Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Deuxième partie. Espaces, temps, psychologie collective

Relire Halbwachs : la composante matérielle et psychologique de l’espace dans les fonctionnements institutionnels1

Claudine Haroche

Texte intégral

  • 1 Cet article est paru sous le titre « Position et disposition des convives dans la société de cour (...)
  • 1 N. Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1975, p. 108. Sur la société de cour voir Les M (...)

1Dans La Société de cour, Norbert Elias relevait que « la réglementation [du cérémonial] ne visait pas seulement à la représentation extérieure, à la conquête d’un meilleur statut et d’une plus grande puissance, à une ségrégation par rapport au commun des mortels, elle marquait mentalement les distances qui séparaient sur le plan interne les membres de la société les uns des autres »1. S’interrogeant sur le fonctionnement et la signification profonde du cérémonial de cour, Elias apercevait « un type d’organisation » dans lequel chaque geste, chaque posture désignait symboliquement la place la statut et le pouvoir de chacun.

  • 2 C. Geertz, « Centre, rois et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », dans Savoir l (...)
  • 3 E. Shils, Center and periphery. Essays in macrosociology, Chicago, The University of Chicago Press (...)

2Clifford Geertz, il y a une vingtaine d’années, dans un article consacré aux symboliques du pouvoir, remarquait le nombre croissant d’ouvrages « sensibles à ce qui tend maintenant à être appelé, un peu vaguement, les aspects symboliques du pouvoir ». Parmi ceux-ci Geertz signalait l’intérêt des travaux de Shils « promettant, d’être d’une énorme valeur pour surmonter [l’]éloignement inutile [...] entre ce travail essentiellement historique et ethnographique et [les soucis analytiques de] la sociologie moderne »2. Edward Shils avait ainsi souligné à la fin des années soixante, le rapport entre positions de pouvoir et espace : « Les occupations qui jouissent de la plus grande considération, posait-il, sont celles qui dans leur structure interne et dans leurs fonctions sont les plus proches du centre. »3

  • 4 Y. Déloye, Cl. Haroche, O. Ihl, « Protocole et politique : formes, rituels, préséances », et Cl. H (...)

3Nous entendons ici poursuivre un travail consacré au Protocole dans lequel nous avions rappelé qu’il constitue un dispositif qui, par la mise en scène du pouvoir politique, entend signifier la hiérarchie des fonctions politiques. Nous avions montré que le protocole est un mode de répartition des personnes et des corps dans l’espace politique. Indiquant à chacun – en fonction des titres, des conditions, des rangs, des charges – la place qui est la sienne, les gestes qu’il doit accomplir, le protocole inscrit de fait un ordre dans les corps et entre les corps. Nous avions aussi montré en étudiant l’espace parlementaire que le rang assigné, la place occupée, la position assise ou debout, la hauteur du siège attribué, la distance qui éloigne ou, au contraire, rapproche de l’autorité politique étaient régis par un système détaillé de préséances4.

4C’est sur les rapports entre positions de pouvoir et espace qu’à la suite d’Elias nous livrons des éléments de réflexion sur la répartition des hommes dans les espaces institutionnels : nous nous arrêtons, dans cette note, sur l’espace de la table, à partir du cérémonial de la société de cour au xviie siècle.

  • 5 Voir Ch. Guiraud, « Les noms de la table en indo-européen et dans les langues indoeuropéennes anci (...)
  • 6 Sur l’étiquette parlementaire au xviie siècle, voir les étymologies de préséances dans Cl. Haroche (...)

5À côté de la dimension symbolique du pouvoir, nous voudrions prendre en compte une dimension perceptible, décelable, tangible, dans la position et la disposition des convives imposées par l’étiquette du cérémonial, dimension également décelable dans le vocabulaire de la table, les étymologies et l’histoire des mots5. Contribuant à éclairer certains aspects de lointains processus d’élaboration et de fonctionnement des institutions, les étymologies sont ici essentielles à la compréhension du cérémonial de la table, des liens entre la table et le politique : impliquant à la fois des attitudes et des mouvements du corps, des places, des positions et des dispositions d’esprit, elles permettent d’apercevoir le lien entre position sociale, espace et pouvoir politique6.

  • 7 Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1993.

6Ainsi en est-il des étymologies du mot assiette. À propos des humains, « manières d’être assis » (1580, Montaigne) ; au figuré, « état de l’esprit, façon d’être » (Id.). La valeur la plus usuelle du mot vient d’un autre parcours métaphorique : assiette a eu la valeur de « situation d’un convive à table » (1393), à peu près contemporaine de celle de « plat servi au cours d’un repas » (1378). Les deux sens peuvent être dérivés l’un de l’autre ou bien résulter de deux spécialisations indépendantes, à savoir « fait d’être placé, installé » pour les personnes, et « fait de disposer, de placer sur la table ». De là le sens du mot est passé (1507) à « pièce de vaisselle plate »7.

