Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Sixième partie. Écritures pratiques : écrire, compter, classer

« Un ordre si particulier… »

Les factures d’un couturier du xve siècle

Julie Claustre

Texte intégral

  • 1 N. Coquery, F. Menant, F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités (...)
  • 2  Voir les contributions de F. Menant, L. Kuchenbuch, T. Behrmann, C. Guilleré et G. Castelnuovo, F. (...)
  • 3 G. Todeschini, « La comptabilité à partie double et la “rationalité” économique occidentale : Max W (...)
  • 4 « Comptes de Colin de Lormoye », manuscrit coté NAF 10621 de la BNF ; C. Couderc, « Les comptes d’u (...)

1Parmi les travaux que F. Menant a coordonnés et qui ont fait date figurent en bonne place les volumes parus sous le titre Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques1. L’histoire des comptabilités s’y taille la part du lion. Inscrite par F. Menant dans le cadre du changement de l’écrit documentaire médiéval après le xie siècle, rapprochée d’outils comptables sans écriture, comparée à des comptabilités de l’époque moderne ou de la société kanak contemporaine, la diffusion des comptabilités en Europe à partir de la fin du xiie siècle s’en trouve redimensionnée2 : loin d’incarner la genèse de la raison occidentale conquérante, selon une opinion tirée d’une lecture réductrice de M. Weber3, elle résulte de la mise en œuvre de rationalités pratiques d’une remarquable diversité, quoique simultanées, et qu’il convient d’analyser dans leurs spécificités. En hommage à F. Menant, qui a ouvert avec la notion de « rationalités pratiques » un chantier prometteur aux médiévistes, les pages qui suivent proposent une première approche de la rationalité pratique d’un artisan parisien du xve siècle, Colin de Lormoye, couturier et tailleur de robes de son état, à partir des papiers comptables qu’il a laissés derrière lui, 32 feuillets découverts et édités une première fois il y a un siècle4.

Comptes et factures de Colin de Lormoye

  • 5 N. Coquery, F. Weber, F. Menant, « Introduction », dans Écrire, compter, mesurer, op. cit., p. 22.
  • 6 Ibid., p. 20.
  • 7 À notre connaissance, c’est le seul livre de comptes d’un artisan qui ait été édité pour la période (...)
  • 8 Les livres des comptes des Gallerani, éd. par G. Bigwood, A. Grunzweig, Bruxelles, 1961-1962, t. 1, (...)
  • 9 La bibliographie relative aux livres de raison médiévaux est si étendue que nous renonçons à la rap (...)

2Ces papiers, qui couvrent une période allant de décembre 1420 à mars 1454, sont, comme souvent pour les comptabilités anciennes, fragmentaires, désordonnés, abîmés. Sous cette impression de désordre, il convient de tenter de mettre au jour l’« ordre si particulier5 » auquel ils pouvaient obéir et les « outils de raisonnement disponibles » pour leur concepteur6. L’intérêt spécifique de ces papiers, dans une période riche en comptabilités de toutes sortes, est d’émaner d’un artisan et non d’un marchand7. Colin de Lormoye ne gère pas de stocks, n’achète ni ne vend en gros, ne se déplace pas de foire en foire, n’a nul correspondant dans d’autres places financières. Il se contente de fabriquer des vêtements sur commande pour des clients résidant, en permanence ou temporairement, à Paris. Ce sont aussi les seuls « comptes » d’un boutiquier parisien identifiés pour la période médiévale8. Ces papiers ne sont pour autant pas un mélange d’écritures gestionnaires et de notations personnelles, un livre de raison comme on en a conservé en assez grand nombre au xve siècle9. En effet, aucune intention autobiographique ou familiale ne s’y décèle. Leur contenu est entièrement gestionnaire : chaque notice y enregistre une ou plusieurs transactions et c’est sans doute pourquoi ils ont été désignés comme « comptes » par le conservateur de la Bibliothèque nationale de France qui les a catalogués en 1907.

3Dès lors, s’il n’a nul besoin de suivre des opérations commerciales distantes ou complexes ni de surveiller des stocks, nul projet de mémoriser l’histoire de sa maisonnée, que fait donc ce tailleur en écrivant ces notices ? La réponse demande d’observer en détail l’ensemble des 191 notices. Nous nous focaliserons ici sur les factures que comporte le livre de Colin de Lormoye, laissant de côté la plupart des reconnaissances de dettes, quittances et récapitulatifs de dépenses qui voisinent avec elles. Comme ces factures sont au nombre de 92 et constituent la catégorie de notices la plus représentée dans les papiers conservés (48 % d’entre elles), nous nous intéresserons à leur seul texte, sans traiter de leur mise en page ni des moyens graphiques de leur présentation, bien que ces aspects ne soient pas moins instructifs.

  • 10 Ces mots figurent en tête de 45 des 92 factures du couturier, ce qui est beaucoup, compte tenu de l (...)
  • 11 Le trésor de la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr), « facture 2 ».
  • 12 Dans 37 des 92 factures.
  • 13 Dans 16 des 92 factures.
  • 14 Dans 6 des 92 factures.
  • 15 La notice 68 citée plus loin en est un bon exemple.
  • 16 Dont quatre seulement mentionnent explicitement des articles confectionnés par le couturier.

