Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Cinquième partie. De l’individu au groupe : acteurs et identités sociales

Une élite d’État ?

Les gens des finances de Louis XI à l’épreuve du pouvoir (14611483)

Jean-François Lassalmonie

Texte intégral

  • 1 Ses acceptions médiévales insistent sur la notion de sélection des meilleurs, voir R. Martin, s. v.(...)

1Les gens des finances du roi de France forment-ils une élite à la fin du Moyen Âge ? La question appelle deux définitions préalables. Par « gens des finances », expression d’époque, nous entendons les hommes qui dirigent l’administration financière de l’État ; par « élite », autre terme du temps1, un groupe en position dominante, doué d’une conscience de soi, affichant une identité collective fondée sur des valeurs communes et l’affirmation de qualités supérieures qui justifient sa prééminence. Une élite ainsi définie suppose un minimum de cohésion interne et de stabilité de ses membres dans leur position dominante, conditions nécessaires à l’émergence d’une identité collective. Sont-elles réunies sous le règne de Louis XI ?

  • 2 Documents relatifs à l’administration financière en France de Charles VII à François Ier (1443-1523 (...)

2Commençons par cerner plus précisément ce groupe. Les gens des finances se désignent eux-mêmes ainsi : des lettres adressées au roi par les principaux responsables de ses finances, en novembre 1466 et février 1470, portent pour toute souscription voz tres humbles et tres obéissans subgectz et serviteurs, les gens de vos finances2. Le recours à une dénomination collective témoigne certes d’une amorce de conscience de groupe, mais insiste avant tout sur la subordination au souverain : les « gens des finances » du roi sont les gens du roi en charge de ses finances. En soi, la formule ne renvoie pas à un groupe nettement défini par l’exercice de fonctions déterminées, mais à un milieu, aux contours plus imprécis, d’hommes en charge de hautes responsabilités financières au service du roi. Il faudrait y inclure les principaux agents financiers de l’armée et des hôtels royaux, mais la présente enquête se bornera par commodité aux officiers supérieurs des administrations financières.

3L’organisation des finances royales sous Louis XI est le fruit des réformes opérées par son père entre 1443 et 1447. D’une part, celles-ci ont rétabli la dualité institutionnelle qui distinguait, depuis le milieu du xive siècle, les finances dites ordinaires, issues du Domaine du roi (l’ensemble de ses droits traditionnels, régaliens, féodaux et seigneuriaux) et les finances dites extraordinaires, reposant sur une fiscalité de type moderne, levée au nom du droit du souverain d’imposer ses sujets pour le bien commun du royaume. Ce concept, tiré du droit romain est affirmé en principe par les légistes dès la fin du xiiie siècle, puis imposé dans les faits par les nécessités de la guerre de Cent Ans. Chaque type de finances royales est aux mains d’un service spécialisé : l’administration des finances ordinaires (ou Trésor) et l’administration des finances extraordinaires. La seconde, la plus récente, gère la quasi totalité des ressources de l’État : 97 à 98 % sous Louis XI, mais la première conserve le prestige de l’ancienneté et l’on trouve à sa tête des hommes dont l’influence dépasse de beaucoup les maigres sommes confiées à leurs soins.

4D’autre part, les réformes des années 1440 ont plus rigoureusement institué un partage fonctionnel des rôles entre les officiers ordonnateurs, chargés d’assigner les dépenses sur les recettes et d’engager les paiements par délégation du roi, les officiers comptables, chargés du maniement des fonds, et les officiers en charge du contentieux des finances, qui exercent une justice administrative spécialisée et sortent du champ de notre étude. En revanche, les réformes flanquent les comptables de contrôleurs, chargés moins de les surveiller que de les assister en tenant un double de leurs comptes (ou contre-rôle) afin de faciliter les vérifications.

