Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Première partie : À la recherche des textes

Culture historique et lecture de l’histoire

Nicolas de Lespoisse et son exemplaire des chroniques de Guillaume de Nangis (BnF, fr. 23138)

Historical Culture and Reading History: Nicolas de Lespoisse and his Copy of the Chronicles of Guillaume de Nangis (BnF, fr. 23 138)

Isabelle Guyot-Bachy

Résumé

Sur les derniers folios d’un manuscrit de la Chronique abrégée des rois de France initiée par Guillaume de Nangis (Paris, BnF, fr. 23138), Nicolas de Lespoisse, greffier des représentations au Parlement, rédigea un court récit des événements survenus à Paris en 1418. Mais, lecteur attentif, il annota également l’ensemble du texte de ce manuscrit, qu’il fit vraisemblablement copier pour son usage. L’étude de ces annotations permet d’approcher la culture historique d’un officier du roi à la fin du règne de Charles VI.

On the last folios of a manuscript of the Chronique abrégée des rois de France initiated by Guillaume de Nangis (Paris, BnF, fr. 23138), Nicolas de Lespoisse, recording clerk for the Parliament, drew up a short account of the events which took place in Paris in 1418. But he also annoted very carefully the whole text of this manuscript, which he probably copied for his own use. The study of these annotations makes it possible to access the historical culture of a king’s officer at the end of the reign of Charles VI.

Texte intégral

  • 1 Nicole Pons, « Information et rumeurs : quelques points de vue sur des événements de la guerre civi (...)
  • 2 Léopold Delisle, « Mémoires sur les ouvrages de Guillaume de Nangis : Chronique des rois de France  (...)

1En 1997, Nicole Pons publiait dans la Revue historique un article intitulé « Information et rumeurs : quelques points de vue sur des événements de la guerre civile en France (1407-1420)1 ». Elle y évoquait un court récit des événements survenus à Paris entre mai et juillet 1418, conservé à la fin du manuscrit français 23138 de la Bibliothèque nationale, récit dû à Nicolas de Lespoisse, greffier des représentations au Parlement. En note de bas de page, elle rappelait que c’était au cours de l’un de nos échanges au séminaire de Bernard Guenée qu’elle avait pris connaissance de ce document. C’est en fait à Léopold Delisle qu’il revient d’avoir attiré l’attention sur ce manuscrit BnF, fr. 23138 et sur le récit que l’on peut y lire aux folios 232v-233, dans le long mémoire qu’il consacra en 1873 à l’œuvre de Guillaume de Nangis2.

Description

2Comptant 233 feuillets (315 mm × 270 mm), le manuscrit BnF, fr. 23138 a été produit dans les dernières années du xive siècle ou dans le premier quart du xve siècle et copié par une main unique, dans une écriture gothique semi-textuelle. La copie est soignée, accompagnée sur tout le volume d’une élégante décoration à l’encre rouge et bleue, sans que l’on puisse pour autant parler de manuscrit de présentation. Au fol. 7 figure néanmoins une belle lettre initiale peinte or et rinceaux, sur fond pourpre entouré de baguettes d’or.

  • 3 Dans son testament, Nicolas de Lespoisse élisait d’ailleurs sépulture « en l’eglise madame Saincte (...)

3Le récit qui figure aux fol. 232v-233, dont rien ne laisse à penser qu’il a été rajouté après coup dans le manuscrit, est d’une main différente de celle du copiste. Son attribution à Nicolas de Lespoisse est assurée. Comme le notait Nicole Pons (art. cité, p. 415 n. 26), lui seul pouvait affirmer que le lundi 25 juillet, « mon office [fut] baillé a maistre Jehan Poireuse ». J’ajouterai que, relatant un peu plus haut l’émeute du 12 juin, le récit évoque le passage des émeutiers par « ceste rue saincte Geneviève ». Or, c’est justement dans cette rue qu’était situé le domicile de Nicolas de Lespoisse3.

Fig. 1 – AD Aude, H 99.

Fig. 1 – AD Aude, H 99.
  • 4 À l’image de Gontier Col, ambassadeur de Charles VI, possesseur, annotateur et écrivain lui-même de (...)
  • 5 Que Carla Bozzolo trouve ici l’expression de toute ma gratitude. C’est grâce à son expertise que le (...)
  • 6 Aude, Arch. départ. H 99 (22 août 1378). Je remercie vivement les services des Archives département (...)

4Le récit a-t-il été rédigé pour autant de sa main ou bien transcrit, par exemple par un secrétaire4 ? La comparaison des fol. 232v-233 avec deux documents attestant formellement de la main de Nicolas de Lespoisse permettent de répondre5. La première de ces pièces est une quittance datée de 1378 par laquelle Nicolas de Lespoisse, qui se présente comme procureur du Parlement, reconnaît avoir reçu de l’abbé et du couvent de la Grasse, dans la sénéchaussée de Carcassonne, la somme de quatre francs d’or pour sa pension du Parlement finie en 1377 (fig. 1)6. Les similitudes du ductus entre cette pièce d’archive et les folios 232v-233 sont suffisantes pour confirmer qu’il s’agit bien de la même main sur les deux documents établis à quarante ans de distance. Cette main est également celle qui a porté sur le folio 287v du manuscrit Arsenal 1117A la note suivante :

  • 7 « Ces chroniques appartiennent à maître Jean Golein, qui les mises à disposition de Nicolas de Lesp (...)

Iste cronice sunt magistri Iohanni Goulain, qui eas accomodavit magistro Nicolao de Lespoisses XVIImnovembris anno Domini 14007.

  • 8 Dans son testament, Nicolas de Lespoisse fait mention de trois clercs pour lesquels il prévoit un l (...)

5Nicolas de Lespoisse est donc intervenu en personne sur le manuscrit fr. 23138, au moins sur les folios 232v-233 (fig. 2). En revanche, la copie de l’ensemble du manuscrit ne peut lui être attribuée. Sans doute fut-elle le fait d’un scribe de son entourage, si nous présumons, comme le fait toute la tradition historiographique, mais en l’absence de preuves, qu’il a bien été l’un des possesseurs de ce manuscrit8.

Fig. 2 – BnF, fr. 23138, fol. 232v.

Fig. 2 – BnF, fr. 23138, fol. 232v.

Un témoin du succès de la Chronique des rois de France initiée par Guillaume de Nangis

  • 9 L. Delisle, « Mémoires… », art. cité ; Isabelle Guyot-Bachy, « La Chronique abrégée des rois de Fra (...)
  • 10 Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Marie Moeglin, « Comment ont été continuées les Grandes Chroniques de (...)
  • 11 Les exemplaires des familles E et F de la Chroniques abrégées des rois de France présentent cependa (...)
  • 12 Roland Delachenal présente le manuscrit fr. 23 138 dans l’introduction à son édition de la Chroniqu (...)

6Ce manuscrit français 23138 est d’abord un témoin de la diffusion de la Chronique des rois de France de Guillaume de Nangis. Il s’agit de ces chroniques abrégées que le moine dionysien composa en latin à la fin des années 1290 et qu’il translata en français à la veille de sa mort en 1300. Le texte fut ensuite amplifié, organisé en chapitres, doté d’une table et continué en plusieurs étapes, classées de A à F par Léopold Delisle9. Notre témoin appartient à la classe F qui regroupe les manuscrits dont le texte s’étend jusqu’en 1384. À la suite des continuations de la Chronique des rois de France rédigées sous les derniers Capétiens, il présente un récit des années 1322-1347 (jusqu’à la capitulation de Calais), largement autonome vis-à-vis des sources dionysiennes10. À partir de 1347, ce récit suit très largement la version Charles V des Grandes chroniques de France (c’est-à-dire la chronique des règnes de Jean II et Charles V que l’on doit à Pierre d’Orgemont11). Après 1380, il est prolongé par un compte rendu des campagnes du roi en Flandre. Il s’achève sur la mention des funérailles de Louis de Male le 30 janvier 138412.