4Ce que nous appelons « facture », le couturier l’intitule le plus souvent « mémoire de la besogne faite pour X10 ». Ces « mémoires de besogne » correspondent bien à la définition du mot « facture », attesté dans la langue française depuis 1540 seulement : « état détaillé de la nature, de la qualité et du prix des marchandises vendues, des services fournis »11. Il s’agit de récapitulatifs des produits de confection fabriqués par le couturier pour un client donné, accompagnés de leurs prix, suivis régulièrement des paiements reçus par le couturier12, parfois de la somme des prix des confections13 et rarement du reste dû par le client à l’issue des paiements effectués14. La discrétion du calcul du montant dû par le client, sous la forme de la « somme » et du « reste », n’est que partiellement liée à l’état de conservation du document : même sur des feuillets peu endommagés et où l’espace vierge aurait été suffisant pour porter ces informations, le couturier ne les a pas ajoutées15. L’établissement du montant dû ne représente donc qu’une des fonctions de la facture qui sert à d’autres usages. De fait, le couturier recourt pour cela à ce qu’il appelle précisément un « compte ». Les « comptes », dans la terminologie de Colin, sont les brefs actes par lesquels il établit avec un partenaire un bilan de leurs transactions mutuelles et qui se terminent par la reconnaissance de dette de l’une des parties. Ces « comptes », au nombre de 1416 dans les papiers de Colin (7 % des notices), supposent le recours à des calculs - addition et soustraction -, ce qui est bien le sens initial du mot « compte » en français médiéval. Par contraste, la facture, ou « mémoire de besogne » dans la terminologie de Colin, existe dès lors que le couturier effectue seulement deux types d’actions concomitantes : la désignation des produits et leur appréciation monétaire. Si la deuxième de ces actions implique parfois un calcul, à savoir quand le couturier inscrit sur la même ligne la confection et le prix global de plusieurs articles ou de plusieurs unités du même type d’article, Colin ne confond pourtant pas ses factures avec ses « comptes » : il n’effectue pas, avec ces deux types de notices, les mêmes actions à l’égard de ses partenaires de transaction. Sous le désordre apparent de ses écritures, le couturier manie une typologie de notices finement ajustées à ses relations transactionnelles.

  • 17 Les métiers participent activement à l’élaboration de leurs règlements, mais ceux-ci sont établis p (...)

5Outre ces deux actions essentielles de désignation et d’appréciation des objets, les factures de ce couturier du xve siècle en effectuent une troisième : l’engagement de l’ego du boutiquier par l’emploi systématique de la première personne. Le couturier y revendique la paternité des objets énumérés et transcrit par la plume le lien existant entre eux et lui : elles ouvrent au point de vue du couturier sur sa propre activité, chose rare dans la mesure où l’on ne dispose pas pour cette époque de traité ou de manuel à l’usage des tailleurs et couturiers et où la réglementation qui les concerne n’émane pas seulement d’eux17. De facture en facture, Colin de Lormoye élabore cette part importante de son rapport au monde que constitue son labeur. Il la met en ordre en maniant un ensemble de catégories de qualification et de description. Les factures, dont une partie seulement a été conservée pour une vie active longue de plus de 35 ans, mettent en œuvre une rationalité pratique propre au couturier.

Ce qu’est la « besogne » du couturier

  • 18 BNF 10621, fol. 9v [8v], notice 68 ; éd. par C. Couderc, « Les comptes d’un grand couturier... », a (...)

6Partons d’une des 92 factures de Colin : celle-ci a été établie pour maître Guallas et figure à la suite d’une notice datée du 5 mars 143918. Elle est cancellée :

Memoire de la besongne que je ay fait pour maistre Gallas depuis le compte.

Item depuis une jaquette pour son nepveu Jaquotin pour ce

iiij s. p.

Item pour ledit maistre Gallas une houpelande noire pour la fasson

viij s.

Item ung chapperon noir pour lui pour ce

ij s.

Item pour ledit maistre Gallas deux pourpoings ung pers et ung

vermeil pour la fasson des deux pourpoings

xvj s.

Item deux jaquettes une pere et une vermeille pour la fasson

xij s.

Item quarteron et demi de coton de [rature]

xviij d.

Item une houpelande de pers pour lui pour la fasson

viij s.

Item deux houpelandes de pers sevestrees pour ses deux nepveus pour la fasson

xx s. p.

Item ung chapperon vermeil pour son nepveu Jaquotin pour la fasson

viij bl.

Item pour son [rature] filleul une jaquette de fustaine pointe et garnie de cocton pour la fasson

iiij s.

Item ay fait pour son filleul deux chapperons ung pers et ung vermeil pour la fasson

viij bl.

Item pour son filleul une huque de pers pour la fasson

ij s.

Item ay paié une aulne de drapt vermeil pour faire ung chapperon a son nepveu du pris de

xxvj s. p.

