Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

Un aspect de la « commercialisation » des campagnes

Le rôle des laboureurs dans le commerce du bois à Toulouse à la fin du Moyen Âge

Camille Fabre

Texte intégral

1Quand, en 1502, le syndic des consuls toulousains, les capitouls, défend le droit des habitants à prélever du bois dans la forêt que le seigneur de l’Isle‑Jourdain a fermée, il ne manque pas de rappeler le rôle joué par les paysans dans l’approvisionnement de la ville en bois. L’argument vaut la peine d’être cité :

  • 1 In civitate Tholosae est magnus populus et in diversa differentia, nam quidam sunt laboratores, ali (...)

La population de la ville de Toulouse est nombreuse et diverse : certains sont laboureurs, d’autres artisans, d’autres marchands, bourgeois, nobles et clercs [...].Une partie des habitants s’emploie spécifiquement, à l’aide de ses animaux, à faire provision de bois coupé, tant pour un usage personnel que pour celui des autres habitants de Toulouse, auxquels il est utile qu’un laboureur aille avec sa jument prendre une charge de bois dans cette forêt pour la vendre trois doubles ou cinq blancs à Toulouse après avoir payé au seigneur de l’Isle un denier ou une pite par charge1.

  • 2  La part du droit de prélèvement versé au seigneur (un denier ou une pite) représente moins de 1 % (...)

2Ce texte montre l’imbrication entre ville et campagne, puisque le laborator est intégré à la population urbaine. Il prouve aussi que ce dernier est considéré comme un petit commerçant, spécialisé entre autres choses dans l’approvisionnement de la ville en bois, puisqu’il se charge de sa coupe et de son transport. Ce tableau idéal, dressé en 1502 pour décrire la situation prévalant avant la fermeture du bois deux siècles plus tôt, rapporte même les tarifs pratiqués par les laboratores, en juste rémunération de leurs services2. Plus loin dans le document, le syndic toulousain oppose ce circuit à l’approvisionnement fluvial, qui aurait remplacé le commerce pratiqué par les paysans, rendu impossible par la fermeture du bois seigneurial. Il pose donc la question du rôle de ces derniers dans le marché du bois alors que se développe le trafic fluvial.

  • 3 R. H. Britnell, The commercialisation of English society 1000-1500, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 4 M. Bourin, S. Carocci, F. Menant, L. To Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale au (...)
  • 5 J.-P. Jessenne, F. Menant, « Introduction », dans eid. (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médi (...)

3Le commerce du bois est en effet l’un des aspects de la diversification des activités paysannes décrite par l’école britannique de la « commercialisation »3, phénomène que l’on peut aisément étendre au reste de l’Europe4. L’investissement dans une activité non directement agricole peut, on le sait, être à la fois le marqueur et le moteur de la réussite sociale des paysans5. C’est en observant la manière dont ces derniers s’adonnent au commerce du bois de chauffage à Toulouse à la fin du Moyen Âge que nous souhaiterions ici reprendre la question, en nous appesantissant tout particulièrement sur les laboratores. Après avoir évoqué l’importance de leur rôle, nous chercherons à comprendre les ressorts de cette insertion, les qualités qu’elle requiert, pour tenter de distinguer différents types de « paysans-commerçants ».

Des élites rurales centrales dans le commerce du bois

  • 6 J. Birrel, « Peasant Craftsmen in the Medieval Forest », Agricultural History Review, 1969, vol. 17 (...)
  • 7 G. Brunel, « Vocabulaire et formes de la distinction sociale en Picardie méridionale : les villes e (...)
  • 8 En reprenant les estimes de 1398, publiées par P. Wolff, on peut comparer les deux groupes. Ces doc (...)
  • 9 Dans les registres notariés toulousains conservés aux Archives Départementales de la Haute-Garonne (...)
  • 10 Ces estimations s’appuient sur le dépouillement de l’ensemble des registres notariés toulousains co (...)

