Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Deuxième partie : Les cercles d'intellectuels

Maîtres et étudiants italiens à Paris au xive siècle : à la recherche de figures pré-humanistes

Italian Masters and Students in Fourteenth Century Paris: Initial Results of a Study of Italian Humanist Practices at the University of Paris Before the Reign of Charles VI

Nathalie Gorochov

Résumé

Pétrarque est venu au moins deux fois à Paris, en 1333 et en 1361 ; il y comptait des amis italiens, notamment des maîtres de l’université. Il faut cependant attendre le début du règne de Charles VI (1380) pour que des universitaires parisiens commencent à faire preuve d’un goût pour le style classique, pour la rhétorique cicéronienne à la manière de Pétrarque. Il s’agit de boursiers du collège de Navarre. On a souvent invoqué l’indifférence, voire l’hostilité de l’université de Paris face aux idées humanistes pour expliquer ce décalage temporel entre la venue de Pétrarque à Paris et les travaux des premiers humanistes français du collège de Navarre. Cet article présente les premiers résultats d’une enquête sur les maîtres et étudiants italiens de l’université de Paris au xive siècle, un milieu au sein duquel se sont lentement diffusées, des années 1330 à 1380, les idées humanistes initiées par Pétrarque.

Petrarch came at least twice to Paris, in 1333 and in 1361; there were Italian friends of his, including masters of the university. But it was not until the beginning of the reign of Charles VI (1380) that Parisian scholars began to show an interest in the classical style, in Cicero’s rhetoric, in the manner of Petrarch. These include fellows from the College of Navarre. The indifference and even hostility of the University of Paris to humanistic ideas has often been invoked to explain this time-lag between the arrival of Petrarch in Paris and the work of the first French humanists of the College of Navarre. This article presents the first results of a survey of Italian masters and students of the University of Paris in the 14th century, an environment in which the humanist ideas initiated by Petrarch slowly spread from the years 1330 to 1380.

Texte intégral

  • 1 Entre autres travaux sur le mouvement humaniste français du règne de Charles VI, il faut citer : Ez (...)
  • 2 Dans l’abondante bibliographie consacrée à Pétrarque, la biographie récente d’Enrico Fenzi a été tr (...)
  • 3 E. Ornato, Jean Muret…, op. cit., p. 6.
  • 4 E. Ornato, Préludes…, op. cit., en particulier l’avant-propos de l’ouvrage. En 1960, Franco Simone, (...)
  • 5 M. Roccati, « La formation… », art. cité.
  • 6 Gilbert Ouy, « Le collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », Actes du XCVe congrès des (...)

1Grâce aux travaux de Nicole Pons et d’Ezio Ornato mais aussi de Dario Cecchetti et de Matteo Roccati1, nous savons qu’au début du règne de Charles VI, un groupe de clercs français, Jean de Montreuil, Jean Gerson, Nicolas de Clamanges, Jean Muret, et, un peu plus tard, les frères Col, commencent à faire preuve d’un goût pour le style classique, pour la rhétorique cicéronnienne, à la manière de Pétrarque, bien plus âgé qu’eux, mort en 13742. Il a fallu un demi-siècle pour que le projet humaniste développé par Pétrarque en Italie et à Avignon soit entendu à Paris et à Avignon, à la fois chez des universitaires et des hommes de chancellerie qui correspondent entre eux, plus encore après l’élection de Benoît XIII3. La question des relations complexes entre humanisme italien et humanisme français a été plusieurs fois soulevée dans l’historiographie et on a relevé ce décalage temporel entre le mouvement humaniste italien, qui s’épanouit dès les années 1340-1360 autour de Pétrarque et Boccace, et le mouvement humaniste français plus tardif, contemporain du chancelier de Florence Coluccio Salutati (1375-1406)4. Selon Matteo Roccati dans son étude sur la formation des humanistes français5, les idées de Pétrarque auraient d’abord touché les milieux de chancellerie et plus généralement de cour avant d’inciter, semble-t-il, quelques étudiants du collège de Navarre à copier le style antique sans y être particulièrement formés à la faculté des arts6.

2Ne pourrait-on également formuler l’hypothèse d’une diffusion lente, discrète mais continue des idées du poète et de son goût pour le style classique au sein même de l’université de Paris, de 1333, date à laquelle Pétrarque vient séjourner dans la capitale, jusqu’au début du règne de Charles VI (1380), c’est-à-dire jusqu’à la naissance d’un premier mouvement humaniste français au collège de Navarre ? Et des universitaires italiens, des compatriotes, des amis, des disciples de Pétrarque n’auraient-ils pas été, à travers plusieurs générations, les acteurs privilégiés de cette diffusion d’un projet humaniste au sein de l’université de Paris pendant un demi-siècle, malgré les prises de position hostiles de Pétrarque contre la scolastique ?

3Afin de conforter cette hypothèse d’un enracinement ancien du projet humaniste au sein du milieu universitaire parisien, j’ai entrepris d’ouvrir ici le vaste dossier de la présence italienne à l’université de Paris au xive siècle, avant le règne de Charles VI. Comme résultats provisoires de cette enquête – loin d’être achevée –, j’évoquerai successivement le collège des Lombards, fondé à Paris en 1334 pour accueillir des étudiants italiens, puis le fondateur de ce collège, André de Florence et ses amis italiens, ainsi que leurs liens éventuels avec le poète humaniste. Enfin, il conviendra de s’interroger sur le rôle du puissant chancelier italien de l’Église de Paris, Roberto dei Bardi.