7L’assiette qui qualifie la posture et la position, le statut, désigne aussi l’ustensile dans lequel on mange à une place donnée. Elle rassemble ainsi en elle l’origine et la fonction des manières de table : la posture, la position, la disposition, l’instrument technique.

  • 8 Parmi celles-ci voir : Versailles et les Tables Royales en Europe (xvii-xixesiècles), Réunion des (...)

8Les tables de cour au xviie siècle ont fait l’objet de nombreuses études8. L’intérêt de les étudier à nouveau, c’est qu’elles permettent à travers le fonctionnement de la table de reposer un ensemble de questions essentielles à l’intelligibilité de certaines composantes anthropologiques du pouvoir politique.

9L’une de celles-ci est restée relativement peu étudiée dans le cérémonial, de la table en particulier : celle de la fonction, de la signification de la distance et des rapprochements dans l’espace. C’est donc la position et la disposition des convives selon leurs rangs et leurs fonctions dans les tables de cour, et plus largement dans l’espace de la table que nous voudrions étudier : éclairer la fonction de cette distribution, et au-delà, tenter d’en analyser les raisons profondes.

  • 9 9 Voir le fonctionnement de l’étiquette parlementaire dans « L’ordre dans les corps... », art. cit (...)

10La position des convives par rapport au centre de la table occupé par le Roi, la proximité ou la distance à l’égard du Roi, les postures, debout ou assise, le type de siège sur lequel on s’assoie selon son rang, tabouret, pliant ou fauteuil, apparaissent dans la société de cour au xviie siècle comme des moyens de distinction, de différentiation sociale et politique. Constituant des éléments essentiels de ce cérémonial, ils révèlent l’usage politique fait de la distance, ou encore, de la proximité dans l’espace de la table, et ne diffèrent fondamentalement pas du fonctionnement des autres cérémonials de la société de cour9. Cherchant à retrouver la composante matérielle tout autant que symbolique des institutions, nous nous interrogeons ici sur le rôle de l’espace en tant que tel.

  • 10 M. Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en terre sainte. Étude de mémoire collective(...)
  • 11 Sur le caractère extrêmement détaillé du cérémonial, voir Z. Gourarier, « Modèles de cour et usage (...)

11Les travaux de Halbwachs présentent dans cette perspective un grand intérêt : ils invitent en effet à retrouver le rôle, l’importance des éléments matériels, de la composante matérielle des fonctionnements institutionnels, permettant de découvrir des voies de recherches relativement peu explorées sous cet angle10. Toutefois, auparavant, nous voudrions livrer des observations sur les tables de cour au xviie siècle. Celles-ci révèlent la rigueur du cérémonial auquel doivent se plier convives et participants11.

L’espace de la table dans la société de cour au xviie siècle

  • 12 Saint-Simon, Mémoires, t. V, op. cit., p. 607.
  • 13 Ibid., t. V, p. 608.

12On le sait, dans ses Mémoires, le duc de Saint-Simon a rapporté jusque avec la plus extrême minutie le dîner du Roi, le petit couvert, préoccupé par le rang de ceux qui étaient autorisés à y prendre part, le moment précis auquel ils devaient entrer, la position qui leur était assignée. Le roi est « seul dans sa chambre, devant une table carrée vis à vis la fenêtre du milieu. […] La table entrée, les principaux courtisans entraient, puis tout ce qui était connu, et le premier gentilhomme de la chambre alloit avertir le Roi ; il le servait, si le grand chambellan n’y était pas. »12 Saint-Simon raconte ainsi comment ses proches, Monseigneur et Messeigneurs ses fils qui n’y étaient que rarement pouvaient demeurer debout « sans que jamais le Roi leur ait proposé un siège ». Par contre, pour le frère du roi, Saint-Simon remarque : « J’y ai vu assez souvent Monsieur. Il donnait la serviette et demeurait debout. Un peu après le Roi, voyant qu’il ne s’en allait point, lui demandait s’il ne voulait point s’asseoir ; il faisait la révérence, et le Roi ordonnait qu’on lui apportât un siège ; on mettait un tabouret derrière lui. Quelques moments après le Roi lui disait : “Mon frère asseoyez-vous donc.” Il faisait la révérence, et s’asseoyait jusqu’à la fin du dîner, qu’il présentoit la serviette. »13

  • 14 Ibid., t. III, p. 32.

