Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

Quand les femmes s’en mêlent

Jean-Claude Maire Vigueur

Texte intégral

1Dans les dernières années du xiiie siècle, un conflit oppose la commune d’Assise, universellement connue pour être la ville de saint François, à celle, beaucoup moins célèbre malgré la richesse de son patrimoine artistique, de Spello. La raison de ce conflit n’a rien de bien original : les deux communes se disputent le contrôle d’un petit village, Rocca Paida, qui fait historiquement partie du contado de Spello mais sur lequel Assise entend exercer certains droits depuis qu’elle a acheté en 1289 la rocca du village et une partie de ses terres. Ce genre de conflit relève de l’un des phénomènes les mieux connus de l’histoire communale, celui de la politique d’expansion territoriale que toutes les villes, quelle que soit leur taille, tentent de mettre en œuvre à partir du xiie siècle et l’on peut donc se demander quel peut être l’intérêt de revenir sur un sujet aussi rebattu, qui plus est dans un livre publié en l’honneur d’un historien tel que F. Menant, à coup sûr l’un des meilleurs connaisseurs de la matière.

2Mon choix s’explique en fait par deux considérations d’inégale valeur. La première tient au profil des deux communes dont il va être question et qui illustre un cas de figure bien différent de celui des grandes communes auxquelles les spécialistes du monde communal ont généralement réservé leur attention. Il y a là à mon sens une possibilité non seulement d’enrichir notre typologie des conflits intercommunaux mais aussi d’éclairer des enjeux trop souvent négligés de la compétition entre communes limitrophes. La seconde a trait non plus aux motivations mais aux modalités du conflit et en particulier au rôle des femmes dans la phase la plus critique du face à face entre les deux communes. Il n’est jamais facile, s’agissant du Moyen Âge, d’appréhender la capacité des femmes à peser, d’une manière ou d’une autre, sur les modes de gouvernement ou les systèmes de domination en vigueur dans les différentes parties de l’Occident. Malgré la richesse de la documentation qu’elles nous ont transmise, les communes italiennes échappent d’autant moins à cette règle que les femmes sont systématiquement exclues de toutes les institutions qui participent au gouvernement de la cité, fussent-elles ouvertes à des milliers de citoyens ou composées au contraire d’une toute petite élite de magistrats triés sur le volet. En fait, les choses sont plus complexes qu’il ne semble de prime abord et je suis pour ma part convaincu que c’est seulement en étendant le regard à d’autres modes d’action que celui de la présence dans les institutions que l’on pourra mesurer la réelle capacité des femmes à faire entendre leur voix dans l’espace politique de la cité. Le microconflit entre Assise et Spello m’apparaît comme une bonne occasion de procéder à ce type d’analyse. Avant d’en arriver là, il est toutefois indispensable de procéder à une rapide présentation des coordonnées et des enjeux du conflit.

Un épisode de l’expansion territoriale d’Assise au xiiie siècle

  • 1 G. Chittolini, « Su alcuni aspetti dello stato di Federico », dans G. Cerboni Bairadi, G. Chittolin (...)

3Assise et Spello sont deux villes de taille très différente : Assise peut être créditée, aux environs de 1300, de 8 000 à 10 000 habitants alors que Spello n’en compte pas plus de 2 000 à 3 000. À la fin du xiiie siècle, les deux communes jouissent encore d’une pleine autonomie politique et possèdent leur propre contado, dont la superficie, dans le cas d’Assise, peut être estimée à un peu plus de 300 km2 tandis que celui de Spello doit plus ou moins correspondre au territoire de l’actuelle commune et donc couvrir une superficie d’environ 60 km2. Faute d’être siège d’évêché, Spello ne peut être qualifiée de civitas, comme c’est le cas d’Assise, mais l’une et l’autre font néanmoins partie d’une même catégorie de centres urbains, celle des villes de petite et moyenne importance, qui bénéficient d’une réelle autonomie alors même que la superficie de leur contado ne couvre que quelques dizaines ou quelques centaines de km1. Les deux villes sont distantes l’une de l’autre d’environ 10 km et sont toutes deux situées aux deux extrémités du versant sud du Monte Subasio, dont les pentes couvertes de bois et d’herbages représentent de précieuses ressources pour la population des deux villes et des villages du pourtour de cette montagne qui culmine à 1 200 mètres d’altitude.

4Tel est sans aucun doute le cas des trois villages impliqués dans le conflit entre Assise et Spello : Rocca Paida en tout premier lieu puisque c’est le village dont Assise et Spello se disputent le contrôle, mais aussi Armenzano et Costa Tre Case, deux villages du contado d’Assise dont les habitants ont tout intérêt à défendre les droits d’Assise. Ces trois villages sont situés à mi-pente du versant nord du Monte Subasio, à une altitude de 570 m pour Costa Tre Case, 750 m pour Armenzano et 636 m pour Rocca Paida. Les deux premiers sont reliés à Assise par une route qui contourne le Subasio par le nord et se trouvent respectivement à 7 ou 8 et 10 km d’Assise. La même route conduit ensuite à Rocca Paida et à Spello, distantes l’une de l’autre de 7 ou 8 km, mais la route la plus directe entre Assise et Spello est naturellement celle qui longe le versant sud du Subasio et qui offre, aujourd’hui comme alors, un magnifique panorama sur les deux villes et les petits habitats disséminés sur le flanc sud de la célèbre montagne.

