Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Quatrième partie. Élites rurales et échanges entre villes et campagnes

Aux portes de la cité

Élites rurales et élites féminines des campagnes lucquoises aux viiieixe siècles

Geneviève Bührer-Thierry

Texte intégral

  • 1 F. Menant et J.-P. Jessenne, « Introduction », dans id. (éd.), Les élites rurales dans l’Europe méd (...)
  • 2 Chartae latinae Antiquiores : facsimile edition of the latin charters, 1-109, Urs Graf Verlag, Diet (...)
  • 3 Citons, dans l’ordre chronologique et sans aucune prétention à l’exhaustivité, H. Schwarzmaier, Luc (...)
  • 4 Sur les caractères de ces vici en Toscane, M. Valenti, « La formazione dell’insediamento altomediev (...)
  • 5 E. Repetti, Dizionario geografico, fisico, storico della Toscana, contenente la descrizione di tutt (...)
  • 6 La plus ancienne charte mentionnant Lunata est datée de septembre 752 avec parmi les témoins : Sign (...)
  • 7 R. Stopani, La via Francigena in Toscana. Storia di una strada medievale, Florence, Salimbeni, 1984 (...)
  • 8 I. Belli Barsali, « La topografia di Lucca nei secoli VIII-XI », dans Lucca e la Tuscia nell’alto M (...)
  • 9 C. Wickham, « Bounding the city: concepts of urban-rural différence in the West in the early middle (...)
  • 10 Stoffella, « L’episcopato lucchese… », art. cité, p. 31-34.

1Si les élites rurales représentent « une catégorie qui reste largement à construire pour le Moyen Âge »1, la riche documentation italienne permet de cerner des groupes intermédiaires entre paysannerie et aristocratie, groupes qui constituent une partie intégrante de la société rurale mais dont l’une des caractéristiques repose sur les liens qu’ils entretiennent avec la cité. La documentation conservée pour les campagnes toscanes dès l’époque lombarde offre de grandes possibilités de pénétrer au sein de ces sociétés rurales du haut Moyen Âge : c’est en particulier le cas de la région de Lucques dont les archives, récemment rééditées dans la collection des Chartae Latinae Antiquiores2 ont déjà fourni la base de très nombreux travaux3. Je voudrais m’intéresser ici à un groupe actif dans un vicus tout proche de la cité4 : Lunata, actuellement sur la commune de Capannori, situé à six kilomètres dans la plaine orientale et probablement dans une boucle de l’Auser/Serchio5, une localité attestée depuis 752 dans les chartes6. Lunata se trouvait au croisement de la via Cassia qui reliait Lucques à Florence et de la via Francigena, la grande route qu’empruntaient tous les pèlerins venus du Nord pour se rendre à Rome. La route ne passait pas directement dans la cité de Lucques mais elle y était reliée par une voie qui, depuis Lunata, rattrapait le tracé de l’ancien decumanus et pénétrait par la porte saint Gervasius7 : les élites de cette localité étaient donc physiquement reliées à la ville8, même s’il ne faut probablement pas avoir une vision trop « optimiste » de ce que pouvait être une cité du viiie siècle, davantage caractérisée par sa « ruralisation » et par la discontinuité du tissu urbain que par une dichotomie bien claire entre monde rural et monde urbain, entre la cité et les campagnes9. Il n’empêche que la cité demeure un pôle de pouvoir et que les notaires prennent bien soin de distinguer ce qui est hors ou à l’intérieur des murs de la cité10. En outre, l’activité économique de Lucques semble avoir été très dynamique dès la fin de l’époque lombarde et plus encore à partir de l’époque carolingienne.

  • 11 ChLa XXXIII, 982.
  • 12 B. Andreolli, « Crispino: un piccolo proprietario dell’età longobarda », dans id., Uomini nel Medio (...)

2On ne s’étonnera donc pas de voir parmi ces élites les plus anciennement attestées un Crispino negutians qui fonde une église familiale dédiée à saint Martin avant 76411 : ce personnage a déjà donné lieu à plusieurs études et représente bien cette catégorie ambivalente des élites « rurales » de l’époque lombarde qui sont très liées à la cité12. Je voudrais m’intéresser ici aux groupes des élites habitant - ou tout au moins possédant des biens fonciers - à Lunata de la seconde moitié du viiie siècle aux années 840, en m’interrogeant sur le rôle que jouent les élites féminines dans la structuration de ces groupes, à travers le cas d’Iltruda, fille d’Argimo de Lunata.

