Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

Les paysans sans terre sont-ils pauvres ?

Une perspective anglaise sur les campagnes provençales au xive siècle

John Drendel

Texte intégral

1En 1961, J. Thirsk formula, à propos des paysans de Westmorland du xviie siècle, alors en pleine période d’« enclosure » et d’expulsion des terres communales, la remarque suivante :

  • 1 A man who looked naturally to the land for his living could count himself a king of infinite space (...)

L’homme qui par nature dépendait de la terre pour vivre, pouvait se considérer comme le roi d’un espace infini s’il n’avait ne serait-ce qu’un bout de terre arable et des droits complets sur les communaux1.

  • 2 Ibid., p. 83-84.
  • 3 E. Carus-Wilson, « An Industrial Revolution of the Thirteenth Century », Economic History Review, 1 (...)
  • 4 Thirsk, « Industries in the Countryside… », art. cité, p. 84.

2Pour Thirsk, le bien-être de ces paysans provenait de ce que les communaux très étendus des highlands des comtés du nord de l’Angleterre se prêtaient à l’élevage, qui laissait le temps pour toute une panoplie d’activités non-agricoles, dont le tissage2. Pour elle, le développement de l’industrie textile rurale trouvait son origine dans le temps libre de ce « paysan avec peu de terre ». Ses moors et downs rendaient certes de piètres moissons de céréales nobles, mais la faiblesse du pouvoir seigneurial et ses droits fermement établis sur les grands communaux permettaient une pluriactivité qui avait l’avantage de le protéger des aléas du climat et des crises frumentaires périodiques. C’était particulièrement le cas dans les régions de gavelkind, comme le Kent, où l’égalité entre héritiers encourageait la solidarité familiale comme communauté de travail, d’autant que les communaux ne se divisaient pas. Thirsk prenait ainsi position contre E. Carus-Wilson, dont l’approche classique défendait l’existence de ressources naturelles, notamment l’énergie hydraulique, comme cause principale de la ruralisation de l’industrie3. Pour Thirsk, la disponibilité de la main-d’œuvre, libérée des contraintes du cycle agraire de la monoculture céréalière, était, dans le développement de ce qu’on appellera plus tard la proto-industrie, plus importante que les facteurs de localisation des ressources et des marchés, et ce, dès le xiiie siècle4.

  • 5 F. Mendels, « Proto-Industrialization: the First Phase of the Industrialization Process », The Jour (...)
  • 6 C. M. de La Roncière, « Pauvres et pauvreté à Florence au xive siècle », dans M. Mollat (éd.), Étu (...)
  • 7 Kriedte, Industrialization before Industrialization, op. cit., p. 12-13.
  • 8 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, Em (...)
  • 9 Thirsk, « Industries in the Countryside… », art. cité ; R. H. Britnell, The Commercialisation of En (...)

3Thirsk n’était pas une romantique et cet optimisme à l’égard du paysan possédant peu de terres est à souligner. Pionnier, son article fut le précurseur d’une historiographie de la « proto-industrialisation », foisonnante à partir de la publication en 1972 de la thèse de F. Mendels sur les campagnes flamandes au xviiie siècle5, mais radicalement différente de la vision de la paysannerie de Thirsk. Pour faire bref, la « proto-industrialisation » décrit une première phase de la révolution industrielle lancée dans les campagnes de l’Europe occidentale à l’époque moderne dans les « régions montagneuses stériles » (barren mountain regions). Comme dans la thèse de Thirsk, la disponibilité de la main-d’œuvre paysanne dans ces régions en était le ressort principal, mais au contraire de ses paysans des highlands, les paysans de la « proto-industrialisation » étaient pauvres. On peut rapprocher cette pauvreté de « l’indigence travailleuse » décrite par C. M. de La Roncière dans les campagnes florentines du xive siècle6. Le chef de famille paysan qui n’avait pas les terres nécessaires pour faire manger sa famille était contraint de trouver une activité salariée ou artisanale et l’augmentation du nombre de paysans « indigents travailleurs » dans les campagnes de la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne était le moteur de l’expansion de l’industrie rurale et, éventuellement, de la révolution industrielle. La lecture marxisante de ce phénomène par P. Kriedte soutient que les valeurs d’échange déplacent les valeurs d’usage dans les campagnes tardo-médiévales, menant à la destruction des structures féodales qui maintenaient intacts les biens des tenanciers7. Moins doctrinaire, G. Duby décrit aussi, et pour une époque antérieure, comment l’introduction de l’échange dans l’économie paysanne à la fin du xiie siècle assouplit les structures féodales et les cycles familiaux qui contrôlaient la circulation de la terre, ouvrant la voie à la perte des terres par des paysans endettés8. Les thèses des tenants de la proto-industrialisation s’avéreraient en partie valables pour le Moyen Âge à partir du xiiie siècle. Cela dit, la pauvreté n’est pas forcément le seul résultat du développement des échanges dans les campagnes, notamment dans la perspective smithienne des historiens anglais de la commercialisation. L’expansion des marchés et de la masse monétaire entre les xiie et xive siècles a contribué à un essor de l’économie européenne par le développement de la spécialisation. La circulation croissante d’argent dans les campagnes stimulait la diversification d’activités économiques souvent complémentaires, parce que saisonnières, et cette polyvalence était particulièrement marquée dans les régions de montagne, pauvres en cultures, mais riches en élevage, en céramique, en métallurgie et en bois9.

