Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Sixième partie. Écritures pratiques : écrire, compter, classer

Exceptis sanctis et militibus

Une formule laïque de contrôle seigneurial du marché de la tenure et sa diffusion en Méditerranée occidentale (fin xie-début xiiie siècle)

Didier Panfili

Texte intégral

1Béziers n’est ni Bergame, ni Brescia, si chères à F. Menant pour lequel les campagnes lombardes et les pratiques de l’écrit n’ont plus de secret. Seigneurie et scripturalité, deux de ses axes de recherche foisonnants, se rejoignent dans la formule exceptis sanctis et militibus (à l’exception des saints et des cavaliers/chevaliers) qui serait apparue dans la cité biterroise, en lien avec le contrôle seigneurial de la terre. Se croisant dans les baux emphytéotiques, mais également dans les donations, ventes et mises en gage de tenures (par le seigneur ou le tenancier) qui rappellent les obligations dues au seigneur du bien, la clause restrictive fait toujours immédiatement suite à la possibilité accordée au tenancier de donner, vendre ou mettre en gage ledit bien avec l’accord du seigneur.

  • 1 Cartulaire de Valmagne, AD Hérault, 9 H 37, fol. 19v (1136). Je remercie Henri Barthès de m’avoir c (...)

In nomine Domini, ego Raimundus et mullier mea Cecilia nos insimul vendimus per fidem et sine inganno et cum bona voluntate Bernardo Lautardi et ad suis et ad cui dimitere, vendere et inpignorare voluerint excepto sanctis et militibus quinque sextariatas terre quod habemus in terminio de Creis et affrontat ex parte aura narbonesa in honore Lumbarda, ex parte circii in honore Martini de Vezins, per III sextarios de blad qui fuerunt misture. Hoc fuit factum cum consilio atque laudamento Lumbarda, et unum sextarium de blad pro laudamento. Et si vendebant vel inpignorabant quod fecissent cum consilio atque laudamento suo et tasca iste terre quod sit data ei. Anno ab Incarnatione Christi M C XXX VI. Hujus rei testes sunt Poncius Bernardi militem, Ugolenus, Petrus de Menerba, Poncius Constantini, Raimundus de Mala Vetula, Poncius scripsit1.

  • 2 La formule avait déjà été repérée par Claudie Amado dans Genèse des lignages méridionaux. L’aristoc (...)
  • 3 Ce chiffre ne tient pas compte des bases Artem-Telma et Chartae Galliae, également consultées. Il p (...)
  • 4 L’étude qui suit n’est qu’une ébauche des pistes et conclusions que permet d’entrevoir ce petit dos (...)

2Repérée initialement dans cette vente conservée dans le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Valmagne, l’expression a fait l’objet d’une véritable traque2. Plus de 50 000 actes antérieurs à 1235, provenant de 124 fonds d’archives de la Catalogne à la Lombardie en passant par un large sud de la France, ont été dépouillés3. La récolte de 234 actes (soit 0,43 % du corpus sondé) peut sembler faible ; elle n’en fournit pas moins des informations précieuses sur la diffusion de la formule, ses variantes et le milieu dans lequel elle aurait vu le jour4.

Diffusion

  • 5 Masdéu (Diplomatari del Masdéu, éd. par R. Treton, Barcelone, Fundacio Noguera, 2010, 5 vol.) consi (...)

3Sur les 46 fonds méridionaux consultés5, seuls dix-huit ont livré des occurrences d’exceptis sanctis et militibus et de ses dérivés avant 1230. L’espace compris entre les cités de Béziers et de Nîmes fournit à la fois les plus anciennes mentions et les plus nombreuses (131 des 143 antérieures à 1200).

Fonds renfermant la clause exceptis sanctis et militibus et ses dérivés (1re occurrence avant 1230)

Fonds renfermant la clause exceptis sanctis et militibus et ses dérivés (1re occurrence avant 1230)
  • 6 Il est difficile d’être affirmatif sur l’origine aussi bien spatiale que temporelle de la formule t (...)
  • 7 Liber Instrumentorum memorialium. Cartulaire des Guillems de Montpellier (LIM), éd. par A. Germain, (...)
  • 8 Campagnolles (cne Cazouls-lès-Béziers) est une dépendance de la commanderie hospitalière de Saint-F (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Cartulaire de l’évêque d’Agde, BNF, lat. 9999, fol. 37v, no 28 (1117) ; Valmagne, fol. 15 (1127).
  • 11 Cartulaire d’Aniane, éd. par L. Cassan, E. Meynial, Montpellier, Aine, 1900, 74 (1138).
  • 12 Cartulaire du chapitre Saint-Paul de Narbonne, BNF, Languedoc Doat, vol. 57, fol. 114 (1123) ; il s (...)
  • 13 Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1129-1210), éd. par (...)
  • 14 Valmagne, fol. 15 (1127).
  • 15 Masdéu no 106 (1180).
  • 16 Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, éd. par B. Guérard, Paris, Lachure, 1857, no 1107 (...)
  • 17 Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms, éd. par E. Duprat, Avignon, 1932, t. 1, no 129 (1187 (...)
  • 18 Je remercie vivement Eliana Magnani de m’avoir fourni les résultats d’une requête à partir de sa ba (...)
  • 19 Cartulaire de la cathédrale de Carcassonne, BNF, Languedoc Doat, vol. 65, fol. 67-69 (1202). Il pou (...)
  • 20 Recueil des chartes de l’abbaye de Lagrasse, éd. par C. Pailhes, Paris, CTHS, 2000, t. 2 (1119-1279 (...)