  • 2 A. Grohmann, « Per una tipologia degli insediamenti umani del contado di Assisi », dans Assisi al t (...)

5À quel(s) type(s) de village avons-nous à faire ? S’agit-il de villages fortifiés « à la Toubert » ou de villages ouverts, autrement dit de ville à la structure plus lâche que celle du castrum ? Pas de doute possible pour Armenzano : nos sources le qualifient à plusieurs reprises de castrum et nous pouvons même affirmer, sur la base des structures encore debout et grâce à l’excellente analyse qu’en a faite A. Grohmann, qu’Armenzano appartient à la typologie des castra à plan circulaire, dont le centre est occupé par la maison forte du seigneur2. Rocca Paida se présente au contraire comme un habitat dédoublé, composé d’une villa, construite à proximité de l’église paroissiale de San Giovanni, et d’une maison forte, qualifiée tantôt d’arx tantôt de rocca, entourée d’un palatium et de quelques maisons. Les deux habitats se trouvent à très faible distance l’un de l’autre et semblent avoir des fonctions différentes : la villa abrite des familles de paysans, ceux-là mêmes qui s’efforcent de résister à la main mise d’Assise sur certaines terres du village, l’arx et les édifices mitoyens servaient et peut-être servent encore, mais d’une manière temporaire, de résidence à des seigneurs qui résident le plus souvent en ville, que ce soit à Assise, à Spello ou même dans la plus lointaine Spolète, chef-lieu du diocèse dont font partie Spello et son contado. Il est plus difficile de savoir ce qu’il en était de Costa Tre Case ; pour des raisons sur lesquelles je ne peux m’attarder dans le cadre de ce bref article, je pencherais pour une villa ou même pour un petit groupe de ville plutôt que pour un unique castrum, mais, l’habitat ayant aujourd’hui disparu, cette supposition demanderait à être confirmée par une recherche sur le terrain que je me suis bien gardé d’entreprendre.

6Nous disposons, pour évaluer l’importance démographique de deux de ces villages, Armenzano et Costa Tre Case, d’un document assez exceptionnel. Il s’agit d’un recensement des feux du contado d’Assise effectué en 1232. L’opération, malheureusement pour nous, a été réalisée non pas village par village, mais dans le cadre des micro-circonscriptions, appelées ici bailie, qui servaient de maillage à l’administration du contado. Au nombre de 52, ces bailie étaient forcément d’une extension très limitée et ne comprenaient tout au plus que deux ou trois villages chacune, qu’il s’agisse de castra ou de ville. Nous savons par exemple que celle d’Armenzano comprenait, outre le castrum du même nom, la petite villa de Notiano, celle de Costa Tre Case étant composée, si mes hypothèses sont justes, de deux ou trois ville. Dans le recensement de 1232, la première est créditée de 40 feux, la seconde de 60. Multipliés par le coefficient 5,5, ces chiffres donneraient 330 habitants pour la bailia de Costa Tre Case et 220 pour celle d’Armenzano à la date du recensement. Au cours des soixante années qui suivent, la population des deux bailie avait certainement connu une forte augmentation et pouvait atteindre un chiffre compris entre 400 et 500 habitants pour la première, 300 et 400 pour la seconde. Chiffres très approximatifs, cela va sans dire, et d’un maniement d’autant plus délicat que nous ignorons de quelle manière cette population se répartissait entre les deux ou trois habitats de chacune des deux bailie. Ils nous donnent quand même une certaine idée de la taille de ces villages, qui, au plus fort de la grande crue démographique du xiiie siècle, ne comptaient pas plus de 200 à 300 habitants. Et sans doute moins encore dans le cas de Rocca Paida, qui, ne faisant pas partie du contado d’Assise, ne figure évidemment pas dans le recensement de 1232 ; à en juger d’après le nombre assez limité – une cinquantaine – d’hommes et de femmes de cette villa et de la villa voisine de Trevigliano qui s’en prennent, en juin 1296, aux moissonneurs venus d’Assise lors de l’épisode dont il sera bientôt question, il est difficile de penser que le village ait pu compter plus de 120 à 150 habitants.

  • 3 Il s’agit d’un ouvrage de plus de deux mille deux cents pages, qui fourmille de très précieuses inf (...)
  • 4 Fortini, Nova vita…, op. cit., t. 3, p. 390-391. Preuve de l’importance que les autorités d’Assise (...)