4Il a maintes fois été souligné à quel point l’exploitation forestière reposait sur le travail de paysans complétant leurs revenus par une activité artisanale6. Le groupe qui nous intéresse ici est moins celui des « paysans-artisans » que celui des « paysans-commerçants », caractérisés par l’inscription dans un réseau marchand débouchant sur la ville. Les sources notariales utilisent régulièrement le terme de laborator qui permet traditionnellement d’isoler une élite paysanne. Cette dernière, habituellement définie par la possession d’un train de labour, s’oppose ainsi au groupe des brassiers, qui n’a que la force de ses bras7. Cette dichotomie a sans doute une réalité dans nos sources, même si elle ne doit pas être trop forcée. Laboureurs et brassiers sont à la fois fortement séparés et proches sur l’échelle des fortunes urbaines8 et les registres notariés toulousains montrent que les limites entre les deux groupes ne sont pas étanches9. Les laboureurs appartiennent donc à une petite élite paysanne aux frontières poreuses. La part de celle-ci dans le commerce du bois est loin d’être négligeable : si l’on en croit les actes notariés, les laboratores vendent environ le quart du bois apporté à Toulouse à la fin du xve siècle et il est vraisemblable que le rôle des paysans au sens large est bien plus important10. Il s’agira donc de comprendre les raisons de cette domination.

Les disponibilités forestières

  • 11 J. P. Leguay, « Le rôle de la zone péri-urbaine dans l’approvisionnement des villes armoricaines au (...)
  • 12 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, 197 (...)
  • 13 Dans la région toulousaine, les coutumes prévoient plus ou moins explicitement l’interdiction de re (...)
  • 14 AD 31, 3 E 6149, fol. 72 ; 3 E 1576, fol. 150v ; 3 E 5112, fol. 61v ; 3 E 7034, fol. 42v ; 3 E 7101(...)

5Ce rôle central dans le commerce du bois ne va pas de soi. C’est plutôt sur l’importance de la propriété forestière seigneuriale que l’historiographie a traditionnellement insisté11. Néanmoins, les possibilités de tirer profit de la vente de bois ont vite été comprises par les paysans, qui ont su exploiter leur accès aux incultes dès lors que l’augmentation des besoins et le développement du commerce leur ouvraient cette perspective de bénéfice12. Cette aubaine se tarit cependant rapidement quand sont mises en place des restrictions à la commercialisation des produits forestiers13. Ces limitations ne touchent pas uniquement les incultes des communautés, elles se retrouvent aussi dans les contrats agraires : les propriétaires qui louent leurs exploitations à des laboureurs leur interdisent régulièrement de commercialiser le bois qu’ils y coupent14.

  • 15 AD 31, 3 E 5012, fol. 23.
  • 16 AD 31, 3 E 4552, fol. 27 et 71.
  • 17 É. Fabre, « Le notaire, la forêt privée, l’arbre et le bois. Le cas du piémont est-pyrénéen au xixe(...)
  • 18 Il s’agit certes d’une région particulièrement peu boisée. Les études menées par Marie-Claude Maran (...)
  • 19 Alors que, dans la première moitié du siècle, les laboureurs sont plus présents comme acheteurs que (...)

6Face à cette fermeture, l’accès des laboureurs aux espaces boisés peut prendre plusieurs formes. Ceux-ci peuvent d’abord, par leur position institutionnelle, s’assurer la jouissance de parcelles forestières. Accédant à la tête de leur communauté, ils parviennent à décider du sort des forêts communales : en 1472, trois laboratores, consuls de Blagnac, louent ainsi l’usage du bois communal à un groupe de bouchers toulousains15. D’autres fonctions, comme celle de marguillier de l’église locale, peuvent permettre de contrôler les incultes. Manald de la Grieulet, marguillier de Cornebarrieu, est à ce titre en charge de l’attribution de la coupe des vacants appartenant à l’Église : or c’est à d’autres laboureurs qu’il les attribue. Il est par ailleurs lui-même tenancier de plusieurs pièces de bois et friches dans la paroisse ; les incultes du terroir semblent aux mains d’une petite élite paysanne utilisant au besoin les propriétés de l’Église16. Mais il faut surtout rappeler l’importance de la propriété paysanne dispersée dans la surface forestière17. Les laboureurs ont une place centrale dans le marché des terres incultes. À partir d’un sondage sur 210 contrats d’achats, de ventes ou de dons portant sur des incultes de la région toulousaine, on observe que les laboureurs sont les principaux acquéreurs de terrains boisés, avec 30 % des actes. Cette propriété est concentrée entre les mains d’un petit groupe, comme le montrent les études de M. C. Marandet sur le Lauragais central18. Cette mainmise s’effrite cependant dans la seconde moitié du xve siècle, les laboureurs sont de plus en plus souvent vendeurs et non plus acheteurs19. Ce sont donc d’autres facteurs qui expliquent la prépondérance des laboureurs dans le commerce du bois.