13Le mémorialiste insiste constamment sur qui sert qui, qui se fait servir par qui. Il note le rang de celui qui reste assis devant une personne dont il remarque le rang inférieur. Ainsi de par son rang la duchesse de Bourgogne est-elle assise pendant qu’une femme de la plus haute robe, Mme d’Armenonville, demeure debout et la sert tout au long d’un repas. Saint-Simon souligne que c’est un privilège de servir, le roi en particulier : tout un système de déférences, un ordre des déférences imposée, acceptées, subies, revendiquées parfois non sans heurts et sans querelles, se dessinent ainsi. Et quand un écart se produit par rapport à l’étiquette, il semble essentiel qu’il n’y ait ni suite ni conséquence, il est essentiel que l’étiquette soit respectée, qu’elle ne soit pas bafouée, Ainsi le duc rapporte-t-il comment un jour « le Roi fit souper avec lui Mademoiselle, fille de M. le duc d’Orléans, à son grand couvert à Versailles, et entrer après lui à son cabinet. Cette distinction fit du bruit : les princesse du sang ne mangent point au grand couvert ; c’est un honneur réservé aux fils, filles, petits-fils et petites-filles de France, excepté des festins de noces dans la maison royale, et dans des cérémonies fort rares »14.

  • 15 Ibid., t. V, p. 609.

14Saint-Simon s’arrête volontiers sur les exceptions pour montrer qu’elles n’entament pas les règles de ce système. Évoquant le dîner du roi, il rappelle qu’« aucune dame ne venait au petit couvert ; j’y ai seulement vu très rarement, confie-t-il, la maréchale de La Motte, qui avait conservé cela d’y avoir amené les enfants de France, dont elle avait été gouvernante. Dès qu’elle y paraissait, on lui apportait un siège, et elle s’asseoyait, car elle était duchesse à brevet »15.

  • 16 Ibid., t. I, p. 279.

15Saint-Simon rapporte aussi comment Melle d’Alençon, nièce de Louis XIII, après avoir épousé le duc de Guise se faisait servir par celui-ci, précisant le type de siège auquel le duc avait droit et la place qui lui était assignée : « Tous les respects dus à une petite-fille de France furent conservés : M. de Guise n’eut qu’un ployant devant madame sa femme ;tous les jours, à dîner il lui donnait la serviette, et, quand elle était dans son fauteuil et qu’elle avait déployé sa serviette, M. de Guise debout, elle ordonnait qu’on lui apportât un couvert […] ce couvert se mettait en retour au bout de la table ; puis elle disait à M. de Guise de s’y mettre, et il s’y mettait. Tout le reste était observé avec la même exactitude, et cela se recommençait tous les jours sans que le rang de la femme baissât en rien, ni que, pour ce grand mariage, celui de M. de Guise en ait augmenté de quoi que ce soit. » Saint-Simon raconte encore le comportement de Mme de Guise avec « l’évêque de Séez, son diocésain, qu’elle tenait debout des heures entières, elle dans son fauteuil, sans jamais l’avoir laissé asseoir même derrière elle, en un coin »16.

  • 17 Relation des ambassadeurs vénitiens, t. II, p. 567, cité dans Z. Gourarier, art. cité., p. 16.
  • 18 Douet-d’Arcq, Comptes de l’hôtel des rois de France aux xiveet xvesiècles, Paris, Société d’histoi (...)

16Dans un ensemble d’études consacrées aux tables royales à Versailles, Zeev Gourarier souligne que les règlements et ordonnances jusqu’au règne de Louis XIV traduisent une même préoccupation : la nécessité d’instaurer et de faire respecter une distance entre le roi et ses sujets. Ainsi un ambassadeur vénitien en 1577 peut-il s’étonner de ce que « pendant le dîner du roi, presque tout le monde peut s’approcher de lui et lui parler »17. Gourarier remarque alors qu’on va juger nécessaire sous le règne de Henri III de réintroduire des distances avec l’assistance : le Règlement de 1578, qui tend à renforcer la protection du monarque, ordonne que « sa majesté, estant à table, l’on se tienne un peu loing d’elle, afin qu’elle ne soit pressée ; et que nul ne s’appuye sur sa chaise que le capitaine des gardes, qui sera en quartier. Lequel sera appuyée sur le côsté droict de la dite chaire, et un des gentilhomes de la chambre, qui sera aussi en quartier sur l’autre côté ». Plus tard le règlement de 1585 précise encore : « Sa majesté désirant manger en repos et se garder de l’importunité qu’Elle reçoit durant ses repas, défend désormais qu’en ses disners et souppers personne ne parle à Elle que tout Hault et de propos communs et dignes de la présence de sa Majesté : et se tiendra chascun qui y assistera assez loing de sa table : et s’il y a des barrières au lieu où elle mangera, n’entrera dans icelles. »18 Le règlement de 1585 impose une distance à l’endroit du monarque ; il impose également « une distance pour protéger les mets servis au cours du repas : les officiers sont tenus de ne laisser approcher personne de la viande de sa majesté ».

