Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Sixième partie. Écritures pratiques : écrire, compter, classer

Passer contrat sans État ni écriture

Des baguettes à entailles de l’Europe médiévale à l’économie souterraine des sociétés contemporaines

Florence Weber

Texte intégral

  • 1 L’application de ce programme de travail à une documentation exceptionnelle, généreusement ouverte (...)

1Dans les années 2000, c’est pour des historiens médiévistes – au premier rang desquels M. Bourin, L. Feller et F. Menant – que j’ai eu à expliciter les concepts de ma discipline d’origine, l’anthropologie sociale, en participant à des colloques, journées d’études, séminaires, en histoire et anthropologie économiques où je défendais en pratique l’unité des sciences sociales par-delà les clivages spatio-temporels de leurs objets. Non, la science économique n’était pas vouée à étudier les seules sociétés occidentales où la réalité sociale aurait découpé une sphère de l’économie séparée (disembedded) du reste des relations sociales, et justiciable d’une analyse en termes d’homo economicus. Non, l’anthropologie sociale n’avait pas vocation à s’arrêter aux portes des sociétés occidentales, ni à être cantonnée aux seules cultures restées à l’écart de l’hégémonie européenne. Une alliance entre les outils mathématiques de la science économique et la puissance descriptive et modélisatrice de l’anthropologie sociale était nécessaire – et, espérions-nous, possible – pour rendre compte des processus socio-historiques à l’échelle de quelques générations ou de plusieurs siècles, dans la lignée des grandes synthèses tentées par des savants à des périodes cruciales de l’histoire de leurs sociétés, Hérodote pour la Perse et la Grèce du ve siècle avant J.-C., Ibn Khaldun pour le monde musulman du xive siècle, les témoins indiens ou métisses de la Conquête de l’Amérique, les encyclopédistes du xviiie siècle européen, les sociologues européens du xxe siècle, de M. Weber et d’É. Durkheim à M. Bloch et M. Mauss, de N. Elias à P. Bourdieu et à J. Goody, et les nouvelles générations des subaltern studies. J’ai alors suivi deux lignes de travail pour tester la complémentarité entre modélisation économétrique et description ethnographique : celle des relations de parenté, celle des transactions marchandes1.

  • 2 Alors que j’avais travaillé de longue date sur les cahiers, les enveloppes et les astuces en usage (...)
  • 3 Voir ma conclusion dans A. Christin, A. Gramain, F. Weber, « L’argent et la valeur. La sociologie é (...)
  • 4 Tel qu’étudié, par exemple, par J. Guyer, Marginal Gains : Monetary Transactions in Atlantic Africa(...)
  • 5 É. Martel, « L’organisation Etat islamique est-elle une structure mafieuse ? », Revue française de (...)

2La première, l’analyse des relations de parenté, m’a conduite à me demander à quel moment se constituaient et se défaisaient des maisonnées, unies provisoirement autour d’une cause commune : élevage d’un enfant, prise en charge d’un malade ou d’un vieillard, survie des membres du groupe ou volonté d’ascension sociale. L’ambition de ce travail de modélisation de la parenté était de fournir à l’analyse économétrique la liste des données nécessaires pour analyser des comportements individuels en tenant compte de l’existence – plus ou moins contrainte par le droit, les représentations et les affects – d’objectifs communs à plusieurs individus. Pour y parvenir, j’ai été amenée à proposer une distinction analytique entre trois entités fondées sur la parenté : la maisonnée, groupe provisoire fondé au présent sur le partage du quotidien ; la lignée, groupe pérenne orienté vers la transmission des générations passées vers les générations futures ; la parentèle, réseau de relations fondé sur la réciprocité interpersonnelle. La seconde ligne de travail, l’analyse des transactions marchandes, m’a d’abord servi d’outil pour comprendre où passait la frontière rituelle entre l’histoire d’une relation interpersonnelle, susceptible d’un récit orienté par le déroulement du temps, et une série d’actes mis en forme par des institutions et, de ce fait, susceptibles d’être isolés de leur contexte interpersonnel. Dans un premier temps, cette frontière m’a semblé assurée par l’inscription de ces actes sur des supports matériels, du plus formalisé (registre notarié, caisse enregistreuse) au plus rudimentaire (enveloppes qui permettent de « marquer » recettes et dépenses, feuilles pour un système informel de vente, carnet de comptes de la maison entre patronne et femme de ménage, coffret pour l’argent des leçons)2. J’ai ensuite compris que cette frontière entre l’histoire des relations interpersonnelles et l’établissement d’un acte économique était en voie de rapide transformation3, du fait d’un changement dans les règles de l’interaction, concomitant de l’émergence de nouvelles technologies de l’interaction à distance, et de l’essor d’un commerce international souterrain4 et d’organisations militaires non étatiques5.

