Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Cinquième partie. De l’individu au groupe : acteurs et identités sociales

Lire, écrire, compter : Jean Teisseire,une petite élite urbaine du xive siècle

Mélanie Dubois Morestin

Texte intégral

  • 1 Ces pratiques ont fait l’objet de ma thèse de doctorat : Pratiques scripturales et pratiques économ (...)
  • 2 En effet, en plus de son activité d’artisan et de marchand, nous connaissons ses transactions immob (...)

1Écrire minutieusement ses transactions, s’efforcer de gérer son entreprise et l’ensemble de son activité économique par une mise à jour régulière de ses écrits, mais aussi compter et établir l’état des lieux d’un ouvroir et d’une boutique, telles sont les pratiques auxquelles Jean Teisseire s’adonne de manière quotidienne tout au long de sa carrière de petit entrepreneur du xive siècle en Avignon1. Les multiples activités de cet homme, tout à la fois cordier, chanvrier, propriétaire immobilier et foncier, marchand de vin, mais également membre des institutions publiques de sa ville2 peuvent être reconstituées grâce à la conservation exceptionnelle d’une large partie de ses archives privées. Le caractère unique de cette manne documentaire ne doit cependant pas faire oublier que le personnage est parfaitement représentatif de son groupe social et, notamment, de la manière dont l’écriture et la gestion sont des aspects de la culture pratique de petites élites urbaines à la fin du xive siècle en Provence. Il s’agira précisément ici de comprendre comment l’écriture pratique, mobilisée par cet homme, mais partagée par un ensemble de personnages qui gravitent autour de lui, participe de la construction d’un groupe social qui se définit par son honorabilité et sa notabilité.

2Comme le rappelait C. Klapisch-Zuber, à propos de la pratique de l’écriture chez les marchands en Italie au xve siècle :

  • 3 Paolo da Certaldo, Libro di buoni costumi, documento di vita trecentesca fiorentina, Rome, Bibliote (...)

Chaque fois que tu fais dresser un acte chez le notaire, prends ton livre et reportes-y le jour, le notaire et les témoins… Pour échapper aux accidents et aux dangers que font courir les méchants, il faudrait toujours faire une copie. Garde la tienne dans ton coffre3.

3Cette citation du Libro di Buoni costumi de Paolo da Certaldo, si elle renvoie aux groupes des marchands et à leurs pratiques d’écriture dans des manuels comptables, est en réalité très représentative des comportements scripturaux de groupes sociaux plus variés, auxquels appartiennent ces mêmes marchands, mais qui comprennent également de manière plus générale l’ensemble des petits notables urbains et ruraux des villes du Sud de la France en cette fin du xive siècle. Le dossier Jean Teisseire, par sa richesse et sa conservation, permet plus que tout autre de mettre au jour les liens tissés par ces derniers entre écrits documentaires, pratiques scripturales et pratiques de gestion. La démarche, qui est égocentrée et s’intéresse donc en priorité à un ego-réseau, peut dès lors permettre une compréhension plus large de pans de l’histoire économique et sociale d’Avignon.

Jean Teisseire et la place de l’écriture

  • 4 On peut ainsi trouver dans l’inventaire des archives de la ville la mention suivante : Item aliud i (...)
  • 5 M. Dubois-Morestin, « Transmission des savoirs : culture matérielle et pratique de l’écrit dans le (...)

4L’écriture, loin de constituer une simple pratique ou habitude, tient une place cruciale et primordiale dans l’administration des affaires de Jean Teisseire. En raison d’une pluriactivité particulièrement complexe à gérer, elle est un lieu nécessaire à la cohérence de l’ensemble de ses activités économiques. Ce personnage, on l’a dit, est un artisan cordier, qui fabrique donc des cordes, mais également un ensemble de productions annexes, tirées de matières premières qu’il travaille : le chanvre et le jonc. Issu d’une famille de chanvriers, puisque son père Guillaume et son frère Bermond sont eux aussi cordiers, il s’établit à son compte dans les années 1340, après avoir quitté son patron, Pons de Marroco, chez qui il avait été instruit. Sa formation ne s’est ainsi pas faite chez son père et Jean Teisseire ne s’inscrit pas dans le patrimoine foncier familial, puisqu’il fonde son entreprise de manière indépendante et autonome, pour autant, toutefois, que ses écrits le donnent à voir. Dès cette période, il est avéré que Jean Teisseire se retrouve au contact de l’écrit4 et le manie en tant que facteur chez son patron, avant de le posséder de manière plus complète lorsqu’il est à son propre compte. La transmission des savoirs et des savoir-faire, qu’ils soient liés à la pratique d’une technique artisanale ou à celle de l’écriture, s’est ainsi faite, pour ce personnage, dans le cadre de l’apprentissage d’un métier5. Cette pratique s’inscrit en outre sur un temps long, sur plus d’une cinquantaine d’années, puisque Jean Tesseire écrit sans interruption jusqu’à la rédaction de son testament en 1384, l’ensemble de sa carrière étant l’objet d’écrits, de formes et de fonctions diverses.