7La facture se présente ainsi comme une suite de vêtements, ici au nombre de quinze, fabriqués pour un client. Elle mentionne aussi, dans ce cas, le tissu que le couturier s’est procuré (coton, drap vermeil) pour en confectionner certains. Mais on constate que l’essentiel de l’étoffe utilisée n’est pas facturée par le couturier : elle est fournie par le client qui se l’est procurée lui-même, certainement auprès d’un drapier. Le terme de « façon », employé pas moins de neuf fois ici, semble mettre l’accent sur l’activité du couturier qui façonne les vêtements à partir de l’étoffe qu’il taille et coud, comme le veut son métier de « tailleur et couturier de robes ». Mais observons la syntaxe de la facture. Elle est structurée en une série de vêtements, d’objets, pas en une série de tâches : ce sont les vêtements qui viennent en tête de chaque ligne de la facture à la suite du mot item. Le terme de « façon », parfois remplacé par le pronom « ce », surgit à chaque fois en bout de phrase, dans l’expression pour la fasson : il fait figure de connecteur entre le vêtement décrit et son prix. De fait, sauf dans les rares cas où, comme ici, il fournit une petite partie de l’étoffe, le couturier vend seulement son activité de confection. La vente d’étoffes est en effet expressément réservée, à Paris comme dans bien d’autres villes, à d’autres métiers, en premier lieu aux drapiers. Le mot « façon » renvoie donc moins, dans cet emploi, à un ensemble de tâches précises qu’au domaine professionnel qui est réservé au maître du métier de tailleur de robes qu’il est.

  • 19 L’article 4 du règlement du métier de tailleur de 1294 affirme que le tailleur ne peut tailler des (...)
  • 20 Ceci rejoint les observations de M. Arnoux, « Relation salariale et temps du travail dans l’industr (...)

8D’ailleurs, cette facture ne désigne pas précisément les tâches que recouvre la « façon » : on cherche vainement les mots « tailler », « coudre »… et seul le verbe « faire », employé deux fois (besongne que je ay fait, pour faire ung chapperon), les évoque de façon tout aussi floue. Certes, dans bien d’autres factures, Colin recourt à des verbes d’action désignant certaines des tâches qu’il a effectuées. Présents dans 50 factures sur 92, ils se rapportent presque uniquement à l’entretien de vêtements anciens qu’il accepte de faire : recoudre, doubler, retailler, réparer… Quand Colin a fabriqué un vêtement neuf, ce qui arrive près de 800 fois dans 92 factures, le nom de ce vêtement suffit, le verbe qui renverrait aux gestes est banni. En revanche, l’entretien d’un vêtement usagé requiert la désignation, par des verbes, de tâches précises et isolées. Rappelons en effet que la réparation suivie de la revente des vêtements usagés relevait du métier de fripier19. L’exemple du doublage des vêtements permet de saisir la netteté de la grammaire des factures du couturier : l’emploi de l’adjectif double se rapporte aux produits neufs qu’il fabrique et dote d’emblée d’une doublure (63 occurrences), celui du verbe « doubler » au doublage de vêtements usagés que des clients lui confient au milieu d’autres commandes (24 occurrences). Ainsi, la facture élabore-t-elle une syntaxe et un lexique professionnels par écart avec celles d’un métier connexe à celui de Colin. À nouveau, il semble donc moins se considérer comme le spécialiste de certains gestes que comme l’occupant d’un domaine réservé. Ne négligeons pas non plus ce qui est absent des factures : Colin n’a aucun mot pour évaluer, ni même évoquer, le temps consacré à ces tâches20. Il ne désigne pas non plus celui ou celle qui l’aurait éventuellement aidé à effectuer les gestes de la confection, de sorte que l’on pourrait croire qu’il effectue lui-même toutes les tâches – prendre les mesures, tailler les tissus, coudre... –, alors même que plusieurs mains ont écrit ces factures au nom de Colin et que la présence de « ses gens » est parfois mentionnée dans ses papiers.

  • 21 Le terme besogne a d’ailleurs en moyen français le triple sens de « besoin », « chose » et « tâche  (...)
  • 22 À titre exceptionnel, des registres de comptes de l’abbaye Saint-Denis ont conservé une facture sur (...)
  • 23 O. Blanc, Les usages du paraître : le dispositif vestimentaire et les représentations du corps vêtu (...)

