Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

Les affaires de l’entrepreneur Pere Comelles

(Vallespir, xve siècle)

Catherine Verna

Texte intégral

  • 1 M. Bourin, F. Menant, L. To Figueras (éd.), Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300, (...)
  • 2 Je pense, en particulier, aux recherches que F. Menant a consacrées au notariat, aux élites rurales (...)

1Récemment, F. Menant, dans un ouvrage qu’il a codirigé avec M. Bourin et L. To Figueras, a insisté sur la place qu’occupent les entrepreneurs ruraux dans les dynamiques des années 13001. Les réflexions produites et les travaux rassemblés dans ce contexte éditorial sont un encouragement à poursuivre une enquête sur l’entreprise rurale. Or, travailler sur l’entreprise et l’entrepreneur des campagnes méditerranéennes aboutit à rassembler autour de cette figure bien des thèmes de recherche dont beaucoup ont été lancés ou encouragés par F. Menant2. C’est pourquoi, j’ai choisi de lui offrir la vie de Pere Comelles.

  • 3 Pour la bibliographie complémentaire comme pour la référence aux sources, je renvoie aux articles s (...)
  • 4 Aujourd’hui Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales).

2À partir des riches archives notariées catalanes, en particulier celles de la vallée du Tech (le Vallespir, Pyrénées-Orientales), il est possible de reconstituer la vie de certains entrepreneurs.. J’ai déjà eu l’occasion d’insister sur les conditions de rassemblement de ces morceaux d’existence et sur leur usage en histoire économique et sociale, en particulier pour une meilleure compréhension de la place de l’entreprise dans les campagnes médiévales3. Je ne reviendrai donc pas sur les questions de méthode, ni sur la définition de l’entreprise rurale. Je souhaiterais présenter simplement l’un de ces hommes que les archives révèlent au prix de patients dépouillements. Il s’agit de Pere Comelles désigné dans les sources comme drapier, boucher et marchand, associé à toutes sortes d’affaires dans le bourg d’Arles4 et aux alentours, jusqu’aux portes de la Procuration royale de Perpignan. Pere apparaît dans les actes en 1405 ; après 1448, la documentation s’interrompt, mais on sait qu’il est encore vivant en 1452 grâce à la cancellation d’un contrat qu’il avait conclu quelques années auparavant. Dès 1445, il nomme comme procurateur général son fils Joan Comelles. On peut interpréter ce texte comme une délégation de ses affaires.

3Au total, 154 actes ont été rassemblés autour de cet homme. La majorité d’entre eux sont extraits des registres notariés d’Arles et d’autres bourgs du Vallespir, en particulier de l’étude de son fils Joan Comelles. À partir de l’année 1444, les témoignages affluent et ils restituent l’activité de plus en plus étoffée de Pere Comelles. Les actes notariés enregistrent-ils alors la réussite d’un notable ou bien doit-on cette précision au fait que le notaire consulté n’est autre que le fils de Pere Comelles ? Impossible, bien évidemment, de répondre à cette question. Ce qui demeure exceptionnel, quand on compare sa biographie à celles d’autres notables des bourgs du Vallespir, c’est que son activité ait dépassé le cadre de la vallée de montagne et même de la plaine du Roussillon, pour laisser des traces dans les fonds de la Procuration royale. Au titre de la communauté d’Arles dont il est l’un des procurateurs, ou bien pour la gestion de ses affaires ou grâce aux relations amicales qu’il entretient, ses actions le portent à Perpignan dès 1418, sur la côte de la Méditerranée à Saint-Cyprien, dans la plaine du Roussillon à Bages et à Millas (dont son père était bayle) et au cœur de la montagne dans le Vallespir (à Céret, à Saint-Jean-Pla-de-Corts, à Prats-de-Mollo), dans les vallées adjacentes (versant nord : Montbolo, Corsavy, Saint-Marsal et Taillet ; versant sud : Saint Laurent-de-Cerdans) et dans le Conflent (La Bastide et Eus). Certaines de ses affaires le mènent au-delà des Pyrénées dans le cas de transferts de créances dont on sait qu’elles circulent ou lorsqu’il est en procès avec le représentant d’institutions lointaines bien que possessionnées dans le Vallespir comme avec le commandeur des Hospitaliers de Saint-Jean qui réside à Castelló d’Empúries. Néanmoins, deux espaces spécifiques correspondent aux ancrages économiques de Pere. Tout d’abord, le versant sud du Canigou, suivant un triangle Montbolo, Montferrer et Saint-Marsal. Dès 1412, Pere Comelles achète des biens (maisons, vignes, jardins) à Montbolo et à Corsavy. Il est d’ailleurs rentier des domaines de la reine à Corsavy dès 1408, puis à Montbolo. C’est dans une de ses vignes de Monbolo qu’il découvre du minerai argentifère. Dans les années 1440, il détient encore des terres à Taulis, à mi-chemin entre Saint-Marsal et Montbolo, et arrente auprès de Francesc de Rocafort, un des seigneurs de Montferrer, des cens et des tasques. L’autre point d’ancrage est Saint-Laurent-de-Cerdans, une porte vers le versant sud des Pyrénées et l’Ampurdan. Il semble s’y installer en 1416, alors qu’il prend à ferme les revenus que l’abbaye de Sainte-Marie d’Arles tire de ces montagnes et continue à y lever des droits à proximité (à Coustouges) en 1444. Au cœur de ce territoire, se situe le bourg d’Arles.

