Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Septième partie. Communication politique et pratiques de pouvoir

Le chant de Cortenuova

Benoît Grévin

Texte intégral

  • 1 Sur la victoire de Cortenuova, W. Stürner, Friedrich II. Der kaiser 1220-1250, Darmstadt, Nimbus, 2 (...)

1Le 27 novembre 1237, l’empereur Frédéric II remportait à Cortenuova, à quelques kilomètres au sud de Bergame, une éclatante victoire sur les troupes de la seconde ligue lombarde. Cette bataille, livrée avec des troupes provenant aussi bien du royaume germanique que des cités alliées d’Italie du nord ou du royaume de Sicile, est restée célèbre dans les fastes de la cause que l’on commençait alors à nommer gibeline. Ses résultats immédiats ne furent pas négligeables. La ligue fut momentanément ébranlée par la défaite, et le pouvoir impérial put s’étendre un temps sur de vastes portions de la plaine padane. L’échec des négociations de paix avec Milan, puis du siège de Brescia, l’année suivante, relativisa pourtant la portée stratégique de l’événement1.

  • 2 Sur Pietro Dandolo, fils du doge Iacopo Tiepolo, s. v. « Pietro Tiepolo », dans Enciclopedia Federi (...)
  • 3 Scène racontée dans différentes chroniques et dans l’encyclique impériale BF 2294 Exultet iam Roman (...)
  • 4 Sur la présence régulière de l’empereur à Crémone, son lieu de séjour favori en Lombardie, C. Brühl (...)
  • 5 Lettre BF 2294, Exultet jam romani-leticia gaudeatis éd. par J. L. A. Huillard-Bréholles (éd.), His (...)
  • 6 BF 2291, Quante audacie-duximus intimandum, Historia, V/1, p. 132-134 ; L’Epistolario, PdV II, 50, (...)
  • 7 BF 2293, Quia felicium-ad triumphum, Historia, V/1, p. 134-135.
  • 8 BF 2292, Felices victorie-gaudium, Historia, V/1, p. 135-136.
  • 9 BF 2295, Quia vestre nitor-beneficia premiorum, Historia, V/1, p. 147-149 ; L’Epistolario, PdV II, (...)
  • 10 BF 2290, Communem omnium-victoriose sublimat, Historia, V/1, 142-145. L’Epistolario, PdV II, 25, p. (...)

2Si Cortenuova est restée la victoire frédéricienne par excellence, c’est pour d’autres raisons que ses suites immédiates ou lointaines. Ces raisons tiennent à l’exploitation qui en a été faite pour magnifier la cause impériale. Le déroulement de la bataille présentait en effet un fort potentiel symbolique, qui fut exploité de main de maître. L’empereur y avait participé en personne. D’autre part, le carroccio milanais, symbole des libertés communales, avait été capturé, ainsi que le podestat de Milan, Pietro Tiepolo, fils du doge de Venise2. La propagande impériale s’empara de la victoire en combinant deux cycles de « publicisation ». Cortenuova fut d’abord l’objet d’une théâtralisation mettant en scène l’humiliation de la ligue à travers l’exhibition en divers lieux des trophées les plus remarquables. Lors d’un véritable triomphe à la romaine, le carroccio fut ainsi promené dans les rues de Crémone. Traîné par un éléphant surmonté d’une tour garnie des armes de l’Empire et remplie de musiciens, il était suivi par le podestat ligoté et par le drapeau de Milan, balayant la terre3. Puis, de Crémone, cette « capitale lombarde » de Frédéric II, le char fut envoyé à Rome, pour être placé sur le Capitole au sommet d’un monument de marbre nanti d’une inscription commémorative4. Dans le même temps, une volée de lettres portait la nouvelle aux quatre coins de l’orbis latinus. Nous en avons conservé pas moins de six versions, dont l’une, encyclique, était destinée aux fidèles de l’Empire5, tandis que les autres étaient respectivement adressées à Richard de Cornouailles, beau-frère de Frédéric II (ou sous une forme abrégée au bâtard de l’empereur, Enzo6), à l’archevêque de York7, au duc de Lorraine8, aux princes de l’Empire9, enfin au pape Grégoire IX et au collège cardinalice10. D’autres encore ont sans doute existé.

