Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

De jeunes roturiers destinés à la carrière ecclésiastique

(diocèse de Vic, Catalogne, 1250-1315)

Lluís To Figueras

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre du sous-projet de recherche « Crédito y mercado de la tierra en (...)
  • 2 Ce phénomène a été bien analysé dans un article riche et suggestif d’E. Anheim, F. Menant, « Mobili (...)
  • 3 P. Bonnassie, J. P. Illy, « Le clergé paroissial aux ixe-xe siècles dans les Pyrénées orientales et (...)

1Au xiiie siècle, dans les régions de la Méditerranée occidentale, l’apprentissage des rudiments de l’écriture fut rendu plus facile par la présence de maîtres et de petites écoles dans un grand nombre de petites villes1. Les familles qui en avaient les moyens pouvaient de plus en plus envisager d’offrir à leurs enfants une formation leur permettant, entre autres, d’accéder à la cléricature. Dans un contexte de mobilité sociale accrue, l’Église offrait des possibilités d’ascension sociale ou de résistance à la mobilité descendante à des cadets issus de familles non nobles2. Pour celles-ci, l’accès à la carrière cléricale était perçu comme l’apprentissage d’un métier qui demandait un investissement de la part des familles d’origine. Mais les dépenses entraînées par la formation des futurs prêtres et la longueur du parcours se situaient à un niveau bien supérieur que la plupart des autres métiers. Les sources catalanes permettent d’observer de près ces choix à la portée de familles provenant de groupes sociaux assez divers. La présence de membres des élites rurales parmi ceux qui voulaient faire suivre à leurs enfants une carrière ecclésiastique et leur donner parfois une formation universitaire est un phénomène remarquable. Il prouve jusqu’à quel point le monde paysan pouvait être inséré dans une culture que l’on a tendance à considérer comme exclusivement urbaine. Si la commercialisation des économies paysannes était très avancée vers 1300, la pénétration dans les foyers paysans de rudiments de la culture écrite et de la formation académique l’était aussi. L’intégration économique du monde des campagnes était en fait renforcée par une intégration sociale et culturelle. Bien entendu, l’accès au sacerdoce pour des enfants de familles rurales n’était pas une nouveauté au xiiie siècle. Depuis longtemps, pour les groupes les plus aisés de la société rurale, il s’agissait d’un moyen de maîtriser les ressources des églises paroissiales3.

  • 4 L. Donat, X. Marcó, P. Orti, « Els contractes matrimonials a la Catalunya medieval », dans R. Ros M (...)
  • 5 Arxiu i Biblioteca Episcopal de Vic, Arxiu de la Cúria Fumada (dorénavant ACF), vol. 3300-3308.
  • 6 Par exemple, quod provideatur Petro filio meo... quousque fuerit in etate. XXV annorum et quod adis (...)

