Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

Un notaire et son petit monde dans le contado florentin du xiie siècle

Philippe Lefeuvre

Texte intégral

  • 1 Les actes consultés pour cette recherche sont presque tous conservés dans l’Archivio di Stato de Fl (...)
  • 2 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, Santa Maria d’Acquabella (Vallombrosa), 1148/07/.. (00004895) : Ite (...)
  • 3 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, San Lorenzo (Coltibuono), 1136/07/19 (00004333, RC 363) : Ego Guido (...)
  • 4 L’expression est empruntée à un livre célèbre : Wendy Davies, Small worlds: The Village Community i (...)

1Au milieu du xiie siècle, un notaire originaire, par son père, du castello de Rignano sull’Arno, une importante bourgade du comté de Florence, adressait aux moines de Santa Maria di Vallombrosa une requête assez insolite qui associait aux éléments usuels du formulaire latin un lexique religieux assez rare dans la documentation laconique des actes florentins1. Il priait l’abbé Gualdo, le prieur Ranieri et la communauté des vallombrosains – qu’il comparait aux Chérubins et aux Séraphins – d’intercéder par leurs prières en faveur de son défunt frère2. Ce notaire s’appelait Guido, mais se faisait appeler Rustichello3. Les informations qu’on possède sur son compte viennent presque exclusivement des quelques dizaines d’actes écrits de sa main entre 1139 et 1170. Cette documentation apporte en réalité peu d’éléments concrets sur le niveau de richesse de Rustichello, mais offre en revanche un cadre suggestif permettant de situer Rustichello et ses parents dans une sociabilité de petits milites ruraux. C’est une de ces portes ouvertes sur un « petit monde4 » médiéval et rural que nous nous proposons simplement de pousser ici.

  • 5 On dénombre quarante et un documents rédigés par Rustichello (à l’exception d’un acte ratifié par c (...)
  • 6 E. Faini, Firenze nell’età romanica, L’espansione urbana, lo sviluppo istituzionale, il rapporto co (...)
  • 7 P. Pirillo, « Dinamiche di un territorio. Firenze, Rignano e i suoi castelli », dans P. Pirillo (éd (...)
  • 8 L’abbé Rustico de Vallombrosa (1076-1098), jouissait d’un grand prestige et la proximité du notaire (...)

2Rustichello est connu comme rédacteur d’actes conservés, pour l’essentiel, dans le fonds Diplomatico de l’Archivio di Stato de Florence. Les parchemins qui nous sont parvenus sont ceux qu’il a exécutés pour le compte des abbayes vallombrosaines de San Lorenzo di Coltibuono, de Santa Maria di Vallombrosa et pour l’abbaye bénédictine féminine de Santa Maria a Rosano sull’Arno5. L’actum de ces documents permet de se faire une idée assez précise du périmètre d’action de ce notaire : celui d’un scribe rural agissant dans le périmètre de quelques paroisses situées de part et d’autre de l’Arno, autour du castello de Rignano (fig. 1). Il peut paraître hasardeux d’affirmer le caractère rural d’un notaire en s’appuyant sur un corpus somme toute assez limité d’actes, un peu plus de quarante entre 1136 et 1170. Les dates de lieux dessinent toutefois un territoire cohérent dans lequel se repèrent quelques points d’ancrage : le castellare de Marciano, siège d’une curtis détenue par l’abbaye vallombrosaine de Coltibuono, située plus au sud dans le Chianti ; la localité de Rosano, où s’élevait la puissante abbaye féminine de Santa Maria ; les castelli dépendant de la Vallombreuse. Rustichello pouvait bien entendu se rendre à Florence qui n’était située qu’à quelques kilomètres, comme lorsqu’il établit en 1152 une renonciation faite au profit de la Vallombreuse dans l’église citadine de Santa Trinita. Mais ces déplacements semblent être restés assez exceptionnels. Le rayon d’activité de Rustichello, comparable à celui d’autres notaires, tendrait à confirmer l’hypothèse développée par E. Faini d’une séparation assez nette entre la ville de Florence et son arrière-pays, des années 1110 à la fin du xiie siècle6. Un hameau aussi minuscule que Marciano et qui ne comptait sans doute pas plus d’une dizaine de foyers pouvait alors exercer une attraction comparable à la ville voisine ou à la bourgade encore plus proche de Rignano7. Que penser enfin de ce surnom à la saveur peu citadine que s’était choisi le notaire Rustichello ? Ce surnom avait probablement plus de rapport avec l’insertion du notaire dans l’univers des moines vallombrosain qu’avec son rayon d’action8.