  • 13 Sur 40 témoins aujourd’hui repérés, 29 ont été produits au xve siècle et, sur ce nombre, la version (...)
  • 14 Isabelle Guyot-Bachy, « La Chronique abrégée des rois de France et les Grandes chroniques de France (...)
  • 15 I. Guyot-Bachy, ibid.

7Avec la version E qui s’arrêtait en 1380, cette version F a porté le succès que connaissent au xve siècle les Chroniques abrégées des rois de France13. Sans doute faut-il chercher les raisons de ce succès dans la proximité formelle et idéologique que ces chroniques entretiennent avec les Grandes chroniques de France14. Comme les Grandes chroniques de France, ce texte est en effet recouvert d’une autorité. Les formules préliminaires rappellent volontiers son origine dionysienne et la paternité de « frere Guillaume de Nangis moine dudit lieu ». Les titres dont ont été dotés plusieurs des manuscrits désignent le texte comme les « croniques abregees de la geste françoise » (BnF, fr. 6463), les « croniques des rois de France » (BnF, fr. 2603), les « croniques de la geste françoise » (BnF, Fr. 10133), « croniques des gestes royaulx et franchoises » (Rouen, BM, 1146) ou même les « croniques de France » (Poitiers, BM, 265, Paris, BnF, fr. 6464, fr. 5702 et fr. 2816). Dans une disposition similaire (chapitres avec titres rubriqués, table des matières), mais présentant une matière abrégée donc plus abordable et d’une production sans doute moins coûteuse, ces Chroniques abrégées des rois de France se substituent dans les bibliothèques aux Grandes chroniques de France ou en complètent le texte au sein de volumes hétérogènes. Elles témoignent d’un souci des possesseurs d’adapter et de personnaliser leur exemplaire en fonction de leurs besoins en matière de culture historique et de lectures « ciblées » de l’histoire15.

Un manuscrit « investi » par son lecteur

  • 16 Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Étienne Re (...)
  • 17 On compte plus de trois cents notes au long des 230 folios.

8Les annotations fréquentes observées dans ces manuscrits participent de ce phénomène de privatisation de la lecture de l’histoire16. Mais aucun d’entre eux ne fut aussi abondamment annoté que le fr. 2313817. Pour mesurer l’ampleur des interventions du ou des lecteurs et en appréhender le sens, il convient d’abord d’isoler et de caractériser leur nature en les distinguant des autres mains susceptibles d’être intervenues dans les marges du manuscrit.

9Ainsi l’inscription – non systématique mais régulière – dans la marge supérieure du millésime des années du récit couvertes dans le folio correspondant, est le fait du copiste. Répondant vraisemblablement à une demande du commanditaire, ce système externe et minimal de datation fonctionne comme un titre courant qui permet au lecteur de se reporter aisément à tel ou tel moment de la chronologie. Le copiste a également préparé le travail du rubricateur pour les titres de chapitres. En revanche, il ne semble pas qu’il ait annoté le texte.

10Ceci posé et une fois écartées la demi-douzaine de notes dont l’écriture est clairement plus tardive (fin xve, xvie siècle), l’identification d’un ou de plusieurs lecteurs est une affaire très délicate, d’autant plus que la fourchette de datation des notes est assez étroite, disons du premier quart du xve siècle. En fait l’on peut dire qu’une main, dans une cursive habituelle pour ce genre d’annotations, intervient presque partout sur l’ensemble du manuscrit. C’est également cette main qui complète quelques fois le système de datation/titre courant en ajoutant le nom du roi au moment de son avènement (Clovis, Clotaire, Philippus pulcher, Philippe de Valoys). Les nombreuses notae et une vingtaine de datur portées dans les marges latérales peuvent aussi lui être attribuées.

11Ces observations nous suggèrent l’intervention d’un seul lecteur, procédant une première fois à la lecture complète du manuscrit, puis le reprenant en plusieurs étapes, peut-être distantes dans le temps les unes des autres, comme sembleraient l’indiquer les variations d’encre, ici assez claire ou la plus foncée. Serions-nous alors en présence d’un manuscrit lu et relu, qui serait assurément à considérer – tout comme la chronique qu’il contient – comme une référence majeure, constitutive, de la culture historique du lecteur ?

Profil culturel du lecteur18

  • 18 Comme le constate Xavier Hermand, dans l’introduction à Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Mo (...)
  • 19 BnF, fol. 31v : « Du boys de Vincennes et de cloison du boys » ; fol. 48 : « de la tres grant famin (...)
  • 20 Chez Jean le Bègue, l’annotation semble le plus souvent portée en latin, mais elle paraît mixte ave (...)

12La chronique lue et annotée est en français, mais l’annotation est très largement et spontanément portée en latin. De temps à autre, cependant, sans que l’on constate de changement de main (il n’y a pas une main qui annoterait en latin, une autre qui annoterait en français), quelques annotations – une douzaine environ – sont portées en français19. Elles concernent des sujets tout à fait variés, sans que l’on puisse repérer une stratégie de valorisation de certains faits par l’emploi du français. Cette diglossie est naturelle dans le milieu des serviteurs de l’État, mais elle se manifeste plus ou moins dans les lectures privées des uns et des autres20.

  • 21 C’est une différence avec la pratique de Jean le Bègue, voir N. Pons, ibid. p. 288. D’un usage fami (...)
  • 22 Isabelle Guyot-Bachy, Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor. Un historien et sa communau (...)
  • 23 I. Guyot-Bachy, Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor…, op. cit. On se souvient que Jean (...)
  • 24 Ces autres livres d’histoire sont l’Histoire de Troie la grant, l’Histoire d’Oultremer et le Roman (...)

13Les notes s’apparentent généralement à de simples manchettes, plus qu’à de longs commentaires érudits. À quelques exceptions près, elles ne dépassent pas cinq à six mots. Elles sont a priori les traces d’une lecture passive du manuscrit, en ce sens que cette lecture ne paraît pas sous-tendue par un projet de réinvestissement dans la production d’un nouveau texte. Le lecteur du fr. 23138 n’est pas un bibliographe. Jamais on ne le surprend à l’affût des sources compilées dans la chronique qu’il est en train de lire21. Mais il a eu assurément d’autres lectures historiques que celle-ci et il est capable d’une approche comparatiste (plus que critique), lorsqu’il constate des divergences entre deux de ses sources d’information. Commentant le récit que livre la chronique qu’il a sous les yeux de l’attentat d’Anagni et des dernières semaines de Boniface VIII, il écrit aliud scribitur ut vidi in pluribus cronicis quas habeo (« on en donne une autre version, comme je l’ai vu dans plusieurs chroniques que je possède ») ; de même, au fol. 88v, à propos de la naissance et de la mort de Jean Ier : moritur Johannes filius dicti Ludovici post viii. dies ut alibi habetur (« Jean, fils du dit Louis est mort au bout de huit jours, selon ce qu’on lit ailleurs »), alors que la chronique dit seulement que l’enfant mourut « assez tost apres ». Ce lecteur a donc lu et possédé (quas habeo) des livres d’histoire. Au fol. 93, une piste est livrée, lorsqu’il écrit à propos de l’exécution du comte de Lancastre, à l’année 1322, « jusque ce point parlent les croniques de saint Vic, [le mot a été coupé au bord de la page] desquelles copies a le curé de Saint-Landry en la cité ». L’œuvre à laquelle il est fait allusion est sans aucun doute possible le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor, qui s’interrompt effectivement à l’année 1322, sur la mention de l’exécution de Thomas de Lancastre, le 22 mars. Le curé de Saint-Landry dont il est question est Jean Le Febvre, que l’on connaît par ailleurs pour avoir été proche de la famille de Jean Jouvenel. Il a effectivement eu en sa possession l’exemplaire du Memoriale historiarum conservé aujourd’hui à la bibliothèque de l’Arsenal sous la cote 986. Il l’avait doté d’un outil d’aide à la lecture en faisant dresser par un clerc arrageois du nom de Jacques de Camphin, une table des matières contenues dans ce livre22. Jean Le Febvre, comme l’avait fait une génération plus tôt Jean Golein, provincial des carmes et traducteur très proche de Charles V, assure la diffusion de la chronique de Jean de Saint-Victor dans ce milieu des serviteurs de l’État, passés par l’université, artiens et juristes, ayant fréquenté les collèges, se retrouvant aussi au sein des mêmes confréries23. Le Memoriale historiarum et la Chronique des rois de France viennent donc s’ajouter aux livres d’histoire déjà repérés comme ayant appartenu à Nicolas de Lespoisse et donnent une image plus complète de la véritable culture historique qui fut la sienne24.