4Domicilié à Arles durant toute sa vie, Pere est très présent dans la cité de Perpignan. Son fils Joan a épousé la fille d’un marchand de Perpignan avec lequel il est en affaires et son cadet est chanoine à la cathédrale. Cependant, il est avant tout un notable fermement ancré dans le Vallespir, assurant des charges pour sa communauté et pour le roi : sub-vicaire des Bains, bayle de Prats-de-Mollo, procurateur envoyé en mission pour défendre les intérêts d’Arles et procurateur de l’hôpital chargé de la gestion des biens de cette institution communale ; il fait partie de la confrérie de saint Abdon et saint Seneze, qui est la plus prestigieuse d’Arles, réunissant les notaires, les marchands et les médecins. Le boucher Pere Comelles ainsi que deux de ses fils, Pere et Joan, en sont membres. Ainsi, Pere Comelles n’est-il pas rejeté à la périphérie du cercle des notabilités locales, comme cela semble bien être le cas pour les bouchers d’Arles, dont on ne rencontre aucun autre représentant dans cette confrérie qui rassemble les élites. Tout au contraire, il est bien inscrit en son centre et peut‑être le doit-il autant à sa filiation qu’à ses affaires, qui, de la boucherie, le portent vers d’autres activités où sa surface financière et, sans doute, ses compétences sont mises en œuvre. Pere est le fils de Domènec Comelles, rentier des grands pasquiers de la reine à Corsavy (à proximité d’Arles), qui pratique, dès la fin du xive siècle, le commerce et le crédit auprès de la petite aristocratie de Perpignan et dispose de la baylie de Millas. Pere Comelles est donc un héritier.

Pere Comelles et le commerce du fer

5Lorsque Pere Comelles est désigné comme boucher, il vient d’acheter la seigneurie de Saint-Marsal, sur les contreforts du Canigou. Il endosse alors le titre de Vénérable. Ces années semblent correspondre à l’apogée de sa réussite tant économique que sociale. « Boucher » et « Vénérable » : voilà une association qui pourrait surprendre dans les campagnes de la fin du Moyen Âge. Étonnement, alors que les actes notariés du Vallespir sont peu avares d’informations sur le statut professionnel des contractants, celles concernant Pere Comelles demeurent rares. Il est désigné comme boucher en 1444 et en 1445 et comme marchand exactement au même moment (et également comme drapier au début de sa carrière). Il participe, de fait, au paiement de la chandelle de la confrérie des bouchers, dont il est l’un des procurateurs. Pourtant, on ne le voit jamais déployer une activité relevant spécifiquement de ce métier (le plus souvent l’achat ou la location de tables de boucherie ; l’affermage des aides sur la boucherie qui procure de substantiels revenus), sinon la vente de bestiaux qui est également pratiquée par des marchands ou des paysans (sans surprise, Pere Comelles vend des porcs, des moutons, des mules, des bœufs, une jument et un roncin). Par contre, ce que Pere Comelles partage avec les autres bouchers du Vallespir, c’est l’énergie déployée dans des affaires de toutes sortes.

  • 5 C. Verna, « Qualités des fers, prix des marchés, valeur des hommes et des alliances (haut Vallespir (...)