4A priori apparue dans les actes de la pratique à Béziers autour du chapitre de Saint-Aphrodise vers 10856, la formule semble d’un usage qui pourrait remonter au second quart du xie siècle d’après un acte montpelliérain de 1113 précisant que la consuetudo – sans doute orale – de la ville l’évoque depuis le grand-père de Guilhem V de Montpellier7. Quoi qu’il en soit, la clause se diffuse dans les baux écrits dans la première moitié du xiie siècle en8 Substantion9, Agadès10, Biterrois11, Narbonnais12 et Nîmois13. Le simple fait qu’un contrat de 1127 la mentionnant soit passé entre laïcs au castrum de Saint-Pons-de-Mauchiens en Agadès témoigne d’une pratique écrite qui devait être très courante14. Toutefois, la formule paraît plus ou moins bloquée dans cet espace jusqu’aux années 1180. Repérée à cette date à Masdéu15 en Roussillon, c’est aussi après 1180 qu’elle pénètre timidement la seule partie occidentale de la Provence : les scribes de Saint-Victor de Marseille l’emploient en 118416, ceux de la cathédrale d’Avignon en 118717 et les hospitaliers de Trinquetaille à Arles en 119218. On la trouve ensuite à Carcassonne en 120219, à Lagrasse à partir de 121720.

  • 21 Dix-neuf fonds catalans ont été consultés. La plupart n’en présente aucune occurrence.
  • 22 Diplomatari de l’arxiu capitular de la catedral de Barcelona sigle XI, éd. par J. Baucells i Reig e (...)
  • 23 Ce Guillaume est-il originaire de Carcassonne ou est-il le fils d’Arnaud de Carcassonne qui officie (...)
  • 24 Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona, de Ramon Berenguer II a Ramon Berenguer IV, éd. par P (...)
  • 25 Documentos para el estudio de la reconquista y repoblación del valle del Ebro (Repoblación), éd. pa (...)
  • 26 Bien que conservée dans les archives des comtes de Barcelone, cette charte de peuplement de Vencill (...)
  • 27 Repoblación, t. 1, no 398.
  • 28 Diplomatari de l’Arxiu Diocesà de Solsona (1101-1200), éd. par A. Bach Riu, Barcelone, Fundacio Nog (...)
  • 29 Diplomatari del monastir de Santa Maria de Santes Creus (975-1225), éd. par J. Papell i Tardiu, Bar (...)
  • 30 Même constat autour de Lérida. La charte de peuplement date de 1150 ; la commanderie de Gardeny s’y (...)

5Pourtant, elle a également emprunté des chemins inconnus pour pénétrer en Espagne dès les années 115021. La richesse de la documentation catalane permet d’affirmer qu’elle n’est pas née dans cet espace, mais qu’elle y a pénétré, très certainement sous l’influence de Languedociens, peut-être des scripteurs issus d’un ordre militaire ou en lien avec eux. Comme en témoigne un acte des archives capitulaires de Barcelone, si le principe de l’exclusion notifiée dans les contrats emphytéotiques est connu dans la cité dès la fin du xie siècle, il est toutefois exprimé sans recours à cette formule précise22. Outre Pyrénées, malgré son introduction en 1150, seules dix mentions – au sein d’un corpus de plus de 20 000 actes – ont été repérées avant 1230, dont l’une dans une charte de 1161 rédigée par un scribe nommé Guillaume de Carcassonne, ce qui renforce l’hypothèse d’un rôle éminent du Languedoc dans son importation en Catalogne23. De surcroît, on ne la croise qu’à l’évocation des tenures concédées aux paysans dans les seules chartes de peuplement des espaces pionniers de la reconquista : Lérida (1150)24, Añesa (1157)25, Vencillón (1161)26, Tortosa (1163)27, puis, plus tard Solsona (1195)28. Si les scribes du roi-comte Raimond-Bérenger IV ont en partie contribué à cette introduction, ceux des ordres militaires y sont aussi pour beaucoup. Mais la clause n’apparaît jamais dans les contrats emphytéotiques comme si, devenue la norme dans ces espaces « neufs » par son inscription dans une carta puebla, il n’était plus nécessaire de s’y référer lors de la rédaction des baux. De ce point de vue, le cas de Tortosa est sans doute révélateur du lien entre présence de l’expression exceptis militibus et sanctis dans la charte de peuplement et absence dans les contrats postérieurs : on dispose – cas unique pour la Catalogne – de cinq baux emphytéotiques antérieurs à 1200 mentionnant la formule, qui, tous, à une exception près de 1164, ont été rédigés avant que la ville ne doit dotée d’une charte en 116329. La documentation postérieure sur Tortosa, comptant pourtant plus de 500 actes entre 1164 et 1225, n’en révèle plus aucune trace30. Importée « tardivement » en Catalogne et Aragon, et uniquement dans les zones de conquête récente, la diffusion de l’expression dans les actes de la pratique est comme étouffée dans l’œuf du fait de son statut normatif acquis par son introduction dans les chartes de peuplement.

Carte 1. Diffusion de la formule avant 1230

Carte 1. Diffusion de la formule avant 1230
  • 31 Cartulaires des templiers de Douzens, éd. par P. Gérard, E. Magnou, Paris, Bibliothèque nationale, (...)
  • 32 Carcassonne cathédrale, fol. 67-69 (1202) : Dare autem, vendere, seu inpignorare, si volueritis cum (...)
  • 33 La plus ancienne charte conservée pour Carcassonne, rédigée sur le modèle de celle accordée à Montp (...)
  • 34 Cartulaire général des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), éd. par J. Delaville de (...)