2En vieille Catalogne, surtout parmi les familles paysannes, mais aussi dans celles des villes et bourgades, la succession était d’habitude fixée dans le contrat de mariage de l’héritier principal – souvent le premier né, sans distinction de sexe –, qui recevait l’ensemble du patrimoine familial sous réserve d’usufruit des parents. L’héritier pouvait ainsi garantir la dot de son épouse grâce à son patrimoine, au cas où il faudrait la rendre à la famille d’origine. Ce mécanisme laissait peu de marge au testament, dans lequel les individus se bornaient à des legs particuliers ou se contentaient de confirmer les décisions prises auparavant4. Entre autres, il était fréquent de stipuler lors des épousailles de l’héritier les sommes d’argent dont ses parents pourraient disposer pour en faire des legs dans leur testament, étant donné qu’elles étaient déduites du patrimoine familial. De même, dans ces arrangements, on prévoyait souvent la part légitime de l’héritage à réserver aux frères ou sœurs cadets : pour celles-ci, c’était le montant de leur dot qui était fixé d’avance, tandis qu’il s’agissait pour les frères d’une somme d’argent qui vaudrait pour leur droit à la part légitime. Or, quelques familles allèrent un peu plus loin et prévirent aussi l’apprentissage d’un métier par leurs cadets ou l’investissement nécessaire à une carrière ecclésiastique. On va se centrer ici sur les clauses concernant ce dernier aspect de l’arrangement successoral, à partir d’un échantillon conservé dans les archives de Vic, les neuf volumes consacrés intégralement aux contrats de mariage, allant de 1239 à 13155. Dans ces volumes, on trouve plus de 700 contrats de mariage d’un héritier ou d’une héritière qui fixent la succession de ses parents. Parmi ceux-ci, il y a 37 cas où la carrière ecclésiastique est envisagée pour l’un ou plusieurs des enfants : on leur accorde les moyens pour apprendre la sciencia clericalis, le magisterium clericatus ou l’officium clerecia, avant d’être promus à l’ordinem presbiteratus. On peut rencontrer des clauses tout à fait comparables dans les testaments, surtout dans les cas où ceux-ci étaient dictés avant le mariage de l’héritier ou de l’héritière, mais en général ce sont les contrats de mariage qui permettent de connaître le mieux la situation des familles concernées6.

3La mise en ordre de la succession lors du mariage de l’héritier ou de l’héritière prend tout son sens dans le cadre de la famille souche, où idéalement cohabitaient sous le même toit les membres de deux ou trois générations de couples mariés. Dans ce monde où la famille se confondait avec le foyer, tout était prévu : non seulement l’arrivée d’un conjoint, avec l’apport de ressources matérielles (la dot en argent plus un trousseau), mais aussi le départ des cadets. En effet, les filles devaient quitter le foyer familial pour se marier ailleurs et les fils devaient partir au bout d’un certain temps, en emportant avec eux une somme d’argent qui, comme la dot, servait à les écarter de l’héritage paternel. Comme le droit de rester dans le foyer familial une fois adultes n’était pas assuré pour les frères de l’héritier, même s’ils restaient célibataires, plusieurs contrats en viennent à préciser le nombre d’années durant lesquelles les enfants cadets seraient alimentés aux frais de la famille.

  • 7 ACF, vol. 3300, fol. 170 (7 février 1240).
  • 8 ACF, vol. 3300, fol. 72v (5 février 1311).
  • 9 Provideatur eum in victum et vestitum et libros et salario magistri et aliis suis necessariis compe (...)

4Ces clauses permettent de connaître les attentes des familles concernant leurs enfants. Elles montrent aussi à quel point la carrière ecclésiastique était perçue comme un bon moyen de leur garantir un avenir prometteur. Pourtant, elle impliquait un important investissement et de longues années de formation, pendant lesquelles les familles devaient subvenir aux besoins des jeunes. C’était cette dépense qui justifiait d’inclure ces clauses relatives aux arrangements successoraux. Par exemple, dans le contrat de mariage de l’héritier de la famille du mas Carreres, dans la paroisse de St. Feliuet de Terrassola et du domaine de l’abbaye de Sta. Maria de l’Estany, en 1240, ce dernier s’engageait non seulement à donner à ses frères, Pere et Guillem, 100 sous chacun lorsqu’ils auraient quinze ans et à les entretenir jusque-là dans la maison paternelle, mais aussi à leur faire suivre la carrière ecclésiastique : et interim provideatur eis usque ad dictos XV annos in manso predicto de Carreria in suis necessariis et eos doci faciamus magisterium clerecie7. D’habitude, les arrangements ne sont guère plus précis. Si dans certains cas, comme celui que l’on vient de citer, on peut tout juste signaler jusqu’à quel âge était prévu l’entretien et l’apprentissage des cadets, dans d’autres, en revanche, on précise la durée de cette formation et les coûts que l’on allait devoir supporter. Par exemple dans le contrat de mariage de l’héritier du mas Soler, de la paroisse de Gurb et du domaine de la cathédrale de Vic, il était noté que son frère Berenguer serait entretenu pendant six ans au mas familial avec aliments et vêtements, mais aussi que l’on paierait le salaire d’un maître pour lui apprendre la cléricature : quod habeat victum et vestitum et magistri salarium adiscendo clericatum per VI annos in manso nostro predicto8. La même prévision concernant les honoraires d’un enseignant apparaît dans neuf autres cas et une famille ajoute même aussi le coût des livres nécessaires à la formation du futur clerc9.

