l’évocation plaisante des occupationes de l’ami (études philosophique et théologique ou, plus encore, ravissement mystique), que Clamanges déclare avoir, en un premier moment, faussement supposées. En réalité, il s’agit d’alie cure, d’autres occupations, qui détournent le correspondant inconnu des devoirs de l’amitié. À ce propos, encore une fois sur un ton plaisant, Clamanges oppose la vie contemplative, symbolisée par les personnages bibliques de Marie et Rachel, à la vie active, symbolisée par Marthe et Lia. Explicitant le contenu de ces alie cure avec le fait que l’ami se donne tant de mal pro ecclesiasticis adipiscendis proventibus, Clamanges termine sa courte lettre par une petite digression sur le thème de avaritia et par une déprécation contra avaros, transformant ainsi en un jeu badin l’un des sujets majeurs de l’épistolographie pétrarquienne (et de sa propre épistolographie), dans la reprise ironique de l’opposition traditionnelle ioci/seria.

  • 46 M, fol. 194-194v ; L, p 317-318, Ep. CXV.

36L’ami, dont nous ne connaissons pas la réponse, n’agréa point les plaisanteries de Clamanges au sujet de sa prétendue avidité. Par une deuxième lettre, Credebam te46, Clamanges reproche l’attitude de son correspondant, qu’il n’aurait jamais cru ioculares facetias […] ea animi molestia bilisque amaritudine accepturum. Clamanges se retrouve ainsi obligé par les règles de la politesse mondaine à écrire une lettre qui voudrait être une lettre d’excuses et qui développe des annotations personnelles, entre autres la demande de pardon mutuel :

Vale, et de iaculis salium tuorum que in me cum nimia asperitate intorquere voluisti tibi per me ignotum puta : nolo enim tam graviter ferre tua graviora quam graviter mea levia tulisti, maioremque tibi volo in me licentiam patere quam tu michi vis in te.

37En effet, la deuxième partie de la lettre insiste sur des aspects psychologiques, concernant l’authenticité et la profondeur du rapport interpersonnel, une profondeur qui devrait permettre une liberté réciproque : neque enim soleo nisi ad amicos ac benivolos isto modo iocari.

38Toutefois, cette lettre de correspondance ordinaire – qui appartient décidément au registre intime – devient l’occasion pour une discussion sur les différents types de plaisanterie, les duo genera salium, avec l’appui de références érudites :

Duo siquidem esse feruntur genera salium, unum amarum et hostile quod Greci sarcosmon dicunt quia carnem mordeat et dolorem menti inferat, aliud urbanum et iocosum quod antismon illi appellant, nostri autem facetiam vocant.

39De ces duo genera salium, Clamanges nous offre une brève phénoménologie, mais il en souligne aussi la portée rhétorique, tout en dessinant un panorama synthétique du rôle des sales dans la littérature latine (Cicéron, Plaute) et grecque (les orateurs athéniens).

  • 47 Certaines lettres de Clamanges ont eu une circulation autonome, au xve siècle, en tant qu’exemples (...)
  • 48 L’édition de Lydius de 1613 a été faite dans une perspective purement confessionnelle, car Clamange (...)

40En conclusion, sans aucun doute les lettres de Clamanges sont des missives envoyées à des correspondants pour communiquer, et peuvent à juste titre être consultées comme des témoignages historiques et biographiques, même si la plupart ont été remaniées et dont l’une au moins, mais très importante, a été inventée post factum. Toutefois, au moment où Clamanges construit son recueil épistolaire, il envisage la création d’un ouvrage unitaire, opus oratorium, suivant le modèle de Pétrarque, dans l’intention aussi de fournir des formulae à imiter, presque un manuel de correspondance. C’est là l’origine de la diffusion extrêmement large dans la France du xve siècle – et en Europe aussi – des Epistole de Nicolas de Clamanges47, que personne ne lira plus à partir du xvie siècle48. Nous en voyons la preuve dans le grand nombre des manuscrits qui ne sont pas encore entièrement répertoriés.

  • 55 Cf. Eccl., 10, 19 : et pecuniae obediunt omnia.

Quod si ita de te est ut ille retulit, persuasum, ut opinor, habes omnia bona tibi ventura pariter cum illa scilicet pecunia cui, ut scriptum est, omnia obediunt55, et de qua rursus in eodem poeta legisti :

Annexes

Appendice

On donne ici l’édition des deux lettres, Mirabar quenam et Credebam te, sur la base de M, qui représente la rédaction ultime des Epistole de Nicolas de Clamanges, collationnées avec R, P e L.