5Enfin, tout en maintenant une collégialité de principe entre les ordonnateurs, les réformes régionalisent la haute administration en divisant le royaume en vastes circonscriptions ou « charges ». À la tête de chacune d’elles sont placés d’une part un ordonnateur du Trésor, le trésorier de France, d’autre part un triumvirat d’officiers supérieurs des finances extraordinaires formé d’un ordonnateur, le général des finances, d’un comptable, le receveur général des finances et d’un contrôleur, le contrôleur général des finances. Dans l’administration des finances extraordinaires, la charge ainsi dirigée par un général est également appelée « généralité ». En revanche, l’administration des finances ordinaires conserve pour tout le royaume un comptable central unique, le changeur du Trésor, et un seul contrôleur, le clerc du Trésor.

  • 3 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., cartes hors texte avant la p. 1.

6D’abord au nombre de trois, les charges se multiplient avec les reconquêtes de Charles VII et les acquisitions de son fils : on en compte jusqu’à dix au temps de Louis XI3. Les effectifs des officiers supérieurs des finances augmentent donc sous son règne, essentiellement dans les finances extraordinaires où leur nombre double (de 11 à 22), tandis que le haut personnel du Trésor passe de six à sept responsables. Au total, les gens des finances sont 17 au début du règne de Louis XI et 29 à sa mort.

  • 4 A. Spont, « Liste des officiers supérieurs des finances » dans Documents relatifs à l’histoire fina (...)

7Il est possible, à quelques lacunes près, de recenser les titulaires de ces principaux offices financiers4 : 27 généraux, 36 receveurs généraux et 16 contrôleurs généraux des finances, 14 trésoriers de France, 4 changeurs et deux clercs du Trésor ont servi Louis XI, en tout 89 individus, compte tenu de ceux qui ont occupé successivement ou simultanément plusieurs types d’offices. 74 d’entre eux (83 %) ont officié dans l’administration des finances extraordinaires et 20 (22 %) dans les services du Trésor, compte tenu de cinq carrières mixtes.

  • 5 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 264-265, 356.

8Dans quelles circonstances ces hommes quittent-ils leurs fonctions ? Sur 89 remplacements opérés par Louis XI dans son haut personnel financier (autant que d’individus, ce qui est un hasard), 12 seulement sont consécutifs à un décès, soit 13,5 %. Jamais, par ailleurs, nous ne voyons un officier se retirer de sa propre initiative, et moins encore organiser sa succession. Deux fois seulement, les sources montrent qu’un office avait été réservé au nouveau titulaire, sans qu’il soit possible de dire si le roi s’est borné à sanctionner un accord passé entre l’ancien détenteur et son successeur, ou s’il a de lui-même préparé la relève. En 1466, Louis le Maye, de retour d’une mission à Milan – ce qui suggère que Louis XI le récompense de ses services – reçoit l’expectative de la charge de clerc du Trésor, qu’il occupe à la mort du titulaire deux ans après ; en 1473, Philibert Boutillat se voit promettre l’office de trésorier de France en Languedoc, dont il est pourvu l’année suivante quand son détenteur Jean Bourré obtient la mutation qu’il convoitait en Languedoïl5.

9On sait que la succession à un office était souvent arrangée par le titulaire, à charge d’obtenir l’assentiment du roi, et on ne peut évidemment exclure que le manque de documentation porte à sous-estimer le phénomène parmi les dirigeants des finances royales. Tout de même, le silence général des sources, même des chroniques privées, sur de telles pratiques en leur sein suggère qu’elles devaient y être limitées par le caractère sensible de leurs fonctions, et par la volonté de Louis XI de les tenir bien en main.

  • 6 Ibid., p. 223, 358, 512.