  • 10 P. Braunstein, s. v. « Artisans », dans J. Le Goff, J.‑C. Schmitt (éd.), Dictionnaire raisonné de l (...)

4Les analyses de Thirsk conduisent donc à des conclusions opposées à celles de Mendels et de ses partisans. Soit, selon la thèse de la proto-industrialisation, l’artisanat rural dans les régions peu propices à la céréaliculture est un pis-aller pour des paysans pauvres ne pouvant éviter de rejoindre les rangs d’un prolétariat rural, soit, selon la thèse de Thirsk, suivie par certains historiens de la commercialisation, les gains de productivité réalisés grâce à la division du travail et à la polyvalence leur permettent de survivre, voire de prospérer lorsqu’ils peuvent jouir d’un accès à des ressources non-céréalières sur des terres communales. Je voudrais explorer ces deux pistes au travers de quelques études récentes et d’un exemple tiré des archives de Provence, afin de percevoir quels contextes historiques permettaient aux paysans sans, ou avec peu de terre, de manger à leur faim et d’entretenir la reproduction familiale. Laissant de côté la distinction entre artisanat et production industrielle formulée par P. Braunstein – nécessaire et importante pour faire comprendre les formes de production industrielle au Moyen Âge –, je m’intéresserai ici à toute forme de travail rural liée à la production non-agricole dès lors qu’elle participe à une économie spécialisée10.

  • 11 Avec des exceptions : si les potiers de Crockerton possèdent de la terre, ceux des villages normand (...)
  • 12 F. Menant, M. Bourin, « Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale », dan (...)
  • 13 C. Dyer, « The Experience of Being Poor in Late Medieval England », dans A. M. Scott (éd.), Experie (...)
  • 14 J. L. Gaulin, F. Menant, « Crédit rural et endettement paysan dans l’Italie communale », dans M. Be (...)

5Les paysans-artisans sont, le plus souvent et comme leur nom l’indique, des acteurs polyvalents11. Leur travail les met dans une situation de dépendance vis-à-vis du marché, une dépendance périlleuse puisque leur alimentation, comme celle des citadins, dépend ainsi des « droits d’accès » au marché des grains, que les perturbations climatiques et les oscillations des marchés rendent aléatoires12. Leurs revenus dépendent du marché également sensible de la demande locale, urbaine, voire internationale, sujette à des cycles courts qui sont particulièrement saccadés au xive siècle à cause de chocs climatiques et sanitaires et des crises financières et politiques. Cela dit, comme Thirsk le soutient, la polyvalence est un atout dans une économie agraire où une mauvaise moisson, surtout lors des disettes généralisées, menace le paysan moyen, ou même riche, d’un endettement qui peut, à la suite de plusieurs épisodes semblables, aboutir à une pauvreté réelle et, dans le pire des cas, à la perte définitive de ses terres13. Or, le « pire des cas » arrive fréquemment en Angleterre dans la première moitié du xive siècle et notamment lors de la Grande Famine, tandis qu’en Italie du Nord, en particulier en Toscane, l’expropriation de la paysannerie par l’usure urbaine est un mal du siècle qui pousse beaucoup de paysans à rejoindre les rangs d’un prolétariat salarié entre les xiiie et xive siècles14. La polyvalence est donc une stratégie économique visant à éviter l’appauvrissement dans une société agraire incertaine.