Ms. Montpellier, Fac. Méd., H 87.

Ad quendam amicum scolasticum iocose littere.

Mirabar quenam ille essent occupationes que te totum usque adeo ad se (1) raperent aut que illa tua essent studia quibus ita noctes et dies assidue invigilares, ut non fas esset tibi duo verba ad quemquam amicorum suis etiam te scriptis provocantium pro responso percurrere (2). Profunde, mecum aiebam, ille speculationi insistit, et aut priorum philosophorum abdita scrutatur, aut altioris methaphisice supremas (3) intelligentias ab humanis semotas sensibus investigat, aut mathematice fortassis acribologie (4) theoreumata indagat paucis pervia, aut propter imminentem Petri Lombardi lectionem49 theologicorum forte scriptorum perplexas subtilitates evolvit. Metuebam ne ad tercium usque celum tua esset contemplatio una cum gentium doctore subvecta50, aut viri desideriorum Danielis51 visiones obscurissimas aperire constituisses atque omni sublato velamine in lucem proferre. Magnum illud esse oportet, inquiebam, quicquid id est circa quod illius acies ingenii adeo intenta versatur.

Hec mecum cogitabam, cum affuit qui te diceret non illis operam dare rebus quas enumeravi meque falso hec (5) opinari, aliis te teneri studiis, aliis curis implicari. Marie contemplationi repudium dedisse, Marthamque illam sollicitam et erga plurima turbatam toto cordis desiderio complecti52. Rachelem denique forma decoram aspectuque (6) venustam pro turpi ac lipposa Lya commutasse53. Itaque pro ecclesiasticis adipiscendis (7) proventibus ultro citroque cursitare, nichil nisi beneficia aucupari, nil aliud meditari vigilando, nil sompniare quiescendo. Denique ex mundi contemptore philosopho diligentissimum practice sectatorem effectum cum illo tandem sentire cepisse qui apud poetam loquitur :

O cives, cives, querenda pecunia primum,
virtus post nummos
54.

Et genus et formam regina Pecunia donat,
et bene nummatum decorat Suadela Venusque
56.

Si autem regina illa immo dea secundum antiquos Romanos57 donat hec omnia, plurimum profecto delectabor quando invicem congredi dabitur te generosum, [194r] formosum, venustum per illam factum intueri. Si vero alterno conspectu frui non liceat, iuvabit saltem dum per illius indultam licentiam aliquid scribere poteris te illius dono in tuis litteris disertum persuasorem agnoscere, quod etiam in eius scola doceri tradit, ut vides, Oratius58.

Hec tecum pro nostra amicicia familiariter luserim, nichil serium in promptu habens quod calamo dignum deputem (8). Vale.

(1) te totum usque adeo ad se MRP totum usque adeo te ad se L (2) percurrere MRP procurare L

(3) supremas MRP summas L (4) acribologie MRP acerbologiae L (5) hec MRP hac L

(6) aspectuque MRP aspectu L (7) ecclesiasticis adipiscendis MRP adipiscendis ecclesiasticis L

(8) dignum deputem MR deputem dignum PL

Item ad eundem.

Credebam te eutrapelum59 esse meliorem, nec ioculares facetias que risum potius (1) movere debebant quam exacerbationem inferre ea animi molestia bilisque amaritudine accepturum. Duo siquidem esse feruntur genera salium60, unum amarum et hostile quod Greci sarcosmon (2) dicunt quia carnem mordeat et dolorem menti inferat, aliud urbanum et iocosum quod antismon illi appellant, nostri autem facetiam vocant (3), quale est illud virgilianum in suos obtrectatores elegantissime iaculatum :

Qui Bavium non odit amet tua carmina Mevi61.

