Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Septième partie. Communication politique et pratiques de pouvoir

Incitation à la révolte

Prédicateurs, audience et culture politique urbaine dans la Castille de la fin du Moyen Âge

Hipólito Rafael Oliva Herrer

Texte intégral

  • 1 Sur la prédication, ainsi que sur les difficultés d’évaluation de la réception du public, C. Muessi (...)

1L’analyse de la culture politique est l’un des enjeux actuels de la médiévistique, tout autant qu’une préoccupation de F. Menant ces derniers temps. Ma contribution à cet hommage mérité prétend aborder le thème de la diffusion de modèles, de langages et de discours politiques sur la scène urbaine de la Castille de la fin du Moyen Âge, et ce, par l’étude de la prédication1.

  • 2 Quelques élements sont référencés par A. L. Molina Molina, « Sermones, procesiones y romerías en la (...)
  • 3 Archivo General de Simancas. Cámara de Castilla, Memoriales, leg. 127, 106 (Enquête).
  • 4 J. Pérez, « Moines frondeurs et sermons subversifs en Castille pendant le premier séjour de Charles (...)

2En ce qui concerne les sermons ayant un contenu politique, peu d’informations ont été conservées pour la Castille de la fin du Moyen Âge2, mais nous disposons d’un exemple qui, bien que tardif, est assez exceptionnel, tant au niveau de la nature de l’information que de son contenu. Il s’agit d’une enquête réalisée suite à une série de sermons prononcés par des frères franciscains dans la ville de Valladolid en décembre 1517, dans un moment de tension politique au sein du royaume et qui précède de trois ans seulement le déclenchement de la guerre des Communautés de Castille3. Ces sermons furent analysés par le grand historien de la guerre des Communautés, J. Pérez, qui, s’il donna à voir les principaux thèmes évoqués dans ceux-ci, commit quelques erreurs quant à leur contextualisation, empêchant ainsi d’envisager la véritable portée de la prédication franciscaine4. L’erreur la plus grave est liée à la datation même du texte. Pérez parlait d’une campagne de critiques lancée depuis les chaires en décembre 1518, mais cette date est incorrecte, puisque la campagne s’est en réalité produite en 1517. Ceci n’est pas sans importance, puisque le contexte d’énonciation des discours change complètement et que leur potentiel subversif s’en voit démultiplié. En décembre 1517 en effet, la cour royale se trouvait à Valladolid et le roi venait de convoquer l’institution des Cortes, au cours de laquelle les représentants des villes devaient prêter serment à Carlos Ier en tant que roi. Les sermons prononcés par les franciscains ne se limitaient pas à une simple critique du gouvernement mais constituaient, de par la présence de la cour royale dans la ville, une incitation à l’action politique.

3En effet, si les sermons les plus modérés tentèrent seulement d’introduire un certain état d’esprit dans la ville sur la position à adopter lors de la future réunion des Cortes, d’autres de nature plus radicale furent prononcés et envisagèrent tout bonnement que ces dernières prennent le contrôle politique du royaume. Il s’agissait dès lors d’un appel à la sédition, qui motiva l’intervention immédiate des autorités. Un autre point intéressant est le fait que, si ce document permet une reconstruction approximative des sermons, tel que l’a fait Pérez, il est en outre utile pour analyser leur réception, dans la mesure où nous disposons de différents récits de témoins qui écoutèrent ces sermons. Ceci permet d’envisager la relation entre le discours politique des prédicateurs et les différentes réactions qu’il provoqua auprès du public présent.

Les sermons et l’élaboration de l’enquête

  • 5 L’enquête nous donne des informations sur quelques-uns des personnages, le reste de l’information p (...)
  • 6 Sur ces derniers, M. A. Martín Romera, Las redes sociales de la oligarquía de la villa de Valladoli (...)