Figure 1. Rayon d’action du notaire Rustichello (1136-1170)

Figure 1. Rayon d’action du notaire Rustichello (1136-1170)
  • 9 Nous conservons neuf libella de la main de Rustichello. Il s’agissait de baux emphytéotiques. Origi (...)
  • 10 Rustichello nous a laissé treize brevia, documents assez souples et servant notamment à l’enregistr (...)
  • 11 L’essentiel des actes légués par Rustichello peuvent être définis comme des cartulae, de petites ch (...)
  • 12 Le corpus est de toute façon trop exigu et trop fortement lié aux logiques d’acquisition des abbaye (...)

3La documentation laissée par Rustichello ne présente en elle-même rien d’exceptionnel. Il n’innovait pas particulièrement dans la forme qu’il donnait à ses documents et continuait d’inscrire l’ensemble de ses transactions dans la trilogie classique du libellum9, du breve10 et de la cartula11. On ne trouve pas non plus beaucoup d’originalité dans les types d’enregistrement (fig. 2). Le corpus d’actes de Rustichello répond même à un modèle dans lequel les transactions non monnayées – donations, renonciations, investitures et échanges – l’emportent encore sur les transactions monnayées : ventes et prêts sur gage foncier12. Il faudrait davantage d’espace et un auteur plus compétent pour traiter en détail de l’écriture de ce notaire – une caroline notariale qu’on qualifiera de caroline de transition – et du rapport qu’il entretenait aux formulaires hérités de ses aînés. Un survol plus superficiel de la documentation permet seulement de faire de Rustichello un notaire commun : un de ces scribes dont l’écriture et les formules, maladroites à première vue, se révèlent à l’usage aussi claires qu’efficaces. Ce notaire se montrait en somme digne des fonctions de scribe et savait mettre en œuvre les pratiques scripturaires que des clients prestigieux étaient en droit d’attendre. C’était très probablement de cette pratique elle-même, davantage que de la reconnaissance par une autorité supérieure, que le notaire et ses écrits tiraient la substance de leur autorité. Rustichello se contentait en effet de conclure ses documents par un « Rustichello, notaire par la Grâce de Dieu » qui laissait supposer un haut degré d’autonomie. On peut, dès lors, voir dans l’existence de ce notaire au rayon d’action local un indice, parmi d’autres, de la vitalité d’un de ces territoires formant, au milieu du xiie siècle, le cadre politique et économique du contado florentin.

Figure 2. Typologie des actes de Rustichello (1136-1170)

Figure 2. Typologie des actes de Rustichello (1136-1170)
  • 13 ASFi, Diplomatico, 1125/01/.. (00003884, RC 321, en 1126) : Giovanni di Ilduzo vendait au monastère (...)
  • 14 M. E. Cortese, Signori, castelli, città, L’aristocrazia del territorio fiorentino tra X e XII secol (...)

4On peine toutefois à imaginer de grandes seigneuries monastiques se contenter de recourir aux notaires comme à de libres professionnels de l’écrit et du droit et l’on serait tenté d’inverser le rapport de dépendance entre le notaire et ses clients. De nombreux actes suggèrent en effet une participation active des scribes aux cadres de la domination seigneuriale. Au milieu des années 1120, un notaire travaillant dans les environs de Prisciano, dans le Chianti, fit ainsi office de ministerial de l’abbaye de Coltibuono dans le cadre d’un prêt sur gage concédé à un petit propriétaire des environs13. Sans doute ce notaire, très actif dans les environs de ce castello, avait-il quelque fonction dans la gestion de la curtis de l’abbaye14. Sans attribuer à Rustichello des fonctions comparables, on peut souligner la place singulière occupée par ce dernier dans les affaires des abbayes vallombrosaines.