Fateor ex primis salibus iram posse non immerito excitari, quoniam ex odiosa mente animoque infesto plerumque proveniunt, sed sales secundi generis quibus cum amicis iocamur causa relaxandi animi nichil pre se hostile ferunt, nichil odiosum, verum inter familiarissimos atque benivolentissimos quotidiano in convictu (4) interseruntur, quibus qui apte et convenienter uti sciunt gratiosi, iocundi, liberales, lepidi et ingeniosi, ad eloquentiam denique apti existimantur ; unde et Tullius princeps oratorum non alia de causa ab emulis carpitur nisi quod frigidus ac tardus in salibus quamvis falso (5) arguitur62, plautina quoque eloquentia (6) non aliunde a veteribus ita commendata est ut quidam illorum scripserint Musas ipsas si Latine loqui vellent plautino maxime usuras eloquio63, nisi quia sales elegantissimos atque copiosissimos intermiscet. Denique inter laudes amplissimas Grece eloquentie super omnia sales Attici (7) a Latinis etiam auctoribus extolluntur. His itaque urbanis salibus nequaquam liberalis animus offendi debet ; qui autem illis offenduntur tristes, austeri, tetrici, inculti et inciviles ad convictumque ac societatem inepti deputantur homines.

Dum autem scriptum illud quod tuum adeo animum exulceravit (8) mecum attentius volvo memoriaque retracto nichil illic possum hostile, nichil acerbius dictum invenire (9) ; quinpotius omnia michi videntur lepida cum urbanitate esse dicta, nec aliqua prorsus indicia aut contrarie voluntatis aut fellee (10) amaritudinis ibi apparent quibus ita conturbarere (11). [194v] Si autem ceco iudicio in re propria decipior, in hoc saltem minime fallor cuius licet michi Deum testem invocare singula queque (12) ex sincero animo, tibi utique amicissimo tuisque bonis ac commodis non invidenti sed gratulanti processisse, et si qua in re michi credendum putas in hac fidenter crede nunquam me ad te more illo scripturum fuisse nisi plurimum te amarem : neque enim soleo nisi ad amicos ac benivolos isto modo iocari, sed cum hec tibi adeo displicuisse intelligam calamo (13) a iocis apud te deinceps ferias statuam, et vigilantius animadvertam quemadmodum michi imposterum (14) et cum quo ludendum sit, non quod tue propterea dilectioni scribere desistam aut te in amicorum numero computare omittam, sed si quando scribendi inciderit occasio ne te ulterius offendam materiam pariter et formam commutabo.

Vale, et de iaculis salium tuorum que in me cum nimia asperitate intorquere voluisti tibi per me ignotum puta : nolo enim tam graviter ferre tua graviora quam graviter mea levia tulisti, maioremque tibi volo in me (15) licentiam patere quam tu michi vis in te.

(1) potius MRP magis L (2) sarcosmon MRP sarcasmum L (3) vocant (omittit) L

(4) quotidiano in convictu MR in quotidiano convictu P in quotidiano victu L (5) quamvis falso (omittit) L

(6) plautina quoque eloquentia M et plautina eloquentia RPL (7) Attici MRP Actio L

(8) exulceravit MRP exultavit L (9) invenire ML animadvertere RP (10) fellee MRP felle L

(11) conturbarere MRP conturbareris L (12) queque (addit in interl) M (13) calamo MRP calamis L

(14) imposterum MPL in posterum R (15) in me (omittit) L

Notes

1 James. J. Murphy, La retorica nel Medioevo, Naples, Liguori, 1983, p. 223-304 (Rhetoric in the Middle Ages, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1974).

2 Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, PUF, 1956, p. 95 (Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, Berne, A. Francke Verlag, 1948).

3 Edmond Faral, Les arts poétiques du XIIe et du XIIIe siècle, Paris, Champion, 1924 (réimp. anast. 1958).

4 Francesco Petrarca, Le Familiari, V. Rossi et U. Bosco (éd.), Florence, Sansoni, 1933-1942, vol. I, p. 9-10 (c’est nous qui soulignons).

5 Voir la lettre Vetus inter à Gontier Col, affectuosa rogatio ut nonnulla sua opuscula que ad illum mittit fideli faciat diligentia perscribi, Nicolai de Clemangiis, Opera omnia, quae edidit Iohannes Martini Lydius, Lugduni Batavorum, apud Iohannem Balduinum, 1613, t. II, p. 305-306, Epistola. CIX. Édition critique et commentaire de cette lettre dans Dario Cecchetti, L’evoluzione del latino umanistico in Francia, Paris, CEMI, 1986, p. 129-147.

6 Ibid., p. 137 : Cum itaque libellos aliquos ac tractatulos, quos maiore ex parte in loco isto conscripsi, in ordinem ac formam aliquam nuper redegerim, ut siquid illic utile esset sub modio non absconderetur, sed in publicum tandem posset venire conspectum, ipsorum censui opusculorum primicias tuo non immerito nomini delegandas.

