Version classiqueVersion mobile

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Les auteurs

Texte intégral

1Bénédicte Sère, maître de conférences-HDR en histoire du Moyen Âge à l’université de Paris Ouest Nanterre. Spécialiste d’histoire culturelle (anthropologie scolastique, histoire des émotions, exégèses), elle a soutenu une Habilitation à diriger des recherches sur le Grand Schisme, l’ecclésiologie et l’art des polémiques. Elle a publié, entre autres :

  • Penser l’amitié au Moyen Âge. Étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX de l’Éthique à Nicomaque (xiiie-xve siècle), Turnhout, Brepols, 2007.

  • En collaboration avec Nelly Labère, Les 100 mots du MoyenÂge, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 2010.

  • En collaboration avec Jörg Wettlaufer (dir.), Shame between punishment and penance. The social usages of shame in the Middle Ages and Early Modern Times, Florence, SISMEL, Micrologus, 2013.

  • Les débats d’opinion à l’heure du Grand Schisme, Turnhout, Brepols, 2017.

2Isabelle Guyot-Bachy, agrégée et docteur en histoire, est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Lorraine. Les chroniques, et plus largement la culture historique médiévale dans ses rapports avec la société politique et ses représentations, sont au cœur de ses recherches. Parmi ses principales publications :

  • Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor : un historien et sa communauté au début du XIVe siècle, Turnhout, Brepols, Bibliotheca victorina 12, 2000.

  • En collaboration avec Dominique Poirel (éd.), Jean de Saint-Victor, Le traité de la division des royaumes. Introduction à une histoire universelle, Turnhout, Brepols, 2002.

  • En collaboration avec Jean-Marie Moeglin, La naissance de la médiévistique. Les historiens et leurs sources en Europe (XIXe-début XXe siècle), Genève, Droz, 2015.

  • La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume, Xe-XVe siècle, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2017.

3Franck Collard, ancien élève de l’ENS de Fontenay-St-Cloud, agrégé d’histoire, docteur et HDR en histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, enseigne depuis 2006 comme professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Paris Ouest Nanterre après avoir officié durant vingt ans à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Il a publié notamment :

  • Un historien au travail à la fin du XVe siècle : Robert Gaguin, Genève, Droz, 1996.

  • « La renaissance des lettres. Réflexions autour de la correspondance d’un humaniste français de la fin du xve siècle, Robert Gaguin (1433-1501) », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 74-1, 2012, p. 19-33.

  • Les écrits sur les poisons, Turnhout, Brepols, Typologie des sources du Moyen Âge occidental 88, 2016.

  • La passion Jeanne d’Arc. Mémoires françaises de la Pucelle, Paris, PUF, 2017.

4Kathleen Daly, ancienne élève de l’université d’Oxford (St Anne’s and St Cross Colleges), a soutenu sa thèse en 1984. Enseignante à Lady Margaret Hall et St Hugh’s College, Oxford, et aux universités de Lancaster et Southampton, son dernier poste avant la retraite était Senior Lecturer (Histoire) et Staff Tutor à The Open University (Milton Keynes). Parmi ses publications :

  • Avec la collaboration de Gillette Labory (éd.), Noël de Fribois, Abrégé des Croniques de France, Paris, Société de l’histoire de France, 2006.

  • Avec la collaboration de Gillette Labory, (éd.), Mathieu Thomassin, Le Registre delphinal, Paris, Société de l’histoire de France, sous presse.

5Nathalie Gorochov est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Est Créteil et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC, EA 4392). Elle a notamment publié :

  • Le collège de Navarre de sa fondation (1305) au début du XVe siècle (1418). Histoire de l’institution, de sa vie intellectuelle et de son recrutement, Paris, Honoré Champion, 1997.

  • Naissance de l’université. Les écoles de Paris d’Innocent III à Thomas d’Aquin (v. 1200-v. 1245), Paris, Honoré Champion, 2012.

6Dario Cecchetti, ancien professeur de littérature française à l’université de Turin, est spécialiste de la littérature de l’humanisme (en particulier de l’évolution du néo-latin) et de l’histoire du théâtre aux xvie et xviie siècles (en particulier des problèmes théoriques concernant la « tragédie sainte » et du langage tragique). Parmi ses pubications sur Nicolas de Clamanges :

  • Petrarca, Pietramale e Clamanges. Storia di una ‘querelle’ inventata, Paris, CEMI, 1982.

  • L’evoluzione del latino umanistico in Francia, Paris, CEMI, 1986.

  • « Descriptio e laudatio urbis. Persistenza e rinnovamento di strutture retoriche nell’opera di Nicola de Clamanges », Annali dell’Istituto Universitario Orientale, sez. rom., 35-2, 1993, p. 381-431.

  • « Nel laboratorio umanistico: due inediti di Nicolas de Clamanges », Franco-Italica, 23-24, 2003, p. 291-333.