  • 15 Pour P. Braunstein, les salariés sans qualification ne sont pas des artisans. Ceci dit, des artisan (...)

6La réussite de cette stratégie dépend de la nature des relations sociales qui structurent le rapport entre le paysan polyvalent, ses ressources et les marchés. Il n’est pas question d’interroger tous les cas de figure, mais je vais prendre quelques exemples. L’approche des historiens de l’artisanat distingue trois modèles de relations entre le producteur et le marché. Dans le premier, le Verlagssystem (en anglais, putting-out), l’artisan est plus ou moins dépendant du marchand et pour l’approvisionnement en matières primaires et pour ses débouchés. Dans le deuxième, le Kaufsystem, l’artisan est autonome, puisqu’il se procure lui-même la matière première et contrôle l’écoulement des produits, soit aux consommateurs, soit aux grossistes, notamment sur les marchés publics. Dans ces deux cas, l’unité de base est l’atelier ou le lieu de production familiale incorporant éventuellement des apprentis et des valets. Enfin, il y a le salariat simple où l’ouvrier, spécialisé ou non, travaille pour un artisan ou un entrepreneur qui organise et finance l’unité de production. Si cette typologie a le mérite de hiérarchiser la gamme des possibles entre la dépendance totale du marchand-entrepreneur et l’accès direct aux marchés d’approvisionnement et d’écoulement, elle est loin d’épuiser l’ensemble des situations que l’on rencontre dans les faits15.

  • 16 J. M. Yante, « Recrutement entrepreneurial, financement industriel et pluriactivité entre Meuse et (...)
  • 17 Ibid., p. 20-22.

7Par exemple, la métallurgie et l’activité minière entre Meuse et Moselle, en Normandie, en Allemagne, en Lombardie, dans la province de Trente et en Angleterre sont souvent organisées, vers le début du xiiie siècle, dans un cadre associatif similaire aux communautés d’habitants, avec le même esprit égalitaire de partage des risques et des bénéfices que l’on trouve dans les contrats d’association marchande ou dans les consorteries familiales16. En Normandie, en Moselle et en Lombardie, ces groupes réussissent à se financer et à distribuer leur production et surtout, à défendre leurs intérêts face aux marchands de la ville. Si à Massa Maritima au xiiie siècle, la puissante famille des Gherardesca, seigneurs de Rocca San Silvestro, imposait un contrôle sur la transformation du minerai argentifère extrait par les habitants du village, l’archéologie suggère que les habitants jouissaient néanmoins d’un niveau de vie élevé17.

  • 18 Les inventaires de Trets en regorgent, AD13, 396E ; pour la chaux, un exposé remarquable dans Vasch (...)
  • 19 Héricher, Potiers et poteries…, op. cit.
  • 20 Champagne, L’artisanat rural, op. cit.

