Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Septième partie. Communication politique et pratiques de pouvoir

Toucher l’opinion publique européenne

La première campagne de propagande des Hospitaliers de Rhodes (1479‑1483)

Laurent Vissière

Texte intégral

  • 1 Philippe de Mézières illustre parfaitement les débuts de ce genre, comme en témoigne son Epistre la (...)
  • 2  Sur les bases de cette littérature de croisade,voir. J. Flori, Prêcher la croisade (xie-xiiie sièc (...)

1Depuis la fin du xve siècle, les Européens vivaient dans la terreur de l’inexorable poussée ottomane. De l’Orient ne leur parvenaient que des nouvelles et des rumeurs horrifiques, sur les thèmes usuels de l’invasion, du massacre et de leurs corollaires religieux – martyres, miracles et phénomènes apocalyptiques. À la fin du Moyen Âge, se développa ainsi toute une « littérature turque », pour pleurer les désastres subis par la chrétienté à Nicopolis (1396), Varna (1444), Constantinople (1453), Négrepont (1470) ou encore Otrante (1480), mais aussi pour chanter aussi les rares moments glorieux, tel le siège de Rhodes en 14801. La joie comme la contrition devaient inciter les Européens à s’unir contre l’ennemi commun. Mais quel fut l’impact réel de cette abondante littérature ? Pendant longtemps, les textes, surtout s’ils étaient écrits en latin et copiés dans de somptueux manuscrits, ne pouvaient toucher qu’une élite politique, religieuse, intellectuelle et sociale. À charge pour cette minorité de relancer la croisade, en remotivant les cœurs. Princes et seigneurs étaient censés donner l’exemple en prenant, si possible, eux-mêmes la croix et en fournissant de l’argent et du matériel. Quant aux prélats, ils devaient favoriser et encadrer le travail des prédicateurs, qui parcouraient les routes pour susciter de nouvelles vocations. C’est essentiellement par leur intermédiaire, d’ailleurs, que les nouvelles d’Orient devaient atteindre la grande masse des populations occidentales2. Ce schéma très ancien fut toutefois profondément bouleversé à la fin du xve siècle, sous l’impulsion des chevaliers de l’Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui, les premiers, comprirent l’intérêt de l’imprimerie, cette invention nouvelle, pour mener à bien une campagne de propagande à l’échelle de l’Europe occidentale.

Sous la pression ottomane

  • 3  Sur la stratégie de Mehmet II, voir surtout F. Babinger, Mahomet II le Conquérant et son temps (14 (...)
  • 4 Sur cette guerre et ses conséquences, voir R. Lopez, « Il principio della guerra veneto-turca nel 1(...)
  • 5  Tous les récits du siège de Rhodes ont été édités par J. B. de Vaivre et L. Vissière, « Tous les d (...)
  • 6 L. Vissière, « Rhodes et Otrante en 1480. Les leçons de sièges parallèles », dans G. Abbamonte et a (...)

2Maîtres de l’île de Rhodes et d’une partie du Dodécanèse depuis le début du xive siècle, les Hospitaliers demeuraient le dernier grand ordre militaire actif en Orient. Ils se présentaient eux-mêmes comme le rempart de la chrétienté en Méditerranée orientale face à un empire ottoman très agressif. Mehmet II, après avoir anéanti les derniers bastions byzantins en 1453 et 1461, cherchait en effet à conquérir les îles grecques, dominées par les puissances occidentales (essentiellement Venise, Gênes et l’ordre de l’Hôpital), ainsi d’ailleurs que l’Italie3. Comme la flotte ottomane demeurait inférieure aux marines chrétiennes, le sultan entreprit d’éliminer les uns après les autres ses dangereux concurrents : il mena d’abord une très longue guerre contre les Vénitiens (1463-1479), qui finirent par accepter une paix humiliante puisque c’est au cours de ce conflit qu’ils perdirent leur colonie de Négrepont4. La paix à peine conclue, Mehmet II s’en prit à Rhodes : après une brève démonstration de force en 1479, il lança un puissant corps expéditionnaire contre l’île, tout en préparant un débarquement en Italie du Sud, prélude à une conquête de la Péninsule. Malgré d’énormes moyens mis en œuvre, les Turcs se heurtèrent à la défense acharnée de Rhodes, menée par le grand maître Pierre d’Aubusson : après avoir lancé plusieurs assauts infructueux et subi des pertes considérables, ils furent contraints à une retraite piteuse5. Ce siège long de trois mois (23 mai-18 août 1480) bouleversa les plans du sultan : l’armée d’Italie avait traversé l’Adriatique sans doute plus tard que prévu (28 juillet) et, si elle avait bien pris Otrante (11 août), elle se retrouvait désormais isolée de l’autre côté de la mer, n’ayant pas reçu les renforts escomptés6. Certes, rien n’était encore joué, puisque Mehmet II, fou de rage, avait juré de se venger et de mener lui-même une nouvelle armée devant Rhodes. La mort soudaine du sultan, le 3 mai 1481, et la guerre civile entre ses fils constituèrent, dans le contexte, une divine surprise, qui permit aux Napolitains de récupérer Otrante et aux Rhodiens de restaurer leurs forces.