10Il semble donc que le remplacement des gens des finances résulte de l’initiative royale. Dans de rares cas, la trahison en est le motif explicite. En 1465, la guerre du Bien public est fatale au général de Normandie et d’Outre-Seine-et-Yonne Giovanni Arnolfini, banquier lucquois au service de Philippe le Bon et ancien bailleur de fonds du dauphin en exil : pris entre deux maîtres, il est arrêté alors qu’il tente de regagner les Pays-Bas bourguignons. Peu après, le contrôleur général de Languedoc Jacques de Caulers subit le même sort pour avoir pris langue avec les rebelles, moins pour les rallier que pour ménager l’avenir en posant un pied dans chaque camp. En 1475, le receveur général de Roussillon et Cerdagne François Castillon est destitué : Louis XI le soupçonne de collusion avec les adversaires de l’occupation française et a ordonné à son envoyé Ymbert de Batarnay de lui faire vider le pays sans éveiller sa méfiance. En 1479 enfin, le contrôleur général de Normandie, Jean le Tourneur, est révoqué pour avoir pris party avec les ennemis du roy6.

  • 7 Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières…, op. cit., p. 241 ; Lassalmonie, La boîte (...)

11Aucun ne connaît toutefois la fin tragique de Jean le Boursier. Général de Normandie démis en 1461, il est chargé par un Louis XI aux abois de veiller sur son ancienne charge au début du Bien public, mais passe à la rébellion. Charles de France en fait le général de son nouvel apanage normand, mais le roi ne lui pardonne pas sa trahison dans un moment critique : arrêté dans les premiers jours de la reconquête du duché, il est noyé dans l’Eure le 1er janvier 14667.

  • 8 Ibid., p. 265, 632.

12Parfois enfin, la chronologie ou la formulation d’un acte officiel suggère le mécontentement de Louis XI, ainsi lorsque le général de Languedoïl Jean de Reilhac perd sa charge à la fin de 1468, deux mois après Péronne où il a accompagné son maître, ou lorsqu’à l’été 1483 le roi, contre l’usage, ne qualifie pas d’amé et féal l’ancien général des Bourgognes André Brinon, qu’il vient de remplacer, dans une lettre à la Chambre des Comptes de Dijon8. Mais dans la plupart des cas, aucun indice, même indirect, n’éclaire la décision royale.

13Tournons-nous donc vers la démarche statistique, avec toute la prudence requise s’agissant d’une population aussi réduite, pour observer les changements qui affectent le milieu des gens des finances au fil du règne, qu’ils résultent d’un remplacement ou de créations d’offices dans les nouvelles conquêtes. Année par année, nous les avons rapportés à l’effectif total alors connu, pour déterminer le taux de renouvellement du groupe. Ce taux n’est pas celui des offices pourvus d’un nouveau titulaire, car un même office peut changer deux fois de mains dans l’année, et le nombre des officiers peut être inférieur à celui des offices par suite de cumuls. En 1483 enfin, il faut distinguer les changements intervenus avant la mort du roi et ceux qui l’ont suivie : les contextes spécifiques des deux périodes de cette année justifient de les considérer à part (fig. 1).

Figure 1. Taux de renouvellement des gens des finances (1461-1483)

Figure 1. Taux de renouvellement des gens des finances (1461-1483)

14Globalement, l’évolution du taux de renouvellement des gens des finances suggère quatre « temps de crise », si l’on désigne ainsi les années où il atteint ou dépasse les 30 % : 1461, qui reste le record du règne, 1465, 1473 et 1476-1477. 1483, prise dans son ensemble, constitue un cinquième « temps de crise » qui cumule les effets de deux contextes successifs, et la tendance à la hausse est marquée dès la première partie de l’année. On peut remarquer par ailleurs que contrairement aux précédents lendemains de « crises », le taux de renouvellement se maintient à un niveau élevé, autour de 20 % par an après le pic de 1476-1477 : la pression exercée sur les gens des finances ne revient pas à la normale dans la dernière partie du règne, alors que les dépenses et la ponction fiscale culminent. Notons enfin que ces variations ne sont pas biaisées par les morts en fonctions : même les épidémies du début des années 1480 ne semblent pas avoir affecté les gens des finances.