La présence italienne à l’université de Paris et la fondation du collège des Lombards

  • 7 Heinrich Denifle et Émile Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, tome II, Paris, Delala (...)
  • 8 Sur l’afflux des Italiens à Paris dans la seconde moitié du xiie siècle et dans la première moitié (...)
  • 9 Guillaume Mollat, Lettres communes de Jean XXII (1316-1334) analysées d’après les registres d’Avign (...)

4Il suffit de se plonger dans l’index du tome II du Chartularium Universitatis Parisiensis de Denifle et Chatelain7 pour repérer d’emblée des dizaines de noms d’universitaires italiens présents à l’université de Paris dans la première moitié du xive siècle. L’histoire de cette présence italienne remonte au moins au xiie siècle, voire plus tôt, lorsque Pierre Lombard et beaucoup d’autres clercs affluaient pour se former dans les écoles d’arts et de théologie de Paris8. Cette tradition s’est perpétuée au xiiie siècle et au-delà. Au temps de Philippe le Bel et de ses fils, Paris attire toujours clercs réguliers et séculiers dont il faudrait dresser un inventaire complet, non seulement à partir du Chartularium, mais aussi des registres de lettres communes de Jean XXII à Clément VI9, ainsi qu’à partir des registres de suppliques inédits conservés au Vatican.

  • 10 La principale étude sur ce collège est l’ouvrage de Rosalia Manno Tolu, Scolari italiani nello stud (...)
  • 11 En 1329, Philippe VI lui accorde le titre de bourgeois de Paris avec les privilèges qui y sont atta (...)
  • 12 R. Manno Tolu, Scolari italiani…, op. cit., p. 12.
  • 13 Ibid., p. 12.

5La fondation du collège des Lombards en 1334 peut être vue comme un signe de cette forte présence italienne dans les écoles parisiennes10. Et ce n’est peut-être pas le fait du hasard si cette fondation survient quelques mois après un bref séjour de François Pétrarque à Paris. Le 25 février 1334 au siège de la prévôté de Paris, quatre Italiens habitant à Paris fondent une maison pour les pauvres écoliers italiens en arts et en théologie. Le fondateur principal de ce nouveau collège est le florentin André de Florence ou Andrea Ghini (ou Ghilini) de Malpighi, alors évêque d’Arras. Se sont associés à lui le modénais François de l’Hopital, clerc des arbaletriers royaux, le pistoien Renerus Johannes, apothicaire de la reine Jeanne de Bourgogne11, et Manuel de Rolandis de Piacenza, chanoine de la collégiale de Saint-Marcel12. André de Florence donne pour la fondation une maison où habitent déjà quelques étudiants italiens, rue des Carmes : ainsi l’acte de fondation officialise une situation de fait, peut-être déjà ancienne13. Les bourses se montent à 14 florins par an et reposent sur des propriétés situées à Paris. Les boursiers sont admis s’ils sont italiens, clercs, étudiants en arts ou en théologie, de naissance légitime et « pauvres », c’est-à-dire dotés d’un revenu annuel de moins de 20 livres. La direction du collège est confiée à trois proviseurs habitant Paris, également des Italiens, qui représentent trois provinciae différentes : Roberto dei Bardi, pour la province de Toscane, Henricus (de Comeacina) de Asti, professeur dans les deux droits, pour la province Lombarde, Johannes domini Andreae de Secophans, prévôt de Saint Angeli de Reate pour la province romaine (c’est-à-dire la marche d’Ancône, le duché de Spolète et tout le territoire au sud de la Toscane).

  • 14 Ibid., p. 13-14.
  • 15 Ibid., p. 15 ainsi que dans le texte des statuts du collège édité par R. Manno Tolu, ibid., p. 130. (...)

6Ces trois provinces attribuées aux trois proviseurs correspondent exactement aux trois nations citramontaines de l’université de Bologne, toute la péninsule Italienne étant donc représentée au collège des Lombards14. Des statuts de fondation, rédigés à la prévôté de Paris en présence des fondateurs, des trois proviseurs et des étudiants qui habitent alors le collège précisent les noms de ces dix boursiers pour l’année 133415.

  • 16 Ibid., p. 125-151.
  • 17 Toutes ces dispositions reprennent celles des statuts de collèges fondés à Paris au xiiie et au déb (...)
  • 18 L’édition la plus commode des statuts du collège de Sorbonne est celle, déjà ancienne, de Palémon G (...)

7Le règlement de ce nouveau collège est très détaillé16. Les boursiers sont qualifiés de socii, devant vivre socialiter, et collegialiter et moraliter et scholariter. Les trois proviseurs désignés attribuent les bourses, punissent et destituent les boursiers irrespectueux des règlements ou peu enclins au travail. Les boursiers sont théoriquement contraints de préparer leur licence en arts en quatre ans, de participer aux disputationes de la rue du Fouarre. Ils doivent ensuite s’engager dans des études en théologie, des collationes et disputationes étant prévues au sein du collège, qui est doté, par ses fondateurs, d’une bibliothèque dont le fonctionnement est aussi précisé dans les statuts de fondation. La mémoire des fondateurs est célébrée dans une chapelle fondée au sein du collège17. L’abbé de Saint-Victor de Paris et le chancelier de l’Église de Paris doivent exercer une sorte de patronage sur le collège des Lombards. Comme au collège de Sorbonne, il y a un prieur, choisi parmi les boursiers, qui assiste les proviseurs. Le règlement ressemble en particulier à celui du collège de Sorbonne qu’il mentionne explicitement à plusieurs reprises : prout est in aliis locis fieri consuetum et maxime in Sorbona18.

  • 19 Sur les fondations du règne de Philippe VI, voir notamment N. Gorochov, Le collège de Navarre…, op. (...)