4L’enquête remise après les sermons réunit les déclarations de neuf témoins. Il s’agit de personnages d’une certaine importance. Certains d’entre eux avaient un lien avec la cour royale, comme le licencié Juan Sarmiento, maire de celle-ci, le licencié Juan Sánchez de Briviesca, le bachelier Cristóbal Cola ou Francisco de Castilla. D’autres étaient des personnes ayant un certain poids à Valladolid, tel que le diplômé Lobón, procureur de la Chancilleria, le tribunal de la justice royale. De même, García López del Rincón, percepteur d’impôts, Fernando de Prexamo, professeur, ou le bachelier Blas Ortiz étaient tous membres de l’élitiste collège universitaire de Santa Cruz5. Ces derniers étaient des individus qui bénéficiaient d’une certaine reconnaissance dans la ville, même s’ils ne faisaient pas partie de l’oligarchie qui la gouvernait6. Si la majeure partie des témoins avait sans aucun doute un haut degré de formation, les sermons ne leur étaient cependant pas spécialement destinés, mais souhaitaient toucher une audience bien plus large. De fait, le type de langage auquel ils recourent est familier et ne contient pas de concepts politiques complexes : aussi peuvent-ils être considérés comme représentatifs d’un type de discours qui prétend toucher une vaste couche de la population.

5Les réponses offertes par les témoins permettent de reconstruire la chronologie de la prédication et montrent que le contexte dans lequel elle eut lieu est celui de la présence du roi et de la cour à Valladolid. Il s’agit d’un roi qui arrive pour la première fois en Espagne et dont les premiers actes de gouvernement, depuis l’étranger, avaient provoqué un certain rejet.

Tableau 1. La cour à Valladolid en 1517 et les sermons en novembre

Tableau 1. La cour à Valladolid en 1517 et les sermons en novembre

Tableau 2. La cour à Valladolid en 1517 et les sermons en décembre

Tableau 2. La cour à Valladolid en 1517 et les sermons en décembre
  • 7 J. Pérez, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid, Siglo XXI, 1977, p.117.
  • 8 Enquête, fol. 5.

6Carlos Ier, lorsqu’il débarque en Espagne, se retrouve installé dans la ville de Tordesillas, proche de Valladolid, et son arrivée est imminente7 lorsqu’un premier sermon ayant un contenu politique est prononcé. Ce dernier comporte une forte charge providentialiste qui fait référence à l’origine flamande du roi : dans ses veines courrait le sang des rois d’Espagne, mais il venait gouverner les Castillans de l’étranger, comme châtiment de leurs péchés8.

7Selon ce que rapportent les témoins, aucun sermon de tonalité politique explicite ne fut prononcé jusqu’à ce qu’ait lieu la convocation des Cortes par le roi. À partir de ce moment-là, les sermons se multiplièrent et les prédicateurs firent directement référence au gouvernement du royaume pour tenter d’influencer l’opinion locale. La circulation de ce type de discours politiques devait être plus ou moins habituelle lors des temps forts de la vie politique. Mais ce qui explique la conservation de ces documents est l’instabilité ressentie par un prince récemment arrivé, dont les premiers actes de gouvernement à distance avaient provoqué un rejet. Ceci explique que les autorités se soient montrées particulièrement attentives et que l’appareil répressif se soit mis en marche face à la diffusion de messages politiques considérés comme dangereux.

  • 9 À ce sujet, P. Catedra « El taller del predicador. A propósito de un sermón castellano para el Domi (...)
  • 10 Enquête, fol. 3v.
  • 11 I. Mineo, « Cose in comune e bene comune. L’ideologia della communità in Italia nel tardo medioevo  (...)
  • 12 Enquête, fol. 1v.