15L’affinement des données par administration souligne l’opposition entre les finances extraordinaires et le Trésor. Les premières se montrent sensibles à la conjoncture : on retrouve les pics déjà signalés en 1461, 1465-1466, 1473, 1476-1477 et, atténué par sa séparation en deux périodes, 1483 (fig. 2).

Figure 2. Taux de renouvellement des officiers des finances extraordinaires (1461-1483)

Figure 2. Taux de renouvellement des officiers des finances extraordinaires (1461-1483)

16Le Trésor en revanche, dont l’analyse statistique s’adosse, il est vrai, à de très petits nombres, présente un profil en dents de scie assez régulier, où ne se dessine aucune tendance (fig. 3).

Figure 3. Taux de renouvellement des officiers du Trésor (1461-1483)

17Une analyse selon la nature fonctionnelle des offices révèle par ailleurs la similitude des profils entre l’évolution du renouvellement des ordonnateurs et des comptables, à l’exception de la fin du règne : les seconds, davantage affectés que les premiers par des changements en 1480-1481, sont en revanche peu touchés en 1483 (fig. 4).

Figure 4. Taux de renouvellement des ordonnateurs (courbe foncée) et des comptables (courbe claire), 1461-1483

Figure 4. Taux de renouvellement des ordonnateurs (courbe foncée) et des comptables (courbe claire), 1461-1483

18Par contraste, les contrôleurs présentent un profil différent, avec deux pics isolés et très marqués en 1461 et 1476, mais leur très faible effectif défie de nouveau l’approche statistique (fig. 5).

Figure 5. Taux de renouvellement des contrôleurs (1461-1483)

Figure 5. Taux de renouvellement des contrôleurs (1461-1483)

19Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ces constats. Comme on pouvait s’y attendre, le haut personnel des finances extraordinaires, sur qui pèse l’écrasante responsabilité de pourvoir aux besoins de l’État et aux exigences de la politique royale, est beaucoup plus exposé aux remaniements que celui du Trésor. De même les ordonnateurs, chargés de faire rentrer les recettes et de trouver des caisses disponibles pour faire face aux dépenses, et les comptables, sommés de les régler, sont dans une position plus fragile que les contrôleurs, confinés dans une fonction auxiliaire. Cette inégalité se traduit dans la durée de service moyenne. Celle-ci s’établit globalement à sept ans et demi pour les gens des finances en poste sous Louis XI, mais elle est deux fois plus élevée au Trésor (douze ans) que dans les finances extraordinaires (six ans), et moitié plus dans les fonctions de contrôle (dix ans et demi) que d’ordonnancement (sept ans) et de gestion comptable (six ans).

  • 9 P. Contamine, « Louis XI, la prise de pouvoir, la foire aux places (juillet-septembre 1461) » dans (...)

20Rattachons pour finir les « temps de crise » mis en évidence par l’approche statistique à la conjoncture du règne. Le premier a été bien étudié par P. Contamine9 : à la mort d’un père avec qui il était brouillé, Louis XI prend enfin possession du royaume, animé d’un esprit de revanche, après neuf ans d’éloignement en Dauphiné et cinq années d’exil aux Pays-Bas bourguignons. Le nouveau maître laisse un large cours à sa vindicte contre les serviteurs de Charles VII au profit des quelques fidèles des mauvais jours, comme Jean Bourré, et de ceux qui l’ont obligé durant l’exil, comme Giovanni Arnolfini, dont les sources francisent le nom en Jean Arnoulfin.

  • 10 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 92-96.