  • 15 J’évoque plusieurs fois cette figure dans mes recherches doctorales et dans un article à paraître, (...)
  • 16 ASFi, Diplomatico, Santa Trinita, 1148/04/.. (00004887, RC 406) ; Coltibuono, 1150/12/18 (00004979, (...)

5De fait, une bonne partie des informations que nous ayons sur le domaine monastique détenu par les moines de Coltibuono à Marciano vient essentiellement des actes de Rustichello. Grâce à lui, on sait que l’un des agents les plus actifs de l’abbaye était, sur place, le frère convers Albertinello, tantôt qualifié de commissus ou de villicus, et plus souvent désigné comme massarius de Marciano15. Lorsqu’il s’occupait d’affaires regardant les environs immédiats de la curtis de Marciano, le massarius Albertinello avait prioritairement recours aux services de Rustichello. C’est, depuis le petit hameau de Marciano, souvent dans la maison d’Albertinello ou à proximité de la chapelle locale de San Niccolò que le notaire expédia une bonne partie des actes conservés entre 1147 et 115816. Mais d’autres éléments permettent de faire l’hypothèse de liens plus étroits entre Rustichello et la petite communauté de frères convers gravitant autour du patrimoine des moines vallombrosains.

  • 17 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1155/01/28 (00005173, RC 437, en 1156).
  • 18 Ibid. : investierunt reflutaverunt atque tradiderunt in manu Albertinelli et Rustichelli de Marcian (...)
  • 19 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1147/03/.. (00004825, RC 402) : Ego Albertus massarius una cum conse (...)
  • 20 F. Salvestrini, « I conversi dal secolo XI alle soglie dell’Età moderna », dans F. Salvestrini, Dis (...)

6Un acte de 1156 laisse ainsi planer un doute sur l’identification de Rustichello à l’un des frères convers agissant au milieu du xiie siècle dans la curtis de Marciano17. En 1155, un couple vivant dans le castello de Rignano investit les représentants locaux de l’abbé de Coltibuono, les frères convers « Albertinello et Rustichello de Marciano », d’une parcelle située dans la localité du même nom18. L’acte avait été ratifié par Rustichello, qu’on serait tenté de rapprocher du frère convers mentionné dans le document. En 1147/8, un convers nommé Rustichello avait déjà été mentionné parmi les deux « confrères » auxquels Albertinello demandait l’accord pour pouvoir procéder à un échange foncier19. L’identification reste hypothétique mais cadrerait avec ce qu’on sait, par ailleurs, de ceux qu’on qualifiait de convers au milieu du xiie siècle. Le statut de ces individus, qui évoluaient au contact des religieux et partageaient sans doute une partie de leurs règles de vie, n’avait pas encore fait l’objet d’un effort de définition qui les aurait précisément distingués des laïcs20. Les actes que Rustichello enregistrait pour le compte du frère convers Albertinello servaient généralement à organiser la répartition de la rente foncière entre les seigneurs locaux et la communauté des frères convers.

  • 21 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1152/02/05 (00005024, RC 414, en 1153) : l’acte était ratifié par le (...)
  • 22 Ibid. : vobis Rustico notario filio Guiberti de Ricgnano.

7Les choses se compliquent encore un peu plus lorsqu’on considère les très rares affaires où Rustichello agit en son nom propre. En 1153, Rustichello s’était rendu à Florence, dans la maison du juge Benincasa, pour prendre en location une terre que l’un des seigneurs de Volognano lui concédait en même temps qu’à deux autres individus21. À cette occasion, le notaire donnait à Rustichello le nom qui était le sien en dehors de la petite société de Marciano et de ses environs : Rustico, notaire, fils de Guiberto de Rignano22.

