Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Première partie : À la recherche des textes

De la diplomatie à l’histoire

Le « fait de Vimers » (env. 1436-1456), la France, le Dauphiné et la Savoie1

From Diplomacy to History: The “Vimers event” (ca. 1436-1456), France, the Dauphiné and Savoy

Kathleen Daly

Résumé

Dans son Breviere des anciens droys […] du Dauphiné écrit pour le dauphin Louis II entre 1453 et 1456 environ, Mathieu Thomassin raconte une visite qu’il fit vers 1436-1437 à Ripaille afin d’y rencontrer Amédée VIII, duc de Savoie, « pour le fait de Vimers » (Vimy, auj. Neuville-sur-Saône). Il n’en dit pas davantage à ce sujet. Cependant, Vimy et d’autres terres au-delà de la Saône qui appartenaient à l’archevêché de Lyon, à l’abbaye de l’Ile-Barbe et à d’autres églises sous la sauvegarde du roi constituaient une pomme de discorde entre la couronne et les ducs de Savoie ; or, cette situation conflictuelle a influencé la façon dont Thomassin concevait l’histoire ainsi qu’en témoigne notamment son Registre delphinal (1456). Il existe certaines similitudes de sources et de méthodes entre le Registre et un mémoire latin important, écrit pour les négociations de 1456. Mais Thomassin intègre ce différend relatif à la souveraineté au-delà de la Saône dans une vision plus large du pouvoir impérial du roi de France dans son royaume et, par extension, à son héritier le dauphin et au Dauphiné.

In his Breviere des anciens droys […] du Dauphiné composed for the dauphin Louis II between 1453-1456, Mathieu Thomassin mentions a visit that he made to Duke Amédée VIII of Savoy at Ripaille in 1436-1437 concerning the “fait de Vimers” (Vimy, now Neuville-sur-Saône). Although he says no more on the subject, Vimy and other lands across the Saône belonging to the archbishopric of Lyon, the abbey of Ile-Barbe and other churches in royal safeguard were a bone of contention between the crown and successive dukes of Savoy, that influenced Thomassin’s view of history, notably in the Registre delphinal (1456). There are similarities between the sources and method of the Registre and an extensive Latin memoir produced for negotiations in 1456. Thomassin however incorporates this dispute over sovereignty across the Saône into a broader vision of the imperial power of the king of France within his kingdom, and by association, of his heir the dauphin, within the Dauphiné.

Texte intégral

  • 1 En souvenir de Nicole Pons, mon amie et mentor : nos discussions au cours de plusieurs décennies m’ (...)
  • 2 Sur sa vie et carrière, voir Le Registre delphinal par Mathieu Thomassin, Kathleen Daly (éd.) avec (...)
  • 3 Grenoble, Bibl. municipale, ms. U909 [de la] rés[erve], fol. 135v-136.

1Dans son Breviere des anciens droys (…) du Dauphiné écrit pour le dauphin Louis II (futur Louis XI) entre 1453 et 1456 environ, Mathieu Thomassin, alors conseiller au parlement du Dauphiné2, raconte une visite qu’il fit vers 1436-1437 à l’Hermitage de Ripaille, afin d’y rencontrer Amédée VIII, duc de Savoie. Tout en donnant une description peu flatteuse du duc-doyen et de ses compagnons ermites, il signale au passage que le « roy de France [Charles VII] luy estant a Lyon, m’envoya audit Rippalle parler a mon dit seigneur le doyen [Amédée VIII] pour le fait de Vimers » (Vimy, auj. Neuville-sur-Saône). Thomassin ne dit pas davantage à ce sujet ni dans cet ouvrage, ni dans son Registre delphinal (commandé par Louis II en mai 1456)3. Cependant, la volonté d’affirmer l’emprise royale sur le port de Vimy et d’autres terres outre Saône jusqu’en décembre 1456 (date de l’accord de Saint-Pourçain entre Charles VII et le duc de Savoie Louis Ier, fils d’Amédée) a influencé la façon dont Thomassin concevait l’histoire delphinale. J’examinerai ici comment les officiers royaux soutenaient les droits royaux dans la région, principalement au travers d’un mémoire latin qui date de 1456 environ. Ensuite, je considérerai l’influence du « fait de Vimers » sur le Registre delphinal de Thomassin, ouvrage qu’il était toujours en train d’écrire au mois d’août 1456, lorsque le dauphin Louis quitta le Dauphiné pour se réfugier auprès du duc de Bourgogne.

  • 4 Bruno Galland, Deux archevêchés entre la France et l’empire. Les archevêques de Lyon et les archevê (...)
  • 5 Marie-Madeleine Cottinet-Bouquet, « Attaque à la procession de l’Ile-Barbe le jour de l’Ascension 1 (...)
  • 6 À partir du traité d’Arras (1435), le duc de Bourgogne obtint le droit de nommer le bailli de Mâcon
  • 7 B. Galland, Deux archevêchés…, op. cit., p. 513-565 ; Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphi (...)

2D’abord, situons cette question dans son contexte historique. La région à l’est du Rhône et de la Saône était une zone contestée depuis des siècles, où les prélats et chapitres de Lyon et Mâcon, les abbayes de l’Ile-Barbe, Ainay et Tournus affrontaient des grands seigneurs, tels que les comtes de Savoie, les dauphins, ainsi que les sires de Thoire-Villars et de Beaujeu. Région soumise en principe au Saint-Empire, les empereurs et rois des Romains s’y rendaient rarement ; ils se limitaient généralement à l’octroi de privilèges tels que le vicariat de l’Empire (concédé aux dauphins de la maison de Valois en 1355, 1378 et 13904), ainsi qu’aux comtes puis ducs de Savoie à partir de 13785. Ce vide de pouvoir fut en partie comblé par la royauté française, enracinée à Lyon depuis le début du xive siècle et incarnée par ses représentants, le sénéchal de Lyon et le bailli de Mâcon6. Au surplus, à partir de 1349, le Dauphiné fut détenu par le fils aîné du roi de France ou par le roi lui-même. À partir de 1440 jusqu’en 1456, le dauphin Louis résida dans sa principauté et mena sa propre politique envers la Savoie, ce qui l’amena à des conflits tour à tour avec le duc de Savoie et le roi7.

Les négociations de 1436-14378

  • 8 À ce jour, je n’ai pas eu la possibilité de consulter le corpus des documents conservés aux ancienn (...)
  • 9 Ernest Perrot, Les cas royaux. Origine et développement de la théorie aux XIIIe et XIVe siècles, Ge (...)
  • 10 Louis Aubret, Mémoires pour servir à l’histoire de Dombes, avec des notes et des documents édités p (...)