8En s’appuyant sur les procès verbaux d’enquête, il est possible de reconstituer les sermons prononcés par quatre frères franciscains : frère Pablo de León, frère Juan de San Vicente, frère Polanco et frère Juan de Ampudia, bien que nous n’ayons que peu d’informations concernant les deux derniers. Ils prennent tous comme référence les lectures prescrites dans le cycle liturgique, que ce soit pour le dimanche ou pour les jours fériés9. Les auctoritates, prononcées en latin, furent utilisées par les prédicateurs pour articuler des sermons en castillan qui faisaient directement référence à la situation politique du royaume. Si l’on excepte le sermon prononcé par frère Juan de Ampudia, qui réprouve sur un ton moralisateur les excès commis lors des fêtes de la cour à Valladolid, les autres se réfèrent durement à la situation politique10. Une série d’éléments reviennent dans presque tous les sermons, comme la dénonciation de l’état du gouvernement du royaume ou une critique sévère de l’aristocratie. Celle-ci est formulée en accord avec le langage politique de référence et dénonce le fait que les Grands, c’est-à-dire les aristocrates, ne se préoccupent pas du bien commun, mais qu’ils agissent selon leurs intérêts particuliers11. Dans certains sermons, la dénonciation se fait plus acerbe, en dénonçant le fait que les Grands, s’affrontant les uns les autres, se gênent entre eux et aboient comme des chiens12. En tout état de cause, les sermons de frère Pablo de León et de frère Juan de San Vicente sont ceux dont les récits sont, dans l’enquête, les plus détaillés : ils sont donc susceptibles d’une analyse plus complète.

Aux limites de la critique : les sermons de frère Pablo de León

9Frère de Pablo de León prononça son premier sermon le troisième dimanche de l’Avent. Son allocution s’appuyait sur l’auctoritas de l’évangile selon saint Jean, qui correspond à cette période de l’année :

Et hoc est testimonium Johannis quando miserunt Judæi ab Hierosolymis sacerdotes et Levitas ad eum ut interrogarent eum tu quis es et confessus est et non negavit et confessus est quia non sum ego Christus et interrogaverunt eum quid ergo Helias es tu et dicit non sum propheta es tu et respondit non [...]. Et interrogaverunt eum et dixerunt ei quid ergo baptizas si tu non es Christus neque Helias neque propheta respondit eis Johannes dicens ego baptizo in aqua medius autem vestrum stetit quem vos non scitis. (Vulgate, Jean, 1, 26)

  • 13 Ibid., fol. 3v et 6v.

10S’appuyant sur cette référence, le prédicateur fait une critique acerbe des gouvernants nommés par le roi, de leur origine étrangère et de leur méconnaissance du royaume. Ils ne peuvent être comparés à Élias, car Élias n’était pas avide. Ils méconnaissent les lois et les coutumes du royaume et ne peuvent être considérés comme des prophètes. Ils sont encore moins comparables au Christ, puisque, contrairement à l’exemple donné par ce dernier, ils ne se préoccupent pas du bien de la république13. Le roi, cependant, tout comme le Christ, est présenté comme particulièrement attendu. Mais alors même qu’il est présent à Valladolid, le peuple ne peut le rencontrer car il en est éloigné par l’aristocratie du royaume :

  • 14 Ibid., fol. 3r.

Ils avaient tant désiré qu’il vienne et ils avaient fait pour lui des processions et c’était une personne si excellente. Et il était parmi eux, mais eux ne le connaissaient pas, ni ne communiquaient avec lui, et les Grands [les aristocrates] étaient la cause de cette souffrance14.

  • 15 Pérez, « Moines Frondeurs », art. cité, p. 9.
  • 16 Enquête, fol. 5r.
  • 17 Archivo General de Simancas. Patronato Real. Comunidades de Castilla, leg. 6, 1, fol. 3v.
  • 18 H. R. Oliva Herrer, « La prisión del rey: voces subalternas e indicios de la existencia de una iden (...)

11Cette image du roi éloigné du peuple par les nobles doit être prise au propre comme au figuré. Le roi est resté retiré pendant son séjour à Valladolid15, mais la portée de cette analogie va encore au-delà : elle révèle la crainte que sa volonté soit dominée par les aristocrates, crainte redoublée par le jeune âge du roi. Tout comme il y est fait référence dans un autre sermon, « le roi était jeune homme, il ne saura donc pas les choses de ces royaumes16 ». Tout donne à penser que le prédicateur se fait l’écho d’une appréhension assez répandue. Ainsi, par exemple, dans un village proche de Valladolid, un des habitants qui avait assisté au passage du cortège royal s’exprime dans des termes similaires : « C’est un enfant niais, qui n’est pas apte à gouverner si les chevaliers ne le gouvernent pas17. » En réalité, il ne s’agissait pas d’un discours nouveau. L’idée d’un roi manipulé par l’aristocratie comme cause principale des problèmes vécus dans le royaume de Castille s’enracinait dans une profonde mémoire sociale populaire18. Il s’agit néanmoins ici de la réactivation publique d’un schéma politique de critique envers les aristocrates, qui réémerge dans un contexte de crise politique. La prédication peut donc être utilisée pour diffuser de nouveaux éléments politiques, mais aussi pour faire référence à d’autres thèmes éléments bien enracinés et à les amplifier. En somme, la prédication opère sur un dense tissu de notions politiques, dont on ne peut garantir la signification.