  • 25 Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, Les manuscrits autographes en français. Guide de recherche, (...)

14Après ces considérations sur la culture de ce milieu et l’analyse pour ainsi dire codicologique des notes marginales, pouvons-nous affirmer que Nicolas de Lespoisse est non seulement le possesseur, le lecteur mais également le principal annotateur du manuscrit en question ? Comme nous l’avons dit, nous ne possédons qu’un seul document de sa main, celui des Archives de l’Aude, auquel nous avons fait appel pour identifier le rédacteur du récit des fol. 232v-233. En revanche, au moins jusqu’à présent, nous ne possédons aucun spécimen d’une écriture cursive hâtive de Nicolas. Mais il est possible d’isoler la présence de certaines caractéristiques du ductus que l’on retrouve aussi bien dans le document Aude, Arch. départ. H 99 que dans le récit ou encore dans les notes marginales. Il s’agit de la morphologie des lettres – surtout l’épaisseur des lettres initiales (f, p) ; des traits de plume des abréviations en fin de mots ou des nota ; enfin, de petits signes personnalisés25.

15Sans installer de certitudes, la permanence de ces tendances joue en faveur d’une forte présomption qu’il s’agisse bien d’un seul personnage que l’on peut identifier avec notre greffier.

16Que retient ce personnage de sa lecture du passé ?

Regards sur l’histoire

  • 26 Avant cette période, on observe des datur pour l’avènement de Marchomir (fol. 8) et celui de Childé (...)
  • 27 L’attention pour les origines du royaume peut être rapprochée de la possession par Nicolas de Lespo (...)
  • 28 Nicole Pons (« Érudition et politique… », art. cité, p. 284 et 290) observe que Jean le Bègue, « fi (...)

17Rares sont les feuillets où la main du lecteur ne s’est pas arrêtée. Pourtant, trois passages du manuscrit sont demeurés vierges de toute annotation, comme si le lecteur les avait survolés : les années 1255-1296, soit les règnes de Louis IX, Philippe III et le début de celui de Philippe le Bel (fol. 57-64v) ; le dossier sur les Flagellants qui fait la transition entre la continuation allant jusqu’en 1347 et la chronique de Pierre d’Orgemont (fol. 112-117v) ; le récit de la visite de l’empereur Charles IV à Paris en 1378 (fol. 208-211). En revanche, les premiers chapitres et ceux qui se succèdent à partir des années 1300 font l’objet d’une annotation plus dense (plusieurs notes par folio). Ces parties du récit correspondent également aux folios qui ont été dotés du système externe de datation sous forme de titre courant et dans la marge desquels on repère les mentions datur. Ces dernières paraissent correspondre à des dates données dans le corps du texte et dont peut-être le lecteur souhaitait garder mémoire. Elles peuvent correspondre à l’avènement d’un roi, à une bataille, à un traité, beaucoup plus irrégulièrement à la succession pontificale… Elles abondent tout particulièrement dans la partie du récit allant de 1358 à 137326. Le lecteur a donc fait preuve d’une attention soutenue aux origines du royaume de France27 et à son histoire « moderne », c’est-à-dire celle qui précédait sa propre existence d’une centaine d’années avant de la rejoindre. Cette prise en compte séquentielle et contemporanéiste de la chronologie différencie le lecteur du fr. 23138 d’une approche humaniste de l’histoire, plus volontiers attirée par l’Antiquité28.

  • 29 Saint-Martin des Champs, Saint-Antoine hors les murs, le couvent des clarisses de Saint-Marcel, la (...)

18Les annotations, dont il faut noter qu’elles se démarquent des titres rubriqués et repris dans la table des matières, sélectionnent souvent un élément parmi bien d’autres présents dans le chapitre. La Chronique des rois de France, largement centrée sur les affaires temporelles du royaume, intégrait cependant quelques éléments d’histoire religieuse et des épisodes concernant l’Église. Or, la lecture du fr. 23138 apparaît essentiellement profane. Quelques saints sont bien notés, surtout dans la partie relatant la première évangélisation du royaume, mais l’intérêt pour la théologie est absent (si l’on excepte une mention concernant Jean XXII et la vision béatifique au fol. 97). Cette approche ne signifie pas pour autant un désintérêt à l’égard du sort des clercs, nous y reviendrons. Elle n’est pas incompatible avec l’attention à l’environnement spirituel, dont témoignent les notae en regard de la fondation d’églises ou d’établissements religieux29.

19Le lecteur, habitant d’évidence la capitale, enregistre tout ou presque ce qui dans le récit concerne Paris et les aménagements que les rois successifs y firent : la construction de l’enceinte de la ville (fol. 39) et la clôture du bois de Vincennes par Philippe Auguste (fol. 31v), la rénovation du palais de la Cité par Enguerrand de Marigny (fol. 83), la fondation de la bastide Saint-Antoine (fol. 181, en 1370, dotée de plus d’un datur). Il veut aussi garder mémoire d’événements parisiens : la « commotion » de 1306 contre Étienne Barbette ou, plus proches, l’épisode des « chapperons » en 1358 et celui des Maillotins en 1382 (fol. 222, 226, 229).

20Une fois posée cette lecture profane et parisienne, les annotations s’articulent finalement autour de deux thèmes principaux : la guerre et l’État.

  • 30 BnF, fr. 23138, fol. 8, 10, 22r-v.
  • 31 En 1328, il note (fol. 95v) : Obiit rex Karolus et tunc regnum devolvitur ad Philippum de Valoys, c (...)
  • 32 Ibid., fol. 102v (l’Écluse) : Vincunt Anglici contra Francos per mediem Flandrensium (« les Anglais (...)
  • 33 Ibid., fol. 98v : Occasio guerre inter ducem Britannie et Karolum Blesensium nepotis ducis Britanni (...)

