Versione classicaVersione mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Septième partie. Communication politique et pratiques de pouvoir

La conquête d’Antequera (1410)

Réflexions sur la perception de la guerre dans la Castille du bas Moyen Âge

Pascual Martínez Sopena

Testo integrale

  • 1 J. M. Nieto Soria, « Fernando de Antequera, regente de Castilla », dans J. A. Sesma (éd.), La coron (...)
  • 2 Ce travail s’inscrit dans le cadre du Projet de Recherche « Poderes, espacios y escrituras en los r (...)

1Au début du xve siècle, la Reconquista connut une nouvelle impulsion en Castille sous la régence de l’infante Fernando, fils de roi et noble le plus éminent du royaume. Si la figure de don Fernando d’Antequera et son époque ont suscité depuis longtemps l’intérêt des historiens, on observe aujourd’hui un renouveau historiographique indéniable. En témoigne la parution de plusieurs travaux liés à la récente commémoration du sixième centenaire de l’accession au trône d’Aragon de don Fernando. Dans la lignée de la « nouvelle histoire politique », un courant autonome soulignait toutefois déjà l’importance de sa régence du royaume de Castille, en mettant en exergue la « bonne fortune » de l’infante – sa fortune matérielle et spirituelle exprimée – les gens de sa casa ou l’issue heureuse de la guerre qu’il entreprit1. Si les chroniques de cette époque et la documentation de la chancellerie royale – ainsi que la littérature populaire ultérieure – ont permis de saisir le caractère exceptionnel de cette période, peu d’historiens, en revanche, se sont penchés sur la documentation locale. Pourtant, dès la fin du xive siècle, nombreuses sont les archives municipales conservant des informations administratives. Villalón de Campos, une importante ville de la seigneurie de l’infante, constitue un cas d’étude particulièrement révélateur, tant du point de vue de la gestion des nouvelles que, dans une perspective comparée, de celui de la divergence entre le discours des sources émanant de la cour et celui des sources communales2.

L’infante-roi Fernando (1380-1416), ses seigneuries de Castille et la guerre contre les maures de Grenade

2L’infante Fernando, el de Antequera, est un personnage singulier de l’histoire espagnole du xve siècle. Bien qu’il soit décédé prématurément, la renommée du régent de Castille (1406-1416) devenu roi d’Aragon et de Sicile (1412-1416) met en évidence ses dons politiques, sa profonde religiosité ou sa proverbiale cupidité : le souvenir qu’il a laissé est complexe. Fils cadet du roi Juan Ier de Castille, il reçut à la mort de son père en 1390 la seigneurie de Lara, titre qui faisait de lui le chef de la noblesse castillane. En même temps, il hérita d’un grand nombre de villes situées dans le bassin du Douro, en particulier dans les environs de Valladolid, centre politique du royaume. Parmi celles-ci, on peut citer Olmedo, Peñafiel, Cuéllar et Medina del Campo, sa capitale, toutes situées au sud du fleuve, outre quelques autres villes localisées au nord comme Mayorga. Les ressources de l’infante Fernando se multiplièrent à partir de 1395, date de son mariage avec Éléonore d’Albuquerque, elle aussi de sang royal, qui était considérée comme une rica hembra, c’est-à-dire l’un des plus beaux partis du pays, ses seigneuries s’étendant de la frontière de Navarre à la frontière du Portugal. Les villes de Villalón, Urueña, Castromonte et Villalba consolidèrent la position du couple au nord du Douro et aux alentours de Valladolid et, en 1400, Paredes de Nava, une autre localité importante, vint s’ajouter aux possessions de Fernando et d’Éléonore dans ces territoires. Leurs domaines, outre leur étendue, se trouvaient pour la plupart dans des régions riches comme la Tierra de Campos, la Rioja et l’Estrémadure. L’infante Fernando conserva son statut pendant tout le règne de son frère, Enrique III, qui à sa mort en 1406 laissait un héritier âgé de 2 ans, le futur Juan II. Une très longue régence s’annonçait. C’est donc la reine veuve Catherine de Lancastre qui dut gouverner avec le soutien de l’infante – lequel devint en réalité le principal personnage politique de la période.

