Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Septième partie. Communication politique et pratiques de pouvoir

Conclusion

Un homme d’influence

Chris Wickham

Texte intégral

1Les auteurs de l’introduction de ce volume ont défini F. Menant comme « un homme d’influence », définition à laquelle je suis heureux de souscrire. Au sein du petit nombre d’historiens médiévistes français qui ont contribué à donner forme à l’environnement scientifique actuel (et ce de manière toujours positive), F. Menant est un pilier. Qui veut savoir ce qu’il pense des questions posées dans un congrès ou dans un jury doit souvent se contenter de son large sourire et de ses remarques énigmatiques, formulées à voix très basse, sauf quand on est assis à coté de lui et que l’on peut lire ce qu’il écrit sur son ordinateur – parce qu’il y écrit tout – (« Wickham propose ceci ou cela, proposition pas convaincante »). Mais quand il s’exprime et quand il écrit un article ou un livre, on sent immédiatement son influence.

2Mais quelle influence ? Ce livre est, bien sûr, un signe de cette dernière : une quarantaine d’historiens, de tous âges et de plusieurs pays, désireux de lui rendre hommage. Et ce dans une gamme très large d’objets comme de siècles. Les auteurs de l’introduction ont rappelé ses champs de recherche et je ne veux pas répéter ce qu’ils ont déjà dit. Ce que je veux faire, plutôt, c’est d’essayer, très brièvement, d’expliquer ce que François représente pour moi, ce que j’ai appris grâce à ses approches et à ses démarches. Parce que, indubitablement, j’ai beaucoup appris de lui.

3Pour être très schématique, je dois principalement à F. Menant la connaissance de la complexité du rôle du commerce et du crédit dans l’économie italienne du Moyen Âge central. Chacune des thèses d’État ancien régime devait aborder toutes sortes de champs historiques, à l’exception, généralement, de celui de l’histoire culturelle. Je parle, évidemment ici, des thèses régionales sur les xe-xiiie siècles dans la grande tradition de Duby et Toubert. Même celles qui avaient une approche surtout socio-politique devaient inclure un chapitre sur la géographie et l’habitat et un autre sur le régime agraire et les baux. Le commerce, quant à lui, était moins souvent au centre de ces analyses régionales. Évidemment, les thèses sur l’Italie s’étaient souvent focalisées sur des régions dont la vocation commerciale était faible à la période considérée – Toubert sur la Sabine, L. Feller sur les Abruzzes –, mais même celles qui avaient comme objet une ville d’une certaine importance – comme G. Rippe sur Padoue ou J. P. Delumeau sur Arezzo – prêtaient peu d’attention à l’éventuelle structuration commerciale de la région qu’ils étudiaient ; la croissance était surtout démographique et agricole. Je simplifie, évidemment : Delumeau discuta de l’expansion d’Arezzo et Feller trouva un marché de la terre même dans les montagnes du Gran Sasso. Malgré tout, les Italiens étaient très conscients d’un tel manque et quand F. Menant publia ses Campagnes lombardes au Moyen Âge en 1993, ils firent la remarque que dans ce livre, les villes étaient absentes et qu’une histoire rurale d’une région aussi urbanisée était une vision toute française de l’histoire italienne. En réalité, François combla cette apparente lacune assez vite, en écrivant dans la décennie suivante des chapitres presque monographiques dans les histoires collectives de Bergame et Crémone. Mais même avant l’écriture de ces textes, la critique n’était pas justifiée. Ses campagnes lombardes étaient structurées par le crédit et l’endettement, ainsi que par l’aménagement du paysage à des fins visiblement commerciales, comme la création d’un réseau de canaux et le développement de la métallurgie rurale ou de l’élevage transhumant pour les industries textiles. Ses campagnes participaient donc pleinement à une économie complexe qui découlait de la structuration urbaine, à partir du xiie siècle au plus tard « l’influence citadine [est] désormais décisive », comme F. Menant le dit à la fin de son livre.