21La guerre semble une préoccupation omniprésente chez le lecteur. Il s’agit toujours de la guerre du roi de France, ou plutôt des rois de France, au plus loin que remonte leur histoire, celle qui les opposa aux Romains, aux Vandales, plus tard aux Normands30. Mais il s’agit plus encore des guerres « modernes », à commencer par les conflits franco-anglais, dont le lecteur relève systématiquement les « retours » à partir du règne de Philippe-Auguste. Au total, ce sujet est l’objet d’une petite cinquantaine d’annotations. De la phase du conflit dont le lecteur est le contemporain et qui dure depuis près d’un siècle, il repère le motif principal à l’année 1337 : hic incipit guerra sub titulum regis francie per regem anglie (« Ici commence la guerre du fait du roi d’Angleterre sous le titre de roi de France »), non sans avoir souligné un peu plus haut la cautela du roi anglais31. Il a conscience de la durée de cette guerre qui n’en finit plus (Nota iteracionis guerre, « mention de la reprise de la guerre ») ; il en note les batailles successives, les sièges et les prises de villes, les chevauchées anglaises à travers le royaume, les ravages opérés aussi par les compagnies. Deux autres guerres retiennent son attention, d’ailleurs reliées à la guerre principale contre l’Anglais : le conflit qui opposa pendant plus de vingt années le roi capétien aux Flamands32 ; la guerre de Succession de Bretagne suivie sur toute sa durée33.

  • 34 Ibid., fol. 231v, voir Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., III, p. 60-61.

22Le lecteur ne suit pas seulement les péripéties et les drames de la guerre, il s’intéresse aux règlements diplomatiques du conflit. Il annote la paix passée entre Louis IX et Henri III (fol. 53) ; celle conclue sous les auspices de Boniface VIII par Philippe le Bel et Édouard Ier (fol. 76), la paix entre le roi de France et le roi de Navarre (fol. 120, 1353) ; il remarque l’ambassade envoyée en 1354 par Jean le Bon auprès du pape ad tractandum de pace (« pour traiter de la paix ») (fol. 120v) ou encore le règlement de la capitulation anglaise par le duc de Bretagne et l’entrevue de Boulogne entre le duc de Berry et le duc de Lancastre en octobre-novembre 138334. Le traité de Brétigny-Calais semble d’une telle importance à ses yeux qu’il est introduit dans le titre courant du folio à l’intérieur du système de datation : « l’an LX fut fait le traitié des deux roys a Bretigny » (fol. 151v).

  • 35 Ibid., fol. 144v (Malicorne), fol. 145 (prise d’Auxerre en 1359), fol. 181v (Robert Knowles aux por (...)
  • 36 Ibid., fol. 166, voir Françoise Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 494-504.
  • 37 Cette chanson fut achevée vers 1385 et translatée en prose en 1388 sur commande de Jean d’Estoutevi (...)
  • 38 Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., II, p. 170, voir Fr. Autrand, Charles V…, (...)

23Enfin, la guerre fait sortir de l’ombre des figures nouvelles, celles des professionnels qui la servent désormais. Le lecteur se plaît à noter leurs faits. Il y a les figures négatives et craintes des capitaines de compagnies, celle du mercenaire anglais Robert Knowles, nommé dans les marges du manuscrit « Robin Canole35 » ou celle plus ambiguë d’Arnaud de Cervole dit l’Archiprêtre, attaché au parti royal mais refusant de licencier son armée après Brétigny et finalement « tué par ses gens » en 136636. Il y a de l’autre côté la figure admirée de Bertrand Du Guesclin. La mention répétée du connétable témoigne de sa mémoire vivante, alors que trente ou quarante années se sont écoulées depuis sa mort. À moins que notre lecteur ait lu ou entendu la chanson par laquelle Cuvelier avait consacré la renommée du Breton37. Dans le manuscrit fr. 23138, on entre dans la légende au fol. 164, avec la prise de Mantes sur le roi de Navarre en 136438 : hic incipit loqui de Bertran de Guesclin (« ici, on commence à parler de Bertrand Du Guesclin ») ; on suit le héros en Espagne au service d’Henri de Trastamare jusqu’à sa capture à Najera ; on assiste à son élection comme connétable en 1370 (fol. 181), à son expédition victorieuse en Bretagne en 1373 ; on ne le quitte qu’à sa mort, en 1380 : obiit conestabularius de Guesclin anno IIIIxx, mention accompagnée d’un datur (fol. 217v). Les notes succinctes ne disent pas ce qui dans l’aventure de Bertrand Du Guesclin faisait rêver le lecteur, mais elles disent assurément qu’à ses yeux le connétable avait marqué l’histoire du service du roi et du royaume. Ceci nous amène au second centre d’intérêt repérable autour duquel s’organise la lecture.

  • 39 BnF, fr. 23138, fol. 38v et 53v.
  • 40 Ibid., fol. 96.
  • 41 Ibid., fol. 169.
  • 42 « Conclusion selon laquelle le roi ne pouvait renoncer aux ressorts et aux juridictions suzeraines  (...)
  • 43 BnF, fr. 23138, fol. 177v.
  • 44 Ibid., fol. 70v : Confirmantur confederaciones inter imperatorem et regem Francie et extenditur reg (...)

24Ce thème recouvre en premier lieu les droits du roi sur le royaume. Lisant la Chronique des rois de France alors qu’après Azincourt, la Normandie est occupée par les Anglais, rendu au passage où était rapportée la conquête de la Normandie en 1204, le lecteur se souvient que Charles le Simple avait donné le duché et sa fille à Rollon. Plus loin, à l’année 1258, il note comment le roi d’Angleterre renonça à ses droits sur la Normandie, le comté d’Anjou, de Tours, sur le Poitou39… De même, à propos de l’Aquitaine, il note l’hommage du roi d’Angleterre à Philippe VI pour le duché en 132840 ; c’est d’ailleurs en vertu de cet hommage que les nobles du Guyenne, « appellent du prince de Galles » en 136741. Attentif à l’intégrité du royaume et à la souveraineté sur celui-ci, le lecteur ne retient du chapitre dans lequel Pierre d’Orgemont relatait les négociations de Bruges que la recommandation faite à Charles V par son Conseil : conclusio quod rex non poterat miterre ressorta et superioritates42. Ce souci de l’intégrité du royaume l’incite encore à noter l’hommage dû par le duc de Bretagne (1366), tout comme sa convocation à la cour en 1378 (fol. 212v) et la sanction émise contre lui (fol. 213). De la même manière, il s’attarde sur les clauses du contrat de mariage entre Philippe, duc apanagiste de Bourgogne, et Marguerite de Flandre43. Sans doute se réjouit-il de l’accroissement du royaume par l’acquisitio du Dauphiné en 1349 (fol. 105), confortée par le titre de vicaire impérial que le roi de France reçut de Charles IV à l’occasion de la visite de 1378 (fol. 201v). Pour notre lecteur, ce royaume a une frontière qu’il n’hésite pas à placer sur le Rhin44.

  • 45 Ibid., fol. 185v.
  • 46 Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., II, p. 157.
  • 47 BnF, fr. 23138, fol. 110v, 122v, 124v.
  • 48 Ibid., fol. 92, 100, 122, 125, 134v, 161, 227v. De 1411 à 1418, dans ces années de détresse financi (...)
  • 49 BnF, fr. 23138, fol. 216 (lan LXXIX) Quomodo illi de Montepessulano venerunt ad obedenciam (« Comme (...)