Le transport du bois

  • 20 AD 31, 3 E 232, fol. 198v ; 3 E 387, fol. 93v ; 3 E 4118, fol. 257v, 258v ; 3 E 4119, fol. 326v ; 3 (...)

7Comme le remarquait bien le syndic toulousain dans le texte cité en introduction, le commerce du bois est avant tout une affaire d’acheminement. La possession d’un bon moyen de transport est donc un préalable, simple mais essentiel, à l’entrée dans le secteur : les deux peuvent d’ailleurs aller de pair, le commerce du combustible étant souvent utilisé pour financer l’achat de chevaux ou de bœufs, payés en bois20. La possession d’un attelage, comme celle d’un train de labour, placent ainsi plus que jamais les laboratores au sommet de l’échelle paysanne.

  • 21 Les habitants de la communauté montagnarde de Juzet-d’Izaut sont autorisés en 1335 à commercer les (...)
  • 22 AD 31, 3 E 14471, fol. 307 (trois charretées de bois à Noël ; 1466) ; 3 E 5099, fol. 79 (six charre (...)
  • 23 47 % des contrats de livraisons à domicile et 63 % des livraisons à la borde (entrepôt) du client s (...)
  • 24 AD 31, 3 E 232, fol. 255v ; 3 E 2736, fol. 151v ; 3 E 4118, fol. 43, 122 ; 3 E 4119, fol. 166v ; 3  (...)

8Le domaine de prédilection des laboureurs est le transport terrestre. Il existait à coup sûr à l’intérieur des communautés rurales un commerce du combustible, mal documenté par les sources notariées, mais parfois révélé par les textes coutumiers21. C’est cependant surtout le transport vers la ville qui occupait les possesseurs d’un attelage. Les contrats agraires ne manquent d’ailleurs pas d’inclure des obligations de transport de bois rappelant les corvées de charroi22. L’avantage comparatif des laboureurs est leur capacité à livrer le combustible à domicile, plutôt que sur les ports fluviaux où se négocie le bois de chauffage23. Leur proximité avec les lieux de coupe en fait aussi des partenaires idéaux pour s’occuper du débardage du bois24.

  • 25 J. Lestrade, « Fragment inédit de la coutume de Poucharramet, 1256 », Revue historique de Toulouse, (...)
  • 26 Accepit ad quadrigandum (AD 31, 3 E 6088, fol. 47).
  • 27 AD 31, 3 E 7097, fol. 87 ; 3 E 3897, fol. 36.
  • 28 AD 31, 3 E 5937, fol. 67v (1475).
  • 29 AD 31, 3 E 1576, fol. 30 et 34v (1494).
  • 30 AD 31, 3 E 5934, 6e cahier, fol. 16v (1494).
  • 31 AD 31, 3 E 1576, fol. 110v et 170v (1495, 1496).

9Cet état de fait explique que dans ce groupe, un certain nombre d’individus consacre tout ou partie de son temps au transport du bois. La participation à cette activité peut être une étape dans une vie consacrée au travail de la terre. Dans un procès daté de 1509, deux laboureurs transporteurs de bois témoignent sur la taxe levée par les consuls de Muret pour l’usage du pré commun comme entrepôt de bois. Le transport semble ici une activité de jeunesse : âgés de 28 et 20 ans, les deux hommes exercent cette activité depuis huit ans, le plus jeune a donc commencé quand il avait douze ans. Cette jeunesse contraste avec l’âge des autres témoins et semble caractéristique des transporteurs25. D’autres laboratores prennent en charge des contrats de transport de bois26 et basculent vers le statut de transporteur professionnel, révélé par le choix de l’épithète quadrigarius accolée à celle de laborator27. Il est en effet possible de faire carrière dans le commerce du bois de chauffage. Pierre Roberti, par exemple, est un laboureur de Lasserre, à la lisière d’une des plus grandes forêts de la région toulousaine, la forêt de Bouconne. Encore juridiquement mineur, mais déjà nommé laborator, il commence modestement en livrant de menues quantités de bois (14 pagelles) à un hôtelier des faubourgs de Toulouse28. On le retrouve bien des années après pour des contrats plus importants (57 pagelles) conclus en association avec des partenaires des faubourgs qui le mettent en contact avec les gros acheteurs toulousains29. Sans délaisser les petites affaires, qu’il traite seul30, il s’engage avec des associés de son village dans de plus gros contrats, d’une centaine de pagelles, toujours conclus avec le même client31.