3Le pouvoir et le prestige de l’infante s’appuyaient sur un cercle important de vassaux, de parents et de conseillers issus de milieux divers : petite et grande noblesse, juifs convertis, clercs cultivés, outre quelques hombres buenos et chevaliers des villes de ses seigneuries. En leur compagnie, il organisa un puissant appareil d’état – sa casa – doté de moyens considérables et prêt à relever des défis ambitieux. Son influence s’étendit au-delà des frontières de Castille. Le père Vincent Ferrier, dominicain bien connu dont l’ordre bénéficia de la protection de l’infante, fut notamment l’un de ses plus ardents défenseurs. Tout ceci favorisa son accession au trône d’Aragon, mais avant son intronisation, ce réseau lui fut également d’une grande utilité pour accomplir d’autres desseins : en particulier, pour reprendre les hostilités contre le sultanat de Grenade, une guerre présentée comme une nouvelle « croisade ».

  • 3 F. López Estrada, Poética de la frontera andaluza (Antequera 1424), Salamanque, université de Salam (...)

4Le sultanat de Grenade, gouverné par la dynastie nasride depuis le xiiie siècle, étendait sa domination sur le sud-est de la péninsule ibérique et formait un territoire de 30 000 km2 qui allait de Gibraltar aux zones désertiques de la région d’Almería. Grenade, la capitale, fascinait et effrayait à la fois les Castillans. Sa foi musulmane suscitait leur hostilité et le sultanat, vassal habituel du roi de Castille, représentait un danger comme éventuelle tête de pont d’une invasion en provenance d’Afrique – même si les périodes de paix avaient prévalu depuis 1350. Mais la civilisation grenadine offrait aussi un modèle de raffinement et d’excellence technique aux royaumes voisins. Enfin, la « bande mauresque », la longue et large frontière qui séparait les deux royaumes, regroupait une multitude de situations et de modèles sociaux qui nourrissaient l’imaginaire de l’époque, sensible aux exploits héroïques et aux fortunes faciles. Les campagnes militaires débutèrent sans grand succès en 1407. Ce n’est qu’en 1410 que la victoire arriva avec la conquête d’Antequera, une ville frontalière stratégique. Célébrée dans les milieux proches de la cour – comme en témoignent les chroniques et certains poèmes –, la mémoire de cette victoire perdura pendant des siècles grâce aux romances fronterizos de veine populaire3.

À la cour du régent : récit officiel et symbolique dans les sources narratives

  • 4 J. M. Carriazo Arroquia (éd.), Crónica de Juan II de Castilla, Madrid, Real Academia de la Historia (...)
  • 5 F. Bautista, « Alvar García de Santa María y la escritura de la historia », dans P. M. Cátedra (éd. (...)

5La première partie de la chronique du roi Juan II est consacrée à la période de sa minorité. Elle encense l’infante Fernando et les siens, au détriment de la co-régente Catherine de Lancastre et de son entourage. De nombreuses pages traitent des guerres frontalières – en particulier de la campagne d’Antequera4. Le récit, comme l’ont souligné certains auteurs, est un condensé des tendances de l’époque. La chronique royale, devenue métier courtisan, est pratiquement rédigée au fil des évènements. Elle fait appel à des sources diverses, allant des informations orales à la copie de documents, en passant par les archives de l’infante et offre une profusion inédite de détails qui accroissent la longueur du texte5. Tout ceci, outre la maîtrise de l’art du récit, porte à considérer cette chronique comme la version immédiate et officielle de la campagne d’Antequera.

  • 6 Carriazo, Crónica de Juan II…, op. cit., p. 300-309. L’infante ordonna que soient organisées des pr (...)

