Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge

 | 
Carla Bozzolo
, 
Claude Gauvard
, 
Hélène Millet

Témoignage

Carla Bozzolo

Texte intégral

De amicitia, De la vraye amistié.

1C’est la devise, la légende choisie pour annoncer les journées en l’honneur de Nicole Pons. Certes, cette légende nous relie d’emblée à l’un des textes le plus célèbre, le plus lu au cours du Moyen Âge. Certes encore, bien des humanistes, dont certains ont été évoqués pendant le colloque, partageaient, pratiquaient l’amitié avec leurs contemporains par leurs fréquentations, par leurs écrits, correspondance, échanges littéraires, dialogues.

2Je ne veux pas ici faire retour aux sources, à la conception que se faisaient les auteurs de l’Antiquité, de la période humaniste, jusqu’à la Renaissance. Je veux surtout partager avec toutes celles, avec tous ceux qui ont participé à ces journées le souvenir toujours présent d’une relation née bien sûr d’un fond scientifique commun, mais qui est devenue une « vraie amitié » au cours des années, des longues années que nous avons passées ensemble au CNRS.

3Au tout début de l’année 1970, Nicole Pons intègre l’équipe sur l’Humanisme français des XIVe et XVe siècles (ER 52), fondée quelques années plus tôt par Gilbert Ouy, équipe au départ à connotation ouvertement franco-italienne, italienne par l’apport de « Turinois », ex-élèves de Franco Simone : Giuseppe Di Stefano, Ezio Ornato et moi-même. Elle s’élargira, accueillera d’autres membres français ou d’autres pays, Veronika Gertz von Buren, Monique Sturma Ornato, Evencio Beltran, Danielle Calvot, Giampiero Zarri…, et prendra ensuite l’intitulé de « Culture écrite du Moyen Âge tardif ».

4Ma première rencontre avec Nicole se fait au « Pétrin », une ex-boulangerie… qui, pour un franc symbolique par an et pour un certain temps, a hébergé notre équipe et l’équipe sur l’Orthographe française. Son histoire, l’histoire de ses membres, est bien ancrée aux différents lieux, aux décors successifs : l’avenue Parmentier, le campus de recherche de Villejuif.

5Nicole vient à l’équipe sur l’Humanisme avec la renommée d’une chartiste en rupture de ban avec son École… Cela ne décourage pas Gilbert Ouy et ses coéquipiers ! Nicole, la « rebelle », est définitivement intégrée à l’équipe, à ses travaux de documentation et de recherche.

6Il faut avouer que le chemin vers la « vraie amitié » a été parcouru petit à petit. Nous avons dû, j’ai dû la connaître. La toute première approche n’était pas toujours facile. Il y avait chez Nicole un côté rugueux, réticent. Bientôt, nous avons compris que ce n’était qu’une façade, une façade qui cachait une forte exigence, une rigueur tournée avant tout vers elle-même, vers son travail.

7Il faut se demander si ce côté de sa personnalité ne l’a pas poussée, quelque temps après son entrée dans l’équipe, à donner une orientation plus précise à ses recherches, à suivre une ligne bien cohérente qui, en partant de l’aspect « pamphlétaire » d’ouvrages à caractère humaniste pendant le règne de Charles VI, l’a conduite aux dossiers d’autres polémistes du milieu du xve siècle.

8Entre-temps, d’autres membres de l’équipe, tout en enquêtant dans des domaines proches, prenaient quelques distances avec leurs chers humanistes… Je revois encore le regard souvent réprobateur que Nicole jetait sur Ezio Ornato et sur moi qui étions plongés dans les mesures antérieures au système métrique ou qui échafaudions une histoire de la codicologie quantitative !