12Frère Pablo de Léon prononça le jour de la Saint-Jean un autre sermon au contenu plus nuancé. La figure de saint Jean, à qui il est fait référence en tant que favori du Christ, lui permet de désigner directement le favori de Carlos Ier :

  • 19 Enquête, fol. 8.

Il dit que saint Jean avait été favori de notre seigneur et que ce dernier lui avait fait de nombreux dons d’apostolat et d’assistance et d’autres choses et qu’il serait bien que les favoris actuels aient les conditions qu’eut saint Jean19.

13Cependant, comme il s’agit d’un favori qui méconnaît la politique castillane, il est nécessaire d’établir les lignes principales de la politique extérieure, ce qu’il fait en lui recommandant de suivre l’exemple de saint Jean :

  • 20 Ibid., fol. 3v.

Saint Jean […] avait converti toute l’Asie à la foi de Jésus Christ […] [il serait bon de] travailler pour que l’Afrique soit soumise au roi et pour conserver la Navarre et Naples et que l’honneur et l’autorité du royaume soient tels que lorsque le roi catholique les avait laissés, et qu’ils ne soient pas soumis à la France20.

  • 21 A. Milhou, « Propaganda mesiánica y opinión pública : las reacciones de las ciudades del reino de C (...)
  • 22 Biblioteca Nacional Española, ms. 1779, fol. 11v.
  • 23 Milhou, « Propaganda mesiánica… », art. cité, p. 62.

14Cette idée de la conquête de l’Afrique est en relation avec une conception messianique du roi de Castille, considéré comme un nouveau David qui devait conquérir Jérusalem. Il s’agit d’une rhétorique politique officielle très développée les années auparavant, durant le règne et la régence de Fernando el Católico. Il faut tenir compte du fait que les frères franciscains eux-mêmes avaient agi comme prédicateurs de la croisade pour pousser à la prise de la place nord-africaine d’Oran, et ce, seulement sept ans auparavant21. Le gouvernement de la ville de Valladolid avait lui-même adopté cette rhétorique pour s’adresser à Carlos Ier lorsqu’il lui demanda de venir en Castille, en 151622. Ainsi, l’appel à la croisade semble prendre son sens dans le cadre d’un sermon prononcé par un franciscain. Cependant, il ne semble pas que ce discours messianique ait connu une grande faveur populaire. De fait, la majeure partie des villes avait montré leur rejet face au projet de Fernando el Católico vis-à-vis de la conquête du nord de l’Afrique en 151623. D’un autre côté, ce sujet n’apparaît quasiment pas dans les idées politiques formulées durant la Révolte des Communautés : il n’est mentionné qu’une seule fois, et précisément pour signaler que toute initiative prise par la Couronne dans cette direction devait être approuvée par les villes.

  • 24 J. J. Jérez, Pensamiento político y reforma institucional durante la guerra de las Comunidades de C (...)
  • 25 Cortes del los Antiguos reinos de León y Castilla, Madrid, Rivadeneyra, 1882, vol. IV, p. 278.
  • 26 Jérez, Pensamiento político…, op. cit., p. 149.