3Le roi devait assurer la garde des cathédrales ainsi que des établissements religieux de fondation royale et avait des droits sur leurs biens temporels9 ; ce fut sans doute à ce titre que les archevêque et chapitre de Lyon et l’abbé de l’Ile-Barbe réclamèrent son aide vers 1436-1437 dans leurs luttes avec les ducs de Savoie et de Bourbon. La Savoie avait saisi certaines possessions de la cathédrale et de l’abbaye à l’est de la Saône, y compris les port et château de Vimy. La maison de Bourbon avait acquis le Beaujolais « à la part de l’Empire » des sires de Beaujeu, et une grande partie de l’héritage des seigneurs de Thoire-Villars, en dépit des revendications rivales des ducs de Savoie. Le duc de Bourbon essayait d’échapper à ses obligations envers les églises de Lyon et l’Ile-Barbe, entre autres, pour les fiefs de Beaujeu, Meximieux, Beauregard et Villars, en même temps qu’il résistait aux efforts du duc de Savoie d’exiger son hommage pour ces mêmes fiefs10. Avant de faire appel au roi, l’archevêque de Lyon avait soumis son différend avec le duc de Bourbon au concile de Bâle en 1435.

  • 11 Comme il est fait mention dans une lettre du roi au sénéchal de Lyon du 16 août 1436 : Turin, A[rch (...)
  • 12 Compte-rendu d’une séance avec les représentants de la Savoie, du 1er mars 1437 n.s., AD Isère, B 3 (...)
  • 13 « Memoire pieça envoyé et environ l’an mil IIIIC XXIIII ou XXV (sic) aux officiers du roy a Paris p (...)

4Charles VII désigna deux officiers pour enquêter sur l’affaire de Vimy avec deux représentants savoyards et en faire rapport pendant une conférence qui traitait de la succession au comté de Valentinois, contesté lui aussi avec la Savoie11. Avant mars 1437, il nomma, entre autres, Mathieu Thomassin et Ainard de Bletterens pour négocier avec le duc Amédée VIII au sujet des différends entre ce dernier et l’abbaye de l’Ile-Barbe, la cathédrale de Lyon et le duc de Bourbon. Ce fut à cette occasion que Thomassin accompagna Claude de Sotizon, l’abbé de l’Ile-Barbe, à l’Hermitage12. Par conséquent, en 1437, le procureur du roi à Lyon envoya un mémoire aux officiers royaux à Paris, qui démontrait que le duc de Savoie et ses officiers « ont peché et pechent envers [le roi] et ses predecesseurs » et qu’ils portaient atteinte aux droits des églises13.

  • 14 Dans les grandes lignes, le comté de Bresse, le Revermont, le sud-est du Jura, ou Petite Montagne, (...)
  • 15 Bernard Guenée, « Les limites de la France. Le souvenir de Verdun ixe-xiie siècles », repris Id., P (...)
  • 16 Le mémoire dénonce l’aliénation des droits de l’abbaye de l’Ile-Barbe sur Vimy par feu l’abbé Aynar (...)
  • 17 BnF, fr. 18565, fol. 239v. L’abbaye fut fondée longtemps auparavant, mais elle a adopté la règle de (...)

5S’appuyant sur Isidore de Séville et Barthélemy l’Anglais, ce mémoire montre que le royaume de France comprenait jadis la région entre le Rhône, la Saône, l’Ain et la Seille14. Il prétend que les terres de l’archevêché sont « enclavees dedans le royaulme de France », s’attaquant ainsi aux traditions qui remontaient à 843 et au partage de Verdun, qui établissait la frontière entre la France et l’Empire à la Saône15. En outre, il maintient que les princes de Savoie ne possédaient aucune souveraineté sur les terres tenues jadis par les seigneurs de Beaujeu, de même que l’église de Lyon, l’Ile-Barbe ou par le dauphin, qui « estoient en leurs seigneuries sans ce que l’ung [d]e leurs terres… et jurisdictions fussent poinct subgectz l’ung ne a l’aultre ». Le mémoire porte surtout sur les événements des trente ou quarante ans précédents16, mais il prétend que selon « ung livre de ladicte Isle Barbe », l’abbaye « est de fondation royale de Charlemagne et aultres roys et seigneurs17 ».

  • 18 Selon un inventaire non daté des titres de la maison de Savoie, le 25 septembre 1437, Claude de Sot (...)
  • 19 Le 27 octobre 1452, une lettre de Charles VII annonce qu’il a décidé, avec le duc de Savoie, que le (...)

6Évidemment ces négociations n’aboutirent pas à une bonne solution18, car au cours des décennies suivantes, les incursions savoyardes se poursuivirent sur la rive est de la Saône, alors que les relations entre le duc et le roi se dégradèrent. Le duc faillit à mettre en œuvre le traité de Cleppé du 27 octobre 1452 qui, entre autres, aurait dû régler leurs différends sur les églises. Entretemps, le problème s’étendit à d’autres établissements religieux le long du fleuve19. Les tensions entre les ducs de Bourbon et de Savoie, de même que des questions relatives à la frontière de la Bresse savoyarde et du royaume de France allaient de pair avec le problème des terres des églises

Le mémoire de 1456

  • 20 Du côté savoyard, Philibert de Seyssel, seigneur d’Aix, Amédée de Challant, seigneur de Varey, maît (...)
  • 21 G. Du Fresne de Beaucourt, Charles VII…, op. cit., t. 6, p. 71-73 ; M. Cottinet-Bouquet, « Attaque (...)
  • 22 Prorogation, du 25 février 1458 n. s. au 1er juillet 1458 (Turin, ASC, mat. pol. int., Paesi, Valen (...)

7Le 13 janvier 1456 n. s., le roi informa le bailli de Mâcon du fait que, puisque le duc de Savoie n’avait pas été en mesure de produire un titre pour appuyer ses revendications, le roi faisait valoir ses droits sur les réalités temporelles des cathédrales de Lyon et Mâcon, l’abbaye de l’Ile-Barbe ainsi que sur d’autres églises et abbayes des deux côtés de la Saône. Néanmoins, le duc persuada Charles VII de suspendre l’exécution de son ordre jusqu’à ce qu’il ait porté son affaire devant le conseil du roi. Enfin, la menace d’une armée royale sur ses frontières persuada le duc de confirmer les termes du traité de Cleppé et de chercher une solution au sujet des églises. Le 1er septembre 1456, il nomma ses représentants pour régler ses différends avec le roi de France à ce sujet ; le 8 décembre, le roi nomma les siens20 ; à Saint-Pourçain le 16 décembre 1456, le duc accepta les conditions que lui imposa le roi concernant les affaires des églises de Mâcon et Lyon, etc.21. Après plusieurs prorogations, la question était encore à l’étude en 146122.

  • 23 BnF, ms. fr. 18565, fol. 298-301v, copie du xvie siècle non datée, qui fait pourtant référence au m (...)
  • 24 Comme ce mémoire ne parle pas de l’accord de Saint-Pourçain, il est écrit sans doute avant le 16 dé (...)
  • 25 Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », Francia, 10, 1982, p. 67-134, ici p. 80.
  • 26 Principalis materie que ponitur agitanda in magno consilio […] regis […] per […] oratores et procur (...)