  • 23 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1148/07/.. (00004895).
  • 24 Ibid. : pro dilectissimo et defuctu (sic) meo fratre qui per sua re et non per aliena fraudulenter (...)
  • 25 À la mort de Pilacornacchia, en 1148, il était explicitement désigné comme l’aîné de la famille, ib (...)
  • 26 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1139/05/.. (00004895) : in presentia Florentini filii Iohannis Flor (...)
  • 27 S. M. Collavini, « Sviluppo signorile e nuove strategie onomastiche, Qualche riflessione sulla perc (...)

8C’est en considérant la place occupée par Rustichello au sein de sa famille, qu’on obtient l’image la plus suggestive de la petite société à laquelle il appartenait. La donation faite par les frères de Rustichello en 1148 livre de précieuses informations sur une fratrie de petits milites ruraux. Les trois fils de Guido da Rignano, Ugolino, un clerc, Guido et Mezzolambardo, offraient à l’abbé de Santa Maria di Vallombrosa, une terre située près du castello de Volognano23. Rustichello était le rédacteur de l’acte et explicitement cité dans la donation que faisaient ses trois frères en son nom, mais n’apparaissait pas dans la liste des auteurs directs de la donation. Celle-ci semblait la conséquence de la mort violente d’un quatrième frère : Pilacornacchia, parti « pour ses propres péchés24 ». Rustichello était sans doute l’aîné de la famille25, dont lui-même et son frère Pilacornacchia avaient été les figures dominantes dans les années 113026. Le surnom de ce dernier (Pille-Corneille) évoquait assez bien l’environnement des combattants employés aux coups de main27. À la mort de ce dernier, Rustichello s’était probablement retrouvé en position de mener seul la fratrie. Une fratrie solidaire, dominée par des figures de clercs – un clerc, un notaire et deux laïcs – et qui semblait évoluer dans une relation de subordination vis-à-vis des familles seigneuriales de Rignano sull’Arno et de l’abbaye de Vallombrosa. C’était peut-être la position moyenne de cette famille que le nom du dernier des frères, Mezzolambardo, « Demi-Lombard », servait à exprimer : une famille évoluant entre le droit des laïcs et le droit romain, réservé aux clercs, et dont les membres vivaient au contact des sujets de la seigneurie et de l’aristocratie seigneuriale.

  • 28 Sur ces dernières, voir Cortese, Signori, castelli, città, op. cit.
  • 29 V. Bagnai Losacco (éd.), La disputa di Rosano, 1203/04-1209: edizione e studio introduttivo dei doc (...)
  • 30 S. Collavini, « Le basi economiche e materiali della signoria guidinga », dans G. Pinto, G. Cherubi (...)
  • 31 J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens, Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, xi (...)
  • 32 G. Rippe, Padoue et son contado (xe-xiiie siècle). Société et pouvoirs, Rome, EFR, 2003, p. 161-189
  • 33 F. Menant, « Les écuyers (“scutiferi”), vassaux paysans d’Italie du Nord au xiie siècle », dans Str (...)
  • 34 G. Sergi, L’aristocrazia della preghiera. Politica e scelte religiose nel medioevo italiano, Rome, (...)
  • 35 E. Anheim, F. Menant, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au mili (...)
  • 36 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1148/07/.. (00004895) : c’est ce que laisse supposer une précision (...)