  • 19 B. Saule, « Tables royales à Versailles 1682-1789 », art. cité., p. 56.
  • 20 Ibid.

17Les écrits du xviie siècle comportent un certain nombre d’éléments permanents : au centre de la pièce, dos à la cheminée, assis sur un fauteuil, le roi invite parfois des gens debout à s’asseoir sur des tabourets ou des pliants. Selon les témoignages, lors des séjours à Marly l’étiquette était allégée sans toutefois être jamais complètement supprimée : « La place du souverain, au milieu d’un grand côté, restait en effet marquée par un écartement plus prononcé avec les deux couverts voisins. »19 Saule rapporte ainsi que « les princesse puis les dames titrées, s’asseyaient aux premières places, c’est-à-dire auprès du roi ou de son fils, et les autres se plaçaient sans distinction, de l’autre côté, et parmi elles, madame de Maintenon. Seuls le roi et Monseigneur avaient un fauteuil. Toutes les dames, princesse ou non, avaient un tabouret – même celles qui eussent dû rester debout à Versailles »20.

18La disposition des hommes dans l’espace de la table révèle ainsi les façons, dont concrètement – et pas seulement symboliquement – s’exprime et s’exerce le pouvoir politique. C’est l’espace lui-même qui est ici objet d’étude.

19Régies par un ordre social et politique, une étiquette, les postures, les positions individuelles, corporelles s’inscrivent et se déroulent dans l’espace, prennent sens dans un découpage spécifique de l’espace : les hommes s’y distribuent, s’y répartissent, s’y placent, s’y déplacent selon un ordre précis.

20Certains des éléments qu’Halbwachs a tiré de l’analyse du fonctionnement de l’Église, de l’espace religieux peuvent s’appliquer à d’autres fonctionnements institutionnels politiques : éclairant l’origine et la fonction de la disposition des convives à table, ils peuvent contribuer à élucider l’espace de la table comme lieu de pouvoir.

Relire Halbwachs pour comprendre l’espace de la table

21Halbwachs, qui s’est attaché à l’étude des formes matérielles des sociétés, à leur inscription dans l’espace, parlant alors de morphologie générale, sociale et politique, incite à prendre en compte les éléments matériels que sont les formes, les façons, les manières dans l’espace de la table.

  • 21 M. Halbwachs, « Conscience individuelle et esprit collectif », dans Classes sociales et morphologi (...)

22Dans un article intitulé « Conscience individuelle et esprit collectif » Halbwachs remarque que toutes les institutions comportent deux types d’éléments, psychologiques et matériels, à propos desquels il souligne l’existence d’un rapport complexe. C’est précisément sur ce rapport qu’il nous semble intéressant de revenir : il est en effet éclairant pour les fonctionnements fondamentaux du politique d’essayer de penser l’interaction entre la composante matérielle et la composante psychologique des institutions. « Admettons, dit Halbwachs, que les institutions soient avant tout des formes stables et stabilisées des modes de vie. Néanmoins si l’on remonte à l’origine de ces structures nous trouvons des états mentaux, des représentations, des idées et des tendances qui, en se stabilisant, se cristallisent en quelque sorte. » Les anciennes institutions ont « perdu une partie de [leur] contenu mental ». Mais, ajoute Halbwachs, « on ne peut pas comprendre [leur] existence, et [leur] caractère à moins de se rappeler et de ressaisir la pensée collective qui [leur] a donné naissance », une pensée « désormais diminuée et réduite », « mais susceptible d’être réanimée »21.

23La représentation de l’espace qui est à l’origine de la disposition des convives tiendrait au caractère intrinsèque de l’espace lui-même, divisé et différencié, condition alors d’une identité qui se révèlerait dans la coïncidence entre position spatiale et position sociale. On peut alors mesurer le rôle de l’espace dans la formulation des règles de l’étiquette du cérémonial dans la société de cour.

  • 22 M. Halbwachs, Morphologie sociale, op. cit., p. 17.
  • 23 23. Ibid., p. 26, 27.