  • 11 H. M. Schaller, Handschriftenverzeichnis zur Briefsammlung des Petrus de Vinea, Hanovre, Hahnsche B (...)
  • 12 Sur la collection classique, ibid., p. 240-242. Sur les rapports entre les quatre collections, voir (...)

3Ces lettres présentent toutes dans leurs grandes lignes les prodromes, le déroulement et l’issue de la bataille de Cortenuova. Elles ont probablement toutes été façonnées par des stylistes de la chancellerie frédéricienne, en décembre 1237 ou janvier 1238, selon le style pompeux et sophistiqué affecté par la communication impériale. Dans le détail, elles ne se ressemblent guère. Certaines sont plus techniques, narrant par le menu les opérations militaires, d’autres plus lyriques. La brillance stylistique et l’effort rhétorique percent à travers un ensemble de procédés, inégalement utilisés selon les missives. Toutes sont rythmées – un trait normal de l’art rhétorique impérial – mais elles ne contiennent pas la même densité de citations, bibliques ou classiques. Tous ces textes ont néanmoins été jugés dignes par les notaires héritiers des traditions de la chancellerie d’entrer dans les recueils de dictamina organisés après la mort de Frédéric II (1250) et de son logothète Pierre de la Vigne (1249) pour pérenniser l’art des stylistes impériaux. Les six lettres se retrouvent en effet dans les collections dites de Pierre de la Vigne sous leur forme la plus complète (collections dites « Gross-6 »11), et quatre d’entre elles sont incluses dans les collections classiques (« Klein-6 »), diffusées à travers toute la chrétienté à partir de la fin du xiiie siècle12.

  • 13 Ibid., p. 49-52 et sub indice, ainsi que L’epistolario, p. 249-443 (édition-traduction commentée).

4Il n’est pas question d’analyser l’ensemble de ce dossier, véritable sous-groupe du second livre des Lettres de Pierre de la Vigne regroupant la propagande guerrière de Frédéric II et Conrad IV13. Je souhaite simplement, en hommage au grand historien des plaines lombardes, et au maître qui a suivi avec bienveillance mes tout premiers pas en histoire médiévale, attirer l’attention sur le statut particulier de deux d’entre ses pièces, pour poser l’une de ces questions qui font toucher du doigt la distance qui sépare les formes de communication médiévales des nôtres. Comprendre le mode d’écriture d’une lettre impériale du xiiie siècle relatant une victoire remportée sur les bords de l’Oglio, entre Milan, Bergame, Brescia et Crema, c’est en effet investir cet espace indivis entre histoire et littérature qu’est l’art rhétorique médiéval, un espace où la complexité des techniques d’écriture en jeu impose au chercheur de superposer au traitement historique et philologique une analyse de type proprement rhétorique, tendant par définition vers le littéraire. Or deux des lettres de victoire du « cycle de Cortenuova » constituent à cet égard un cas de figure intrigant. Elles contiennent non seulement diverses citations poétiques, mais également des vers ou des fragments de vers dont l’origine est inconnue, au point que l’on peut se demander s’ils n’ont pas été composés pour l’occasion. Doit-on supposer, derrière ces bulletins de victoire en prose rythmée, l’existence d’un hypotexte métrique ?

  • 14 Voir supra, note 9.
  • 15 Sur le manuscrit Fitalia, version déviante des Lettres de Pierre de la Vigne, dont une des particul (...)
  • 16 Ms. Palermo, Biblioteca della Società Siciliana per la Storia Patria, I. B. 25 (Codice Fitalia), fo (...)
  • 17 Sur Collegerunt pontifices, Grévin, Rhétorique, op. cit., sub indice, p. 1000.

