Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Sixième partie. Écritures pratiques : écrire, compter, classer

L’église de Varsi et son chartrier

Pouvoirs, territoires, communauté, viiie-xe siècle

François Bougard

Texte intégral

  • 1 F. Bougard, « Pierre de Niviano, sculdassius, dit le Spolétin, et le gouvernement du comté de Plais (...)
  • 2 P. Bonacini, Le carte longobarde di Varsi, Varsi, Comune di Varsi, 2001 ; L. Sernagiotto, Una chies (...)

1Les dossiers documentaires qui autorisent l’examen détaillé du parcours d’un individu ou d’une famille ne sont pas légion avant le xie siècle. Les plus fournis semblent réservés à l’Italie, comme ceux du sculdahis Pierre de Niviano ou du groupe familial de Toto de Campione, qui fournissent des cas d’école de l’histoire sociale1. Leur préservation doit tout au fait d’avoir été versés en bloc dans des archives ecclésiastiques à l’occasion d’un transfert patrimonial : Saint-Antonin de Plaisance pour Pierre de Niviano, Saint-Ambroise de Milan pour Toto de Campione. Les actes présentés ici ne font pas exception, mais se différencient des précédents par l’ampleur de l’arc chronologique concerné (des années 730 à l’aube du xie siècle), par le nombre (plus de cinquante pièces conservées aux archives de la cathédrale de Plaisance, ce qui en fait peut-être l’ensemble le plus notable à l’échelle de l’Europe) et surtout par le fait que, provenant d’une église rurale, ils renseignent non sur des destins personnels, mais sur celui d’une institution. Bien connus, ils ont été l’objet de plusieurs travaux pour les viiie-ixe siècles2, travaux qu’il est cependant possible de prolonger dans le temps et sur certains points, en ajoutant le point de vue de la communauté rurale à celui de la hiérarchie ecclésiastique.

  • 3 Chartae latinae antiquiores [ChLA] XXVII, éd. par J.-O. Tjäder, Dietikon-Zurich, Urs Graf Verlag [U (...)

2Varsi, en vallée du Ceno, au pied de sommets supérieurs à 1200 m, est un village du piémont des Apennins à proximité des voies menant de la plaine du Pô en Toscane. Aujourd’hui dans la province de Parme, il appartenait au haut Moyen Âge au diocèse et au comté de Plaisance, au sud-est des fines Castellana, l’une des divisions du comté. Le décor est planté dès le premier document en date, par lequel, en 735, le prêtre Romoald, custos et domnus de l’église Saint-Pierre, fait l’acquisition de sept pièces de terres en broussaille (frascario) auprès de huit consortes3. Ces derniers agissent à la fois collectivement en vertu de leurs liens familiaux, et individuellement, en ce que chacun reçoit une somme au prorata de ce qu’il vend, pour un total d’environ trois sous versés en espèces puisées dans le saccolus de l’église. L’acte est passé chez les vendeurs, à Vianino (à 8 km à l’est de Varsi, sur le Ceno).

  • 4 Ibid., nos 819, 820, 821.
  • 5 Ibid., nos 817, 818, 827.
  • 6 Ibid., no 822.
  • 7 Ibid., no 825.

3Jusqu’en 774 se succèdent dix autres actes, tantôt à Varsi même, tantôt dans des lieux proches. Saint-Pierre y est encore acheteur à trois reprises, spécialement pour des champs arborés donnant sur le lac de Varsi, et pour des sommes modestes chiffrées en trémisses toujours payées sur son saccolus4. L’église reçoit aussi trois donations pro missa et luminaria, dont deux à effet immédiat dans les années 730, une troisième post obitum en 7745. L’une des donations précoces émane d’un couple de famuli de Saint-Pierre ; faut-il penser qu’elle intervient à l’occasion de leur entrée en dépendance, pour sceller leur statut ? Vers le milieu du siècle vient aussi s’installer à Varsi un affranchi, en condition de libre (per livertatem), pour y partager la vie des « autres frères et moines6 ». L’église est également impliquée dans des litiges fonciers : en 762, un parent du prêtre en charge de Saint-Pierre est condamné à verser vingt sous pour avoir occupé des biens fonds de manière indue. Finalement, grâce à la parentalis caritas qui le lie à son nepos, il lui est fait remise de la somme7.