15Un autre point intéressant est celui de l’appel à la conservation des territoires récemment conquis par la couronne de Castille. Il y est fait allusion au traité de Noyon entre la Castille et la France, récemment signé, qui suppose un retrait partiel de Naples24. Le prédicateur tente de persuader l’auditoire de la nécessité de maintenir la politique extérieure castillane traditionnelle, en se méfiant des intérêts personnels du cercle entourant le roi. L’idée énoncée par le prédicateur trouvera son écho dans les pétitions présentées par les procureurs lors de la réunion des Cortes, qui eut lieu quelques mois après, ainsi que dans le programme politique à venir des Comuneros25. Quoi qu’il en soit, il existe plusieurs différences entre le ton du premier et du second sermon prononcés par frère Pablo de Léon. Conscient de la portée de ses paroles, le prédicateur a peut-être transformé la disqualification en bloc du premier sermon en une exhortation à suivre le bon exemple de saint Jean, qui se voit incarnée dans des directions politiques concrètes. De fait, le sermon se conclue sur un éloge des Flamands, présentés comme un modèle de piété de par leur comportement religieux le jour de Noël26. En somme, le discours politique de frère Pablo de Léon semble chercher à façonner l’état de l’opinion pour influencer la position politique de la ville lors des Cortes à venir. Ce qui ne fait aucun doute, c’est que ses sermons ne provoquèrent aucune réaction de la part des autorités. Ils présentaient la figure du roi comme étant celui qui était désiré, disqualifiaient tout au plus l’aristocratie du royaume, formulaient de dures critiques envers les gouvernants et défendaient une orientation déterminée de la politique internationale. En fin de compte, on pourrait penser qu’ils représentaient le type de divergence politique qui pouvait être légitimement énoncée, voire tolérée, bien que cela ne signifie pas que ces sermons n’aient pas été efficients quant à la diffusion de messages politiques au sein de l’ensemble de la population.

Le sermon de frère Juan de Vicente :
modèles d’action politique et de révolte

  • 27 Enquête, fol. 1.

16Ce qui tira la sonnette d’alarme fut le sermon prononcé par frère Juan de San Vicente durant la célébration de la Saint-Étienne. Son discours incorporait quelques éléments déjà contenus dans les sermons antérieurs au sujet de la situation du royaume, tels que la disqualification de la politique extérieure ou les allusions faites à la corruption de la justice27. Mais ses prétentions allaient bien au-delà. Étant donnés les affrontements existant dans l’entourage royal, le prédicateur exhortait les villes à prendre le contrôle politique du royaume. Frère Juan de San Vicente développait cette idée à partir de l’auctoritas établie pour le jour de la Saint-Étienne, la nomination des diacres :

In diebus autem illis crescente numero discipulorum factus est murmur Graecorum adversus Hebraeos eo quod dispicerentur in ministerio cotidiano viduae eorum. Convocantes autem duodecim multitudinem discipulorum dixerunt non est aequum nos derelinquere verbum Dei et ministrare mensis. Considerate ergo fratres viros ex vobis boni testimonii septem plenos Spiritu et sapientia quos constituamus super hoc opus. (Vulgate, Actes des Apôtres, 6)

  • 28 Ibid., fol. 1v.
  • 29 Ibid., fol. 1.

17Dans son sermon, le frère franciscain compare l’affrontement biblique entre Grecs et Hébreux aux conflits entre Castillans et Flamands, proclamant qu’il fallait, de la même manière, élire sept hommes qui s’occuperaient du gouvernement du royaume. Il était évident pour les témoins présents que cela devait avoir lieu pendant la prochaine réunion des Cortes. D’après ce que l’un d’entre eux disait se rappeler du sermon, il s’agissait pour les Grands de faire en sorte que les procureurs du royaume se réunissent et de choisir sept personnes pour le gouverner28. Frère Juan déversa de dures critiques sur les aristocrates, qu’il considérait illégitimes pour gouverner, car peu concernés par le bien de la république, mais préoccupés uniquement de leurs intérêts particuliers29. De sorte que, tout comme les apôtres, les Grands devaient rester en marge de l’élection.

  • 30 Ibid., fol. 1v.
  • 31 Sur la signification des termes populus et comunidad en Castilla à la fin du Moyen Âge, H. R. Oliva (...)