6Ce détour par l’espace ibérique permet sans doute d’expliquer l’extrême rareté de son emploi en Carcassès. À deux reprises en effet, l’évocation de la possibilité offerte aux tenanciers de donner, vendre et mettre en gage la tenure cédée est immédiatement suivie d’une référence aux usaticos Carcassone : d’abord en 1165 dans un bail issu du cartulaire des templiers de Douzens31, puis en 1202 dans l’unique acte de la cathédrale de Carcassonne se référant à la formule32. Le problème est qu’il s’agit là des deux seules mentions de ces usages de Carcassonne antérieures aux coutumes écrites connues par une charte du début du xiiie siècle33. Et c’est par le truchement des ordres militaires qu’elle atteint également Jérusalem en 1168 dans un acte fait en présence d’un Gilbert de Carcassonne34.

  • 35 Dans tous les fonds, hormis ceux de Pézenas et Maguelonne, le nombre d’actes présentant des occurre (...)
  • 36 Sur les vingt originaux issus du chartrier de Pézenas portant mention de la formule, douze ont été (...)
  • 37 G. Saigne, « De la condition des juifs du comté de Toulouse avant le xive siècle », Bibliothèque de (...)
  • 38 C. Douais, « Guillaume Garric de Carcassonne, professeur de droit, et le tribunal de l’Inquisition  (...)

7La formule semble disparaître précocement en Languedoc, mais il ne s’agit là que d’une illusion d’optique. C’est bien parce que l’écrit monastique, épiscopal et canonial a été relayé par les tabellions et notaires publics que prennent fin les compilations de cartulaires ecclésiastiques et ces écrits notariés postérieurs à la constitution de ces codices ont disparu. Ce vide de la documentation après 1200 et ce retrait de la formule dès les années 1180 en Languedoc35 ne sont donc qu’apparents : dès lors que des originaux sont conservés, comme dans le cas de la commanderie de Pézenas par exemple, son usage se prolonge au moins jusqu’au milieu du xiiie siècle36. La situation à Narbonne est identique37 et l’expression est toujours usitée en Carcassès au xive siècle à l’occasion de la revente de biens confisqués à des hérétiques38.

Carte 2. Diffusion de la formule (v. 1085-v. 1300) : un petit arc méditerranéen

Carte 2. Diffusion de la formule (v. 1085-v. 1300) : un petit arc méditerranéen
  • 39 Les lignes qui suivent ne prétendent en rien à l’exhaustivité et révèlent davantage les « aléas » d (...)
  • 40 Cartulaire de l’abbaye de Lézat, éd. par P. Ourliac, A. M. Magnou, Paris, CTHS, 1984-1987, no 341 ((...)
  • 41 E. de Vacquié, « Coutumes d’Orbessan et d’Ornézan, 1320, 1322 », Mémoire de la Société archéologiqu (...)
  • 42 A. Soutou, « Trois chartes occitanes du xiiie siècle concernant les Hospitaliers de La Bastide-Prad (...)
  • 43 Commanderie hospitalière de Saint-Félix-sur-Sorgues, AD Haute-Garonne, H Malte, Saint-Félix, 18, II (...)
  • 44 P. Cateura Bennasser, « Exceptis militibus et sanctis », dans Homenatge Antoni Mut Calafell, Palma (...)
  • 45 R. I. Burns, Diplomatarium of the Crusader Kingdom of Valencia: The Registered Charters of Its Conq (...)
  • 46 Chartrier de l’abbaye de Saint-Pons hors les murs de Nice, éd. par E. de Cais de Pierlas, G. Saige, (...)

8Après 1230, la formule poursuit sa route39. À l’ouest, elle atteint les piémonts pyrénéens du Toulousain autour de Lézat en 123540 et est encore bien vivante au xive siècle en Gascogne puisqu’elle intègre la charte de coutumes d’Ornézan de 132241. Au nord, elle rencontre un franc succès en Rouergue méridional aux xiiie et xive siècles dans sa forme tant latine qu’occitane42, sans doute introduite via Campagnolles, dépendance biterroise de la commanderie hospitalière de Saint-Félix, qui en propose une occurrence en 118543. Au sud, on s’y réfère dans les chartes de peuplement de Palma de Majorque en 1231 et d’Ibiza en 1234 juste après la conquête sur les musulmans44 et elle connaît un second souffle dans le royaume de Valence où elle abonde dans la documentation à partir de 125045. À l’est enfin, un contrat de bail la présente à Monaco en 1272 et dans la Val d’Aoste en 129446.

Variations

  • 47 Alors qu’en Catalogne, en Aragon et dans le royaume de Valence, la formule est inversée : exceptis (...)
  • 48 Avignon no 120 (s. d.) : Huius staris habeatis potestatem vendendi, dandi, impignorandi, vel quicqu (...)
  • 49 Par exemple : Masdéu no 250 (1209) : exceptis sanctis, militibus et eorum uxoris et infantibus et d (...)

9Au-delà de sa diffusion, l’analyse de la clause montre que, si la forme la plus courante dans les baux emphytéotiques languedociens est exceptis sanctis et militibus47, il n’en existe pas moins des variantes locales. Elles font toutefois pâles figures comparées à celles que proposent après 1180 les actes provençaux48 et roussillonnais49, incluant la parenté et détaillant les groupes à exclure. En Languedoc, on pioche dans une moindre palette pour écarter tel ou tel type de concurrents seigneuriaux issus tant du versant ecclésial (sanctis, clericis, presbiteriis, domum religionum, locis religionis, voire ecclesiis) que du versant laïc (caballariis/militibus, hominibus potestatis et potestatibus).

  • 50 Béziers no 75 (1085 ca), no 103 (1097), no 104 (1099), no 113 (1108), etc. L’emploi de caballarius, (...)
  • 51 LIM, no 127 (1113).
  • 52 On sait le terme polysémique, mais, dans le cadre de cette clause, il ne peut être conçu comme syno (...)

