Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Bénédicte Sère

2Exhumer les dossiers polémiques à l’époque de Charles VI : une intuition, un chantier

3Par son appétence pour la littérature politique du règne de Charles VI et par sa fréquentation des sources manuscrites, Nicole Pons s’est très tôt intéressée aux polémiques. De nombreux articles inscrivent, par leur titre et les vocables employés, ses études dans le champ de l’histoire des controverses : libelles, controverses, polémistes, dossiers polémiques, débats politiques… Son intuition fut surtout de s’intéresser aux dossiers polémiques qui portaient les textes. Cette intuition fait écho au chantier qui pourrait être ouvert concernant les dossiers polémiques de l’époque du Grand Schisme.

4Exhuming Political Cases from the Reign of CharlesVI: An Intuition, a Path Forward

5In her taste for the political literature of the reign of Charles VI and in her familiarity with the manuscript sources, Nicole Pons was very early interested in the debates of this period. Numerous articles of hers, by their titles and key words, place her studies in the field of the history of these controversies: lampoons, controversies, polemicists, polemical cases, political debates… She was especially interested in the polemical dossiers which included texts. This focus indicates the path that subsequent research can take concerning the polemical files of the time of the Great Schism.

6Isabelle Guyot-Bachy

7Culture historique et lecture de l’histoire : Nicolas de Lespoisse et son exemplaire des chroniques de Guillaume de Nangis (BnF, fr. 23138)

8Sur les derniers folios d’un manuscrit de la Chronique abrégée des rois de France initiée par Guillaume de Nangis (Paris, BnF, fr. 23138), Nicolas de Lespoisse, greffier des représentations au Parlement, rédigea un court récit des événements survenus à Paris en 1418. Mais, lecteur attentif, il annota également l’ensemble du texte de ce manuscrit, qu’il fit vraisemblablement copier pour son usage. L’étude de ces annotations permet d’approcher la culture historique d’un officier du roi à la fin du règne de Charles VI.

9Historical Culture and Reading History: Nicolas de Lespoisse and his Copy of the Chronicles of Guillaume de Nangis (BnF, fr. 23 138)

10On the last folios of a manuscript of the Chronique abrégée des rois de France initiated by Guillaume de Nangis (Paris, BnF, fr. 23138), Nicolas de Lespoisse, recording clerk for the Parliament, drew up a short account of the events which took place in Paris in 1418. But he also annoted very carefully the whole text of this manuscript, which he probably copied for his own use. The study of these annotations makes it possible to access the historical culture of a king’s officer at the end of the reign of Charles VI.

11Franck Collard

12La correspondance entre source et genre. Réflexions sur les lettres de Gérard Machet, confesseur de Charles VII, évêque de Castres (vers 1380-1448)

13La contribution se propose d’examiner la correspondance du confesseur et évêque de Castres, Gérard Machet, en s’interrogeant non seulement sur les apports des lettres à la connaissance de l’époque et du milieu qu’elles mettent en scène, ainsi qu’à la connaissance des idées en circulation, mais aussi sur le statut documentaire d’un recueil dont il faut se demander s’il « fait œuvre ». Après un bref rappel sur l’auteur et sur le manuscrit, le propos parcourra les grands domaines éclairés par les missives de l’évêque de Castres pour se clore sur une tentative de caractérisation du recueil : illustration de l’épistolographie humaniste française intermédiaire entre le temps de Jean de Montreuil et celui de Robert Gaguin ? Ou amalgame hétéroclite au statut ambigu, aux visées incertaines et à la postérité nulle ?

14The Correspondence between Source and Genre: Reflections on the Letters of Gérard Machet, Confessor of CharlesVII, Bishop of Castres (ca. 1380-1448)

15This paper studies the collected letters of Gérard Machet, bishop of Castres and royal confessor. It shows what the letters contribute to the knowledge about the times and the people they mention and to the knowledge about the ideas which were debated. The study also interrogates the literary status of the document during a period when humanism rediscovered epistolography. After briefly presenting the author and the manuscript, the paper explores the main fields dealt with in Machet’s letters, before trying to define the collection: is it a bridge between French epistolography that was developped by the first period of humanism and that linked the times of Jean de Montreuil and Robert Gaguin? Or is it a motley, ambiguous work without a clear aim or posterity?