9Contrairement à ce qui s’observe dans le cas des familles de l’aristocratie médiane étudiées par M. E. Cortese28, il n’est guère possible d’aller très loin dans notre connaissance des filii Guiberti. Nous ignorons tout des épouses et des sœurs qu’auraient pu avoir Pilacornacchia, Rustichello, Ugolino, Guido et Mezzolambardo. Sur la base d’aussi faibles indices, il est difficile de se prononcer de manière définitive sur le rang des filii Guiberti. Leurs surnoms et leurs probables activités font supposer une volonté de se rattacher aux valeurs et à la culture de l’aristocratie dominante. Il y avait, chez Rustichello et ses frères, des traits qui rappelaient la population des petits vassaux formant, non loin de là, la vassalité des comtes Guidi. Les habitants du castello voisin de Monte di Croce se définissaient tous comme les homines du comte et gardaient, au nom de ce dernier, la petite forteresse dominant le coude de l’Arno29. Plusieurs d’entre eux portaient des surnoms semblables à celui de Pilacornacchia et appartenaient à un groupe très militarisé, qui trouvait dans le service du comte les ressources d’une domination locale30. Nous nous habituons à considérer le versant combattant des sociétés de milites31, cette population de milites qui ne vivaient pas seulement en ville, mais aussi dans les campagnes32. On y trouvait des libres, mais aussi des serfs33. Il existait ainsi, dans la campagne de Florence, des familles évoluant à la lisière de l’aristocratie et dont les aspirations sociales rejoignaient en partie celles des plus grands seigneurs du contado. Ce milieu constitué de petits propriétaires terriens, ou de tenanciers assez aisés pour vivre de leurs rentes et s’adonner à d’autres activités, était en même temps soumis à l’attraction qu’exerçait sur lui le monde aristocratique des moines34. Tandis qu’un de ses frères avait été destiné aux armes, Rustichello, lui-même, avait suivi une carrière basée sur la connaissance et la maîtrise de l’écrit et du droit35. Le notaire avait probablement fait le choix, à la mort de son frère, et en se faisant convers, d’associer plus étroitement sa destinée à celle des moines et des frères convers qu’il avait l’habitude de fréquenter et avec lesquels il partageait un territoire et une même culture lettrée36.

Figure 3. Les fils de Guiberto da Rignano : schéma de filiation

Figure 3. Les fils de Guiberto da Rignano : schéma de filiation
  • 37 Sur cette notion d’élite rurale, voir J.-P. Jessenne, F. Menant, « Introduction », dans eid. (éd.), (...)
  • 38 F. Menant, « Le notaire médiéval, producteur de texte », dans S. Sato (éd.), Herméneutique du texte (...)
  • 39 F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Ber (...)
  • 40 C’est sans doute dans l’un des premiers travaux de F. Menant qu’on trouve l’illustration la plus év (...)

10Cet individu est, en somme, un représentant emblématique de ces élites rurales que François Menant s’est attaché à repérer et à définir dans l’Italie communale37. Il s’agissait d’un individu issu d’un milieu sans doute aisé, mais dont la position sociale était fortement liée à des capacités techniques : le maniement de l’écrit et du droit, et ce, dans un cadre rural38. Il était en même temps inséré dans les cadres lâches, mais réels d’une ou de deux seigneuries ecclésiastiques qu’il servait de ses talents39. Associant dans ses actions la recherche du salut personnel et le maintien du rang social acquis par sa petite famille, Rustichello offre enfin un instantané flou, mais suggestif du dynamisme des sociétés rurales formant au xiie siècle l’environnement de la jeune commune florentine40.

Notes

1 Les actes consultés pour cette recherche sont presque tous conservés dans l’Archivio di Stato de Florence (ASFi), dans le fonds Diplomaticohttp://151.13.7.53/pergasfi/ –, consulté le 25 octobre 2016. Une partie des actes de ce notaire ont été édités sous forme de résumés en latin (régestes) ou en éditions scientifiques : L. Pagliai (éd.), Regesto di Coltibuono, Florence-Gaiole in Chianti, Centro di Studi Chiantigiani, 2008 [éd. or. : Rome, E. Loescher, 1909], indiqué RC dans les pages qui suivent ; C. Strà (éd.), I più antichi documenti del monastero di S. Maria di Rosano (secoli XI-XIII), Rome, Monumenta Italiae Ecclesiastica, 1982. Claudia Strà, dans son édition, a pris en compte les quelques parchemins conservés actuellement par les moniales de Rosano Sull’Arno. Les actes du Diplomatico sont classés par date, nous l’indiquons ici sous la forme année/mois/jour, en conservant la date retenue pour le classement.