  • 6 Ici, les écrits du for privé ne peuvent pas être étudiés pour eux-mêmes, mais on peut consulter, en (...)
  • 7 Il l’appelle en effet cartularium, c’est-à-dire, littéralement, le recueil des cartas, qui sont pou (...)
  • 8 ADV, dépôt Avignon, II330.
  • 9 ADV, dépôt Avignon, Grandes Archives, boîte 96, inventaire Pintat pour les actes notariés et les co (...)
  • 10 ADV, dépôt Avignon, Grandes Archives, boîte 96, no 3126.

5Comprendre plus finement le comportement scriptural de Jean Teisseire est dès lors possible si l’on reconstitue le corpus documentaire réuni autour de ce dernier. À partir d’une pièce centrale, le livre de raison II330, document du for privé6, c’est un ensemble exceptionnel par son ampleur qui fut rassemblé par l’artisan. La pièce principale, l’ego-document qu’est le livre de raison, est rédigé des années 1369 à 1376 et se compose de diverses pièces : on y trouve une liste de dettes, rappelant les affaires passées ou en cours de Jean Teisseire – sur neuf folios – suivi des comptes de l’hôpital Saint-Bénezet – sur trente et un folios. Vient alors le document appelé « cartulaire7 » par son auteur et livre de raison dans notre étude, et qui, folioté par son scripteur, rassemble les activités quotidiennes du cordier (transactions personnelles et professionnelles)8. On conserve en outre quelques comptabilités tenues par le cordier, personnelles, mais aussi en représentation pour des tutelles dont il a la charge, des correspondances entre lui et ses facteurs et des actes notariés qu’il fait établir et qu’il garde par devers lui9. La volonté déployée tout au long de sa vie d’écrire, de conserver et d’administrer ses écrits est ainsi tout à fait manifeste dans le dossier tel qu’il nous est parvenu. Le livre de raison est le reflet de la constitution par Jean Teisseire de véritables archives privées tandis que l’inventaire après décès de ses biens suggère l’ampleur de sa documentation, faite d’écrits privés, mais aussi d’actes notariés10.

6Il serait incomplet en effet de n’étudier le dossier de Jean Teisseire qu’au travers des documents qui nous sont matériellement parvenus. Comme l’atteste son livre de raison, la gestion du cordier passait en effet par un système de renvois internes et externes – mis à jour régulièrement et très précis – à d’autres « cartulaires » et manuels, conservés et utilisés par le marchand, mais aujourd’hui disparus. Le cordier renvoie généralement à l’année à laquelle correspond chacun de ces manuels, ainsi qu’à la page dans laquelle se trouvera contenu le règlement concernant telle ou telle transaction. Certaines indications se font parfois plus longues, précisant la couleur de la couverture du livre ou bien encore son contenu exact lorsqu’il s’agit d’un manuel spécialisé – et c’est notamment le cas pour le manuel de l’administration de l’ouvroir ou bien encore le livre appelé « livre des cordes ». S’il n’est pas possible de préciser leur contenu, ces documents traduisent bien cette omniprésence de l’écriture chez le cordier. La pratique de l’écrit est quotidienne et Jean Teisseire est le parfait exemple du marchand, notable et urbain, qui a le calame à la main en toutes circonstances. Ce n’est que par cette écriture que les diverses activités du cordier prennent un sens : complexes, il n’a de cesse de les réunir dans des documents d’une relative simplicité et ce sont dès lors diverses temporalités qui s’inscrivent dans l’écriture.