21La vengeance royale n’est pourtant pas aveugle. Si les finances extraordinaires, qui financent l’État, sont décapitées, le Trésor sort indemne de l’épreuve. Les trésoriers de France restent pourtant des personnages importants, qui ont joué un grand rôle dans le redressement de la royauté au service de Charles VII, comme Jean Bureau et Étienne Chevalier. Or Louis XI arme le premier chevalier lors de son sacre et loge chez lui avant son entrée à Paris. Le second, exécuteur testamentaire du feu roi, est arrêté et ses biens saisis, mais rentre aussitôt en grâce et joue un rôle de premier plan au début du nouveau règne. Ces hommes avaient-ils maintenu des liens secrets avec le dauphin en exil ? Chevalier n’aurait pas, en ce cas, éprouvé de tribulations même brèves. Il faut plutôt y voir la prudence de Louis XI, soucieux, quitte à se réfréner, de conserver les compétences d’acteurs-clefs de la reconstruction financière de l’État. Quant aux nouveaux responsables des finances extraordinaires, beaucoup ne sont pas des novices : ils sont en grande partie issus du réseau de Jacques Cœur, écarté depuis la disgrâce de l’argentier en 1451 et qui trouve alors sa revanche, comme Jean de Bar, rétabli après neuf ans dans le généralat de Languedoïl10.

  • 11 Ibid., p. 263-267, 656.

22La deuxième période de fort renouvellement, en 1465-1466, est bien sûr liée à la guerre du Bien public et à ses suites. Quelques trahisons, on l’a vu, sont sanctionnées durant l’affrontement de Louis XI et des princes, mais la plupart des changements sont postérieurs au retour à la paix. Ils sont l’occasion pour le roi de réintégrer des officiers évincés en 1461, comme Nicolas Erlant, ou d’accueillir des serviteurs des princes, à la fois pour complaire à leur maître et les rallier eux-mêmes, tel le Flamand Jan van den Driessche (Jean de la Driesche), mais beaucoup de promus sont des hommes nouveaux, souvent issus des milieux marchands, parmi lesquels les Tourangeaux commencent leur percée avec Jean Briçonnet l’Aîné, proche de Jean Bourré11.

23Les deux « temps de crise » suivants, en 1473 et 1476-1477, s’inscrivent dans le contexte de la guerre contre le duc de Bourgogne qui entraîne, depuis la fin de 1470, de fortes tensions sur les finances royales et une rapide progression de la pression fiscale. En 1473, la situation est aggravée par l’ouverture d’un deuxième front en Roussillon. En 1476, le royaume supporte à la fois les versements destinés à neutraliser l’Angleterre depuis les accords de Picquigny l’année précédente, les subsides aux Suisses et aux autres adversaires de l’expansion bourguignonne qui se coalisent dans l’ouest de l’Empire germanique, et les frais du renforcement de l’armée royale elle-même. En 1477, Louis XI passe à l’offensive après la défaite et la mort de Charles le Téméraire pour soumettre la plus grande partie possible de ses États, même à l’extérieur du royaume, et organise ses conquêtes en deux nouvelles généralités.

  • 12 Lettres de Louis XI, roi de France, éd. J. Vaesen, t. 4, Paris, Renouard, 1890, p. 184.
  • 13 Ibid., t. 9, 1905, p. 163-164 (31 janvier 1482), t. X,1908, p. 109-110 (15 mai 1483) ; Lassalmonie, (...)

24À côté des nominations aux nouveaux offices alors institués, le nombre élevé de changements parmi les gens des finances s’explique sans doute par l’insatisfaction du roi devant la difficulté des titulaires à répondre, dans l’urgence, à ses exigences toujours croissantes, et il est permis d’y voir le reflet des tensions aiguës qui affectent alors les finances royales. Ceci révèle un trait de l’attitude de Louis XI envers ses responsables financiers : il les juge à leur capacité à atteindre l’objectif qu’il leur fixe et à pourvoir à ses besoins, sans égard aux circonstances, ce qu’illustre sa fameuse injonction à Jean Bourré en 1471 : trouvez de l’argent en la boete a l’anchenteur pour ce qui sera necessaire, et qu’il n’y ait faulte12. Ce n’est pas à dire, pour autant, qu’il les révoque sur un coup de tête. Louis XI a beau lancer avec fureur au général de Languedoc François de Genas et au secrétaire Guillaume Briçonnet, en 1482, vous m’avez bien failly, le premier conserve son poste jusqu’à la mort du roi, malgré une nouvelle volée de bois vert l’année suivante, et le second se voit promu quelques mois plus tard au nouveau généralat de Provence13. La décision de remplacer un haut responsable de ses finances procède plutôt d’un jugement négatif porté à terme, et à froid, sur son efficacité que d’un accès de colère.