2 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, Santa Maria d’Acquabella (Vallombrosa), 1148/07/.. (00004895) : Item indingnus ego Rustichellus te felicissimum Gualdum patrem et pissimum Rainerium priorem atque omnes commissos et vestros fratres qui in trono et in ordine Cherubini (Hcerubini) Serafin ante cospectu veri Dei stare habetis, nunc per illam beatidunem et per verum Deum patrem atque sanctam Dei genetricem matrem et per omnes ordines Angelorum et sanctorum atque sanctarum Dei et proventuro meo servitio rogo vestramque dingnitatem ut intercessionem a Deo (ajouté en interligne) faciatis pro dilectissimo et defuctu meo fratre (l’orthographe a été respectée, sans rien corriger des particularismes propres aux notaires florentins).

3 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, San Lorenzo (Coltibuono), 1136/07/19 (00004333, RC 363) : Ego Guido qui et Rustichellus vocatur Dei Gratia notarius huic cartule pingnoris nomine complectionem imposui.

4 L’expression est empruntée à un livre célèbre : Wendy Davies, Small worlds: The Village Community in Early Medieval Brittany, Londres, University of California Press, 1988.

5 On dénombre quarante et un documents rédigés par Rustichello (à l’exception d’un acte ratifié par ce dernier mais instrumenté par un de ses successeurs, le juge et notaire Alberto). On nous excusera, dans le cadre de cet article, de citer simplement les fonds concernés : ASFi, Diplomatico, Coltibuono, où sont conservés la majorité des actes de Rustichello ; Vallombrosa, avec seize documents entre 1148 et 1168 ; les actes issus de Rosano, avec huit documents répartis entre le fonds Santissima Annunziata di Rosano (Rosano) de l’Archivio di Stato et le fonds d’archives du monastère lui-même (Archivio del Monastero di Rosano).

6 E. Faini, Firenze nell’età romanica, L’espansione urbana, lo sviluppo istituzionale, il rapporto con il territorio, Florence, Olschki, 2010, p. 150-154.

7 P. Pirillo, « Dinamiche di un territorio. Firenze, Rignano e i suoi castelli », dans P. Pirillo (éd.), La pieve, il castello, il ponte, San Leolino a Rignano in Valdarno nel Medioevo, Florence, Le Lettere, 2011, p. 165-185.

8 L’abbé Rustico de Vallombrosa (1076-1098), jouissait d’un grand prestige et la proximité du notaire avec les vallombrosains pourrait expliquer le choix de ce surnom, voir G. Spinelli, G. Rossi, Alle origini di Vallombrosa, Giovanni Gualberto nella società dell’XI secolo, Novare, Europia, 1998 [éd. or. 1984], p. 165-166.

9 Nous conservons neuf libella de la main de Rustichello. Il s’agissait de baux emphytéotiques. Originellement expédiés en deux exemplaires et supposés mettre sur un même plan concédant et concessionnaire, ces libella se conformaient au formulaire de la charte à l’époque qui nous intéresse et faisaient du concédant l’auteur et l’acteur principal de l’action juridique.

10 Rustichello nous a laissé treize brevia, documents assez souples et servant notamment à l’enregistrement des arbitrages et des compositions, nettement différenciés d’autres documents par la mention des témoins au début de l’acte et le rejet à la fin du document des datations topique (actum) et chronique.

11 L’essentiel des actes légués par Rustichello peuvent être définis comme des cartulae, de petites chartes s’ouvrant sur une courte invocation, la date et mettant au premier plan l’auteur de l’action juridique.

12 Le corpus est de toute façon trop exigu et trop fortement lié aux logiques d’acquisition des abbayes voisines, pour qu’on puisse qualifier d’archaïques les pratiques de ce notaire.