8La métallurgie est exceptionnelle par l’ampleur de la spécialisation régionale qu’elle peut engendrer et par l’importance de ses besoins techniques en capital. L’envergure des investissements tend à creuser l’écart entre entrepreneurs et artisans à la fin du Moyen Âge dans les Pyrénées étudiées par C. Verna. Mais la plupart des activités rurales non-agricoles sont moins exigeantes en capital et géographiquement plus diffuses. La vie quotidienne exige, par exemple, une vaisselle en céramique et en bois, omniprésente dans les inventaires des paysans provençaux au xive siècle, et le développement d’habitats bâtis dans les villes et les villages à partir du xiie siècle donne une impulsion très forte à la demande en matériaux de construction : bois d’œuvre, tuiles, chaux, pierre et verre18. L’approvisionnement en produits non-métalliques est souvent local puisque les matières premières se trouvent presque partout et le prix du transport de ces produits lourds est élevé. Quelques études récentes sur les artisanats de ce type mettent en valeur l’autonomie des acteurs. Les statuts des potiers de Bayeux vers 1500 reflètent une tradition plus ancienne d’une industrie rurale exceptionnelle tant par sa spécialisation que par son organisation de la distribution. Il s’agit d’une activité certes domestique, mais hautement structurée par des statuts qui, à l’instar des guildes urbaines, ont pour but d’éviter la concurrence, notamment autour de la distribution. Ces potiers sont spécialisés au point qu’ils n’ont pas d’activité agricole19. Ailleurs, bien que l’on connaisse des concentrations de production en Poitou-Charentes, en Angleterre et en Provence, les artisans continuaient d’avoir des activités agricoles. En Haut-Poitou, les potiers travaillaient dans le cadre villageois pour le marché local, tandis que les tuiliers fournissaient les chantiers de construction par le biais de prix faits : ni l’un ni l’autre ne dépendait d’intermédiaires commerciaux. Largement autonomes, ces potiers, tout comme les autres artisans ruraux du Haut-Poitou au xve siècle, étaient également paysans. Comme le souligne Alain Champagne, en effet « pour tous les artisans indépendants, l’agriculture est toujours complémentaire de l’artisanat, quel qu’il soit20 ».

  • 21 D. Foy, Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, CNRS, 1988, p. 16-(...)
  • 22 Ibid.
  • 23  Vaschalde, Cuire la pierre…, op. cit., p. 503 et suiv. ; S. Burri, Vivre de l’inculte, vivre dans (...)

9En Provence, l’archéologie fournit d’excellents renseignements sur l’économie rurale avant le xve siècle en dehors de l’agriculture et l’élevage : elle révèle une abondance d’activités dont on peine à trouver les traces dans les archives21. La verrerie médiévale, telle que décrite par des sources écrites tardives, apparaît comme un artisanat paysan dominé par des marchands, dont dépendent les artisans pour l’approvisionnement en matières premières indispensables, comme la soude22. En revanche, deux thèses d’archéologie récentes décrivent une paysannerie polyvalente qui exploite les ressources de la terre gaste de façon autonome. Celle de C. Vaschalde sur les chaufourniers présente une activité répandue dans toute la Provence médiévale. Saisonnière, elle était certainement l’occupation de paysans polyvalents qui semblaient, le plus souvent à la fin du Moyen Âge, distribuer leur production directement aux consommateurs. La chaîne opératoire complexe de la production de la chaux exigeait une expertise technique et une organisation de la main-d’œuvre considérables. La thèse de S. Burri montre, quant à elle, l’extraordinaire variété des activités paysannes dans les forêts et les maquis provençaux à la même période et confirme la très large autonomie de ces acteurs dans les contrats qui commencent à apparaître après 140023.

  • 24 J. L. Bonnaud, J. Drendel et al., L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Basse Provence (1332 (...)
  • 25 Ibid., p. 1-254 ; sur le B1100, naguère étudié par T. Sclafert dans Cultures en Haute-Provence : dé (...)
  • 26 Ibid. ; pour l’analyse démographique, voir Drendel, Bonnaud et al., L’enquête générale…, op. cit., (...)
  • 27 Sclafert, Cultures en Haute-Provence…, op. cit.
  • 28 Le partage des pacages entre terroirs communaux est attesté par de nombreux accords conclus entre c (...)