  • 6 Je reprends ci-dessous, en le modifiant légèrement, l’essentiel de mon article « Les baguettes à en (...)
  • 7 M. Ascher, Mathématiques d’ailleurs, Nombres, Formes et Jeux dans les sociétés traditionnelles, Par (...)
  • 8 Pour une synthèse récente, L. Kuchenbuch, « Les baguettes de taille au Moyen Âge : un moyen de calc (...)

3Je propose ici de reprendre le dialogue entre l’ethnographie économique des bouleversements contemporains et l’histoire économique médiévale, en revenant sur un élément méconnu de l’histoire longue de l’inscription économique, non pas celle des comptes au sein d’une entité économique (organisation, firme ou ménage), mais celle des contrats entre deux acteurs économiques, l’acheteur et le vendeur d’un produit donné au cours d’une transaction : la baguette à entailles6. Après les évolutionnismes du xixe siècle, les théories du Grand Partage entre les sociétés occidentales et les « autres » ont dominé l’ensemble des sciences sociales mondiales entre 1940 et 1980. En opposant les sociétés à écriture, qui définiraient le territoire de l’historien, et les sociétés sans écriture, qui définissaient le territoire de l’anthropologue, ces théories du Grand Partage ont imposé une vision unifiée et ethnocentrique de l’écriture comme ensemble indissociable de compétences scolaires (savoir lire, écrire et compter) et comme technologie intellectuelle ouvrant l’accès aux formes modernes et occidentales de la mémoire, du savoir, du pouvoir et de l’économie. La remise en cause de ces théories, liée à l’ébranlement des puissances occidentales, à l’émergence de formes inédites de la mondialisation économique et à la diffusion des technologies de l’internet, a ouvert la voie à de nouvelles recherches sur la diversité des techniques intellectuelles qui permettent la mémorisation des événements, la tenue des comptes et l’établissement d’interactions à distance, comme par exemple les quipu, forme d’écriture à nœuds utilisée depuis 5 000 ans dans l’ancien Pérou et surtout connue à partir de ses usages dans l’empire inca7, ou encore les baguettes à entailles, utilisées comme technique de dénombrement, de gestion des comptes et d’inscription des contrats dans toute l’Europe depuis le Moyen Âge jusqu’au xxe siècle. Les baguettes à entailles, en anglais tally, en allemand Kerbholz ou Kerbstock, restent un objet mystérieux : une très faible proportion des baguettes utilisées a été conservée, dans la mesure où certains de leurs usages supposaient leur destruction, et elles ont éveillé l’intérêt des scientifiques en ordre dispersé. Elles relèvent en effet à la fois de l’histoire du calcul, de l’histoire du droit, de l’archéologie, du folklore et de l’ethnologie, elles sont étudiées par des traditions nationales cloisonnées et elles concernent trois périodes, médiévale, moderne et contemporaine8.

Un système de comptes universel soudain disqualifié

  • 9 Ibid., p. 121.