7Camille Rouxpetel, docteur en histoire médiévale et ancien membre de l’École française de Rome, poursuit ses recherches sur les interrelations entre les chrétientés d’Orient et d’Occident à la Villa I Tatti, the Harvard University Center for Italian Renaissance. Son mémoire de l’École française de Rome (2016) a porté sur : Mariages grecs? Entre Orient et Occident, réforme, schisme et croisade au tournant des XIVe et XVesiècles. Elle a publié :

  • L’Occident au miroir de l’Orient chrétien : Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (XIIe-XIVe siècle), Rome, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 369, 2015.

  • « D’or ou de pourriture, les pommes de Philippe de Mézières. L’Occident à l’aune de l’altérité orientale », dans Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski (dir.), Philippe de Mézières et l’Europe médiévale: nouvelle histoire, nouveaux espaces, nouveaux langages, Genève, Droz, Cahiers d’humanisme et Renaissance, 2017, p. 227-247.

8Lucie Jollivet, enseignante dans le secondaire et chargée de cours à l’université Rennes 2, est l’auteure d’une thèse soutenue en décembre 2013, intitulée Les humanistes français face aux crises du début du XVe siècle. Elle est membre associé au Centre de recherches historiques de l’Ouest, UMR 6258.

9Clémence Revest, ancienne membre de l’École française de Rome, est chargée de recherches au CNRS, attachée au centre Roland-Mousnier. Depuis ses recherches pour le doctorat (soutenu en 2012), centrées sur le mouvement humaniste à la cour pontificale de la fin du Grand Schisme, elle s’intéresse particulièrement à la diffusion et aux usages de la rhétorique cicéronienne et à l’élaboration de l’identité humaniste. Elle est l’auteur notamment de :

  • « Aux origines d’une figure majeure de la papauté renaissante : la nomination de l’humaniste Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique, le 13 août 1414 », dans Jean-Patrice Boudet, Christine Barralis, Fabrice Delivré et Jean-Philippe Genet (dir.), Église et État, Église ou État? Les clercs et la genèse de l’État, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 123-138.

  • « Le creuset de l’éloquence. Rites universitaires, rhétorique humaniste et refonte des savoirs (Padoue, premier tiers du xve siècle) », dans Joël Chandelier et Aurélien Robert (dir.), Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités (XIIIe-XVesiècle), Rome, École française de Rome, 2015, p. 103-153.

  • En collaboration avec Fulvio Delle Donne (dir.), L’essor de la rhétorique humaniste : réseaux, modèles et vecteurs, dossier spécial des Mélanges de l’École française de Rome, 128/1, 2016.

10Marigold Anne Norbye a obtenu son doctorat d’histoire médiévale à l’université de Londres sur une chronique généalogique du xve siècle des rois de France, « A tous nobles ». Ses travaux ultérieurs ont examiné d’autres diagrammes généalogiques des rois de France. Elle enseigne la paléographie à l’université de Londres. Elle est la coordinatrice de la London International Palaeography Summer School. Parmi ses publications, on retiendra :

  • « Arbor genealogiae: manifestations of the tree in French royal genealogies », dans Pippa Salonius, Andrea Worm (dir.), The Tree: Symbol, Allegory, and Mnemonic Device in Medieval Art and Thought, Turnhout, Brepols, 2014, p. 69-93.

  • « Iste non ponitur in recta linea arboris genealogie. Graphische Darstellung und Legitimität in französischen Königsgenealogien », dans Cristina Andenna, Gert Melville (dir.), Idoneität – Genealogie – Legitimation. Begründung und Akzeptanz von dynastischer Herrschaft im Mittelalter, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau Verlag, 2015, p. 329-350.

  • « Les généalogies des rois de France », dans Jean-Marie Moeglin, Dictionnaire de la guerre de Cent Ans, Paris, Robert Laffont (à paraître).

11Anne D.Hedeman est la Judith Harris Murphy Distinguished Professor of Art History à The University of Kansas. Spécialiste de l’art du Moyen Âge et de la Renaissance du Nord et de l’histoire du livre, elle a écrit des ouvrages sur les enluminures des Grandes chroniques de France, des Dialogues de Pierre Salmon, et de la traduction par Laurent de Premierfait du De casibus de Boccace. Plus récemment :

  • En collaboration avec Elizabeth Morrison, Imagining the Past in France. History in Manuscript Painting, 1250-1500, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2010.

  • En collaboration avec Karen Fresco, Collections in Context: The Organization of Knowledge and Community in Europe (14th-17th Centuries), Columbus (Ohio), Ohio State University Press, 2011.

  • En collaboration avec Rosalind Brown-Grant et Bernard Ribémont, Textual and Visual Representations of Power and Justice in Medieval France: Manuscripts and Early Printed Books, Farnham-Burlington (Vermont), Ashgate, 2015.

12Jean-Marie Moeglin est professeur d’histoire culturelle du Moyen Âge à l’université Paris-Sorbonne (UMR 8596 – centre Roland-Mousnier) et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, IVe section des sciences historiques et philologiques (EA 4116 – Saprat). Il a notamment publié :

  • Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002.

  • En collaboration avec Stéphane Péquignot, Diplomatie et relations internationales au Moyen Âge (IXe-XVe siècle), Paris, PUF, 2017.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search