7Comme c’est le cas pour la plupart des villages de cette partie de l’Ombrie, les habitants de Rocca Paida, Armenzano et Costa Tre Case étaient des paysans qui vivaient principalement de la culture des céréales et de l’élevage du petit et du gros bétail. Chaque village formait une communauté dotée d’un minimum d’organisation institutionnelle, ne serait-ce que pour désigner le ou les syndics chargés de représenter la communauté dans ses rapports avec les autorités d’Assise pour Costra Tre Case et Armenzano, de Spello pour Rocca Paida. Car il ne fait aucun doute qu’au cours du xiiie siècle, les deux communes s’étaient imposées comme la seule autorité à laquelle les communautés villageoises étaient tenues d’obéir en matière de justice, de fiscalité et d’obligations militaires. Toute trace de présence seigneuriale n’a toutefois pas disparu de ces villages. La maison forte d’Armenzano, l’arx et le palatium de Rocca Paida sont là pour rappeler que les habitants de ces villages ont été dans le passé soumis à la domination de familles seigneuriales dont les descendants ont réussi, dans une certaine mesure, à conserver certains vestiges : non certes les pouvoirs de commandement qui caractérisent un vrai dominatus loci, mais des châteaux, des tours, de belles maisons, des champs cultivés, des droits d’usage sur de grandes étendues de terres incultes, peut-être aussi des redevances dues par les paysans pour des terres tenues en emphytéose. Il m’est à vrai dire difficile d’être plus précis sur cette question des biens et droits seigneuriaux à Armenzano et Rocca Paida, car, bien que l’archivio comunale d’Assise ait conservé une dizaine d’actes enregistrant des ventes de fractions de ces biens et droits de la part de leurs titulaires, il m’a été impossible de consulter les originaux de ces documents que je ne connais, à la seule exception d’un long rouleau de parchemins dont je parlerai bientôt, qu’à travers les résumés succincts et souvent défectueux qu’en a publiés l’érudit assisiate Fortini, dans sa monumentale Nova vita di Francesco d’Assisi3. Fortini n’avait, de toute évidence, qu’une idée extrêmement floue de ce que pouvait être une seigneurie territoriale et la seule chose qu’il retient vraiment de ces actes de cession, c’est, à juste titre du reste, la crise des anciens lignages seigneuriaux et la progressive mainmise de la commune d’Assise sur tous les biens et droits encore en leur possession. Phénomène de la plus grande importance, cela va sans dire, et commun à l’ensemble de l’Italie communale mais qui peut se réaliser selon des modalités très différentes selon les lieux et les temps. Or il se trouve que certaines d’entre elles ressortent assez bien d’un survol, même très rapide, de l’histoire de ces deux villages dans la seconde moitié du xiiie siècle. Très brièvement : Armenzano passe directement dans les mains de la commune d’Assise qui, en janvier et février 1271, achète à chacun des enfants ou petits-enfants d’un personnage qui fut certainement l’un des derniers grands seigneurs du contado d’Assise, dominus Napoleo de Armenzano¸ la portion de droits et de biens héritée de leur père ou grand-père. Bien avant d’attirer la convoitise d’Assise, Rocca Paida avait fait l’objet à partir de 1246 de plusieurs transactions, grâce auxquelles quatre ou cinq notables de Spello et de Spolète étaient devenus titulaires de plusieurs quote-part de la rocca et des biens attenants. Après quoi, chacun de ces co-propriétaires s’était défait de sa quote-part au profit du fils de l’un d’entre eux, dominus Egidius filius quodam domini Beccarii de Spello, lequel, en 1289, soit quarante-trois ans après le premier achat d’une quote-part du château par son père, cède d’un bloc l’ensemble de la propriété de Rocca Paida à la commune d’Assise4.

8Une fois de plus, la notice que Fortini nous donne de cet acte est beaucoup trop déficiente pour qu’on puisse en retirer une image précise des biens et éventuellement des droits qui font l’objet de cette transaction. En regroupant les maigres informations fournies par cette notice et celles des précédentes transactions, je crois néanmoins possible d’avancer que la commune d’Assise était avant tout désireuse d’entrer en possession de trois types de biens :

  • 5 Voir en particulier la notice d’un acte du 31 octobre 1257 dans Fortini, Nova Vita…, op. cit., t. 3 (...)

91) L’ensemble des édifices ou, si l’on préfère, le complexe ou bloc immobilier qui servait de résidence aux seigneurs du lieu. Plus souvent qualifié d’arx que de rocca par les notaires, cet ensemble comprend, outre une maison forte et un palatium, une tour et des maisons sans que l’on sache comment ces différentes constructions s’agençaient les unes aux autres5.

  • 6 Ibid.

102) Un certain nombre de campi¸ autrement dit de champs cultivés situés en divers endroits du territoire de Rocca Paida et dont la superficie totale devait être assez importante. Dans la seule notice où Fortini a pris la peine de mentionner ce type de biens, ces champs sont au nombre de cinq, alors même que la transaction ne porte que sur le tiers de la propriété totale, et trois d’entre eux sont bordés par d’autres champs appartenant à l’un des autres détenteurs de quote-part de Rocca Paida, celui-là même qui deviendra par la suite l’unique propriétaire de la rocca et qui la vendra à Assise en 1289, Egidio di Beccario6. C’est d’ailleurs l’exploitation de ces terres à blé par les gens d’Assise qui donnera lieu en 1296 à la vive réaction des habitants de Rocca Paida dont je vais bientôt parler.