10Les enquêtes comtales étudiées par T. Sclafert et complétées par les enquêtes de Leopardo da Foligno, que j’ai éditées avec J. L. Bonnaud, fournissent également quelques renseignements précieux sur la valeur des droits possédés par les habitants de la basse Provence sur les incultes au début de xive siècle. En 1311, la cour de Brignoles, une bourgade royale de 440 feux en 1332, ouvrit une enquête suite à une plainte formulée par la communauté. L’enquête visait des individus que celle-ci accusait d’avoir transformé, avec la connivence des officiers royaux, un certain nombre de terres communales du massif de Bonnegarde, au sud du terroir, en tenures d’acapte, l’équivalent de la tenure emphytéotique24. Le registre B1100 des Archives départementales des Bouches-du-Rhône contient les témoignages de 62 personnes en 1311-1312 concernant ces usurpations, qui peuvent être croisés avec ceux de deux autres enquêtes réalisées par Leopardo da Foligno en 1332-133325. Ces témoignages affirmaient la jouissance collective de droits étendus sur les biens communaux, assise sur une longue tradition. Les paysans avaient ainsi le droit de pacage pour leurs animaux, sans mention de limite, et le droit de rompere, lignare, glanneiare et fusteirare, c’est-à-dire d’essarter, de prendre du bois de chauffe pour les habitations et pour l’artisanat et, enfin, de faire la cueillette, en particulier des châtaignes et de la caroube, mais aussi d’autres produits sylvicoles. On pouvait dès lors ramasser librement du bois si l’on ne coupait pas les arbres au pied ou si l’on n’y montait pas, et seules les cultures d’essart devaient une redevance, la tasque, soit le onzième de la récolte pour les céréales diverses : orge, palmole, conségal, millet, gesses, avoine et fèves. T. Sclafert, qui a découvert le registre B1100, met l’accent sur l’extension des cultures aux dépens de la forêt26. Cependant, l’éventail des activités mentionnées est plus large : l’élevage des troupeaux d’ovins, de bœufs, de chevaux et de chèvres bien entendu, mais aussi la chasse aux lapins, lièvres, renards, écureuils, perdrix et autres gibiers27. Trois hommes de Camps devaient une amende parce qu’ils avaient construit un four à chaux sur l’un des terrains privatisé, ce qui suggère que la pratique était libre sur la terre gaste, non seulement pour les habitants de Brignoles, mais aussi pour les voisins du massif forestier28.

  • 29 Drendel, Bonnaud et al., L’enquête générale…, op. cit., p. 29.
  • 30 AD13, B1100, fol. 42 et 73.
  • 31 J. P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval. La Vésubie (xiiie-xve siècles), Ni (...)

11Ce dernier est le principal enjeu du conflit : avec la connivence des officiers de cour, des individus ont pu en soustraire, dès la fin de xiiie siècle, des parcelles entières. La fraude était massive puisque le nombre de parcelles tenues du roi en acapte emphytéose est passé de 300 sétérées en 1251, à quelque 1 675 sétérées en 1332, dont 1 278 devaient la tasque, qui est justement la redevance perçue sur les essarts. La plupart de ces terres à tasque se situaient aux alentours du massif de Bonnegarde29. Les hommes de ces communautés ont réagi contre ce qu’ils considéraient comme une usurpation par des violences à répétition contre ces biens « privatisés ». Ces razzias visaient surtout les ressources sylvicoles que cette privatisation retirait de l’usage commun : un témoin raconte la destruction de 500 arbres sur les terres de Pierre Sestaron. Les arbres, que l’on prend le soin d’identifier quand il s’agit des chênes rouvres, rendaient ces opérations très lucratives : un témoin relate qu’Hugues Hugonis paya 100 sous à la cour royale en 1311 pour mettre en acapte une silva qu’il revendit pour 25 livres de vieux coronats. Le bénéfice est sans doute exagéré, mais un autre témoin le confirme et mentionne un autre exemple de parcelle transformée en acapte par la cour pour quatre livres et ensuite revendue par le nouveau tenancier pour 30 livres30. L’enquête révèle ainsi la valeur économique de la forêt au début du xive siècle, valeur qu’on connaît par ailleurs grâce à l’étude de S. Burri qui dévoile l’importance du bois comme combustible pour les artisanats de feu, comme bois d’œuvre pour la construction, la tonnellerie (au moment où les superficies plantées en vignes explosent), les tourneurs, et comme matière primaire industrielle pour le tannage, la poix, la teinture avec des coccinelles kermès, jusqu’à la commercialisation de la thée (le bois de résineux gorgé de sève) pour faire les torches des pêcheurs de nuit du littoral provençal31.

  • 32  Guillem Ruffi et Guillem Honorat ne possèdent rien ; Raimun Symon a un petit troupeau, AD13 B1100, (...)