  • 10 Provideatur filio nostro in omnibus necessariis suis in dicto hospicio in sciencia clericali, famil (...)
  • 11 Le fils d’un mas de la paroisse de Sta. Eugènia de Berga recevra la provision du mas familial et ha (...)
  • 12 ACF, t. 2, fol. 130v (28 septembre 1238).
  • 13 F. Carreras Candi, « Notes dotzecentistes d’Ausona (continuació) », Boletín de la Real Academia de (...)

5Dans la plupart des cas, la formation pouvait commencer sur place, auprès de maîtres qui étaient parfois à la tête de petites écoles rurales. Mais rien dans ces sources ne permet de dire que les curés des églises paroissiales étaient les maîtres salariés responsables de cet enseignement. Par contre, il est clair que la formation pouvait commencer sans quitter le foyer familial10. Seuls quelques contrats précisent que l’enseignement aura lieu en ville, à Vic, où se trouvaient le siège de l’évêché et d’autres institutions ecclésiastiques capables de fournir un encadrement adéquat pour les futurs prêtres11. Les écoles de Vic sont mentionnées, en 1238, dans une reconnaissance de dette signée par le maître Reinaldus, qui doit verser 210 sous pro regendis scolis12. Et puis en 1257, Berenguer Bord devient le clerc responsable des écoles épiscopales (magistro scolarium), par concession de l’évêque et du chapitre. Il est chargé de garantir la présence d’un professeur de grammaire, poste occupé par maître F. de Comes, et de lui verser un salaire qui s’ajoute aux rétributions versées par ses disciples13.

  • 14 ACF, vol. 3306, fol. 94v (31 janvier 1291).
  • 15 J. M. Pons i Guri, « Constitucions conciliars tarraconenses (1229-1330) », dans id., Recull d’estud (...)
  • 16 J. Perarnau, « L’“Ordinacio studii Barchinone et rectoris eiusdem”, del bisbe Ponç de Gualba (8 nov (...)

6Il était certes possible pour certains de se rendre à Vic chaque jour s’ils n’y résidaient pas, mais, souvent, on devait trouver des maîtres dans les hameaux, hors de la ville. Par exemple, Ramon, fils de la famille Colomer, bayle du château de Múnter, doit recevoir des provisions pendant les sept ans que durera sa formation en « science cléricale » et on lui paiera le salaire d’un maître à Vic ou dans la paroisse de Múnter où il habite avec sa famille. Par conséquent, le jeune homme pouvait se déplacer en ville, cette dernière étant située à moins de 5 km du mas familial, ou on pouvait lui procurer un maître dans son village14. Il y avait sans doute déjà, dans cette région, comme ailleurs dans l’Occident médiéval, un réseau dense de petites écoles rurales et, dans chaque paroisse, les curés étaient chargés de la formation de jeunes scolares, qui pouvaient recevoir aussitôt la tonsure. D’après le concile de Lleida de 1229, dans chaque diocèse catalan, il devait y avoir non seulement une école au siège de l’évêché, mais aussi une école de grammaire dans chaque archidiaconé15. Au début du xive siècle, ce réseau minimal avait déjà été dépassé par l’implantation d’un plus grand nombre de petites écoles, du moins dans le diocèse de Barcelone, où l’on pouvait rencontrer des enseignants indépendants ou privés, capables d’offrir leurs services aux jeunes16.

  • 17 Dans cet échantillon, on trouve trois cas en tout où il est dit qu’il faut apprendre les « lettres  (...)