  • 7 Pour un exemple de polyactivité en milieu urbain, J.‑C. Maire Vigueur, « Il mondo dei mestieri a Ro (...)
  • 8 Fortini, Nova Vita …, op. cit., t. 3, p. 147.

113) La propriété, mais peut-être faudrait-il mieux parler de la « possession », d’une vaste superficie de terres incultes, couvertes de bois et de pâturages, s’étendant de part et d’autre de l’arête méridionale du Subasio. Cette étendue recouvrait sans aucun doute la plus grande partie du territoire de Rocca Paida et il était pour cette raison de la plus grande importance d’en décrire les confins, ce que les notaires n’ont pas manqué de faire dans chacun des contrats de vente portant sur des fractions de Rocca Paida. L’intérêt d’Assise pour ces vastes étendues de terres incultes se passe de longs commentaires. Assise possédait déjà la plus grande partie du Monte Subasio, dont elle devait toutefois partager la jouissance, dans des proportions que nous ignorons, avec les deux plus puissantes communautés religieuses d’Assise, le chapitre de la cathédrale San Rufino et le monastère San Benedetto, ce qui était source de querelles constantes entre la commune et les deux communautés religieuses. Forêts et prairies du Subasio offraient un complément de ressource souvent indispensable à la subsistance des populations rurales environnantes mais très apprécié aussi du petit peuple d’Assise, habitué, comme c’était la règle dans la plupart des villes de l’Italie communale, à partager son temps entre des activités agricoles et la pratique d’un métier relevant de ce qu’on appellerait aujourd’hui le secteur secondaire ou tertiaire7. Avec une superficie de plus de 2 000 hectares, le Monte Subasio était de très loin la principale propriété collective de la commune, son plus grand bene comune et on ne s’étonnera donc pas de le voir très souvent désigné, dans les documents de la commune, comme le mons comunis8. Il est à peine besoin de préciser qu’en se portant acquéreur d’Armenzano et de Rocca Paida, Assise augmentait d’une manière assez considérable, quoiqu’impossible à chiffrer, la superficie de ce bien commun et offrait du même coup de nouvelles ressources à ses habitants et à ceux de certains villages de son contado. Qu’en était-il du sort des habitants des deux villages vendus par leurs seigneurs à la commune d’Assise ? Un début de réponse à cette question peut venir du document que je vais maintenant examiner.

Le rôle des femmes

  • 9 Archivio di Stato di Perugia, sezione di Assisi, archivio del comune, busta 17. Le document est bri (...)

12Ce document se présente sous la forme d’un rouleau de seize feuilles de parchemin cousues ensemble, long de 10,480 m9. Il s’agit d’une copie, exécutée le 4 octobre 1296, de deux actes datés des 13 et 14 août précédents. Le premier est une convocation adressée par un juge de la curie du recteur du Duché de Spolète à vingt-sept habitants du contado pour qu’ils viennent témoigner le lendemain en sa présence sur les violences ayant eu lieu, en juin et en juillet de la même année, entre deux groupes de personnes. Le second est la transcription des dépositions faites le 14 août par ces mêmes personnes qui témoignent ad defensionem comunis Asisii et qui avaient d’ailleurs été désignées à cette fin par la commune elle-même. Chacune d’elles est tenue de répondre à sept articoli ou intentiones, sans doute rédigés par les avocats de la commune, mais dont le notaire préposé à l’enregistrement des témoignages, comme c’est l’habitude dans ce genre de document, ne rappelle pour chaque témoin que les premières paroles si bien que nous en ignorons la formulation complète. Peu importe d’ailleurs. Car il est clair que les questions posées aux témoins cherchaient à présenter sous un jour favorable à Assise la dynamique des incidents qui ont opposé des gens d’Assise venus moissonner certains champs de Rocca Paida à des habitants de ce village opposés à la mainmise d’Assise sur des parcelles de terre faisant évidemment partie des biens acquis par Assise lorsque Egidio di Beccario lui avait vendu tout ce qu’il possédait dans Rocca Paida.

  • 10 Fiore, Signori e sudditi…, op. cit., p. 29.