  • 32 AD 31, 3 E 7097, fol. 87.
  • 33 Il apparaît d’abord en association ou comme témoin, puis comme vendeur principal (AD 31, 3 E 7199, (...)
  • 34 AD 31, 3 E 3723, fol. 115.

10Dans d’autres cas, les laboureurs se raccordent au grand circuit marchand du fleuve, en opérant sur le segment qui sépare la coupe du port d’embarquement pour Toulouse32. Certains sont même tentés d’assurer l’intégralité du trajet en prenant en charge le transport fluvial : Dominique de Ycand, laboureur de Lacroix, conclut dans l’hiver 1488-1489 plusieurs gros contrats qui l’introduisent dans le milieu des marchands de bois toulousains33. Les livraisons sont prévues à Venerque, en amont de Toulouse, mais il achète l’année suivante la moitié d’un bateau à Antoine La Broa, gros marchand de bois toulousain et peut ainsi livrer directement à la ville. Il peut soit agir comme chef d’équipage d’Antoine La Broa, en dirigeant sur place les opérations de navigation34, soit, comme l’indique l’acte, utiliser le bateau à son compte, pourvu qu’il reverse la moitié des profits au marchand. Les deux routes, fluviale et terrestre, déterminent ainsi principalement deux types de participation au commerce du bois.

Les profils des laboureurs marchands de bois

  • 35 Sur 21 achats de bois effectués par des laboratores de Toulouse ou du faubourg Saint-Cyprien, 18 so (...)
  • 36 AD 31, 3 E 7392, fol. 74v ; 3 E 4118, fol. 203, 251, 255 ; 3 E 7392, fol. 74v. 
  • 37 Connu par une grosse douzaine de contrats, ce dernier centralise, par petits achats, la production (...)
  • 38 AD 31, 3 E 5555, fol. 118 ; 3 E 12053, registre 245, fol. 118 ; 3 E 5940, fol. 11.
  • 39 AD 31, 3 E 5939, fol. 15.
  • 40 Ils sont en affaire avec la famille de marchands toulousains des Boysson, pour des volumes plus imp (...)
  • 41 Barthélémy vend à l’aubergiste Jean de Bearno (AD 31, 3 E 5940, fol. 65v ; 3 E 848, fol. 91), reven (...)
  • 42 Dans la série de contrats le concernant entre les années 1477 et 1488, il n’est qualifié qu’une seu (...)

11Le premier mode de participation, plutôt caractéristique des coteaux de l’est toulousain, repose sur les liens entretenus entre laboureurs et artisans ou entre laboureurs des campagnes et laboureurs des villes35. La relation entre fournisseur et client est ici assez égalitaire, les deux milieux se ressemblent, comme l’illustre Barthélemy Fortis, qui passe de l’un à l’autre. Dans les années 1460, celui-ci est un laborator de Garidech, à 15 km de Toulouse, qui associe parfois son fils Jean à ses affaires et vend de petites quantités de bois, d’une trentaine de pagelles au maximum36. Il travaille alors essentiellement pour des artisans, ou pour le brassier toulousain Jean del Tilh, qui est au centre d’un petit commerce de bois organisé avec les laboureurs des alentours37. Le frère de Barthélemy, Jacques, est, quant à lui, installé dans le faubourg Saint-Cyprien, où il négocie des volumes de bois légèrement plus importants, allant jusqu’à 120 pagelles38. Barthélemy le rejoint à Saint-Cyprien dès 147539 et les deux frères s’associent pour les contrats les plus importants40. Cette migration rime avec un changement de clientèle : Barthélemy s’adresse désormais à des marchands ou à des aubergistes41 et abandonne le titre de laborator42.