  • 11 Voir l’inventaire de ses biens après décès, ADV, dépôt Avignon, Grandes Archives, boîte 96, no 3276

7On peut en distinguer trois. La première, à court terme, est celle de sa gestion quotidienne. Elle est faite d’une écriture quotidienne, voire pluri-quotidienne, comme en atteste l’analyse des mentions marginales et autres ratures ou changements d’écriture, et implique un rapport très étroit aux documents produits. Ils sont annotés, mis à jour, cancelés, mais sont également l’objet d’ajouts, de corrections d’erreurs, ou encore d’écriture partagée avec des facteurs ou des relations d’affaires. La deuxième est une temporalité à moyen terme, qui est celle de la conservation, par leur transcription dans le registre, de quittances établies lors de transactions pour lesquelles Jean Teisseire souhaite conserver un document comme preuve. Les cartulaires et livres de raison se font alors les réceptacles de documents authentifiés de manière privée et indispensables à la bonne gestion de l’affaire du cordier. La dernière, enfin, est une temporalité à long terme puisqu’elle concerne la conservation de ses documents et s’établit dans l’archivistique simple, mais efficace, du cordier. Sa vie entière est ainsi contenue dans ses écritures dont il conserve l’ensemble dans son ouvroir et sa maison11.

8Au total, le cordier devait posséder à la fin de sa vie près d’une vingtaine de cartularii, sans compter les livres et manuels spécialisés cités tout au long du livre de raison, et sans compter les archives notariées. Les tableaux suivants donnent à voir la reconstitution de l’ensemble des archives privées de Jean Teisseire, en présentant dans deux tableaux séparés d’une part, les archives évoquées ou conservées, mais qui sont liées au livre de raison II330 et d’autre part, celles qui sont mentionnées dans les comptabilités de l’hôpital Saint-Bénezet dont le cordier a été l’administrateur.

Tableau 1. Reconstitution des archives privées de Jean Teisseire

Livres de raison

Livres spécialisés

Polisias

Comptabilités particulières

Actes notariés conservés

1356

Livre des cordes

Diverses

Peyret Ortolan

Divers

1367

Livre de l’ouvroir

Douceline de Saze

1369

Livre vert

Succession de Peire d’Uzès

1370/1376

Petit cartulaire

1378

Tableau 2. Archives privées de Jean Teisseire concernant la comptabilité de l’hôpital

Dénominations

Folio

Fonction

Cartolari lonc von es escrig tota l’obra que si fa sus lo pont

32r

Livre général

Manoal nou/lonc

10v, 22v, 23v

Livre général

Compte de la resepta e de la despensa

35v

Livre spécialisé

Libre des cens

38v

Livre spécialisé

9Le dossier de l’artisan est ainsi représentatif de ce que l’écriture permet la gestion d’une affaire, mais nécessite également une administration domestique particulièrement poussée afin de pouvoir convoquer les écrits produits de manière efficace. Cette archivistique privée va, dans le cas de Jean Teisseire, jusqu’à la constitution d’un système de cotations internes, dont le sens nous échappe, mais qui traduit en tout cas un souci d’organisation et de gestion.

Jean Teisseire ou la définition de la notabilité urbaine

  • 12 On pense ici notamment aux études autour du personnage de Guido Chiavelli qui présente de nombreuse (...)
  • 13 Il existe en effet chez Jean Teisseire plusieurs niveaux d’écriture et d’archivage, qui vont de la (...)

10Le soin apporté par Jean Teisseire à ses archives, de même que l’ampleur de son corpus documentaire, ne doivent pas cacher la représentativité du personnage. Si la ville, instituée héritière universelle de ses biens en raison de l’absence de descendants, a conservé et fossilisé de manière exceptionnelle les documents qu’il avait réunis, sa culture de l’écrit est commune à un groupe social fait de marchands, d’artisans et de facteurs, mais également de notaires, de notables et d’hommes publics. Ces individus se côtoient comme s’entremêlent leurs écrits, qui sont à la croisée des écritures privées, notariées, comptables et administratives12. De fait, si les archives de Jean Teisseire nous donnent d’examiner un exemple d’écriture du for privé, celle-ci reste intimement liée à l’écriture notariée. Dans son registre, les deux types d’écriture ne s’excluent pas, mais peuvent au contraire coexister, voire être fondamentalement complémentaires, l’écrit privé chez Jean Teisseire n’étant qu’une forme de résumé et de simplification efficace d’un écrit notarié authentifié et à valeur probatoire13.