8De ce point de vue, le collège des Lombards est proche, par son organisation, des treize autres collèges fondés à Paris pendant le règne de Philippe VI de Valois (1328-1350), parmi lesquels le collège de Marmoutier, fondé en 1329 par Geoffroy du Plessis, secrétaire du roi, le collège de Bourgogne fondé par la reine, le collège de Hubant fondé par un clerc au Parlement, le collège Mignon, fondé par un clerc de la chambre des comptes, le collège d’Autun fondé par Pierre Bertrand, conseiller du roi. Ces hommes de l’entourage de Philippe VI de Valois utilisent une partie de la fortune acquise au service du roi pour la fondation d’un collège19. C’est le cas également d’André de Florence, fondateur du collège des Lombards, à la fois homme de cour et universitaire, sur lequel il convient de revenir.

André de Florence († 1343) et son entourage

  • 20 Carlo A. Valle, Storia di Alessandria dall’origine ai nostri giorni, Torino, Falletti, 1855, vol. I (...)
  • 21 Comme il apparaît dans les actes de la chancellerie royale : voir J. Viard (éd.), Documents parisie (...)

9Si l’on en croit l’ancienne histoire de la cité d’Alessandria publiée par Carlo A. Valle au xixe siècle20, Andrea Ghini ou Andrea Ghilini Malpighi – ou bien encore Andrieu de Florence21 – est issu, par sa mère, de la famille des Malpighi, une riche famille florentine (d’où son nom toponymique de Florence), et par son père, de la famille des Ghilini ou Ghini résidant à Alessandria au xive siècle. Selon Carlo A. Valle, cette famille guelfe originaire de Milan se serait installée à Alessandria dès la fondation de cette ville par la ligue Lombarde, à la fin du xiie siècle. Un précieux arbre généalogique des Ghilini Malpighi datant du xviiie siècle est conservé dans les archives d’Alessandria.

  • 22 Jules Viard, Journaux du Trésor de Charles IV le Bel, Paris, Imprimerie nationale, 1914.
  • 23 Jules Viard, « Philippe de Valois avant son avènement au trône », Bibliothèque de l’École des chart (...)
  • 24 Sur les principales étapes de la carrière d’André Ghini de Florence, voir R. Cazelles, La société p (...)
  • 25 R. Cazelles, ibid.
  • 26 Gilles le Muisit, Poésies, Jean Kervyn de Lettenhove (éd.), 2 vol., Louvain, Académie royale des sc (...)
  • 27 R. Cazelles, La société politique…, op. cit., p. 280-281.
  • 28 J. Viard, Documents parisiens…, op. cit., t. 2, p. 1-2 (24 février 1339) : « Philippe, etc. savoir (...)

10La présence en France d’André de Florence est attestée dès le règne de Charles IV le Bel (1322-1328). Il n’apparaît pas moins de vingt fois dans les 1834 pages des Journaux du trésor de ce roi édités par Jules Viard en 191422, y étant qualifié dès cette époque de « conseiller du roi ». Il n’est pas impossible qu’André de Florence soit arrivé en France en 1320, accompagnant le roi Philippe V le Long qui était allé assiéger Vercelli – à une vingtaine de kilomètres d’Alessandria – à la demande du pape Jean XXII23. Quoi qu’il en soit, dès qu’il est installé dans le royaume de France, André de Florence obtient des bénéfices ecclésiastiques importants, comme la trésorerie du chapitre de Reims, dans les années 1320, alors qu’il est déjà conseiller de Philippe V24. Il reste conseiller du roi et il est attesté comme clerc des requêtes sous Charles IV dont il est également l’aumônier. Dans son livre consacré à la société politique au temps de Philippe VI de Valois, Raymond Cazelles évoque les nombreuses missions que le roi confie à André de Florence dès le début de son règne, en 1328. Il apparaît comme un spécialiste des affaires du nord du royaume, par exemple en 1329 quand il examine pour le roi les prétentions de Robert d’Artois, ou en 1333 quand le roi lui demande de négocier un accord entre le duc de Brabant et le comte de Hainaut25. C’est donc assez logiquement qu’il obtient, avec l’appui du roi, un évêché dans le Nord : à Arras, d’abord, en 1329, puis à Tournai en 1333 où il se lie d’amitié avec l’abbé Gilles le Muisit qui lui consacre plus tard un éloge, les Rimes sur Andrieu de Florence26. Il ne quitte le service du roi qu’en 1342, lorsqu’il est promu cardinal par Clément VI. Pour Raymond Cazelles, il est à la cour de Philippe VI le seul étranger à avoir joué un rôle politique aussi important27. En retour, en 1339, le roi concède une charte de protection royale au collège des Lombards, fondé cinq ans auparavant28.

  • 29 Ibid., t. 1, p. 164-165 (mai 1332).
  • 30 Ibid., t. 2, p. 188-194.
  • 31 J. Pycke, « André Ghini… », art. cité.
  • 32 À moins qu’on ait affaire à deux Jacques de Padoue différents, homonymes, présents au même moment à (...)
  • 33 Léopold Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, Imprimerie national (...)
  • 34 Charles-Victor Langlois, « Jacques de Padoue, sorboniste », dans Histoire littéraire de la France, (...)
  • 35 Ibid., p. 430.