3Les années 1479-1481 marquèrent un sérieux coup d’arrêt à l’expansion turque en Europe, mais les contemporains, ignorants de l’avenir, ressentaient une angoisse extrême : les chevaliers de Rhodes, victorieux au milieu de leurs ruines, savaient qu’ils ne sauraient repousser une nouvelle attaque de l’armée ottomane, et le pape, qui, à l’annonce de la chute d’Otrante, était prêt à abandonner Rome pour Avignon, se sentait lui aussi terriblement menacé. Il fallait donc à tout prix créer en Occident un sursaut général pour repousser les envahisseurs, mais l’idéologie de la guerre sainte, bien que toujours présente, s’était émoussée. Les échecs de Nicopolis, de Varna ou de la croisade de Pie II restaient dans toutes les mémoires. Quant aux puissances européennes, elles se préoccupaient plus de leurs querelles intestines que de ce qui se passait en Orient. Édouard IV et Louis XI étaient des rois vieillissants, la Bourgogne venait de s’effondrer et l’empereur Frédéric III voyait sa puissance mise à mal par la Hongrie de Mathias Corvin. L’équilibre politique du vieux continent s’avérait singulièrement fragile. Cela valait-il vraiment la peine de se mobiliser pour Rhodes, une île aussi lointaine ? Les Hospitaliers déployèrent des efforts inouïs pour intéresser les princes et les peuples d’Europe à leur combat : il fallait montrer qu’il ne s’agissait pas simplement d’une sorte de baroud d’honneur, mais d’une guerre pour Dieu. Un Dieu qui n’avait pas abandonné la chrétienté…

L’élaboration d’un discours

4Il n’existait pas de tradition particulière de propagande chez les Hospitaliers, l’Ordre n’ayant d’ailleurs jamais brillé d’un point de vue intellectuel. Mais l’urgence de la situation bouleversa la donne.

Guillaume Caoursin

  • 7 Sur la biographie du personnage : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer… », op. cit., p.  (...)
  • 8 Epistola ad papam…, éd. par J. P. von Ludewig, Reliquiae manuscriptorum omnis aevi diplomatum ac mo (...)
  • 9 Toutes les références à des incunables sont prises dans le Gesamtkatalog der Wiegendrücke (GW) en l (...)
  • 10 Venise, Erhard Ratdolt, 1480 (GW 6004) ; Parme, Andreas Portilia, 1480 (GW 6005) ; Rome, Eucharius (...)

5Pierre d’Aubusson confia le soin de la propagande de l’Ordre à son vice-chancelier, qui était aussi son secrétaire et homme de confiance : Guillaume Caoursin (?-1501). Juriste de formation, ce Français était entré dans la chancellerie rhodienne en 1459 et s’était rapidement rendu indispensable ; il avait mené plusieurs ambassades en Italie et s’était lié aux humanistes de la Péninsule, qui le tenaient en haute estime7. Au lendemain du siège, Caoursin rédigea deux relations des événements – une brève et une longue – dans un latin humanistique. La version brève se présente comme une lettre signée du grand maître et destinée aux princes de la chrétienté. La plupart de ces lettres ont disparu, à l’exception de celle à Sixte IV (connue par une édition tardive et fautive du xviiie siècle8) et celle à l’empereur Frédéric III qui, elle, fut imprimée au moins quatre fois dans les années 1480-14819. Quant à la version longue, parue sous le nom de Caoursin, on en connaît huit éditions incunables des années 1480-1482, trois italiennes (Venise, Parme et Rome), une espagnole (Saragosse), et quatre d’Europe du Nord (Bruges, Louvain, Passau et Odense). Elles s’intitulent, mais avec diverses variantes dans le titre : Obsidionis Rhodie urbis descriptio10.

  • 11 L. Vissière, « L’île utopique. Rhodes ou l’union des nations chrétiennes », dans Nation/Nations. XL (...)