25Ce royaume est doté d’institutions et de lois repérées au fil de sa lecture : « De etate ad regendum regnum » (« de l’âge requis pour gouverner le royaume ») note-t-il en face des dispositions prises par Charles V pour assurer la transmission de la succession royale au fils aîné en 137445 ; il s’intéresse à la délégation du pouvoir, dans ses signes, au travers de l’usage du sceau du Châtelet à la place du grand sceau en l’absence du roi Jean ou du remplacement de ce sceau du Châtelet par celui du nouveau régent, le 14 mars 135846 (fol. 136-137) ; il relève les noms de ceux qui ont reçu délégation du pouvoir royal : Jean de Berry lieutenant du roi en Languedoc en 1383, Pierre de Giac, chancelier de ce prince passant à la chancellerie de France la même année (fol. 230). Les « états » sont entrés dans le paysage institutionnel : convocatio trium statuum, note-t-il à trois reprises47. Ils sont associés à la demande fiscale du roi (fol. 122) : vocantur tres status pro habendo subsidium (« les trois états sont convoqués pour obtenir un subside » [1355]), demande fiscale à l’égard de laquelle il est pour le moins partagé, réticent, lui associant des conséquences néfastes, la commotio et la clamentio48. Sous le règne de Charles VI, les révoltes fiscales éclatent à Montpellier, à Rouen, à Paris. Le lecteur les note, insistant sur le montant des amendes perçues en échange du pardon royal49.

  • 50 Ibid., fol. 182 : « nota comment le roy accompaigna le corps de la royne », voir Fr. Autrand, Charl (...)

26Le pouvoir se dit aussi dans la mise en scène de la majesté royale. Le lecteur y est sensible. Il relève l’ordonnance sur l’Hôtel promulguée par Jean le Bon à Hesdin en 1360 (fol. 162 : nota de magistris in ospitarii). S’il n’a pas jugé nécessaire d’annoter le récit de la visite de l’empereur Charles IV, peut-être parce qu’il en avait été un témoin direct, il enregistre volontiers les entrées royales, celle du régent en 1358 (fol. 138v), celle de Charles VI au retour de Roosebeke (fol. 226v), ou encore les funérailles marquées par un cérémonial fastueux, telles celles de la reine Jeanne d’Évreux50. Lisant dans le récit des funérailles de Jean le Bon en 1364, le passage où Pierre d’Orgemont écrivait : « Et porterent le corps dudit Roy les gens de son Parlement, si comme acoustumé avoit été des autres roys, pour ce que ilz representent sa personne ou fait de justice, qui est le principal membre de sa coronne, et par lequel il regne et a seigneurie », le lecteur annote dans la marge (fol. 164) : portatur corpus regis Johannis in ecclesiam Parisius et portatur per illos de parlamenti (« le corps du roi Jean est porté dans l’église de Paris [la cathédrale] par ceux du Parlement »). Il se réjouit manifestement de ce que les serviteurs de l’État royal partagent sa majesté.

  • 51 Sur la crudelitas royale, Jean-Marie Moeglin, « Rex crudelis. Über die Naturund die Forment der Gew (...)
  • 52 Grandes chroniques de France (Les), Jules Viard (éd.), 10 vol., Paris, Klincksieck (SHF), 1920-1953 (...)
  • 53 Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 81-84.
  • 54 BnF, fr. 23138, fol. 123, voir Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., I, p. 62-66 (...)
  • 55 Cette note et celle placée en regard, comptant chacune une trentaine de mots, sont les plus dévelop (...)
  • 56 Grandes chroniques de France…, op. cit., IX, p. 249-251. Raymond Cazelles, La société politique et (...)

27Mais cette majesté peut aussi être attaquée, contestée, trahie. Elle doit alors exercer sa « cruelle justice » (Fr. Autrand)51. Sans commentaire mais scrupuleusement, notre lecteur s’arrête à chacune des exécutions : celle d’Olivier de Clisson, de Geoffroy et Jean de Malestroit en 1343, accusés d’être des partisans du roi anglais et de Jean de Montfort (fol. 105)52, celle de Raoul de Brienne, comte de Guînes et connétable de France en 1350, dès l’avènement de Jean le Bon53, l’arrestation du roi de Navarre et son emprisonnement au Châtelet54. L’une de ces exécutions semble avoir particulièrement retenu son attention55. Il s’agit de celle d’Henri de Malestroit, frère de Geoffroy et oncle de Jean. Le continuateur de la Chronique des rois de France rapporte comment Henri, resté au service du roi comme maître des requêtes de l’Hôtel après l’arrestation de ses parents, rejoignit le roi d’Angleterre après leur exécution le 2 août 1343. En 1344, il fut exposé puis livré à l’évêque de Paris en raison de son statut de clerc (il était chapelain du pape). Tandis que le roi cherchait à obtenir du pape qu’il fût dégradé, il fut soumis au châtiment de l’échelle par la justice ecclésiale. Insuffisamment protégé par les commissaires de l’official, il fut ensuite lapidé par la population et les sergents du Châtelet, et mourut finalement dans sa prison trois jours plus tard56. Dans la marge droite du fol. 106, en regard de ce paragraphe, le lecteur note :

  • 57 « On repère l’enregistrement de cette décision juridique dans le registre criminel de ce dit Parlem (...)

Hoc expletum reperitur registratum in registro criminali eiusdem parlamenti sub anno Domini mille CCCmo. XLIII, die XIIa. otrobre (sic) in quo eciam fit mencio quod ipse machinatus fuerat in mortem regis Philippi57 (fig. 3).

28Dans la marge de gauche, en regard du même paragraphe, le lecteur inscrit une seconde annotation :

  • 58 « L’année du Seigneur 1415, une décision juridique similaire a été prise au sujet de maître Nicolas (...)

Anno Domini MoCCCCmo XV simile expletum fuit factum de persona m[agistri] N. de Ord(eo monte) decani scilicet ecclesie beati Martini Turonensis quem tunc regentes capi et incarcerari fecerant in carceraribus regiis imponentes sibi crimen lese maiestatis et finaliter fuit restitutus capitulo ecclesie parisiensis et per ipsum condempnatus ut […] notum et extitit58.

  • 59 R. Génestal, Le privilegium fori…, op. cit., p. 181-193. Nicolas de Lespoisse se trompe manifesteme (...)

29Le texte n’est pas totalement lisible et le nom de l’inculpé demeure elliptique. Cependant, ce maître N., doyen de l’église Saint-Martin de Tours, retenu et incarcéré par le roi pour crime de lèse-majesté, puis rendu au chapitre Notre-Dame, ne saurait être que Nicolas d’Orgemont. Ce clerc, peut-être le plus riche du royaume, conseiller au Parlement, était aussi chanoine de Notre-Dame et de Saint-Germain l’Auxerrois. Dans le contexte de la réaction armagnaque qui suivit la révolte cabochienne de 1413, il avait été arrêté en avril 1416 comme meneur d’une conspiration bourguignonne. Les sergents du roi l’avaient effectivement conduit à la Bastille. Mais dès le lendemain, le chapitre de Notre-Dame le réclamait. Quoique les conseillers du roi aient cherché à le réserver à la justice séculière et aient débattu en Conseil de la juridiction compétente, par prudence, il avait été décidé de ne pas violer le droit canonique et de ne pas s’aliéner le chapitre. Nicolas d’Orgemont avait donc été condamné pour cas privilégié à la privation de tous ses offices royaux, à verser 80 000 écus d’amende et à faire amende honorable, avant d’être remis au chapitre. Il fut finalement condamné par celui-ci à la prison ecclésiastique perpétuelle, à Meung-sur-Loire, où il mourut peu après59.