5Différents traits distinguent la lettre Quia vestrae nitor conscientiae beneficia premiorum14 dans l’ensemble de notre dossier. D’une part, de nombreux manuscrits attribuent expressément la rédaction de ce texte à Pierre de la Vigne. Or, à l’intérieur des recueils de dictamina placés sous l’autorité du grand-juge de Frédéric II, rares sont en fait les documents pour lesquels on trouve cette mention. Le nom des collections ne doit en effet pas tromper. Non seulement elles contiennent, sous toutes leurs formes, de nombreuses lettres qui ont été rédigées après la mort de Pierre de la Vigne, voire de Frédéric II lui-même, mais certains manuscrits, comme le précieux codex dit du prince de Fitalia, indiquent explicitement que des lettres rédigées avant février 1249 (date de la chute de Pierre de la Vigne) ont été composées par d’autres personnes – notaires ou professeurs du studium de Naples15. L’insistance sur l’autorité directe du grand-juge, « compositeur » de la lettre selon le manuscrit Fitalia16, est donc d’autant plus remarquable que plusieurs des six missives concernant Cortenuova ont pu être rédigées par d’autres lettrés. Il y a donc toute chance pour que Pierre de la Vigne ait effectivement rédigé en personne ce texte précis. La technique d’encastrement de discours des adversaires dans la narration renvoie d’ailleurs d’assez près à une autre missive souvent attribuée – avec moins d’indices toutefois – à Pierre de la Vigne lui-même, celle qui est placée en tête des recueils mis sous son nom, quelle que soit leur forme : Collegerunt pontifices17.

  • 18 Voir, sur cette quaestio rhétorique, ibid., p. 428-430.
  • 19 Quia vestre nitor : Quem [currum] habuit princeps victorie ad laudis titulum, quoniam illum ad alme (...)

6Quia vestre nitor consciencie est d’autre part une composition réflexive, qui ne provient pas d’une volonté immédiate de communication, mais participe d’un jeu rhétorique. Pierre de la Vigne répond en effet dans cette lettre au désir d’une personne ou d’un groupe de personnes, généralement considérées sur la foi des incipit de nombreux manuscrits comme les princes de l’Empire, de recevoir des nouvelles circonstanciées de la bataille. Il s’agit donc d’une réponse à une demande pressant le meilleur styliste de la chancellerie d’écrire un récit d’apparat, et de ce point de vue, la lettre diffère d’une encyclique ou d’une missive non provoquée, pour se rapprocher de certains jeux littéraires pratiqués à la cour impériale dans les mêmes années, comme le débat sur les qualités de la rose et de la violette motivé par une demande de l’impératrice Isabelle d’Angleterre18. La lettre a par ailleurs pu être composée un peu plus tard que la plus grande partie des autres missives sur Cortenuova, si l’on tient compte de la mention de l’expédition du carroccio à Rome. Il est vrai qu’une lecture attentive du texte prouve seulement que Frédéric II avait décidé d’offrir ce trophée en triomphe à Rome, et non qu’il y était déjà arrivé au moment de la rédaction19.

7La stratégie rhétorique à l’œuvre dans ce péan de victoire est claire. Après une introductio commentant la demande faite par les princes (?) de recevoir un récit véridique, Pierre de la Vigne entame une longue narration, en reprenant la série des événements depuis les prodromes de la bataille jusqu’à l’envoi du carroccio à Rome. C’est d’abord la description de l’orgueil des rebelles lombards qui refusent d’obéir à la majesté impériale, et qui pullulent sur les bords de l’Oglio où ils se sont rassemblés. Ils sont comparés, en fonction d’un double jeu de références bibliques et classiques, à des souris s’aventurant hors de leurs cavernes pour tendre un guet-apens au lion, mais aussi à des fils de Bélial, et le fleuve est étymologiquement assimilé à la zizanie (loglio, « ivraie »). L’activité des rebelles est musicalisée par l’évocation des instruments dont retentit leur camp. Le dictator rappelle ensuite la volonté de paix de Frédéric-Salomon. Mais les « fils de Léviathan » rendent vaine toute tentative de conciliation. C’est alors l’évocation de la bataille, dans laquelle les partisans de Frédéric l’encouragent à voler jusqu’à Milan, tandis que les Lombards se lamentent. L’ensemble des troupes frédériciennes n’est pas ici évoqué, seule la présence de « quelques Teutons » (les troupes d’élite allemandes) et de « certains Lombards » (les alliés crémonais et les troupes de Pavie) étant mentionnée. En revanche, le texte s’étend sur le carnage opéré par Frédéric, sur la détresse des Lombards, sur la capture du carroccio (currus glorie) et du fils du doge de Venise, sur l’expédition du char à Rome. Enfin, la partie conclusive du texte est une deploratio ironique de la chute de l’orgueil milanais, et une annonce de la poursuite de sa vengeance par l’empereur. L’iniunctio-conclusio invite les fidèles éminents qui sont les destinataires de la lettre à célébrer la magnificence impériale et à révérer sa puissance pour en être récompensés.