  • 8 Ibid., nos 819, 820.
  • 9 Costantianus fait exception par rapport aux noms avec finale -oald ou préfixe Gond- et pourrait don (...)
  • 10 ChLA XXVII, nos 816, 819, 820.
  • 11 Supra, note 1.
  • 12 ChLA XXVII, no 826.

4D’un acte à l’autre reviennent les mêmes noms. Au casale de Varsi vivent des hommes libres lombards, qualifiés par le service armé (viri honesti exercitales). La vie économique est assez différenciée pour que figurent des artisans nommés comme tels : ici un ferrarius exercitalis, là un magister murorum8. Sur près de trente ans, de 735 à 762, la continuité est par ailleurs assurée par le fait que les actes sont rédigés par un même homme, Maurace, qui se dit vir clarissimus et scriptor — mais non notaire. Quant à l’église, longtemps désignée comme basilique, elle paraît jusqu’aux années 760 dans une situation institutionnelle mal définie. Ceux qui la desservent ou vivent à proximité peuvent être dits « frères » ou « moines », nous venons de le voir, sans que pour autant les bâtiments aient jamais accédé au statut monastique : un cas de figure assez commun, caractéristique des fondations récentes en une période d’encadrement ecclésial plutôt lâche. La succession des noms des desservants (Romuald presbiter custos et domnus 735-742, Costantianus presbiter 754, Lopoald presbiter custos et domnus ou domnus et rector 762-774, Gondoald presbiter custos et rector 799-821/2, Gondoin presbiter custos 824) plaide pour un recrutement au sein de la même famille jusque dans le premier tiers du ixe siècle9. Tout porte donc à croire que Saint-Pierre de Varsi est né d’une initiative locale au début du viiie siècle. Les années 730-740 sont celles où l’église fait sa pelote comme personne morale, grâce à un capital (le saccolus), à son influence, aux transactions avec ceux dont beaucoup sont des parents, non sans résistance de la part de ceux qui pouvaient se considérer lésés de voir détourner des parts d’héritage à son profit. On peut imaginer que la « basilique » dédiée à saint Antonin dans le village voisin de Vianino10 répondait aux mêmes caractéristiques. À Varsi ou ailleurs, ces acteurs nouveaux témoignent moins de la volonté de renforcer le culte que de la position de familles qui ont su se saisir du levier qu’étaient la construction et la dotation d’une église pour garantir leur patrimoine. Ici, le groupe s’est peut-être imposé d’autant plus aisément que d’autres forces locales susceptibles de les concurrencer recentraient leurs intérêts ailleurs. On en trouve l’indice dans le fait qu’en 758 une certaine Walderata, fille du défunt Arichis, vendit à un tiers tout ce qu’elle possédait à Varsi. Or les noms Walderata et Arichis renvoient au groupe des « Totonides », qui menaient alors une politique foncière active à Campione, bien loin de là, et n’avaient pas d’attache forte à Varsi11. Quoi qu’il en soit, ce sont autant de pôles de pouvoir social et économique en même temps que spirituel qui se créent au côté des acteurs traditionnels : les monastères de Tolla (SS. Salvatore et Gallo) et de Gravago (S. Michele), qui remontent probablement au viie siècle, et une curtis royale attestée en 770 dans le secteur de Bardi, à laquelle certains doivent payer un fictum12. Dans le casale, l’église et ses annexes s’imposent dans le paysage, structurent un groupe familial, révèlent peu à peu ce qui devient un espace de domination.

  • 13 Ibid., no 827. F. Bougard, « Tempore barbarici ? La production documentaire publique et privée », d (...)
  • 14 ChLA XXVII, no 833.
  • 15 Chartae latinae antiquiores, 2nd Series, Ninth Century [ChLA2], LXVIII, éd. par P. Degni, Dietikon- (...)
  • 16 Ibid., no 5.
  • 17 Ibid., no 16.