18Mais alors, comment devait s’effectuer cette élection ? Les témoins offrent des versions légèrement distinctes et c’est sur ce point que l’on commence à percevoir les différences quant à la réception du discours. Pour le licencié Sarmiento, le frère franciscain avait proclamé que l’élection des sept hommes devait se faire parmi les medianos du royaume, notion que l’on peut facilement associer aux élites urbaines30. Cependant, d’autres témoins n’utilisèrent pas le concept de medianos, mais celui de populares, ou bien firent directement allusion à l’élection de gens du peuple. De même que son équivalent latin populus, le concept de peuple revêtait une double signification dans le langage politique de l’époque. Il était utilisé pour référer à l’ensemble de la communauté politique, mais aussi à un segment plus restreint de celle-ci, dans le sens de plebs31. Il semble évident que le terme populares doit être compris ici dans sa première acception. Néanmoins, il s’agissait d’un concept largement plus inclusif que celui de medianos, en rapport avec une tradition de lutte pour la représentation politique des différents groupes constituant le commun urbain, qui éclatera avec force durant la révolte des Comuneros.

  • 32 G. Martin, Les juges de Castille : mentalités et discours historique dans l’ Espagne médiévale, Par (...)

19Le sermon de frère Vicente nous dévoile l’existence de modèles bibliques qui pouvaient être invoqués afin de légitimer l’interférence des sujets dans l’administration du royaume. Il existait cependant aussi des modèles non-religieux qui octroyaient un rôle important à l’organisation du pouvoir venant d’en bas. L’un d’entre eux fut invoqué dans le sermon de frère Juan Vicente, celui des juges de Castille : Niño Rasura et Laín Calvo. Les juges de Castille étaient des personnages légendaires et l’on considérait qu’ils avaient été élus comme autorités par les Castillans au xe siècle. L’élection de ces juges avait marqué le moment de l’indépendance de la Castille par rapport au royaume de Léon. Tout au long du Moyen Âge, ce fut un sujet qui donna lieu à de nombreuses réélaborations écrites, impliquant des changements de signification selon leur contexte de production. La légende des juges de Castille put dès lors parfois être utilisée comme un élément de légitimation de l’ordre royal, en faisant des rois castillans les descendants de ces personnages32. Cependant, quelques-uns des textes les plus tardifs reprennent la légende avec un sens plus proche de l’original, comme dans le Poema de Fernán González, du xive siècle :

  • 33 « Todos los castellanos en uno se acordaron, / dos omnes de gran guisa por alcaldes alçaron,/ los p (...)

Tous les Castillans s’accordèrent comme s’ils ne furent qu’un
Deux hommes de grande condition comme juges ils élurent,
Les peuples castillans par eux se guidèrent,
Ils ne mirent pas de roi, et ce pour un long temps33.

  • 34 Enquête, fol. 2.
  • 35 Ibid., fol. 2v.

20La légende des juges de Castille offrait ici un modèle d’élection des autorités par le peuple, un modèle prestigieux, car il faisait référence aux origines de la fondation de la Castille. Apparemment, le prédicateur ne fait pas directement allusion à l’une des versions textuelles en particulier : le motif paraît suffisamment connu et amplement diffusé oralement, ce qui n’empêche pas de possibles intertextualités. L’utilisation de la légende par le prédicateur renforce son argumentation antérieure et fonctionne comme une exhortation à l’action politique, ce qui fut parfaitement compris par les personnes présentes. Mais, dans les versions du sermon qu’offrent les témoins, de subtiles différences sont perceptibles et suggèrent que la réception en fut distincte. Ainsi, lorsqu’il relate l’utilisation par le frère franciscain du motif des juges, le licencié Sarmiento souligne le fait que leur élection avait eu lieu en réaction à la présence d’étrangers au sein du gouvernement de Castille34. D’autres témoins, cependant, insistent sur l’idée d’élection populaire, tel le bachelier Manuel de Baeza, pour qui l’idée centrale du sermon résidait dans le fait qu’autrefois le royaume avait élu des juges pour aider le roi à gouverner35. La version de Fernando de Prexamo, qui participera plus tard à la révolte Comunera, allait encore plus loin. Pour lui, ce qui était transcendant était la légitimité, voire l’obligation du royaume de remplacer les mauvais conseillers du roi :

  • 36 Ibid., fol. 4v.

Il y avait en Castille une coutume selon laquelle, lorsque le roi avait de mauvais conseillers, le royaume se réunissait et lui en donnait d’autres et il mentionna que, parmi ces derniers, Lain Calvo et Nuño Rasura avaient été élus conseillers du roi36.