16Kathleen Daly

17De la diplomatie à l’histoire : le « fait de Vimers » (env. 1436-1456), la France, le Dauphiné et la Savoie

18Dans son Breviere des anciens droys […] du Dauphiné écrit pour le dauphin Louis II entre 1453 et 1456 environ, Mathieu Thomassin raconte une visite qu’il fit vers 1436-1437 à Ripaille afin d’y rencontrer Amédée VIII, duc de Savoie, « pour le fait de Vimers » (Vimy, auj. Neuville-sur-Saône). Il n’en dit pas davantage à ce sujet. Cependant, Vimy et d’autres terres au-delà de la Saône qui appartenaient à l’archevêché de Lyon, à l’abbaye de l’Ile-Barbe et à d’autres églises sous la sauvegarde du roi constituaient une pomme de discorde entre la couronne et les ducs de Savoie ; or, cette situation conflictuelle a influencé la façon dont Thomassin concevait l’histoire ainsi qu’en témoigne notamment son Registre delphinal (1456). Il existe certaines similitudes de sources et de méthodes entre le Registre et un mémoire latin important, écrit pour les négociations de 1456. Mais Thomassin intègre ce différend relatif à la souveraineté au-delà de la Saône dans une vision plus large du pouvoir impérial du roi de France dans son royaume et, par extension, à son héritier le dauphin et au Dauphiné.

19From Diplomacy to History: The “Vimers event” (ca. 1436-1456), France, the Dauphiné and Savoy

20In his Breviere des anciens droys […] du Dauphiné composed for the dauphin Louis II between 1453-1456, Mathieu Thomassin mentions a visit that he made to Duke Amédée VIII of Savoy at Ripaille in 1436-1437 concerning the “fait de Vimers” (Vimy, now Neuville-sur-Saône). Although he says no more on the subject, Vimy and other lands across the Saône belonging to the archbishopric of Lyon, the abbey of Ile-Barbe and other churches in royal safeguard were a bone of contention between the crown and successive dukes of Savoy, that influenced Thomassin’s view of history, notably in the Registre delphinal (1456). There are similarities between the sources and method of the Registre and an extensive Latin memoir produced for negotiations in 1456. Thomassin however incorporates this dispute over sovereignty across the Saône into a broader vision of the imperial power of the king of France within his kingdom, and by association, of his heir the dauphin, within the Dauphiné.

21Nathalie Gorochov

22Maîtres et étudiants italiens à Paris au XIVe siècle. Premiers résultats d’une enquête sur la présence d’éventuelles pratiques humanistes italiennes à l’université de Paris avant le règne de Charles VI

23Pétrarque est venu au moins deux fois à Paris, en 1333 et en 1361 ; il y comptait des amis italiens, notamment des maîtres de l’université. Il faut cependant attendre le début du règne de Charles VI (1380) pour que des universitaires parisiens commencent à faire preuve d’un goût pour le style classique, pour la rhétorique cicéronienne à la manière de Pétrarque. Il s’agit de boursiers du collège de Navarre. On a souvent invoqué l’indifférence, voire l’hostilité de l’université de Paris face aux idées humanistes pour expliquer ce décalage temporel entre la venue de Pétrarque à Paris et les travaux des premiers humanistes français du collège de Navarre. Cet article présente les premiers résultats d’une enquête sur les maîtres et étudiants italiens de l’université de Paris au xive siècle, un milieu au sein duquel se sont lentement diffusées, des années 1330 à 1380, les idées humanistes initiées par Pétrarque.