4Si l’on suit L. Kuchenbuch, c’est dans l’Angleterre du xie siècle qu’apparaissent les premiers témoignages, iconographiques et textuels, de baguettes à entailles. Entre le xie et le xive siècles, leur usage est attesté dans toute l’Europe, il s’étend à tous les domaines de l’économie et à tous les milieux sociaux : de l’administration royale anglaise jusqu’aux échelons inférieurs de l’administration seigneuriale en Flandre, du commerce à longue distance (transports, exportations) dans l’espace hanséatique jusqu’aux sphères inférieures de l’approvisionnement en Allemagne, dans les villes pour l’achat à crédit et pour les activités artisanales, dans les campagnes pour l’administration communale, l’achat à crédit, l’artisanat local. À la fin du xiie siècle, l’illustrateur des Etymologies d’Isidore de Séville représente dans la lettre A pour Arithmetica un personnage tenant en main une baguette simple comme emblème des arts du comptage. C’est aussi une baguette simple que tient en main, dans le calendrier de la Christ Church à Canterbury, à la fin du xie siècle, un personnage qui surveille le battage et le vannage des grains sur l’aire, pour illustrer le mois de décembre. Cette fois, la baguette simple représente la mesure des grains. D’autres témoignages en font un symbole de gestion rigoureuse des biens d’un orphelin par son tuteur, ou encore un symbole du règlement des comptes dans le contexte d’un monastère cistercien où les moines sont dotés à la fois du savoir scriptural (un registre foncier) et du bâton de compte, par contraste avec la paysannerie redevable « à qui il ne reste que sa mémoire et sa parole9 ». Avec la Réforme, la baguette à entailles devient un signe du rachat des fautes, comme en témoigne l’expression proverbiale allemande, « avoir une marque sur sa baguette », qui désigne autant les fautes morales que les dettes économiques.

5D’abord attribut du pouvoir, la baguette à entailles se généralise, peut-être surtout dans le domaine de la vente à crédit, c’est-à-dire sous la forme de la baguette double utilisée entre marchands, mais aussi entre détaillants et consommateurs. Pourtant, tandis que son utilisation se répand dans les classes populaires, où le système des entailles persiste jusqu’au xxe siècle, par exemple en France pour payer le boulanger ou le boucher, ou plus récemment encore pour compter les tournées au café par une marque sur les dessous de verre en carton, la baguette à entailles fut rapidement disqualifiée comme pratique archaïque et illettrée. Dès le xvie siècle se répandent les représentations des marchands en train de tenir leur livre de comptes, lunettes sur les yeux, plume à la main, en même temps qu’ils comptent des espèces sonnantes et trébuchantes de la main gauche. Au xviiie siècle, la baguette devient définitivement un attribut des couches sociales incultes, alors qu’un siècle plus tôt de superbes tallies sculptées entraient dans le Trésor de la Banque d’Angleterre10.

Ce que dit et ce que fait la baguette double

6On distingue habituellement deux types de baguettes, la baguette simple (single tally), ou bâton de comptage, et la baguette double (split tally), marquée par des encoches sur toute sa largeur puis fendue en deux dans le sens de la longueur, chaque moitié étant conservée par les deux participants à la transaction. Si l’on s’intéresse aux modalités du contrat et non aux techniques de comptabilité utilisées dans la gestion des administrations et des domaines, dont relève la baguette simple, il faut examiner en détail le fonctionnement de la baguette double, instrument du contrat de transaction à crédit par excellence.

7Voici comment, en 1292, le compilateur anonyme des traités de gestion des domaines de l’évêché de Salisbury formule les quatre éléments présents sur les baguettes doubles :

Primo contra quem fuit ista tallia et nomen eius primo apponatur.
Secundo de qua re loquitur ista tallia.
Tercio res contenta in tallia utrum recepta fuerit vel soluta.
Quarto et ultimo data regis.