En guise de conclusion : les prédicateurs et leur audience

21Le contenu séditieux des paroles de frère Juan de San Vicente, ainsi que son appel à la prise de contrôle du royaume par les villes, semblent évidents malgré plusieurs interprétations possibles du sermon par les témoins de l’enquête. Toutefois, ces différences de réception sont également révélatrices, en ce qu’elles fonctionnent comme des indices dévoilant le caractère divisé de l’audience quant à ses aspirations politiques. Nous pouvons faire une observation similaire si l’on prend l’ensemble des thèmes évoqués par les prédicateurs à Valladolid et ce dont les divers témoins se rappellent. Les problèmes relatifs au gouvernement du royaume sont sans aucun doute évoqués par la totalité des témoins. Nombre d’entre eux mentionnent en outre des critiques envers l’aristocratie, mais l’idée que les charges publiques devaient être réservés aux Castillans, la critique de la politique extérieure, ainsi que la disqualification des Flamands ne semblent pas avoir autant capté l’attention du public. Peut-être parce que, parmi ceux qui écoutèrent le sermon, tous ne se sentirent pas directement concernés.

  • 37 Sur ce sujet, je me permets de renvoyer à mon récent travail, H. R. Oliva, « Interpreting large-sca (...)

22En somme, une analyse attentive des récits des témoins permet d’entrevoir des visions distinctes sur la nature des problèmes du royaume et sur les manières de concevoir des solutions. Il est possible d’anticiper, dans une certaine mesure, quelques-unes des positions qui émergèrent ensuite, durant la guerre des Communautés de Castille : différentes conceptions sur les relations du roi au royaume, sur l’organisation de la communauté politique locale, ou encore sur la plus ou moins grande importance donnée par les participants à la révolte au fait de confier des charges importantes à des étrangers37. Tout ceci nous permet d’évaluer la prédication comme mécanisme de diffusion politique. Les sermons de Valladolid nous donnent à voir qu’elle fonctionne comme un média permettant la diffusion de discours, de modèles, de langages et qu’elle peut en outre inciter à la mobilisation. Il convient d’ajouter qu’elle agit aussi sur un auditoire déjà politisé avec lequel ces discours doivent être mis en relation. En définitive, la prédication se fonde sur un certain nombre de conceptions politiques préalables et sa réception n’est pas garantie.

Notes

1 Sur la prédication, ainsi que sur les difficultés d’évaluation de la réception du public, C. Muessig (éd.), Preacher, Sermon and audience in the Middle Ages, Leyde, Brill, 2002. Sur l’interaction public-prédication, F. Andrews, « Preacher and Audience: Friar Venturino da Bergamo and ‘Popular Voices’», dans J. Dumolyn, J. Haemers, H. R. Oliva Herrer, V. Challet (éd.), The Voices of the People in Late Medieval Europe. Communication and Popular Politics, Turnhout, Brepols, 2014, p. 85-204.

2 Quelques élements sont référencés par A. L. Molina Molina, « Sermones, procesiones y romerías en la Murcia bajomedieval », Miscelánea Medieval Murciana, 19-20, 1996, p. 221-232.

3 Archivo General de Simancas. Cámara de Castilla, Memoriales, leg. 127, 106 (Enquête).

4 J. Pérez, « Moines frondeurs et sermons subversifs en Castille pendant le premier séjour de Charles-Quint en Espagne », Bulletin hispanique, 67, 1965, p. 5-24.

5 L’enquête nous donne des informations sur quelques-uns des personnages, le reste de l’information provient de divers documents des Archives Générales de Simancas.

6 Sur ces derniers, M. A. Martín Romera, Las redes sociales de la oligarquía de la villa de Valladolid, (1450-1520), mémoire de thèse dirigé par M. Asenjo González, université Complutense de Madrid, 2013.

7 J. Pérez, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid, Siglo XXI, 1977, p.117.

8 Enquête, fol. 5.

9 À ce sujet, P. Catedra « El taller del predicador. A propósito de un sermón castellano para el Domingo de Ramos », dans J. M. Soto Rabanos (éd.), Pensamiento medieval hispano: homenaje a Horacio Santiago-Otero, Madrid, CSIC, 1998. V. I., p. 291-320.