6Les bouchers d’Arles sont au nombre de onze entre 1400 et 1450 (au moins sept durant la seule année 1445, comme le prouve une liste conservée des membres de leur confrérie) et ils ont en commun de multiplier les activités et les contrats dans des secteurs dont certains pourraient paraître à première vue bien éloignés de leur métier de boucher. Certes, ils vendent des peaux à Perpignan ; l’un d’entre eux s’est spécialisé dans la vente de la laine auprès de pareurs locaux. Toutes ces activités sont en relation directe avec la boucherie et le commerce des produits dérivés d’origine animale. Pere les partage, mais avec modération et ignore le commerce des peaux. Les liquidités dont les bouchers disposent les engagent dans le prêt et Pere est au moins une fois associé au boucher Francesc Branya pour un prêt accordé au forgeron Pere Guia (d’Arles), qui dépose en gage plusieurs tasses et coupes d’argent. C’est surtout sur le marché du fer que Pere côtoie les autres bouchers. Quelques informations sur le Vallespir sont nécessaires pour comprendre la place qu’y occupe la sidérurgie. Le Vallespir est un district industriel et le bourg d’Arles est très actif dans le domaine du commerce du fer semi-fini produit dans les moulines (forges de réduction) des alentours. Deux niveaux de marché coexistent. Le premier est celui du commerce de gros. Les marchands sont alors au nombre de sept, dont trois bouchers. Ce n’est pas à ce niveau d’échange qu’intervient Pere Comelles, mais dans le cadre du commerce au détail. Les transactions, plus nombreuses, sont dispersées entre un nombre plus important de vendeurs de fer. Pour la plupart, il s’agit de vendeurs très occasionnels pour lesquels une seule transaction a été conservée dans les sources écrites. Cependant, à ce niveau, trois bouchers sont également présents, dont Pere Comelles. Pere, comme les autres bouchers, profite sans doute des modalités d’échange communes dans le Vallespir. Les forgeurs et leurs équipes se procurent, en effet, des produits de consommation (dont de la viande) en payant avec du fer. Les bouchers sont en bonne position pour disposer de ce matériau, qu’ils aient approvisionné directement les forges et aient reçu du fer en paiement, ou qu’ils récupèrent ce fer du fait des nombreuses transactions auxquels ils se livrent et pour lesquelles l’étalon-fer est assez courant5. Ainsi, Pere Comelles, qui pratique le crédit, se fait-il parfois rembourser en fer (en 1413, par exemple). Sur une quinzaine de contrats écrits de vente de fer répartis de 1412 à 1445, les ventes qu’il conclut oscillent entre 2 et 40 quintaux, toutes pratiquées dans l’espace du Vallespir, de Prats-de-Mollo à Saint-Jean-Pla-de-Corts. Cependant, la majorité d’entre elles est inférieure à 5 quintaux et une seule vente atteint les 40 quintaux. Pere est bien un revendeur au détail qui vend du fer tout au long de sa vie, au même titre que d’autres produits de base (je pense, en particulier, aux ventes de céréales sur lesquelles je reviendrai). Ses acheteurs sont soit des artisans (comme le forgeron de Prats-de-Mollo ou celui d’Arles) soit, plus souvent, des paysans des manses avoisinants (à Arles et à Corsavy), mais aussi des muletiers qui s’adonnent, entre autres, au commerce du fer sur l’axe du Tech, à partir de Saint-Jean-Pla-de-Corts ou de Maureilles et redistribuent les barres afin d’en tirer quelque profit.