24Italian Masters and Students in Fourteenth Century Paris: Initial Results of a Study of Italian Humanist Practices at the University of Paris Before the Reign of CharlesVI

25Petrarch came at least twice to Paris, in 1333 and in 1361; there were Italian friends of his, including masters of the university. But it was not until the beginning of the reign of Charles VI (1380) that Parisian scholars began to show an interest in the classical style, in Cicero’s rhetoric, in the manner of Petrarch. These include fellows from the College of Navarre. The indifference and even hostility of the University of Paris to humanistic ideas has often been invoked to explain this time-lag between the arrival of Petrarch in Paris and the work of the first French humanists of the College of Navarre. This article presents the first results of a survey of Italian masters and students of the University of Paris in the 14th century, an environment in which the humanist ideas initiated by Petrarch slowly spread from the years 1330 to 1380.

26Dario Cecchetti

27Iocosae litterae : Choix de genre, exercice de style ou témoignage biographique ? Quelques considérations sur l’épistolographie de Nicolas de Clamanges

28La présente étude analyse l’attitude de Nicolas de Clamanges vis-à-vis des grands modèles épistolaires : les modèles classiques de Cicéron et de Sénèque, et le modèle de Pétrarque. Clamanges, tout comme Pétrarque, conçoit le corpus de sa correspondance comme une unité littéraire, au même titre qu’une œuvre d’art. Toutefois, au moment où il construit son recueil épistolaire, il envisage la création d’un ouvrage unitaire, opus oratorium, suivant le modèle de Pétrarque, dans l’intention aussi de fournir des formulae à imiter, presque un manuel de correspondance.

29Iocosae litterae: Choice of Genre, Stylistic Practice or Biographical Witness? Considerations on the Epistolography of Nicolas de Clamanges

30This essay analyzes Nicolas de Clamanges’ position with respect to the more celebrated epistolary models: Cicero’s and Seneca’s classical models and that of Petrarch. Clamanges, just like Petrarch, conceives his letters as a literary corpus. However, when he works on the collection of his epistles, beside aiming at producing a unitary opus, following Petrarch’s example, he also wants to offer a choice of formulae to imitate, as though he were composing an epistolary handbook.

31Camille Rouxpetel

32Philhellénisme et réforme pendant le Grand Schisme : Guillaume Saignet et les Grecs

33Dans le sillage du premier travail universitaire de Nicole Pons, cet article est consacré aux traités réformateurs latins favorables à l’ordination sacerdotale des hommes mariés, au cœur du débat ecclésiologique du Grand Schisme. Témoin de la circulation des écrits polémiques entre Grecs et Latins, la réintroduction de cette question pose le problème de la définition de la chrétienté et de son ouverture à l’Église grecque.

34Philhellenisme and Reform during the Great Schisme: Guillaume Saignet and the Greeks

35In the wake of the first scholarly work of Nicole Pons, this article is dedicated to the Latin reforming treatises favorable to the priestly ordination of married men, at the heart of the ecclesiological debate of the Great Schism. Witness to the exchange of polemical papers between the Greek and Latin Churches, the reintroduction of this question raises the problem of the definition of Christendom and its opening to the Greek Church.

36Lucie Jollivet

37Le milieu humaniste et la réhabilitation de la mémoire de Louis d’Orléans

38Le 23 novembre 1407, le meurtre avec préméditation de Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI, par les sbires de leur cousin Jean de Bourgogne, remet la question de la justice au centre des débats entre intellectuels. En effet, après avoir avoué être le commanditaire du crime, Jean sans Peur revient sur ses déclarations et demande à une équipe de théologiens, dirigée par le normand Jean Petit, de préparer sa défense. Cette justification est exposée au public en 1408 et repose sur un argument, repris au jurisconsulte Cassius : vim vi repellere licet. Louis était un tyran, il était donc à la fois licite et juste de le supprimer. L’affirmation peut être considérée comme l’écho des débats autour du tyrannicide, qui agitent les humanistes italiens depuis la deuxième moitié du xive siècle. Mais l’actualité du crime rend la proposition de Jean Petit d’autant plus choquante que la justice royale se trouve paralysée face au refus de l’aveu. Devant l’incapacité de la justice publique à réagir, la famille et les proches du défunt n’ont plus d’autre choix que la vengeance comme moyen d’obtenir réparation. Le cercle vicieux de la violence est alors enclenché. Le milieu humaniste français, qui réunit des humanistes avérés et reconnus, tels Nicolas de Clamanges et Alain Chartier, et des universitaires, tentés par ce nouveau mouvement intellectuel, comme Pierre d’Ailly et Jean Gerson, s’activent en vue de la requalification du crime en homicide volontaire avec préméditation.