11Au plus près du roi, André de Florence est au cœur d’un réseau d’Italiens installés à Paris. Il a un grand nombre de neveux – cinq au moins sont attestés dans les actes de Philippe VI –, pour lesquels il obtient divers privilèges. Par exemple, en 1332, le roi confère le titre de bourgeois de Paris à quatre des neveux de son conseiller italien, Chone, Bernard et Bardo Lappi ainsi que Guillaume Ducci, chirurgien de Florence29. Quant à un cinquième neveu, Jacques Malpighi, il apparaît comme sergent d’armes du roi dans les mêmes années30. Aucun de ces neveux d’André Ghini de Florence n’est qualifié d’étudiant et ne semble rattaché de près ou de loin au milieu universitaire ou à Pétrarque. Mais par ailleurs, André de Florence se situe également au cœur d’un réseau de maîtres et étudiants italiens de Paris. Il est lui-même licencié dans les deux droits31. À ce réseau de scolares italiens qu’il fréquente à Paris, on doit rattacher les dix boursiers qui forment la première communauté de son collège en 1334. Parmi eux, Jacques de Padoue, maître ès arts, maître en médecine, bachelier puis maître en théologie, fait en 1343 un don de vingt manuscrits à la bibliothèque du collège de Sorbonne dont il est apparemment devenu le socius après avoir été boursier du collège des Lombards32. Ses manuscrits, abondamment annotés selon Léopold Delisle33, reflètent la diversité de ses centres d’intérêt : logique, rhétorique, physique, médecine, théologie, droit. Dans la notice qu’il lui consacre dans l’Histoire littéraire de la France, Charles-Victor Langlois décrit un manuscrit d’œuvres de Jacques de Padoue (†1353) conservé à la bibliothèque de Vienne34. Les mentions à Cicéron, Quintilien, Fulgence fourmillent dans ses œuvres, notamment dans ses sermons, et Charles-Victor Langlois de conclure : « Le soleil de l’humanisme se levait dès lors à l’horizon35 », au cœur de l’université de Paris.

  • 36 Voir sur Manio de Maineri l’article détaillé de Margherita Palumbo, dans le Dizionario biografico d (...)
  • 37 Marilyn Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge : Naissance et diffusion d’une écriture médicale (...)

12Parmi les autres proches d’André de Florence, dans ces mêmes années, on trouve un auteur intéressant, Manio de Maineri, qui a peut-être résidé au collège des Lombards36. Il est, comme son protecteur André de Florence, originaire du Milanais et il le rejoint à la cour du roi de France Charles IV le Bel au début des années 1320. Manio de Maineri est alors maître ès arts à l’université de Paris et, en 1325 et 1326, il est attesté bachelier en médecine. En 1331, il enseigne à la faculté de médecine et obtient une dispense pontificale, car il est marié. C’est à cette époque qu’il dédie son Liber regiminis sanitatis à André de Florence, évêque d’Arras. Son séjour à Paris – il habite rue de la Harpe – est attesté jusqu’en 1336, date à laquelle il rejoint probablement André de Florence à Tournai. Après la mort de ce dernier, Manio rejoint l’Italie et devient médecin des seigneurs de Visconti, et il écrit à Milan un abrégé du régime de santé qu’il avait rédigé pour André de Florence. Ce régime de santé est assez novateur car il compile des connaissances en matière de régime alimentaire nécessaires à des étudiants de médecine, c’est un ouvrage pédagogique, dont la formulation est assez classique, mais il ne présente pas de dimension pré-humaniste ou humaniste37.

  • 38 Dans le texte de fondation du collège des Lombards, ces proviseurs sont présentés de la manière sui (...)
  • 39 Denifle et Chatelain, Chartularium…, op. cit., p. 472.

13Il semblerait que dans les années 1330, André de Florence soit à Paris le maître italien le plus influent, dont la protection était recherchée par les maîtres et étudiants de la péninsule. De même, Henri d’Asti et Roberto dei Bardi, qu’André de Florence désigne comme proviseurs du collège des Lombards au moment de sa fondation38, jouissent également d’une influence considérable au sein de la communauté italienne exilée à Paris. En 1334, Henri d’Asti est professeur dans les deux droits, enseignant à Orléans et à Paris, et il est aussi chanoine d’Auxerre (1328)39. Il rejoint Rome à partir de 1339 et se désintéresse alors des affaires du collège des Lombards et des étudiants italiens de Paris. Il est nommé patriarche latin de Jérusalem par le pape Clément VI et périt en 1345 dans la croisade menée à Smyrne contre les Turcs, alors qu’il commande les galères pontificales, bien loin de la rue des Carmes ! Rien n’indique par ailleurs qu’Henri d’Asti ait entretenu des relations avec Pétrarque ou nourri un intérêt pour l’humanisme.

  • 40 R. Manno Tolu, Scolari italiani…, op. cit., p. 22-23.

14Tel n’est pas le cas de Roberto dei Bardi qui séjourne à Paris jusqu’à sa mort, en 1349, et qui est aussi qualifié d’ami par Pétrarque. Il apparaît durant des années, notamment après le départ d’André de Florence à Avignon, comme la principale personnalité italienne à l’université de Paris. En tant que chancelier de l’Église de Paris, il est même si présent au collège des Lombards – à la fois comme proviseur et comme protecteur – que les boursiers du collège lui font un procès au Parlement, l’accusant de cumuler ces deux fonctions de responsable au collège40. Il convient de s’arrêter sur la personnalité de ce chancelier de l’Église de Paris.

La personnalité du chancelier Roberto dei Bardi († 1349)

  • 41 Sur Roberto dei Bardi, on dispose d’un long article dans le Dizionario degli Italiani (en ligne), v (...)
  • 42 Sur ses relations avec la curie, Étienne Anheim, « Le chancelier de l’université de Paris Roberto d (...)