13Sur les vingt-sept témoins désignés par Assise, huit sont des habitants d’Armenzano, deux d’une villa proche de ce castrum, onze de Costa Tre Case et six de Sentino, un village que je n’ai pas réussi à identifier, mais qui ne devait pas être très éloigné de Rocca Paida, ce qui expliquerait que certains de ses habitants, comme ceux d’Armenzano et de Costa Tre Case, aient pu être témoins des faits sur lesquels ils sont appelés à déposer. Qui sont ces témoins ? Sans doute de simples paysans, sans lien de parenté apparent entre eux et sur lesquels je suis bien en peine de fournir la moindre information. À l’exception quand même d’une particularité qui ne manque pas d’intérêt : la présence parmi ces vingt-sept témoins d’une femme, Venturella Petri, du village de Costa Tre Case. Or si les femmes étaient admises dans un certain nombre d’affaires à témoigner devant les tribunaux communaux, il était rare et même très rare qu’on ait recours à leurs témoignages dans des litiges revêtant une dimension politique, dans le sens le plus large du terme, comme c’était le cas de l’affaire qui nous intéresse ici10. Pourquoi Assise a-t-elle fait une exception en faveur de cette Venturella Petri ? Peut-être parce que l’on connaissait l’intérêt de cette femme pour toutes les questions touchant à la vie de sa communauté, peut-être aussi parce qu’on a jugé utile d’entendre le témoignage d’une femme sur des incidents auxquels d’autres femmes avaient pris part. Toujours est-il que le témoignage de Venturella est l’un de ceux qui nous offrent le plus d’informations, y compris en ce qui concerne le rôle des femmes, sur les incidents qui opposèrent, un certain jour de juin 1296 – le quantième n’est pas indiqué –, un groupe de moissonneurs venus d’Assise et de Costa Tre Case et les habitants de Rocca Paida.

  • 11 Témoin 18. Les feuilles du rouleau B. 17 n’étant pas numérotées, je me contente de renvoyer, ici et (...)

14Le groupe des moissonneurs comprend une bonne trentaine d’hommes, provenant principalement d’Assise et, pour une moindre part, de Costa Tre Case et d’Armenzano11. Il est placé sous l’autorité de deux personnages sans doute nommés à cet effet par la commune d’Assise : il s’agit de dominus Raynerius Angeli, à coup sûr un notable de la ville doté d’un bon curriculum politico-administratif, et d’un autre personnage dont nous ne connaissons que le nom, Baglione. À un moment donné, craignant que le face à face avec les habitants de Rocca Paida ne tourne à la bataille rangée et que ses moissonneurs n’aient le dessous, le premier enverra le second chercher du renfort à Armenzano. Baglione reviendra quelque temps plus tard à la tête d’une centaine d’hommes du village, mais ceux-ci n’auront pas à intervenir car entre-temps les habitants de Rocca Paida avaient quitté les lieux et regagné leurs maisons.

15L’autre groupe est essentiellement composé d’habitants de Rocca Paida. Combien sont-ils ? Il est difficile de le dire avec précision, car, contrairement au groupe précédent, aucun des témoins ne se risque à en proposer une évaluation chiffrée. Une quinzaine de témoins sont toutefois en mesure de fournir les noms de certaines des personnes présentes dans ce groupe. Le premier témoin en a par exemple reconnues 32, le second 15, le septième 9 et ainsi de suite. Au total, le nombre de ceux dont les témoins sont capables de fournir le nom s’élève à près de 40 personnes, ce qui laisse penser que le groupe se composait d’une bonne cinquantaine de personnes. Tous ces gens sont collectivement désignés comme étant de ville Payda et Trivulglani, autrement dit de l’habitat paysan situé à proximité de Rocca Paida (=villa Payda) et d’une autre villa, Trevigliano, sans doute très proche de celle-ci, mais dont il n’existe, à ma connaissance, aucune autre trace dans la documentation disponible. En réalité, le cinquième témoin nous apprend que le magister Ventura, qui figure en seconde position dans la liste fournie par le premier témoin, est un habitant de Spello, tout comme un certain Passarus Paganelli nunc de Spello, dont le nom n’est cité que par le témoin no 15. Par ailleurs, deux des hommes le plus souvent cités par les témoins, dompnus Crescius Lacei¸ premier dans la liste des 32 personnes reconnues par le premier témoin, et Nutulus domni Scagni, occupent à l’intérieur du groupe une position de nette supériorité par rapport aux autres, ce qui fait d’eux, en même temps que le magister Ventura de Spello, les leaders naturels des deux communautés rurales du contado de Spello dans leurs démêlés avec Assise. Très modeste en revanche semble avoir été la personnalité du curé de la paroisse San Giovanni, à laquelle appartiennent les habitants de villa Payda : un seul témoin mentionne sa présence dans le groupe, mais il est incapable de dire son nom et il ne lui attribue aucune initiative particulière.

16Le plus frappant est toutefois la présence à l’intérieur de ce groupe d’un nombre de femmes certes inférieur à celui des hommes, mais qui est loin d’être insignifiant. On en compte 11 sur les 32 personnes citées par le premier témoin et pas loin d’une quinzaine sur le total des personnes dont l’ensemble des témoins nous livrent les noms. Les femmes constituent en définitive plus du tiers des personnes venues affronter sur le terrain les moissonneurs venus d’Assise. Plusieurs d’entre elles sont les femmes, les filles ou les sœurs d’hommes du groupe, d’autres ou les mêmes sont accompagnées de leurs enfants, qui les aident à porter les armes qu’elles passent ensuite à leurs hommes. Toutes sont apparemment aussi déterminées que ceux-ci à défendre les droits et les terres de leurs communautés et bien décidées dans ce but à organiser ou à participer avec leurs hommes à une action destinée à dissuader, et peut-être même à empêcher, les moissonneurs venus d’Assise de récolter le blé semé sur des champs qui font partie, à leurs yeux, des biens collectifs de leurs deux communautés.