10La première de ces variantes concerne les formes « primitives » qui, toutes, privilégient caballarius à miles50. Or, on sait que la clause a eu au moins un demi siècle d’existence orale avant que les premiers contrats ne soient couchés sur le parchemin51 ; le maintien de caballarius dans les plus anciens baux écrits pourrait en être la conséquence. Si l’on exclut les occurrences relatives aux milites insérées dans la référence à l’albergue, c’est bien à partir de cette formule liée aux contrats de baux que les mentions languedociennes de milites antérieures au xiiie siècle sont de loin les plus nombreuses. Substitué ou complété régulièrement par homo potestatis ou potens, le mot miles – ou caballarius dans sa version vernaculaire – y apparaît clairement, à partir de la fin du xie siècle, comme un terme générique désignant l’aristocrate laïc détenteur du contrôle de la terre et des hommes52.

  • 53 Aniane no 46 (1097), Béziers no 104 (1099) : exceptis sanctos et sanctas et caballariis. Dans cet e (...)
  • 54 Un exemple parmi des centaines en Languedoc : Agde chapitre, no 113 (963) : et de aquilone infronta (...)
  • 55 Cartulaire de Maguelonne, éd. par J. Rouquette, A. Villemagne, Montpellier, Louis Valat, 1912 et 19(...)

11À Aniane comme à Béziers, on va jusqu’à dissocier originellement sancti et sanctae pour les confondre rapidement ensuite dans la seule mention du genre masculin53. Cette exclusion des saints renvoie clairement à la pratique médiévale des legs : c’est au saint protecteur de l’établissement religieux que l’on cède d’abord un bien, ce que confirme l’étude des confronts où sont mentionnées la terre de saint Nazaire, celle de saint Sauveur, celle de sainte Foy, etc., jouxtant la parcelle cédée54. Si moines et abbés ne sont jamais cités en tant que tels dans les listes d’exclus, c’est qu’à la différence des clercs – quelle que soit la place de ces derniers dans la hiérarchie ecclésiastique – ils ont fait vœu de pauvreté individuelle et ne peuvent donc rien recevoir personnellement d’autrui. Quant à la mention du mot ecclesia55, elle accompagne la pratique testamentaire qui consiste à céder des biens à telles et telles églises paroissiales dans la partie consacrée aux legs pieux.

12Quels que soient les éléments retenus pour la composer, la clause fait toujours écho, à sa manière, à la tripartition sociale de la société. D’un côté, tous ceux que ne concerne pas l’exclusion et qui, par conséquent, ne sont pas désignés, mais forment l’essentiel de la société. De l’autre, systématiquement évoqués côte à côte, les deux groupes de dominants – l’un ecclésial, l’autre laïc – à qui la tenure ne peut être transférée. Au monde uniforme et invisible des tenanciers répond la diversité seigneuriale et c’est bien cette dernière que la clause place au cœur de toutes les attentions car l’enjeu est de taille : il s’agit en effet d’empêcher qu’advienne la perte du contrôle de la tenure. C’est bien d’un combat des chefs dont il est question.

Création et signification

  • 56 Un exemple parmi d’autres : au début du xie siècle, l’institution des bayles, initiée dans les seig (...)
  • 57 Il n’a pas été jugé opportun de faire figurer, entre Agde et Valmagne, le fonds narbonnais qui ne p (...)
  • 58 Béziers no 153 (1142). Si les hospitaliers sont présents dès le début du xiie siècle, ils ne s’impl (...)

13On considère traditionnellement que les modes de gestion des domaines ecclésiastiques auraient inspiré les seigneurs laïcs56. C’est un chemin inverse qu’aurait suivi la formule exceptis sanctis et militibus. La copie d’actes passés entre laïcs dans les recueils monastiques, canoniaux et épiscopaux permet d’atteindre les patrimoines laïcs et leur gestion avant leur absorption par les établissements religieux. Ces copies sont loin d’être légions et pourtant, comme le révèle le graphique suivant, quel que soit le fonds d’archives languedocien consulté, les plus anciennes mentions de la clause correspondent toutes à des actes de transfert de tenures relevant d’un seigneur laïc57. Si, dans deux cas, l’écart entre l’usage laïc et son appropriation par des ecclésiastiques est de quatorze ans, dans les six autres, il est compris entre 25 et 58 ans, soit une et deux générations, alors même que le nombre d’actes avec formule où le seigneur est un ecclésiastique est au moins égal, voire supérieur à celui ne faisant intervenir que des laïcs ; ainsi en est-il à Béziers, à Agde, à Aniane, à Maguelonne et à Pézenas. L’emploi de la formule exceptis sanctis et militibus apparaît donc comme une pratique d’origine laïque. Les établissements religieux ne s’en seraient appropriés l’usage que dans un second temps, souvent après une période de latence importante ; les chanoines de Béziers initient le mouvement au début des années 1140, soit au moment précis où ordres militaires et cisterciens s’implantent dans cet espace58.

  • 59 Cette limitation temporelle n’affecte en réalité que Pézenas où douze actes renfermant la formule s (...)

Seigneurs laïcs vs seigneurs ecclésiastiques (jusqu’en 121559)

Seigneurs laïcs vs seigneurs ecclésiastiques (jusqu’en 121559)
  • 60 J. Morsel, L’aristocratie médiévale. La domination sociale en Occident (ve-xve siècle), Paris, Arma (...)