Pere Comelles et la mine d’argent

7Pere Comelles est également entrepreneur minier. La première moitié du xve siècle est connue pour l’intense activité de prospection qui s’y déploie dans le comté du Roussillon, en Vallespir et en Conflent. Cependant, la seule mine d’argent dont les sources assurent qu’elle ait été effectivement ouverte et exploitée est celle de Pere Comelles. Elle est en activité au moins de 1425 à 1468 ; récupérée par la Couronne en 1447, elle est alors désignée comme Mener real. En 1425, Pere découvre, en effet, du minerai dans sa vigne, sur le Pug d’Arles à Montbolo, un territoire où dès le xiie siècle l’abbaye bénédictine de sainte-Marie d’Arles avait extrait de l’argent. Il obtient aussitôt de la Procuration royale l’autorisation de tirer le minerai. Il est bientôt rejoint par son compère l’apothicaire Urbà Aygabella. À partir de cette date, la procédure de contrôle se met en place : enregistrement de la déclaration, visite du maître de la Secca de Valence et essai du minerai (avril et mai 1427). Il semble bien que la mine de Pere Comelles ait laissé espérer de substantiels revenus à la Couronne, au point qu’il soit question, aux origines de son exploitation, d’un contrat d’acapte signé entre le roi, Pere Comelles et Urbà Aygabella. L’association aboutit finalement en novembre 1426 entre Pere Comelles, ses deux fils, Urbà Aygabella, le boucher Bartomeu Carrera et la Couronne, association dont j’ignore la forme juridique et la teneur. Cependant, la suite des opérations permet d’affirmer que le rôle du roi ne se limite pas à une ponction fiscale sur les revenus miniers, mais que la Couronne investit dans ce projet des capitaux et du temps, à la mesure de ses attentes. Ainsi, le roi ordonne aux mineurs de Falset (mine d’argent située dans le comté de Prades, sur le versant sud des Pyrénées) de rejoindre la mine de Montbolo et il encourage l’installation d’un four de traitement : une fusina. Des marcs d’argent élaborés à partir du minerai de Pere sont transportés à la Secca de Valence. Des hommes de la Procuration sont envoyés en mission à Montbolo du 7 au 9 avril 1427, à la demande du procureur fiscal, afin d’enregistrer les biens dudit Comelles et de ses associés « à cause de la mine d’argent découverte dans la vigne dudit Comelles ». Le contrôle du capital des membres de la société confirme leur association avec le roi et sa volonté, non seulement de connaître les capacités financières de ceux avec lesquels il partage des intérêts, mais aussi de repérer leur enrichissement suspect, s’il y avait lieu. Ce contrôle s’accompagne de la nomination de Joan de Montalba, le gouverneur du roi en Sardaigne où la Couronne dispose des mines d’Iglesias, pour surveiller les revenus de la mine et faire appliquer l’accord conclu avec les Comelles et leurs associés en novembre 1426. Deux ans après sa découverte dans une vigne de Montbolo, la mine d’En Comelles suscite espoirs et convoitises.

8Aucune information sur la mine n’a été conservée entre 1427 et 1433. Si en septembre 1433, les Comelles et leurs associés travaillent toujours à Montbolo, il apparaît clairement dans les sources que leur situation est difficile. Les conditions qui leur ont été accordées par le roi en 1426 rendent délicate la poursuite de leur entreprise. La ponction fiscale exigée par la Couronne est particulièrement lourde au regard de la qualité du minerai extrait. Cet état de fait est signalé dans une licence royale accordée par la reine Marie à Francesc Desideri, en 1433. Il est alors précisé que ledit Francesc Desideri peut s’associer avec les Comelles. Ce rapprochement devrait lui permettre de profiter des connaissances des Comelles et d’Urbà Aygabella en matière de mine et, à ces derniers, de poursuivre leur entreprise selon les conditions accordées à Francesc Desideri, qui sont plus intéressantes pour les contractants. Le résultat de cette association demeure inconnu et l’exploitation des Comelles disparaît. Ont-ils abandonné leur mine ? En 1445, Antoni Comelles, le frère de Pere, obtient une nouvelle licence pour rechercher les minerais sur la vigne familiale. Il participe d’ailleurs à la désignation du gardien des mines qui est député par la Procuration royale. Quelques années plus tard, la mine semble pourtant échapper totalement et définitivement à cette famille. En 1447, elle est désignée comme Mener real et elle est concédée par le roi à des exploitants bourguignons. Elle est toujours dans la main du roi en 1468.

  • 6 C. Verna, « Être expert minier (Occident, Vallespir, xive et xve siècles) », dans L. Feller, A. Rod (...)

9On ignore quelle fut la place occupée par Pere sur le carreau de la mine et quelle a été exactement sa fonction dans l’entreprise minière, sur le fonctionnement de laquelle n’a été conservée aucune information. Contrairement à Urbà Aygabella, Pere Comelles n’aura pas d’autre aventure industrielle. Il paraît douteux que l’activité de Pere se soit résumée à une prise de participation financière et à un investissement ponctuel si courant parmi les notables du Vallespir. Outre que le minerai est extrait dans son bien, Urbà et lui sont nommément désignés par la reine comme « bons connaisseurs de la mine » et associés au fonctionnement du four de traitement du minerai argentifère qui est alors implanté à Arles en 14336. Cette activité, quelle qu’ait été sa nature précise, propulse Pere dans un monde différent de celui du bourg d’Arles. Ses horizons s’élargissent. Vers la mine d’En Comelles convergent les mineurs de Falset, les experts que sont les hommes de la Secca de Valence et même le gouverneur du roi en Sardaigne. Sans doute n’est-ce pas un hasard si, à la fin de sa vie, Pere Comelles achète la seigneurie de Saint-Marsal, qui correspond à l’espace des riches mines de fer de Batère, sur le mont Canigou. Il avait peut être pris goût à la mine.