5En 774, le changement de régime n’eut qu’un impact limité à Varsi, même si l’armée franque emprunta selon toute vraisemblance le col de la Cisa pour franchir l’Apennin cette année-là et si, en mai, une donation à Saint-Pierre emploie dans son formulaire l’expression tempore barbarici, qu’il est tentant de relier aux troubles du moment, quand bien même elle n’a pas été forgée pour l’occasion13. L’absence de documentation jusqu’en 799 interdit d’en savoir plus, tout en fournissant une césure commode entre deux époques. Du tournant des viiie-ixe siècles aux années 850, les actes révèlent en effet des modifications significatives dans les relations entre Saint-Pierre de Varsi et la société locale, où l’église s’affirme comme l’acteur de référence, dans le contexte plus général de la hiérarchisation propre à la période carolingienne. La formalisation du lien avec la familia apparaît avec netteté dans une donation de 799, qui associe, de la part d’un individu masculin, le transfert de biens au don de soi et à l’entrée en dépendance, assortie d’une clause de châtiment corporel (dischiplina dare sicut ad aliis fameliaris vestris) en cas de fuite14. On peut penser que les motivations du personnage ne ressortissent pas exclusivement de la piété. Si tel est le cas, peut-être y a-t-il là la conséquence extrême d’un crédit non remboursé. Saint-Pierre de Varsi joue de fait un rôle important dans le domaine du loyer de l’argent, documenté dans pas moins de quatre actes liés à des contrats de fiducia dans les années 810-82015. Tantôt à dix, tantôt à trente ans, ces prêts sur gage foncier impliquent la jouissance du bien au profit du créancier qui le rétrocède aux conditions d’un livellum et portent une clause de préemption en cas de vente de la part du débiteur. En 810, une femme seule incapable de rembourser une dette de cinq sous (contractée par ses parents avant elle ?) doit vendre l’ensemble de ce qu’elle possède dans une localité voisine sans en retirer aucun profit, avec le risque évident du passage dans la dépendance personnelle16. Ne noircissons cependant pas trop vite le tableau de la condition des libres en milieu rural, car de tels actes ne disent rien de l’éventuelle existence d’autres biens relevant d’un autre statut. On oublie trop souvent que le locataire de type « livellaire » pour une pièce de terre peut être alleutier pour la pièce voisine, comme il apparaît dans un acte de 82417, typique de la relation bien comprise entre l’église propriétaire soucieuse d’une mise en valeur par le faire-valoir indirect et un exploitant dont les biens propres jouxtent ceux de Saint-Pierre.

  • 18 Ibid., no 19. La « soumission » des églises familiales à l’autorité diocésaine ne devient une exige (...)
  • 19 C. Manaresi, I Placiti del «Regnum Italiae», I, Rome, ISIME, 1955, no 59.

6C’est aussi au ixe siècle que les intérêts de l’église de Varsi dépassent le cadre local, témoin la mise en location de biens à Gabbiano, au diocèse de Parme, à une distance suffisante pour qu’il soit jugé plus pertinent de fixer un cens en monnaie plutôt que des versements en nature et des prestations de travail. L’acte, daté de 854, signale aussi un changement institutionnel important. Alors que les desservants de Saint-Pierre avaient longtemps été individuellement désignés comme « maître » (dominus) de l’église, en une formulation qui insiste sur le lien personnel avec le lieu de culte, voici un archiprêtre. L’église familiale a donc été intégrée dans le maillage diocésain, au rang d’église plébane, à une date inconnue entre 824 et 854, et vraisemblablement plus près du milieu du siècle18. Perdant en autonomie, moins identifiable à un groupe de notables, elle y gagnait en autorité, notamment pour prétendre à une perception plus systématique de la dîme, à supposer qu’elle l’ait perçue jusque-là. Son titulaire, Jean, pouvait exiger l’impôt jusque dans les zones les plus périphériques du diocèse, au risque d’entrer en conflit avec le diocèse voisin. Ce fut précisément le cas en 853 et 854. Le litige qui fut alors réglé en deux audiences successives, d’abord à la curtis royale de Gaiano (Gropparello), puis à Marignano – à deux pas de Castell’Arquato, centre éponyme des fines Castellana –, mobilisant le comte et l’évêque, ce dernier agissant en qualité de missus impérial, opposait Varsi à un certain Sigiprandus de Baselicaduce (au nord du comté), ballotté entre les exigences dîmières de Varsi pour le diocèse de Plaisance et celles de Sainte-Marie de Fornovo pour le diocèse de Parme, à propos de biens sis au mont Spinola, à la limite des deux circonscriptions. L’affaire fut tranchée en faveur de Varsi, sur la base d’un acte du viie siècle établissant la délimitation des confins entre les deux cités19. L’archiprêtre, ou plutôt l’avoué qu’avait délégué pour lui la cathédrale, ne pouvait connaître cette pièce que grâce à ses liens avec les autorités urbaines, ce qui en dit long sur l’enjeu : l’église Saint-Pierre était désormais le poste avancé du diocèse et de ses droits économiques face à son voisin.