15Roberto dei Bardi est désigné comme proviseur du collège des Lombards par ses fondateurs en 1334. Sa carrière, retracée à la fin du xive siècle par un chroniqueur florentin, Filippo Villani, dans son ouvrage De origine civitatis Florentie et de ejusdem famosis civibus, est assez bien connue41. Issu de la fameuse et richissime famille commerçante de Florence, les Bardi, Roberto dei Bardi est arrivé en France au début des années 1320. En 1323, il obtient un canonicat à Verdun. Parmi les Italiens qu’il fréquente à Paris, il y a le célèbre Marsile de Padoue, auteur du Defensor Pacis. Quand, en 1334, il est désigné comme proviseur du collège des Lombards par André de Florence, il enseigne à la faculté de théologie de Paris. L’année suivante, il entre comme chanoine au chapitre cathédral de Paris et devient chancelier de l’Église de Paris pour treize années. Roberto dei Bardi est un ancien condisciple de Pierre Roger, élu sous le nom de Clément VI à Avignon en 1342, et il reste proche de ce pape jusqu’à sa mort42. Il est mêlé à toutes les affaires universitaires et participe à toutes les commissions (relatives à la vision béatifique, à la condamnation de Jean de Mirecourt) entre 1336 et 1349. Roberto dei Bardi a une forte influence dans l’université, et probablement aussi parmi les étudiants et maîtres italiens.

  • 43 Ernest H. Wilkins, « The Coronation of Petrarch », dans Id., The making of the Canzionere and other (...)

16On ne retiendra, pour notre propos, que deux traits marquants de la personnalité de Roberto dei Bardi. D’abord son amitié pour son compatriote florentin Pétrarque, peut-être nouée lors d’un séjour du poète à Paris au début des années 1330. En septembre 1340, d’après l’Epistolario de Pétrarque, Roberto dei Bardi propose au poète, qui est son ami, de recevoir la couronne de lauriers à l’université de Paris, tandis que le Sénat de Rome lui fait la même proposition. L’année suivante, c’est à Rome que Pétrarque reçoit solennellement la couronne de lauriers43.

  • 44 Giovanni Pozzi, « Roberto de Bardi e Agostino », Italia Medioevale e Umanistica, 1, 1958, p. 139-15 (...)

17L’autre trait de la personnalité de Roberto dei Bardi, probablement lié à l’amitié et à l’admiration qu’il avait pour Pétrarque, c’est la réalisation de son Collectorium, une collection de sermons de saint Augustin dont l’original autographe est conservé dans le manuscrit 479 de la Bibliothèque Vaticane (pour les deux premières sections) et dans le manuscrit 607 de la Bibliothèque universitaire de Valence (pour les sections 3 à 5). C’est une démarche humaniste qui a conduit Roberto dei Bardi à collecter des textes perdus, des manuscrits anciens d’Augustin à la manière de Pétrarque. Une œuvre qui est conservée dans peu de manuscrits, parce qu’elle n’a pas connu un grand succès. C’était avant 135044.

  • 45 A. Barbeu du Rocher, « Ambassade de Pétrarque auprès du roi Jean le Bon », Mémoires présentés à l’A (...)
  • 46 Léopold Pannier, « Notice biographique sur le bénédictin Pierre Bersuire, premier traducteur frança (...)

18En l’absence d’une prosopographie achevée de tous les universitaires italiens présents à Paris au xive siècle – une recherche de longue haleine qui reste à mener –, ce travail a éclairé, autour du collège des Lombards, quelques maîtres et leurs réseaux de relations afin de repérer les éventuels liens de ce milieu avec l’humanisme italien et, en particulier, avec la figure de François Pétrarque. On a pu voir que plusieurs de ces clercs exilés à Paris dans les années 1330-1350 ont été informés du projet humaniste de Pétrarque, qu’ils l’ont même parfois repris à leur compte, de manière individuelle, et ils peuvent à ce titre faire figure de pré-humanistes à l’université de Paris. Ils ont pu avoir un contact direct avec Pétrarque qui est venu au moins deux fois dans la capitale capétienne et qui a pu y croiser des universitaires italiens, ses compatriotes, mais aussi des universitaires français. Lors de son premier séjour, au début des années 1330, il a pu rencontrer André de Florence, le fondateur du collège des Lombards, ou bien encore Roberto dei Bardi, professeur en théologie. Trente ans plus tard, en 1361, Pétrarque revient à Paris comme ambassadeur des Visconti45, et il revoit Pierre Bersuire, traducteur de Tite-Live, qu’il avait connu en Provence et qu’il considère comme un savant lettré. Le 14 janvier 1361, Pétrarque dîne à Paris avec Pierre Bersuire et trois maîtres ès arts – dont il tait malheureusement le nom dans la lettre envoyée plus tard à Bersuire à propos de ce dîner46. On aurait souhaité en savoir plus, mais Pétrarque est laconique :

  • 47 Pétrarque, Lettres familières, XX-XIV, édition Vittorio Rossi et traduction Alain Longpré, Paris, L (...)

« Toutefois j’ai passé le reste de la journée, de midi jusqu’au soir, à parler de cela et d’autres choses avec toi et les trois mêmes maîtres dans ma chambre, où vous vous étiez aimablement réunis47. »

  • 48 Paolo Falzone, « Luigi Marsili », Dizionario Biografico degli Italiani (en ligne), vol. 70, 2008 ; (...)
  • 49 Falzone, « Luigi Marsili », art. cité.
  • 50 Gilbert Ouy, « Gerson émule de Pétrarque. Le Pastorium Carmen, poème de jeunesse de Gerson et la re (...)
  • 51 Gorochov, Le collège de Navarre…, op. cit., p. 639.