6Cette dernière présente une alternance de descriptions techniques et d’épisodes dramatiques. Penchons-nous sur un exemple. Le moment décisif du siège d’Antequera fut le combat qui se déroula au col de la Boca del Asno, situé à une lieue de la ville. Avec la défaite des renforts envoyés par le sultan, les espoirs des assiégés s’amenuisèrent. La chronique relate la progression de cette armée commandée par deux infantes frères du souverain maure, s’attarde ensuite sur les escarmouches, les coups de main, les retraites tactiques et autres actions défensives et insiste sur le caractère miraculeux de la victoire remportée par les chrétiens face à un ennemi bien plus nombreux. Le chroniqueur ne manque pas de signaler que l’infante envoya après le siège une missive à la régente et au petit roi, ainsi qu’aux villes du royaume, pour leur communiquer « la bonne fortune que Dieu leur a accordée dans cette bataille » et sa gratitude envers la Vierge Marie « dont il était lui-même le chevalier6 ».

  • 7 Un exemple de la portée politique indéniable est la fondation de l’ordre de chevalerie de la Jarra (...)
  • 8 Le chroniqueur souligne la présence de l’épée Lobera du roi Fernando III. Elle était conservée dans (...)
  • 9 Sur la galère en chef, dit la chronique, on avait vu à deux reprises « le saint corps de frère Pedr (...)

7Mais la chronique mêle également aux faits des prodiges. Ces derniers sont associés à la personnalité du régent, à des objets propitiatoires ou à certaines circonstances. Ainsi, la grande dévotion de l’infante pour la Vierge Marie est bien connue et eut sa propre liturgie7. Don Fernando fit porter à son campement des joyaux symboliques de Léon et de Séville liés à d’anciennes victoires sur l’Islam : l’étendard de saint Isidore et l’épée de Fernando III, le roi qui avait conquis une grande partie de l’Andalousie au milieu du xiiie siècle8. Simultanément, la présence du « feu de saint Elme9 » fut interprétée comme un présage de bon augure par la flotte qui surveillait le détroit de Gibraltar. Si de tels objets et signes parvenaient à galvaniser les troupes des assiégeants et leur chef lui-même, la nouvelle victoire renforça encore davantage son charisme. Il ne s’agissait que d’éléments hétérogènes, mais l’utilisation concomitante de tous ces éléments les revitalisa et leur conféra une image unitaire dont ils étaient dépourvus jusqu’alors. Leur inclusion dans la chronique reflétait la volonté d’inscrire les campagnes de l’infante dans une tradition alliant la guerre et le sacré.

  • 10 J. M. Azáceta (éd.), Cancionero de Baena, Madrid, CSIC, 1966, I, p. 22-25.

8Certains faits devaient être repris plus tard dans le romancero, mais Alfonso Alvarez de Villasandino avait déjà salué la fortune de l’infante juste après la campagne. Ce dernier n’était pas encore devenu « le roi Fernando d’Aragon » – bien qu’il y prétende déjà – lorsque le célèbre poète de cour célébra la victoire de Boca del Asno. Dans ses vers, il évoquait la défaite des deux infantes de Grenade, le secours de la Vierge Marie et l’ordre de chevalerie que don Fernando avait fondé en son honneur, l’intervention de saint Jacques, saint patron des Espagnes, et celle de saint Jean l’Évangéliste, le saint du jour, etc.10. Les coïncidences entre son poème et la chronique ou les missives envoyées par le régent aux concejos, les conseils des villes, mettent en évidence un discours commun dès le départ, adapté à des fins diverses et à différents auditoires. Une information qu’il convient non seulement de rapprocher des ordres que recevaient habituellement les concejos, mais également de leurs réponses.

Villalón : la campagne d’Antequera vue de l’arrière

  • 11 C. Reglero de la Fuente, « El poblamiento del Noreste de la Cuenca del Duero en el siglo XV », Hisp (...)
  • 12 L’estimation de 1410 se base sur la répartition « par foyers » d’un impôt traditionnel (la martinie (...)