  • 20 On pourra comparer, pour rester en Italie, avec l’exemple toscan : M. Stoffella, « Local priests in (...)
  • 21 Manaresi, I Placiti, op. cit., no 87. Parmi la quarantaine de témoins convoqués figurent des person (...)
  • 22 J.-P. Devroey, « L’introduction de la dîme obligatoire en Occident : entre espaces ecclésiaux et te (...)
  • 23 ChLA2, LXIX, éd. par F. De Rubeis, Dietikon-Zurich, UGV, 2006, no 4.
  • 24 Les Toscans, à la même date, parlent de villae decimales, comme à propos de celles affectées au bén (...)

7Le litige de 854 et ses suites ont leur importance pour l’appréciation du rôle de la dîme dans une région de chrétienté et de peuplement anciens20. La dîme est ici « territorialisante », en ce qu’elle impose de connaître avec précision l’extension des ressorts fiscaux. Encore faut-il s’entendre sur l’échelle du territoire. Au niveau du diocèse, l’obligation du prélèvement ne fait que réactiver des délimitations tracées de longue date de manière linéaire, bornée. De même, quand le conflit avec Sainte-Marie de Fornovo rebondit en 879, l’avoué de Varsi se présenta à nouveau devant les juges, mais cette fois conjointement avec l’avoué du comté de Plaisance, pour demander la mise en place d’une enquête portant d’une part sur le paiement, d’autre part sur la fines (sic) Parmense et Placentina21. On ne saurait mieux indiquer la conjonction des intérêts entre la circonscription d’Église et celle du siècle – ce n’est pas toujours le cas. Au niveau de la plebs, en revanche, la dîme est bien créatrice du territoire associé, comme l’exprime la même notice de 879, où les témoins affirment que le mont contesté est terminum de ipsa plebe. Le « territoire pléban » est à prendre dans une double acception. D’un côté, il s’agit moins d’un espace limité que d’une représentation juridique, qui est fonction de la relation des personnes envers l’église de référence22 : en 857, dix-huit chefs de famille résidant dans divers lieux-dits du mont Spinola s’engageaient ainsi collectivement envers l’archiprêtre Jean au versement annuel de la dîme, à peine de soixante sous pour chaque contrevenant23. Cette « identité dîmière » individuelle s’exprime encore au détour d’un contrat de précaire de 892 par lequel un prêtre, ayant fait don de plusieurs biens fonds à l’église de Varsi, les retrouva en usufruit viager, augmentés de douze decimales résidant en deux localités différentes – c’est-à-dire le produit de la dîme due par les personnes concernées24. Pour autant, le terminum ne s’inscrit pas moins dans l’espace : la montagne en fait partie et Sigiprandus, en 854, n’est pas cité en justice pour sa personne mais pour les biens qu’il détient près de Varsi, comme il pourrait l’être pour ceux détenus à l’intérieur d’autres « circonscriptions » plébanes en cours de consolidation. Ciment de la communauté locale, l’impôt forge une triple appartenance : à la plebs et à son terminum, au diocèse, au comté/iudiciaria.

  • 25 Karoli III. Diplomata, éd. par P. F. Kehr, Berlin, Weidmann (MGH, Diplomata regum Germaniae ex stir (...)
  • 26 MGH, Epistolae, VII, Berlin, Weidmann, 1928, p. 339, no 11.
  • 27 PL 129, col. 812 no 27.