6Caoursin développait, dans ses écrits, une vision politique proprement européenne, assez étonnante en soi, mais qui renvoyait en fait à la notion revivifiée de chrétienté. Face à l’ennemi commun – le Turc musulman –, les chevaliers de Rhodes représentaient une Europe en miniature : non seulement Grecs et Latins vivaient en bonne intelligence sur l’île, mais en outre, parmi les Latins, Français, Anglais, Espagnols, Italiens et Allemands, oubliant les différends nationaux, combattaient sous une bannière commune, celle du Christ, de la Vierge et de saint Jean-Baptiste. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une façon de parler, puisque c’est en brandissant un tel étendard que Pierre d’Aubusson et ses hommes repoussèrent l’ultime assaut turc et qu’en réponse à cet acte de foi, la Vierge et le Précurseur seraient apparus dans le ciel pour combattre les infidèles… Bref, la Rhodes des chevaliers pouvait passer pour une île idéale, quasi utopique, où les Européens communiaient dans une même foi11. Pour diffuser cette vision, Caoursin composait en latin, qui demeurait la langue de la culture et de la religion commune à toute l’Europe, évitant ainsi de privilégier telle ou telle langue vulgaire. Le latin et le bagage à la fois classique, biblique et chevaleresque de l’écrivain convenaient à un public européen, qui partageait les mêmes références. Mais en écrivant en latin  et un latin antiquisant en plus –, quel public pouvait-il atteindre réellement ? Quelques cénacles d’humanistes et de clercs, peut-être quelques princes lettrés. De quoi lui valoir un succès d’estime, mais ce n’était pas l’objectif recherché.

  • 12 Voir supra note 9.
  • 13 The siege of the noble and invyncyble cytee of Rhodes, Londres, « imprimeur du Siège de Rhodes », 1(...)
  • 14 Ce texte, en partie inspiré de Caoursin, fut imprimé deux fois, vers 1480-1481 (Mary du Puis, Le si (...)
  • 15 Sur la tradition manuscrite de cette traduction, ibid., p. 332-334 et 487-488.

7Le problème se pose d’ailleurs de façon très concrète avec la lettre adressée à Frédéric III. Bien sûr, l’empereur pouvait se la faire traduire, mais cette lettre fut aussi très largement diffusée par l’imprimerie, sous la forme de livrets et de placards. De tels placards – deux impressions sont connues pour Nuremberg et Mayence12 – étaient destinés à être affichés aux portes des églises et des villes. La lettre est intégralement imprimée sur le recto d’une seule feuille in-folio et conserve sa forme épistolaire avec l’adresse et les suscriptions nettement séparées du corps du texte. La typographie est particulièrement dense et le texte, peu soigné, comporte des lacunes et des coquilles. Pour y comprendre quelque chose, une bonne teinture de latin et des yeux perçants s’avéraient donc nécessaires. Ce qui signifie concrètement qu’auprès de ces placards devait forcément se tenir quelque bonimenteur  un clerc, un crieur, un quêteur –, capable d’expliquer aux badauds de quoi il retournait et de les convaincre de mettre la main à l’escarcelle. Quant au texte de la Descriptio, s’il fut abondamment diffusé en latin par l’imprimerie, des traductions en langue vernaculaire circulèrent aussitôt. Dès 1480, l’imprimeur Erhard Ratdolt, établi à Venise, édita le texte à la fois en latin et en italien (GW 6004 et 6013) ; à Passau, Benedikt Mayr l’édita, quant à lui, en latin et en allemand (GW 6007 et 6011). Dans les îles britanniques, on ne recense aucune édition du texte latin, mais, dès 1483, le poète de cour John Kay en fit paraître à Londres une traduction anglaise, dédiée au roi Édouard IV13. Il n’existe pas non plus d’impression française, peut-être parce que la relation d’un certain Mary du Puis lui a fait concurrence14. La relation de Caoursin fut pourtant traduite en français au même moment, mais cette traduction anonyme dédiée à Jacques Calliot, commandeur de Brabant et de Liège, ne circula, semble-t-il, que parmi la haute aristocratie de l’ancien monde bourguignon15. Ces premières traductions et adaptations en des langues vernaculaires ne semblent pas répondre à un plan d’ensemble, décidé à Rhodes, mais plutôt à des initiatives individuelles. Elles permettaient en tout cas de toucher un public plus large qui, s’il ignorait le latin, n’en était pas moins relativement aisé et instruit.

Le rôle des pèlerins

  • 16 Sur les récits de pèlerins après le siège de Rhodes, ibid., p. 709-716.
  • 17 Le manuscrit de Barbatre a été édité par P. Tucoo-Chala et N. Pinzuti, « Le voyage de Pierre Barbat (...)
  • 18 Bernhard von Breidenbach, Perigrinationes in Terram Sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 11 février 14 (...)
  • 19 Id., Die heylighe beuarden tot dat heylighe grafft in Jherusalem, Mayence, Erhard Reuwich, 24 mai 1(...)
  • 20 Des sainctes peregrinations de Jherusalem et des avirons et des lieux prochains, du mont de Synay e (...)
  • 21 Bernhard von Breidenbach, Viaje de la Tierra Santa…, Saragosse, Paul Hurus, 1498 (GW 5082).
  • 22 Id., Traktát o zemi svaté, Pilsen, Mikuláš Bakalář, 1498 (GW 508210N).