8Au cours des négociations, le duc invoqua le fait que la Saône « despart le royaume de France » de l’Empire, et qu’il exerçait sa souveraineté dans le comté de Bresse et ailleurs outre-Saône (y compris les terres ecclésiastiques) « comme vicaire d’empereur, [à qui] apartient la souveraineté d’icelles ». En réponse aux prétentions ducales, les officiers de Charles VII exigèrent que leurs collègues à Paris fissent copier des extraits des chroniques de Saint-Denis sur les conquêtes de Clovis et de son fils Thierry, de Charles Martel, de Pépin et de Charlemagne, sur Louis le Pieux et ses fils, et certains documents et arrêts royaux depuis 131123. Vers décembre 1456, le côté français produisit un mémoire en latin de quelque 20 000 mots pour réfuter les affirmations savoyardes24, sans doute à l’intention du conseil royal, qui avait un rôle particulier à jouer en matière de diplomatie25. Il existe au moins deux copies de ce mémoire : l’une de l’époque, fragmentaire mais comportant la signature « Oddinet » (sans doute un membre de la famille d’officiers savoyards de ce nom), l’autre datant du milieu du xvie siècle26.

  • 27 [G], fol. 298-299, en citant Dilectio tua (Décret. XVI.3.7) ; Ait Dominus (ibid., 32.1.2), Plures ((...)
  • 28 Bernard Guenée, « Authentique et approuvé. Recherches sur les principes de la critique historique a (...)

9Dans ce mémoire, les principes énoncés lors des négociations de 1436-1437 se situent dans une perspective plus large : comment déterminer les frontières et évaluer les différents types de preuves ? Selon les critères du droit canonique, il faut visiter et enregistrer les « limites » et frontières. S’il subsiste des doutes, il faut consulter de préférence à toute autre preuve les libros antiquos et authenticos. Le mémoire définit en termes larges ces livres : ils comprennent l’Écriture sainte, le Digeste et le Code, Aristote, et des chroniques et histoires. Autres caractéristiques : les livres « authentiques » sont commandités par les pouvoirs ou sont tellement renommés qu’on les considère comme authentiques ; ils sont conservés dans les archives et doivent concorder avec d’autres sources fiables27. Cette interprétation présente des points communs avec la définition des histoires et chroniques « authentiques » donnée par Bernard Guenée28. Son originalité toutefois est de considérer des preuves historiques d’un point de vue juridique.

  • 29 [G], fol. 298v-299, citant De parochiis et alienis parochianis, Decretum Greg. III, 29, 5 et Cum ca (...)
  • 30 [G], fol. 300rv (en citant, entre autres, Decretum Greg. II, 26, 9).

10Le mémoire allègue ensuite que les limites des royaumes, tout comme celles des provinces ecclésiastiques, se sont établies suivant des caractéristiques géographiques, telles que les montagnes et les fleuves29. Si les témoignages et la fama publica d’un côté, les libri authentici de l’autre, ne concordent point, il faut utiliser de préférence ces derniers. Le simple écoulement du temps ne suffit pas à invalider les preuves fournies par les libri authentici30.

  • 31 Ibid., fol. 301v-303, Vincent de Beauvais, Speculum historiale, Douai, 1624, livre II, chap. 75, li (...)
  • 32 [G], fol. 303v, d’après Bernard Gui, Descriptio Gallie, Madrid, Bibl. nationale d’Espagne, ms. 1012 (...)
  • 33 L. Dauphant, Le royaume des quatre rivières…, op. cit., p. 146-148.
  • 34 Cette assertion n’est pas soutenue explicitement par ses sources, le Speculum historiale et Bernard (...)
  • 35 [G], fol. 307v, 308rv.

11Une fois ce cadre général établi, le mémoire se sert des libri authentici comme les Etymologiae d’Isidore de Séville, le récit de la ruine de la cité de Jérusalem attribué à Égésippe, le Speculum historiale de Vincent de Beauvais et le droit canonique et civil, pour établir que la regio et patria Galliarum partageait ses frontières avec la Germanie, l’Italie et l’Espagne, depuis les temps anciens31. La Gaule est délimitée par les Alpes, par la « mer britannique », par le Rhin et par les Pyrénées. Les ville, province et patria de Lyon faisaient partie de la Gallia belgica, s’étendant du Rhin à la Loire, de part et d’autre de la Saône, jusqu’aux Alpes pennines32. Le mémoire semble représentatif d’un nouvel intérêt pour la Gaule en ce qui concerne les remises en cause territoriales, néanmoins notre texte va plus loin en essayant de repousser les frontières du royaume au-delà de la Saône33. Au moment du partage de Verdun, proclame le mémoire, la France de Charles le Chauve incluait tota provincia Lugdunum et patria de ultra Sagonam (toute la province de Lyon et la patria au-delà de la Saône)34, car ces dernières ne faisaient sûrement pas partie des royaumes attribués aux autres fils de Louis le Pieux35.

  • 36 Ibid., fol. 304v-305. Le mémoire donne comme exemples la victoire de Clovis sur les ariens, la défa (...)
  • 37 Ibid., fol. 308v-310. En ce qui concerne des dons à l’abbaye de Cluny (fol. 309v-310), le mémoire p (...)

12Le mémoire démontre ensuite à quel point l’élargissement de la France à travers les siècles est intimement lié au rôle des rois-empereurs « français » dans la protection de l’Église. Le devoir des rois chrétiens est de libérer cette dernière des oppresseurs et hérétiques ; en contrepartie, ils ont le droit de s’approprier les possessions et les terres des offenseurs36. L’acquisition par les rois de France de territoires des Alpes jusqu’en Germanie est juste et légitime ; au surplus, les rois de France bénéficient de l’interdit imposé par le pape Étienne II à ceux qui menaceraient la succession des héritiers de Pépin et Charlemagne. En outre, les rois et empereurs de « France » dotèrent beaucoup d’églises et monastères outre-Saône, dont ils avaient également la garde37.

13Ensuite, le mémoire passe en revue les liens féodaux entre les églises et les seigneurs au-delà de la Saône pour contrer les prétentions des comtes-ducs de Savoie d’y avoir les ressorts et souveraineté. À l’origine, selon ce mémoire, la Savoie se limitait aux environs de Chambéry, Mont-du-Chat et Aiguebellette-le-Lac. Tout comme le mémoire de 1437, il allègue qu’elle a toujours été confrontée à d’autres pays, dont les dirigeants étaient ses égaux. De plus, les dauphins, les seigneurs de Beaujeu et Villars et même les comtes-ducs de Savoie devaient l’hommage à l’église de Lyon, l’abbaye de l’Ile-Barbe et d’autres églises dont ils tenaient des fiefs. Comme les vassaux ne pouvaient jamais réclamer l’hommage à leurs suzerains, il est manifeste que le duc de Savoie ne peut prétendre à la souveraineté sur ces églises, qui lui sont supérieures. Le duc prétend que la souveraineté lui était dévolue en raison du traité de Paris de 1355, par lequel le dauphin lui céda des fiefs tenus par ces seigneurs, mais cet argument n’est pas valable, car le duc et ses prédécesseurs n’ont pas respecté ce traité.