7De surcroît, il y avait d’autres familles qui prévoyaient une formation en « lettres » pour leurs enfants, sans faire mention de la cléricature17. Toutefois, c’était un type de formation assez proche, car elle impliquait la rémunération d’un maître et des dépenses annexes comme l’achat des livres nécessaires aux études. En tout cas vers 1300, il y avait des familles de certains mas, dans les paroisses rurales des alentours de Vic, qui investissaient pour leurs enfants dans un type de formation que l’on aurait pu croire spécifiquement urbaine.

  • 18 Si dictus Petro voluerit ire ad scolas extra Ausonam causa adiscendi dentur pro predictis victum et (...)
  • 19 Cas des familles Roquet (ACF, vol. 3303, fol. 6v, 5 avril 1275), Font de la paroisse de Seva (ACF, (...)
  • 20 ACF, vol. 3307, fol. 52 (20 janvier 1298).
  • 21 M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, 2003, t. 2, p. 870-886.

8La formation ne se limitait pas aux écoles situées à Vic ou à l’activité des maîtres agissant dans un cadre local. Plusieurs arrangements familiaux prévoyaient aussi des déplacements en dehors du diocèse, qui impliquaient des frais supplémentaires à prendre en charge par les familles. La combinaison d’une formation à Vic et d’une autre en dehors d’Osona est clairement envisagée dans le cas d’un fils de la famille Comelles, de la paroisse de Múnter. Pendant son séjour à l’extérieur, dans les « écoles », il devait recevoir une allocation de 50 sous par an, à la place des aliments et des vêtements prévus s’il restait à Osona18. Dans d’autres cas, on signalait plus spécifiquement le nombre d’années tant de la formation qui devait se dérouler à Vic ou dans le diocèse, que de celle qui devait avoir lieu ailleurs. Dans ce cas, c’est la variété qui s’imposait : par exemple, sur un laps de 10 ans, on pouvait prévoir huit ans dans le diocèse d’Osona et deux ailleurs, sept ans à Osona et trois dans les écoles, ou encore six à Osona et quatre à l’extérieur19. Pour un apprentissage d’une durée de neuf ans, on pouvait stipuler six ans in terra ista et trois ans in scolis extra terram istam. C’est le cas de l’arrangement de la famille Reial, de la paroisse de Taradell, en 129820. Même si la destination des étudiants n’est jamais explicite, tout porte à croire qu’il s’agissait des centres universitaires, écoles de plus haut niveau sises dans des régions voisines. On sait que depuis 1173, l’évêque de Gérone avait prévu des séjours à l’extérieur (in scolis) destinés aux chanoines de son chapitre afin d’améliorer leur formation, une décision qui allait être imitée peu après dans d’autres diocèses catalans21.

  • 22 Par exemple : ACF, vol. 3305, fol. 60 (8 juin 1303) ; vol. 3301, fol. 368 (10 février 1275), et sou (...)
  • 23 Doceatur eum literis per VIII annos scilicet VI in terram istam et per II annos in scholis apud Tho (...)

9Comme la formation qui se déroulait à Vic et ses alentours, celle de l’extérieur ne destinait pas exclusivement à la carrière ecclésiastique. En effet, les « écoles » ou, plus exactement, le déplacement vers celles-ci, étaient également prévus dans des cas de formation en « lettres »22. D’ailleurs dans l’un de ces cas, daté de 1292, on nous renseigne sur l’une des destinations fréquentées par les jeunes envoyés en dehors du diocèse : la ville de Toulouse. C’était l’une des universités où l’on pouvait trouver cette formation de haut niveau, qui permettait à quelques jeunes roturiers de Catalogne d’obtenir un diplôme universitaire et de compléter une formation débutée près du mas familial23.

  • 24 En plus du cas cité plus haut, l’apprentissage en « science cléricale » jusqu’à l’âge de 20 ans est (...)
  • 25 Parmi les trois cadets de la famille Coma de la paroisse de Malla, l’un est destiné à la cléricatur (...)