  • 20 Voir supra, note 5.

8La lettre Exultet iam Romani culmen Imperii20, aussi impressionnante par certains aspects, a quant à elle été choisie pour ouvrir le second livre de toutes les collections de lettres de Pierre de la Vigne. Son attribution à Pierre de la Vigne, plausible, n’est pas probable au même degré. Elle commence par une introduction demandant à l’Empire lui-même de se réjouir, et se reporte plus attentivement au détail des événements ayant précédé la bataille, et notamment à l’assaut de la forteresse de Montichiari, puis aux manœuvres préparatoires de Cortenuova. Le ton se fait plus lyrique à l’évocation du combat, de la mêlée longtemps confuse, de la défaite des Milanais et de la capture du carroccio et du podestat. Le texte comprend une description plus détaillée des troupes adverses, mais aussi des forces frédériciennes en présence, avec la fameuse exaltation des Allemands, des soldats du royaume de Sicile, des hommes de Crémone et de Pavie, et des archers sarrasins. Enfin c’est la description du triomphe crémonais, éléphant compris.

  • 21 L’epistolario… Cette édition expérimentale se fonde sur le manuscrit Paris, BNF 8563 (premier manus (...)
  • 22 Voir supra, note 13.
  • 23 L’epistolario, p. 261. Voir par exemple le rapprochement faible d’Exultet iam Romani culmen Imperii(...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., p. 272.
  • 26 Je me permets de renvoyer pour ce travail de repérage des sources à l’édition du manuscrit Fitalia (...)

9En dépit de leurs divergences, deux traits rapprochent ces deux textes. D’une part, ils sont riches en citations, dont certaines appartiennent à un stock commun. La récente édition des collections classiques des lettres de Pierre de la Vigne sous la direction d’Edoardo d’Angelo, en dépit d’un statut philologique ambigu21, présente un incontestable progrès du point de vue de l’exploration des sources textuelles, qui a été poussée assez loin, quoique inégalement selon les documents et les éditeurs des parties respectives (Alessandro Boccia a assuré l’édition du second livre22). Pour la lettre Exultet (PdV II, 1) sont indiquées quatre références liturgiques et bibliques, discutables23, et deux citations de la Pharsale (V, 476 ; I 39) en revanche incontestables24. Quant à la lettre Quia vestrae nitor, A. Boccia renvoie à un ensemble de sources bibliques et patristiques, et à deux citations classiques tirées des Fastes d’Ovide (IV 123) et de l’Art poétique d’Horace (139). Le travail de repérage des sources reste toutefois incomplet pour ce second texte. Si le renvoi à certaines sources bibliques ou patristiques peut être discuté25, il faut en revanche en ajouter d’autres (Eccl., L 22 ; I Macch., III, 18, Thren., IV 526). Surtout, tout un groupe de citations de la Pharsale n’a pas été repéré (en milieu de texte I 247, en fin de texte I 241 et I 331-332). Certains passages de la lettre affectent ainsi l’apparence d’une recomposition prosaïque d’extraits de Lucain :

  • 27 La version donnée est fondée sur le manuscrit Fitalia (ici fol. 77v).

… Set quia nullus semel ore receptus patitur sanguinis mansuescere fauces (Pharsale, I, 331-332), imperator magnificus eorum stragem magis gestiens quam salutem, solum pudorem reputat bello non vincere (ibid., I, 145), quin pocius viam ruine contradiciencium aperire27

  • 28 E. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II, Paris, Gallimard, 1987 (éd. or. 1927), p. 400 et suiv. ; et (...)
  • 29 Sur la question des rapports entre prose et poésie métrique dans l’enseignement du dictamen, A. M.  (...)
  • 30 Bene de Florence, Summa dictaminis, citée par R. Witt, The Two Latin Cultures and the Foundation of (...)