  • 38 Ibid., fol. 310-313v (fin du fragment), [P], fol. 269-281v.

14De plus, les églises elles-mêmes sont assujetties à la souveraineté du roi de France depuis des temps lointains, comme le prouvent leurs appeaux à la cour du bailli royal de Mâcon et au Parlement38.

  • 39 Ibid., P, fol. 274-296v.

15En outre, les territoires en question, acquisitions légitimes des prédécesseurs du roi, se situent à l’intérieur des anciennes frontières de France. Par conséquent, tous les seigneurs et princes sans titre légitime doivent se soumettre à la superioritas du roi, qui est empereur en son royaume. Autrement, ils risqueraient l’anathème imposé par le pape à ceux qui menaceraient la succession de Pépin et sa descendance. La prétention des ducs de Savoie d’y exercer leur souveraineté en vertu du vicariat impérial est donc totalement inadmissible. Louis Ier de Savoie devrait reconnaître les droits du roi à l’intérieur des anciennes « limites » du royaume39.

Le Registre delphinal

  • 40 Ibid., fol. 301v.
  • 41 Le Registre delphinal…, Grenoble, Bibl. municipale, ms. U909 rés., fol. I. Ce manuscrit contient le (...)
  • 42 Il n’est pas l’un des représentants nommés par le roi en 1456 (supra, n. 20).

16Quel rôle Thomassin a-t-il joué dans la compilation de ce mémoire ? La « liste d’épicerie » envoyée à Paris en 1456 a suggéré qu’on ferait appel à « [un] homme qui entendoit bien ceste matiere et qui cogneust les merches et les seigneuries et personnaiges du pays et qui aurroit veu et sceu tout ce que ont voulu dire et produire lesdits de Savoye40 ». Thomassin correspondait bien à cette description. Ancien procureur fiscal général du Dauphiné, conseiller au parlement delphinal, il avait passé quarante ans au service des dauphins Charles III et Louis II. Selon ce dernier, il était le « plus ancien de noz officiers » et « par experience, long exercice et congnoissance des choses », il était le « plus convenable et propice » pour entreprendre un ouvrage qui mêlait l’histoire et la défense des droits des dauphins41. Le Registre delphinal était au moins sa troisième tentative pour écrire l’histoire de la principauté : il avait débuté avec le Manipulus, en latin, dédié au dauphin Louis II (av. 1453), avant d’aborder le Breviere, tous les deux laissés inachevés. Bien que nous ne connaissions pas son degré d’implication dans la préparation du dossier de 145642, il est difficile de croire que l’équipe qui préparait le mémoire latin n’ait pas sollicité son expertise historique et topographique.

  • 43 Voir par exemple [G], fol. 302rv, 305 et Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. XIII-XIIII, XVII, X (...)
  • 44 Voir par exemple, Le Registre delphinal, ms. cité, fol. XXVII (Clovis), XXXVII (Pépin et Charlemagn (...)

17Certaines similitudes de méthode entre le mémoire et le Registre de Thomassin confortent cette hypothèse. Les deux reprennent presque mot à mot plusieurs passages de Bernard Gui et d’autres sources43. Tout comme le mémoire, le Registre dépeint les rois de France comme les protecteurs de l’Église et lie l’augmentation de leur territoire et de leurs privilèges à ce rôle44. En outre, les deux ouvrages partagent certaines préoccupations, telles que l’évolution du royaume de France au fil du temps, les relations entre la France et la Savoie, le statut de l’Empire vis-à-vis de la France et des fiefs et hommages particuliers. Cependant, il y a aussi des différences.

  • 45 « [L]esdictes Galles de deça les mons se divisent en troys parties, c’est assavoir en la Galle de F (...)

18Il faut remarquer tout d’abord que la préoccupation principale du Registre, comme suggère son titre, est le Dauphiné. Néanmoins, tout comme le mémoire, il situe son sujet dans un cadre plus large. Comme le fait le mémoire, il raconte que la Gaule contenait trois parties, la « Galle de France », la « Galle de Bourgogne » et la « Galle d’Aquitaine » et il allègue que la France de son époque est le seul successeur de ces « royaumes45 ».

  • 46 Ibid., fol. XXIIII-XLIIII.

19Il retrace ensuite les déplacements des limites des États successeurs de la Gaule. Clovis régna sur les trois parties ; les Carolingiens y ajoutèrent l’Italie et l’Allemagne ; le tout fut partagé à Verdun. En parallèle, Thomassin se préoccupe du destin du royaume de Bourgogne, la matrice d’où naîtront le Dauphiné et sa concurrente la Savoie. La Bourgogne sera coupée de la Gaule par les païens burgondes, gouvernée par les ariens, devenue royaume tributaire sous Clovis ; tour à tour séparée de la France puis réunie avec elle sous les Mérovingiens et Carolingiens, scindée définitivement du royaume par les rois rodolphiens avant de tomber dans l’oubli, à l’exception des fragments devenus le duché de Bourgogne et la Franche-Comté46. D’après ce récit, les royaumes de Bourgogne englobaient les terres outre-Saône et même la Savoie.

  • 47 « Et par ce que dit est le royaulme de Bourgongne fut longtemps entre les mains des roys de France, (...)
  • 48 Selon le Breviere (ms. cité, fol. 193v) le dauphin tenoit « lieu d’empereur en ce […] pays, qui ne (...)
  • 49 J’examine ces questions plus à fond dans mon édition de Mathieu Thomassin, Le registre delphinal… ( (...)

20Lorsqu’il décrit la France de son époque, Thomassin est toutefois plus circonspect que le mémoire latin. Lyon mise à part, la partie de l’ancien royaume de Bourgogne qui est située au-delà du Rhône et de la Saône « s’est tenue et encores tient de la seigneurie et souveraineté de l’Empire47 ». Il est rare que ce défenseur acharné des intérêts delphinaux et royaux accepte l’argumentation des ennemis de ses maîtres. Comment expliquer cette divergence ? Il me semble qu’en réalité il n’admet rien ; tout tient de sa conviction que c’est le Dauphiné et non pas la France qui est le vrai État-successeur du royaume de Bourgogne. Au moment où il écrit le Registre, Thomassin ne reconnaît plus l’empereur comme suzerain du dauphin. Au contraire, comme il l’avait déjà écrit, le dauphin lui-même est empereur en son Dauphiné, non en raison d’un quelconque octroi du vicariat impérial, mais parce qu’il y exerce l’équivalent du pouvoir détenu par le roi dans son royaume de France48. Bien sûr, le dauphin est héritier (en principe) de la couronne de France, mais Thomassin va encore plus loin. Le lien entre la France et le Dauphiné est indissoluble, car le roi détient les deux jusqu’à ce qu’il octroie ce dernier à son fils aîné. Même alors, le roi ne lui en donne que l’administration49.