13 ASFi, Diplomatico, 1125/01/.. (00003884, RC 321, en 1126) : Giovanni di Ilduzo vendait au monastère de San Lorenzo di Coltibuono une parcelle entourée sur trois côtés par les terres du monastère et recevait de Petro, misso et ministeriale de isto monasterio de curte de Prisciano, une bourse de deniers valant quatre sous, qu’il devait rembourser dans les trois ans. L’identification de ce ministérial avec le notaire ratifiant le document lui-même, Petro notario domini inperii (sic), est rendue assez probable par l’absence même de toute référence à un autre Petro dans la liste des témoins. Au début du xiie siècle, il n’y a guère qu’un certain Giovanni (Iohannes) qu’on trouve cité à plus d’une reprise comme ministérial de l’abbaye de Coltibuono. On trouve des références à plusieurs ministeriales dans les actes des années 1110-1130, voir ASFi, Diplomatico, 1112/04/.. (00003381, RC 273), 1129/03/.. (00004037, RC 338), 1131/04/.. (00004139, RC 349), 1132/04/01 (00004185, RC 351), 1133/02/.. (00004215, RC 355), 11133/02/.. (00004213, RC 353), 1138/03/.. (00004424, RC 374).

14 M. E. Cortese, Signori, castelli, città, L’aristocrazia del territorio fiorentino tra X e XII secolo, Florence, Olschki, 2007, p. 312, le castello de Prisciano se trouvait dans un territoire correspondant à l’actuelle commune de Gaiole in Chianti.

15 J’évoque plusieurs fois cette figure dans mes recherches doctorales et dans un article à paraître, P. Lefeuvre, « Le notariat dans les campagnes de Florence : Chianti et Val d’Arno supérieur et Val di Pesa aux xiie et xiiie siècles », dans X. Hernand, J.-F. Nieus et E. Renard (éd.), Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval : formation, carrières, réseaux, Turnhout, Brepols, à paraître. Sur ce personnage, J.-P. Delumeau, Arezzo, espace et sociétés, 715-1230. Recherches sur Arezzo et son contado du viiie au début du xiiie siècle, Rome, EFR, 1996, vol. 1, p. 95-100. Le titre de massarius désignait ici le responsable d’un domaine (en italien massaro).

16 ASFi, Diplomatico, Santa Trinita, 1148/04/.. (00004887, RC 406) ; Coltibuono, 1150/12/18 (00004979, RC 412), 1152/12/27 (00005061, RC 419), 1153/12/29 (00005114, RC 425), 1154/09/21 (1154/05/17, 00005156, RC 432), 1156/10/24 (00005238, RC 441), 1158/02/07 (00005293, RC 449), 1158/04/26 (00005303, RC 446). Le plus souvent les actes sont expédiés depuis la demeure d’Albertinello, ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1147/03/10 (00004822, RC 401) : Actum a Marciana in domo predicti Albertinelli.

17 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1155/01/28 (00005173, RC 437, en 1156).

18 Ibid. : investierunt reflutaverunt atque tradiderunt in manu Albertinelli et Rustichelli de Marciana conversi monasterii Sancti Laurentii situ in loco Cultubuolli ubi nunc Ugo felix abbas preesse videtur.

19 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1147/03/.. (00004825, RC 402) : Ego Albertus massarius una cum consensum et voluntatem (sic) de confratrili meis Rustikelli Iohannis. L’acte était rédigé cette fois par un autre notaire très proche, lui aussi, des vallombrosains. On explique ainsi qu’Albertinello soit cette fois appelé plus sobrement Alberto.

20 F. Salvestrini, « I conversi dal secolo XI alle soglie dell’Età moderna », dans F. Salvestrini, Disciplina caritatis, Rome, Viella, 2008, p. 245296.

21 ASFi, Diplomatico, Coltibuono, 1152/02/05 (00005024, RC 414, en 1153) : l’acte était ratifié par le juge et notaire Benincasa, à Florence, mais concernait les environs de Rignano sull’Arno. La terre cédée se trouvait à Volognano, un petit castello situé à quelques centaines de mètres au nord de Marciana.

22 Ibid. : vobis Rustico notario filio Guiberti de Ricgnano.

23 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1148/07/.. (00004895).

24 Ibid. : pro dilectissimo et defuctu (sic) meo fratre qui per sua re et non per aliena fraudulenter occisus fuit.

25 À la mort de Pilacornacchia, en 1148, il était explicitement désigné comme l’aîné de la famille, ibid. : per nos e a vice Rustichelli maioris nostri fratris.