  • 43 AD 31, 3 E 5724, fol. 166.
  • 44 Sur 19 contrats de livraison, on compte seulement 9 acheteurs différents (AD 31, 3 E 232, fol. 337v (...)
  • 45 AD 31, 3 E 3728, fol. 56v.
  • 46 AD 31, 3 E 7200, fol. 114v.
  • 47 AD 31, 3 E 3727, fol. 101v.

12Un second mode de participation consiste à travailler pour les grands marchands de bois toulousains, qui ont besoin de relais locaux pour concentrer la production. Ce type de relation, bien moins égalitaire, est une situation typique du sud de Toulouse, où arrive le bois passant par l’Ariège et la Garonne. À l’instar de Dominique de Ycand, évoqué plus haut, Jean de Peyra alias l’Eslopat, est originaire du village de Lacroix, qui domine la confluence entre Ariège et Garonne, cœur névralgique de l’acheminement du combustible. Un premier contrat, daté de 1468, met en scène Jean et son frère Pierre : en s’associant, ils parviennent à conclure une vente d’une centaine de pagelles43. Mais c’est dans les années 1480 que Jean déploie son activité en établissant des relations stables avec plusieurs gros acheteurs toulousains et en s’associant avec des fournisseurs des environs44. C’est en particulier avec le marchand de bois toulousain Dominique de Rieucorp que les relations sont fortes. Celui-ci fait de Jean son fournisseur presque exclusif dans les années 1490. Ses liens avec le marché toulousain lui permettent de se lancer dans l’achat de coupes de bois avec des tuiliers toulousains45. S’il prend l’initiative de petites ventes de bois à Toulouse même, en association avec Dominique Ycand, en 149046, c’est comme fournisseur de Dominique de Rieucorp qu’il fait surtout affaire. Ce dernier en fait son homme de confiance : le 1er mai 1496, par exemple, Dominique de Rieucorp achète du bois à un vendeur de Venerque dans la vallée de l’Ariège et c’est Jean de Peyra qui se constitue garant, tant pour le vendeur que pour l’acheteur47.

  • 48 AD 31, 3 E 7199, fol. 26v ; 3 E 3725, fol. 37.

13Si ce type de trajectoire conduit Jean de Peyra à la réussite sociale, il peut également être fort périlleux. Dans les mêmes années, le laboureur Germain de Pinu, de Pinsaguel, tente lui aussi de devenir un fournisseur de Dominique de Rieucorp : vraisemblablement incapable de respecter ses engagements, portant sur plusieurs centaines de pagelles, il finit par lui vendre ses terres et devenir son métayer48.

14Si le commerce du bois est une activité qui a largement pénétré les campagnes toulousaines, les manières dont les laboratores en tirent parti varient. Certains multiplient les contrats modestes avec des acheteurs du même monde social, ce qui peut déboucher pour quelques chanceux sur une migration en ville où ils agissent alors pour leur propre compte. D’autres se raccordent à un circuit marchand centré sur le fleuve, où le succès repose sur la confiance acquise auprès d’un négociant, afin de devenir l’agent local d’un marchand urbain. Contrairement à ce que disait le syndic toulousain en 1502, le grand circuit marchand fluvial n’a pas remplacé le petit circuit commercial, les deux voies coexistent à la fin du Moyen Âge et sont toutes les deux sources de profits pour peu que les laboratores soient en mesure de faire jouer certains avantages que l’on associe à l’élite : patrimoine et possession d’outils de travail, parfois position institutionnelle favorable, mais surtout liens privilégiés avec l’extérieur, en particulier avec le marché urbain.