9La villa de Villalón se trouve à plus de 700 km d’Antequera. Au début du xve siècle, avant la fondation de ses grandes foires, elle occupait déjà un poste de premier ordre dans la Castille du Douro par sa contribution fiscale et sa population. En 1409, elle se plaçait au neuvième rang de toutes les villes et des bourgs de la zone nord-est de la vallée du Douro en termes de recette fiscale. Derrière Burgos, Valladolid et Palencia, les agglomérations principales, il existait un grand nombre de « petites villes » parmi lesquelles Villalón figurait en tête11. D’autres sources précisent qu’en 1410, elle ne comptait pas moins de 600 vecinos contribuables. Comme certains habitants n’étaient pas assujettis à l’impôt, du fait de leur condition de privilégiés, ou de pauvres, ou pour d’autres raisons, le nombre total de feux ou fumos s’élevait probablement à 700, soit peut-être 3 000 âmes12. Villalón se situe en outre au cœur de la Tierra de Campos, une plaine vallonnée qui s’étend sur 7 500 km2 et dont la prospérité était liée aux cultures de céréales et de vigne, outre l’élevage ovin. Depuis le xiie siècle, elle écoulait ses excédents vers la façade atlantique et alimentait un commerce interrégional très actif. Vers l’an 1400, la Tierra de Campos était donc la région la plus riche et la plus peuplée de la vallée du Douro. Son réseau de peuplement s’articulait autour d’une trentaine de « petites villes » qui comptaient chacune des centaines de vecinos et oscillait entre 1 000 et 4 000 habitants selon les estimations les plus modérées. Bon nombre d’entre elles possédaient de vastes territoires et avaient développé une activité artisanale rudimentaire et même une certaine spécialisation textile. On peut dire que ces agglomérations s’apparentaient aux « agrovilles » italiennes. Dans cette région, les prétentions des seigneurs s’étaient heurtées à une longue tradition communale qui avait donné lieu à bien des révoltes.

  • 13 AMV, Primer Libro, séance du 07.10.1410.
  • 14 L’estanco était le droit de vente exclusive d’un produit pendant une période donnée jusqu’à épuisem (...)

10Villalón dénombrait quatre paroisses. D’un point de vue fiscal, elle était divisée en six quartos, un modèle commun à toutes les villes de la région depuis la première moitié du xive siècle. L’église principale était Saint-Michel « du marché », en référence au marché hebdomadaire fondé par le roi Alonso VIII (1159-1214) qui se tenait tous les samedis. Une disposition datant de 1410 fait allusion à la présence de merchanes qui descendaient « de la montagne » avec des charrettes et des troupeaux de mules pour acheter des céréales. L’importance du commerce des grains en Tierra de Campos vers les régions déficitaires du nord (où une partie de la population travaillait comme muletiers) est suggérée par la date du document, le début de l’automne, soit la période d’approvisionnement en vivres pour affronter le long hiver13. Les rythmes du commerce agraire sont perceptibles à d’autres indices qui dénotent un ensemble de privilèges et de négociations. L’infante Fernando, fondateur du couvent de Santo Domingo de Villalón, avait concédé aux frères un droit d’estanco sur le vin pendant le marché extraordinaire qui se tenait le jour de la saint Jean (24 juin). Cette fête marquant le début de l’été signifiait pour les villes de la Tierra de Campos une belle occasion de vendre aux marchands du nord en manque de vin les excédents de production de l’année précédente à des prix relativement élevés14.

  • 15 Ibid., séance du 24.08.1409.
  • 16 Ibid., en particulier les séances du 25.08.1409, 13.10.1409 et 04.12.1409.

11Entre août 1409 et décembre 1410, les procès-verbaux des réunions du concejo de Villalón se concentrent principalement sur la campagne d’Antequera. Le premier témoignage est une lettre envoyée par l’infante Fernando depuis Paredes de Nava dont le préambule fait allusion à sa décision de faire la guerre aux maures de Grenade « ennemis de la sainte foi catholique ». Il annonce une nouvelle campagne pour l’année suivante « pour la défense de la foi, le service du roi et pour le bien, la protection et l’expansion de ses royaumes ». Les habitants de Villalón, rappelle-t-il, savent que leur seigneur a cherché à leur épargner de nouveaux tributs afin que la population puisse s’accroître et pour ne pas les accabler davantage, mais la situation exige désormais un effort particulier de la part de toutes les villes du seigneur : Villalón devra payer 85 500 maravédis, qui seront collectés en deux prélèvements avant la fin de l’année15. Les retards de paiement de cette contribution extraordinaire et de celle de l’année suivante furent dès lors une constante dans les comptes-rendus de séances de toute la période. Ils s’ajoutaient aux impayés d’impôts votés par les Cortes. Dans les faits, les premiers retards remontent au moins à l’année 1407. Les collecteurs de taxes de l’infante se montrèrent de plus en plus menaçants envers la communauté des habitants, qui protesta timidement d’abord et finit par manifester un franc rejet. Les tensions finirent par retomber et le concejo par se soumettre à la fin de 140916. Cet épisode ne fut cependant pas un phénomène isolé, puisque les officiers du régent se heurtèrent aux mêmes résistances dans ses principales villes au nord du Douro et durent sommer les concejos de Paredes de Nava, Saldaña et Mayorga de s’exécuter.