10La présence de ces citations lucaniennes n’est, en soi, pas étonnante dans le contexte de la culture italienne du xiiie siècle. La lecture médiévale de la Pharsale n’était pas philologique, au sens humaniste du terme. On ne prêtait pas attention à la peinture négative de César dans le poème, mais à l’évocation de la virtus militaire du fondateur de la lignée impériale. Il était donc logique de l’utiliser dans une évocation en prose poétique des hauts faits militaires de Frédéric II. Tout comme l’envoi du carroccio à Rome soulignait la perpétuité de l’alliance étymologique entre Auguste et la cité28, le renvoi à Lucain indiquait que l’empereur régnant était conforme au type intemporel de la légitimité impériale. Quant à l’exercice de recomposition en prose d’autorités poétiques, il rentre bien dans la logique de rédaction caractéristique de l’ars dictaminis du xiiie siècle. Cette discipline était alors conçue, dans nombre de milieux, comme une technique englobant l’ensemble des formes de rédaction latine, en prose, en mètre, et en rythme, la rythmisation de la prose grâce au cursus rythmique lui donnant une dignité égale au mètre29. Dans ce cadre, le passage d’une composition en vers à une composition en prose rythmée représentait un simple exercice de transposition entre deux « réalisations » d’une même idée de l’harmonie stylistique. Bene de Florence, dans sa summa dictaminis théorique inédite, détaille ainsi l’exercice qui consiste à recomposer des autorités poétiques en adaptant l’ordre de leurs mots au flux prosaïque30. L’utilisation des citations ovidiennes, horatiennes et surtout lucaniennes dans nos lettres rentre dans cette logique de recomposition. Si l’on observe qu’un certain nombre d’autorités bibliques utilisées (les Prophètes, les Psaumes, les Thrènes) sont également des poèmes, on peut entrevoir comment les compositeurs de ces textes (Pierre de la Vigne, sans doute, pour Quia vestrae nitor au moins) concevaient cet exercice comme la création d’un « chant prosaïque » puisant aux meilleures sources poétiques bibliques et classiques pour exalter la majesté impériale.

  • 31 Historia, V/1, p. 148 et L’Epistolario, p. 271.

11Un dernier aspect des lettres Exultet et Quia vestrae nitor jette toutefois le doute sur la signification exacte du statut « para-poétique » de ces textes. Tous deux contiennent en effet des fragments d’hexamètre qui ne semblent pas correspondre à des citations – à tout le moins, il ne s’agit pas de citations cachées d’auteurs classiques aisément repérables à l’aide de bases de données. Dans Exultet, c’est la séquence qualiter hostilis sanguinis flumina caesareos tinxerit gladios qui attire d’abord l’attention. Dans cette suite, seul flumina caeareos peut s’insérer dans le flux de l’hexamètre latin (flūmĭnă câesărĕos), mais la succession de deux dactyles n’est sans doute pas un hasard, et il serait facile de reconstituer en déplaçant un ou deux mots un fragment de vers plus imposant (flūmĭnă câesărĕos glădĭôs…). Plus loin, le syntagme campum sanguineum precipiti populo cumulabat présente deux séquences rentrant dans le moule de l’hexamètre (câmpûm sânguĭnĕûm, et surtout prâecĭpĭtî pŏpŭlô cŭmŭlâbat). La lettre Quia vestre nitor contient également deux échos similaires, et quelque chose de plus. D’une part, le syntagme fortes cum forti intrant principe bellum pourrait former la base d’un hexamètre, s’il était précédé de deux syllabes longues (fôrtĭs cûm fôrt(i) întrânt prîncĭpĕ bēllûm). Le syntagme rĕtĭnērî vîx pŏtĕrât glădĭŭs obéit également à des logiques métriques. Enfin, un peu plus loin, on se heurte à un hexamètre entier, repéré comme tel dans les éditions depuis Huillard-Bréholles : Quam male signa iacent, heu quam bene sternitur hostis31.