14Exceptis sanctis et militibus peut être lue à plusieurs niveaux. Elle met tout d’abord en exergue l’existence dès la fin du xie siècle d’un marché de la tenure dont les paysans sont loin d’être exclus. Elle apparaît ensuite comme un marqueur de domination sur le tenancier : élément du contrôle seigneurial de la terre (ou de biens immobiliers tels les maisons, les moulins, etc.), la formule, presque systématiquement suivie de cum consilio, rappelle avec force l’impérative nécessité d’obtenir le consentement seigneurial au transfert. Malgré la possibilité apparente offerte au tenancier de disposer du bien à sa guise, elle affirme que le seigneur conserve un droit éminent sur le devenir de la tenure. Enfin, en excluant des destinataires possibles du transfert les saints – c’est-à-dire les établissements religieux – et les clercs ainsi que les milites ou les laïcs détenteurs de potestas, ces actes mettent aussi – si ce n’est surtout – en évidence le renforcement de la concurrence inter-seigneuriale dont l’enjeu majeur est la domination et le contrôle sur les terres et les hommes. Il s’agit pour le seigneur d’éviter que la détention de la terre ne lui échappe au profit d’un autre, qu’il s’agisse d’un établissement ecclésiastique ou d’un homme d’Église, mais aussi d’un membre de l’aristocratie laïque, voire d’un individu de rang inférieur tels les bayles. Car ce qui est d’abord craint, c’est le transfert de la tenure vers d’autres seigneurs qui pourraient à leur tour la concéder et s’en voir reconnaître la possessio. Dans une société où le cadastre n’existe pas, pas plus que la notion de proprietas, le contrôle de la terre passe par la reconnaissance des dépendants qui considèrent comme seigneurs ceux à qui ils versent les redevances60. Le seigneur est d’abord celui qui perçoit la rente. Cette formule est indéniablement celle qui traduit le mieux la nécessité de garder la terre et cette garde ne concerne assurément pas que les seuls paysans. On conçoit qu’avec l’effritement et la forte fragilisation des patrimoines liés aux donations pieuses, mais aussi au maintien dans cet espace languedocien du partage égalitaire, ce soit en milieu laïc qu’une telle formule ait été activée au plus tard en 1085 dans les actes de la pratique.

15Initiée à Béziers à la fin du xie siècle dans les contrats écrits, mais d’un usage oral plus ancien, la clause exceptis sanctis et militibus, qui avait un temps atteint la Terre sainte, s’est propagée pour former un arc méditerranéen s’étendant du royaume de Valence aux espaces septentrionaux de la péninsule italienne dans la seconde moitié du xiiie siècle. Elle témoigne d’une certaine communauté d’esprit au sein du monde seigneurial. Elle permet d’autre part de révéler des phénomènes de transfert de « modèles » d’un scriptorium à l’autre, des échanges entre les hommes de l’écrit – sans minimiser le rôle des seigneurs – dont les relations, à l’intérieur d’une même cité, mais également d’un lieu central à l’autre, devaient finalement être plus fréquentes qu’on ne pourrait le penser au premier abord. En édictant les conditions qui régulent la possibilité offerte aux paysans de donner, vendre ou mettre en gage des tenures, quelle que soit la nature du bien-fonds, cette clause vise à protéger le seigneur dans l’exercice de sa domination sur la terre et les hommes vis-à-vis des autres seigneurs. La formule exceptis sanctis et militibus conforte la cohésion du groupe seigneurial en évitant par anticipation les conflits potentiels : si l’écrit demeure un incontestable instrument de domination, cette clause apparaît davantage comme inhérente à la structuration du monde seigneurial.

Notes

1 Cartulaire de Valmagne, AD Hérault, 9 H 37, fol. 19v (1136). Je remercie Henri Barthès de m’avoir confié ses transcriptions de ce cartulaire.

2 La formule avait déjà été repérée par Claudie Amado dans Genèse des lignages méridionaux. L’aristocratie languedocienne du xe au xiie siècle, Toulouse, CNRS/Presses universitaires du Mirail, 2001, p. 145-146.

3 Ce chiffre ne tient pas compte des bases Artem-Telma et Chartae Galliae, également consultées. Il prend compte en revanche les bases clunisienne et lombarde (http://www.uni-muenster.de/Fruehmittelalter/Projekte/Cluny/CCE/ et http://cdlm.unipv.it/).

4 L’étude qui suit n’est qu’une ébauche des pistes et conclusions que permet d’entrevoir ce petit dossier. Elle fera l’objet de plus amples développements dans un mémoire d’HDR consacré à la scripturalité et à la seigneurie en Bas-Languedoc du ixe au début du xiiie siècle. On y trouvera notamment la liste exhaustive des sources dépouillées pour cette étude et pas uniquement celles citées à l’appui des présentes démonstrations.

5 Masdéu (Diplomatari del Masdéu, éd. par R. Treton, Barcelone, Fundacio Noguera, 2010, 5 vol.) considéré comme roussillonnais en fait partie, mais les recueils catalans consultés ne sont évidemment pas comptabilisés ici.

6 Il est difficile d’être affirmatif sur l’origine aussi bien spatiale que temporelle de la formule tant certains fonds locaux sont chiches en actes de la seconde moitié du xie siècle : seuls 614 actes compris entre 1050 et 1100 sont conservés et les archives de Narbonne et Carcassonne sont quasi inexistantes. Le premier acte présentant une mention de la formule est daté par l’éditeur « vers 1067 » (Cartulaire de Béziers [Livre Noir], éd. par J. Rouquette, Paris/Montpellier, Picard/Valat, 1918, no 75). Pourtant, les acteurs qui y interviennent se repèrent vingt ans plus tard d’où la proposition de datation vers 1085.

7 Liber Instrumentorum memorialium. Cartulaire des Guillems de Montpellier (LIM), éd. par A. Germain, Montpellier, 1884-1886 no 127 (1113) : Notum sit omnibus hominibus, quod avus et pater meus, et ego Guillelmus Montispessulani, talem consuetudinem habuimus in villa Montispessulani, quod alicui burgensi non liceat honorem suum aliqua occasione dare, nec vendere, nec impignorare militi, vel sancto, vel clerico, nec filiam suam liceat in uxorem dare militi cum honore Montispessulani, nec tocius parrochie Sancti Firmini.