  • 50 « […] Clodoveus tout le droit que les Romains avoient es Galles translata es Françoys. » Le Registr (...)
  • 51 « Et pour ce le roy de France ne tient de personne qui soit vivant son royaulme, et est empereur, c (...)
  • 52 Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. II.

21Thomassin retrace l’origine du pouvoir impérial des rois de France à Clovis, héritier de tous les droits détenus en Gaule par les Romains50. Il fait suivre ce récit d’une anecdote concernant l’érection du comté de Savoie en duché par l’empereur Sigismond. Il en donne deux versions légèrement différentes. Dans la première, l’archevêque de Reims « et ceulx de la ville de Lyon » empêchent l’empereur d’instituer le comte Amédée comme duc sur le sol français, ce qui aurait constitué une violation des droits du roi. Dans la seconde, ce rôle de protecteur des droits royaux revient plus précisément aux officiers du roi et aux citoyens de Lyon51, donc aux confrères de Thomassin qui se vante d’être « natif de la bonne ville de Lyon52 ».

  • 53 Thomassin reprend une liste qu’il a déjà donnée dans le Breviere (Grenoble, ms. cité, fol. 172-174, (...)
  • 54 Fiefs tenus des archevêque et cathédrale de Lyon : Beauregard [Ain, arr. Bourg-en-Bresse, con Trévo (...)
  • 55 Cette partie du texte manque dans le manuscrit de Grenoble, mais se trouve dans la copie du xvie si (...)
  • 56 Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. 83v-85v.

22Thomassin ainsi que le mémoire donnent une liste de fiefs et hommages qui dépendaient des dauphins avant et après la « translation » ou transport du Dauphiné à la maison de France en 134953, dont dix se trouvent dans les deux textes, y compris sept que les dauphins tenaient de l’église de Lyon ou de l’Ile-Barbe54. Thomassin souligne que les dauphins (sous-entendu comme loyaux serviteurs de l’Église) ont prêté hommage aux archevêques et chapitre de Lyon pour certains fiefs55 ; il semble ainsi critiquer de façon implicite les ducs de Savoie, qui essayaient de se soustraire à leurs obligations envers ces ecclésiastiques. Tout comme le mémoire, Thomassin allègue que les princes savoyards n’ont pas rempli les obligations découlant du traité de Paris et par conséquent ne peuvent réclamer les fiefs et hommages cédés par cet accord56.

  • 57 Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. 88.

23Lyonnais de naissance, juriste formé à l’université d’Orléans, qui au début de sa carrière « conversait » la cour du parlement de Paris57, Thomassin transmettait dans son Registre une interprétation du pouvoir royal et delphinal qui mélangeait la théorie des juristes royaux et sa propre expérience comme serviteur des dauphins. Il voulait ainsi communiquer à la périphérie, qu’était le Dauphiné, des idées qui étaient devenues courantes dans le milieu royal et en ce centre du pouvoir qu’était le parlement de Paris. Même si Vimy lui-même n’est pas mentionné dans le Registre (ce qui n’est pas étonnant, car ce n’est pas un fief tenu par les dauphins), cet ouvrage reflète l’influence de cette affaire, soit ouvertement, soit plus discrètement.

  • 58 En 1475, par exemple, Louis XI manda au bailli de Mâcon de faire reconnaître l’ordonnance de 1456. (...)
  • 59 Voir par exemple une lettre de privilège de 1551 publiée par H. de Saint-Didier, Recueil des titres (...)

24Les différends entre la Savoie et la France au sujet des terres d’outre-Saône allaient durer bien au-delà du vivant de Charles VII et de Thomassin58. Ironie de l’histoire, ce fut néanmoins l’interprétation savoyarde (plus précise) du passé de la région d’outre-Saône qui s’imposa dans les privilèges royaux octroyés aux Francs-Lyonnais à partir du xvie siècle. Ceux-ci reconnaissaient que ces terres devenues françaises se situaient « hors les fins et anciennes limites d[u] royaume […] et a la part de l’Empire59 ».

Notes

1 En souvenir de Nicole Pons, mon amie et mentor : nos discussions au cours de plusieurs décennies m’ont permis de mieux comprendre les textes historiques. Je tiens à remercier sa fille Marjolaine Roccati qui a relu, corrigé et présenté ce texte au colloque en mon absence.

2 Sur sa vie et carrière, voir Le Registre delphinal par Mathieu Thomassin, Kathleen Daly (éd.) avec la collaboration de Gillette Labory, Société de l’histoire de France [ShF], sous presse ; Léonard Dauphant, « Matthieu Thomassin et l’espace dauphinois (1436-v. 1456) : naissance d’un humanisme géopolitique », Journal des savants, janv.-juin 2008, p. 57-105 ; Anne Lemonde, « Mathieu Thomassin, conseiller du dauphin Louis II, à la recherche d’une identité dauphinoise », dans Pierrette Paravy et René Verdier (dir.), De la principauté à la province. Autour du 650e anniversaire du transport du Dauphiné à la couronne de France, Grenoble, Cahiers du CRHIPA, 4, 2001, p. 313-353 ; et Gaston Letonnelier, « Mathieu Thomassin et le Registre delphinal », Annales de l’université de Grenoble, nouvelle série, 6, 1929, p. 87-119 (tirage à part, p. 1-33).

3 Grenoble, Bibl. municipale, ms. U909 [de la] rés[erve], fol. 135v-136.

4 Bruno Galland, Deux archevêchés entre la France et l’empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle, Rome/Paris, École française de Rome, 1994, p. 62-85, 201-245 ; Alfred Leroux, Nouvelles recherches critiques sur les relations politiques de la France avec l’Allemagne, Paris, Émile Bouillon, 1892, p. 336.

5 Marie-Madeleine Cottinet-Bouquet, « Attaque à la procession de l’Ile-Barbe le jour de l’Ascension 1454 par les Savoyards de Miribel », dans Union des Sociétés historiques du Rhône. Actes des journées d’études, 1984, I : Amplepuis et sa région, Lyon, Éditions lyonnaises, 1986, p. 83-94, ici p. 84.

6 À partir du traité d’Arras (1435), le duc de Bourgogne obtint le droit de nommer le bailli de Mâcon.

7 B. Galland, Deux archevêchés…, op. cit., p. 513-565 ; Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la couronne de France (1349-1408), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, passim ; Pierre-Roger Gaussin, Louis XI, roi méconnu, Paris, Nizet, 1976, p. 36-40.

8 À ce jour, je n’ai pas eu la possibilité de consulter le corpus des documents conservés aux anciennes archives de la chambre des comptes de Bourgogne (AD Côte d’Or, B 270, 270 bis, 270 quater, 277, 637, 658, 661, 762) qui traite des querelles entre les ducs de Savoie, les ducs de Bourbon, le roi de France, et les églises, et qui aurait pu servir à approfondir cette étude.