7 Pour un répertoire de ces dossiers, ibid., p. 18 et 38-39, note 28.

8 C’est le cas de la polémique avec le cardinal de Pietramala : D. Cecchetti, Petrarca, Pietramala e Clamanges. Storia di una “querelle” inventata, Paris, CEMI, 1982.

9 On adoptera les sigles suivants : M = ms. Montpellier, Fac. Méd. H 87 ; R = ms. Reims, B. M. 628 ; P = ms. Paris, BnF, lat. 3130 ; L = édition Lydius (Amterdam, 1613).

10 Ezio Ornato, Jean Muret et ses amis Nicolas de Clamanges et Jean de Montreil. Contribution à l’étude des rapports entre les humanistes de Paris et ceux d’Avignon (1394-1420), Genève/Paris, Droz, 1969, p. 55-57.

11 Voir Ep. Est quidam, à Gontier Col (R, f. 79v-89r ; L, p. 121-122 : Ad Gontherum Colli de epistolis Plinii Secundi pro summo pontifice perscribendis).

12 M, fol. 51v-52v, L, p. 93-95 (Ep. XXVI).

13 M, fol. 52 ; L, p. 94.

14 M, fol. 52v ; L, p. 95.

15 Cf. Disputatio super materia Concilii generalis, dans Nicolai de Clemangiis, Opera omnia…, op. cit., t. I, p. 61-79.

16 Voir la lettre Novum me esse, à Jean de Montreuil, de felici sorte mediocritatis et contra avaros et curiales, M, fol. 39v-43v ; L, p. 72-79, Ep. XVIII.

17 Cf. la lettre a Renaud de Fontaines, Mirabar admodum : Mirabar admodum unde tibi in mentem venisset falsam illam erroneamque sententiam tuis litteris inseruisse, cuius ego auctorem ignorans quem semper rarius perlegi tuam esse putabam, moleste aliquantulum ferens tam evidentem perspicuumque errorem te doctum et prudentem virum scripsisse, M, fol. 216v ; L, p. 344, Ep. CXXXV (c’est nous qui soulignons). Voir D. Cecchetti, « Sulla fortuna del Petrarca in Francia: un testo dimenticato di Nicolas de Clamanges », Studi francesi, 32, 1967, p. 201-222.

18 M, fol. 217v ; L, p. 345.

19 F. Petrarca, Le Familiari, I, 2, 1, op. cit., vol. I, p. 14.

20 M, fol. 56v-58 ; L, p. 101-104, Ep. XXVIII.

21 M, fol. 47v-49v ; L, p. 86-89, Ep. XXIII.

22 M, fol. 47v-48 ; L, p. 86-87.

23 Voir M, fol. 49v : Vale, et non magis illis credendum esse puta qui vota valitudinis a calce epistole reiciunt quam qui vota salutis a capite. Quia enim salus precipue animam respicit valitudo autem proprie ad corpus refertur : propterea viri sapientissimi maiores nostri curam anime cure corporis non immerito preferendam existimantes a salute persone exordiendum censuerunt, et in eius bona valitudine concludendum, L, p. 89.

24 Voir E. Ornato, « La redécouverte des classiques, révélateur de ruptures et de continuités dans le mouvement humaniste en France au xve siècle », dans Dario Cecchetti, Lionello Sozzi, Louis Terreaux (dir.), L’aube de la Renaissance, Slatkine, 1991, p. 85-101.

25 Si l’on considère les Rationes dictandi prosaice (Règles de l’épistolographie en prose) de Hugues de Bologne, les anonymes Rationes dictandi, attribuées erronément par Ludwig Rockinger à Albéric de Montcassin, ou d’autres artes médievales, on s’aperçoit de l’importance revêtue par la salutatio, à qui tout traité consacre la partie la plus vaste de son discours (voir J. J. Murphy, La retorica del Medioevo…, op. cit., p. 245-278).

26 Voir l’epistola Mallem tibi, à Gontier Col (R, fol. 31v-32v ; M, fol. 26v-27 ; L, p. 49-50, Ep. XII) et l’epistola Nulla tibi, ad eundem (R, fol. 32v-33).