24Halbwachs est ainsi éclairant pour l’origine et le fonctionnement de la disposition des convives dans l’espace de la table comme lieu de pouvoir. Remarquant qu’« une organisation politique est moulée sur les conditions spatiales »22, il offre ainsi une réflexion sur la coïncidence entre la place dans l’espace concret, matériel, physique, et la place dans l’ordre social et politique, dans l’espace institutionnel. S’arrêtant sur les rapports entre éléments symboliques ou psychologiques et les éléments matériels ou concrets dans les groupes, l’image, la représentation du groupe et son existence réelle, Halbwachs souligne qu’il faut ainsi, à côté du sens symbolique, prendre également dans un sens littéral l’expression « le corps de l’Église ». « L’ensemble des fidèles », pose-t-il en effet, « se présente comme une masse matérielle. »23

  • 24 24 M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. 243.

25À propos du corps judiciaire Halbwachs observe qu’il est « obligé d’interposer toute espèce de barrières entre ses membres et ceux des groupes auxquels ils rendent la justice, pour résister aux influences du dehors […] C’est pourquoi, par leur costume, la place qu’ils occupent dans le prétoire […] on rend sensible la distance qui sépare le groupe des juges de tous les autres […] suivant certaines formes... »24

  • 25 Ibid., p. 224, 225, 226.
  • 26 Ibid., p. 226. Durkheim posait en effet, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (Paris, (...)

26Examinant les origines de ce qu’il désigne comme « cadres sociaux de la mémoire », Halbwachs relève que la puissance d’un seigneur repose en particulier sur « sa place dans la hiérarchie au sommet de laquelle est le roi, c’est-à-dire sur la distance plus ou moins grande qui le sépare de lui ». Il relève ainsi l’existence « derrière ces familles d’une réalité substantielle qui fonde leur situation sociale » qui se traduit entre autres par « leur proximité des princes et de la cour »25. Quand Halbwachs souligne l’intérêt d’étudier cette période lointaine du Moyen Âge, c’est qu’elle présente» une physionomie singulièrement concrète et particulière » qui permet d’entrevoir des éléments « essentiels » communs et « permanents », des formes élémentaires dont Durkheim supposait l’existence à propos des religions26.

27La disposition des convives dans le cadre délimité de l’espace de la table, où l’on peut apercevoir certains des fonctionnements matériels et symboliques des institutions, constituerait alors un exemple particulier de ces représentations fondamentales et de ces attitudes rituelles qui relèvent de formes élémentaires dans l’espace institutionnel.

  • 27 M. Halbwachs, La Mémoire collective, op. cit., p. 228, 229, 230.

28C’est en examinant le fonctionnement de l’espace de l’église et du groupe religieux qu’Halbwachs livre des réflexions essentielles à la compréhension des fonctionnements institutionnels : « Plus que tout autre, il a besoin de s’appuyer sur un objet, sur quelque partie de la réalité qui dure, parce qu’il prétend lui-même ne point changer, alors qu’autour de lui toutes les institutions et les coutumes se transforment. » Ne pouvant s’appuyer sur le monde trop instable des pensées et des sentiments, c’est alors « dans la matière et sur une ou plusieurs parties de l’espace que [l’église] doit assurer son équilibre ». Une église, écrit ainsi Halbwachs,» par son aspect intérieur », par « la distribution et l’aménagement de ses parties répond aux besoins du culte et s’inspire des traditions et pensées du groupe religieux ». Il souligne alors l’existence de « places différentes »réservées aux « diverses catégories de fidèles » ; il ajoute que « les formes principales de dévotion y trouvent l’emplacement qui leur convient » ; il lie encore éléments matériels et éléments symboliques dans les fonctionnements institutionnels : « L’église elle-même impose aux membres du groupe une distribution et des attitudes et grave dans leur esprit un ensemble d’images aussi déterminées et immuables que les rites, les prières », concluant enfin sur la condition de l’existence et de la survie du groupe religieux, mais au-delà sans doute de tout groupe, quand il note que « la religion s’exprime ainsi sous des formes symboliques qui se déroulent et se rapprochent dans l’espace : c’est à cette condition seulement qu’on est assuré qu’elle subsiste »27. C’est dans l’espace que la société doit leur apprendre à s’accorder, écrit Halbwachs qui, en soulignant le caractère fondateur de la composante morphologique et spatiale du social, donne alors à sa réflexion une profondeur remarquable.

  • 28 J.-Ph. Genet, « La typologie de l’État moderne, le droit, l’espace », dans L’État moderne, le droi (...)