30Le rapprochement opéré par le lecteur entre ces deux affaires qui ont agité les milieux de la justice royale à soixante ans d’écart, témoigne de sa grande attention à la question de la juridiction sur les clercs, enjeu entre la justice royale et celle de l’Église, particulièrement dans les cas de lèse-majesté. Il n’y a pas encore au début du xve siècle de règle formelle ni de jurisprudence précise, mais la multiplication des affaires, liée au contexte troublé, attise les ambitions royales et la résistance des prélats, et aiguise les esprits, en tout premier lieu celui des membres du Parlement. Or, le canal d’information mentionné expressément dans le commentaire de l’épisode de 1344 et à partir duquel est vraisemblablement établi le parallèle avec l’affaire de 1416 – le registre du Parlement criminel conservé dans la Tournelle – constitue une référence supplémentaire dans la quête de l’identité du lecteur du manuscrit fr. 23138 et de la présomption qu’il s’agit bien de Nicolas de Lespoisse. En effet, en tant que greffier des présentations, chargé de soulager la tâche des greffiers civils et criminels, il avait pour mission de recevoir sur un registre particulier, tenu de mois en mois, les actes des présentations que les procureurs des parties devaient remettre, et d’établir l’ordre des affaires qui devaient être jugées devant le Parlement. Le registre du parlement criminel ne pouvait lui être étranger.

  • 60 Pour reprendre la remarque de Philippe Contamine faite à l’occasion de la communication orale, et q (...)

31En dépit de l’absence d’ex-libris et de traces dans le testament, ce dernier élément, joint à la présence du récit des événements de 1418 mais plus encore à l’examen des notes, permet de conclure en faveur de l’appartenance du BnF, fr 23138 à Nicolas de Lespoisse. Ses émoluments de greffier, cumulés avec ceux de notaire et secrétaire du roi, lui offraient largement les moyens de commanditer et de faire exécuter par l’un de ces clercs qu’il avait obligation en tant que greffier des présentations de rétribuer, une copie soignée (parchemin, calligraphie, décoration). La bibliophilie ne fut sans doute pas la motivation d’une telle réalisation, qui correspond plutôt à une prise de conscience de la nécessité de se constituer une culture historique. Or, pour la génération à laquelle appartenait Nicolas de Lespoisse, les Chroniques des rois de France, initiées à Saint-Denis par Guillaume de Nangis et présentant bien des similitudes avec les Grandes chroniques de France, devaient en constituer une pièce majeure. Posséder un livre ne conférait pas pour autant une connaissance de l’histoire. Il fallait d’abord le lire. Le fr. 23138 porte les marques d’une lecture suivie, sans cesse reprise, qui renvoie qui plus est à d’autres livres d’histoire. Praticien du pouvoir, dans ce livre d’histoire de France, Nicolas de Lespoisse cherchait avant tout des repères et des leçons pour le temps présent. Sa lecture se révèle de ce fait plus proche de celle des traités historico-polémiques, à la connaissance desquels Nicole Pons a tant apporté par ailleurs, que de celles des premiers humanistes. Serviteur de l’État, Nicolas de Lespoisse en note les progrès, les victoires, les combats. N’étaient ses réticences à l’égard de la fiscalité royale, on serait tenté de le taxer de « politiquement correct60 ». Enfin, la familiarité matérielle et intellectuelle entretenue avec ce manuscrit explique sans doute que ce soit à ses derniers folios laissés vierges qu’il ait confié le récit personnel des événements de 1418. Peut-être en écrivant ces quelques lignes eut-il le sentiment que « son » histoire s’inscrivait dans la « grande » histoire du royaume qu’il avait appris à connaître et à méditer.

Notes

1 Nicole Pons, « Information et rumeurs : quelques points de vue sur des événements de la guerre civile en France (1407-1420) », Revue historique, 297, 1997, p. 409-433.

2 Léopold Delisle, « Mémoires sur les ouvrages de Guillaume de Nangis : Chronique des rois de France », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 27, 1873, p. 642-664, ici p. 661.

3 Dans son testament, Nicolas de Lespoisse élisait d’ailleurs sépulture « en l’eglise madame Saincte Genevieve », Alexandre Tuetey (éd.), Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, Impr. nationale, 1880, p. 365 (605) 380 (620). Le testament du 1er août 1419 est suivi d’un codicille en date du 18 décembre 1420.

4 À l’image de Gontier Col, ambassadeur de Charles VI, possesseur, annotateur et écrivain lui-même de livres manuscrits, qui fait mention d’un secrétaire envoyé auprès d’un ami humaniste (pour ce personnage, voir entre autres, Carla Bozzolo, « L’humaniste Gontier Col et la traduction française des Lettres d’Abélard et d’Héloïse », Romania, 95, 1974, p. 199-215).

5 Que Carla Bozzolo trouve ici l’expression de toute ma gratitude. C’est grâce à son expertise que le rapprochement a pu être observé entre ces divers documents.

6 Aude, Arch. départ. H 99 (22 août 1378). Je remercie vivement les services des Archives départementales de l’Aude de m’avoir aimablement communiqué ce document.

7 « Ces chroniques appartiennent à maître Jean Golein, qui les mises à disposition de Nicolas de Lespoisses le 17 novembre de l’année du Seigneur 1400 ». Voir Isabelle Guyot-Bachy, Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor. Un historien et sa communauté au début du XIVe siècle, Turnhout, Brepols, 2000, pl. 2.

8 Dans son testament, Nicolas de Lespoisse fait mention de trois clercs pour lesquels il prévoit un legs : Perrin Pichon qui reçoit un exemplaire du Stile du Parlement et un exemplaire du De consolacione de Boèce ; maître Jacques Phelippe « qui longuement l’a servi et demoure avecques lui » et auquel il lègue son Décret ; Guibert le Normant, premier clerc, qui reçoit 40 francs (auxquels seront ajoutés 50 écus d’or dans le codicille) et un « Manipulus florum avecques son gros papier de Prothocolles ». Par ailleurs, dans le codicille, maître Jacques Phelippe et Guibert le Normant sont nommés parmi les exécuteurs testamentaires, A. Tuetey (éd.), Testaments enregistrés…, op. cit. Le manuscrit fr. 23 138 ne figure pas parmi les livres mentionnés dans le testament de Nicolas de Lespoisse, ibid., ni dans les études sur les bibliothèques des gens du Parlement, voir Françoise Autrand, « Culture et mentalité : les librairies des gens du Parlement au temps de Charles VI » Annales ESC, 28e année, 5, 1973. p. 1219-1244 ou Danielle Courtemanche, Œuvrer pour la postérité : les testaments parisiens des gens du roi au début du XVe siècle, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, passim. On ne sait rien finalement de son histoire jusqu’à son entrée dans la bibliothèque de Saint-Victor en 1652, parmi les livres du legs d’Henri Du Bouchet, conseiller au Parlement.

9 L. Delisle, « Mémoires… », art. cité ; Isabelle Guyot-Bachy, « La Chronique abrégée des rois de France de Guillaume de Nangis ; trois étapes de l’histoire d’un texte », dans Sophie Cassagnes-Brouquet, Amaury Chauou, Daniel Pichot et Lionel Rousselot (dir.), Religion et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, 2003, p. 39-46.

10 Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Marie Moeglin, « Comment ont été continuées les Grandes Chroniques de France dans la première moitié du xive siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 163, 2005, p. 385-433.

11 Les exemplaires des familles E et F de la Chroniques abrégées des rois de France présentent cependant à la suite du récit allant jusqu’à la capitulation de Calais un « dossier » sur les Flagellants qui n’a pas été retenu dans la version « Charles V » des Grandes chroniques de France. Ce dossier a été présenté par Alfred Coville, « Documents sur les Flagellants », Histoire littéraire de la France, 37, 1938, p. 390-411.

12 Roland Delachenal présente le manuscrit fr. 23 138 dans l’introduction à son édition de la Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, t. III, Paris, 1920 (SHF), p. XLIV-XLV. De la famille F, ce manuscrit est le seul qui ne soit ni une copie moderne, ni l’abrégé d’un original encore subsistant ou perdu.

13 Sur 40 témoins aujourd’hui repérés, 29 ont été produits au xve siècle et, sur ce nombre, la version E compte 10 témoins et la version F 4.