27 D. Cecchetti, Petrarca, Pietramala e Clamanges…, op. cit., p. 177-181 (édition critique des deux lettres).

28 R, fol. 79v-80 ; L, p. 121-122 (Ep. a XXXVIII).

29 R, fol. 165 ; M, fol. 204v ; L, p 246 (Ep. LXXXIV) : le texte que nous donnons ici est celui de M.

30 Ancien boursier grammairien du collège de Navarre, ce clerc est le destinataire de quatre lettres que Clamanges lui a adressées entre 1408 et 1414 (Nathalie Gorochov, Le Collège de Navarre de sa fondation [1305] au début du XVe siècle [1418]. Histoire de l’institution, de sa vie intellectuelle et de son recrutement, Paris, Champion, 1997, p. 601).

31 M, fol. 88r ; L, p. 165, Ep. LIX (c’est nous qui soulignons et ajoutons la référence biblique).

32 Exiit tempus à Jacques de Burey (M, fol. 88-93 ; L, p. 166-174, Ep. LX).

33 M, fol. 22-25v ; L, p. 42-47, Ep. X. Datée par Alfred Coville (Recherches sur quelques écrivains du XIVe et XVe siècle, Paris, Droz, 1935, p. 292-294) de la première moitié de l’année 1398, cette lettre a été située, avec certitude, par Ezio Ornato (Jean Muret et ses amis…, op. cit., p. 111-113), sur la base d’une lettre de Jean de Montreuil, en septembre-octobre 1403. C’est un texte fort intéressant parce que nous en avons la première rédaction, ce qui nous permet de faire des considérations importantes sur le travail stylistique de Clamanges et sur l’évolution du latin à l’heure du premier Humanisme en France (voir D. Cecchetti, L’evoluzione del latino umanistico in Francia…, op. cit., p. 91-126, où l’on trouvera l’édition critique, avec notes, de la Iocos iterum et de sa première version).

34 M, fol. 22-22v ; L, p. 42.

35 M, fol. 24-24v ; L, p. 45.

36 M, fol. 25v ; L, p. 47.

37 M, fol. 83v-84v ; L, p. 158-160, Ep. LVII.

38 M, fol. 84v ; L, p. 160.

39 N. Gorochov, Le Collège de Navarre…, op. cit., p. 650.

40 M, fol. 196v- 197 ; L, p. 322-323, Ep. CXVIII.

41 M, fol. 195v-196v ; L, p. 320-322, Ep. CXVII.

42 M, fol. 195v ; L, p. 320 : Licuit adolescentie pro legendis aliquamdiu floribus amenos perambulare ortulos oratorum, sed quomodo florigerum ver non semper durat verum in estatem transmutatur ac deinde in autumpnum vergit qui fructus estatis calore percussos plene maturat et colligit in usumque reponit, ad eundem modum nec adolescentior etas que flore tanquam suo simili gaudet quoniam et ille flos etatis est, semper debet in nobis vigere, sed in virum debet migrare perfectum qui florem decidentem in fructum convertat, quem decoctum atque maturatum senili succedente evo quasi quodam autumpno colligat (c’est nous qui soulignons).

43 M, fol. 132 ; L, p. 228, Ep. LXXVI.

44 M, fol. 193v-194 ; L, p. 316-317, Ep. CXIV.

45 M, fol. 194 ; L, p. 317.

46 M, fol. 194-194v ; L, p 317-318, Ep. CXV.

47 Certaines lettres de Clamanges ont eu une circulation autonome, au xve siècle, en tant qu’exemples de composition épistolaire ou en tant que textes théoriques de poétique. C’est le cas de la Quod in superiori (la grande lettre de la polémique avec Pietramala, inventée une quarantaine d’années post factum) que nous trouvons dans un manuscrit allemand (München, Universitätsbibliothek, 2o Cod. ms. 544a, fol. 54v-55v), dans lequel l’érudit Iohannes Riedner avait réuni, entre 1483 et 1494, des textes de poésie et poétique pour ses cours à l’université de Ingolstadt, où il était professeur de rhétorique.

48 L’édition de Lydius de 1613 a été faite dans une perspective purement confessionnelle, car Clamanges y est vu comme un précurseur des protestants.

55 Cf. Eccl., 10, 19 : et pecuniae obediunt omnia.

49 Il faut comprendre : « À cause d’une leçon que tu devais préparer sur les textes de Pierre Lombard ». Le commentaire des Sentences de Pierre Lombard (Libri quattuor sententiarum) était la base de l’enseignement universitaire de la théologie.