  • 14 Ibid., p. 359-360.

25Au surplus, les causes des changements d’hommes peuvent être plus prosaïques dans les places les moins sensibles : si la plupart des contrôles généraux des finances changent de mains en 1476, c’est parce qu’un protégé de Louis XI, Laurent Herbelot, abuse de sa faveur pour s’en faire attribuer deux, que le roi se ravise dans un deuxième temps et lui en reprend un pour le donner au mari de sa maîtresse du moment, François le Boursier, et que le titulaire d’un troisième office vient à mourir14.

  • 15 « Sterben und Tod Ludwigs XI. » dans A. Borst et al. (éd.), Tod in Mittelalter, Constance, Universi (...)
  • 16 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. par J. Blanchard, Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 474.
  • 17 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 632.

26Enfin, le dernier « temps de crise », en 1483, conjugue comme on l’a dit deux contextes successifs. Le premier, auquel W. Paravicini a consacré une étude fouillée15, est celui d’une fin de règne où Louis XI cherche à masquer son rapide déclin physique par une frénésie d’interventions. Philippe de Commynes en témoigne : [le roi] me dist peu de jours avant sa mort qu’il passoit temps a faire et a deffaire gens. Et le mémorialiste de commenter : et le faisoit de paour qu’on ne le tint pour mort16. Le milieu des gens de finances n’est pas épargné, mais c’est surtout le personnel dirigeant des finances extraordinaires qui est touché, et d’abord les généraux avec 3 nouvelles nominations sur 8 offices17.

27Le deuxième contexte, après la mort de Louis XI le 30 août, est celui d’un changement de règne, mais contrairement à 1461, la réaction contre la politique et les hommes du roi défunt émane de la société politique, non du nouveau pouvoir. La fille et le gendre de Louis XI, Anne de France et Pierre de Bourbon, qui exercent une régence de fait en raison de la minorité de Charles VIII, s’efforcent de sauver l’essentiel de l’héritage politique du défunt en s’appuyant sur ses serviteurs, tout en lâchant du lest.

  • 18 J.‑F. Lassalmonie, Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu (1483-14 (...)

28Les bénéficiaires du remaniement qui affecte en septembre-octobre 1483 le haut personnel financier et, de nouveau, se concentre essentiellement sur les généraux (6 sur 8 sont remplacés), sont en fait les propres gens des finances du feu roi. Les uns, déjà en place, obtiennent une promotion, les autres, victimes des changements de la fin du règne, sont rappelés aux affaires18. Les apparences peuvent être trompeuses : il n’y a pas de contexte-type d’un changement de règne, et derrière la similitude des courbes statistiques, les bouleversements du personnel supérieur des finances royales en 1461 et en 1483 s’avèrent bien différents. Alors que l’avènement de Louis XI a bien été marqué par une purge, celui de Charles VIII se traduit en définitive par le renforcement de la position du groupe qui avait servi le défunt, et qui avait été paradoxalement fragilisé par la rudesse de son maître dans ses dernières années.

  • 19 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, (...)
  • 20 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 657 ; J. Blanchard, Louis XI, Paris, Perrin, 20(...)