9 Ernest Perrot, Les cas royaux. Origine et développement de la théorie aux XIIIe et XIVe siècles, Genève, Slatkine, 1975 [1910], p. 122-126.

10 Louis Aubret, Mémoires pour servir à l’histoire de Dombes, avec des notes et des documents édités par M.-C. Guigue, Trévoux, Damour, 1868, t. 2, p. 548-557 ; Bernard Demotz, « La frontière au Moyen Âge d’après l’exemple du comté de Savoie (début xiiie-début xve siècles) », dans Les principautés du Moyen Âge. IVe congrès de la SHMESP (Bordeaux, 1973), Bordeaux, SHMESP, 1979, p. 95-116, ici p. 96-108 ; Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers du duc de Bourbon à la fin du Moyen Âge 1356-1523, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 81-83 ; M. Cottinet-Bouquet, « Attaque à la procession », art. cité, p. 83-94.

11 Comme il est fait mention dans une lettre du roi au sénéchal de Lyon du 16 août 1436 : Turin, A[rchivio di] S[tato], C[orte], mat[erie] pol[itiche per rapporto all’]est[ero], Paesi, Savoie, Confini con la Francia, [mazzo] 5, no 1.

12 Compte-rendu d’une séance avec les représentants de la Savoie, du 1er mars 1437 n.s., AD Isère, B 3786, fol. L ; Claude Le Laboureur, Les Masures de l’Ile-Barbe, nouvelle éd., avec supplément et tables, Marie-Claude Guigue et Georges Guigue (éd.), Lyon, Vitte et Perrussel, 1887 (réimpression 1997), 3 vol. en 6 t., vol. I, t. 1, p. 225 (qui donne la date de 1436, mais sans référence).

13 « Memoire pieça envoyé et environ l’an mil IIIIC XXIIII ou XXV (sic) aux officiers du roy a Paris par le procureur du roy en Lyonnois touchant les grandz griefz […] que faisoit le duc de Savoy » (copie du xvie siècle, BnF, fr. 18565, fol. 173, 235-243). Le mémoire affirme que la Rebeyne (révolte survenue à Lyon entre avril et juin 1436) avait eu lieu « l’an passé » (fol. 242).

14 Dans les grandes lignes, le comté de Bresse, le Revermont, le sud-est du Jura, ou Petite Montagne, et le futur Franc-Lyonnais.

15 Bernard Guenée, « Les limites de la France. Le souvenir de Verdun ixe-xiie siècles », repris Id., Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 73-92. Voir aussi Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières : l’espace politique français (1380-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2012, p. 117-129.

16 Le mémoire dénonce l’aliénation des droits de l’abbaye de l’Ile-Barbe sur Vimy par feu l’abbé Aynard de Cordon, « compere » du duc de Savoie, des usurpations savoyardes à Riottier, Vimy, Rochetaillée et Collonges (-au Mont-d’Or, Rhône, arr. Lyon), et la prétention du duc d’avoir les droits de sauvegarde sur la cathédrale de Lyon. BnF, fr. 18565, fol. 235-236. En effet, Aynard de Cordon reconnut le 29 avril 1434 que Vimy se situait in patria […] Sabaudie ducis [et in] superioritate et ressorto […] ab antiquo, et en rendit la sauvegarde au duc sous prétexte que l’abbaye ne pouvait plus soutenir les frais de sa défense (AD Isère, B 3787, fol. viiiv).

17 BnF, fr. 18565, fol. 239v. L’abbaye fut fondée longtemps auparavant, mais elle a adopté la règle de saint Benoît pendant le règne de Charlemagne. Mémoire de pierres. Abbaye de l’Ile-Barbe (Musée historique de Lyon, sept. 1995-janv. 1996), Lyon, Musée historique de Lyon, 1995, p. 20-21. Ce mémoire témoigne sans doute de la culture de l’abbaye et de la cathédrale autant que de celle des officiers royaux (voir les observations d’Alain Demurger, « L’histoire au secours de la chicane : la place de l’histoire dans les procès au Parlement au début du quinzième siècle (1419-1436) », Journal des savants, 4/1, 1985, p. 231-312, ici p. 256, 262, 268-269).

18 Selon un inventaire non daté des titres de la maison de Savoie, le 25 septembre 1437, Claude de Sotizon, abbé de l’Ile-Barbe, reconnut le duc comme son suzerain pour Vimy (Turin, ASC, mat. pol. int[ero], Prot[ocollo] ros[so], 222, fol. 55). Toutefois, en avril 1438, la chambre des comptes savoyarde à Chambéry était toujours en train de recueillir des preuves pour soutenir les prétentions du duc, y compris un inventaire de documents qui remontaient au xiie siècle, mais qui ne comportaient pas cette reconnaissance (AD Isère, B 3787, s.f.).

19 Le 27 octobre 1452, une lettre de Charles VII annonce qu’il a décidé, avec le duc de Savoie, que les églises de Lyon, Mâcon et Ile-Barbe, « Aynay, Tournus et autres estans sur et environ la riviere de Soone » enverraient deux représentants pour s’entretenir avec les représentants savoyards à Lyon. Le roi désignerait des hommes qui se renseigneraient à propos des églises du Dauphiné et qui feraient office d’arbitres « et aimables compositeurs ». En l’absence d’accord, le roi agirait à son « bon plaisir ». Turin, ASC, mat. pol. est., Lettere diverse, lettere principi forestieri, 31, Francia, doss. 4 (copie du xviiie siècle, non datée, mais pour cette date, voir Gaston Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1881-1891, 6 vol., t. 5, p. 180). Le 8 novembre 1452, le roi informa ses baillis et sénéchaux qu’il allait envoyer des serviteurs à Lyon pour y enquêter sur les plaintes des églises du royaume, ibid., p. 459.

20 Du côté savoyard, Philibert de Seyssel, seigneur d’Aix, Amédée de Challant, seigneur de Varey, maître Jean Michel, Jean de Verceil, François de Thomatis, président du Genevois, messire Humbert Velluet, collatéral au Conseil résident de Savoie et Antoine du Plastre, conseiller et secrétaire du duc. Du côté royal, Jean Le Fevre, maître des requêtes de l’hôtel du roi, Louis de la Vernade, chevalier, et serviteur du duc de Bourbon, et Pierre Balerin et Laurent Paterin, docteurs en lois : Turin, ASC, mat. pol. est., Tratt[ati] ant[ichi], 9, fasc. 21.

21 G. Du Fresne de Beaucourt, Charles VII…, op. cit., t. 6, p. 71-73 ; M. Cottinet-Bouquet, « Attaque à la procession », art. cité, p. 94.