10 Enquête, fol. 3v.

11 I. Mineo, « Cose in comune e bene comune. L’ideologia della communità in Italia nel tardo medioevo », dans A. Gamberini, J. P. Genet, A. Zorzi (éd), The Languages of Political Society, Rome, Viella, 2013, p. 39-67. Sur le bien commun, É. Lecuppre-Desjardin, A. L. Van Bruaene (éd.), De bono Communi. The Discourse and Practice of the Common God in the European City (13th-16th c.), Turnhout, Brepols, 2010 ; et id., Pouvoir d’un seul et bien commun (vie-xvie siècles). Revue française d’histoire des idées politiques, 32, 2010.

12 Enquête, fol. 1v.

13 Ibid., fol. 3v et 6v.

14 Ibid., fol. 3r.

15 Pérez, « Moines Frondeurs », art. cité, p. 9.

16 Enquête, fol. 5r.

17 Archivo General de Simancas. Patronato Real. Comunidades de Castilla, leg. 6, 1, fol. 3v.

18 H. R. Oliva Herrer, « La prisión del rey: voces subalternas e indicios de la existencia de una identidad política en la Castilla del siglo XV », Hispania. Revista española de Historia, 238, 2011, p. 363-388.

19 Enquête, fol. 8.

20 Ibid., fol. 3v.

21 A. Milhou, « Propaganda mesiánica y opinión pública : las reacciones de las ciudades del reino de Castilla frente al proyecto fernandino de cruzada (1510-11) », dans L. Rodríguez Zuñiga, M. del Carmen Iglesias Cano, C. Moya Valgañón (éd.), Homenaje a José Antonio Maravall, Madrid, CIS, 1985, vol. III, p. 51-62.

22 Biblioteca Nacional Española, ms. 1779, fol. 11v.

23 Milhou, « Propaganda mesiánica… », art. cité, p. 62.

24 J. J. Jérez, Pensamiento político y reforma institucional durante la guerra de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid, Marcial Pons, 2007, p. 149.

25 Cortes del los Antiguos reinos de León y Castilla, Madrid, Rivadeneyra, 1882, vol. IV, p. 278.

26 Jérez, Pensamiento político…, op. cit., p. 149.

27 Enquête, fol. 1.

28 Ibid., fol. 1v.

29 Ibid., fol. 1.

30 Ibid., fol. 1v.

31 Sur la signification des termes populus et comunidad en Castilla à la fin du Moyen Âge, H. R. Oliva Herrer, « ¿Qué es la comunidad? Reflexiones acerca de un concepto político y sus implicaciones en Castilla a fines de la Edad Media », Medievalismo: Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 24, 2014, p. 281-306. Pour une comparaison, J. Watts, « The commons in Medieval England », dans J. P. Genet (éd.), La légitimité implicite, Paris, Publications de la Sorbonne/EFR, 2015, vol. II, p. 207-231.

32 G. Martin, Les juges de Castille : mentalités et discours historique dans l’ Espagne médiévale, Paris, Publication du séminaire d’études médiévales hispaniques de l’université Paris XIII, 1992.

33 « Todos los castellanos en uno se acordaron, / dos omnes de gran guisa por alcaldes alçaron,/ los pueblos castellanos por ellos se guiaron, / que non posyeron rey, gran tienpo duraron ». Libro de Fernan González, éd. par I. Lopez Guil, Madrid, CSIC, 2001.

34 Enquête, fol. 2.

35 Ibid., fol. 2v.

36 Ibid., fol. 4v.

37 Sur ce sujet, je me permets de renvoyer à mon récent travail, H. R. Oliva, « Interpreting large-scale revolts: some evidence from the War of the Communities of Castile », dans J. Firnhaber-Baker, D. Schoenaers (éd.), The Routledge History Handbook of Medieval Revolt, Londres, Routledge, 2016, p. 331-348.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La cour à Valladolid en 1517 et les sermons en novembre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 2. La cour à Valladolid en 1517 et les sermons en décembre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

université de Séville

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search