14 Isabelle Guyot-Bachy, « La Chronique abrégée des rois de France et les Grandes chroniques de France : concurrence ou complémentarité dans la construction d’une culture historique en France à la fin du Moyen Âge ? », The Medieval Chronicle, 8, 2013, p. 205-232.

15 I. Guyot-Bachy, ibid.

16 Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge, sous la direction de Xavier Hermand, Étienne Renard et Céline Van Hoorebeeck, Turnhout, Brepols (Texte, Codex & Contexte, 17), 2014.

17 On compte plus de trois cents notes au long des 230 folios.

18 Comme le constate Xavier Hermand, dans l’introduction à Lecteurs, lectures et groupes sociaux au Moyen Âge…, op. cit., le phénomène de la privatisation de la lecture est un chantier à défricher. Les études portant sur l’annotation par les lecteurs sont encore peu nombreuses. Par chance, Nicole Pons s’était intéressée à cette question : « Érudition et politique. La personnalité de Jean le Bègue d’après les notes marginales de ses manuscrits », dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, XIXe congrès de la SHMESP (Pau, mai 1998), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 281-297. Quoiqu’appartenant à la génération qui suivit celle de Nicolas de Lespoisse, Jean le Bègue, greffier de la Chambre des comptes, né en 1338 et mort en 1457, servira de point de référence et de comparaison pour la suite de mes observations.

19 BnF, fol. 31v : « Du boys de Vincennes et de cloison du boys » ; fol. 48 : « de la tres grant famine qui fut en France » ; fol. 48v : « comment la sainte couronne nostre seigneur fut achate par saint loys et apporte a Paris et comment elle fut receue en grant renom et devocion » ; fol. 73 : « la victoire des flamens contre les francoys à Courteray » ; fol. 75v : « comment Bourdeaux se tourna devers le roy d’Angleterre » ; fol. 103 : « le siege de Tornay » ; fol. 124v : « la bataille de Poitiers » ; fol. 132 : « des chapperons » ; fol. 169 : « comment les nobles de Guyenne appelent du prince de Galles » ; fol. 180v : « composition de XII. den. por livres de la gabelle du sel » ; fol. 184v : « comment Du Guesclin conquesta Bretaigne » ; fol. 220 : « des mailles » ; fol. 224v : « la bataille de Rosebech en Flandre » ; fol. 230 : « gaige contre la Tremoille ».

20 Chez Jean le Bègue, l’annotation semble le plus souvent portée en latin, mais elle paraît mixte avec une prépondérance du français dans les ouvrages en vernaculaire (voir les notes citées par N. Pons (« Érudition et politique… », art. cité, p. 289) sur l’exemplaire des Faits des Romains (BnF, fr. 23083).

21 C’est une différence avec la pratique de Jean le Bègue, voir N. Pons, ibid. p. 288. D’un usage familier, l’ouvrage n’a pas pour autant fait l’objet d’une lecture systématique que révélerait un système d’annotation complexe : l’unique manicula (fol. 157) est clairement d’une main plus tardive ; pas de soulignement, de rares accolades, pas de marques ou de symboles attestant de renvois à l’intérieur du texte ou préparant pour un collaborateur la collation d’extraits.

22 Isabelle Guyot-Bachy, Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor. Un historien et sa communauté au début du XIVe siècle, Turnhout, Brepols, 2000, p. 30-32, 481 et 482-488. Une note de la main de Jean Le Febvre sur le dernier folio de garde confirme qu’il avait l’exemplaire en sa possession dès 1434. Mais le manuscrit avait dû être copié pour lui par Jacques de Camphin quelques années auparavant, car il est désigné par le copiste comme « prêtre et curé de Saint-Loup de Bromeilles dans le diocèse de Sens (Loiret) ». Jean Le Febvre est déjà curé de Saint-Landry en 1410, comme l’atteste le certificat de baptême de Jacques, le dernier de la famille Jouvenel, en date du 15 octobre 1410, cité par Peter S. Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, III, La vie et l’œuvre, Paris, Klincksieck (SHF), 1978, p. 254-255. On sait peu de choses sur ce Jean Le Febvre.

23 I. Guyot-Bachy, Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor…, op. cit. On se souvient que Jean Golein avait justement prêté, en 1400, à Nicolas de Lespoisse son exemplaire de la première version du Memoriale historiarum (voir supra).

24 Ces autres livres d’histoire sont l’Histoire de Troie la grant, l’Histoire d’Oultremer et le Roman d’Alixandre, tous trois mentionnés dans le testament. Dans son étude sur les librairies des gens du Parlement, Fr. Autrand, évoquant le cas de Nicolas de Lespoisse (art. cité, p. 238), fait bien allusion à l’exemplaire du Memoriale historiarum prêté par Jean Golein. En revanche, elle s’étonnait de l’absence de livre d’histoire de France, catégorie dans laquelle on peut assurément ranger la Chronique des rois de France.

25 Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, Les manuscrits autographes en français. Guide de recherche, Turnhout, Brepols (Textes, Codex & Contexte), 2013. Ces petits signes personnalisés pourraient s’apparenter au petit trèfle soigneusement exécuté dont Jean Le Bègue accompagne ses notes (N. Pons, « Érudition et politique… », art. cité).

26 Avant cette période, on observe des datur pour l’avènement de Marchomir (fol. 8) et celui de Childéric (fol. 9). Pour les années qui suivent, on rencontre trois datur, l’un marquant la reprise de la guerre après les trêves de Bruges (fol. 186), l’expédition de Charles VI en Flandre en 1382 (fol. 223), l’autre la mort de Louis de Male (fol. 231), dernier épisode du récit.

27 L’attention pour les origines du royaume peut être rapprochée de la possession par Nicolas de Lespoisse d’un exemplaire de l’Histoire de Troie la grant.

28 Nicole Pons (« Érudition et politique… », art. cité, p. 284 et 290) observe que Jean le Bègue, « fin connaisseur de l’histoire ancienne » marque peu d’intérêt pour « l’histoire immédiate ». Il faut quand même souligner que la Chronique des rois de France, par sa chronologie comme par ses sources, se prêtait peu à une lecture « humaniste ».

29 Saint-Martin des Champs, Saint-Antoine hors les murs, le couvent des clarisses de Saint-Marcel, la chartreuse fondée par Charles de Valois.

30 BnF, fr. 23138, fol. 8, 10, 22r-v.

31 En 1328, il note (fol. 95v) : Obiit rex Karolus et tunc regnum devolvitur ad Philippum de Valoys, contradicentibus Anglicis (« Le roi Charles mourut et le royaume revint à Philippe de Valois, malgré l’opposition des Anglais »).

32 Ibid., fol. 102v (l’Écluse) : Vincunt Anglici contra Francos per mediem Flandrensium (« les Anglais remportent la victoire grâce à l’aide des Flamands ») ; fol. 103v (Tournai) : Vincuntur Flamingi et Anglici a Francis (« Les Flamands et les Anglais sont vaincus par les Français »).

33 Ibid., fol. 98v : Occasio guerre inter ducem Britannie et Karolum Blesensium nepotis ducis Britannie (« Circonstances favorables à la guerre entre le duc de Bretagne [Jean de Montfort, reconnu comme duc par le traité de Guérande de 1365] et Charles de Blois, neveu du duc de Bretagne [Jean III, dont Charles avait épousé la nièce, Jeanne de Penthièvre] ») ; fol. 103v, 154v, 165, 166v (dux Britannie fecit hommagium, « Le duc de Bretagne prêta l’hommage »), f. 184v (« Comment Du Guesclin conquesta Bretagne »), fol. 219r-v : conclusio super tractatus Britannie ut infra (« conclusion au sujet des traités de Bretagne, comme dit plus loin » [traités de Guérande])

34 Ibid., fol. 231v, voir Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., III, p. 60-61.

35 Ibid., fol. 144v (Malicorne), fol. 145 (prise d’Auxerre en 1359), fol. 181v (Robert Knowles aux portes de Paris pendant l’été 1370).