8L’inscription se fait en deux temps, chacun divisé en deux opérations : le premier temps ouvre et le second clôt la transaction. Dans le premier temps, on inscrit d’un commun accord (avant de fendre la baguette en deux) primo le nom des deux partenaires de la transaction et secundo « la chose » (qualité et quantité) « dont parle cette baguette ». Alors on fend la baguette et chacun en prend la moitié. Dans le second temps, au moment de la fermeture de la transaction, on rapproche les deux moitiés de baguette et on y inscrit, toujours d’un commun accord, bien par bien et quantité par quantité, tercio si la contrepartie a été reçue, c’est-à-dire si « la chose » a été « payée » et, quarto et ultimo, la date à laquelle cette contrepartie a été reçue. Ce système de quatre éléments permet l’archivage de la transaction : un archivage provisoire tant que la transaction à crédit n’est pas finie ; un archivage définitif une fois le règlement effectué. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la présence de deux inscriptions – l’identification du partenaire et la date de paiement – qui seraient inutiles s’il s’agissait simplement de faire la transaction, non d’en garder une trace par la suite.

9Il existe en effet une version simplifiée de ce système, dont on trouve maints exemples sous forme de bâtons entaillés et fendus en deux, sans aucune mention manuscrite. Elle n’utilise que deux des quatre éléments, ceux qui sont nécessaires et suffisants pour passer contrat : la chose dont parle la baguette ; le fait que cette chose a été payée. La chose est représentée par un premier ensemble de traits horizontaux (qui indique une quantité) et son paiement est représenté par une rature en biais venant s’ajouter à ces premiers traits. On sait par ailleurs à quel point la rature joue un rôle fondamental dans les systèmes de comptes qui utilisent le livre et l’écriture : on inscrit le nom du débiteur et sa dette puis, lorsque la dette a été réglée, on raye d’un trait la mention précédente sans l’effacer. Comme le savent bien les juristes, la rature est un acte en elle-même et non, comme l’effacement, la dénégation d’un acte : ici, la rature est une quittance, une preuve de paiement. Que perdent les partenaires de la transaction en passant de la version sophistiquée à quatre éléments, à cette version simplifiée ? Si l’on suppose que la baguette est utilisée par deux partenaires seulement, pas grand-chose. Leur identification peut être omise sans risque dès lors qu’il s’agit de partenaires habituels engagés dans des transactions deux à deux (et non d’un gestionnaire engagé dans de multiples transactions comme le domaine de Salisbury). En effet, le simple fait d’être en possession d’une moitié de baguette suffit à indiquer sa participation à la transaction. Quant à la quatrième et ultime inscription, la date du paiement, elle peut également être omise dès lors que les deux partenaires ne tiennent pas de registre de comptes, mais se contentent de jeter, ou de réutiliser, la baguette une fois la transaction finie. D’où l’hypothèse que des millions de baguettes médiévales ont disparu. En d’autres termes, la version sophistiquée permet à la fois de suivre l’état des transactions et d’archiver ses comptes, tandis que la version simplifiée est un instrument fondamental du contrat de transaction à crédit : inscription de la chose reçue (premier temps) et quittance.