12En soi, l’utilisation de séquences poétiques pour construire un discours en prose ne prouve pas grand-chose. Des textes entiers, classiques ou non classiques, furent construits au Moyen Âge et à la Renaissance selon cette technique. C’est ici la fréquence de ces séquences, et le fait qu’aucune d’entre elles ne semble dépendre immédiatement d’un modèle classique (ou médiéval classicisant) qui attirent l’attention. Si l’on compare le mécanisme d’insertion des vers classiques et de ces séquences, l’impression se dégage que les rédacteurs ont utilisé des séquences de vers latins déjà préparés, les uns classiques, les autres de leur cru, vers qu’ils ont partiellement décomposés pour les faire entrer dans leur nouvel environnement prosaïque. Pour une raison ou une autre, seul le vers Quam male signa iacent… a été laissé sous sa forme originelle. Il arrive du reste de trouver dans les dictamina du xiiie siècle issus de ce milieu un vers entier, encastré dans un texte pour le reste prosaïque, même si le phénomène est relativement rare à l’échelle de la masse documentaire des lettres politiques.

  • 32 Sur l’importance de Lucain en tant que modèle du style sublime (même prosaïque), voir Bene de Flore (...)

13En présence d’un tel jeu, la question qui se pose est la suivante. À quoi correspond, d’un point de vue rédactionnel, la présence de ces fragments métriques ? Plusieurs hypothèses peuvent être formulées. On peut d’une part imaginer que le dictator était tellement conditionné par la forme métrique qu’il a vu affleurer sous sa plume des séquences hexamétriques, malgré la volonté de suivre un rythme tout différent, celui de la prose rythmée. C’est peut-être là toutefois faire bon marché des capacités de maîtrise de ces différentes formes par les grands spécialistes du maniement du latin qu’étaient Pierre de la Vigne, ses collègues et ses disciples. On peut encore imaginer que dans des lettres particulièrement travaillées, l’exercice de composition passait en partie, notamment pour certains passages, par un jeu de « dé-métrage » (je plagie ici le concept de dérimage utilisé pour la littérature française médiévale), où le dictator s’exerçait mentalement à composer des séquences en hexamètre, pour les recomposer en prose, tout en laissant des traces de cet exercice. On a évoqué plus haut le fameux pamphlet Collegerunt pontifices, ouvrant le premier livre des collections de Pierre de la Vigne. Il s’agit par bien des aspects d’une mise en prose d’un hypotexte poétique, la forme étant cette fois celle des poésies rythmiques d’empreinte goliardique, adaptées à la satire. Le rythme goliardique n’était en revanche pas adapté à la gravité du sujet que représentait l’exaltation d’une victoire impériale, une victoire pour laquelle, si le dictator avait choisi le vers, il aurait utilisé l’hexamètre des modèles épiques : l’Énéide, et surtout la Pharsale32. Nous serions donc ici en présence d’un exercice de mise en prose d’un hypotexte métrique qui transparaîtrait dans certains passages des deux lettres, en particulier de Quia vestre nitor.

  • 33 La plus grande partie de cette production a été perdue. Voir, pour un poème important composé en 12 (...)
  • 34 Sur ce texte, K. Glińska, B. Grévin, « Circulation, interprétation et exploitation des comédies élé (...)

14Comment faut-il concevoir le statut de cet hypotexte ? A-t-il existé un brouillon ou un texte alternatif en vers composé par Pierre de la Vigne et peut-être par un autre rédacteur pour tout ou partie d’une ou des deux lettres ? Ou l’hypotexte supposé n’est-il que le reflet d’un exercice de composition mentale de haute volée ? J’aimerais soutenir ici l’hypothèse – indémontrable en l’état – qu’il a pu exister un réel texte latin métrique correspondant au moins à une partie des lettres Exultet et Quia vestre nitor, un texte dont ces fragments poétiques seraient l’écho. Ce « chant de Cortenuova » n’aurait pas survécu, pas plus que la plupart des poèmes hexamétriques composés dans le contexte de la cour sicilienne de Frédéric II, Conrad IV et Manfred. Nous savons que la lecture et le retraitement des poèmes classiques et modernes étaient une activité des dictatores de l’école campanienne, et qu’ils ont parfois composé en vers latins métriques33. Si l’on voulait s’aventurer plus loin dans ce qui s’assimile à de la philologie-fiction, on pourrait ainsi suggérer le parallèle entre notre « chant perdu » et l’un des rares poèmes ayant survécu au naufrage de cette production, la Lamentatio Bertholdi Marchionis, centon hexamétrique construit sur une alternance rigoureuse de citations classiques ou classicisantes et de vers originaux, vraisemblablement composé à la cour de Manfred sur le thème de la chute du marquis Berthold de Hohenburg34. Notre « chant de Cortenuova » aurait pu affecter une forme comparable, alternant sous sa forme originelle les citations d’autorités poétiques fameuses, au premier rang desquelles celles du chantre des victoires césariennes, Lucain, et des hexamètres originaux. Ceci expliquerait la présence concomitante des deux types de fragments métriques dans nos textes. S’il est bien sûr impossible de prouver cette hypothèse, j’espère au moins avoir montré à quel point de tels sondages philologiques peuvent contribuer à changer notre idée de la rédaction politique aux xiiie et xive siècles. Si les frontières entre prose et poésie étaient si brouillées qu’un poème peut affleurer derrière un bulletin de victoire, il vaut peut-être la peine de repenser nos catégories d’analyse de la rhétorique de l’État médiéval.