8Le conflit avec Parme ne fut pas réglé avant longtemps, suscitant des recours de part et d’autre auprès des plus hautes autorités. En 883, saisissant l’opportunité d’une rencontre entre Charles le Gros et Marin II à Saint-Silvestre de Nonantola, l’évêque de Plaisance obtenait la confirmation des res ac decimas de Varsi25. C’est l’occasion d’apprendre d’une part, que la papauté avait déjà été sollicitée à deux reprises (sous Jean VIII puis au temps de Marin lui-même) sur la question des dîmes et d’autre part, que l’église Saint-Pierre avait récemment brûlé avec une partie de ses archives. La destruction des titres n’avait pas manqué d’être saisie par des pravi homines pour tenter de soustraire des biens en toute impunité. Quatre ans plus tard, l’action de l’évêque de Parme Wibod (855-895) auprès du nouveau pape Étienne V menait au résultat inverse. Le pontife signifiait à l’évêque de Plaisance Paul (870-888/889) qu’il adjugeait le mont Spinola à Parme, « à perpétuité », sur la base des réclamations de Wibod et de la convocation des deux adversaires à Rome, à laquelle Paul n’avait pas répondu. L’église de Plaisance était par ailleurs sommée de rendre à celle de Parme les « fruits » indûment perçus sur les terres disputées26. Sous des dehors sévères, la lettre d’Étienne V évitait cependant de trancher sur le fond : comme en bien des cas similaires, il s’agit d’une mesure conservatoire justifiée par la contumace de l’une des parties, mais qui s’abstient de mettre un nom sur le destinataire légitime de la dîme – le mot decima est du reste évité, masqué par de vagues fruges. L’alerte n’en était pas moins chaude. Elle justifie le fait que le privilège général de confirmation des droits et titres de l’église de Plaisance obtenu par le successeur de l’évêque Paul, Bernard (890-893), auprès du même pape Étienne V – une démarche obligée de la part de chaque nouveau titulaire de charge épiscopale –, ait été rapidement interpolé pour y insérer une clause relative au mont Spinola27.

  • 28 ChLA2 LXX, no 39.
  • 29 Ibid., no 41 ; supra, note 26.
  • 30 Manaresi, I Placiti, op. cit., no 109 = ChLA1 LXX, no 36.

9Très tôt, ce litige récurrent s’est avéré décisif pour le renforcement des liens entre Varsi et l’ordinaire diocésain, tant il semblait important de se garder des revendications de Parme. En 875, un échange foncier entre Saint-Pierre et l’église de Plaisance est l’occasion de constater que c’est l’évêque lui-même qui agit au nom de Varsi28. Le même scénario se répète en 883, puis avec la précaire de 892 déjà citée29 : l’église rurale était désormais passée sous la gestion directe de l’évêque. En 892 encore, l’évêque Bernard présida avec le comte une séance de justice dans laquelle l’avoué de Varsi présenta cinq actes de vente établis dans les semaines précédentes, par lesquels une vingtaine de personnes, qui seul, qui en couple, qui avec des parents ou consorts, s’étaient défaits de leurs biens au profit de l’évêque et pour un montant total de huit cents sous payés sur le saccolus de l’église Saint-Pierre – l’emploi du mot saccolus est un bel exemple de longévité du formulaire hérité de l’époque lombarde, mais ne doit pas mener ici à penser à un versement en espèces de l’ensemble des sommes30. D’un acte à l’autre reviennent les mêmes localités concernées. Deux d’entre elles avaient été désignées dans le diplôme de Charles le Gros de 883 comme faisant partie des dotalia de Varsi contestés par l’église de Fornovo. La transaction groupée de 892, puis la publicité qui en fut faite devant les juges avaient pour but d’affirmer une fois pour toutes et au grand jour les droits de l’église de Plaisance sur ce secteur du diocèse.

  • 31 ChLA2, LXXI, éd. par C. Mantegna, Dietikon-Zurich, UGV, 2007, no 27.
  • 32 Lacore : Arch. cap. Piacenza [ACP], Cass. 11, Livelli, no 29 (a. 907) ; Cass. 4, Donazioni diverse, (...)
  • 33 ACP, Cass. 12, Permute, no 25 (a. 904) : échange entre le prévôt et les prêtres de la plebs de Vars (...)
  • 34 ACP, Cantonale 1, Scanzia 6, Cassettone 2, Diplomi, no 18 (a. 915) ; ibid., Cant. 1, Cassetta 11, L (...)
  • 35 Acte indiqué à la note précédente, éd. par F. Bouyard à paraître.
  • 36 ACP, Cass. 5, Esame di testimoni, no 5 ; F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie de la fin (...)