8 Campagnolles (cne Cazouls-lès-Béziers) est une dépendance de la commanderie hospitalière de Saint-Félix-sur-Sorgue.

9 Ibid.

10 Cartulaire de l’évêque d’Agde, BNF, lat. 9999, fol. 37v, no 28 (1117) ; Valmagne, fol. 15 (1127).

11 Cartulaire d’Aniane, éd. par L. Cassan, E. Meynial, Montpellier, Aine, 1900, 74 (1138).

12 Cartulaire du chapitre Saint-Paul de Narbonne, BNF, Languedoc Doat, vol. 57, fol. 114 (1123) ; il s’agit d’un acte vicomtal.

13 Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1129-1210), éd. par D. Le Blévec, A. Venturini, Paris/Turnhout, CNRS Éditions/Brepols, 1997, no 15 (1142).

14 Valmagne, fol. 15 (1127).

15 Masdéu no 106 (1180).

16 Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, éd. par B. Guérard, Paris, Lachure, 1857, no 1107 (1184). On trouve à Marseille d’autres occurrences au tout début du xiiie siècle sans lien avec Saint-Victor : M. Bouiron, « Le lotissement de l’abbaye Saint-Sauveur de Marseille. De la reconquête de l’espace urbain à la création du palais communal (xie-xiiie siècle), dans MEFR, 124-1, 2012, annexes 4 (1204) et 5 (1205), (https://mefrm.revues.org/140?lang=es, consulté le 3 juillet 2016).

17 Cartulaire du chapitre de Notre-Dame des Doms, éd. par E. Duprat, Avignon, 1932, t. 1, no 129 (1187).

18 Je remercie vivement Eliana Magnani de m’avoir fourni les résultats d’une requête à partir de sa base de données constituée des fonds arlésiens : Gallia Christiana Novissima, les actes du chartrier de l’archevêché d’Arles et ceux de la famille Porcelet, Trinquetaille, no 106 (1192).

19 Cartulaire de la cathédrale de Carcassonne, BNF, Languedoc Doat, vol. 65, fol. 67-69 (1202). Il pourrait y avoir lieu de s’étonner de l’absence totale d’occurrence dans le cartulaire des Trencavel alors qu’un acte du second codex de Valmagne présente le vicomte Raimond Trencavel cédant une tenure sur les terres du castrum de Pézenas dans un acte employant la formule : Valmagne, fol. 145v (1158). Le cartulaire vicomtal n’a pas cette fonction conservatoire des liens avec des dépendants de niveau roturier. Il renferme en effet de manière exclusive des actes de toute nature faisant intervenir les uniques membres de l’aristocratie laïque et ecclésiastique. Les contrats de baux vicomtaux devaient se compter par milliers, mais il est très probable que, pour l’essentiel d’entre eux, ils n’atteignirent jamais le chartrier « central » car simplement conservés par les bayles œuvrant localement à la gestion des domaines dispersés des Trencavel.

20 Recueil des chartes de l’abbaye de Lagrasse, éd. par C. Pailhes, Paris, CTHS, 2000, t. 2 (1119-1279), no 108 (1217).

21 Dix-neuf fonds catalans ont été consultés. La plupart n’en présente aucune occurrence.

22 Diplomatari de l’arxiu capitular de la catedral de Barcelona sigle XI, éd. par J. Baucells i Reig et al., Barcelone, Fundacio Noguera, 2006, 5 vol., no 1518 (1090).

23 Ce Guillaume est-il originaire de Carcassonne ou est-il le fils d’Arnaud de Carcassonne qui officie à Béziers et emploie la formule dans un acte qu’il rédige en 1139 ? Béziers no 148 (1139).

24 Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona, de Ramon Berenguer II a Ramon Berenguer IV, éd. par P. Benito et al., Barcelone, Fundacio Noguera, 2010, t. 3, no 897 (1150) : ad dandum vel vendendum sive inpignerandum quibuscumque velitis, exceptis militibus et sanctis.

25 Documentos para el estudio de la reconquista y repoblación del valle del Ebro (Repoblación), éd. par J. M. Lacarra, Saragosse, 1982-1985, t. 1, no 386.

26 Bien que conservée dans les archives des comtes de Barcelone, cette charte de peuplement de Vencillón, située à 20 kilomètres au nord-est de Lérida, a été concédée par l’ordre du Temple et rédigée par Guillaume de Carcassonne. Barcelone, comtes, t. 4, no 1087 (1161) : Et si unus de nobis voluerit tota suam hereditatem vendere vel inpignorare, faciat cum nostro consilio ad vestros similes, exceptis militibus et sanctis.

27 Repoblación, t. 1, no 398.

28 Diplomatari de l’Arxiu Diocesà de Solsona (1101-1200), éd. par A. Bach Riu, Barcelone, Fundacio Noguera, 2002, t. 2, no 559 (1195) : et unusquisque vendat cuicumque vendere voluerit, exceptis militibus et sanctis. Pour une liste plus complète (quatorze chartes de peuplement entre 1150 et 1213 dont les cinq évoquées), voir L. To Figueras, « Le marché de la terre et la seigneurie dans la Catalogne médiévale », dans L. Feller, C. Wickam (éd.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, EFR, 2005, p. 482, n. 15.

29 Diplomatari del monastir de Santa Maria de Santes Creus (975-1225), éd. par J. Papell i Tardiu, Barcelone, Fundacio Noguera, 2005, t. 1, no 48 (1151) : bail accordé par Raimond Bérenger IV à un particulier pour une maison à Tortosa ; ibid., no 49 (1151) : idem à un autre particulier ; ibid., no 50 (1151) : idem à un particulier encore différent ; ibid., no 78 (1158) : bail accordé par Pierre, abbé de Santa Maria de Valldaura à un particulier pour un jardin ; ibid., no 109 (1164) : idem pour divers biens. On notera que les trois premiers baux de 1151 sont dus à Raimond Bérenger IV.