10Les textes ne sont pas très précis en ce qui concerne la durée totale de la formation, processus qui pouvait se terminer par l’ordination sacerdotale. Les périodes pendant lesquelles les jeunes cadets voués au sacerdoce devaient être entretenus par leurs familles sont assez variables ; elles vont de deux à vingt‑cinq ans, mais la médiane se situe à dix ans de formation, et une période de formation de dix ans ou plus aux frais des familles d’origine est accordée à plus de la moitié des jeunes. C’était en tout cas un long apprentissage, surtout si on le compare aux autres métiers également prévus comme héritage des cadets. Une longue formation concorde avec le fait que lorsque les familles s’engagent à l’assurer jusqu’à des âges précis, ceux-ci vont jusqu’à 15 ou 20 ans24. On arrive au même constat pour les cas où est envisagée une formation en « lettres », qui pouvait durer huit ans et se prolonger jusqu’à l’âge de 18 ans. Quelques familles investissaient davantage, car elles prévoyaient ce type d’enseignement pour deux de leurs enfants. Dans au moins cinq cas de l’échantillon, deux frères sont destinés à l’officium clericale ; toutefois, dans deux cas où la carrière ecclésiastique ou celle en lettres étaient bien prévues pour l’un des enfants, on empêchait les autres cadets de suivre ses pas25. Or, l’importance du choix est confirmée par les familles envisageant pour leurs enfants un métier distinct de la cléricature ou des lettres.

  • 26 Sur les métiers dans la ville de Vic : F. Carrreras Candi, « Notes dotzentistes d’Ausona », Boletín (...)
  • 27 Par exemple : quod doceatur aliquod officium quod magis addiscere voluerit consilio nostro et amico (...)

11En effet, dans le même échantillon d’arrangements successoraux de la région de Vic, 66 familles ont prévu l’apprentissage d’un métier qui, souvent, n’est pas précisé, mais laissé au choix de l’enfant concerné. Sur un total de 106 arrangements successoraux, les 40 cas où il est question d’une formation ecclésiastique ou en « lettres » représentent 37 % du total, et ceux où le choix du métier est autre, 62 %. Parmi les métiers envisagés, on cite ceux de cordonnier (sutor, sabateria), de forgeron (ferraria), de tisserand (textoria), de pelletier (pelliceria), de tailleur (sartoria) et, de façon sporadique, de tailleur de pierre (lambardie) ou de cotonnier (cotoneria)26. Mais voici ce qui est le plus saisissant : dans au moins 28 cas sur les 66 (42 %), il est spécifiquement souligné que l’apprentissage ne peut être celui de la cléricature et, dans deux autres cas, qu’il ne peut s’agir des « lettres ».27 À vrai dire, 12 familles interdisent aussi à leurs enfants d’apprendre le métier de pelletier, sans doute une autre formation longue et coûteuse. La durée de la formation pour ces autres métiers était, en général, bien inférieure aux dix ans requis pour une formation ecclésiastique moyenne. La médiane sur 71 cas est de trois ans (il y a des arrangements où il est question de plusieurs enfants) et, par exemple, dans les six contrats où le métier de tisserand est proposé, la durée de la formation à la charge de la famille ne dépasse jamais les trois ans.

  • 28 Bayles: ACF, vol. 3301, fol. 317 (1263) ; vol. 3305, fol. 17 (1286) ; vol. 3306, fol. 94 (1291) ; v (...)