50 Cf. II Cor., 12, 2 : Scio hominem in Christo […] raptum huiusmodi usque ad tertium celum.

51 Cf. Dan., 10, 11 : Daniel, vir desideriorum, intellige verba quae ego loquor ad te.

52 Cf. Luc., 10, 38-42. Marie deviendra symbole de la vie contemplative, Marthe symbole de la vie active : cf. Augustin, Sermones, CIII, 1-2, Patrologie Latine, 38, 613-615.

53 Cf. Genèse, 29, 16-17 : Habebat vero duas filias : nomen maioris Lia, minor vero appellabatur Rachel ; sed Lia lippis erat oculis ; Rachel decora facie, et venusto aspectu. Lia et Rachel, elles aussi, ont été considérées comme symboles de la vie active et de la vie contemplative. Cf. Grégoire le Grand, Moralia in Iob, VI, 37, 61 : Et quid per Rachelem nisi contemplatiua, quid per Liam nisi actiua uita designatur ?, M. Adriaen (éd.), Turnhout, Brepols, 1979-1985.

54 Horace, Epist., I, 1, 53-54.

56 Horace, Epist., I, 6, 37-38.

57 Cf. Arnobius, Adversus nationes, IV, 9 : quis ad extremum deam Pecuniam esse credat, quam velut maximum numen vestrae indicant litterae […], Concetto Marchesi (éd.), Turin, Paravia, 1934 ; Augustin, De civitate Dei, IV, 21.

58 Il s’agit encore d’une référence aux Épîtres d’Horace qu’on vient de citer.

59 Du grec εὐτράπελος (« plaisant »). Eutrapelus (« le plaisant ») était le surnom donné par Cicéron à P. Volumnius, chevalier romain, à cause de son goût pour la plaisanterie (Cic., Epist. ad famil., VII, 32 et 33). Cf. aussi Hor., Epist., I, 31. Cicéron déclare avoir reconnu la paternité d’une lettre de Volumnius grâce à sa εὐτραπελία (« ton plaisant, badin ») : […] deide εὐτραπελία litterarum fecit ut intellegerem tuas esse, Cic., Epist. ad famil., VII, 32, 1, L. Cl. Purser (éd.), Oxford, At the Clarendon Press, 1901.

60 Le couple sarkasmós/asteismós, translittéré fautivement dans la lettre de Clamanges, revient fréquemment dans les textes rhétoriques, où il signifie hostilis inrisio cum amaritudine et urbanitas sine iracundia (voir Isidore de Séville, Etymolog., I, 37, 29-30, W. M. Lindsay (éd.), Oxford, At the Clarendon Press, 1911).

61 Virgile, Egl., III, 90.

62 Cf. Quintilien, De institutione oratoria, XII, 10, 12 : At M. Tullium […] tamen et suorum homines temporum incessere audebant ut tumidiorem et Asianum et redundantem et in repetitionibus nimium et in salibus aliquando frigidum et in compositione fractum, exultantem ac paene, quod procul absit, uiro molliorem, Jean Cousin (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1975-1980.

63 Quintilien, ibid., X, 1, 99 : Licet Varro Musas, Aeli Silonis sententia, Plautino dicat sermone locuturas fuisse, si Latine loqui vellent (éd. cit.).

Auteur

Dario Cecchetti, ancien professeur de littérature française à l’université de Turin, est spécialiste de la littérature de l’humanisme (en particulier de l’évolution du néo-latin) et de l’histoire du théâtre aux xvie et xviie siècles (en particulier des problèmes théoriques concernant la « tragédie sainte » et du langage tragique). Parmi ses pubications sur Nicolas de Clamanges : Petrarca, Pietramale e Clamanges. Storia di una ‘querelle’ inventata, Paris, CEMI, 1982. L’evoluzione del latino umanistico in Francia, Paris, CEMI, 1986. « Descriptio e laudatio urbis. Persistenza e rinnovamento di strutture retoriche nell’opera di Nicola de Clamanges », Annali dell’Istituto Universitario Orientale, sez. rom., 35-2, 1993, p. 381-431. « Nel laboratorio umanistico: due inediti di Nicolas de Clamanges », Franco-Italica, 23-24, 2003, p. 291-333.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540