12Comme dans les villages des highlands décrits par J. Thirsk, les habitants de Brignoles possèdent et exploitent des droits substantiels sur les terres incultes : libres ou peu imposées, ces ressources sont tellement rentables qu’elles font l’objet de contestations violentes. Or, si certains témoins n’ont nichil à déclarer, les treize exploitants de la terre gaste qui déposent contre la partie adverse possèdent des biens et si l’un d’eux n’a que 14 brebis et un mouton, les autres exploitants des communaux déclarent posséder en moyenne 56 livres, sans doute en référence à un livre d’estime32. Ce sont donc certainement des possédants modestes – certains essartent à la main –, mais leur accès aux ressources semble tellement compter qu’il devrait nous inciter à réévaluer le caractère exact de leur pauvreté. Si les exploitants de l’inculte de Brignoles payaient en effet des impôts au roi sur les biens immobiliers, inscrits sans doute dans un livre d’estime, le produit de la chasse, de la cueillette et de l’élevage éventuellement en était exempté. Même s’il faudrait examiner davantage encore, et si possible, les structures de la commercialisation de ces produits, dans l’état actuel de la recherche, le paysan de Brignoles avec peu de terres apparaît donc comme un acteur polyvalent, mi-paysan, mi-artisan et vendeur autonome des fruits de son activité.

  • 33 Drendel, « Note sur l’exploitation », art. cité ; Cultures en Haute-Provence…, op. cit., p. 31 ; N. (...)

13La suite du procès révèle que le paysan de Brignoles n’était pourtant pas tout à fait king of infinite space, comme son pair de Westmorland au xviie siècle. La sentence rendue en 1315, sous prétexte d’affirmer les droits de la communauté, a en effet considérablement limité cette dernière aux terres effectivement cultivées en essart. T. Sclafert juge donc que le résultat fut l’extension du culte au détriment de l’inculte. Je ne partage pas cette opinion car l’écologie de ces espaces ne permettait pas une mise en culture permanente : l’enjeu fondamental était les ressources de la forêt, mais mettons cela de côté33. Ce que je retiens ici, c’est la nécessité de poursuivre, par d’autres recherches, l’hypothèse que les multiples activités ouvertes aux paysans de terroirs comme celui de Brignoles, dont les droits communaux étaient étendus et peu imposés, ne permettaient pas de les situer comme « pauvres » seulement parce qu’ils ne possédaient que peu de terre.

Notes

1 A man who looked naturally to the land for his living could count himself a king of infinite space if he had no more than a small piece of arable and unstinted common rights, J. Thirsk, « Industries in the Countryside », dans F. J. Fischer (éd.), Essays in the Economic and Social History of Tudor and Stuart England, Cambridge, Cambridge University Press, 1961, p. 70-88, ici p. 83.

2 Ibid., p. 83-84.

3 E. Carus-Wilson, « An Industrial Revolution of the Thirteenth Century », Economic History Review, 11, 1941, p. 31-60, réimpr. dans id., Medieval Merchant Venturers. Collected Studies, Londres, 1954, Methuen, p. 183-211.

4 Thirsk, « Industries in the Countryside… », art. cité, p. 84.

5 F. Mendels, « Proto-Industrialization: the First Phase of the Industrialization Process », The Journal of Economic History, 32, 1972, p. 241-261 ; « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un changement de perspective », Annales HSS, 39, 1984, p. 977-1008. Cette thèse a reçu une interprétation marxisante de la part de P. Kreidte, H. Medick et J. Schlumbohm dans l’introduction d’un groupe d’études publiées en allemand en 1977 et en anglais en 1981 et qui fit date : P. Kriedte et al. (éd.), Industrialization before Industrialization: Rural Industry in the Genesis of Capitalism, Cambridge, CUP, 1981, p. 3-31. D. C. Coleman fait une excellente critique de celle-ci dans « Proto-Industrialization: A Concept Too Many », The Economic History Review, 38, 1983, p. 435-448.

6 C. M. de La Roncière, « Pauvres et pauvreté à Florence au xive siècle », dans M. Mollat (éd.), Études sur l’histoire de la pauvreté, Paris, Publications de la Sorbonne, 1974, t. 2, p. 662-666.

7 Kriedte, Industrialization before Industrialization, op. cit., p. 12-13.

8 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, Empire, ixe-xve siècles). Essai de synthèse et perspectives de recherches, Paris, Aubier, 1962, t. 1, p. 220-274.