12Quelles sont les familles qui avaient les moyens économiques pour destiner leurs enfants aux longs parcours d’accès à la cléricature ou à une formation littéraire ? Dans l’échantillon retenu, il n’y a que trois familles de citoyens de Vic et deux autres qui combinent un mas à la campagne avec une demeure en ville. D’autres encore se trouvent à la charnière entre les élites rurales et la noblesse : leur patrimoine comprend des fiefs et des alleux, et cinq familles exercent la fonction de bayle28. Mais la plupart de celles-ci appartiennent aux rangs de la paysannerie des mas et sont sous la dépendance d’un seigneur en tant que serfs. En d’autres mots, elles sont du même groupe social que celles qui destinaient leurs enfants à d’autres métiers. Certes, entre les deux groupes, on peut remarquer des écarts de fortune. On ne rencontre aucune famille de bayles parmi ceux qui tournent le dos à la cléricature. La médiane de la dot de l’épouse de l’héritier principal est de 900 sous dans les familles qui envisagent la formation cléricale ou en « lettres », tandis qu’elle n’est que de 600 sous pour celles qui l’excluent. Il n’empêche que, dans son ensemble, l’échantillon prouve une grande connaissance au sein des familles paysannes des possibilités offertes par l’enseignement au xiiie siècle et des contraintes économiques qu’entraînent les formations.

  • 29 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à L. To Figueras, « Systèmes successoraux et mobilité s (...)
  • 30 R. Lluch Bramon, Els remences. La senyoria de l’Almoina de Girona als segles XIV i XV, Gérone, Asso (...)
  • 31 J. Hernando Delgado, « Irregularitats per il·legitimitat i altres causes i l’accés a l’orde clerica (...)
  • 32 Mallorquí, Parròquia i societat rural, op. cit., p. 336-340 et M. Armstrong-Partida, « Priestly Mar (...)

13Des exemples proches de ceux de la région de Vic peuvent être repérés dans le diocèse de Gérone, du moins dans les alentours de la ville de Besalú, vers 1300. On remarque là-aussi qu’il y a des familles paysannes qui subviennent aux besoins de leurs enfants en ce qui concerne leur enseignement, les salaires de leurs maîtres et leurs livres, et ce, afin de les destiner à la prêtrise ou tout simplement pour leur fournir un capital intellectuel de plus en plus recherché dans la société de l’époque29. Les familles paysannes dans cette région étaient, bien souvent, soumises à une dépendance servile, mais celle-ci n’a jamais été un obstacle sérieux pour l’accès aux ordres majeurs. La seule contrainte était le prix du rachat (redimentia), qui devait être acquitté en recevant la tonsure et qui est bien attesté dans les sources du xive siècle30. Plus tard, dans le diocèse de Barcelone, un registre exhaustif et nominatif des tonsurés fait apparaître cette diversité d’origines et montre, comme on s’y attendait, que la servitude n’était pas un obstacle insurmontable31. En bref, l’accès des enfants à la cléricature et à une formation intellectuelle n’était pas soumis à des restrictions seigneuriales, mais dépendait en fait des stratégies et des moyens mis en œuvre par leurs foyers d’origine. On connaît bien la capacité d’insertion des prêtres dans les économies locales et dans les réseaux communautaires du bas Moyen Âge32. Mais cette position privilégiée n’était accessible qu’au prix d’une formation qui mettait en rapport des jeunes d’origine paysanne avec une culture de plus en plus spécialisée. Les enjeux de cette intégration culturelle n’étaient dès lors pas très éloignés de ceux qui dérivent de la commercialisation des campagnes dans l’Occident médiéval.

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre du sous-projet de recherche « Crédito y mercado de la tierra en el mundo rural y en las pequeñas ciudades de la Cataluña nororiental de los siglos XIV-XV » financé par le Ministerio de Economía y Competitividad espagnol (HAR2014-54205-C2-2-P) et du groupe de recherche de la Generalitat de Catalunya « Renda feudal i fiscalitat a la Catalunya baixmedieval » (2014 SGR 1154).

2 Ce phénomène a été bien analysé dans un article riche et suggestif d’E. Anheim, F. Menant, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au milieu du xive siècle », dans S. Carocci (éd.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, EFR, 2010, p. 341-379.