29Revenons pour conclure à la question de départ. Les gens des finances de Louis XI constituent-ils une élite au sens étroit du terme ? Ils ont la position de pouvoir, les réseaux de solidarité (aspect évidemment central, qui n’était pas l’objet de cet article), mais il leur manque l’essentiel : la durée, qui leur permettrait de former un groupe cohérent (sinon uni) exerçant une domination stable sur l’administration des finances royales au service du souverain, et construisant sur cette assise une identité collective prestigieuse, à l’image des parlementaires. C’est que le haut personnel financier ne forme pas un corps, avec ses règles et ses privilèges, ses pratiques de cooptation et ses longues carrières19. Sans nul doute, le caractère impérieux de son maître a pesé lourd sur son incapacité à se maintenir longtemps en place. Mais il faut noter que ce roi qui a fait si grand usage des procès politiques contre les princes ne s’est jamais attaqué à ses financiers20 : Charles VII, Louis XII ou François Ier n’ont pas eu tant d’égards. Responsables des impôts jugés écrasants et des défauts de paiement à tous les puissants qui vivent aux crochets du roi, les gens des finances focalisent tous les mécontentements : la nature même de leurs fonctions, autant que le tempérament d’un homme, explique la fragilité de leur position. Leur impuissance à former une élite d’État n’est pas conjoncturelle, mais bien structurelle.

Notes

1 Ses acceptions médiévales insistent sur la notion de sélection des meilleurs, voir R. Martin, s. v. « Élite », dans Dictionnaire du moyen français (1330-1500), http://www.atilf.fr/dmf/, consulté le 28 juin 2016.

2 Documents relatifs à l’administration financière en France de Charles VII à François Ier (1443-1523), G. Jacqueton (éd.), Paris, Picard, 1891, no X, p. 100-102 ; J.‑F. Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur. Politique financière de Louis XI, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, P.J. no IV, p. 739-741.

3 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., cartes hors texte avant la p. 1.

4 A. Spont, « Liste des officiers supérieurs des finances » dans Documents relatifs à l’histoire financière…, op. cit., appendice III, p. 289-299 ; L.-L. Borrelli de Serres, Recherches sur divers services publics du xiiie au xviie siècle, t. 3, Notices relatives aux xive et xve siècles, Paris, Picard, 1909, p. 100-186 ; G. Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Âge, t. 1, Les élections et leur personnel, Paris, Didot, 1930, appendices III-V, p. 237-301.

5 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 264-265, 356.

6 Ibid., p. 223, 358, 512.

7 Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières…, op. cit., p. 241 ; Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 224.

8 Ibid., p. 265, 632.

9 P. Contamine, « Louis XI, la prise de pouvoir, la foire aux places (juillet-septembre 1461) » dans id., Des pouvoirs en France, 1300-1500, Paris, Presses de l’ENS, 1992, p. 131-146.

10 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 92-96.

11 Ibid., p. 263-267, 656.

12 Lettres de Louis XI, roi de France, éd. J. Vaesen, t. 4, Paris, Renouard, 1890, p. 184.

13 Ibid., t. 9, 1905, p. 163-164 (31 janvier 1482), t. X,1908, p. 109-110 (15 mai 1483) ; Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 509.

14 Ibid., p. 359-360.

15 « Sterben und Tod Ludwigs XI. » dans A. Borst et al. (éd.), Tod in Mittelalter, Constance, Universitätsverlag Konstanz, 1993, p. 77-168.

16 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. par J. Blanchard, Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 474.

17 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 632.

18 J.‑F. Lassalmonie, Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu (1483-1491), mémoire de maîtrise sous la direction de P. Contamine, université Paris IV-Sorbonne, 1989, p. 22-24 (premier chapitre inédit).

19 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981.

20 Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur…, op. cit., p. 657 ; J. Blanchard, Louis XI, Paris, Perrin, 2015, p. 259.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Taux de renouvellement des gens des finances (1461-1483)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2. Taux de renouvellement des officiers des finances extraordinaires (1461-1483)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4. Taux de renouvellement des ordonnateurs (courbe foncée) et des comptables (courbe claire), 1461-1483
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5. Taux de renouvellement des contrôleurs (1461-1483)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search