9 Thirsk, « Industries in the Countryside… », art. cité ; R. H. Britnell, The Commercialisation of English Society, Cambridge, CUP, 1993 ; J. Masschaele, Peasants, Merchants and Markets: Inland Trade in Medieval England, 11501350, New York, St. Martin’s Press, 1997, p. 101; C. Dyer, « L’industrie rurale en Angleterre des années 1200 à 1550 : géographie, sociologie et organisation de la production et des marchés », dans J. M. Minovez, C. Verna, L. Hilaire-Pérez (éd.), Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne. XXXIIIe journées internationales de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2013, p. 47-52 ; J. Hatcher et M. Bailey confrontent les thèses marxisante et smithienne dans J. Hatcher, M. Bailey, Modelling the Middle Ages. The History and Theory of England’s Economic Development, Oxford, Oxford University Press, 2001.

10 P. Braunstein, s. v. « Artisans », dans J. Le Goff, J.‑C. Schmitt (éd.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 67-77 ; P. Braunstein, « L’industrie à la fin du Moyen Âge: un objet historique nouveau ? », dans L. Bergeron, P. Bordelais (éd.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie, Paris, Belin, 1998, p. 25-40.

11 Avec des exceptions : si les potiers de Crockerton possèdent de la terre, ceux des villages normands entre la Vire et l’Orme du xve s. n’ont pas de temps disponible pour vaquer à des activités de paysans, A. M. Flambard-Héricher et al., Potiers et poteries du Bessin : histoire et archéologie d’un artisanat rural du xiie au xxe siècle en Normandie, Caen, CRAHM, 2002, p. 207.

12 F. Menant, M. Bourin, « Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale », dans M. Bourin, J. Drendel, F. Menant (éd.), Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, Rome, EFR, 2011, p. 9-33, ici p. 20-21.

13 C. Dyer, « The Experience of Being Poor in Late Medieval England », dans A. M. Scott (éd.), Experiences of Poverty in Late Medieval and Early Modern England and France, Farnham, Ashgate, 2012, p. 19-39, ici p. 33.

14 J. L. Gaulin, F. Menant, « Crédit rural et endettement paysan dans l’Italie communale », dans M. Berthe (éd.), Endettement et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne. XVIIe journées internationales de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998, p. 35-68, ici p. 66-67 ; P. Schofield, « The Social Economy of the Medieval Village in the Fourteenth Century », Economic History Review, 61, 2008, p. 38-63, ici p. 47-49 ; G. Pinto, La Toscana nel tardo medioevo: ambiente, economia rurale, società, Florence, Sansoni, 1982, p. 207 ; G. Cherubini, Signori, contadini, borghesi: ricerche sulla società italiana del basso Medioevo, Florence, Nuova Italia, 1974, p. 73.

15 Pour P. Braunstein, les salariés sans qualification ne sont pas des artisans. Ceci dit, des artisans peuvent être des salariés, notamment dans les entreprises rurales : voir C. Verna, « Pour une approche biographique de l’entreprise rurale au Moyen Âge », dans Minovez, Les industries rurales, op. cit., p. 77-88, ici p. 78-81 ; P. Braunstein, « Artisanat… », art. cité. Deux travaux récents insistent sur la nécessaire implication d’un salariat diversement qualifié dans les chaines opératoires de la production rurale, mais peu présent dans les sources écrites, C. Vaschalde, L’art de cuire la pierre en France méditerranéenne à la fin du Moyen Âge : approche interdisciplinaire d’un artisanat méconnu, la chaufournerie, mémoire de thèse dirigé par A. Durand et J. Thiriot, université Aix-Marseille II, 2013, t. 1, p. 352-419 ; A. Champagne, L’artisanat rural en Haut-Poitou, Rennes, PUR, 2007, p. 16.