  • 14 C. Maurel, « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au xve siècle. Autour de l (...)
  • 15 Voir, par exemple, l’association – à l’issue malheureuse – avec Raymond Arnaut entre autres (ADV II (...)
  • 16 Tels que Olivier Amoros – même s’il est à son compte en 1370 – ou encore Peiret Guichard, qui devie (...)

11Jean Teisseire montre également que les catégories socioprofessionnelles ne sauraient être considérées comme étanches. Il correspond en effet à un type social qui est celui d’hommes qui sont passés d’une « honorabilité artisanale à une notabilité marchande, sous l’effet de l’enrichissement économique14 ». En effet, le livre de raison nous donne à voir un homme qui gère une véritable entreprise, faite de plusieurs boutiques, de plusieurs ateliers, administrée par des associés à certaines époques de sa vie15 et dans laquelle de nombreux facteurs sont nécessaires et impliqués, au service de leur patron16. L’activité économique de l’artisan se double ainsi d’une très large activité marchande, qui le mène – par l’intermédiaire de ses associés – dans des foires plus ou moins lointaines, parfois jusqu’en Catalogne. C’est dans cette posture d’artisan/marchand/entrepreneur que Jean Teisseire mobilise une culture de l’écrit qu’il partage avec ses pairs, parfois au sens propre, quand il s’agit de son entourage proche.

  • 17 ADV II330, fol. 30.

12Comme l’attestent en effet les différentes mains intervenues dans son « cartulaire », Jean Teisseire associe ses facteurs et sa famille à la tenue de ses registres. Dans les trente premiers folios du livre de raison II330, par exemple, l’écriture est celle du fils de Jean Teisseire, Bertranet, à qui il confie visiblement une partie de l’administration de sa boutique, ou du moins de ses écrits. Par la pratique et l’expérience, le cordier, alors au faîte de sa carrière politique et économique, cherche à transmettre des savoirs et des savoir-faire professionnels et familiaux, mais cette volonté est contrecarrée par la mort prématurée de Bertranet, à la fin de l’année 1370. Soigneusement consigné dans son livre de raison17, ce décès vient rompre cette ambition de transmission puisque son deuxième fils, Martin, est trop jeune à cette date pour reprendre le calame à la suite de son aîné. Entré à l’école dans l’année 1372, on ne sait pas ce qu’il advient de lui par la suite et il n’est pas mentionné dans le testament de Jean Teisseire de 1384, qui meurt, on l’a dit, sans autre héritier que la ville.

  • 18 Ainsi, comme l’indiquait T. Dutour dans Une société de l’honneur…, op. cit., les notions de notabil (...)
  • 19 Entre 1372 et 1374 au moins : les comptabilités qu’il y tient sont présentes dans le manuscrit II33 (...)
  • 20 Expression empruntée, à propos du personnage d’Antoine Jean Solier, à D. Rives, « De Camarès à Mars (...)
  • 21 L. Feller qui lie excellence, position éminente à l’intérieur d’un groupe et expertise : L. Feller, (...)

13De son vivant, Jean Teisseire y était déjà pleinement intégré. En sus de son rôle de syndic, son habileté à manier l’écriture lui valut d’endosser une dernière casquette, qui le classe définitivement parmi les petites élites urbaines car elle repose sur l’honorabilité et la notabilité18 : celle d’expert. Écrire fait en effet partie des compétences dans lesquelles Jean Teisseire excelle et pour laquelle il est sollicité à de multiples reprises – en tant qu’administrateur de l’hôpital Saint Bénezet19 ou à titre privé, en tant que tuteur de deux jeunes gens dont il tient les comptabilités. Outre l’honorabilité et la notabilité, l’expertise est donc constituante de la définition de l’élite urbaine à laquelle Jean Teisseire appartient. Ici, il ne s’agit pas d’une expertise juridique : le cordier est expert dans le sens d’expérimenté. Lui et ses semblables sont capables de faire autorité dans leur domaine de compétence par le biais d’une expérience et d’une formation acquises « sur le tas20 ». Ainsi, l’expertise et la compétence scripturales sont des éléments qui permettent de qualifier l’excellence même de ces petites élites21 : ces dernières sont celles qui partagent le savoir et la compétence, dans les domaines marchands, comptables, et artisanaux.