9Ainsi, contrairement à ce que l’intitulé « mémoire de la besogne que j’ai faite pour... » pourrait laisser penser, Colin enregistre dans ses factures des collections d’objets, bien plus que des séries de tâches21. Certes, on peut supposer que les destinataires de ces factures, quoique conservées par le couturier, sont ses clients, que le couturier leur en ait ou non remis les doubles22, et admettre que ceux-ci sont intéressés par le résultat final du travail de Colin, plus que par le détail de celui-ci. Mais en ne désignant pas ce travail, ses étapes, le temps et les forces humaines qu’il y consacre, il prive le client de certaines informations que l’on pourrait croire nécessaires à son acquiescement à la facture. Cette dernière traduit donc le fait qu’il ne sépare pas son activité des produits qui en sont issus, que son activité n’est donc pas un « travail » au sens contemporain du terme. Il n’est pas impossible non plus qu’elle manifeste aussi le caractère second de son activité dans la chaîne de production du vêtement et celui de son métier dans la hiérarchie des métiers parisiens, ce, alors même que la coupe et la couture sont essentielles pour confectionner les vêtements ajustés, comme le pourpoint, qui se sont imposés au cours du xive siècle23. Dans le vêtement, plus que la façon, importent les étoffes ; plus que le tailleur, importe le drapier. Colin de Lormoye paraît en convenir, de même qu’il a constamment à l’esprit ce qui tout à la fois le rapproche et le distingue d’autres artisans parisiens du textile, comme les drapiers et les fripiers. Si les gestes professionnels du couturier y apparaissent donc peu, la facture fait en revanche la part belle aux vêtements façonnés par ces gestes.

Nomenclature et sur-mesure

  • 24 C’est l’assise documentaire de F. Piponnier, Costume et vie sociale. La cour d’Anjou xive-xve siècl (...)
  • 25 Sauf exception, il ne mentionne pas non plus les éléments de fixation qui étaient disposés sur les (...)
  • 26 A. Destemberg, « Le paraître universitaire médiéval, une question d’honneur (xiiiexve siècle) », d (...)

10En effet, la collection d’objets que constitue chaque facture est présentée avec un certain détail : outre la quantité, le type de vêtement, la matière, la couleur, le destinataire du vêtement sont mentionnés. Certes, on pourra trouver la description de chaque vêtement un peu sèche, comparée aux notations développées dans les inventaires ou comptes des garde-robes princières24. Deux raisons peuvent en rendre compte. D’une part, le couturier énumère les vêtements sans leurs éventuels ornements, broderies (notamment emblématiques), perles et pierres, qui étaient ajoutés après la confection25. D’autre part, Colin de Lormoye n’est pas le couturier attitré d’une cour ou d’un prince, sa clientèle étant assez largement composée de clercs et de maîtres de l’université, dont la garde-robe devait se conformer à une norme de sobriété26. Pour chacune des caractéristiques du vêtement qu’il retient, le couturier dispose d’une gamme de modalités plus ou moins étendue. C’est à l’aide de cet ensemble de caractéristiques descriptives et, pour chacune de ces caractéristiques, d’une série de modalités, que le couturier objective son propre rapport aux vêtements qu’il fabrique.

  • 27 Sur ce point, voir les mises en garde d’O. Blanc, « Histoire du costume : l’objet introuvable », (...)

11Une trentaine de mots lui permettent ainsi de désigner la nature des vêtements qu’il taille, parmi lesquels l’emportent en quantité les houppelandes, chaperons, robes et pourpoints. Par commodité, on les a regroupés ici en quatre catégories en fonction de leur place dans le feuilleté de pièces que constitue le costume médiéval. Gardons toutefois à l’esprit que la nature et la forme exactes des vêtements désignés échappent souvent aux historiens, les mêmes mots servant pour des vêtements de longueur et d’usage variables selon les périodes et les régions considérées27.

Type de vêtements cités dans les comptes de Colin de Lormoye

Vêtement de dessus

Vêtement de dessous

Tuniques

houppelande

pourpoint

cotte

haincelin

jaque

surcot

manteau

chausses

roquet

heuque

chausson

blanchet

housse

cafignon

garde-corps

bracerole

chaperon et bourrelet

chemise

chape

manche

épitoge

poignets

colet

camail

robe

  • 28 Sur ces chaperons à bourrelet, voir Pourpoint, mantel et chaperon, op.cit., p. 50 et sur la mode du (...)
  • 29 Notices 136 et 182.
  • 30 Pourpoint, mantel et chaperon, op. cit., p. 17.

12Cotte, surcot, houppelande, pourpoint et chausse, chaperon à bourrelet de poil de cerf ou de poil jon28 : Colin de Lormoye sait fabriquer des vêtements à l’ancienne comme des vêtements « dernier cri ». Il habille les hommes plutôt que les femmes, les adultes comme les enfants, de la tête aux pieds, du chaperon aux chausses. Il sait aussi fabriquer des vêtements très spécifiques comme les deux épitoges des maîtres Jacques de Goudas et Pierre Raveau29. La matière utilisée est désignée à l’aide d’une douzaine de mots ou expressions (futaine, treillies, toile, double toile, serge, drap, jocelin, écarlate, velours, satin, damas, chamois, cuir), soit onze mots pour les étoffes et deux mots pour le cuir dont il garnit certains pourpoints. Certaines de ces étoffes, notamment celles qui contiennent de la soie, confinent au luxe (velours, damas, satin, écarlate). La « toile », qui renvoie vraisemblablement à des étoffes de fibres végétales30, sert principalement au couturier pour doubler robes et pourpoints. Une douzaine de couleurs sont également distinguées (blanc, gris, gris blanc, gris brun, cendre, noir, violet, bleu pers, bleu azuré, vermeil, rouge, vert), parmi lesquelles les nuances du noir, du gris et du bleu dominent.