10À partir des années 890, les modifications du paysage bâti et des institutions sociales permettent d’insérer Varsi dans une évolution plus générale. En 898, l’évêque de Plaisance Évrard (893-904) achetait la moitié du castrum de Bardi, contigu au territoire de Varsi, tirant ainsi profit de la vague de construction de forteresses du moment et affirmant sa prééminence sur le réseau des habitats ouverts aux alentours en même temps que sa capacité à les défendre, à un an de la première incursion hongroise en Italie31. Deux autres châteaux apparaissent alors dans le voisinage, l’un à Lacore, plus proche encore de Varsi que ne l’est Bardi mais plus modeste, l’autre plus au nord, à Cagnano32. L’évêque fait aussi de Varsi un bénéfice pour ses vassaux ; quant à l’église Saint-Pierre, elle dispose non seulement d’un « gardien » (custos), mais d’un diacre prévôt et de dix prêtres à son service33. Bref, elle a tout d’une collégiale, à laquelle ne manque que le nom de canonica. Au milieu du xe siècle, un gastald gère ses intérêts, peut-être le même que celui qui agit pour le compte de l’évêque pour la curtis de Varsi34 : confirmation du fait que l’église de Plaisance a non seulement assis son autorité sur la plebs, mais dispose localement d’une base économique confortable. En 915, le « prêtre et gastald » de Saint-Pierre recueille l’engagement de huit individus, liés de parenté, à témoigner le cas échéant en justice en sa faveur pour des biens sis en diverses localités35. Le juge royal qui fait office d’avoué de Varsi pour l’occasion est le même que celui qui avait servi de fidéjusseur deux ans auparavant pour l’engagement pris par un autre groupe à témoigner en faveur de l’église de Plaisance, si oportum fuerit, à propos d’autres biens36. La mise par écrit de tels accords, ou leur conservation, est à mettre au compte des richesses de la documentation de Plaisance, qui en a l’exclusivité. Elle se double ici d’une clause de réciprocité inédite, selon laquelle l’avoué et le desservant de Varsi s’engagent de leur côté à soutenir en justice les contractants, « comme je le ferais pour mon seigneur l’évêque Gui [904-940] ». Où l’on voit, une à une, cocher les cases de la déclinaison locale d’une société « féodale » au sens où l’entendait M. Bloch.

  • 37 AA. SS., Sept. VII (1867), p. 239-241 [BHL 2054] ; L. Canetti, « Culti femminili nell’antica provin (...)

11Au tournant des xe-xie siècles, une dernière touche est mise au tableau des relations entre Varsi et Plaisance, par la relique. Jean Philagathe, évêque puis archevêque de Plaisance (989-997), avait retiré le corps de sainte Justine d’Antioche de S. Rufina de Rome, en même temps que celui de saint Cyprien, et prévu son transfert en Émilie. Dans l’été 1001, il revint à son successeur Sigefredus (997-1031), par ailleurs détenteur des pouvoirs comtaux, de s’en charger. Au passage de l’Apennin, le cortège fit halte à la curtis de Varsi, où s’engagea un débat sur l’authenticité de la relique, jusqu’à ce qu’un miracle mît fin aux perplexités de ces gens dont l’avis traditionnellement « varié », écrit l’hagiographe, avait donné le nom à la localité37. De simple point d’étape, Varsi devint alors l’un des foyers du culte rendu à sainte Justine et l’autel dédié à la sainte dans la cathédrale fit l’objet de donations de la part des habitants des environs dans les années suivantes. La communauté trouvait là un élément supplémentaire de cohésion au sein du diocèse.

12Le dossier de Varsi permet de suivre le destin d’une fondation rurale qui n’a rien de marginal en dépit de sa marginalité géographique dans le diocèse et le comté – la position sur une carte ne dit rien du fait que les lieux périphériques, en l’état des communications de l’époque, sont vitaux –, et de ses relations avec les communautés environnantes. Ce qui ressort est le rôle structurant du rapport à l’autorité. Celle-ci émane d’abord de l’église Saint-Pierre elle-même, qui exerce une domination grâce au fait d’être, outre le pôle du culte, l’acteur principal de la vie économique locale. Par ce biais, elle peut se construire une familia de dépendants et, surtout, détient vite la mémoire foncière du lieu, puisque ses archives conservent les actes de donation dont elle bénéficie, les actes de vente issus de ses acquisitions, les actes du crédit qu’elle consent : autant de pièces rédigées en un seul exemplaire et qu’elle est seule à détenir, en maîtresse de ce que l’on pourrait appeler une « communauté documentaire ». L’autorité est aussi ecclésiale, qui mène de l’église « patrimoniale » à la plebs, c’est-à-dire à une cellule de la hiérarchie diocésaine sur laquelle l’évêque a progressivement tous les droits. Elle est encore fiscale, par la dîme ; judiciaire, qui exige de se déplacer au centre des fines Castellana ou jusqu’en ville pour rencontrer les juges ; sociale, par les liens d’homme à homme, dits au xe siècle dans la vassalité et la présence d’un gastald ; hagiographique enfin, par la soumission à sainte Justine qui renforce le lien avec l’église cathédrale. Autant d’emboîtements qui déterminent l’appartenance à des groupements à diverses échelles : la famille, le village, le ressort dîmier, le diocèse, le comté (et à l’intérieur de celui-ci les fines Castellana), les dévots à la sainte. Du royaume, il est peu question, même si les soubresauts politiques et militaires peuvent avoir un écho dans la formulation des actes. Tels qu’on les perçoit, les contours de la communauté paraissent largement dictés par le haut, comme une construction, une brique après l’autre, plutôt que comme une réalité collective qui s’imposerait au regard de l’observateur. Il serait certes erroné de penser que la communauté n’existerait pas sans ces sollicitations. Les liens horizontaux entre habitants, parents, consorts, agriculteurs sont à l’arrière-plan, car tel n’est pas le propos des actes qui nous sont parvenus, mais n’en sont pas moins omniprésents. Mais le fait est que la multiplication des liens verticaux, en germe dès la fondation de l’église Saint-Pierre, et noués dans une chronologie longue, est un facteur puissant de cohésion du groupe.