10Que fait la baguette double, dans sa version sophistiquée comme dans sa version simplifiée ? Elle isole à la fois « la chose » et son paiement du flot des interactions entre les deux partenaires. C’est une technique de réduction du réel à ses seuls éléments significatifs. Ce faisant, elle neutralise en particulier deux éléments importants dans le cours du monde : d’une part, la relation personnelle entre les deux partenaires de la transaction, d’autre part, la durée qui s’est écoulée entre l’ouverture et la clôture de la transaction. Lorsque les deux partenaires se retrouvent pour clore ce qu’ils ont ouvert, ils recollent leurs deux moitiés l’une à l’autre pour les barrer d’un seul trait. Comment mieux signifier que rien ne s’est passé entre temps, ni amitié ou haine, ni mariage ou ressentiment, ni même le temps qui a passé ? La version sophistiquée n’indique qu’une seule date, quarto et ultimo data regis, la date du paiement. La version simple n’indique aucune date : tant qu’un seul trait coche la baguette, la transaction est ouverte ; une fois la transaction fermée, on rature ou on jette. Le temps du crédit n’existe pas, il n’a pas de prix, ou plus exactement ce prix est contenu dans le prix de l’objet. Ce n’est pas très différent du système actuel des délais de paiement, légaux ou conventionnels, qui ne sont ni considérés ni facturés comme du crédit. S’il ne s’agit pas de crédit au sens économique du terme, la quantité de baguettes doubles détenues par un marchand représente assez bien sa surface sociale : le nombre de ses partenaires et le nombre des transactions ouvertes dans lesquelles il est présentement engagé. Ainsi, un vitrail de la cathédrale de Tournai, de la fin du xve siècle, représente un marchand de bière qui porte fièrement à la ceinture un faisceau de baguettes à entailles accrochées à un cordeau. Enfin, la baguette double peut servir de preuve en justice. Le code civil français, comme le code civil italien d’ailleurs, en mentionne toujours l’existence, comme l’une des « preuves littérales » des obligations conventionnelles et du paiement, aux côtés des supports écrits ou électroniques (art. 1333 : « Les tailles corrélatives à leurs échantillons font foi entre les personnes qui sont dans l’usage de constater ainsi les fournitures qu’elles font ou reçoivent en détail »). La jurisprudence atteste l’existence de ces baguettes jusqu’à la fin du xixe siècle en France.

  • 11 C’est notamment l’un des enjeux du programme de recherche « Transiger », dirigé par J. Claustre au (...)
  • 12 A. Tarrius, Arabes de France dans l’économie mondiale souterraine, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1995.
  • 13 F. Menant, « Du Moyen Âge à aujourd’hui. Mille ans de famines », L’Histoire, 383, janvier 2013, p.  (...)
  • 14 Claude Kergomard rappelle, dans une synthèse prudente et bien documentée, « Changement climatique : (...)
  • 15 N. Aubert (éd.), L’individu hypermoderne, Toulouse, Érès, 2006.
  • 16 S. Naulin, P. Steiner (éd.), La Solidarité à distance. Quand le don passe par les organisations, To (...)

11C’est un vaste chantier de recherches qu’il faudra ouvrir autour de la question de l’inscription des transactions11 et plus largement des outils performatifs de l’action économique, une fois qu’on aura réussi à détacher cette question de l’étude des compétences scripturaires, c’est-à-dire scolaires, qu’une histoire européo-centrée a cru liée au développement économique exceptionnel de l’Europe après le xvie siècle. L’ethnographie économique devra étudier les nouvelles pratiques de l’interaction à distance, fondées sur l’usage intensif des technologies audio-visuelles (envoi de cassettes, usage de Skype...) plutôt que sur la correspondance écrite. Elle pourra alors s’interroger sur les modalités et les limites d’une remise en cause de la suprématie de l’écriture dans la communication à distance, et déboucher sur une analyse des nouvelles formes de l’alphabétisation nécessaires à l’activité économique à distance. Le contrat non écrit, matérialisé par la poignée de main devant témoin, est resté en vigueur dans certaines zones de l’économie informelle12. L’interaction visuelle peut-elle aujourd’hui remplacer la signature, en pratique et non en droit, pour un contrat passé à distance ? Longtemps cantonnée à la sociologie de l’immigration, l’étude des usages de la correspondance audiovisuelle mérite de devenir l’un des objets privilégiés de l’étude des cultures populaires, et notamment des pratiques économiques en milieu populaire, à l’échelle locale et dans une visée comparative. Un tel chantier de recherches, pris dans une perspective d’histoire universelle, permettrait de situer dans leur contexte socio-historique les transformations en cours des cultures pratiques. De ce point de vue, l’histoire de l’Occident médiéval peut servir de clé comparatiste, mais aussi de nouvelle perspective de longue durée, pour comprendre la mutation qui s’opère sous nos yeux. F. Menant13 et C. Kergomard14 en ont fait la preuve respectivement pour l’histoire économique et pour l’histoire du climat. Analyser ce qu’en sociologie on appelle parfois l’hyper-modernité15, ou « les formes les plus modernes de la société contemporaine16 » ne saurait faire l’économie d’un détour par une histoire et une anthropologie des sociétés avant l’émergence de l’État et du capitalisme modernes.