17Voyons de plus près le film des événements. Le groupe venu d’Assise, que j’appellerai désormais le groupe no 1, a pour tâche de moissonner dans la journée deux champs, qui, selon les témoins, avaient appartenu tous deux à Egidio di Beccario, ce riche propriétaire de Spello qui, sept ans auparavant, avait vendu à Assise l’ensemble des droits et des biens qu’il possédait dans Rocca Paida. Les moissonneurs ont commencé leur besogne par le champ le plus éloigné de Rocca Paida, mais leur arrivée n’échappe pas aux gens du village, ne serait-ce que parce que le champ, situé à une certaine distance au-dessus de Rocca Paida, est visible depuis le village. Aussitôt ceux-ci se rassemblent devant leur église, située un peu en dehors du village. Ils sont bientôt rejoints par les habitants de la villa voisine de Trevigliano et on peut imaginer que les hommes et les femmes des deux ville aient alors passé un certain temps à discuter pour savoir quelle attitude il leur convenait d’adopter face à une telle violation de leurs droits. Que décidèrent-ils ? Les témoins d’Assise sont bien sûr muets sur la question, mais ce qu’ils nous disent de la suite des événements donne à penser que les villageois étaient partagés entre deux types de réaction, les uns prônant le recours à la violence, les autres des formes d’action plus pacifiques.

18La suite des événements se déroula en deux temps. Les deux groupes commencent par s’observer à distance : le premier continue de moissonner le champ du haut, tandis que le second, toujours rassemblé devant l’église, poursuit ses palabres. Au bout d’un certain temps, plusieurs femmes s’en détachent, peut-être suivies – mais c’est un point sur lequel les témoignages divergent – par un petit groupe d’hommes, pour se rendre à proximité des moissonneurs et leur adresser des propos dont nous ignorons hélas la teneur. Second temps : les moissonneurs descendent à proximité de la rocca près de laquelle se trouve le second champ et se mettent à le moissonner. Ils y sont aussitôt rejoints par l’ensemble des villageois, femmes et hommes mêlés, et le face-à-face devient alors extrêmement houleux, les villageois reprochant en termes très vifs aux moissonneurs de leur prendre ce qui leur appartient.

  • 12 Témoin 5.
  • 13 Témoin 14.
  • 14 Témoin 16.
  • 15 Témoin 21.
  • 16 Témoins 7 et 8.

19De toute évidence, les habitants de Rocca Paida, et sans doute aussi ceux de Trevigliano, considéraient que leur ex-seigneur n’était pas l’unique propriétaire de ces champs, que ceux-ci faisaient partie d’un ensemble de terres d’usage collectif, comme celles qui recouvraient les pentes du Monte Subasio, et ils entendaient donc continuer à labourer ces champs, dussent-ils pour cela trouver un compromis avec le nouveau propriétaire de la rocca, à savoir la commune d’Assise. Il s’agit là, j’en suis bien conscient, d’une interprétation qui repose en grande partie sur une hypothèse qui reste à démontrer : celle de l’existence de droits d’usage des habitants de Rocca Paida et de Trevigliano sur des terres qui, à leurs yeux, font partie de propriétés collectives, alors que pour Assise, et peut-être aussi pour les précédents maîtres de la rocca, ces biens relèvent et relevaient de leur seule propriété. Il existe à l’archivio comunale d’Assise, je l’ai dit, une série d’actes portant sur des transactions dont Rocca Paida a été l’objet entre 1249 et 1289, dans lesquels il devrait être possible de trouver des indices susceptibles de conforter cette hypothèse. Contentons-nous pour le moment d’observer que dans les apostrophes lancées à l’adresse des moissonneurs et des représentants de la commune d’Assise qui les encadrent, les hommes et les femmes de Rocca Paida et de Trevigliano ne revendiquent nullement la propriété des terres objet du litige, mais le fruit de ces terres, le blé qu’elles portent : Quare metetis bladum nostrum ?12, Non comportemus plus ab istis qui occiderunt et occidunt nos et accipiunt nobis nostrum13, Male facetis ! Quare accipitis nostrum ?14, Malefactis quia metitis bladum nostrum15. Est-ce à dire qu’Assise avait laissé jusque-là les habitants des deux villages labourer et semer les deux champs, comme ils avaient l’habitude de le faire, et avait soudainement décidé de frapper un grand coup en les privant du fruit de leur travail ? Cela me paraît peu probable, d’une part parce qu’il serait bien étonnant que les dirigeants de la commune aient pu faire preuve d’un tel cynisme, ensuite parce que nous savons, grâce à deux des témoins16, que parmi les habitants des deux ville certains avaient laissé leur bétail divaguer dans ces champ alors que le blé était déjà haut, ce qu’ils n’auraient évidemment jamais osé faire si ces champs avaient été labourés et semés par leurs communautés. Depuis quand étaient-ils cultivés par Assise et non plus par les habitants des deux ville ? Impossible de le dire, mais, si les hommes et les femmes de Rocca Paida et de Trevigliano en sont arrivés en juin 1296 à empoigner leurs fourches et leurs faux pour rappeler à Assise qu’eux aussi avaient des droits sur ces terres, c’est probablement parce que toutes les autres voies pour trouver un accord avec Assise avaient échoué.