Notes

1 Sur la victoire de Cortenuova, W. Stürner, Friedrich II. Der kaiser 1220-1250, Darmstadt, Nimbus, 2000, p. 334-343.

2 Sur Pietro Dandolo, fils du doge Iacopo Tiepolo, s. v. « Pietro Tiepolo », dans Enciclopedia Federiciana, Rome, Treccani, 2005, vol. II, p. 519.

3 Scène racontée dans différentes chroniques et dans l’encyclique impériale BF 2294 Exultet iam Romani-leticia gaudeatis (BF = J. F. Böhmer, J. Ficher (éd.), Regesta imperii V/1, Innsbruck, Wagner’sche Universitätsbuchhandlung, 1881), pour laquelle voir infra, note 5.

4 Sur la présence régulière de l’empereur à Crémone, son lieu de séjour favori en Lombardie, C. Brühl, « L’itinerario italiano dell’imperatore : 1220-1250 », dans P. Toubert, A. Paravicini Bagliani (éd.), Federico II e le città italiane, Palerme, Sellerio, 1994, p. 34-47.

5 Lettre BF 2294, Exultet jam romani-leticia gaudeatis éd. par J. L. A. Huillard-Bréholles (éd.), Historia diplomatica Friderici secundi (dorénavant Historia), V/1, Paris, Plon, 1857, p. 137-139, ainsi que dans E. D’Angelo (éd.), L’epistolario di Pier della Vigna, Ariano Irpino, Rubettino, 2014, (dorénavant L’epistolario), t. 7, 1, p. 259-264.

6 BF 2291, Quante audacie-duximus intimandum, Historia, V/1, p. 132-134 ; L’Epistolario, PdV II, 50, p. 411-412 (version abrégée pour Enzo).

7 BF 2293, Quia felicium-ad triumphum, Historia, V/1, p. 134-135.

8 BF 2292, Felices victorie-gaudium, Historia, V/1, p. 135-136.

9 BF 2295, Quia vestre nitor-beneficia premiorum, Historia, V/1, p. 147-149 ; L’Epistolario, PdV II, 3, p. 270-274.

10 BF 2290, Communem omnium-victoriose sublimat, Historia, V/1, 142-145. L’Epistolario, PdV II, 25, p. 256-362.

11 H. M. Schaller, Handschriftenverzeichnis zur Briefsammlung des Petrus de Vinea, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 2002, avec description des manuscrits « Gross-6 » contenant les lettres BF 2292 et 2293. Sur cette forme particulière des Lettres de Pierre de la Vigne, voir id., « Zur Entstehung der sogennanten Briefsammlung des Petrus de Vinea », dans id., Stauferzeit. Ausgewählte Aufsätze, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1993, p. 231-239.

12 Sur la collection classique, ibid., p. 240-242. Sur les rapports entre les quatre collections, voir également B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (xiiie-xve siècle), Rome, EFR, 2008, p. 58-120.

13 Ibid., p. 49-52 et sub indice, ainsi que L’epistolario, p. 249-443 (édition-traduction commentée).

14 Voir supra, note 9.

15 Sur le manuscrit Fitalia, version déviante des Lettres de Pierre de la Vigne, dont une des particularités est d’indiquer parfois le nom de rédacteurs des lettres, Schaller, Handschriftenverzeichnis, op. cit., no 151, p. 225-232. Une édition critique de ce manuscrit est en cours dans le cadre du programme Edizione nazionale dei testi mediolatini de la SISMEL.