39L’enjeu est en effet immense : en pleine guerre de Cent Ans, il faut, pour l’emporter, d’abord mettre fin à une guerre civile qui déchire les Français et ensuite réaffirmer la sacralité du sang royal, afin de rassembler derrière le roi l’ensemble du peuple : la « vraie » paix est à ce prix.

40The Humanist Milieu and the Rehabilitation of Louis d’Orléans’ Memory

41November 23, 1407: the premeditated murder of Louis d’Orléans, the king’s brother, by the henchmen of their cousin Jean de Bourgogne, presents the question of justice at the center of the debate among intellectuals. Indeed, after confessing to being behind the crime, Jean sans Peur retracts his earlier statements and asks a team of theologians, led by Jean Petit, to prepare his defense. This justification is explained to the public in 1408 and is based on an argument taken from the legal expert Cassius: vim vi repellere licet. Louis was a tyrant, so it was both lawful and just to murder him. The statement can be seen as echoing the debates about the tyrant’s murder among Italian humanists since the second half of the fourteenth century. Considering that the crime is a burning issue and royal justice cannot act because Jean sans Peur refuses to confess, Jean Petit’s plea seems all the more shocking. Due to the inability of public justice to react, the deceased’s family and relatives have no choice but revenge. The vicious circle of violence is thus engaged. Bringing together proven and recognized humanists, such as Nicolas de Clamanges and Alain Chartier, and academics stirred by this new intellectual movement, such as Pierre d’Ailly and Jean Gerson, French humanist take up the re-qualification of crime as voluntary homicide with premeditation.

42The challenge is huge indeed: in the midst of the Hundred Years War, it is necessary first to end the civil war tearing apart the French and then to reaffirm the sanctity of royal blood, in order to gather the people behind the king: “true” peace is at stake.

43Clémence Revest

44La France décrite par Antonio Astesano, secrétaire de Charles d’Orléans

45En 1451, l’humaniste piémontais Antonio Astesano, secrétaire de Charles d’Orléans, compose une description en vers latins du royaume de France, de Paris à Amiens. Ce poème est ici replacé dans le contexte du parcours, de la production et des ambitions d’un lettré « de seconde zone », caractérisé à la fois par son ancrage dans les réseaux humanistes d’Italie du Nord et par sa francophilie. La façon dont ce dernier s’efforce de remodeler, de manière systématique, la représentation des merveilles de France en fonction de motifs classicisants typiques des studia humanitatis fait l’objet d’une attention particulière. Une telle perspective permet d’alimenter une réflexion plus générale autour des difficiles rapports d’échange et de dépendance entre culture française et humanisme italien au milieu du xve siècle.

46France as Described by Antonio Astesano, Secretary to Charles d’Orléans

47In 1451, the Piedmontese humanist Antonio Astesano, secretary of Charles of Orléans, wrote a description in Latin verse of the kingdom of France, from Paris to Amiens. This poem is here seen in the context of the career, the oeuvre and the ambitions of a “second-class” scholar, characterized both by his roots in the humanistic networks of northern Italy and by his francophilia. Attention is drawn to the way in which he tries to remodel, systematically, the representation of the wonders of France according to classicizing patterns typical of the studia humanitatis. This perspective leads to a general reflection on the difficult relationship of exchange and dependence between French culture and Italian humanism in the middle of the fifteenth century.