  • 31 Notice 135.

13D’autres caractéristiques peuvent également être mentionnées dans la facture, relatives à l’épaisseur, la taille, l’ancienneté, la complexité du vêtement. Un adjectif y suffit en général : double, long, petit, court, neuf, vieux, simple, ordinaire. Le couturier peut se faire parfois plus précis dans sa description : ainsi a-t-il confectionné pour monseigneur Gaucher de Saint-Simon un « pourpoint de futaine noire à manches et colet de drap31 ». Toutefois, ces caractéristiques ne sont pas fournies de manière systématique dans les factures. La couleur est souvent mentionnée, mais de manière non systématique (349 mentions). D’autres font des apparitions seulement épisodiques : le doublage (63 mentions s’appliquant à des houppelandes, jaquettes, chausses, robes, manteaux), la matière (30 mentions s’appliquant principalement à des pourpoints), la longueur (20 mentions), la « simplicité » (11 mentions). La relative discrétion de la matière pourrait surprendre, puisqu’elle devait influer sur les gestes de la taille comme de la couture, voire sur le choix des outils, ciseaux ou aiguilles. Les nombreuses houppelandes dont la matière n’est pas mentionnée devaient être faites de drap de laine, auquel renvoie aussi l’emploi du simple mot « drap ». Les dénominations techniques ou commerciales, comme la provenance des étoffes, fréquentes dans les documents commerciaux et qui affleurent également dans les comptabilités princières, sont ici absentes. Souvenons-nous que l’étoffe était fournie le plus souvent par le client lui-même, qui se la procurait auprès d’un drapier. À nouveau, la facture, dans son apparente indifférence aux matières, reflète la prégnance des frontières professionnelles. De ce fait, c’est plutôt la présence, même rare, de ces mentions de matière qu’il importe en fait de relever comme autant de signes de l’attention spécifique portée par le couturier à certains objets passés entre ses mains. Au total, le nombre de descripteurs mobilisés pour désigner chaque vêtement est donc important et permet au couturier de moduler la qualification de chacun avec certaines nuances, faisant de celui-ci un objet multi-dimensionnel.

  • 32 J. Bourdieu, M. Bruegel, A. Stanziani, « Introduction », dans eid. (éd.), Nomenclatures et classifi (...)
  • 33 Les métiers et corporations de la ville de Paris : xiiie siècle. Le livre des métiers d’Étienne Boi (...)
  • 34 Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, éd. par G. Fagniez, II, xi (...)
  • 35 Les métiers et corporations de la ville de Paris : xive-xviiie siècles, éd. par R. de Lespinasse, P (...)
  • 36 Sur les lois somptuaires, voir notamment La legislazione suntuaria secoli XIII-XVI. Emilia-Romagna, (...)
  • 37 Il s’agit des textes de 1358 et 1366, Les métiers et corporations de la ville de Paris, op.cit., vo (...)
  • 38 Contrairement à ce qui se passe à Bologne, Sienne, Florence, Venise ou Ferrare, M. G. Muzzarelli, G (...)
  • 39 Pour une étude récente des lois somptuaires royales de la fin du xiiie siècle, S. G. Heller, « Ange (...)