  • 13 ChLa LXXIII, 38 ; LXXIV, 10 ; LXXVII, 13 et 17 ; la dernière charte n’a pas encore été éditée dans (...)
  • 14 ChLa LXXVII, 13.
  • 15 MDL V, 2, 655.
  • 16 Cette précision montre un assez grand degré de fortune, car, même à l’intérieur des cités toscanes, (...)

3Iltruda apparaît dans cinq chartes entre 811 et 84813 : elle a dû décéder vers 837/838 puisqu’une charte datée du 24 mai 838 procède à la liquidation d’une partie de son patrimoine pour le salut de son âme, ainsi qu’elle l’avait demandé à ses exécuteurs testamentaires14. Dix ans plus tard, en 848, elle est encore mentionnée comme ancienne propriétaire d’une pièce de vigne située à Lunata15. Dans tous les actes, elle est toujours nommée Dei ancilla, filia bone memorie Argimi et deux actes sur cinq précisent : de Lunata. La plupart de ces actes, à l’exception du premier, concernent des biens situés en totalité ou en partie à Lunata. Toutefois, ce qu’on peut connaître de son patrimoine déborde largement de la petite localité de Lunata et s’étend jusqu’à Tempagnano dans le Valdottavo, à une vingtaine de kilomètres au nord de la cité en remontant la vallée du Serchio. Elle possédait aussi une maison en pierre (saliciola)16 située à proximité d’un monastère dédié à saint Michel infra muro civitatis Lucense, dont elle avait la charge, mais dont la localisation demeure très difficile.

  • 17 ChLa XXXIII, 981. Sur cette fondation, voir en dernier lieu Stoffella, « Lociservatores nell’Italia (...)
  • 18 Sur ce personnage, ibid., p. 361-369.
  • 19 MDL V, 2, 374.
  • 20 On trouve l’ensemble des éléments dans Schwarzmaier, Lucca und das Reich…, op. cit., p. 20-21 et da (...)
  • 21 G. Otranto, « Genesi, caraterri e diffusione del culto Micaelico del Gargano », dans P. Bouet, G. O (...)
  • 22 P. Guidi, Schola clericorum et cura animarum, V/2, partie III, p. 517. Cité par Concioni, Vescovi e (...)
  • 23 G. Cavallo et G. Nicolaj, ChLa LXXIII, p. 128, note 1.
  • 24 Belli Barsali, « La topografia di Lucca… », art. cité, p. 532.
  • 25 ChLa XXX, 6.

4Cette église Saint-Michel est à l’origine une fondation familiale de Teutprand et Gumpranda, destinée aux filles de la famille qui ne se marieront pas : fondée en 764, ils s’y retirent avec leurs filles pour y vivre chastement17. À la génération suivante, leur fils, le diacre Austrifons18 prévoit, en 811, qu’au décès de sa dernière sœur, la fondation familiale devra être remise entre les mains de la moniale Iltruda, qui aura la charge d’y fonder une véritable communauté monastique19. Tous les historiens ont cherché à identifier cette fondation dans la topographie de la cité, sans jamais y parvenir20 : Lucques ne compte en effet pas moins de quatre églises dédiées à saint Michel Archange – une dédicace courante à l’époque lombarde21 –, dont au moins deux sont situées hors les murs de la cité. L’église Saint-Michel de Teutprand a été souvent identifiée à Saint-Michel « in Foro », qui est la seule église Saint-Michel connue à l’intérieur des murs, mais dont on a pu démontrer qu’elle a été fondée antérieurement et qu’elle n’est pas un monastère de femmes dans la première moitié du ixe siècle22. Les éditeurs du volume LXXIII des Chartae latinae Antiquiores qui ont réédité la charte de 811, tout en reconnaissant que cette église n’est pas identifiable23, renvoient au no 27 de l’inventaire d’Isa Belli Barsali24, c’est-à-dire à Saint-Michel « in Cipriano », qui, d’une part, a été fondé par le père de l’évêque Peredeo en 72025 et, d’autre part, est certes situé aux portes de la cité mais à l’extérieur, précisément sur la route qui entre par la porte saint Gervasius et relie la cité à Lunata. Il faut donc renoncer à localiser l’église dont le diacre Austrifons confie la charge à la moniale Iltruda, mais il faut se demander quelles sont les relations entre ces deux personnages.