8Le texte de Caoursin a cependant atteint un public encore plus vaste par l’intermédiaire des pèlerins. Chaque année, y compris en 1480, des pèlerins s’embarquaient à Venise pour la Terre sainte, faisant escale à Rhodes, à l’aller comme au retour. Les pèlerins de 1480 n’y passèrent pour leur part qu’au retour, après la levée du siège. Leurs récits, manuscrits ou imprimés, représentent une fantastique masse d’informations, qu’on ne saurait négliger16. Parmi ces pèlerins, beaucoup ont écrit non seulement ce qu’ils ont vu, mais aussi ce qu’on leur a raconté, et, à propos du siège de Rhodes, ils fournissent ainsi de très nombreux détails inédits, immortalisant une sorte de légende orale ; d’autres, par souci d’efficacité, se sont contentés de recopier des documents qu’on leur avait montrés, ou qu’ils avaient tout simplement achetés. C’est ainsi qu’un petit prêtre normand, nommé Pierre Barbatre, intègre à son récit de pèlerinage une lettre adressée en Bourgogne par un commandeur de l’Ordre – lettre dont on conserve une autre copie indépendante17. C’est ainsi que Bernhard von Breidenbach, dans son très fameux récit de pèlerinage, recopie, mais sans le dire et sans donner de nom d’auteur, la relation de Guillaume Caoursin – il avait dû se procurer à Venise l’édition d’Erhard Ratdolt. Publiée à la fois en latin et en allemand en 148618, cette relation fut presque aussitôt traduite en néerlandais19 (1488) et en français20 (1488 et 1490), plus tard, en espagnol21 et en tchèque22 (1498). Le récit de Caoursin connut ainsi une seconde vie, qui allait se prolonger assez avant dans le xvie siècle. L’exemple de Breidenbach paraît très significatif. Le texte de Caoursin, qu’on vendait à Venise, dut être acheté par nombre de pèlerins instruits, qui l’ont ensuite rapporté dans leur province d’origine, où ils ont pu le faire connaître par des récits oraux ou écrits.

Toucher le peuple

  • 23 S. Landi a très bien montré comment, à la fin du Moyen Âge, l’« opinion publique » était un concept (...)
  • 24  B. Weber, Lutter contre les Turcs. Les formes nouvelles de la croisade pontificale au xve siècle, (...)
  • 25 La bulle Catholicae fidei defensionem (12 décembre 1479) est connue par une demi-douzaine d’impress (...)
  • 26 La bulle Cunctorum Christi fidelium (4 mai 1480) est connue par sept impressions germaniques (GW M4 (...)
  • 27 Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 653-658.
  • 28 On ne possède en général qu’un ou deux exemplaires de ces impressions, et souvent lacunaires, car b (...)
  • 29 G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia di San Giovanni Gierosolimita (...)
  • 30 Cette lettre fut constamment réimprimée de l’été 1480 à la fin de l’année 1481 : on en recense actu (...)
  • 31 Dès 1481, sur ses instances, le commandeur d’Antvorskov, fr. Hans Mortensen, recueillait en Dacie d (...)
  • 32 A. Riising, s. v. « Johan Snell », dans C. Ejlers, E. C. Lindgren (éd.) Skrift, Bog og Billede i Se (...)
  • 33 Fac-similé et commentaire de cette édition par J. Isager, Guillelmi Caoursin, descriptio obsidionis (...)
  • 34 Voir supra n. 10.
  • 35 Hoc mense novembris [1480] ubique per civitates et plateas vendebatur epistola elloquentissime cond (...)
  • 36 Bernardino Zambotti, Diario ferrarese dal 1476 al 1504, éd. par G. Pardi, Bologne, Rerum Italicarum (...)
  • 37 M. Conway, The Diario of the Printing Press of San Jacopo di Ripoli (1476-1484), Commentary and Tra (...)
  • 38 Miracula obsidionis Rhodi, Reutlingen, Michael Greyff, v.1480 (GW M2372210) ; fac-similé dans M. He (...)
  • 39 Konrad Stolle, « Memoriale » (thüringisch-erfurtische Chronik), éd. par R. Thiele, Halle, O. Hendel (...)