14Parmi ces descripteurs, deux types de caractéristiques sont indispensables à la désignation des vêtements dans les factures de Colin : la nature de ce vêtement et son destinataire. On l’a vu, chaque vêtement est désigné par un nom pris à l’intérieur d’une gamme d’une trentaine d’appellations de produits. Celle-ci est-elle propre à Colin de Lormoye ou bien recoupe-t-elle une classification plus largement partagée, par exemple par les membres de son métier ? En considérant qu’« une classification vise à établir un discours commun et cohérent sur les objets qu’elle entend classer… [et] peut aspirer à servir de base à un discours juridique et réglementaire32 », elle peut apparaître comme un pilier d’une communauté professionnelle, qui, à travers elle, met de l’ordre dans la variété des produits qu’elle fabrique. Mais on ne peut retracer que très partiellement la genèse de cette possible classification des produits de confection des couturiers parisiens, puisqu’ aucune ne se trouve dans les règlements successifs du métier des tailleurs de robes33, ce qui ne signifie pas que ce métier a été plus passif que d’autres dans le processus d’édiction des normes le concernant. Les deux seules classifications attestées ont été promulguées par des ordonnances royales visant à limiter la hausse des prix et salaires à Paris. La première, du 7 juillet 1307, ne propose qu’une ébauche de classification en trois catégories en croisant deux critères, le nombre de pièces du vêtement et la richesse du destinataire : vêtement à deux et vêtement à trois garnements (pièces) pour les riches houmes, robe pour un valet ou un povre homme34. La seconde, du 30 janvier 1351, propose une classification plus complexe puisqu’elle tient compte de la nature des pièces de vêtement – robe, surcot, cote, chaperon, cloche, sangle, housse, chemise –, de leur longueur (housse courte ou longue), d’un éventuel doublage (chaperon doublé), du genre (robes a femmes) et du statut social (robe linge a homme d’euvre commune) de leur destinataire et même de la nouveauté de leur style (robes de la commune et ancienne guise). Elle y ajoute une autre subtilité en répartissant certaines façons entre tailleurs d’une part et simples couturiers de l’autre, ces derniers, exclus de la maîtrise du métier et bien souvent salariés de tailleurs, se voyant réserver la confection du linge et des chemises, c’est-à-dire des sous-vêtements, des hommes et femmes d’euvre. Elle empile donc plusieurs types de distinction : des éléments relatifs à la façon elle-même du produit (la forme du vêtement, sa longueur, son épaisseur), l’inscription du vêtement dans une temporalité sociale (la guise ou la mode), le statut social du client, celui de l’artisan35. Il est vraisemblable qu’une nomenclature d’une telle subtilité, quoique non exhaustive, n’a pu être élaborée qu’en étroite concertation avec le métier des tailleurs de robes. Comme les lois somptuaires, ces classifications dessinent une homologie entre qualité des personnes et qualité des vêtements36, qui toutefois reste floue, car elle est brouillée par d’autres échelles de distinction entre des vêtements qui sont tenus pour des objets fondamentalement multidimensionnels. Il semble qu’aucune autre classification des façons n’ait été formalisée par ordonnance ou par règlement dans les décennies suivantes : le roi ne légifère plus par ordonnance générale sur les prix parisiens et les textes modifiant ou confirmant les règles du métier37 ne proposent aucune classification des confections38. Par ailleurs, aucune loi somptuaire n’a été édictée pour le royaume de France ou pour la ville de Paris depuis 129439. À l’époque où Lormoye est actif, entre 1420 et 1454, il est ainsi probable que la nomenclature, élaborée au milieu du xive siècle, augmentée des nouveaux produits vestimentaires apparus entre temps comme les houppelandes, soit restée tacite. Ses factures fixent par écrit au moins une partie de cette nomenclature professionnelle, comme concourent à le faire celles de ses confrères qui ne nous sont pas parvenues.

  • 40 Sur les vêtements destinés aux femmes, M. de Rasse, Le vêtement féminin à Paris chez les non nobles (...)
  • 41 Voir les premières lignes de la facture de maître Guallas citée plus haut : Memoire de la besongne (...)

15Les factures de Colin dessinent enfin une galerie de portraits, la plupart des vêtements étant rapportés à une personne précise. Sur plus de 900 vêtements neufs ou usagés énumérés dans les factures, plus de 500 sont attribués à une personne en particulier, bien souvent au client lui-même (pour luy), mais plus fréquemment encore (plus de 250 fois) à un proche de celui-ci (épouse40, fils, fille, neveu, nièce, nourrice, page, chapelain, clerc, valet, chambrière, cuisinier...). Rappelons que chaque facture étant établie au nom d’un client clairement identifié, tous les vêtements trouvent nécessairement leur destinataire. Mais plus de la moitié sont de surcroît attribués dans leur désignation propre à une personne spécifique41, ce qui souligne leur caractère hautement personnalisé.

  • 42 De ce point de vue, le vêtement ne relève pas de « l’économie du connaisseur » qu’évoque J. Y. Gren (...)

16On n’observe dans les factures aucune espèce de généralisation qui attribuerait un vêtement à un genre : si l’on relève une fois l’expression pour fame, l’attribution du vêtement se fait par le recours à un possessif qui désigne clairement la personne attributaire par un lien qui l’attache au client (« pour sa femme », « pour sa fille », « pour son neveu », « pour son clerc »…). Autrement dit, la grammaire de la facture n’est pas à proprement parler genrée, même si bien des vêtements le sont à cette époque : elle personnalise chaque vêtement quelle que soit la relation – conjugale, filiale, fraternelle, ancillaire… – de son destinataire au commanditaire. C’est dire que les factures du couturier sont éminemment singularisées, comme les vêtements sont ajustés à leur destinataire. Cet ajustement vêtement-personne s’ajoute au fait, constaté plus haut, que les vêtements sont présentés par ces factures comme des objets multidimensionnels, irréductibles à une échelle simple. Pour ces deux raisons, ils ne sont pas des marchandises et ne peuvent être tenus pour tels42, du moins à ce stade de leur vie.

17S’en tenir à la grammaire générale des factures d’un couturier, et dans celles-ci à la seule opération de désignation des vêtements, c’est, à coup sûr, amputer leur analyse. Toutefois, c’est aussi mettre en lumière que ces factures, et plus généralement les « comptes de Colin de Lormoye », ne servent pas seulement à calculer. Elles permettent d’évoquer les multiples qualités de ses ouvrages, sans toutefois en épuiser les caractéristiques dans des classifications exhaustives. À ce chatoiement d’objets et de qualités se devinent le talent du couturier et la fierté qu’il a de sa « besogne ». Les factures de vêtements sont aussi des écrits fortement personnalisés qui servent à exprimer les liens qui l’attachent à ses clients et ceux qui attachent ses clients à leurs proches. Sous une apparence fruste, elles dévoilent une « rationalité pratique » assez sophistiquée, un ensemble de savoirs sur un monde complexe, composé de centaines d’objets singuliers ajustés à des personnes particulières.