19Pierre Bersuire, le seul convive nommé ici, est un homme de cour, mais qui fréquente aussi l’université de Paris et a pu à son tour diffuser, comme ses trois confrères anonymes, français ou italiens – ou au moins tenter de diffuser – les idées humanistes dans le milieu universitaire. Quelques années plus tard, en juillet 1374, Luigi Marsili, un autre ami et l’un des plus proches disciples de Pétrarque, se trouve dans les écoles de théologie de Paris lorsqu’il apprend la mort de son maître, comme on le lit dans l’une de ses lettres48. Nous savons que Luigi Marsili est présent dans les écoles de théologie jusqu’en 1379 ou 138049, peu avant que Jean Gerson, jeune maître ès arts au collège de Navarre, rédige son Pastorium Carmen, premier texte humaniste écrit à Paris entre 1381 et 138350. Les deux hommes ont pu se croiser dans les écoles de Paris, Gerson étudiant les arts libéraux comme boursier du collège de Navarre dès 137851.

20Des années 1330 aux premières années du règne de Charles VI, le milieu universitaire parisien a donc bien compté des correspondants, des amis, des héritiers de Pétrarque. On ne peut nier que des maîtres ou étudiants parisiens ont, bien avant l’avènement de Charles VI, connu et souhaité imiter le projet de Pétrarque. Reste à éclairer davantage ce milieu « pré-humanisme parisien » par l’étude des universitaires italiens à Paris, des œuvres qu’ils ont pu produire, de leurs réseaux de relation. Les recherches à venir éclaireront ces intermédiaires italiens qui, diffusant lentement le projet de Pétrarque au sein des écoles parisiennes, lui ont permis de s’épanouir au collège de Navarre, vers 1380, avec les écrits de Jean Gerson et Jean de Montreuil.

Notes

1 Entre autres travaux sur le mouvement humaniste français du règne de Charles VI, il faut citer : Ezio Ornato, « La prima fortuna del Petrarca in Francia, le letture petrarchesche di Jean de Montreuil », Studi Francesi, 1961, p. 201-217 ; Jean de Montreuil, Opera, Ezio Ornato, Nicole Grévy-Pons et Gilbert Ouy (éd.), 4 vol., Turin, G. Giappichelli, 1966 et 1975 et Paris, CEMI, 1981 et 1986 ; Ezio Ornato, Jean de Muret et ses amis Nicolas de Clamanges et Jean de Montreuil. Contribution à l’étude des rapports entre les humanistes de Paris et ceux d’Avignon (1394-1420), Paris/Genève, Droz, 1969 ; Dario Cecchetti, Il Primo Umanesimo Francese, Turin, Albert Meynier, 1987 ; Ezio Ornato, « Les humanistes français et la redécouverte des classiques », dans Carla Bozzolo et Ezio Ornato (dir.), Préludes à la Renaissance : aspects de la renaissance intellectuelle en France au XVe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1992, p. 1-45 ; Matteo Roccati, « La formation des humanistes dans le dernier quart du xive siècle », dans Monique Ornato et Nicole Pons (éd.), Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des instituts d’études médiévales, 1995, p. 55-73.

2 Dans l’abondante bibliographie consacrée à Pétrarque, la biographie récente d’Enrico Fenzi a été très utile : Enrico Fenzi, Pétrarque, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

3 E. Ornato, Jean Muret…, op. cit., p. 6.

4 E. Ornato, Préludes…, op. cit., en particulier l’avant-propos de l’ouvrage. En 1960, Franco Simone, dans son ouvrage Il Rinascimento Francese. Studi e ricerche, Turin, Società Editrice Internazionale, 1960, en particulier p. 18-19, écarte clairement la thèse de R. Sabbadini (Le scoperte dei codici latini e greci nei secoli XIV e XV: Nuove ricerche, Firenze, 1914) selon lequel l’humanisme français se serait développé indépendamment de l’humanisme italien et en particulier de Pétrarque.

5 M. Roccati, « La formation… », art. cité.

6 Gilbert Ouy, « Le collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », Actes du XCVe congrès des Sociétés savantes (Reims, 1970), Paris, Éditions du CTHS, 1975, p. 275-299 ; M. Roccati, « La formation… », art. cité ; Nathalie Gorochov, Le collège de Navarre de sa fondation (1305) au début du XVe siècle (1418). Histoire de l’institution, de sa vie intellectuelle et de son recrutement, Paris, Honoré Champion, 1997.

7 Heinrich Denifle et Émile Chatelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, tome II, Paris, Delalain, 1891.

8 Sur l’afflux des Italiens à Paris dans la seconde moitié du xiie siècle et dans la première moitié du xiiie siècle, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Nathalie Gorochov, Naissance de l’université. Les écoles de Paris d’Innocent III à Thomas d’Aquin (v. 1200-v. 1245), Paris, Honoré Champion, 2012.

9 Guillaume Mollat, Lettres communes de Jean XXII (1316-1334) analysées d’après les registres d’Avignon et du Vatican, 16 vol., Paris, De Boccard, 1904-1946 ; Jean-Marie Vidal, Lettres communes de Benoît XII, 3 vol., Paris, Fontemoing, 1903-1911 ; pour le pontificat de Clément VI, il faut consulter les manuscrits aux Archives du Vatican.

10 La principale étude sur ce collège est l’ouvrage de Rosalia Manno Tolu, Scolari italiani nello studio di Parigi. Il «collège des Lombard» dal XIV al XVI secolo ed i suoi ospiti pistoiesi, Rome, Ufficio Centrale per i Beni Archivisti, 1989.