9Si le soutien de l’élite politique de l’Europe demeurait un objectif primordial pour l’Ordre, celui-ci cherchait aussi à atteindre un public très large, pas forcément lettré, pas forcément bien riche, mais qui pouvait contribuer, par ses aumônes, au saint combat. Dans cette optique, les largesses des grands pouvaient servir de modèle aux peuples, mais inversement la ferveur populaire servait aussi à stimuler la générosité des élites politiques, attentives à ce que l’on peut déjà appeler une « opinion publique23 ». Dès avant le siège, les Hospitaliers avaient demandé son soutien franc et massif à Sixte IV et celui-ci, très sensible à la question d’Orient, entretenait l’idée de croisade par des campagnes d’indulgences répétées24. Afin de fournir de l’aide aux Hospitaliers et en vue de l’inévitable siège, le pape avait promulgué une bulle concédant une indulgence plénière aux personnes qui donneraient de l’argent en faveur de la croisade et de la défense de Rhodes (12 décembre 1479)25 : celle-ci allait des Rameaux 1480 à Pâques 1481 – soit du 26 mars 1480 au 22 avril 1481. La bulle fut réactualisée, le 4 mai 1480, grâce à l’intervention du bailli de Majorque, Juan de Cardona, de passage à Rome26. Ces actes pontificaux, largement diffusés par l’imprimerie, furent souvent placardés aux portes des églises, non tant pour que les fidèles les lisent, mais bien pour qu’ils les voient : un quêteur spécial se trouvait là pour faire le boniment, expliquer la situation et récolter les dons. Dans le même temps, les Hospitaliers firent pression sur les dirigeants politiques pour qu’ils favorisent dans leurs États ces campagnes d’indulgences  Louis XI ordonna par exemple que l’on crie en place publique et par tout le royaume un acte en faveur de l’Hôpital27. Ainsi, par la voix des crieurs publics et des quêteurs religieux ou pardonneurs, les populations furent très largement informées de ce qui se passait en Orient, et notamment à Rhodes. Cette campagne battit son plein jusqu’en 1481-1482 : la mort de Mehmet II, suivie de la reprise d’Otrante et de la guerre civile en Turquie, allait permettre aux Européens de souffler un peu. Grâce au Gesamtkatalog der Wiegendrücke, on arrive à se faire une idée de cette très importante campagne antiturque. On compte ainsi 71 impressions différentes de lettres d’indulgences pour la fin de l’année 1480, 67 pour l’année suivante, 34 pour 1482. Des chiffres qui restent purement indicatifs, dans la mesure où ces documents, en général imprimés à la va-vite au recto d’une page, n’ont été que très mal conservés28. Les imprimeurs retenus œuvraient pour la plupart dans le monde germanique, mais de nombreuses bulles ont été aussi éditées en Italie et en Angleterre. Cette campagne fut bien sûr supervisée par les Hospitaliers eux-mêmes et relayée grâce au vaste réseau européen de leurs commanderies. En général, les commanditaires des impressions sont restés anonymes, mais on arrive toutefois à suivre à la trace l’un des membres les plus actifs de l’Ordre : Juan de Cardona. Ce Catalan, devenu bailli de Majorque en 1460, joua un rôle diplomatique très important aussi bien Orient qu’en Europe occidentale pendant plus de vingt ans. En 1479, il avait été envoyé à Rome pour obtenir l’aide du pape29 : sur place, il contribua à la promotion de la vaste campagne d’indulgences lancée alors et signa lui-même l’une des lettres d’indulgences les plus diffusées30. Âgé, mais hyperactif, Juan de Cardona semble avoir entrepris au lendemain du siège un périple européen, qui le conduisit de l’Italie au Danemark. Et c’est probablement lui qui chargea divers imprimeurs d’éditer non seulement sa lettre d’indulgences, mais aussi la Descriptio de Caoursin. Lieutenant du grand maître pour l’Allemagne, la Hongrie, la Bohême et la Dacie, il stimula la ferveur populaire des Scandinaves31 ; il engagea les services d’un imprimeur local, Johan Snell32 : celui-ci imprima d’abord à Lübeck la lettre d’indulgences de Cardona (1481), puis à Odense, le texte de Caoursin (1482)33. Cardona mourut à la fin de l’année 1481, sans doute sur le chemin du retour. Parallèlement, un de ses proches en Catalogne, fr. Domingo Salvador, fit imprimer à Saragosse le livret de Caoursin34. Un chroniqueur italien note, dès le mois de novembre 1480, qu’on vendait sur les places publiques « une lettre écrite très élégamment en langue littéraire [en latin] sur la guerre que les Turcs ont menée cet été contre Rhodes » – sans doute l’édition parmesane de la Descriptio de Caoursin35. Bernardino Zambotti confirme la diffusion rapide de textes sur Rhodes dans son Diario ferrarese36. Mais il n’est pas certain que toute cette propagande ait toujours émané directement de l’Ordre : on s’aperçoit par exemple, grâce au précieux Diario de l’atelier typographique de San Jacopo di Ripoli à Florence, qu’un texte sur Otrante a directement été commandé par un vendeur d’indulgences37. À propos de Rhodes, on imprima aussi des sortes de tracts, dont on connaît un exemplaire tout à fait étonnant : le texte très court (25 lignes) a pour titre Miracula obsidionis Rhodi38 et résume une série de miracles qui seraient advenus au cours du siège (ils ne sont d’ailleurs pas autrement attestés). Bien que l’exemplaire conservé soit un unicum, on s’aperçoit que le texte a circulé, puisqu’un chroniqueur d’Erfurt, Konrad Stolle, l’a recopié dans son journal39.

10De tels textes, dépourvus de toute valeur littéraire ou historique, ne sont pourtant pas à dédaigner, car ils permettent de mieux comprendre l’ampleur de la propagande alors mise en œuvre. Les relations historiques, éditées au début des années 1480, s’inséraient dans une production bien plus vaste, et il suffit, pour s’en convaincre, d’étudier le catalogue des imprimeurs qui ont publié au moins un texte concernant le siège de Rhodes.