26 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1139/05/.. (00004895) : in presentia Florentini filii Iohannis Florentini et Bonsengn[ori] et Russi germanorum filiorum Benictuli et Rustichelli et Pilacornacclie germanorum filiorum Giberti et Saracini filii Ardimanni.

27 S. M. Collavini, « Sviluppo signorile e nuove strategie onomastiche, Qualche riflessione sulla percezione e la rappresentazione della violenza nel XII secolo », dans S. Scalfati, A. Veronese (éd.), Studi di storia offerti a Michele Luzzati, Pise, Pacini Editore, 2008, p. 7385.

28 Sur ces dernières, voir Cortese, Signori, castelli, città, op. cit.

29 V. Bagnai Losacco (éd.), La disputa di Rosano, 1203/04-1209: edizione e studio introduttivo dei documenti, Pise, Plus Università di Pisa, 2010.

30 S. Collavini, « Le basi economiche e materiali della signoria guidinga », dans G. Pinto, G. Cherubini, P. Pirillo (éd.), La lunga storia di una stirpe comitale: i conti Guidi tra Romagna e Toscana. Atti del convegno (Modigliana-Poppi, 28-31 agosto 2003), Florence, Olschki, 2009, p. 315-348.

31 J.-C. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens, Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, xiie-xiiie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2003. Pour le territoire considéré ici, voir C. Wickham, « Ecclesiastical Dispute and Lay Community: Figline Valdarno in the Twelfth Century », MEFRM, 108/1, 1996, p. 793.

32 G. Rippe, Padoue et son contado (xe-xiiie siècle). Société et pouvoirs, Rome, EFR, 2003, p. 161-189.

33 F. Menant, « Les écuyers (“scutiferi”), vassaux paysans d’Italie du Nord au xiie siècle », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (xe-xiiie siècles). Bilan et perspectives de recherches. Colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 10-13 octobre 1978), Rome, EFR, 1980, p. 285-297 ; P. Brancoli Busdraghi, « “Masnada” e “boni homines” come strumento delle signorie rurale nei secoli X-XIII », dans G. Dilcher, C. Violante (éd.), Strutture e trasformazioni della signoria rurale in Toscana, Bologne, Il Mulino, 1996, p. 287-342 ; C. Wickham, « Figline: nobili, “milites” e masnadieri », dans G. Pinto, P. Pirillo (éd.), Lontano dalle città. Il Valdarno di sopra nei secoli XII-XIII, Rome, Viella, 2005, p. 379-394.

34 G. Sergi, L’aristocrazia della preghiera. Politica e scelte religiose nel medioevo italiano, Rome, Donzelli, 1994.

35 E. Anheim, F. Menant, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au milieu du xive siècle », dans S. Carocci (éd.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, EFR, 2010, p. 341379.

36 ASFi, Diplomatico, Vallombrosa, 1148/07/.. (00004895) : c’est ce que laisse supposer une précision de la donation, pro venturo meo servitio rogo vestramque dingnitatem ut intercessionem.

37 Sur cette notion d’élite rurale, voir J.-P. Jessenne, F. Menant, « Introduction », dans eid. (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, p. 7-52.

38 F. Menant, « Le notaire médiéval, producteur de texte », dans S. Sato (éd.), Herméneutique du texte d’histoire : orientation, interprétation et questions nouvelles, Nagoya, Nagoya University, 2009 (International Conference Proceedings, no 6), p. 77-92.

39 F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du xe au xiiie siècle, Rome, EFR, 1993, p. 425-486.

40 C’est sans doute dans l’un des premiers travaux de F. Menant qu’on trouve l’illustration la plus évidente des efforts déployés par un groupe familial pour freiner un processus de déclassement social, voir F. Menant, « Entre Milan et Bergame : une famille de l’aristocratie rurale au xiie siècle », MEFR. Moyen Âge, Temps modernes, 88/2, 1976, p. 425-499.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Rayon d’action du notaire Rustichello (1136-1170)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2. Typologie des actes de Rustichello (1136-1170)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3. Les fils de Guiberto da Rignano : schéma de filiation
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteur

université Paris 1

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search