  • 17 Ibid., Primer Libro, séance du 07.11.1409. Le concejo décida que l’alarde aurait lieu le lendemain. (...)

12Simultanément, pour mener la guerre, il fallut procéder à une levée de troupes dans les seigneuries de l’infante. En novembre 1409, arrivèrent dans les villes et autres localités les ordres de recrutement des fantassins. Villalón était tenue de fournir 25 arbalétriers et 33 lanciers, ce qui représentait une proportion élevée de la population. Les recrues devaient être « des hommes jeunes, aptes à armer et à tirer à l’arbalète, à manier la lance et le bouclier et à combattre si nécessaire ». On leur promettait un bon salaire « pour qu’ils soient mieux disposés à servir comme de bons et loyaux vassaux ». En vue de sélectionner les hommes formant ce contingent, le concejo ordonna de procéder à un alarde, c’est à dire une revue générale des hommes de la ville en armes17. La milice partit au printemps 1410, alors que se déroulait le siège d’Antequera. L’infante avait ordonné de payer à ces hommes une avance équivalente à un mois de solde et les tributs que devaient collecter les villes de l’infante pour les caisses de la Couronne cette année-là seraient alloués à cet usage. Mais au début de juillet, les recrues n’avaient toujours rien perçu et, depuis le campement de don Fernando, on réclama l’envoi des fonds. Quelques semaines plus tard, le concejo de Villalón était enjoint de faire les récoltes de grain et de travailler les vignes des combattants, le coût de ces travaux étant réparti entre les autres habitants.

13À la fin août 1410, les nouvelles parvenues à Villalón se faisaient l’écho du mécontentement de l’armée des assiégeants. Pour calmer les esprits, elles précisaient que l’infante Fernando avait pris toutes les mesures nécessaires pour résoudre la situation. Les milices d’arbalétriers et de lanciers s’étaient plaintes des répercussions d’une campagne si prolongée sur le travail de leurs terres. Les hommes demandaient de pouvoir rentrer chez eux et l’infante le leur avait accordé. En conséquence, il ordonna aux villes de sa seigneurie de préparer la relève, c’est-à-dire de recruter le même nombre d’hommes dans les plus brefs délais. Cette fois-ci, il était prévu qu’ils toucheraient deux mois de solde avant le départ et un troisième mois leur serait payé à leur arrivée au campement. Toutes les sommes seraient prélevées sur les pedidos et à la charge des vecinos si nécessaire. Le 23 septembre 1410, un nouveau contingent d’arbalétriers et de lanciers partit de Villalón. Nul ne sait si cette troupe dépassa Medina del Campo car, à la même date, un courrier de l’infante quittait Medina pour Villalón portant la nouvelle de la conquête d’Antequera le 17 septembre, quelques jours auparavant.

Visages de la guerre et réseaux de relations

  • 18 F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre xiie et xiiie siècles », dans N. Coq (...)
  • 19 J. C. Martín Cea, El mundo rural castellano a fines de la Edad Media. El ejemplo de Paredes de Nava (...)