Imprimeurs ayant publié au moins un texte sur le siège de Rhodes

Imprimeurs ayant publié au moins un texte sur le siège de Rhodes
  • 40 Giacomo della Corte, De urbis Collosensis obsidione a Turcis tentata, anno 1480, 23 maii, Venise, v (...)
  • 41 Le texte connut six éditions européennes entre décembre 1480 et 1485 (GW 02017 à 02022).

11Le tableau montre clairement que les textes sur Rhodes étaient édités en même temps que les bulles pontificales et les lettres d’indulgences. Deux éditeurs furent particulièrement actifs en ce domaine : Erhard Ratdolt à Venise et Eucharius Silber à Rome. Car, à côté des textes rhodiens, ces deux-là éditèrent ou rééditèrent d’autres textes plus littéraires sur les affaires ottomanes. L’imprimeur de Venise fit ainsi paraître une autre relation du siège de Rhodes, celle de Giacomo della Corte40 et une Historia Scanderbegi (GW 11 Sp. 291a), relatant les exploits du héros albanais (mort en 1468), au moment où précisément l’Albanie était soumise par les Turcs. Quant à Eucharius Silber, il édita pour sa part trois livrets, liés à la guerre sainte : le Carmen contra Turcos de Jacobus de Moretis (GW M25467), le Sermo contra Turcorum persecutionem de Stephanus Thegliatius (GW M45748) – un texte qui semble avoir joui d’une grande notoriété alors –, et enfin, un ouvrage plus juridique de Johannes Lupus, Quaestio juris an sit licitum clericis ex mandato Papae contra Turcos arma assumere sine poena irregularitatis (GW M19558). On peut noter aussi que Johannes von Paderborn réédita à cette époque-là un texte déjà ancien du dominicain Giovanni Nanni (Johannes Annius), intitulé De futuris christianorum triumphis in Saracenos (GW 02021) ; imprimé pour la première fois en 1471, cet opuscule prophétique remporta un grand succès de librairie au début des années 1480, sans doute à la suite des victoires de Rhodes et d’Otrante41.

12L’ordre de l’Hôpital révéla à la fin du Moyen Âge d’étonnantes capacités d’adaptation et d’innovation. Si d’un point de vue militaire, ses ingénieurs se trouvaient à l’avant-garde de la poliorcétique et de l’artillerie, d’un point de vue intellectuel, ses clercs surent exploiter les possibilités qu’offrait la toute nouvelle imprimerie et ils lancèrent ainsi en Occident une campagne de propagande d’une ampleur inouïe. Ils firent imprimer des livrets, des placards, des tracts, capables de toucher aussi bien les élites intellectuelles que les populations illettrées. Il s’agissait de montrer que les bons chevaliers se trouvaient toujours à l’avant-garde de la chrétienté et que Dieu soutenait leurs efforts. Un message simple et efficace, qui explique sans doute le succès de la campagne d’indulgences en leur faveur, et, grâce à l’argent qui coulait à flots, Pierre d’Aubusson allait reconstruire Rhodes pour en faire l’une des plus extraordinaires cités idéales de son temps.

Notes

1 Philippe de Mézières illustre parfaitement les débuts de ce genre, comme en témoigne son Epistre lamentable et consolatoire, éd. par P. Contamine, J. Paviot, Paris, SHF, 2008. Pour une vue plus générale de cette littérature : G. Ricci, Ossessione turca. In una retrovia cristiana dell’Europa moderna, Bologne, Il Mulino, 2002 ; G. Albanese, « La storiografia umanistica e l’avanzata turca : dalla caduta di Costantinopoli alla conquista di Otranto », dans H. Houben (éd.), La conquista turca di Otranto (1480) tra storia e mito. Atti del convegno internazionale di studio, Galatina, Congedo, 2008, p. 319-352.

2  Sur les bases de cette littérature de croisade,voir. J. Flori, Prêcher la croisade (xie-xiiie siècle). Communication et propagande, Paris, Perrin, 2012.

3  Sur la stratégie de Mehmet II, voir surtout F. Babinger, Mahomet II le Conquérant et son temps (1432-1481). La grande peur du monde au tournant de l’histoire, trad. de l’all., Paris, Payot, 1954, livre VI ; K. M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), t. 2, The Fifteenth Century, Philadelphie, Memoirs of the American philosophical society (t. 127), 1978.

4 Sur cette guerre et ses conséquences, voir R. Lopez, « Il principio della guerra veneto-turca nel 1463 », Archivio Veneto, 15, 1934, p. 45-131 ; F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge : le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (xiie-xve siècles), Paris, de Boccard, 1975, p. 385-391 et 435-439. Sur l’affaire de Négrepont, voir aussi : Setton, The Papacy…, op. cit., t. 2, p. 271-313.