29Préfaçant il y a quelques années des travaux consacrés à l’État moderne, Jean-Philippe Genet soulignait l’urgence « de pousser plus avant l’interrogation sur l’espace et l’État, les façons dont concrètement, symboliquement et théoriquement, se marque, s’exerce et se justifie l’emprise du pouvoir sur le territoire »28.

  • 29 M. Halbwachs, La Mémoire collective, op. cit., p. 232, 234, 235.

30La relecture des écrits de Halbwachs permet de prolonger la réflexion sur les manières d’être qu’avait entreprise Elias dans La Société de cour. À travers les exigences et les fonctions du cérémonial de cour Elias avait cherché à discerner « les manières d’être des hommes qui les accomplissaient » et au-delà encore, par la façon dont ils en étaient psychologiquement marqués, des types de comportements et d’économies psychiques encouragés, imposés par cette société. L’espace, Halbwachs le montre – en permettant aux membres d’une même société de se retrouver, de s’accorder et pour cela de se soumettre aux distances et aux proximités imposées, garantes de l’ordre social –, impose des manières d’être communes. Ce sont ces manières qui se laissent entrevoir dans la disposition des convives et révèlent le rôle décisif de l’espace dans les fonctionnements institutionnels et sociaux. « La plupart des groupes [...] dessinent en quelque sorte leur forme sur le sol [...] dans le cadre spatial ainsi défini. Toute société pour acquérir quelque consistance et simplement pour durer doit mettre ses membres en mesure de s’accorder les uns avec les autres, de se rapprocher et de se retrouver de façon à réaliser collectivement ce qui est la raison d’être de leur groupe [...] Comme le groupe vit dans l’espace et sur le sol, c’est sur le sol que ses membres sont dispersés et qu’ils doivent se retrouver. »29

31La disposition des convives relève des manières de table et indissociablement des manières d’être : elle suppose le gouvernement de soi, elle révèle et fonde le gouvernement des autres. C’est ce que rappelle Lévi-Strauss dans la conclusion de L’Origine des manières de table. En quelques lignes saisissantes, Lévi-Strauss y pose en effet la dimension fondamentalement anthropologique des manières de table.

  • 30 Cl. Lévi-Strauss, L’Origine des manière de table, Paris, Plon, 1968.

32« Les bonnes manières, les ustensiles de tables, remplissent plusieurs fonctions. » Ce sont, pose Lévi-Strauss, des « moyens de la médiation »30. Le bon usage, les formes, l’étiquette, la position et la disposition des convives, mais encore le couvert, font partie des moyens de la médiation entre les hommes ; ce sont des moyens matériels et symboliques contribuant à répartir les hommes dans l’espace, évitant en cela le désordre, la confusion, la violence d’un corps à corps.

  • 31 Ibid.

33Le bon usage, les usages, l’étiquette par l’assignation d’une place fixe, d’une position reflètent une fonction : imposer un ordre social, le faire reconnaître, y soumettre et s’y soumettre, le faire reconnaître, selon un rythme, une cadence spécifique dans un espace, un cadre délimité. « L’emploi obligé [de ces moyens de la médiation] assigne à chaque geste social une durée raisonnable. Car en fin de compte le bon usage exige que [...] rien ne s’accomplisse de façon précipitée. » « Ainsi donc et malgré la mission banale qui leur est dévolue par la vie quotidienne, aujourd’hui encore, remarque Lévi-Strauss, des objets en apparence aussi insignifiants que [...] le chapeau, [...] la fourchette [...] restent des médiateurs entre des extrêmes. »31

34Les observations de Lévi-Strauss sur les manières de table sont cruciales : elles invitent à prolonger la réflexion, elles incitent à l’observation rigoureuse ; elles conduisent à reposer des questions restées fondamentales. En soulignant l’importance de l’espace – chacun est à une place assignée – symboliquement et dans le cas de la table en particulier, matériellement, physiquement, en insistant sur les manières comme techniques de répartition dans l’espace, le texte de Lévi-Strauss conduit à entrevoir le lien entre les manières de table et le politique par le biais de l’espace, et ainsi à reposer des questions politiques essentielles : la question du gouvernement des conduites individuelles corporelles, le rôle et la place du corps de chacun dans la société. La table est un espace crucial du pouvoir politique : elle permet – par la répartition, la distribution des hommes dans cet espace – la lisibilité, l’intelligibilité de fonctionnements fondamentaux du politique. Les manières de table gouvernent et ordonnent les rapports entre les hommes, instaurant distances et rapprochements.

  • 32 Ibid.