  • 26 Concioni, Vescovi e canonici…, op. cit., p. 103-109.
  • 27 ChLa XXXVIII, 1124.
  • 28 ChLa XXXIV, 1008.
  • 29 Stoffella, « Aristocraty and rural churches… », art. cité, p. 301-303.
  • 30 Ibid., p. 301-307.
  • 31 ChLa LXXIII, 45 (812) : … offero Deo et tibi ecclesiae beati Frigiani, quod est plebis baptismalis (...)
  • 32 Sur la construction du pouvoir épiscopal à travers l’implantation des pôles de sacralité, dans un a (...)

5Austrifons, diacre puis archidiacre, est un personnage bien connu dans l’entourage des évêques de Lucques26 et il a manifestement beaucoup de liens avec Lunata. On le voit échanger des biens avec Argimo, le père d’Iltruda, en 789, date à laquelle il est déjà recteur de l’église saint Fredianus de Lunata27. Cette église, dont on ne connaît pas la date de fondation, apparaît dans la documentation en 76928, mais l’acte montre qu’elle existe déjà depuis longtemps. Entre 789 et 792, tous les actes mettant en cause saint Fredianus de Lunata sont souscrits, entre autres témoins, par Argimo puis par son fils Laipo. Marco Stoffella a montré qu’un groupe de plusieurs familles – parmi lesquelles celle d’Argimo et Iltruda – contrôle cette église Saint-Fredianus, dont il pense qu’elle est une fondation collective des élites de Lunata29 : la dédicace à Fredianus, un ermite réputé irlandais, devenu évêque de Lucques dans la seconde moitié du vie siècle et mort en 588, est en elle-même très intéressante pour deux raisons. La première est qu’on attribuait à Fredianus la fondation d’une basilique au nord de la cité, hors les murs de la ville : d’abord dédiée à saint Vincent, Fredianus y avait été enterré et son culte s’était répandu jusque dans les campagnes. Fonder une église dédiée à Fredianus était un moyen pour les élites locales de manifester un lien privilégié avec la cité et de rehausser leur prestige. À la fin du viiie siècle, comme partout dans l’empire carolingien, les évêques de Lucques ne tardèrent pas à mettre la main sur cette fondation due à Fredianus, en obtenant le soutien plus ou moins actif des élites locales30, mais il faut souligner que ce sont les évêques Jean Ier (780-801) et son frère et successeur Jacques (801-818) qui ont développé le culte de saint Fredianus, notamment en faisant construire une crypte sous la basilique et en s’y faisant ensevelir. Or c’est précisément sous l’épiscopat de Jacques qu’on trouve la première mention de Saint-Fredianus de Lunata comme église baptismale31 : elle devient ainsi le pôle sacré pincipal du vicus, renforçant les liens avec l’évêque et la cité à travers le culte des reliques du même saint et à travers son desservant, l’archidiacre Austrifons. Ce faisant, l’évêque ne procède pas seulement à la récupération des églises « privées », il implante de nouveaux pôles de sacralité – les églises baptismales – qui tirent désormais de lui seul leur légitimité32.

  • 33 BHL 3173-3177 ; Analecta Bollandiana, XI, 1892, p. 262-263.
  • 34 Grégoire le Grand, Dialogues, III, 9, éd. par A. de Vogüe, trad. par P. Antin, Paris, Cerf, 1979, t (...)

6L’autre raison qui fait de Fredianus un saint particulier, c’est sa réputation d’aménageur des campagnes : en effet, même s’il est très difficile de faire fonds sur sa Vita, dont la tradition est très compliquée et dont le plus ancien manuscrit n’est pas antérieur au ixe siècle33, le chapitre IX du troisième livre des Dialogues de Grégoire le Grand lui est entièrement consacré et, compte tenu de la date de rédaction, avant 594, largement à prendre en considération34. Grégoire dit tenir son information de l’évêque Venance de Luni qui lui a raconté comment Fredianus avait détourné le cours de l’Auser pour empêcher le fleuve de se répandre dans la campagne environnante. Les habitants avaient entrepris de nombreux travaux pour essayer de dériver le fleuve, mais aucun moyen ne réussissait :

  • 35 Ibid., p. 289.

Alors l’homme du Seigneur, Frigdianus, se fit un petit râteau, gagna le lit du cours d’eau et se mit en prière tout seul. Puis il ordonna à la rivière de le suivre, et par l’itinéraire qu’il avait en tête, il tira son râteau sur le sol. Quittant son lit, toute l’onde fluviale le suivit, désertant complètement les lieux de son cours habituel. Elle revendiqua pour son lit le tracé assigné au sol par le râteau de l’homme du Seigneur et ne lésa plus les semis et plantations qui servaient à nourrir les hommes35.