14Ainsi, en prenant le parti de placer au centre de l’analyse le livre de raison, ainsi que la documentation privée de Jean Teisseire considérée comme un tout cohérent et consciemment réuni par le scripteur, c’est la compréhension d’un groupe social spécifique qui peut être proposée. Par le biais de ce que l’écrit nous en dit, le livre de l’entrepreneur est le réceptacle de l’inscription des relations, des transactions, des liens entre les personnes et de leurs points communs, qu’ils soient familiaux, culturels, sociaux, économiques ou comportementaux. L’écriture est en effet l’outil qui permet à un homme comme Jean Teisseire de construire sa notabilité, son réseau d’information et la mémoire patrimoniale d’une activité multiforme. En allant plus loin, il est alors possible de penser que c’est même l’acte d’écriture qui fonde la reconnaissance identitaire liée à l’appartenance au groupe élitaire urbain : le « je » s’inscrit dans le temps et dans l’espace et se positionne dans l’échiquier social de la ville. Plus qu’un niveau de fortune, ces élites partagent des habitus orientés par leur pratique de l’écrit. Artisans, marchands, notables, notaires et comptables sont tous de véritables gestionnaires et administrateurs – publics comme privés – capables, par leurs compétences scripturales et comptables, de conduire et réussir une carrière et de faire groupe.

Notes

1 Ces pratiques ont fait l’objet de ma thèse de doctorat : Pratiques scripturales et pratiques économiques : archives privées d’un marchand avignonnais du xive siècle, mémoire de thèse dirigé par Laurent Feller, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2015.

2 En effet, en plus de son activité d’artisan et de marchand, nous connaissons ses transactions immobilières et foncières par le biais d’actes notariés notamment, ainsi que ses activités de propriétaire d’une taverne, dite Du Boyre à Avignon (voir Archives départementales de Vaucluse [ADV], dépôt Avignon, II330, fol. 56). Enfin, il est présent en tant que syndic dans les registres de délibération de la ville d’Avignon entre 1367 et 1376 au moins (ADV, B1).

3 Paolo da Certaldo, Libro di buoni costumi, documento di vita trecentesca fiorentina, Rome, Biblioteca Italiana, 2003, p. CII-CIV. Ces conseils pour manuels de marchands sont très proches de ce qui se pratique dans les milieux de notables, et l’on peut encore penser aux sentences de Giovanni di Pagolo Morelli, « Fais aussi en sorte que dans tes livres soit écrit en détail ce que tu fais, et ne pardonne jamais à ta plume et fais-toi bien comprendre dans ton livre : il s’ensuivra que tu en tireras profit », dans Ricordi, éd. par V. Branca, Florence, Le Monnier, 1959.

4 On peut ainsi trouver dans l’inventaire des archives de la ville la mention suivante : Item aliud instrumentum quictationis facte per Pontium de Marroco, olim canabasserium, Iohanni Textoris, eius factori de gestis et administratis per eum, sumptum per Jacobum Chalon, MCCCXL septimo et die XXIV aprilis. Ainsi, alors même qu’en 1347 il est à son compte, il est rappelé ici son rôle de gestionnaire et d’administrateur des affaires de Pons de Marroco. Notons cependant qu’aucune des archives liées à cette activité ne nous est parvenue. Pour cette pièce, Bibliothèque Ceccano, ms. 2833, fol. 101v.

5 M. Dubois-Morestin, « Transmission des savoirs : culture matérielle et pratique de l’écrit dans le livre de raison de Jean Teisseire, marchand cordier du xive siècle », dans Apprendre, produire, se conduire : le modèle au Moyen Âge. Actes du XLVe congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 223-233.

6 Ici, les écrits du for privé ne peuvent pas être étudiés pour eux-mêmes, mais on peut consulter, entre autres, M. Foisil, « L’écriture du for privé », dans P. Ariès (éd.), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, 1986, p. 331-364 ; voir également les travaux du groupe sur l’écriture du for privé, notamment C. Cassan, J. P. Bardet, F. J. Ruggiu (éd.), Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2007 ; sur la notion d’ego-documents, P. Y. Beaurepaire, D. Taurisson, Les ego-documents à l’heure de l’électronique, Montpellier, Publications de Montpellier III, 2003.