Notes

1 N. Coquery, F. Menant, F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006.

2  Voir les contributions de F. Menant, L. Kuchenbuch, T. Behrmann, C. Guilleré et G. Castelnuovo, F. Hautefeuille, N. Coquery, Y. Lemarchand, A. Bensa.

3 G. Todeschini, « La comptabilité à partie double et la “rationalité” économique occidentale : Max Weber et Jack Goody », dans Écrire, compter, mesurer, op. cit., p. 67-76.

4 « Comptes de Colin de Lormoye », manuscrit coté NAF 10621 de la BNF ; C. Couderc, « Les comptes d’un grand couturier parisien du xve siècle », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 38, 1911, p. 118-192. Dans la suite de l’article, nous nous référons à la foliotation actuelle du manuscrit (34 feuillets) et entre crochets à la foliotation que nous proposons de lui substituer après un examen attentif des feuillets (32 feuillets). De même, nous mentionnons les notices d’après la numérotation que nous proposons de leur donner, Camille Couderc n’en ayant compté que 184 dans son édition, là où nous en distinguons 191. Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à J. Claustre, Mémoires d’un artisan parisien du xvsiècle, chap. 1 « Le manuscrit mutilé », mémoire d’HDR en cours.

5 N. Coquery, F. Weber, F. Menant, « Introduction », dans Écrire, compter, mesurer, op. cit., p. 22.

6 Ibid., p. 20.

7 À notre connaissance, c’est le seul livre de comptes d’un artisan qui ait été édité pour la période médiévale. C. Collier Frick exploite sans le décrire le livre d’un tailleur florentin pour les années 1445-1455 dans Dressing Renaissance Florence. Families, Fortunes, and Fine Clothing, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 2002, p. 65 et suiv.

8 Les livres des comptes des Gallerani, éd. par G. Bigwood, A. Grunzweig, Bruxelles, 1961-1962, t. 1, p. 123-209 : ce livre émane de la filiale parisienne de la compagnie siennoise des Gallerani.

9 La bibliographie relative aux livres de raison médiévaux est si étendue que nous renonçons à la rappeler ici.

10 Ces mots figurent en tête de 45 des 92 factures du couturier, ce qui est beaucoup, compte tenu de l’état fragmentaire dans lequel ses papiers se trouvent aujourd’hui. Les variantes graphiques de cette formule sont nombreuses : « memoire/memoyre », « besogne/besogne/bezongne », « que je ay faitte/faitte... ».

11 Le trésor de la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr), « facture 2 ».

12 Dans 37 des 92 factures.

13 Dans 16 des 92 factures.

14 Dans 6 des 92 factures.

15 La notice 68 citée plus loin en est un bon exemple.

16 Dont quatre seulement mentionnent explicitement des articles confectionnés par le couturier.

17 Les métiers participent activement à l’élaboration de leurs règlements, mais ceux-ci sont établis par l’autorité du prévôt royal de Paris, qui, depuis 1266, use, au nom du roi, du jus statuendi en matière d’activités économiques, C. Bourlet, « Le Livre des métiers dit d’Étienne Boileau et la lente mise en place d’une législation écrite du travail à Paris (fin xiiie-début xive siècle) », Médiévales, 69, automne 2015, p. 21.

18 BNF 10621, fol. 9v [8v], notice 68 ; éd. par C. Couderc, « Les comptes d’un grand couturier... », art. cité, p. 144, no 65.

19 L’article 4 du règlement du métier de tailleur de 1294 affirme que le tailleur ne peut tailler des garnements vieux ; cette disposition n’est pas reprise dans le règlement de 1366, ni dans les suivants. Les fripiers se voyaient interdire par des arrêts du Parlement de 1425 et 1427 de faire des vêtements de drap neuf et devaient seulement faire commerce des vieux vêtements, après d’éventuelles réparations.

20 Ceci rejoint les observations de M. Arnoux, « Relation salariale et temps du travail dans l’industrie médiévale », Le Moyen Âge, 115, 2009, p. 557-581.

21 Le terme besogne a d’ailleurs en moyen français le triple sens de « besoin », « chose » et « tâche », voir l’article « besogne », Dictionnaire du moyen français, version 2015 (DMF 2015). ATILF - CNRS - université de Lorraine.

22 À titre exceptionnel, des registres de comptes de l’abbaye Saint-Denis ont conservé une facture sur feuille volante d’un couturier de la deuxième moitié du xive siècle, AN, LL1242, fol. 234-235.

23 O. Blanc, Les usages du paraître : le dispositif vestimentaire et les représentations du corps vêtu en France du Nord du milieu du xive au début du xve siècle, mémoire de thèse dirigé par J.-C. Schmitt, INHA, 1990, p. 50-52.