4Les Italiens avaient raison à un égard : ils seraient partis de la ville, partant du principe que tout commence en ville avant une lente extension en direction des campagnes. La proposition de François dans son livre sur la Lombardie était différente : les développements commerciaux de la campagne allaient avec ceux des villes, ensemble, et aucun n’était possible sans l’autre. Cela aurait été beaucoup moins visible s’il était parti de la ville. En outre, à ce moment-là, il n’existait pas d’analyse récente écrite par un Italien sur les transformations économiques urbaines de cette période : la riche historiographie italienne de l’économie urbaine commençait vers 1250, rarement avant. Il y a bien entendu aujourd’hui des exceptions, notamment les travaux de P. Grillo sur Milan, d’A. Poloni sur Pise et Lucques, ou d’A. Feniello sur Naples, mais ils ont été publiés après. Je me souviens dès lors bien que j’avais, vers 1990, une vision assez statique de l’économie des campagnes italiennes avant 1200 : les changements concernaient surtout, pensais-je alors, les structures de l’habitat et la seigneurie. Mais après une lecture serrée du livre de François, ce n’était plus possible de voir les choses ainsi. L’analyse qu’il avait faite des communes rurales lombardes était la meilleure que j’avais à ma disposition quand j’écrivais sur celles de la région de Lucques, deux ans après la parution de son livre ; elle était de surcroît absolument la seule qui mettait en évidence l’importance de l’endettement communal (habituellement vis-à-vis de créditeurs urbains) dans l’histoire de l’affaiblissement de l’autonomie communale rurale (ainsi que de celui du contrôle autonome des biens communaux) vers la fin du xiiie siècle.

5J’insiste ici sur le livre sur la Lombardie (ainsi que sur certains articles contemporains traitant des aspects économiques de la région), en partie parce qu’il a eu un effet éclairant sur mes recherches de l’époque, mais aussi parce qu’il me semble être le point de départ d’une grande partie des intérêts postérieurs de François. Son manuel écrit pour l’agrégation de 2005, L’Italie des communes (1100-1350), est beaucoup plus qu’un manuel, notamment parce qu’il est presque le seul livre récent de ce genre à faire attention au rôle structurant de l’économie urbaine (c’est-à-dire à ne pas accorder ce rôle à la seule politique). Tous ceux qui étudient l’histoire médiévale italienne doivent le lire. L’intérêt pour l’histoire du crédit est en outre un fil rouge de ses recherches plus récentes, ainsi que des nombreux travaux collectifs dont il a fait partie intégrante : le livre sur le crédit qu’il a publié avec la regrettée O. Redon, ou bien les livres publiés avec M. Bourin et d’autres sur la conjoncture de 1300, par exemple. « Dans l’Italie communale tout le monde vit à crédit » : les auteurs de l’introduction ont déjà cité cette phrase, et, il faut le reconnaitre, d’autres ont également défendu une telle vision dans d’autres régions, notamment en Angleterre, comme dans les éminents travaux de C. Dyer ou de C. Briggs. Mais peu sont ceux qui ont vraiment compris que, dans la pratique, le crédit fonctionnait dans la pratique différemment d’une ville (ou d’un village) à l’autre, pour, dans le même temps, faciliter les opérations économiques et favoriser des changements dans les rapports de pouvoir. Et bien peu se sont rendus compte que nous devons nous efforcer de maintenir le crédit au centre de notre vision du Moyen Âge : cette prise de conscience, nous la devons à F. Menant.

6Les articles dans ce livre reprennent tous les intérêts multiformes de François et les développent. Ils se répondent particulièrement les uns les autres quand ils traitent de la conjoncture de 1300, du crédit et des élites rurales, et cela ne devrait pas surprendre, étant données les orientations scientifiques de François que je viens de rappeler. Une lecture séquentielle des beaux articles de S. Carocci, J. Petrowiste, D. Smail, C. Laliena, L. Feller et K. Reyerson suffira assez à souligner l’influence des découvertes et des synthèses originales de F. Menant sur les conséquences multiformes de la pratique du crédit, en ville comme à la campagne. Et ces textes ne constituent qu’une petite partie de la gamme remarquable des contributions qu’on trouve dans ce livre. Le nombre des articles est déjà un signe clair de l’influence de François, mais ses intuitions influencent aussi chaque texte. C’est la marque d’un maître dont nous sommes tous les débiteurs.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search