22 Prorogation, du 25 février 1458 n. s. au 1er juillet 1458 (Turin, ASC, mat. pol. int., Paesi, Valentinois, 3, no 14) ; rencontre de Pierre Balerin et Humbert Velluet le 12 novembre 1459 (mat. pol. est. Tratt. ant., 9, fasc. 21) ; la date du 1er mars est fixée pour une réunion entre les représentants royaux et ducaux (mat. pol. int., Prot. ross., 98, fol. 447-449) ; le 1er juillet 1461, de la part du roi, le bailli de Mâcon ordonne au duc de Savoie de ne pas porter atteinte à la souveraineté royale sur les temporels des églises outre-Saône (Inventaire 84, 2e partie, Évêchés et bénéfices étrangers, Cluny, Paquet 108, no 4).

23 BnF, ms. fr. 18565, fol. 298-301v, copie du xvie siècle non datée, qui fait pourtant référence au mandement de Charles VII au bailli de Mâcon, datant du 13 janvier 1456 (fol. 300v.). Turin, ASC, mat. pol. est., Tratt. ant., 9, fasc. 21, L. Aubret, Mémoires pour servir à l’histoire de Dombes…, op. cit., t. 2, p. 666, M. Cottinet-Bouquet, « Attaque à la procession », art. cité, p. 84.

24 Comme ce mémoire ne parle pas de l’accord de Saint-Pourçain, il est écrit sans doute avant le 16 décembre 1456.

25 Pierre-Roger Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », Francia, 10, 1982, p. 67-134, ici p. 80.

26 Principalis materie que ponitur agitanda in magno consilio […] regis […] per […] oratores et procuratores […] ducis Sabaudie (Principaux points devant être débattus au Grand conseil du roi par les ambassadeurs et les procureurs du duc de Savoie), Grenoble, Bibl. municipale, R 80 [G], fol. 298-313v, fragment appartenant aux Oddinet. Paris, BnF fr. 18565 [P], fol. 252v-296v, copie du xvie siècle. Sur la diplomatie savoyarde, voir Eva Pibiri, En voyage pour Monseigneur. Ambassadeurs, officiers et messagers à la cour de Savoie (XIVe-XVe siècles), Lausanne, SHSR (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande, 4e série, 11), 2011.

27 [G], fol. 298-299, en citant Dilectio tua (Décret. XVI.3.7) ; Ait Dominus (ibid., 32.1.2), Plures (ibid., 16. 1.54) ; Dig. 32.52 pr(oemium) Librorum, et Bartolo de Sassoferrato, In primam FF veteris partem, Venise, 1570, 2e partie, p. 3, sections 19-23.

28 Bernard Guenée, « Authentique et approuvé. Recherches sur les principes de la critique historique au Moyen Âge », dans Id., Politique et histoire…, op. cit., p. 265-278 ; Id., Culture et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 133-147.

29 [G], fol. 298v-299, citant De parochiis et alienis parochianis, Decretum Greg. III, 29, 5 et Cum causam, ibid., II, 19, 13 et Decretum, I, 80, 1-2. Voir à ce sujet Paolo Marchetti, « I giuristi e i confini. L’elaborazione giuridica della nozione di confine tra medioevo ed età moderna », Cromohs, 8, 2003, p. 13-23, ici p. 18-22 (http: www.cromohs.unifi.it/8_2003/marchetti.html).

30 [G], fol. 300rv (en citant, entre autres, Decretum Greg. II, 26, 9).

31 Ibid., fol. 301v-303, Vincent de Beauvais, Speculum historiale, Douai, 1624, livre II, chap. 75, livre VI, chap. 42 ; Isidore de Séville, Etymologiarum libri XX, Patrologie latine, t. 82, livre XIV, chap. 3 et 8 ; Égésippe, attribué plus tard à saint Ambroise, Historiae de excidio Hierosolymitanae urbis libri quinque sub ementito Egesippi, Opera Omnia, Venise, 1781, t. 2, livre II, chap. 9, p. 86 ; Digeste 50.15.8.1 (De censibus, Decretum, I, 23, 25).

32 [G], fol. 303v, d’après Bernard Gui, Descriptio Gallie, Madrid, Bibl. nationale d’Espagne, ms. 10126, fol. 162vb-163ra.

33 L. Dauphant, Le royaume des quatre rivières…, op. cit., p. 146-148.

34 Cette assertion n’est pas soutenue explicitement par ses sources, le Speculum historiale et Bernard Gui.

35 [G], fol. 307v, 308rv.

36 Ibid., fol. 304v-305. Le mémoire donne comme exemples la victoire de Clovis sur les ariens, la défaite des Sarrasins par Charles Martel et Charlemagne, la protection accordée aux papes par Pépin et Charlemagne… soit des exemples familiers à ceux qui avaient acquis des notions de l’histoire de France.

37 Ibid., fol. 308v-310. En ce qui concerne des dons à l’abbaye de Cluny (fol. 309v-310), le mémoire paraît confondre le roi Raoul de France avec des rois rodolphiens de Bourgogne.

38 Ibid., fol. 310-313v (fin du fragment), [P], fol. 269-281v.

39 Ibid., P, fol. 274-296v.

40 Ibid., fol. 301v.

41 Le Registre delphinal…, Grenoble, Bibl. municipale, ms. U909 rés., fol. I. Ce manuscrit contient les livres I et II du Registre ; ce qui nous reste du livre II se trouve dans Paris, BnF, mss fr. 4627, 4949 et Carpentras, Bibl. municipale, ms. inguimbertine 711.

42 Il n’est pas l’un des représentants nommés par le roi en 1456 (supra, n. 20).

43 Voir par exemple [G], fol. 302rv, 305 et Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. XIII-XIIII, XVII, XXV.

44 Voir par exemple, Le Registre delphinal, ms. cité, fol. XXVII (Clovis), XXXVII (Pépin et Charlemagne).

45 « [L]esdictes Galles de deça les mons se divisent en troys parties, c’est assavoir en la Galle de France, en la Galle d’Acquitaine et en la Galle de Bourgongne […]. La tierce Galle de Bourgongne contient tout ce qui est des la nayssance dudit fleuve du Rosne et autres rivieres qui entrent dedens jusques a la Mer terrenne […]. Anciennement chascune de ces troys Galles estoient ung royaulme qui a present [a] cessé excepté le royaulme de France, car Acquitaine est du tout dudict royaulme de France, et pour le present n’est que duché, et [du] royaulme de Bourgongne, la plus part est dudict royaulme de France, car depuis que l’Empire ne fut es mains des roys de France, ilz retindrent tout ce qui est de Bourgongne jusques a la riviere de la Sone, en descendant jusques a Lyon, et jusques a la riviere du Rosne, depuis ledict Lyon jusques a la mer. Et de ce qui estoit du royaulme de Bourgongne fut fait duché, qui s’appelle encores la duché de Bourgongne […] ». Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. XV et XVv.