Notes

1 In civitate Tholosae est magnus populus et in diversa differentia, nam quidam sunt laboratores, alii mecanici, mercatores, burgenses, nobiles et clerici [...] tamen aliqua pars civium fuit ad hoc depputati et destinati, qui scindentes ligna provisiones fecerunt cum eorum animalibus ad utilitatem propriam et aliorum habitatorum Tholosae, non est eorum inconveniens quod homo laborator cum suo jumento inerit ad forestam predictam querendo sarcinatam lignorum quam vendebat in Tholosa pro tribus duplis vel quinque albis et solvendo pro sarcinata domino Insule unum denarium vel picta (Archives municipales de Toulouse, FF 6, pièce 1, fol. 3v, art. xi).

2  La part du droit de prélèvement versé au seigneur (un denier ou une pite) représente moins de 1 % des prix de vente exposés ici (trois doubles ou cinq blancs), c’est donc essentiellement le travail paysan qui est rémunéré et qui justifie le prix du bois.

3 R. H. Britnell, The commercialisation of English society 1000-1500, Cambridge, Cambridge University Press, 1993 ; B. M. S. Campbell (éd.), Before the Black Death: Studies in the Crisis of the Early Fourteenth Century, Manchester/New York, Manchester University Press, 1992.

4 M. Bourin, S. Carocci, F. Menant, L. To Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale autour de 1300 : tensions destructrices, tensions novatrices », Annales HSS, 2011, p. 663‑704, ici, p. 679-680. Il faut, pour la région de Toulouse, signaler l’étude de Judicaël Pétrowiste sur le développement d’un dense réseau de foires et de marchés : J. Pétrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge : le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain (xie-milieu du xive siècle), mémoire de thèse dirigé par M. Mousnier, université Toulouse-Le Mirail, 2007.

5 J.-P. Jessenne, F. Menant, « Introduction », dans eid. (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXVIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, Privat, 2007, p. 7‑52.

6 J. Birrel, « Peasant Craftsmen in the Medieval Forest », Agricultural History Review, 1969, vol. 17, no 2, p. 90‑107 ; S. Burri, Vivre de l’inculte, vivre dans l’inculte en Basse Provence centrale à la fin du Moyen Âge : histoire, archéologie et ethnoarchéologie d’un mode de vie itinérant, mémoire de thèse dirigé par A. Durand, université d’Aix-Marseille, 2012.

7 G. Brunel, « Vocabulaire et formes de la distinction sociale en Picardie méridionale : les villes et les campagnes au miroir des actes de la pratique (xie-xiiie siècle) », dans L. Jean Marie, C. Maneuvrier (éd.), Distinction et supériorité sociale (Moyen Âge et époque moderne), Caen, Publications du CRAHM, 2010, p. 187‑203.

8 En reprenant les estimes de 1398, publiées par P. Wolff, on peut comparer les deux groupes. Ces documents présentent en effet la fortune déclarée par les contribuables toulousains pour asseoir l’impôt, on peut donc établir la fortune moyenne à l’intérieur de chaque profession et ranger celles-ci de la plus riche à la plus pauvre. Sur 104 professions, les laboureurs sont au 84e rang (avec 2 l. 16 s. 3 d.) et les brassiers au 88e (avec 1 l. 5 s. 5d.). Cette proximité se combine avec une forte différence de richesse (du simple au double) entre les deux professions (P. Wolff, Les « estimes » toulousaines des xive et xve siècles, Toulouse, impr. de Laboureur, 1956, p. 112-113).

9 Dans les registres notariés toulousains conservés aux Archives Départementales de la Haute-Garonne (AD 31), le même homme peut être qualifié à la fois de laboureur et de brassier dans des actes différents (AD 31, 3 E 4118, fol. 193, 244, 329 ; 3 E 4119, fol. 111) ou dans le même acte, entre le titre et le corps du texte (3 E 6761, fol. 3v), on trouve aussi l’expression laborator et brasserius (3 E 448, fol. 178).

10 Ces estimations s’appuient sur le dépouillement de l’ensemble des registres notariés toulousains conservés aux Archives départementales de la Haute-Garonne, lesquels consignent un corpus d’un peu plus de 1 200 contrats de ventes de bois de chauffage. Il s’agit essentiellement de commerce de gros, les laboureurs approvisionnant ici les revendeurs toulousains. Si l’on ajoute la part des « sans qualification », habitants des campagnes n’affichant pas de profession et appartenant sans doute au monde paysan, on atteint les 75 %.