  • 17 Témoin 16. Le même témoin relève la présence, parmi les hommes armés, de Nutulus dompni Scangni et (...)

20Il semble bien en effet que les hommes ou, mieux, les mâles des deux ville aient réellement eu l’intention d’en découdre et d’empêcher par la force les moissonneurs envoyés par Assise d’accomplir leur besogne. Ils portent des armes, qui peuvent être certains des outils qu’ils utilisent pour leurs travaux agricoles, comme les fourches et les faux, mais peut-être aussi de vraies armes de combat, puisque nous savons que l’un d’eux était muni d’une lance et aliis armis17. Certains témoins font par ailleurs état de jets de pierre entre les deux groupes, sans qu’il soit possible de comprendre d’où sont parties les premières pierres. Enfin il est clair, même si les témoins évitent de s’exprimer trop ouvertement sur ce point pour ne pas faire de tort à Assise, que certains membres du groupe venu d’Assise ont pris la précaution de s’armer et que tous les moissonneurs sont bien entendu équipés de leur faux ou de leur faucille. Toutes les conditions étaient donc réunies pour que le face à face entre les deux groupes donne lieu à de violentes échauffourées ou même se transforme en bataille rangée.

  • 18 Témoin 1.
  • 19 Témoin 16.
  • 20 Témoin 17.
  • 21 Comme ce fut si souvent le cas dans les émeutes anglaises des xviie et xviiie siècles, objets de ma (...)

21Or il n’en a rien été. Les deux groupes n’en sont jamais venus aux mains, ni celui des moissonneurs ni celui des villageois n’eut à déplorer de blessé et les habitants de Rocca Paida et de Trevigliano choisirent au bout d’un certain temps de quitter les lieux sans chercher à entraver davantage le travail des moissonneurs. Comment expliquer un tel dénouement alors que les seconds semblaient au départ bien décidés à tout faire pour empêcher les premiers de bafouer plus longtemps leurs droits, en moissonnant des terres qui faisaient partie jusqu’à peu de leur patrimoine collectif ? La réponse est à chercher dans le comportement des femmes de Rocca Paida et de Trevigliano, qui, et c’est là un point sur lequel tous les témoignages concordent, ont tout fait pour empêcher le recours à la violence, aussi bien de la part de leurs compaesani que de celle des gens d’Assise. L’une d’elles, qui figure en tête de la liste des 11 femmes fournie par le premier témoin, Santutia Ricchi, réussit par exemple à se saisir de la lance brandie par un homme d’Armenzano, qui s’apprêtait à agresser le groupe de villageois18. Une autre dont on ignore le nom barre la route à l’un de ses compatriotes, Scangnolus Armanni, qui, armé lui aussi d’une lance, voulait s’élancer contre le groupe des moissonneurs19. À côté de ces initiatives individuelles, c’est l’ensemble des mulieres et donc toute la composante féminine de la manifestation qui s’interpose entre les deux camps, de manière à éviter tout contact physique entre les deux groupes de mâles prêts à en découdre. Elles ne sont certes pas les seules à vouloir éviter le pire : les témoins, bien qu’appelés à déposer en faveur d’Assise, ne manquent pas de signaler le rôle modérateur de certains hommes des deux groupes. Dans le groupe no 2, ce fut particulièrement le cas des trois personnages qui me sont apparus comme les leaders du groupe. Dans le groupe no 1, les deux personnages qui s’emploient le plus à calmer les esprits sont d’une part le chef du groupe, dominus Rainerius Angeli, de l’autre un homme d’Armenzano dont la fille a épousé un habitant de Rocca Paida et qui a donc intérêt à ce que les choses ne s’enveniment pas trop20. Mais il faut bien voir que, loin de se tenir sagement rangées sous la bannière d’un leadership masculin dont elles ne feraient qu’exécuter les ordres, les femmes non seulement agissent de leur propre chef21, mais finissent par imposer aux hommes la seule ligne qui leur paraît en mesure d’arracher un compromis aux dirigeants d’Assise : donner l’image de la plus grande détermination, oui, et il était bon pour cela qu’elles participent en masse à la manifestation et emmènent leurs enfants avec elles, mais sans aller jusqu’à commettre l’irréparable, de manière à ne pas fermer la porte à de possibles négociations.

22Ont-elles vu juste et Assise s’est-elle résolue à faire des concessions aux habitants des deux ville du contado de Spello ? Je l’ignore, mais l’action des femmes de Rocca Paida et de Trevigliano aura au moins obtenu un résultat qu’il leur était évidemment impossible de prévoir : celui de rappeler à l’historien de l’Italie communale, s’il en était besoin (et c’est souvent le cas), qu’il n’était pas toujours nécessaire, pour les femmes comme pour les hommes, de passer par la case « institutions » pour agir sur la scène politique.