36 Ibid., fol. 166, voir Françoise Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 494-504.

37 Cette chanson fut achevée vers 1385 et translatée en prose en 1388 sur commande de Jean d’Estouteville, capitaine de Vernon. Sur le souvenir de Du Guesclin, se reporter à Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart. La fabrication de la renommée, Paris, Tallandier, 2008, p. 78-94 et, en dernier lieu, à Thierry Lassabatère, Duguesclin, vie et fabrique d’un héros médiéval, Paris, Perrin, 2015.

38 Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., II, p. 170, voir Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 591, et pour la biographie du personnage, p. 602-612.

39 BnF, fr. 23138, fol. 38v et 53v.

40 Ibid., fol. 96.

41 Ibid., fol. 169.

42 « Conclusion selon laquelle le roi ne pouvait renoncer aux ressorts et aux juridictions suzeraines », ibid., fol. 185v, voir Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., II, p. 178-179 et Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 615-618.

43 BnF, fr. 23138, fol. 177v.

44 Ibid., fol. 70v : Confirmantur confederaciones inter imperatorem et regem Francie et extenditur regnum usque ad fluvium Reni (« Les alliances entre l’empereur et le roi de France sont confirmées et le royaume est étendu jusqu’au fleuve Rhin »). Il s’agit de la rencontre entre Philippe le Bel et Albert de Habsbourg en 1299.

45 Ibid., fol. 185v.

46 Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., II, p. 157.

47 BnF, fr. 23138, fol. 110v, 122v, 124v.

48 Ibid., fol. 92, 100, 122, 125, 134v, 161, 227v. De 1411 à 1418, dans ces années de détresse financière, le Parlement fut contraint à cinq reprises de souscrire des emprunts royaux. Le prêt au roi était sa participation à l’effort fiscal demandé au royaume et l’exemption de l’impôt direct était le retour de l’aide ainsi consentie. En juillet 1418, le prêt forcé fut exigé de dix parlementaires par les Bourguignons. Nicolas de Lespoisse, compromis par son gendre armagnac, fut taxé de 100 l. t., voir Fr. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 236-237. Cette pratique de l’emprunt forcé sur les gens du Parlement était alors déjà ancienne, puisque Charles V en avait exigé un en 1370, Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 579.

49 BnF, fr. 23138, fol. 216 (lan LXXIX) Quomodo illi de Montepessulano venerunt ad obedenciam (« Comment ceux de Montpellier vinrent à obéissance ») ; fol. 220v (lan. IIIIxx.I.) « des mailles » ; fol. 222 (lan IIIIxxII.) indulget rex Parisienses et datur IIIIxx mille francs (« L’an 82 [1382] le roi pardonna aux Parisiens et reçut 80 000 francs »).

50 Ibid., fol. 182 : « nota comment le roy accompaigna le corps de la royne », voir Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 809.

51 Sur la crudelitas royale, Jean-Marie Moeglin, « Rex crudelis. Über die Naturund die Forment der Gewalt der Könige vom 11. Zum 14. Jahrhundert (Frankreich, Reich, England) », dans Martin Kintzinger, Frank Rexroth et Jörg Rogge (dir.), Gewalt und Widerstand in der politischen Kultur des Späten Mittelalters, Memmingen, Jan Thorbecke Verlag, p. 19-52.

52 Grandes chroniques de France (Les), Jules Viard (éd.), 10 vol., Paris, Klincksieck (SHF), 1920-1953, VIII, p. 241-242 et 245-247.

53 Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 81-84.

54 BnF, fr. 23138, fol. 123, voir Chronique des règnes de Jean II et Charles V…, op. cit., I, p. 62-66. Le lecteur n’enregistre pas l’exécution des compagnons du roi de Navarre, voir Fr. Autrand, Charles V…, op. cit., p. 174-189. Les péripéties du conflit avec Charles le Mauvais font l’objet d’une demi-douzaine de notes (fol. 118v, 119, 121v, 123, 141).

55 Cette note et celle placée en regard, comptant chacune une trentaine de mots, sont les plus développées de l’ensemble des annotations présentes dans les marges du manuscrit.

56 Grandes chroniques de France…, op. cit., IX, p. 249-251. Raymond Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, Librairie d’Argences, 1958, p. 154 ; Robert Génestal, Le privilegium fori en France du Décret de Gratien à la fin du XIVe siècle, 2 vol., Paris, E. Leroux, 1921-1924, II, p. 173-174.

57 « On repère l’enregistrement de cette décision juridique dans le registre criminel de ce dit Parlement sous l’année du Seigneur 1343, au 12e jour d’octobre. Il y est aussi fait mention que celui-ci [Henri de Malestroit] avait ourdi la mort du roi Philippe ».

58 « L’année du Seigneur 1415, une décision juridique similaire a été prise au sujet de maître Nicolas d’Orgemont, doyen de l’église Saint-Martin de Tours, qui avait été saisi et incarcéré dans les prisons royales par les officiers du roi sous le motif de crime de lèse-majesté. Il fut finalement rendu au chapitre de l’Église de Paris, qui le condamna comme c’est noté et comme il apparut. »

59 R. Génestal, Le privilegium fori…, op. cit., p. 181-193. Nicolas de Lespoisse se trompe manifestement en plaçant cette affaire en 1415 et non en 1416. La source de son erreur pourrait être la confusion entre l’affaire Nicolas d’Orgemont et celle de Jean Fusoris, autre chanoine de Notre-Dame de Paris, arrêté en septembre 1415 sous le soupçon « de crime de lèse-majesté, d’avoir favorisé et conseillé le roy d’Angleterre et les Anglais contre l’honneur de la Couronne et le bien publique du royaume ». Après information laïque, il avait été rendu au chapitre en janvier 1416, mais des commissaires royaux furent chargés de suivre son procès qui conclut finalement, en juin de la même année, à son élargissement, voir R. Génestal, ibid., p. 193-195. Je remercie très vivement Claude Gauvard de m’avoir donné sur ces deux affaires toutes les informations nécessaires. Elle a abordé cette question des clercs que le roi demande à juger comme des laïcs, en raison de la nature de leur crime ou de leur endurcissement dans celui-ci, à propos du procès contre Guillaume de Tignonville qui se tint quelques années seulement avant celui de Nicolas d’Orgemont, voir Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, p. 92-115.

60 Pour reprendre la remarque de Philippe Contamine faite à l’occasion de la communication orale, et que je remercie.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – AD Aude, H 99.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2 – BnF, fr. 23138, fol. 232v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Auteur

Isabelle Guyot-Bachy, agrégée et docteur en histoire, est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Lorraine. Les chroniques, et plus largement la culture historique médiévale dans ses rapports avec la société politique et ses représentations, sont au cœur de ses recherches. Parmi ses principales publications : Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor: un historien et sa communauté au début du XIVesiècle, Turnhout, Brepols, Bibliotheca victorina 12, 2000. En collaboration avec Dominique Poirel (éd.), Jean de Saint-Victor, Le traité de la division des royaumes. Introduction à une histoire universelle, Turnhout, Brepols, 2002. En collaboration avec Jean-Marie Moeglin, La naissance de la médiévistique. Les historiens et leurs sources en Europe (XIXe-début XXesiècle), Genève, Droz, 2015. La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume, Xe-XVe siècle, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540