14F. Menant a défini le bas Moyen Âge comme « un monde où l’écrit domine tous les domaines de la vie18 ». Les divers documents qui nous renseignent sur la campagne d’Antequera le confirment. Qu’il s’agisse de chroniques, de poèmes ou de sources documentaires, ils étaient généralement issus des milieux de la cour et fréquemment réinterprétés au niveau local. Ce pouvait être des nouvelles urgentes ou des mémoires, parfois associés à des objets charismatiques ou à d’autres formes esthétiques non-écrites. Vue depuis Villalón de Campos, notre observatoire, la guerre fut vécue intensément et avec des sentiments partagés. Au rythme des ordres et des nouvelles qui parvenaient d’Andalousie, la vie locale tournait autour de cette campagne militaire, comme dans d’autres villes de la seigneurie d’ailleurs19.

  • 20 AMV, Primer libro, séance du 23.10.1409. Les regidores firent relire et recopier une lettre de mena (...)
  • 21 En 1409, la fête de saint André, patron personnel de l’infante, devait être célébrée à Palencia ave (...)
  • 22 Un frère de Día Sánchez de Basurto (originaire de Biscaye à en croire son nom) était chanoine de la (...)

15Sur le plan officiel, le concejo ajoutait aux fêtes religieuses d’autres célébrations telles qu’une distribution de vin le jour du départ de la milice ou une course de taureaux pour fêter un succès militaire. Mais en même temps, les réquisitions de biens matériels et d’hommes pour répondre aux besoins de la guerre se multipliaient et avaient mobilisé les vecinos contre leur seigneur. Dans l’entourage de l’infante, on redoutait une réaction de grande envergure. L’attitude de rejet de la population risquait de déboucher sur une révolte comparable à celle de 1401 au cours de laquelle les habitants de Villalón s’étaient rebellés (sans succès) contre le nouveau mode de gouvernement imposé par don Fernando, qui s’appuyait sur six regidores à vie désignés par lui-même20. Naturellement, ces regidores étaient des hommes de l’infante, recrutés sur place ou dans la contrée environnante, mais aussi dans les milieux universitaires. En 1409, la moitié de ceux qui avaient été nommés en 1401 étaient encore en poste. Au moins deux d’entre eux occupaient d’autres charges simultanément. C’était le cas de Pedro Fernández Cabeza de Vaca, issu d’une ancienne famille noble de la région, qui était également alférez de l’infante, c’est-à-dire le chef de sa mesnie. L’autre, Día Sánchez de Basurto, était chargé de collecter le tribut extraordinaire qui avait déclenché le refus de ses concitoyens. Au-delà du niveau local, d’autres puissants alliés dans la Tierra de Campos soutenaient la politique de l’infante. Les deux meilleurs exemples sont Alfonso Enríquez, amiral de Castille à partir de 1405, et Sancho de Rojas, évêque de Palencia, la ville où siégeait fréquemment la cour de l’infante en raison des liens étroits qui unissaient les deux hommes21. L’amiral appartenait à la famille royale et avait été son grand chancelier. À partir de 1389, ce ricohombre se consacra à constituer une grande seigneurie autour de Villalón et Mayorga pendant plus de trente ans. Cabeza de Vaca et Basurto, les deux regidores, jouèrent pendant la campagne le rôle correspondant à leur charge. L’évêque Sancho de Rojas prit part au siège d’Antequera et s’illustra dans la bataille de Boca del Asno. Pour sa part, l’amiral était chargé du blocus du détroit de Gibraltar – tâche qu’il confia à son fils bâtard, Juan Enríquez. Encore plus révélateurs sont les indices de mise en place de soutiens populaires de l’infante dans la région22.

16Pour évaluer cette guerre à sa juste mesure, il faut tenir compte en effet de certains aspects complémentaires. Les lettres de paiement des 58 hommes du premier contingent démontrent qu’ils rentrèrent tous à Villalón, ce qui pour une fois donnerait raison à ceux qui cherchaient des signes providentiels ! À en juger par la solde qu’ils touchèrent, 23 880 maravédis, de petites gens profitèrent de cette campagne. Qui sait si les soldes généreuses ne furent pas une manière de compenser les versements de tributs ? La guerre de l’infante permit donc de générer et de redistribuer des ressources à l’échelle locale, mais sans doute bien moins que dans les groupes privilégiés. Tous ces éléments expliquent la répercussion sociale de la conquête d’Antequera qui ne fut pas simplement une victoire lointaine à la frontière de Grenade. Les récits et les romances lus, chantés, déclamés et écoutés durent entretenir des émotions profondes et diverses chez ceux qui y avaient participé et prolongèrent ensuite sa mémoire au-delà de l’époque à laquelle elle s’est déroulée.