  • 17 C’est ainsi que Max Weber pose, en 1920, juste avant sa mort, la question qui ouvre l’Avant-propos (...)
  • 18 J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System AD 1250-1350, Oxford, Oxford Universit (...)
  • 19 Parler d’hégémonie occidentale et non d’hégémonie européenne renvoie à l’émergence de l’impérialism (...)

12C’est sans doute l’intuition que nous avions eue, sans pour autant l’expliciter, lorsqu’A. Gramain et moi-même, qui travaillions alors sur l’articulation contemporaine entre relations de parenté et transactions marchandes dans le cas des personnes dépendantes, à une période de retrait de l’État-providence en France sur cette question, avons accepté avec enthousiasme la proposition de L. Feller d’appliquer nos méthodologies complémentaires – économétrie de la formation des prix, ethnographie des relations économiques dans la parenté – à l’analyse des transactions foncières du ixe au xie siècle dans l’Italie des Abruzzes. Cette intuition porte avec elle une nouvelle représentation de l’histoire mondiale : loin de penser l’hégémonie européenne comme nous y invitait – non sans ironie – M. Weber juste avant sa mort17, nous devrions considérer la période 1492-2001 comme une « grande parenthèse ». Nous pourrions alors réfléchir de part et d’autre de cette grande parenthèse : étudier le monde avant l’hégémonie européenne18 pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui, après l’hégémonie occidentale19. Notamment, considérer la période actuelle comme la fin de la parenthèse occidentale permet de penser les nouveaux impérialismes – russe, turc, chinois – sans pour autant négliger les derniers soubresauts de l’impérialisme états-unien, et permet d’envisager les rapports de force contemporains à l’échelle mondiale en dehors de la gangue européo-centrée du post-colonialisme.

Notes

1 L’application de ce programme de travail à une documentation exceptionnelle, généreusement ouverte par L. Feller, a donné lieu à un ouvrage rédigé à six mains : L. Feller, A. Gramain, F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, EFR, 2005.

2 Alors que j’avais travaillé de longue date sur les cahiers, les enveloppes et les astuces en usage en France qui permettent à leurs utilisateurs de séparer des scènes sociales en dehors des cadres offerts par l’économie officielle, de faire exister des récits spécifiques découpés dans le quotidien (par exemple un cahier de chasseur), ou encore d’épargner (enveloppe pour l’argent du lait, pièces jaunes épargnées systématiquement), je fis l’expérience d’un complet dépaysement lors du colloque Écrire, compter, mesurer, organisé avec F. Menant et N. Coquery, en découvrant la permanence sur la longue durée des outils de transcription des comptes (N. Coquery, F. Menant, F. Weber [éd.], Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions rue d’Ulm, tome 1, 2006 et tome 2, 2012).

3 Voir ma conclusion dans A. Christin, A. Gramain, F. Weber, « L’argent et la valeur. La sociologie économique après Viviana Zelizer », La Vie des idées, 19 janvier 2016 (http://www.laviedesidees.fr/L-argent-et-la-valeur.html/, consulté le 29 décembre 2016).

4 Tel qu’étudié, par exemple, par J. Guyer, Marginal Gains : Monetary Transactions in Atlantic Africa, Chicago, University of Chicago Press, 2004 et par A. Tarrius, Les Fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992 ; La remontée des Sud : Afghans et Marocains en Europe méridionale, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2007.