5  Tous les récits du siège de Rhodes ont été édités par J. B. de Vaivre et L. Vissière, « Tous les deables d’Enfer », Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480, Genève, Droz, 2014.

6 L. Vissière, « Rhodes et Otrante en 1480. Les leçons de sièges parallèles », dans G. Abbamonte et al. (éd.), La battaglia nel Rinascimento meridionale. Moduli narrativi tra parole e immagini, Rome, 2011, p. 291-304.

7 Sur la biographie du personnage : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer… », op. cit., p. 301-307. La lettre du grand maître de Rhodes sur la chute de Négrepont constitue sans doute le premier grand texte narratif de Caoursin (J. B. de Vaivre, L. Vissière, « La prise de Négrepont en 1470. Un récit oublié de Guillaume Caoursin », Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2013, p. 68-96).

8 Epistola ad papam…, éd. par J. P. von Ludewig, Reliquiae manuscriptorum omnis aevi diplomatum ac monumentorum ineditorum adhuc, Francfort, 1723, t. 5, p. 290-299.

9 Toutes les références à des incunables sont prises dans le Gesamtkatalog der Wiegendrücke (GW) en ligne. Epistola Rhodiorum ad […] Fredericum… : Cologne, Arnold Ther Hoernen, v. 1480 (GW 0277220N) ; Strasbourg, Heinrich Knoblochtzer, v. 1480 (GW 2775) ; Nüremberg, Anton Koberger, v. 1480 (GW 2774) ; Mayence, imprimeur de la Prognosticatio, v. 1480 (GW 2773). Les deux dernières éditions sont en fait des placards. Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 348-373.

10 Venise, Erhard Ratdolt, 1480 (GW 6004) ; Parme, Andreas Portilia, 1480 (GW 6005) ; Rome, Eucharius Silber, vers 1482 (GW 6009) ; Saragosse, Johan von Salzburg et Paul Hurus, 28 février et 1er mars 1481 (GW 6008) ; Bruges, Colard Mansion, 1480 (GW 6006) ; Louvain, Johann von Paderborn, 1480 (GW 600610) ; Passau ; Benedikt Mayr, 13 décembre 1480 (GW 6007) ; Odense, Johann Snell, 1482 (GW 6010). Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 374-477.

11 L. Vissière, « L’île utopique. Rhodes ou l’union des nations chrétiennes », dans Nation/Nations. XLIVe congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 311-325.

12 Voir supra note 9.

13 The siege of the noble and invyncyble cytee of Rhodes, Londres, « imprimeur du Siège de Rhodes », 1483 (GW 6012).

14 Ce texte, en partie inspiré de Caoursin, fut imprimé deux fois, vers 1480-1481 (Mary du Puis, Le siege de Rhodes, Lyon, imp. de l’Abusé en court (GW 9097) ; Audenarde, Arend de Keysere, (GW 9098). Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 493-525.

15 Sur la tradition manuscrite de cette traduction, ibid., p. 332-334 et 487-488.

16 Sur les récits de pèlerins après le siège de Rhodes, ibid., p. 709-716.

17 Le manuscrit de Barbatre a été édité par P. Tucoo-Chala et N. Pinzuti, « Le voyage de Pierre Barbatre à Jérusalem en 1480. Édition d’un manuscrit inédit », Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, 1972-1973, p. 75-172. Éd. scientifique de la lettre : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 538-545.

18 Bernhard von Breidenbach, Perigrinationes in Terram Sanctam, Mayence, Erhard Reuwich, 11 février 1486 (GW 5075), fol. 138v-146v ; 2e éd. lat., Spire, Peter Drach, 29 juillet 1490 (GW 5076) ; 3e éd. lat., Spire, Peter Drach, 24 novembre 1502. Die heyligen reyssen gen Jherusalem…, Mayence, Erhard Reuwich, 21 juin 1486 (GW 5077) ; 2e éd. all., Augsbourg, Anton Sorg, 22 avril 1488 (GW 5078) ; 3e éd. all., Spire, Peter Drach, ap. 1500 (GW 4 Sp. 656a).

19 Id., Die heylighe beuarden tot dat heylighe grafft in Jherusalem, Mayence, Erhard Reuwich, 24 mai 1488 (GW 5081).

20 Des sainctes peregrinations de Jherusalem et des avirons et des lieux prochains, du mont de Synay et la glorieuse Katherine, trad. par Nicole Le Huen, Lyon, M. Topié et J. Heremberck, 28 novembre 1488 (GW 5080). Le saint voiage et pelerinage de la cité saincte de Hierusalem, trad. par Jean de Hersin, Lyon, Gaspard Ortuin, 18 février 1490, n. st. (GW 5079).