48Marigold Anne Norbye

49Le diagramme et la politique : messages visuels dans les chroniques généalogiques des rois de France

50En tant que conflit dynastique entre les rois d’Angleterre et de France, la guerre de Cent Ans engendra une prolifération d’œuvres polémiques ou de propagande sur les questions de lignage et de succession. Les diagrammes généalogiques, de par leur impact visuel immédiat, pouvaient faire passer directement des messages sur la transmission et la légitimité de la lignée royale. Du côté anglais, on trouve des exemples de propagande de la part du jeune roi Henri VI qui prétendait porter la double couronne de France et d’Angleterre, y compris un tableau généalogique accroché dans des églises françaises dont il existe des représentations dans des manuscrits anglais. Ce diagramme s’efforçait de démontrer la légitimité du roi en représentant qu’il descendait de saint Louis par ses deux parents. Du côté français, des arbres généalogiques furent insérés dans des manuscrits comprenant des textes divers tels que le formulaire d’Odart Morchesne à usage administratif, ou des traités polémiques d’auteurs comme Jean Juvénal des Ursins, où le diagramme joua le rôle d’aide-mémoire tout en étayant le message anti-anglais des textes avoisinants. Une chronique des rois de France diffusée au xve siècle, A tous nobles, contenait des figures généalogiques qui faisaient partie intégrante de l’œuvre. Son texte fut constamment remanié, de même que les figures : il en existe une vingtaine de versions dans une soixantaine de manuscrits, de qualité variable, allant de grands rouleaux illuminés de luxe à de modestes recueils utilitaires en écriture cursive ; ils étaient sans doute destinés à un public varié. Toutes les versions d’A tous nobles, sauf une, étaient hostiles aux prétentions des rois d’Angleterre au trône de France ; la plus ouvertement anti-anglaise est incluse dans un recueil de textes historiques et polémiques, dont les Débats et appointements publiés par Nicole Pons. Une version fut remaniée dans le sens inverse et soutint ouvertement les Anglais, démontrant la malléabilité du texte d’A tous nobles et de son arbre généalogique. Ainsi, même une petite chronique comme A tous nobles pouvait jouer un rôle dans les débats concernant la succession au royaume de France, grâce à la multitude de ses versions, à la variété de ses manuscrits, et surtout à ses diagrammes généalogiques qui sont le vecteur de communication le plus direct de son message.

51Diagram and Politics: Visual Messages in the Genealogical Chronicles of the Kings of France

52The Hundred Years War as a dynastic conflict between the kings of England and France gave rise to a proliferation of polemical or propagandistic works about issues of lineage and succession. Genealogical diagrams, thanks to their immediate visual impact, could convey direct messages about the transmission and legitimacy of royal lines. On the English side, there are examples of propaganda on behalf of the young king Henry VI, claimant of a double crown of both France and England, including a genealogical table displayed in French churches which survives in representations within English manuscripts. This diagram endeavoured to prove the king’s legitimacy by tracing his descent from saint Louis through both his parents. On the French side, genealogical trees were inserted into manuscripts containing various texts such as the formulary of Odart Morchesne for administrative use or polemical treatises by authors like Jean Juvénal des Ursins: there, the diagram acted as an aide-memoire whilst supporting the anti-English message of the surrounding texts. A chronicle about the kings of France disseminated in the 15th century, A tous nobles, contained genealogical figures that were fully integrated into the work. Its text was constantly amended, as were the figures: there are more than twenty versions in sixty-odd manuscripts. These range from large luxurious illuminated rolls to modest utilitarian compendiums in cursive writing: they were doubtless aimed at different audiences. All the versions of A tous nobles bar one were hostile to the claims by the kings of England to the French throne; the most openly anti-English one is included within a selection of historical and polemical texts, among them the Débats et appointements edited by Nicole Pons. One version was amended in the opposite direction and openly supported the English, demonstrating how malleable the text and the genealogical tree of A tous nobles could be. Thus even a modest chronicle such as A tous nobles could play a role in the debates raging about the succession to the kingdom of France, thanks to the multiplicity of its versions, its varied manuscripts and especially its genealogical diagrams that convey its message with the greatest force.