Varsi et ses environs

Varsi et ses environs

Notes

1 F. Bougard, « Pierre de Niviano, sculdassius, dit le Spolétin, et le gouvernement du comté de Plaisance à l’époque carolingienne », Journal des savants, juil.-déc. 1996, p. 291-337 ; S. Gasparri, C. La Rocca (éd.), Carte di famiglia. Strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), Rome, Viella, 2005.

2 P. Bonacini, Le carte longobarde di Varsi, Varsi, Comune di Varsi, 2001 ; L. Sernagiotto, Una chiesa, i suoi uomini, il suo territorio. San Pietro di Varsi e la valle del Ceno nei secoli VIII-IX, mémoire de thèse dirigé par M. C. La Rocca, université de Padoue, 2012 (http://tesi.cab.unipd.it/39474/) ; G. Musina, Le campagne di Piacenza tra VII e IX secolo: insediamenti e comunità, mémoire de thèse dirigé par P. Galetti, université de Bologne, 2012, p. 133-137, 189-190 et passim ; N. Mancassola, Uomini senza storia. La piccola proprietà rurale nel territorio di Piacenza dalla conquista carolingia alle invasioni ungariche (774-900), Spolète, CISAM, 2013, s. v. ad indicem.

3 Chartae latinae antiquiores [ChLA] XXVII, éd. par J.-O. Tjäder, Dietikon-Zurich, Urs Graf Verlag [UGV], 1992, no 816.

4 Ibid., nos 819, 820, 821.

5 Ibid., nos 817, 818, 827.

6 Ibid., no 822.

7 Ibid., no 825.

8 Ibid., nos 819, 820.

9 Costantianus fait exception par rapport aux noms avec finale -oald ou préfixe Gond- et pourrait donc être extérieur au groupe. Il est au reste aussi le seul, au viiie siècle, à ne pas être dit domnus, comme si son lien avec la basilique était plus lâche.

10 ChLA XXVII, nos 816, 819, 820.

11 Supra, note 1.

12 ChLA XXVII, no 826.

13 Ibid., no 827. F. Bougard, « Tempore barbarici ? La production documentaire publique et privée », dans S. Gasparri (éd.), 774 : ipotesi su una transizione, Turnhout, Brepols, 2008, p. 331-352, ici p. 331-332.

14 ChLA XXVII, no 833.

15 Chartae latinae antiquiores, 2nd Series, Ninth Century [ChLA2], LXVIII, éd. par P. Degni, Dietikon-Zurich, UGV, 2006, nos 5, 6, 7, 12.

16 Ibid., no 5.

17 Ibid., no 16.

18 Ibid., no 19. La « soumission » des églises familiales à l’autorité diocésaine ne devient une exigence que dans les années 850, comme il apparaît dans les conciles de Valence et de Mâcon (deux cités relevant, comme l’Italie, de la Francie médiane) de 855 : MGH, Concilia, III, éd. par W. Hartmann, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1984, ici p. 358, 378 ; W. Hartmann, « Der rechtliche Zustand der Kirchen auf dem Lande: die Eigenkirche in der fränkischen Gesetzgebung des 7. bis 9. Jahrhunderts », dans Cristianizzazione ed organizzazione ecclesiastica delle campagne nell’alto medioevo: espansione e resistenze, I, Spolète, CISAM, 1982, p. 397-441, ici p. 422. Je remercie Warren Pezé d’avoir attiré mon attention sur cette concomitance de dates.