7 Il l’appelle en effet cartularium, c’est-à-dire, littéralement, le recueil des cartas, qui sont pour lui les actes notariés établis ailleurs. Ainsi, le livre de raison est le réceptacle des résumés de ces actes, notices qui reprennent les transactions, qu’elles soient passées devant notaire ou non.

8 ADV, dépôt Avignon, II330.

9 ADV, dépôt Avignon, Grandes Archives, boîte 96, inventaire Pintat pour les actes notariés et les comptabilités annexes.

10 ADV, dépôt Avignon, Grandes Archives, boîte 96, no 3126.

11 Voir l’inventaire de ses biens après décès, ADV, dépôt Avignon, Grandes Archives, boîte 96, no 3276.

12 On pense ici notamment aux études autour du personnage de Guido Chiavelli qui présente de nombreuses similitudes avec le cordier (il accorde des prêts, tient des registres liés à ces activités économiques, soigneusement classés et mis au propre). Ses modalités d’inscription scripturale sont cependant différentes, avec un rythme d‘écriture qui n’est pas quotidien, mais qui fait l’objet d’un retour sur les documents plusieurs années après les faits. Voir J. B. Delzant, « Crédit local, investissement foncier et archives privées : les stratégies de Guido Chiavelli, dit le Napolitain (Italie, milieu du xive siècle) », dans MEFRM, 2009, p. 361-376.

13 Il existe en effet chez Jean Teisseire plusieurs niveaux d’écriture et d’archivage, qui vont de la grosse du notaire à la notice du livre de raison en passant par la quittance, polisia, à valeur probatoire plus importante, et conservée dans le livre aux pages concernées. L’accumulation de ces niveaux d’écriture peut donner lieu à des analyses très fines, des pratiques journalières de l’artisan. Les va-et-vient entre les écrits, la manière de les utiliser de manière concomitante ainsi que la grande aisance avec laquelle le marchand retient les informations et les réutilise, permettent de se représenter l’homme dans son travail d’écriture et d’en apprécier la compétence.

14 C. Maurel, « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au xve siècle. Autour de l’ascension sociale des Forbin », Annales ESC, 1986, p. 657-681, ici p. 670. Sur le concept d’honorabilité et sur le lien à faire entre celui d’élite et l’honneur, voir notamment T. Dutour, « Désigner les notables. Le vocabulaire de la notabilité à la fin du Moyen Âge, », dans L. Jean-Marie (éd.), La notabilité urbaine, xe-xviiie siècle, Caen, CRHQ, 2007, p. 109-124. Voir également T. Dutour, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, Champion, 1999.

15 Voir, par exemple, l’association – à l’issue malheureuse – avec Raymond Arnaut entre autres (ADV II330, fol. 86).

16 Tels que Olivier Amoros – même s’il est à son compte en 1370 – ou encore Peiret Guichard, qui devient associé en 1376 et qui l’est encore en 1384 à la mort de Jean Teisseire.

17 ADV II330, fol. 30.

18 Ainsi, comme l’indiquait T. Dutour dans Une société de l’honneur…, op. cit., les notions de notabilité et d’honorabilité sont à rattacher à l’estime sociale et à la question de la réputation. La notabilité est ainsi, selon lui, le degré supérieur de l’honorabilité. L’individu qui y a accès est considéré comme appartenant à l’élite des hommes honorables les plus réputés. Les fonctions occupées par Jean Teisseire semblent pouvoir le rattacher à ce type social.

19 Entre 1372 et 1374 au moins : les comptabilités qu’il y tient sont présentes dans le manuscrit II330.

20 Expression empruntée, à propos du personnage d’Antoine Jean Solier, à D. Rives, « De Camarès à Marseille : les lieux du négociant Antoine Jean Solier (1760-1836), Annales du Midi, 2010, p. 229-250. Elle dit bien comment ce personnage, d’éducation moyenne et qui sait lire, écrire et compter, acquiert une expertise sur le terrain.

21 L. Feller qui lie excellence, position éminente à l’intérieur d’un groupe et expertise : L. Feller, « Introduction », dans L. Feller, A. Rodriguez (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge II. Savoirs, écritures, pratiques, Madrid, Casa de Velàsquez, 2016, p. 13-21, ici p. 15-17.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search