24 C’est l’assise documentaire de F. Piponnier, Costume et vie sociale. La cour d’Anjou xive-xve siècle, Paris/La Haye, Mouton, 1970 et d’autres études sur le vêtement médiéval, voir récemment N. Gauffre Fayolle (éd.), Pourpoint, mantel et chaperon. Se vêtir à la cour de Savoie 1300-1450, Milan, Silvana Editoriale, 2015, à partir des comptabilités du duché de Savoie.

25 Sauf exception, il ne mentionne pas non plus les éléments de fixation qui étaient disposés sur les vêtements facturés (anneaux, boucles, boutons, attaches, œillets, lacets, etc.), voir O. Thuaudet, Les accessoires métalliques du vêtement et de la parure de corps en Provence du xie au xvie siècle. Étude archéologique et approche croisée d’une production méconnue, mémoire de thèse dirigé par A. Hartmann-Virnich et M.-C. Bailly-Maître, université Aix-Marseille 1, 2015, chap. 4.

26 A. Destemberg, « Le paraître universitaire médiéval, une question d’honneur (xiiiexve siècle) », dans I. Paresys (éd.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 133-149 ; C. Warr, Dressing for Heaven. Religious Clothing in Italy, 1215-1545, Manchester/New York, Manchester University Press, 2010, p. 61 notamment.

27 Sur ce point, voir les mises en garde d’O. Blanc, « Histoire du costume : l’objet introuvable », Médiévales, 29, 1995, p. 65-82, notamment au sujet du pourpoint, p. 72-75.

28 Sur ces chaperons à bourrelet, voir Pourpoint, mantel et chaperon, op.cit., p. 50 et sur la mode du chaperon à bourrelet à la cour de Bourgogne dans les années 1430-1440, S. Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc : costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon, de 1430 à 1455, mémoire de thèse dirigé par V. Tabbagh, université de Bourgogne, 2003, p. 131 et suiv.

29 Notices 136 et 182.

30 Pourpoint, mantel et chaperon, op. cit., p. 17.

31 Notice 135.

32 J. Bourdieu, M. Bruegel, A. Stanziani, « Introduction », dans eid. (éd.), Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques. Colloque organisé à l’École normale supérieure de Cachan, 19-20 juin 2003, Versailles, INRA éd., 2004, p.7-14, ici p. 7.

33 Les métiers et corporations de la ville de Paris : xiiie siècle. Le livre des métiers d’Étienne Boileau, éd. par R. de Lespinasse, F. Bonnardot, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. 116-117 ; Les métiers et corporations de la ville de Paris : xive-xviiie siècles, éd. par R. de Lespinasse, Paris, Imprimerie nationale, 1897, vol. III, p. 182-193.

34 Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, éd. par G. Fagniez, II, xive-xve siècles, Paris, 1900, p. 15 : Que nul taillieur de robe ne puisse avoir ne prendre de taillier ne de queudre deus garnemenz a riches hoummes, que iij souls et de iij guarnemenz v souls et d’une robe a un vallet ou a un povre homme [que] ij sous, et du plus a l’avenant.

35 Les métiers et corporations de la ville de Paris : xive-xviiie siècles, éd. par R. de Lespinasse, Paris, Imprimerie nationale, 1886, vol. I, p. 33.

36 Sur les lois somptuaires, voir notamment La legislazione suntuaria secoli XIII-XVI. Emilia-Romagna, éd. par M. G. Muzzarelli, Rome, CLUEB, 2002.

37 Il s’agit des textes de 1358 et 1366, Les métiers et corporations de la ville de Paris, op.cit., vol. III, p. 184-188.

38 Contrairement à ce qui se passe à Bologne, Sienne, Florence, Venise ou Ferrare, M. G. Muzzarelli, Guardaroba medievale. Vesti e società dal XIII al XVI secolo, Bologne, Il Mulino, 1999, p. 218-221 et 226-229.

39 Pour une étude récente des lois somptuaires royales de la fin du xiiie siècle, S. G. Heller, « Angevin-Sicilian Sumptuary Statutes of the 1290s: Fashion in the Thirteenth-Century Mediterranean », dans R. Netherton et G. R. Owen-Crocker (éd.), Medieval Clothing and Textiles, Woodbridge, Boydell Press, 2015, vol. 11, p. 79-97.

40 Sur les vêtements destinés aux femmes, M. de Rasse, Le vêtement féminin à Paris chez les non nobles, xive-xve siècles, mémoire de thèse dirigé par C. Gauvard, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

41 Voir les premières lignes de la facture de maître Guallas citée plus haut : Memoire de la besongne que je ay fait pour maistre Gallas depuis le compte. Item depuis une jaquette pour son nepveu Jaquotin pour ce iiij s. p. Item pour ledit maistre Gallas une houpelande noire pour la fasson viij s...

42 De ce point de vue, le vêtement ne relève pas de « l’économie du connaisseur » qu’évoque J. Y. Grenier, « Une économie de l’identification. Juste prix et ordre des marchandises dans l’Ancien Régime », dans A. Stanziani (éd.), La qualité des produits en France (xviiie-xxe siècles), Paris, Belin, 2003, p. 25-54. Le concept de « singularités » (L. Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007) paraît propice à faire progresser l’étude de la confection médiévale.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search