9Ce que je viens de rappeler, ce sont des souvenirs d’une période de l’histoire de l’équipe, des souvenirs, entre autres, du long passage à Paris dans des locaux donnant sur l’avenue Parmentier que nous partagions avec les « Philosophes » faisant partie d’équipes du CNRS, dont l’une était dirigée par Paul Ricœur. Dans ces locaux, destinés peut-être à recevoir une banque, où la lumière naturelle pénétrait à peine et le soleil à la rigueur une ou deux fois par an, au mois de juin, nous avons mené, pendant vingt ans, notre vie de chercheurs et de chercheuses, comme dans un aquarium !

10J’ai évoqué la ligne que Nicole a voulu donner à ses recherches, mais je veux ajouter que loin de s’isoler, elle était toujours ouverte à collaborer avec ses collègues d’équipe ou d’autres organismes de recherche : l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), entre autres. Aussi, était-elle toujours prête à participer, à intervenir, aux séminaires, en particulier à l’EPHE à celui de Bernard Guenée, d’abord, puis de Jean-Marie Moeglin, et à celui de Claude Gauvard à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

11Je n’insiste pas sur d’autres aspects, sur l’aide que Nicole a toujours apportée, même après sa retraite, aux étudiants, aux doctorants. Bien des intervenant(es)s au colloque tenu en son honneur l’ont fait à ma place. Je désire ajouter, superposer même au premier portrait que j’ai essayé de donner de Nicole, l’image d’une Nicole plus intime, plus privée.

12Pour moi, Nicole est aussi liée à des vacances que nous avons passées ensemble en Italie, à des journées du mois d’août. Gilbert Ouy et souvent d’autres membres ou « fidèles » de l’équipe (Nicholas Mann, Alain Bernstein, Hélène Loyau, Zenon Kałuża, Erik Hicks …), sont aussi de la compagnie. Il nous arrive aussi de reprendre, loin de Paris, au bord du lac Majeur ou dans une vielle cuisine à la campagne, les immanquables discussions : est-ce que Jean Gerson, Christine de Pizan, sont de véritables humanistes ? Est-il possible de reconnaître une « main » ? Et Nicole est toujours une interlocutrice passionnée…

13J’associe encore, affectueusement, au souvenir de Nicole ses enfants : Manuela et Stéphane, les aînés, Claude et Marjolaine, les jumelles qui, en participant au colloque, ont découvert une face presque cachée de leur maman…Et je n’oublie pas Matteo Roccati, lui aussi un « Turinois », lui aussi de l’école humaniste de Franco Simone.

14On croyait avoir tout lu, tout vu de la riche bibliographie de Nicole, et voici qui nous vient des États-Unis, un livre Authority of Images/Images of Authority (Images de l’autorité et autorités des images) où figure l’un de ses seuls articles restés jusqu’à présent inédits. Ce livre concrétise par la publication des actes un colloque sur ce thème organisé à Urbana-Champaign, University of Illinois, au printemps 2002, colloque auquel avaient entre autres participé Jean-Philippe Genet, Gillette Labory, Darwin Smith et moi-même.

15La contribution de Nicole porte sur « L’instauration d’une économie domestique bourgeoise. La Traduction des Économiques du Pseudo-Aristote par Laurent de Premierfait ».

16À ce Laurent, j’ai donné dans le colloque à Urbana, et je donne dans les Actes, ma propre contribution, la dernière, à un auteur surtout connu comme traducteur de Boccace, mais qui s’est révélé humaniste à part entière durant le règne de Charles VI.

17Et Laurent, dans ces actes du colloque Humanisme et politique en France à la fin du Moyen Âge, fait encore l’objet de la contribution d’Anne Hedeman.

18Il n’est pas inutile, enfin, de rappeler que Laurent de Premierfait a également traduit le dialogue cicéronien, l’a enrichi, comme pour ses autres versions françaises, d’un prologue et d’additions, et lui a donné comme titre Le livre de la vraye amistié. Ce qui me permet de fermer la « boucle », de conclure sur ce qui a été la devise des journées en l’honneur de Nicole Pons.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540