3 P. Bonnassie, J. P. Illy, « Le clergé paroissial aux ixe-xe siècles dans les Pyrénées orientales et centrales », dans P. Bonnassie (éd.), Le clergé rural dans l’Europe médiévale et moderne, XIIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1995, p. 153-166 ; R. Viader, L’Andorre du ixe au xive siècle. Montagne, féodalité, communautés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003, chapitre VII, p. 285-327.

4 L. Donat, X. Marcó, P. Orti, « Els contractes matrimonials a la Catalunya medieval », dans R. Ros Massana (éd.), Els capítols matrimonials. Una Font per a la Història Social, Gérone, Associació d’Història Rural de les Comarques Gironines, 2010, p. 19-46.

5 Arxiu i Biblioteca Episcopal de Vic, Arxiu de la Cúria Fumada (dorénavant ACF), vol. 3300-3308.

6 Par exemple, quod provideatur Petro filio meo... quousque fuerit in etate. XXV annorum et quod adiscat officium clericale, testament de 1332 cité par E. Mallorquí, Parròquia i societat rural al bisbat de Girona, segles XIII-XIV, Barcelone, Pagès Editors, 2011, p. 332.

7 ACF, vol. 3300, fol. 170 (7 février 1240).

8 ACF, vol. 3300, fol. 72v (5 février 1311).

9 Provideatur eum in victum et vestitum et libros et salario magistri et aliis suis necessariis competenter, ACF, vol. 3307, fol. 52 (20 janvier 1298).

10 Provideatur filio nostro in omnibus necessariis suis in dicto hospicio in sciencia clericali, famille Feu de Seva, vol. 3303, fol. 9, 9 juin 1275, ou provideatur sibi in dicto manso… famille Salavert de Vilalleó, vol. 3306, fol. 113, 12 novembre 1291, ou de même la famille du mas Soler de Gurb, vol. 3300, fol. 72v, 5 février 1311.

11 Le fils d’un mas de la paroisse de Sta. Eugènia de Berga recevra la provision du mas familial et habeat salarium magistri in officio clericali in vicensis civitate…, ACF, vol. 3305, fol. 39, 29 août 1287 ; cas similaires : famille du mas Humbert de Malla, ACF, vol. 3300, fol. 61, 28 décembre 1310 et famille du mas Isarn de la paroisse de Vic, ACF, vol. 3304, fol. 50v, 28 mai 1280.

12 ACF, t. 2, fol. 130v (28 septembre 1238).

13 F. Carreras Candi, « Notes dotzecentistes d’Ausona (continuació) », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 6/41, janvier-mars 1911 [1912], p. 6-32, ici p. 9-10.

14 ACF, vol. 3306, fol. 94v (31 janvier 1291).

15 J. M. Pons i Guri, « Constitucions conciliars tarraconenses (1229-1330) », dans id., Recull d’estudis d’història jurídica catalana, Barcelone, Fundació Noguera, 1989, t. 2, p. 223-387, ici p. 238.

16 J. Perarnau, « L’“Ordinacio studii Barchinone et rectoris eiusdem”, del bisbe Ponç de Gualba (8 novembre 1309) », Revista Catalana de Teologia, 2/1, 1977, p. 151-188, en particulier p. 166-169. Exemples de contrats portant sur l’enseignement des jeunes dans J. Hernando i Delgado, « L’ensenyament a Barcelona, segle XIV. Documents dels protocols notarials. Segona part: instruments notarials de l’arxiu de la catedral de Barcelona i de l’arxiu històric de la ciutat de Barcelona 1294-1400 », Arxiu de textos catalans antics, 16, 1997, p. 131-298.

17 Dans cet échantillon, on trouve trois cas en tout où il est dit qu’il faut apprendre les « lettres » aux enfants (doceatur eum litteris), ACF, vol. 3306, fol. 125v et 141v (29 janvier et 23 novembre 1292) et vol. 3300, fol. 64v (11 janvier 1311). Dans un autre cas, on dit qu’un fils scolaris sera alimenté au mas jusqu’à ses 18 ans et qu’on paiera le salaire de ses maîtres et ses livres, ce qui se rapproche du même type de formation (ACF, vol. 3300, fol. 46v, 2 mai 1310).