16 Ms. Palermo, Biblioteca della Società Siciliana per la Storia Patria, I. B. 25 (Codice Fitalia), fol. 76v, rubrique de la lettre Quia vestre nitor : Fridericus de expedicione currus Mediolanensis. Petrus de Vineis composuit hanc epistolam. Rubrica.

17 Sur Collegerunt pontifices, Grévin, Rhétorique, op. cit., sub indice, p. 1000.

18 Voir, sur cette quaestio rhétorique, ibid., p. 428-430.

19 Quia vestre nitor : Quem [currum] habuit princeps victorie ad laudis titulum, quoniam illum ad alme Urbis populum destinavit. Les citations sont données d’après la version du ms. Fitalia (voir supra, note 15), fol. 76v-77v.

20 Voir supra, note 5.

21 L’epistolario… Cette édition expérimentale se fonde sur le manuscrit Paris, BNF 8563 (premier manuscrit clairement datable des collections « Klein-6 »), trop éloigné de la tradition originale pour ne pas présenter divers problèmes. Pour un point de vue critique, cf. la recension de M. Thumser, Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, 124, 2016, p. 441-445. Elle a néanmoins le mérite de combler provisoirement une lacune béante depuis deux siècles et demi (édition Iselin de 1740), alors que l’édition prévue par les Monumenta Germaniae Historica depuis 1823 n’est pas achevée…

22 Voir supra, note 13.

23 L’epistolario, p. 261. Voir par exemple le rapprochement faible d’Exultet iam Romani culmen Imperii avec la formule Exultet iam angelica turba caelorum.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 272.

26 Je me permets de renvoyer pour ce travail de repérage des sources à l’édition du manuscrit Fitalia en préparation, dans laquelle j’assure l’édition des deux lettres discutées dans ces pages.

27 La version donnée est fondée sur le manuscrit Fitalia (ici fol. 77v).

28 E. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II, Paris, Gallimard, 1987 (éd. or. 1927), p. 400 et suiv. ; et, pour une analyse des techniques rhétoriques de rapprochement entre Rome et l’empereur, Grévin, Rhétorique…, op. cit., p. 232-235.

29 Sur la question des rapports entre prose et poésie métrique dans l’enseignement du dictamen, A. M. Turcan-Verkerk, « La théorisation progressive du cursus et sa terminologie entre le xie et la fin du xive siècle », Archivium Latinitatis Medii Aevi, 73, 2015, p. 179-258.

30 Bene de Florence, Summa dictaminis, citée par R. Witt, The Two Latin Cultures and the Foundation of renaissance Humanism in Medieval Italy, Cambridge, CUP, 2012, p. 394, note 36 : Et nota quod epistulam vel sermonem incipere ab auctoritate multum est commendabile si tamen auctoritas recte videatur ad negotium pertinere, sed maxime pulchrum est versus auctorum ad prosaici dictaminis reducere libertatem. La formule ad prosaici dictaminis reducere libertatem doit être comprise comme l’exercice qui consiste à décomposer les éléments des vers pour les intégrer sous une nouvelle forme dans le flux de la prose rythmée.

31 Historia, V/1, p. 148 et L’Epistolario, p. 271.

32 Sur l’importance de Lucain en tant que modèle du style sublime (même prosaïque), voir Bene de Florentinus, Candelabrum, éd. par G. C. Alessio, Padoue, Antenore, 1983, I, 6, (5) : Sublimis [stilus] ex magna et hornata verborum constructione conficitur, ut in Gregorii Moralibus et Lucano.

33 La plus grande partie de cette production a été perdue. Voir, pour un poème important composé en 1270 par un lettré pro-souabe et lu jusqu’au xive siècle, Fulvio Delle Donne, « Spunti interpretativi sui frammenti del Planctus Italie de Eustachio da Matera », Spolia, 12/2, 2016, p. 225‑245.

34 Sur ce texte, K. Glińska, B. Grévin, « Circulation, interprétation et exploitation des comédies élégiaques dans le royaume de Sicile. De Pierre de la Vigne à Boccace (xiiiexve s.) », Arnos. Archivio normanno-svevo, 4, 2014, p. 45-74.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search