53Anne D. Hedeman

54L’imagerie politique dans les manuscrits supervisés par Laurent de Premierfait

55Laurent de Premierfait, secrétaire et clerc de Louis de Bourbon, Jean de Berry et Louis de Guyenne, était un humaniste et traducteur renommé, dont les traductions étaient dotées de cycles visuels, conçus comme guide à l’interprétation du texte. Cet article prend en considération l’interprétation visuelle suggérée par les images de la destruction de Jérusalem de la version française de Laurent du De casibus virorum illustrium de Boccace, intitulée Des cas des nobles hommes et femmes, terminée en 1409-1410. L’analyse de la mise en page des images et de leurs textes, et leur mise en relation avec la représentation littéraire et visuelle contemporaine de la destruction de Jérusalem suggèrent que les enluminures du manuscrit pris en considération – le Des cas – avaient été conçues de manière à encourager Jean de Berry à les contempler à la fois comme illustration de l’histoire du passé et comme commentaire sur les événements contemporains pendant la guerre civile française.

56Political Imagery in Manuscripts Supervised by Laurent de Premierfait

57Laurent de Premierfait, secretary and clerk to Louis of Bourbon, John of Berry and Louis of Guienne, was a noted humanist and translator whose translations were densely illuminated with images designed to guide interpretation of the text. This article considers the visual interpretation fostered by images of the destruction of Jerusalem in Laurent’s revised translation of Boccaccio, Des cas des nobles hommes et femmes in 1409–1410. Examining the mise en page of the images and their texts in relation to contemporary literary and visual representations of Jerusalem’s destruction, it suggests that the illuminations in the Des cas were designed to encourage John of Berry to contemplate them both as illustrations of past history and as commentaries on contemporary events like the French civil war.

58Jean-Marie Moeglin

59Relire les traités contre les Anglais de la guerre de Cent Ans

60Les études réalisées au cours des dernières décennies, notamment par Nicole Pons, ont permis de reconstituer assez précisément la chronologie des traités contre les Anglais écrits au cours des deux premiers tiers du xve siècle. Il est ainsi à présent possible de replacer dans leur contexte historique la rédaction de ces traités et de faire apparaître la causa scribendi de leurs auteurs. Ces traités ont parfois permis de fournir une réserve d’arguments, utilisable notamment par des ambassadeurs engagés dans des négociations diplomatiques. Ils ont aussi été souvent des manifestes « patriotiques » destinés à agir sur l’opinion publique dans un moment spécifique de la guerre de Cent Ans. Ce genre des traités contre les Anglais a aussi contribué à faire de ce que l’on appellera plus tard la guerre de Cent Ans une guerre patriotique de défense nationale contre l’agresseur anglais. Plusieurs des grands thèmes auxquels ils avaient donné forme sont devenus des points d’ancrage de l’idéologie de la monarchie française que le récit de l’histoire de France devait également illustrer et mettre en scène.

61Rereading the Treatises Against the English from the Hundred Years War

62Studies over the past decades, particularly those of Nicole Pons, have enabled us to reconstruct the chronology of treaties against the English written during the first two thirds of the 15th century. Thus, it is now possible to put in their historical context the drafting of those treaties and to show the causa scribendi of their authors. These treaties sometimes helped to provide a reserve of valuable arguments for ambassadors engaged in diplomatic negotiations. They were also often “patriotic” manifestos intended to influence public opinion in a specific moment of the war. They helped to transform what will later be called the Hundred Years War into a patriotic war of national defence against the English attacker. Several of the major issues to which they gave shape became the anchor points of royal French ideology in modern times.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540