Schéma de localisation approximative des villes et villages cités dans l’article (réalisé par Marie Dejoux)

Schéma de localisation approximative des villes et villages cités dans l’article (réalisé par Marie Dejoux)

Notes

1 G. Chittolini, « Su alcuni aspetti dello stato di Federico », dans G. Cerboni Bairadi, G. Chittolini, P. Floriani (éd.), Federico di Montefeltro. Lo stato/le arti/la cultura. Lo stato, Rome, Bulzoni, 1986, p. 61-102 ; id., « Per una geografia dei contadi alla fine del Medioevo », dans id., Città, comunità e feudi negli stati dell’Italia centro-settentrionale (secoli XIV-XVI), Milan, Unicopli, 1996, p. 1-17.

2 A. Grohmann, « Per una tipologia degli insediamenti umani del contado di Assisi », dans Assisi al tempo di San Francesco. Atti del V convegno internazionale, Assisi, 13-16 ottobre 1977, Assise, Tipografia Porziuncola, 1978, p. 181-246, ici p. 217-227 ainsi que planche 1 et clichés 1-3.

3 Il s’agit d’un ouvrage de plus de deux mille deux cents pages, qui fourmille de très précieuses informations, mais qui manque totalement d’esprit critique et repose sur une culture historique pour le moins discutable ; A. Fortini, Nova vita di Francesco d’Assisi, s. l., s. n., s. d., 6 vol. publiés à Milan en 1926. Sur la personnalité et l’œuvre de Fortini, S. Da Campagnola, « Arnaldo Fortini (1889-1970) », Bollettino della deputazione di storia patria per l’Umbria, 67, 1970, p. 210–216.

4 Fortini, Nova vita…, op. cit., t. 3, p. 390-391. Preuve de l’importance que les autorités d’Assise attachaient à la transaction : l’acte de vente est conclu à Assise même, in palatio populi asisinatis in consilio generali ipsius populi. Il n’est d’ailleurs pas impossible que le vendeur, qualifié ici pour la première fois de nobilis comes, ait transféré sa résidence de Spello à Assise, puisqu’il est dit olim de Spello, ou du moins qu’il soit devenu citoyen d’Assise.

5 Voir en particulier la notice d’un acte du 31 octobre 1257 dans Fortini, Nova Vita…, op. cit., t. 3, p. 384.

6 Ibid.

7 Pour un exemple de polyactivité en milieu urbain, J.‑C. Maire Vigueur, « Il mondo dei mestieri a Roma », dans A. Molinari, R. Santangeli Valenzani, L. Spera (éd.), L’Archeologia della produzione a Roma (secoli V-XV). Atti del Convegno internazionale di studi (Roma, 27-29 marzo 2014), Bari, Edipuglia, 2016, p. 439-464. Sur l’importance des propriétés collectives dans l’économie et les finances des villes communales, id., Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale xiie-xiiie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2003, avec la bibliographie citée. Voir en outre les ouvrages et articles de R. Rao sur la question.

8 Fortini, Nova Vita …, op. cit., t. 3, p. 147.

9 Archivio di Stato di Perugia, sezione di Assisi, archivio del comune, busta 17. Le document est brièvement signalé par Fortini, dans ibid., p. 391-392, mais mon attention sur lui a surtout été attirée par un passage du livre de A. Fiore, Signori e sudditi. Strutture e pratiche del potere signorile in area umbro-marchigiana (secoli XI-XIII), Spolète, Cisam, 2010, p. 30-31, où l’auteur, parfaitement conscient de la valeur de ce document exceptionnel, souligne d’une manière remarquablement pertinente la différence de comportement entre les hommes et les femmes de Rocca Paida, dans leur action contre les hommes envoyés par Assise pour moissonner certaines terres de leur village.

10 Fiore, Signori e sudditi…, op. cit., p. 29.

11 Témoin 18. Les feuilles du rouleau B. 17 n’étant pas numérotées, je me contente de renvoyer, ici et dans les notes suivantes, aux témoins dont je tire mes informations, en les désignant selon leur ordre d’apparition, de 1 à 27, devant le notaire chargé d’enregistrer les dépositions.

12 Témoin 5.

13 Témoin 14.

14 Témoin 16.

15 Témoin 21.

16 Témoins 7 et 8.

17 Témoin 16. Le même témoin relève la présence, parmi les hommes armés, de Nutulus dompni Scangni et de dompnus Crescius Lacei, autrement dit des deux personnages qui jouissaient d’une position de nette prééminence par rapport aux autres villageois et qui devaient en plus être dotés d’une certaine expérience militaire.

18 Témoin 1.

19 Témoin 16.

20 Témoin 17.

21 Comme ce fut si souvent le cas dans les émeutes anglaises des xviie et xviiie siècles, objets de magistrales analyses dans le grand livre d’E. P. Thompson, Les usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre, xviie-xixe siècle [1991], Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 2015, p. 302-308, 411-413.

Table des illustrations

Titre Schéma de localisation approximative des villes et villages cités dans l’article (réalisé par Marie Dejoux)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

Auteur

université de Rome III

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search