46 Ibid., fol. XXIIII-XLIIII.

47 « Et par ce que dit est le royaulme de Bourgongne fut longtemps entre les mains des roys de France, tout le pays de Bourgongne qui estoit dudict royaulme de Bourgongne, depuis Aigues Mortes du long du Rosne jusques a Lyon, et de Lyon en suz, tant que la riviere de la Sone dure, s’est tenu et tient encores de la seigneurie et souveraineté du royaulme de France. Et pretend le roy de France que lesdictes rivieres font division de son royaulme, et sont du tout siennes, et de ce en a esté depuis en possession, jusques a maintenant. L’autre partie dudict royaulme de Bourgongne qui est deça lesdictes deux rivieres depuis s’est tenue et encores tient de la seigneurie et souveraineté de l’Empire. Et jaçoit ce que la plus part de ladicte ville de Lyon soit deça ladicte riviere de la Sone, toutesfoys elle se tient du royaulme de France, et en est le roy en possession » Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. XXXVIIIv.

48 Selon le Breviere (ms. cité, fol. 193v) le dauphin tenoit « lieu d’empereur en ce […] pays, qui ne recognoit autre souverain » : même sentiment au fol. 155. Dans le Registre, le lien est plus implicite : Thomassin le suggère en soulignant le statut impérial du roi et le statut du dauphin comme héritier du royaume (par exemple, par une liste des privilèges des rois de France qui précède un discours sur la succession delphinale et une « genealogie [d]es […] daulphins qui ont esté depuis le transport du Daulphiné » aux Valois [Grenoble, Bibl. municipale, ms. cité, fol. 59-72]). Ailleurs dans le Registre, il semble même nier que le Dauphiné fait partie de l’Empire (Registre delphinal, livre II, BnF, ms. fr. 4627, fol. 35r-v).

49 J’examine ces questions plus à fond dans mon édition de Mathieu Thomassin, Le registre delphinal… (n. 2).

50 « […] Clodoveus tout le droit que les Romains avoient es Galles translata es Françoys. » Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. XXV, suivant Bernard Gui, Flores cronicorum jusqu’en 1321 : Clodoveus quoque Galliarum sub jure erat Romanorum transfertur ad jus Francorum, Paris, BnF, ms. lat. 5031, fol. 2-167, ici fol. 37v.

51 « Et pour ce le roy de France ne tient de personne qui soit vivant son royaulme, et est empereur, car la dignité est telle en son royaulme, toutesfoys il ne se dit pas empereur, car la dignité royale est plus ancienne, et fut premierement mise sus […]. Le roy ne ses officiers ne souffreroient pas que autre empereur ou ses officiers eussent auctorité quelcunque audict royaulme. Et pour ce l’an mil iiiic [xvi] que l’empereur Sigismond dernierement mort, alant au royaulme pour mectre paix entre le roy et les Angloys, fut a Lyon, ou le roy avoit envoyé l’archevesque de Rains avecques plusieurs autres notables gens, pour le recepvoir et conduire jusques au roy, pour contemplacion de la matiere pour quoy il alloit, et pour ce aussi qu’il estoit de son sang, le dessusdict empereur avoit entreprins de faire audit lieu de Lyon duc le conte de Savoie Amyé dernierement mort, et estoit tout appresté. Mais ledict archevesque et ceulx de ladicte ville de Lyon ne souffrirent pas que la chose se fist. J’estoye present et vis le contradiction. Et pour ce ledict empereur retourna en Savoye, et alla faire ledict duc a Chambery […] » (Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. XXVv-XXVI). Voir fol. 55v « […] et estoient les choses toutes prestes, mais les officiers du roy et ceulx de ladicte ville ne souffrirent point que la chose se fist […] ». Tout comme Thomassin, Monstrelet affirme que ce furent les officiers du roi qui jouèrent ce rôle : « [L]e roy d’Alemaigne […] passa par Lion sur le Rosne, ou il volt faire de Amé de Savoie ung duc. Mais les officiers du roy de France là estans ne lui vouldrent point souffrir, et pour ce s’en parti moult indigne, et le ala faire duc en ung petit chastel dela la riviere du Rosne […] qui siet en l’Empire », Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, Louis Douët d’Arcq (éd.), Paris, ShF, 6 vol., 1857-1862, t. 3, p. 172.

52 Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. II.

53 Thomassin reprend une liste qu’il a déjà donnée dans le Breviere (Grenoble, ms. cité, fol. 172-174, 176), inspirée sans doute par le non-respect du traité de Cleppé de 1452.

54 Fiefs tenus des archevêque et cathédrale de Lyon : Beauregard [Ain, arr. Bourg-en-Bresse, con Trévoux], Meximieux [Ain, arr. Belley] ; Pérouges [Ain, arr. Belley, con Meximieux], Riottier [auj. Jassans-Riottier, Ain, arr. Bourg-en-Bresse, con Trévoux], Villars [-les-Dombes, Ain, arr. Bourg-en-Bresse]. Fiefs tenus de l’Ile-Barbe : Miribel [Ain, arr. Bourg-en-Bresse], Montluel [Ain, arr. Bourg-en-Bresse]. Fiefs tenus du dauphin : Bourg-Saint-Christophe [Ain, arr. Belley, con Meximieux], Faucigny [Haute-Savoie, arr. et con Bonneville], Gex [Ain], et tous les autres fiefs sauf Riottier. Mis à part Beauregard (qui appartenait au duc de Bourbon), tous ces fiefs appartenaient à l’époque à la Savoie ; la plupart lui ont été transférés par le traité de Paris de 1355.

55 Cette partie du texte manque dans le manuscrit de Grenoble, mais se trouve dans la copie du xvie siècle, Paris, BnF, ms. fr. 4627, fol. 42rv.

56 Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. 83v-85v.

57 Le Registre delphinal…, ms. cité, fol. 88.

58 En 1475, par exemple, Louis XI manda au bailli de Mâcon de faire reconnaître l’ordonnance de 1456. Cette question de juridiction n’a pas pu être résolue avant le traité de Lyon de 1601 : M. Cottinet-Bouquet, « Attaque à la procession… », art. cité, p. 94.

59 Voir par exemple une lettre de privilège de 1551 publiée par H. de Saint-Didier, Recueil des titres […] concernant les privilèges et franchises du Franc-Lyonnois, Lyon, 1716, p. 26-28.

Auteur

Kathleen Daly, ancienne élève de l’université d’Oxford (St Anne’s and St Cross Colleges), a soutenu sa thèse en 1984. Enseignante à Lady Margaret Hall et St Hugh’s College, Oxford, et aux universités de Lancaster et Southampton, son dernier poste avant la retraite était Senior Lecturer (Histoire) et Staff Tutor à The Open University (Milton Keynes). Parmi ses publications : Avec la collaboration de Gillette Labory (éd.), Noël de Fribois, Abrégé des Croniques de France, Paris, Société de l’histoire de France, 2006. Avec la collaboration de Gillette Labory, (éd.), Mathieu Thomassin, Le Registre delphinal, Paris, Société de l’histoire de France, sous presse.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540