Note

1 J. M. Nieto Soria, « Fernando de Antequera, regente de Castilla », dans J. A. Sesma (éd.), La corona de Aragón en el centro de su historia, 1208-1458 : El interregno y el Compromiso de Caspe, Saragosse, Grupo CEMA, 2012, p. 293-314 ; V. Muñoz Gómez, Fernando “el de Antequera” y Leonor de Alburquerque (1374-1435). Una historia de poder en la Península Ibérica a fines de la Edad Media, Séville, université et Ateneo de Séville, 2016 ; F. P. Cañas Gálvez, « La casa del infante Fernando de Castilla: corte, poder y representación político-institucional en el ocaso del medievo (1385-1408) », Boletín de la Real Academia de la Historia, CCXXIII/I, 2016, p. 9-108 ; S. González Sánchez, Los recursos militares de la monarquía castellana a comienzos del siglo XV: las campañas granadinas del infante don Fernando : Setenil y Antequera (1407-1410), Madrid, Dykinson, 2016.

2 Ce travail s’inscrit dans le cadre du Projet de Recherche « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (siglos XI-XIV) », financé par le MINECO.

3 F. López Estrada, Poética de la frontera andaluza (Antequera 1424), Salamanque, université de Salamanque, 1998. Deux siècles plus tard, les premières pages du Don Quichotte traiteront des romances du « cycle d’Antequera ».

4 J. M. Carriazo Arroquia (éd.), Crónica de Juan II de Castilla, Madrid, Real Academia de la Historia, 1982. La cour était divisée en deux factions et c’est celle de l’infante qui s’imposa. L’éditeur attribue cette œuvre à Alvar García de Santa María, membre de la principale famille de juifs convertis de Burgos, proche de l’infante et de ses enfants.

5 F. Bautista, « Alvar García de Santa María y la escritura de la historia », dans P. M. Cátedra (éd.), Modelos intelectuales, nuevos textos y nuevos lectores en el siglo XV. Contextos literarios, cortesanos y administrativos. Primera entrega, Salamanque, université de Salamanque, 2012, p. 27-59. L’auteur met en doute le fait que cette chronique soit l’œuvre d’Alvar García.

6 Carriazo, Crónica de Juan II…, op. cit., p. 300-309. L’infante ordonna que soient organisées des processions solennelles dans tout le royaume « à cause de cet heureux événement ». La chronique inclut la lettre adressée à Séville, affirmant que la victoire « a plu à Dieu et à la sainte Vierge et au seigneur saint Jean dont c’est la fête aujourd’hui » ; en effet, la date de la bataille renforce le facteur providentiel (le 6 mai correspond à la festivité de saint Jean ante Portam Latinam). L’infante réclamait également des albricias pour son messager (de l’arabe hispanique al-búsra, « récompense pour celui qui apporte des bonnes nouvelles »).

7 Un exemple de la portée politique indéniable est la fondation de l’ordre de chevalerie de la Jarra y el Grifo (1403), qui se produisit du vivant de son frère Enrique III. Cet ordre prétendait être l’héritier d’un autre ordre légendaire, précurseur du monastère de Santa María de Nájera. Ce lieu, panthéon des rois de la Navarre et de grands seigneurs, alliait le culte à une représentation de Notre Dame considérée comme miraculeuse avec la mémoire du rattachement de La Rioja à la Castille à la fin du xie siècle.

8 Le chroniqueur souligne la présence de l’épée Lobera du roi Fernando III. Elle était conservée dans la cathédrale de Séville (où elle se trouve encore), la ville symbolisant sa victoire (Carriazo, Crónica de Juan II…, op. cit., p. 129-131, ici p. 190-191 et 400). De même, l’infante fit venir de Léon l’étendard de saint Isidore lié à une tradition ressuscitée au xive siècle : voir A. Montaner Frutos, « El Pendón de San Isidoro o de Baeza. Sustento legendario y constitución simbólica », Emblemata. Revista aragonesa de emblemática, 15, 2009, p. 29-70.