19 C. Manaresi, I Placiti del «Regnum Italiae», I, Rome, ISIME, 1955, no 59.

20 On pourra comparer, pour rester en Italie, avec l’exemple toscan : M. Stoffella, « Local priests in early medieval rural Tuscany », dans S. Patzold, C. van Rhijn (éd.), Men in the Middle: Local Priests in Early Medieval Europe, Berlin, De Gruyter, 2016, p. 98-124, ici p. 111 et suiv.

21 Manaresi, I Placiti, op. cit., no 87. Parmi la quarantaine de témoins convoqués figurent des personnes déjà présentes au plaid de 854, ainsi que le notaire Iselmarius, qui en avait rédigé la notice.

22 J.-P. Devroey, « L’introduction de la dîme obligatoire en Occident : entre espaces ecclésiaux et territoires seigneuriaux à l’époque carolingienne », dans M. Lauwers (éd.), La dîme, l’Église et la société féodale, Turnhout, Brepols, p. 87-106, ici p. 92-93.

23 ChLA2, LXIX, éd. par F. De Rubeis, Dietikon-Zurich, UGV, 2006, no 4.

24 Les Toscans, à la même date, parlent de villae decimales, comme à propos de celles affectées au bénéfice du vicomte de Lucques : Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi, Rome, ISIME, 1979, p. 233.

25 Karoli III. Diplomata, éd. par P. F. Kehr, Berlin, Weidmann (MGH, Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, 2), 1937, no 81.

26 MGH, Epistolae, VII, Berlin, Weidmann, 1928, p. 339, no 11.

27 PL 129, col. 812 no 27.

28 ChLA2 LXX, no 39.

29 Ibid., no 41 ; supra, note 26.

30 Manaresi, I Placiti, op. cit., no 109 = ChLA1 LXX, no 36.

31 ChLA2, LXXI, éd. par C. Mantegna, Dietikon-Zurich, UGV, 2007, no 27.

32 Lacore : Arch. cap. Piacenza [ACP], Cass. 11, Livelli, no 29 (a. 907) ; Cass. 4, Donazioni diverse, nos 31-32 (a. 917) ; G. Petracco Sicardi, « Un problema topografico della val Ceno : il castellum, ubi Lacore dicitur », Archivio storico per le provincie parmensi [ASPP], 4e s., 22, 1970, p. 117-136. Cagnano : ACP, Cass. 4, Donaz. diverse, no 46 (a. 911) ; A. A. Settia, Castelli e villaggi nell’Italia padana. Popolamento, potere e sicurezza fra IX e XIII secolo, Naples, Liguori, 1984, sub verbo ad indicem.

33 ACP, Cass. 12, Permute, no 25 (a. 904) : échange entre le prévôt et les prêtres de la plebs de Varsi ; parmi les témoins figure un certain Robert, cui ipsum beneficium erat de ipsa terra Sancti Petri, ainsi que trois vassaux de l’évêque de Plaisance.

34 ACP, Cantonale 1, Scanzia 6, Cassettone 2, Diplomi, no 18 (a. 915) ; ibid., Cant. 1, Cassetta 11, Livelli, no 48 (a. 951) ; G. Petracco Sicardi, « L’etimologia del toponimo Gambaro », ASPP, 4e s., 26, 1974, p. 293-311, ici p. 310-311.

35 Acte indiqué à la note précédente, éd. par F. Bouyard à paraître.

36 ACP, Cass. 5, Esame di testimoni, no 5 ; F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie de la fin du viiie siècle au début du xie siècle, Rome, EFR, 1995, p. 390.

37 AA. SS., Sept. VII (1867), p. 239-241 [BHL 2054] ; L. Canetti, « Culti femminili nell’antica provincia ecclesiastica ravennate : il caso di santa Giustina a Piacenza », dans A. Tilatti, F. Trolese (éd.), Giustina e le altre. Sante e culti femminili in Italia settentrionale dalla prima età cristiana al secolo XII, Rome, Viella, 2009, p. 125-161, ici p. 130, 134-135.

Table des illustrations

Titre Varsi et ses environs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search