11 En 1329, Philippe VI lui accorde le titre de bourgeois de Paris avec les privilèges qui y sont attachés, voir Jules Viard (éd.), Documents parisiens du règne de Philippe VI de Valois, 2 vol., Paris, Honoré Champion, 1899 et 1900, ici t. 1, p. 75.

12 R. Manno Tolu, Scolari italiani…, op. cit., p. 12.

13 Ibid., p. 12.

14 Ibid., p. 13-14.

15 Ibid., p. 15 ainsi que dans le texte des statuts du collège édité par R. Manno Tolu, ibid., p. 130. Voici leurs noms : Ventura de Florentia, Johannes de Bononia, Johannes de Mediolano, Matheus de Mediolano, Johannes de Moirano du diocèse de Vercelli, Michael de Montecalerio du diocèse de Turin, Lanfranchinus de Pergamo, Simon de Verona, Christophorus de Venis, Jacobus de Padoua.

16 Ibid., p. 125-151.

17 Toutes ces dispositions reprennent celles des statuts de collèges fondés à Paris au xiiie et au début du xive siècle, notamment présentés dans N. Gorochov, « Fonder un collège à Paris au xiiie siècle », Paris et Île-de-France, 60, 2009, p. 5-21.

18 L’édition la plus commode des statuts du collège de Sorbonne est celle, déjà ancienne, de Palémon Glorieux dans Aux origines de la Sorbonne. I- Robert de Sorbon. L’homme, le collège, les documents, Paris, Vrin, 1966.

19 Sur les fondations du règne de Philippe VI, voir notamment N. Gorochov, Le collège de Navarre…, op. cit., p. 222-230, ainsi que Ead., « Crises et conflits de pouvoir dans les collèges parisiens au xive siècle : l’exemple du collège Mignon », Bibliothèque de l’École des chartes, 151, 1993, p. 259-274, et l’étude monographique d’Astrik L. Gabriel sur le collège de Hubant : Student Life in Ave Maria College Medieval Paris. History and Chartulary of the College, Notre Dame (Indiana), The Mediaeval Institute, University of Notre Dame, 1955. Sur l’entourage de Philippe VI de Valois, l’ouvrage de réference demeure celui de Raymond Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, Librairie d’Argences, 1958.

20 Carlo A. Valle, Storia di Alessandria dall’origine ai nostri giorni, Torino, Falletti, 1855, vol. IV, livre VI, p. 348-352. Jacques Pycke a consacré un article à André de Florence : « Andrea Ghini Malpighi », dans Roger Aubert, Jean-Pierre Hendrickx, Jean-Pierre Sosson (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XX, Paris, Letouzey et Ané, 1984, col. 1174-1177.

21 Comme il apparaît dans les actes de la chancellerie royale : voir J. Viard (éd.), Documents parisiens…, op. cit., par exemple t. 1, p. 12 : « monseigneur Andrieu de Florence ».

22 Jules Viard, Journaux du Trésor de Charles IV le Bel, Paris, Imprimerie nationale, 1914.

23 Jules Viard, « Philippe de Valois avant son avènement au trône », Bibliothèque de l’École des chartes, 91, 1930, p. 307-325.

24 Sur les principales étapes de la carrière d’André Ghini de Florence, voir R. Cazelles, La société politique…, op. cit., p. 280-281, ainsi que J. Pycke, « Andrea Ghini… », art. cité.

25 R. Cazelles, ibid.

26 Gilles le Muisit, Poésies, Jean Kervyn de Lettenhove (éd.), 2 vol., Louvain, Académie royale des sciences, lettres et beaux-arts de Belgique, 1882, ici t. 2, p. 282.

27 R. Cazelles, La société politique…, op. cit., p. 280-281.

28 J. Viard, Documents parisiens…, op. cit., t. 2, p. 1-2 (24 février 1339) : « Philippe, etc. savoir faisons à tous presens et adevenir que, comme nostre aamé et feal conseiller Andrieu, evesque de Tournay, ait fondé à Paris, en l’onneur de Dieu et pour le salut de son âme, une maison de povres escoliers, qui sont appellez les povres escoliers ytaliens de la Charité Nostre Dame, pour estudier en philozophie et theologie ; nous, à la supplication dudit evesque et pour estre participant de ladite euvre de miséricorde, et en approuvant ycelle maison et college en tant comme à nous appartient, ladite maison avec toutes ses appartenances et lesdiz escoliers qui present sont et seront pour le temps à venir, avec touz leurs biens, avons receu et recevons à perpétuité en nostre sauve protection et garde especial, à la conservacion de leur droit tant seulament en alant, venant et retournant, et demourant en ladite maison et parmi nostre royaume, et leur deputons leur especial gardien prevost de Paris, qui à present est et qui sera pour le temps, pour les garder et faire garder de toutes injures, forces, violences, molestacions non deues en corps et en biens, et pour faire amender et adrecier à nous et à eulz tout ce qui seroit fait ou attempté au contraire, et pour leur faire paier leurs debtes bonnes et loyaulz, confesseez et cogneues, ou desquelles lesdiz escoliers pourroient faire prompte foy, sommierement et de plain et sanz lonc plait et sanz longue figure de jugement, et de faire tout ce que à l’office de bon gardien appartient ; et quant à ce, nous lui donnons et commettons plein pouvoir, de grâce especial, par la teneur des presentes lettres. Si mandons et commandons à touz noz justiciers et subgiez que, contre la teneur de ceste presente grâce, il ne molestent lesdiz escoliers en corps ne en biens, maiz les en laissent et facent joir paisiblement ; et se aucun attemptoit au contraire, nous mandons et commandons audit prevost que il face les choses remettre à estat deu et amender aussi à nous et ausdiz escoliers deuement, pourveu que, pour cause de choses dessusdites, riens ne soit faite ni attempté en fraude ne malice, ne prejudice de nostre droit ne du droit d’autrui. Et pour ce que ce soit ferme et estable chose à touz jours, nous avons fait mettre nostre seel à ces presentes lettres. Donné à Maubuisson de lez Pontoise, le xxiiiie jour de fevrier, l’an de grâce mil CCC trente et huit. »

29 Ibid., t. 1, p. 164-165 (mai 1332).

30 Ibid., t. 2, p. 188-194.

31 J. Pycke, « André Ghini… », art. cité.

32 À moins qu’on ait affaire à deux Jacques de Padoue différents, homonymes, présents au même moment à l’université de Paris.