30 Même constat autour de Lérida. La charte de peuplement date de 1150 ; la commanderie de Gardeny s’y implante quelques années avant cette date et les 721 actes compris entre 1151 et 1200 n’en offrent aucune mention.

31 Cartulaires des templiers de Douzens, éd. par P. Gérard, E. Magnou, Paris, Bibliothèque nationale, 1965, 125 (1165, 18 janv) : Et si aliquid illius honoris dare, vendere seu impignorare volueritis, cum consilio fratrum militie prefate faciendi licentiam habeatis quod consilium secundum usaticos Carcassone dabitur vobis.

32 Carcassonne cathédrale, fol. 67-69 (1202) : Dare autem, vendere, seu inpignorare, si volueritis cum consilio meo et successorum meorum faciendi licentiam habeatis, exceptis militibus, hereticis et locis religiosis, quod consilium dabitur nobis et vestris secundum usaticos Carcassonae.

33 La plus ancienne charte conservée pour Carcassonne, rédigée sur le modèle de celle accordée à Montpellier, date du début du xiiie siècle. Ce qui veut dire que ces deux mentions d’usatici Carcassone, quasi identiques dans leur formulation en 1165 et 1202, font soit référence à des usages compris comme des habitudes, soit à de « vraies » coutumes, mais orales, soit enfin à un texte perdu forcément antérieur à 1165. On notera que les vicomtes Trencavel ont accordé une charte à Nîmes en 1141 (H. Débax, La féodalité languedocienne – xie-xiie siècles. Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003, p. 85). Par ailleurs, huit contrats montpelliérains rédigés entre 1127 et 1194 sur demande des Guilhem mentionnent la clause alors que celle-ci est clairement évoquée dans la coutume – orale – de Montpellier dans un acte de 1113 (LIM no 127). J’opterais donc volontiers pour voir dans les usatici Carcassone des usages écrits disparus. Ce serait bien la coutume écrite qui ne rendrait plus indispensable la référence à la clause dans les contrats, comme en témoigne du reste la situation dans l’espace arago-catalan.

34 Cartulaire général des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), éd. par J. Delaville de Roulx, Paris, Leroux, 1894, t. 1 (1100-1200), no 399 (1168).

35 Dans tous les fonds, hormis ceux de Pézenas et Maguelonne, le nombre d’actes présentant des occurrences d’exceptis sanctis et militibus chute à partir de 1180.

36 Sur les vingt originaux issus du chartrier de Pézenas portant mention de la formule, douze ont été rédigés entre 1226 et 1250, date extrême de consultation des actes. AD Haute-Garonne, H Malte, Pézenas 1-45 (1226), 1-46 (1230), 4b-34 (1236), 4b-36 (1236), 1-48 (1237), 1-49 (1245), 4b-3 (1246), 4b-5 (1246), 4b-39 (1246), 4b-40 (1246), 4b-41 (1246), 1-50 (1250).

37 G. Saigne, « De la condition des juifs du comté de Toulouse avant le xive siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 40, 1879, p. 425 et 428 : pièces justificatives concernant des cessions de tenures à Narbonne à des juifs de la cité.

38 C. Douais, « Guillaume Garric de Carcassonne, professeur de droit, et le tribunal de l’Inquisition », Annales du Midi, 37, 1898, p. 5-45. Pour la formule : annexes III (1302), p. 19 et XII (1329), p. 40.

39 Les lignes qui suivent ne prétendent en rien à l’exhaustivité et révèlent davantage les « aléas » de sondages.

40 Cartulaire de l’abbaye de Lézat, éd. par P. Ourliac, A. M. Magnou, Paris, CTHS, 1984-1987, no 341 (1235), no 630 (1237).

41 E. de Vacquié, « Coutumes d’Orbessan et d’Ornézan, 1320, 1322 », Mémoire de la Société archéologique du Midi de la France, 4, 1841, p. 329-342, ici p. 339.

42 A. Soutou, « Trois chartes occitanes du xiiie siècle concernant les Hospitaliers de La Bastide-Pradines (Aveyron) », Annales du Midi, 79, 1967, p. 121-172, ici p. 135-137.

43 Commanderie hospitalière de Saint-Félix-sur-Sorgues, AD Haute-Garonne, H Malte, Saint-Félix, 18, II, 15 (1185).

44 P. Cateura Bennasser, « Exceptis militibus et sanctis », dans Homenatge Antoni Mut Calafell, Palma de Majorque, 1993, p. 53-62.

45 R. I. Burns, Diplomatarium of the Crusader Kingdom of Valencia: The Registered Charters of Its Conqueror, Jaume I, 1257-1276, Princeton University Press, 3 vol., 2014. Ce recueil renferme des centaines de baux emphytéotiques présentant l’expression exceptis militibus et sanctis. Avant même leur édition, ces actes ont interpelé J. W. Brodman dans « ‘Exceptis militibus et sanctis’: Restrictions upon Ecclesiastical Ownership of Land in the Foral Legislation of Medieval Castile and Valencia », En la Espana medieval, 15, 1992, p. 63-76. L’auteur, partant des actes du xiiie siècle, y voit un moyen d’affirmation de l’autorité royale face aux ordres militaires ; bien que renvoyant à certaines mentions du xiie siècle, il considère qu’il faut voir derrière cette expression l’exclusion par le roi des seuls ordres militaires ! C’est oublier un peu vite que plusieurs des actes présentant la formule dans l’espace ibérique émanent de ces mêmes ordres militaires. Le cartulaire de la seigneurie de Gestalgar dans le royaume de Valence confirme l’importance de l’usage de la formule. Voir aussi E. Guinot Rodriguez, « Chartes de peuplement, seigneuries et rente dans le royaume de Valence (xiiie-xive siècles) », dans M. Bourin, P. Martinez Sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive siècles). Réalités et représentations paysannes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 508-509 pour un exemple de charte de peuplement du royaume de Valence.