35C’est précisément la fonction que Lévi-Strauss assigne aux « objets techniques » (fauteuil/chaise/ tabouret/chapeau/ postures) et à la culture elle-même qui les engendre : celle à la fois de séparer et d’unir, de disjoindre et de lier des êtres « afin de prévenir qu’ils ne soient trop rapprochés ou trop éloignés l’un de l’autre en instituant des devoirs et des obligations de déférence... »32 De manière générale elle permet de réguler et de maîtriser les distances et les proximités en instituant des devoirs et des obligations de déférence, retraçant alors une continuité entre la civilité, la courtoisie, les bonnes manières et les devoirs de l’homme et du citoyen.

Notes

1 N. Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1975, p. 108. Sur la société de cour voir Les Monarchies, E. Le Roy Ladurie dir., Paris, PUF, 1986, et « Rangs et hiérarchie dans la vie de cour », dans The Political Culture of the Old Regime, K. M. Baker dir., t. I, Oxford/New york, Pergamon Press, 1987, chap. 4.

2 C. Geertz, « Centre, rois et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », dans Savoir local, savoir global, Paris, PUF, 1986, p. 156. Sur la mise en scène et la théâtralité du pouvoir on renverra aux travaux de G. Balandier, Anthropologie politique, Paris, PUF, 1967. Id., Le Pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980. Id., « Le politique des anthropologues », dans Traité de science politique, t. I, M. Grawitz, J. Leca dir., Paris, PUF, 1985 ; L. Marin, Le Portrait du Roi, Paris, Minuit, 1981 ; P. Ansart, La Gestion des passions politiques, Lausanne, L’Âge d’homme, 1983.

3 E. Shils, Center and periphery. Essays in macrosociology, Chicago, The University of Chicago Press, 1975, p. 279 (nous traduisons).

4 Y. Déloye, Cl. Haroche, O. Ihl, « Protocole et politique : formes, rituels, préséances », et Cl. Haroche, « L’ordre dans les corps : gestes, mouvements, postures (Éléments pour une anthropologie politique des préséances. xvie-xviie siècles) », dans Le Protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, Y. Déloye, Cl. Haroche, O. Ihl dir., Paris, L’Harmattan, 1997.

5 Voir Ch. Guiraud, « Les noms de la table en indo-européen et dans les langues indoeuropéennes anciennes », dans La Table et le partage, Rencontres de l’École du Louvre, Paris 1986, p. 11-29. Sur l’utilisation des étymologies voir R. Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990 ; voir aussi G. Duby, « Aux origines d’un système de classification sociale », dans Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel. Méthodologie de l’histoire et des sciences humaines, Toulouse, Privat, 1973.

6 Sur l’étiquette parlementaire au xviie siècle, voir les étymologies de préséances dans Cl. Haroche, « L’ordre dans les corps... », art. cité.

7 Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1993.

8 Parmi celles-ci voir : Versailles et les Tables Royales en Europe (xvii-xixe siècles), Réunion des Musées Nationaux, 1993 ; La Sociabilité à table : commensalité et convivialité à table à travers les âges, M. Aurell, O. Dumoulin, F. Thelamon dir., Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1992 ; Histoire de l’alimentation, J.-L. Flandrin et M. Montanari, Paris, Fayard, 1996.

9 9 Voir le fonctionnement de l’étiquette parlementaire dans « L’ordre dans les corps... », art. cité. La proximité à l’égard du roi représente un enjeu de pouvoir majeur que l’on retrouve dans la définition que Saint-Simon donne de la pairie, « ce qui a été connu [...] par le nom et titre de pair de France, s’est trouvé assis à côté du trône » (Mémoires, t. V, Paris, La Pléiade, p. 7).

10 M. Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en terre sainte. Étude de mémoire collective, Paris, PUF. 1941. Id., Classes sociales et morphologie, Paris, Minuit, 1972. Id., Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994. Id., La Mémoire collective. Édition critique établie par G. Namer, Paris, Albin Michel, 1997. Parmi les travaux d’anthropologie culturelle, sociale, ceux de Firth en particulier se sont attachés à détailler l’utilisation symbolique d’éléments matériels, le recours à certains objets, à certains signes qui trahissent la condition, le statut des individu dans un ordre, dans une société (R. Firth, Symbols, Private and Public, Londres, George Allen and Unwin, 1973).Plus récemment Alain Boureau dans des travaux consacrés à la ritualité politique invite à prendre en compte la composante littérale, matérielle de la cérémonie, citant pour cela Philippe Buc qui « remarque que le maniement du glaive dans une cérémonie de couronnement impérial au Moyen Âge ne relève pas uniquement de conduites symboliques : au cours d’une action publique et risquée, la question pratique du contrôle des armes joue un rôle essentiel » (« Ritualité politique et modernité monarchique », dans L’État ou le Roi. Les fondations de la modernité monarchique en France xiv-xviie siècles, N. Bulst, R. Descimon et A. Guerreau dir., Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1996, p. 14. Sur la répartition des hommes dans l’espace social et politique voir L. Marin, « Une mise en signification de l’espace social : manifestation, cortège, défilé, procession » (Notes sémiotiques), dans De la représentation, Paris, Seuil/Gallimard, coll. « Hautes Études », 1994.