Les autres affaires de Pere

10Ce qui caractérise l’activité de Pere Comelles, tout autant que les deux spécialités qui viennent d’être présentées et qui demeurent exceptionnelles dans le paysage social du Vallespir, c’est justement la multiplication et la diversité de ses affaires et de ses contacts. Une des caractéristiques du réseau des relations de Pere Comelles est d’ailleurs non le nombre des individus qu’il rassemble (330, ce qui l’apparente aux autres notables d’Arles), mais l’éparpillement géographique de ceux-ci et leur extrême diversité sociale. Du fait de ses affaires, Pere se saisit de toutes les activités qui s’offrent à lui pour s’enrichir.

11Rappelons que Pere est désigné comme boucher, mais qu’il l’est aussi comme marchand. Mais que vend exactement Pere Comelles ? Le commerce du bétail a déjà été cité du fait de son rapport au métier de boucher. De même, on a vu combien Pere participait à l’actif commerce du fer en barre. Or, la liste des objets ou des matériaux qu’il vend ne s’arrête pas là : en fait, Pere est l’intermédiaire dans tous les échanges qui concernent les productions du Vallespir. Ainsi, alors que la production de draps est implantée de Céret à Prats-de-Mollo, il vend de la laine peignée, de la laine filée et des teintures ; des draps. Ce sont des tisserands (Arles), des teinturiers et des pareurs (Arles et Céret) qui sont ses principaux acheteurs. Il vend également du vin et se fait rembourser un prêt en huile, dont on peut supposer qu’elle n’est pas exigée uniquement pour sa consommation personnelle, d’autant que l’huile est également utilisée en grande quantité pour le traitement des draps. Ce sont les céréales qui, après le fer, tiennent la seconde place dans les ventes qu’il opère. Il s’agit de froment, de millet et de seigle ; ses acheteurs sont des paysans, souvent détenteurs d’un manse, qui achètent au pire moment de l’année, de février à mai et parfois encore au mois de septembre. Ils sont aussi ses débiteurs du fait des prêts qu’il leur a octroyés.

12Son activité marchande porte Pere à multiplier les ventes à crédit et à pratiquer le mutuum. Comme je viens de le mentionner au sujet des ventes de céréales, ses acheteurs les plus modestes et souvent aux abois sont également ses débiteurs : cela n’est en rien surprenant. Par contre, l’éventail de ses débiteurs est large et dépasse l’espace du Vallespir et la population que constituent ses clients. Pere prête aux communautés, celle d’Arles, bien sûr, mais aussi celle de La Bastide et de Céret ; plus loin dans la plaine du Roussillon, il prête à la communauté du bourg de Millas (où, il convient de le rappeler, son père assurait la fonction de bayle) et il le fait parfois pour des sommes importantes. Il dispose également de rentes auprès de la cité de Perpignan, dont il réclame le versement. Il prête tout autant aux notables de Perpignan qu’à l’aristocratie, celle des chevaliers (le seigneur de Bages, petit bourg de la plaine du Roussillon), mais également à des familles de plus haut lignage comme les Périllos. C’est Francesc de Fenouillet, vicomte de Périllos, qui lui vend la seigneurie de Saint-Marsal. Cette vente correspond à l’aboutissement d’un long processus d’endettement. Pere devient alors, en 1440, seigneur de Saint-Marsal, sur les pentes du Canigou.

  • 7 P. Pujol i Tubau, « Un cercador de mines del segle XV », dans Obra completa, a cura de Joan Riera i (...)