46 Chartrier de l’abbaye de Saint-Pons hors les murs de Nice, éd. par E. de Cais de Pierlas, G. Saige, Monaco, 1903, no 87.

47 Alors qu’en Catalogne, en Aragon et dans le royaume de Valence, la formule est inversée : exceptis militibus et sanctis. Outre Pyrénées, elle semble totalement figée et ne présenterait par ailleurs aucune variante, y compris après 1250 où le nombre d’occurrences explose.

48 Avignon no 120 (s. d.) : Huius staris habeatis potestatem vendendi, dandi, impignorandi, vel quicquid aliud volueritis faciendi cum omnibus hominibus, exceptis militibus et eorum filiis, comitibus et eorum baiulis, hospitalibus et cavallarie et clericis, preter nos. Dans tous les autres actes, les mots cavallarie et clericis, preter nos sont remplacés par templariis, et omnibus viris religiosis et locis. Il est clair que ceux que redoutent d’abord les chanoines d’Avignon sont les élites laïques et les ordres militaires. La substitution de clericis par omnibus viris religiosis et locis, plus générique, traduit également la volonté d’étendre l’exclusion à l’ensemble des ecclésiastiques, en l’occurrence ici aux ordres monastiques omis dans la première formule.

49 Par exemple : Masdéu no 250 (1209) : exceptis sanctis, militibus et eorum uxoris et infantibus et domibus religionum ; ibid. no 260 (1218) : exceptis militibus et locis religionis et hominibus regis. L’ajout des représentants du roi correspond, dans les actes provençaux (voir note précédente), à l’exclusion des comtes et de leurs bayles. De 1180 à 1230 en Roussillon, les épouses sont presque systématiquement évoquées.

50 Béziers no 75 (1085 ca), no 103 (1097), no 104 (1099), no 113 (1108), etc. L’emploi de caballarius, relayé par miles, disparaît définitivement du cartulaire de Béziers en 1167 (Béziers no 219), au moment où les Sicfred cessent de tenir la plume. À Agde, le choix de ce terme vernaculaire se croise en 1140 Cartulaire du chapitre cathédral Saint-Étienne d’Agde, éd. par R. Foreville, Paris, CNRS Éditions, 1995, no 241 (1140).

51 LIM, no 127 (1113).

52 On sait le terme polysémique, mais, dans le cadre de cette clause, il ne peut être conçu comme synonyme de vassalus.

53 Aniane no 46 (1097), Béziers no 104 (1099) : exceptis sanctos et sanctas et caballariis. Dans cet espace languedocien, cette distinction renvoie à la seule sainte potentiellement concurrente qu’est sainte Foy, vénérée à Conques : en son nom, l’abbaye rouergate gère des possessions importantes à l’est de l’Agadès dont la villa de Pallas et ses salines et l’église Saint-Félix de Veyrac, à quelques encablures au nord, qui devient un temps le prieuré Sainte-Foy de Veyrac.

54 Un exemple parmi des centaines en Languedoc : Agde chapitre, no 113 (963) : et de aquilone infrontat in terra sancti Stephani vel sancti Petri ; et de altano inlaterrat in vinea sancti Severi […].

55 Cartulaire de Maguelonne, éd. par J. Rouquette, A. Villemagne, Montpellier, Louis Valat, 1912 et 1914, t. 1, no 82 (1152).

56 Un exemple parmi d’autres : au début du xie siècle, l’institution des bayles, initiée dans les seigneuries ecclésiastiques, se serait ensuite plus ou moins rapidement diffusée auprès des laïcs. R. Fossier, Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, Structures et problèmes, Paris, Puf, 1982, t. 2, p. 720-722.

57 Il n’a pas été jugé opportun de faire figurer, entre Agde et Valmagne, le fonds narbonnais qui ne présente qu’un seul exemple. Néanmoins, il s’agit aussi de seigneurs laïcs : le bail est en effet concédé par le vicomte Aimeric de Narbonne et son épouse Ermengarde. Narbonne chapitre Saint-Paul, BNF, Languedoc Doat, vol. 57, fol. 114 (1123). Un phénomène identique s’observe en Catalogne et en particulier à Tortosa : voir ci-dessus note 27.

58 Béziers no 153 (1142). Si les hospitaliers sont présents dès le début du xiie siècle, ils ne s’implantent vraiment – d’après les actes conservés – qu’à partir des années 1140 où donations et ventes se multiplient à Campagnoles. Ce lien entre usage ecclésiastique de la formule et implantation de nouveaux ordres religieux est toutefois bien fragile puisqu’il repose sur la conservation des premiers contrats ecclésiastiques ; d’autres, antérieurs, ayant peut-être disparu.

59 Cette limitation temporelle n’affecte en réalité que Pézenas où douze actes renfermant la formule sont rédigés entre 1226 et 1250.

60 J. Morsel, L’aristocratie médiévale. La domination sociale en Occident (ve-xve siècle), Paris, Armand Colin, 2004, p. 173.

Table des illustrations

Titre Fonds renfermant la clause exceptis sanctis et militibus et ses dérivés (1re occurrence avant 1230)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Carte 1. Diffusion de la formule avant 1230
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Carte 2. Diffusion de la formule (v. 1085-v. 1300) : un petit arc méditerranéen
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Seigneurs laïcs vs seigneurs ecclésiastiques (jusqu’en 121559)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search