11 J. P. Leguay, « Le rôle de la zone péri-urbaine dans l’approvisionnement des villes armoricaines au Moyen Âge », dans C. Higounet (éd.), L’approvisionnement des villes de l’Europe occidentale, Auch, Comité départemental du tourisme du Gers, 1985, vol. 5, p. 189‑196.

12 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1977 (1962), p. 251--252.

13 Dans la région toulousaine, les coutumes prévoient plus ou moins explicitement l’interdiction de revendre le bois des communs : Bouloc 1242 (A. Teulet (éd.), Layettes du Trésor des chartes, Paris, Imprimerie nationale, 1866, vol. 2, p. 462) ; Daux 1253, Pradère 1281 (E. Cabié, Chartes de coutumes inédites de la Gascogne Toulousaine, Paris/Agen, H. Champion, 1884, p. 37, 88) ; Colomiers 1274 (Archives municipales de Colomiers, AA 1, fol. 7).

14 AD 31, 3 E 6149, fol. 72 ; 3 E 1576, fol. 150v ; 3 E 5112, fol. 61v ; 3 E 7034, fol. 42v ; 3 E 7101, fol. 86 ; 3 E 7404, fol. 143 ; 3 E 7600, fol. 98v ; 3 E 3859, fol. 31v ; 3 E 3710, fol. 47, 58 ; 3 E 4119, fol. 102v.

15 AD 31, 3 E 5012, fol. 23.

16 AD 31, 3 E 4552, fol. 27 et 71.

17 É. Fabre, « Le notaire, la forêt privée, l’arbre et le bois. Le cas du piémont est-pyrénéen au xixe siècle », Annales du Midi, 285, 2014, p. 41‑58. L’auteur remarque que l’usage des sources notariales met en relief d’autres boisements, souvent négligés par une historiographie centrée sur les sources publiques. Ce constat tiré pour l’époque contemporaine jette aussi un éclairage sur la situation médiévale.

18 Il s’agit certes d’une région particulièrement peu boisée. Les études menées par Marie-Claude Marandet sur les registres d’estimes du Lauragais montrent par exemple qu’à Montesquieu-Lauragais, à une vingtaine de kilomètres de Toulouse, seul un déclarant sur trois possède des bois (M. C. Marandet, Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge : 1380-début du xvie siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2006, p. 224).

19 Alors que, dans la première moitié du siècle, les laboureurs sont plus présents comme acheteurs que comme vendeurs, la situation s’inverse à partir de la fin des années 1440 et devient de plus en plus déséquilibrée en leur défaveur (dans la décennie 1490, il n’y a plus que 6 cas d’achat par des laboureurs contre 39 cas de vente). Les principaux acheteurs sont alors les artisans et commerçants de Toulouse.

20 AD 31, 3 E 232, fol. 198v ; 3 E 387, fol. 93v ; 3 E 4118, fol. 257v, 258v ; 3 E 4119, fol. 326v ; 3 E 4468, fol. 10 ; 3 E 5007, fol. 246v ; 3 E 5011, fol. 113v ; 3 E 5940, fol. 16v.

21 Les habitants de la communauté montagnarde de Juzet-d’Izaut sont autorisés en 1335 à commercer les produits des incultes pourvu que cela soit à l’intérieur de la communauté. À l’inverse, les habitants de Caudebronde, en 1318, ont interdiction de vendre les produits des bois communaux à tout acheteur, qu’il soit étranger ou membre de la communauté (AD 31, 8 B 80, P 13, pièce 1, fol. 2v ; 8 B 61, L 4, pièce B, fol. 3v).

22 AD 31, 3 E 14471, fol. 307 (trois charretées de bois à Noël ; 1466) ; 3 E 5099, fol. 79 (six charretées par an, 1462) ; 3 E 4468, fol. 19v (douze pagelles par an ; 1444).

23 47 % des contrats de livraisons à domicile et 63 % des livraisons à la borde (entrepôt) du client sont conclus par des laboureurs.

24 AD 31, 3 E 232, fol. 255v ; 3 E 2736, fol. 151v ; 3 E 4118, fol. 43, 122 ; 3 E 4119, fol. 166v ; 3 E 4468, fol. 18 ; 3 E 7034, fol. 12v.