16 J. M. Yante, « Recrutement entrepreneurial, financement industriel et pluriactivité entre Meuse et Moselle (xive-xvie siècle) », dans Minovez, Les industries rurales…, op. cit., p. 129-144, ici p. 134 ; M. Arnoux, Mineurs, férons et maitres de forge : études sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge, xie-xve siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1993 ; R. Francovich, C. Wickham, « Uno scavo archeologico ed il problema dello sviluppo della signoria territoriale: Rocca San Silvestro ei rapporti di produzione minerari », Archeologia medievale, 21, 1994, p. 7-30, ici p. 15.

17 Ibid., p. 20-22.

18 Les inventaires de Trets en regorgent, AD13, 396E ; pour la chaux, un exposé remarquable dans Vaschalde, Cuire la pierre…, op. cit., p. 490.

19 Héricher, Potiers et poteries…, op. cit.

20 Champagne, L’artisanat rural, op. cit.

21 D. Foy, Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, CNRS, 1988, p. 16-17 ; Vaschalde, Cuire la pierre…, op. cit., p. 28-41.

22 Ibid.

23  Vaschalde, Cuire la pierre…, op. cit., p. 503 et suiv. ; S. Burri, Vivre de l’inculte, vivre dans l’inculte en basse Provence centrale à la fin du Moyen Âge. Histoire, archéologie et ethnoarchéologie d’un mode de vie itinérant, mémoire de thèse dirigé par A. Durand, université Aix-Marseille II, 2012, p. 166 et suiv.

24 J. L. Bonnaud, J. Drendel et al., L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Basse Provence (1332), Paris, CTHS (Documents inédits sur l’histoire de France, t. 69), 2014, p. 34.

25 Ibid., p. 1-254 ; sur le B1100, naguère étudié par T. Sclafert dans Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1959, p. 25 et suiv.

26 Ibid. ; pour l’analyse démographique, voir Drendel, Bonnaud et al., L’enquête générale…, op. cit., p. 33-42.

27 Sclafert, Cultures en Haute-Provence…, op. cit.

28 Le partage des pacages entre terroirs communaux est attesté par de nombreux accords conclus entre communautés entre les xiiie et xve siècles, voir Burri, Vivre de l’inculte…, op. cit., p. 334.

29 Drendel, Bonnaud et al., L’enquête générale…, op. cit., p. 29.

30 AD13, B1100, fol. 42 et 73.

31 J. P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval. La Vésubie (xiiie-xve siècles), Nice, Centre d’études médiévales de Nice, 1990, p. 283 ; J. Drendel, « Note sur l’exploitation de la terre gaste dans le finage de Brignoles au xive siècle », dans T. Pécout, N. Coulet (éd.), Hommage à Jean-Paul Boyer, Marseille, Fédération historique de Provence, 2014, p. 371–379 ; pour l’expansion de la viticulture, voir P. L’Hermite-Leclercq, Le monachisme féminin dans la société de son temps : le monastère de La Celle (xie-début du xvie siècle), Paris, Éditions Cujas, 1989, p. 139 ; J. Drendel, « Le marché de la terre dans la Haute Vallée de l’Arc au début du xive siècle », dans L. Feller, C. Wickham (éd.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, EFR, 2005, p. 429-444, ici p. 439-440.

32  Guillem Ruffi et Guillem Honorat ne possèdent rien ; Raimun Symon a un petit troupeau, AD13 B1100, fol. 45, 97v, 80. On ne sait pas si le bétail et d’autres immeubles étaient « allivrés » – inclus comme biens imposables – dans le cadastre de Brignoles du début du siècle, mais le fait que Raimun Symon déclare ses brebis plutôt qu’un montant en livres et sous laisse douter. Deux éléments de comparaison : un témoin noble en 1311 possédait 800 livres de biens et Pierre Sestaron, l’un des plus riches propriétaires de Brignoles possédait 400 livres de biens dans le livre d’estime en 1332, AD13 B1100, fol. 30 ; Drendel, Bonnaud et al., L’enquête générale…, op. cit., p. 90.

33 Drendel, « Note sur l’exploitation », art. cité ; Cultures en Haute-Provence…, op. cit., p. 31 ; N. Carrier et F. Mouthon constatent l’extension de l’espace cultivé en Dauphiné au début du xive siècle par un procédé de privatisation analogue, N. Carrier, F. Mouthon, Paysans des Alpes : les communautés montagnardes au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010, p. 72-75.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search