21 Bernhard von Breidenbach, Viaje de la Tierra Santa…, Saragosse, Paul Hurus, 1498 (GW 5082).

22 Id., Traktát o zemi svaté, Pilsen, Mikuláš Bakalář, 1498 (GW 508210N).

23 S. Landi a très bien montré comment, à la fin du Moyen Âge, l’« opinion publique » était un concept présent dans la pensée politique, même si elle restait largement fantasmée (Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, PUR, 2006, p. 11). Sur cette question, voir aussi : L. Vissière, « Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne (1480-1481) », dans L. Bourquin et al. (éd.), S’exprimer en temps de troubles. Conflits, opinion(s) et politisation de la fin du Moyen Âge au début du xxe siècle, actes du colloque du Mans (4-6 mai 2009), Rennes, PUR, 2011, p. 159-178.

24  B. Weber, Lutter contre les Turcs. Les formes nouvelles de la croisade pontificale au xve siècle, Rome, EFR, 2013.

25 La bulle Catholicae fidei defensionem (12 décembre 1479) est connue par une demi-douzaine d’impressions germaniques (GW M42458 à M42462). L’une d’elles a été partiellement transcrite par C. A. Hanauer, dans son édition du Cartulaire de l’église S. George de Haguenau, Strasbourg, Le Roux, 1898, p. 372-375, no 831.

26 La bulle Cunctorum Christi fidelium (4 mai 1480) est connue par sept impressions germaniques (GW M42474 à M4247810).

27 Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 653-658.

28 On ne possède en général qu’un ou deux exemplaires de ces impressions, et souvent lacunaires, car beaucoup ont été retrouvés dans des cartonnages.

29 G. Bosio, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia di San Giovanni Gierosolimitano, Rome, 1621-1629, 3 vol., t. 2, p. 397.

30 Cette lettre fut constamment réimprimée de l’été 1480 à la fin de l’année 1481 : on en recense actuellement une trentaine d’éditions différentes, dans l’Empire (Xanten, Eltville, Cologne, Nuremberg, Reutlingen, Wurtzbourg, Lübeck), dans les Pays-Bas (Audenarde, Louvain, Gouda), en Suisse (Zürich) et en Angleterre (Deventer). Voir GW M13204 à M13224 et M13227 à M13232.

31 Dès 1481, sur ses instances, le commandeur d’Antvorskov, fr. Hans Mortensen, recueillait en Dacie de larges sommes d’argent destinées à la défense de Rhodes (J. M. Jensen, Denmark and the Crusades (1400-1650), Leyde/Boston, Brill, 2007, p. 131-132).

32 A. Riising, s. v. « Johan Snell », dans C. Ejlers, E. C. Lindgren (éd.) Skrift, Bog og Billede i Senmiddelalderens Danmark, Bogvennen, Forening for Boghaandværk, 1982, p. 21-30 (reproduction p. 23, de la lettre d’indulgence émise au nom de Cardona).

33 Fac-similé et commentaire de cette édition par J. Isager, Guillelmi Caoursin, descriptio obsidionis urbis Rhodie per Johannem Snel in Ottonia impressa anno dñi 1482. Beretning om belejringen af byen Rhodos, Odense, Forening for Boghaandværk, 1982.

34 Voir supra n. 10.

35 Hoc mense novembris [1480] ubique per civitates et plateas vendebatur epistola elloquentissime condita litterali sermone de bello Turchi hac estate promota Rodi… (Cronica gestorum in partibus Lombardie et reliquis Italie [1476-1482], éd. par G. Bonazzi, Città di Castello, Rerum Italicarum scriptores, t. XXII-3, 1904, p. 89).

36 Bernardino Zambotti, Diario ferrarese dal 1476 al 1504, éd. par G. Pardi, Bologne, Rerum Italicarum scriptores, t. XXIV-7, 1937, p. 83.

37 M. Conway, The Diario of the Printing Press of San Jacopo di Ripoli (1476-1484), Commentary and Transcription, Florence, L. Olschki, 1999, p. 199, fol. 77v (GW M28492).

38 Miracula obsidionis Rhodi, Reutlingen, Michael Greyff, v.1480 (GW M2372210) ; fac-similé dans M. Herzfeld, « New Light on the 1480 Siege of Rhodes », The British Museum Quaterly, 36/3-4, 1972, p. 69-73. Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », p. 552-555.

39 Konrad Stolle, « Memoriale » (thüringisch-erfurtische Chronik), éd. par R. Thiele, Halle, O. Hendel, 1900, p. 420-422, no 332.

40 Giacomo della Corte, De urbis Collosensis obsidione a Turcis tentata, anno 1480, 23 maii, Venise, v. 1480 (GW 7860). Éd. scientifique : De Vaivre, Vissière, « Tous les deables d’Enfer », op. cit., p. 255-297.

41 Le texte connut six éditions européennes entre décembre 1480 et 1485 (GW 02017 à 02022).

Table des illustrations

Titre Imprimeurs ayant publié au moins un texte sur le siège de Rhodes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40608/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search