9 Sur la galère en chef, dit la chronique, on avait vu à deux reprises « le saint corps de frère Pedro González avec des chandelles enflammées » (Carriazo, Crónica de Juan II…, op. cit., p. 374-375). Il s’agit en fait d’un phénomène d’électricité statique connu chez les marins sous le nom de « feu de Saint Elm ». Mais contrairement aux traditions qui le rapprochent du martyr ancien saint Érasme ou Elme, en Espagne il était considéré comme le signe du saint dominicain Pedro González « Telmo », qui participa avec Fernando III à la conquête de Séville (1248).

10 J. M. Azáceta (éd.), Cancionero de Baena, Madrid, CSIC, 1966, I, p. 22-25.

11 C. Reglero de la Fuente, « El poblamiento del Noreste de la Cuenca del Duero en el siglo XV », Hispania, LV/II, 190, 1995, p. 425-493. Cette étude se base sur les données de la contribution de 1409 pour le pedido (l’impôt principal voté par les Cortes) concernant 1600 noyaux de population dans un territoire de 25 000 km2.

12 L’estimation de 1410 se base sur la répartition « par foyers » d’un impôt traditionnel (la martiniega, payable le jour de la saint Martin) et d’un autre tribut extraordinaire (les salaires des hommes ayant cultivé les terres des habitants recrutés comme arbalétriers et lanciers pour la campagne d’Antequera, A. M. de Villalón, Primer Libro de Actas del Concejo, non numéroté [cité désormais comme AMV, Primer Libro], séances du 20.07.1410, 03.11.1410 et 16.11.1410.

13 AMV, Primer Libro, séance du 07.10.1410.

14 L’estanco était le droit de vente exclusive d’un produit pendant une période donnée jusqu’à épuisement des stocks. Il est clair qu’il portait préjudice aux vecinos, ce qui les conduisit à trouver un accord. Le concejo négocia une compensation en échange d’une cession provisoire de ce privilège (AMV, Primer Libro, séance du 13.09.1409).

15 Ibid., séance du 24.08.1409.

16 Ibid., en particulier les séances du 25.08.1409, 13.10.1409 et 04.12.1409.

17 Ibid., Primer Libro, séance du 07.11.1409. Le concejo décida que l’alarde aurait lieu le lendemain. Tous les vecinos de sexe masculin, des adolescents aux vieillards, devaient se présenter avec les armes qui leur correspondaient comme « arbalétriers » ou « lanciers » ; ces deux catégories de fantassins différenciaient les vecinos en fonction de leur capacité économique et fiscale.

18 F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre xiie et xiiie siècles », dans N. Coquery, F. Menant, F. Weber (éd..), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 33.

19 J. C. Martín Cea, El mundo rural castellano a fines de la Edad Media. El ejemplo de Paredes de Nava en el siglo XV, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1991, p. 51-52.

20 AMV, Primer libro, séance du 23.10.1409. Les regidores firent relire et recopier une lettre de menaces de l’infante au concejo datée du 25 juillet 1401. Il s’agissait d’une mesure de dissuasion visant à rappeler aux habitants leur défaite précédente face au seigneur.

21 En 1409, la fête de saint André, patron personnel de l’infante, devait être célébrée à Palencia avec un banquet ; à cet effet, son dépensier demanda qu’on lui envoie 70 paires de poules de Villalón (AMV, Primer Libro, séance du 26.11.1409). Palencia, principale agglomération de la Tierra de Campos, était une ville de tradition textile.

22 Un frère de Día Sánchez de Basurto (originaire de Biscaye à en croire son nom) était chanoine de la cathédrale de Palencia. Aux ordres de Juan Enríquez, capitán mayor de la flotte, divers nobles de la Tierra de Campos comme Alvar Núñez Cabeza de Vaca et Pedro Barba commandèrent des galères.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search