25 J. Lestrade, « Fragment inédit de la coutume de Poucharramet, 1256 », Revue historique de Toulouse, 25, 1938, p. 89‑92.

26 Accepit ad quadrigandum (AD 31, 3 E 6088, fol. 47).

27 AD 31, 3 E 7097, fol. 87 ; 3 E 3897, fol. 36.

28 AD 31, 3 E 5937, fol. 67v (1475).

29 AD 31, 3 E 1576, fol. 30 et 34v (1494).

30 AD 31, 3 E 5934, 6e cahier, fol. 16v (1494).

31 AD 31, 3 E 1576, fol. 110v et 170v (1495, 1496).

32 AD 31, 3 E 7097, fol. 87.

33 Il apparaît d’abord en association ou comme témoin, puis comme vendeur principal (AD 31, 3 E 7199, fol. 3, 24v, 26v).

34 AD 31, 3 E 3723, fol. 115.

35 Sur 21 achats de bois effectués par des laboratores de Toulouse ou du faubourg Saint-Cyprien, 18 sont conclus avec des laboureurs du nord et de l’est de la ville.

36 AD 31, 3 E 7392, fol. 74v ; 3 E 4118, fol. 203, 251, 255 ; 3 E 7392, fol. 74v. 

37 Connu par une grosse douzaine de contrats, ce dernier centralise, par petits achats, la production que lui amènent les laboureurs d’un territoire d’une petite vingtaine de km2. En deux ans, il accumule ainsi l’équivalent un peu plus de 720 pagelles de bois, soit autour de 650 stères de bois (AD 31, 3 E 4118, fol. 194v, 198, 199, 203, 244, 245v, 306, 306v, 311v, 324v, 325, 326, 329).

38 AD 31, 3 E 5555, fol. 118 ; 3 E 12053, registre 245, fol. 118 ; 3 E 5940, fol. 11.

39 AD 31, 3 E 5939, fol. 15.

40 Ils sont en affaire avec la famille de marchands toulousains des Boysson, pour des volumes plus importants (AD 31, 3 E 12053, registre 245, fol. 118 ; 3 E 6077, fol. 171v).

41 Barthélémy vend à l’aubergiste Jean de Bearno (AD 31, 3 E 5940, fol. 65v ; 3 E 848, fol. 91), revendeur occasionnel de bois (3 E 5934, cahier 35, fol. 2) alors que son frère travaille avec l’aubergiste Jean de Borda (3 E 5555, fol. 118). Ils vendent également à des marchands comme les Boysson, Jean Godola (3 E 5940, fol. 11) ou Jacques Vitalis (3 E 7600, fol. 89).

42 Dans la série de contrats le concernant entre les années 1477 et 1488, il n’est qualifié qu’une seule fois de cette manière (AD 31, 3 E 5940, fol. 65v ; 3 E 7600, fol. 89 ; 3 E 848, fol. 91 ; 3 E 3078, fol. 21v)

43 AD 31, 3 E 5724, fol. 166.

44 Sur 19 contrats de livraison, on compte seulement 9 acheteurs différents (AD 31, 3 E 232, fol. 337v ; 3 E 3715, fol. 94v ; 3 E 3723, fol. 127 ; 3 E 3725, fol. 120 ; 3 E 3727, fol. 43, 140v ; 3 E 3729, fol. 153 ; 3 E 3856, fol. 95v ; 3 E 5721, fol. 31v ; 3 E 5724, fol. 166 ; 3 E 6697, fol. 9v ; 3 E 7098, fol. 61, 3 E 7198, fol. 87 ; 3 E 7199, fol. 3 ; 3 E 7200, fol. 114v ; 3 E 181 fonds départemental, fol. 43v, 85v ; 3 E 3733bis, fol. 37v, 102v).

45 AD 31, 3 E 3728, fol. 56v.

46 AD 31, 3 E 7200, fol. 114v.

47 AD 31, 3 E 3727, fol. 101v.

48 AD 31, 3 E 7199, fol. 26v ; 3 E 3725, fol. 37.

Auteur

université Paris-Sorbonne

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search