11 Sur le caractère extrêmement détaillé du cérémonial, voir Z. Gourarier, « Modèles de cour et usages de table : les origines », ainsi que B. Saule, « Tables royales à Versailles1682-1789 », dans Versailles et les Tables Royales en Europe, op. cit., qui comportent un grand nombre de précisions sur le vocabulaire parfois technique du cérémonial de la table :le grand couvert en cérémonie, le grand couvert ordinaire, le petit couvert, le très petit couvert, la boisson, le cadenas, la nef, le haut bout, le bas bout... Évoquant le grand couvert, Saule rapporte ainsi que curieux de passage et gens de Cour « se disposaient en demi-cercle, face à la table du roi ». « Au premier rang », précise-t-elle, on apercevait « le cercle des duchesses, princesses ou grandes charges ayant le privilège du tabouret, assises sur des pliants placés à leur intention ; derrière, les dames debout, et derrière encore, les seigneurs […]. À leur arrivée les dames se plaçaient selon leur rang à partir de la droite et quand une plus titrée survenait, elle obligeait les autres à se décaler. » (p. 50) « Le grand couvert ordinaire ne réunissant que la famille royale proche, ne put jamais compter plus de dix convives. Les souverains s’asseyaient le dos à la cheminée dans un fauteuil à haut dossier, tandis que les princes et princesses, même le Dauphin, n’avaient droit qu’à un pliant. Le roi sans chapeau, était au haut bout de la table, seul ou avec la reine à sa gauche. Les convives se répartissaient selon leur rang sur les côtés... » (p. 57).

12 Saint-Simon, Mémoires, t. V, op. cit., p. 607.

13 Ibid., t. V, p. 608.

14 Ibid., t. III, p. 32.

15 Ibid., t. V, p. 609.

16 Ibid., t. I, p. 279.

17 Relation des ambassadeurs vénitiens, t. II, p. 567, cité dans Z. Gourarier, art. cité., p. 16.

18 Douet-d’Arcq, Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, Paris, Société d’histoire de France, 1865, notice p. viii-ix, cité dans Z. Gourarier, « Modèles de cour et usages de table :les origines », art. cité., p. 16. Voir aussi Y. Déloye qui souligne à propos du protocole que le règne d’Henri III est un moment d’intense codification, « Le protocole ou l’ombre du pouvoir politique », dans Le Protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, op. cit.

19 B. Saule, « Tables royales à Versailles 1682-1789 », art. cité., p. 56.

20 Ibid.

21 M. Halbwachs, « Conscience individuelle et esprit collectif », dans Classes sociales et morphologie, op. cit., p. 160-161.

22 M. Halbwachs, Morphologie sociale, op. cit., p. 17.

23 23. Ibid., p. 26, 27.

24 24 M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. 243.

25 Ibid., p. 224, 225, 226.

26 Ibid., p. 226. Durkheim posait en effet, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (Paris, Alcan, 1925), qu’« à la base de tous les systèmes de croyances et de tous les cultes, il doit nécessairement y avoir un certain nombre de représentations fondamentales et d’attitudes rituelles qui, malgré la diversité des formes que les unes et les autres ont pu revêtir, ont partout la même signification objective et remplissent partout les mêmes fonctions. » (p. 45)

27 M. Halbwachs, La Mémoire collective, op. cit., p. 228, 229, 230.

28 J.-Ph. Genet, « La typologie de l’État moderne, le droit, l’espace », dans L’État moderne, le droit, l’espace et les formes de l’État, Paris, CNRS, 1990, p. 13.

29 M. Halbwachs, La Mémoire collective, op. cit., p. 232, 234, 235.

30 Cl. Lévi-Strauss, L’Origine des manière de table, Paris, Plon, 1968.

31 Ibid.

32 Ibid.

Notes de fin

1 Cet article est paru sous le titre « Position et disposition des convives dans la société de cour au 17e siècle. Éléments pour une réflexion sur le pouvoir politique dans l’espace de la table », dans la Revue française de science politique, vol. 48, 3-4 (juin-août 1998), p. 376-386.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search