5 É. Martel, « L’organisation Etat islamique est-elle une structure mafieuse ? », Revue française de gestion, 2016/7, 260, p. 159-168.

6 Je reprends ci-dessous, en le modifiant légèrement, l’essentiel de mon article « Les baguettes à entailles, origine du stock exchange », publié originellement dans un des Grands Dossiers des Sciences humaines, Entre image et écriture, 2008/6 (no 11). On trouvera le contexte comparatif de cette étude dans deux conférences : F. Weber, « L’écriture économique. Transactions, transferts et mutualisation », Colloque Écritures : sur les traces de Jack Goody, ENSSIB, 24‑26 janvier 2008 ; et id., « Everyday Life and Economic Reason », Cambridge University Social Anthropology Society, Cambridge, 14 février 2008.

7 M. Ascher, Mathématiques d’ailleurs, Nombres, Formes et Jeux dans les sociétés traditionnelles, Paris, Seuil, 1998. L’université Harvard est engagée dans un projet de long terme sur les quipu (http://khipukamayuq.fas.harvard.edu/, consulté le 29 décembre 2016).

8 Pour une synthèse récente, L. Kuchenbuch, « Les baguettes de taille au Moyen Âge : un moyen de calcul sans écriture ? », dans Coquery et al., Écrire, compter, mesurer…, op. cit., p. 113-142.

9 Ibid., p. 121.

10 www.nationalarchives.gov.uk/images/museum/enlarge/6.jpg.

11 C’est notamment l’un des enjeux du programme de recherche « Transiger », dirigé par J. Claustre au sein du LAMOP, et qui se propose de tenter une ethnographie des transactions médiévales, notamment au travers de leur inscription (http://lamop.univ-paris1.fr/produire-ecrire-echanger/transiger/, consulté le 29 décembre 2016).

12 A. Tarrius, Arabes de France dans l’économie mondiale souterraine, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1995.

13 F. Menant, « Du Moyen Âge à aujourd’hui. Mille ans de famines », L’Histoire, 383, janvier 2013, p. 78-85.

14 Claude Kergomard rappelle, dans une synthèse prudente et bien documentée, « Changement climatique : certitudes, incertitudes et controverses », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, janvier 2014 (http://tem.revues.org/1424, consulté le 23 décembre 2016) l’intérêt du travail de W. F. Ruddiman, La charrue, la peste et le climat, trad. de l’anglais par A. Pietrasik, Courbevoie, Randall, 2009 malgré les controverses qu’il a suscitées, et plaide pour une sortie des tensions entre climatologues liées aux enjeux financiers et géopolitiques monumentaux d’un hypothétique tournant énergétique.

15 N. Aubert (éd.), L’individu hypermoderne, Toulouse, Érès, 2006.

16 S. Naulin, P. Steiner (éd.), La Solidarité à distance. Quand le don passe par les organisations, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016.

17 C’est ainsi que Max Weber pose, en 1920, juste avant sa mort, la question qui ouvre l’Avant-propos du Recueil d’études de sociologie des religions, non sans une ironie certaine : « À quel enchaînement de circonstances doit-on imputer l’apparition, dans la civilisation occidentale et uniquement dans celle-ci, de phénomènes culturels qui – du moins nous aimons à le penser – ont revêtu une signification et une valeur universelle ? » (M. Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. de l’allemand par J. Chavy, Paris, Plon, 1964, p. 1).

18 J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System AD 1250-1350, Oxford, Oxford University Press, 1991.

19 Parler d’hégémonie occidentale et non d’hégémonie européenne renvoie à l’émergence de l’impérialisme états-unien au xxe siècle ainsi qu’à l’accès à l’indépendance des anciennes colonies dont le peuplement est principalement européen, comme l’Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search