33 Léopold Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1974, t. 2, p. 156.

34 Charles-Victor Langlois, « Jacques de Padoue, sorboniste », dans Histoire littéraire de la France, t. 36, Paris, Imprimerie nationale, 1877, p. 424-432.

35 Ibid., p. 430.

36 Voir sur Manio de Maineri l’article détaillé de Margherita Palumbo, dans le Dizionario biografico degli Italiani (en ligne), vol. 67, Treccani, 2006.

37 Marilyn Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge : Naissance et diffusion d’une écriture médicale en Italie et en France (XIIIe-XVe siècles), Rome, École française de Rome, 2007, en particulier le chapitre VI.

38 Dans le texte de fondation du collège des Lombards, ces proviseurs sont présentés de la manière suivante : Voluerunt insuper et ordinaverunt quod ad directionem et ordinationem ac regimen dictae domus sint et esse debeant perpetuo tres clerici boni status, studentes seu commorantes Parisiis, provisores dictae domus, videlicet unus de partibus Tusciae et alius de partibus Lumbardiae et tertius de partibus Romae ; et pro ista prima vice nominati fuerunt per praedictos fundatores magister de Robertus de Bardis de Florentia, sacrae theologiae doctor, pro provincia Tusciae et magister Henricu de Comeacina dictus de Ast, clericus Astensis utriusque iuris professor, pro provincia Lombardiae et dominus Ioannes domini Andreae de Secophans, praepositus Sancti Angeli de Rento pro provincia Romana, intelligendo provinciam Romanam marchiam Anconitanam, ducatum Spoleti et omnes alias partes Italiae ultra provinciam Tusciae, sicut nationes praedictae inter scolares Bononiae dividuntur, dans R. Manno Tolu, Scolari italiani…, op. cit., p. 129.

39 Denifle et Chatelain, Chartularium…, op. cit., p. 472.

40 R. Manno Tolu, Scolari italiani…, op. cit., p. 22-23.

41 Sur Roberto dei Bardi, on dispose d’un long article dans le Dizionario degli Italiani (en ligne), vol. 6, 1964 ;

42 Sur ses relations avec la curie, Étienne Anheim, « Le chancelier de l’université de Paris Roberto de’ Bardi et la Curie au milieu du xive siècle », dans Cédric Giraud, Martin Morard (éd.), Universitas Scolarium. Mélanges offerts à Jacques Verger, Paris, Droz, 2011, p. 507-528.

43 Ernest H. Wilkins, « The Coronation of Petrarch », dans Id., The making of the Canzionere and other Petrachan Studies, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1951, p. 9-69 ; Stefano Gensini, « Poeta e historicus: l’episodio della laurea nella carrier e nella prospettiva culturale di Francesco Petrarca », La Cultura, 18, 1980, p. 166-194.

44 Giovanni Pozzi, « Roberto de Bardi e Agostino », Italia Medioevale e Umanistica, 1, 1958, p. 139-153 ; Id., « Il Vat. Lat. 479 ed altri codici annotati da Roberto de Bardi », Miscellanea del Centro di studi medievali, 2, 1958, p. 125-165, ainsi que É. Anheim, « Le chancelier… », art. cité.

45 A. Barbeu du Rocher, « Ambassade de Pétrarque auprès du roi Jean le Bon », Mémoires présentés à l’Académie des inscriptions et belles lettres, 2e série, Antiquités de France, Année 1854, vol. 3, no 1, p. 172-228.

46 Léopold Pannier, « Notice biographique sur le bénédictin Pierre Bersuire, premier traducteur français de Tite-Live », Bibliothèque de l’École des chartes, 33, 1872, p. 325-364.

47 Pétrarque, Lettres familières, XX-XIV, édition Vittorio Rossi et traduction Alain Longpré, Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 354.

48 Paolo Falzone, « Luigi Marsili », Dizionario Biografico degli Italiani (en ligne), vol. 70, 2008 ; Giovanni dalle Celle-Luigi Marsili, Lettere, Francesco Giambonini éd., 2 vol., Firenze, Olschski, 1991, t. I, p. 477.

49 Falzone, « Luigi Marsili », art. cité.

50 Gilbert Ouy, « Gerson émule de Pétrarque. Le Pastorium Carmen, poème de jeunesse de Gerson et la renaissance de l’églogue en France à la fin du xive siècle », Romania, 88, 1967, p. 175-231.

51 Gorochov, Le collège de Navarre…, op. cit., p. 639.

Auteur

Nathalie Gorochov est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Est Créteil et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC, EA 4392). Elle a notamment publié : Le collège de Navarre de sa fondation (1305) au début du XVesiècle (1418). Histoire de l’institution, de sa vie intellectuelle et de son recrutement, Paris, Honoré Champion, 1997. Naissance de l’université. Les écoles de Paris d’InnocentIII à Thomas d’Aquin (v.1200-v.1245), Paris, Honoré Champion, 2012.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540