18 Si dictus Petro voluerit ire ad scolas extra Ausonam causa adiscendi dentur pro predictis victum et vestitum et aliis suis necessariis pro unoquoque anno dum in scolis fuerit L sol., ACF, vol. 3306, fol. 66 (19 janvier 1290).

19 Cas des familles Roquet (ACF, vol. 3303, fol. 6v, 5 avril 1275), Font de la paroisse de Seva (ACF, vol. 3305, fol. 36v, 5 mai 1287) et Horts de Seva (ACF, vol. 3306, fol. 7, 8 mai 1288).

20 ACF, vol. 3307, fol. 52 (20 janvier 1298).

21 M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, 2003, t. 2, p. 870-886.

22 Par exemple : ACF, vol. 3305, fol. 60 (8 juin 1303) ; vol. 3301, fol. 368 (10 février 1275), et sous la forme ire ad studium : vol. 3301, fol. 317 (18 septembre 1273).

23 Doceatur eum literis per VIII annos scilicet VI in terram istam et per II annos in scholis apud Tholosam (ACF, vol. 3306, fol. 141v, 23 novembre 1292).

24 En plus du cas cité plus haut, l’apprentissage en « science cléricale » jusqu’à l’âge de 20 ans est prévu pour deux frères d’une famille de citoyens de Vic : ACF, vol. 3304, fol. 144v (30 janvier 1284).

25 Parmi les trois cadets de la famille Coma de la paroisse de Malla, l’un est destiné à la cléricature et on offre aux autres l’apprentissage d’un métier de leur choix, à l’exception de la clerecia, ACF, vol. 3302, fol. 69 (27 janvier 1263). De même, la famille Vinet, qui envisageait d’envoyer l’un des siens à Toulouse, permettait aux autres d’apprendre un métier, mais autre que litteris, supra, note 22.

26 Sur les métiers dans la ville de Vic : F. Carrreras Candi, « Notes dotzentistes d’Ausona », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 5/40, octobre-décembre 1910, p. 429-479.

27 Par exemple : quod doceatur aliquod officium quod magis addiscere voluerit consilio nostro et amicorum nostrorum preter scienciam literarum, ACF, vol. 3301, fol. 2 (26 janvier 1259).

28 Bayles: ACF, vol. 3301, fol. 317 (1263) ; vol. 3305, fol. 17 (1286) ; vol. 3306, fol. 94 (1291) ; vol. 3307, fol. 1 (1296) ; vol. 3007, fol. 52 (1298). Des honores et des fiefs dans le patrimoine de la famille Pedrós avec un fils destiné à la sciencia clericalem (ACF, vol. 3301, fol. 210 (1265). Sur les élites rurales et leur rôle dans la maîtrise d’une culture pratique : J.-P. Jessenne, F. Menant, « Introduction », dans id. (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, XXVIIe journées internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, p. 7-52.

29 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à L. To Figueras, « Systèmes successoraux et mobilité sociale aux alentours de 1300. Les contrats de mariage d’Amer et de Besalú en Vieille Catalogne », dans S. Carocci (éd.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, EFR, 2010, p. 482-484.

30 R. Lluch Bramon, Els remences. La senyoria de l’Almoina de Girona als segles XIV i XV, Gérone, Associació d’Història Rural de les Comarques Gironines, 2005, p. 270-272.

31 J. Hernando Delgado, « Irregularitats per il·legitimitat i altres causes i l’accés a l’orde clerical. Diòcesi de Barcelona, segle XV », Acta Historica et Archæologica Mediævalia, 31, 2011-2013, p. 349-392, ici p. 363.

32 Mallorquí, Parròquia i societat rural, op. cit., p. 336-340 et M. Armstrong-Partida, « Priestly Marriage. The tradition of clerical concubinage in the Spanish Church », Viator, 40/2, 2009, p. 221-253.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search