13Dans un article consacré aux mines d’argent du comté du Roussillon, P. Pujol i Tubau, historien et célèbre archiviste du chapitre et de l’évêché d’Urgell, s’interrogeait sur l’identité des hommes d’Arles, alors totalement inconnus, qu’il voyait cités au xve siècle par les officiers de la Procuration royale7. Il s’agissait de Pere Comelles et d’Urbà Aygabella. Ce dernier est apothicaire. On a vu qu’il était associé à Pere pour l’exploitation de la mine d’En Comelles. Son activité dans sa forge hydraulique fait de lui un entrepreneur rural, alliant savoir, compétences, investissement financier et travail. Pere peut-il lui être comparé ? En fait, Pere Comelles correspondrait davantage à la figure traditionnelle du marchand, intermédiaire dans toutes sortes d’échanges au détail, touchant tous les secteurs économiques du Vallespir, qu’ils soient agricoles ou industriels, auxquels s’ajoutent des activités financières diversifiées : prêt, placement sous forme de rente. Il n’en demeure pas moins que, l’un comme l’autre, sont désignés comme « bons connaisseurs de la mine », laissant supposer que Pere n’a pas limité son activité minière à un investissement financier, ce qui ferait de lui davantage un rentier qu’un entrepreneur. Néanmoins, même s’il ne suffit pas à définir l’entrepreneur, l’investissement suppose des disponibilités financières qui sont souvent liées à la pluralité des activités. La pluriactivité facilite cette disponibilité et la circulation des capitaux, qu’elle fluidifie en quelque sorte, en fonction du calendrier des activités (production et marchés) et de la conjoncture : elle est un cadre favorable à la création d’entreprises. C’est à ce niveau qu’intervient la situation particulière de Pere. Cet homme, fils de notable, créancier de Francesc de Fenouillet, associé à la Couronne pour sa mine d’argent, est boucher. Or, les bouchers, grâce à leur surface financière et au réseau des correspondants dont ils disposent en parcourant les campagnes, sont, pour beaucoup d’entre eux, autant des bouchers que des entrepreneurs ruraux, intervenant dans différents secteurs de l’économie. Un fait est certain : les désignations professionnelles doivent être confrontées à la réalité des affaires, qui révèle, au-delà du métier, la pluriactivité dont on peut extraire la figure de l’entrepreneur. Pere Comelles en est un.

Notes

1 M. Bourin, F. Menant, L. To Figueras (éd.), Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300, Rome, EFR, 2014.

2 Je pense, en particulier, aux recherches que F. Menant a consacrées au notariat, aux élites rurales, à l’endettement et au crédit dans les campagnes.

3 Pour la bibliographie complémentaire comme pour la référence aux sources, je renvoie aux articles suivants, C. Verna, « Quelles sources pour quelles entreprises au Moyen Âge ? », dans S. Cavacciochi (éd.), Dove va la storia economica secc. XIIIXVIII. Atti della XLII Settimana di Studi, Prato, aprile 2010, Florence, Le Monnier, 2011, p. 6-37 ; ead., « Élites rurales, industries et fortune », MEFR, Moyen Âge, 124/2, 2012, Élites rurales méditerranéennes au Moyen Âge, p. 461-478 ; ead., « Pour une approche biographique des entrepreneurs des campagnes médiévales », dans J. M. Minovez, C. Verna, L. Hilaire (éd.), Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, XXXIIIe journées d’histoire de Flaran, Flaran, 2009, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2013, p. 77-88. C. Verna, « Entreprises rurales en Méditerranée occidentale (xiiie-xve siècles). Un programme collectif de recherche », dans G. Navarro, C. Villanueva (éd.), Industrias y mercados rurales en los reinos hispánicos (siglos XIIIXV), Murcia, Sociedad Española de Estudios Medievales, 2017, p. 203-220.

4 Aujourd’hui Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales).

5 C. Verna, « Qualités des fers, prix des marchés, valeur des hommes et des alliances (haut Vallespir, xve siècle) », dans C. Denjean (éd.), Sources sérielles et prix au Moyen Âge, Toulouse, Méridiennes, 2009, p. 354-398.

6 C. Verna, « Être expert minier (Occident, Vallespir, xive et xve siècles) », dans L. Feller, A. Rodriguez (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge (2). Savoirs, écritures, objets, Madrid, Les Éditions de la Casa de Velazquez, 2016, p. 123-135.

7 P. Pujol i Tubau, « Un cercador de mines del segle XV », dans Obra completa, a cura de Joan Riera i Simo, Andorre-la-Vieille, Editorial Andorra, 1984, p. 365-369.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search