7On comprend donc aisément que les propriétaires fonciers de la plaine orientale, qui étaient les premiers concernés par les débordements de l’Auser, se soient mis sous la protection de Fredianus et, si on peut douter du miracle, on peut en revanche accorder foi à une entreprise d’aménagement et de bonification des campagnes sous la houlette de l’évêque : Fredianus se présente donc comme un saint évêque lié à la fois à la cité et à la vie des campagnes, il est ici un intermédiaire privilégié. Tous ces éléments nous permettent de considérer l’église Saint-Fredianus comme un lieu de cristallisation du pouvoir des élites de Lunata, depuis la fondation à l’époque lombarde jusqu’à l’intégration dans le réseau épiscopal, processus dans lequel le diacre Austrifons joue certainement un rôle central, puisqu’on le voit lié aussi bien à l’évêque qu’au groupe d’Argimo et Iltruda. Pour autant, il est extrêmement difficile d’établir entre eux des liens familiaux, malgré un grand nombre de chartes qui permettent de reconstituer un ensemble assez large de personnes liées directement à Iltruda, groupe dont je propose la reconstitution suivante :

  • 36 Je me démarque ici de la reconstitution proposée par M. Stoffella dans, « Aristocraty and rural chu (...)

Le groupe autour d’Iltruda36

Le groupe autour d’Iltruda36
  • 37 S. Collavini, « Spazi politici e irraggiamento sociale delle élites laiche intermedie (Italia centr (...)
  • 38  F. Menant, J.-M. Martin, « Conclusion », MEFR, Moyen Âge, 106/2, 1994, Genèse médiévale de l’anthr (...)

8Ce groupe peut, à coup sûr, être considéré comme représentatif de ces élites intermédiaires, qui ne font sans doute pas partie de la plus haute aristocratie, mais qui sont d’importants propriétaires fonciers, des « notables » de la campagne lucquoise37. Ils sont aussi très liés à la cité, sans pour autant abandonner leur implantation à Lunata, comme le montrent les très nombreuses mentions, quoique jamais systématiques, indiquant NN de Lunata. Sans entrer ici dans un développement sur le système anthroponymique, on peut sans doute avancer que l’utilisation par les notaires d’un élément référant à un lieu n’est pas seulement lié à la nécessité de distinguer des homonymes dans un stock onomastique restreint38 (ce qui n’est pas vraiment le cas puisqu’on ne rencontre pas d’autre Argimo à la même période), mais manifeste aussi une revendication de notabilité en un lieu donné et peut être comprise comme le signe de la réelle implantation de certains groupes familiaux à l’extérieur de la cité.

  • 39 ChLa LXXIII, 24.
  • 40 ChLa LXXIV, 10.
  • 41 ChLa LXXVII, 13.
  • 42 Sur la question du prix de la vigne, particulièrement difficile à cerner, L. Feller, A. Gramain, F. (...)
  • 43 MDL V 2, 655.
  • 44 Sur le thème de la vigne associée à la Passion et à l’Eucharistie dès le haut Moyen Âge, T. Crépin- (...)

9Cette implantation repose sur un patrimoine très dispersé et en recomposition permanente : on voit sans cesse ces propriétaires vendre, échanger, remembrer des pièces de terre et on peut même suivre la circulation de certaines d’entre elles sur un temps assez long. Ainsi Austrifons a-t-il acquis en 808 une vigne au lieu dit Insola près de Lunata, à la fois par achat et par échange avec Titulo, fils de feu Fusciulo39. En 815, il vend cette pièce de vigne à Iltruda pour 50 sous d’argent : on apprend alors que la transaction avec Titulo avait pour but un remembrement, car Austrifons explique que la vigne qu’il vend lui vient en partie de ses parents40. En 838, le prêtre Osprand et le clerc Guntelmus, qui sont les exécuteurs testamentaires d’Iltruda, vendent cette vigne à Turingus, frère de Guntelmus, pour la somme de 20 sous d’argent, qui devront être dépensés sous forme d’aumônes pour le salut de l’âme d’Iltruda41 : il est difficile de savoir s’il s’agit de la même parcelle, les confronts ne sont pas les mêmes, mais en vingt ans les propriétaires ont nécessairement changé. En revanche, la différence de prix pourrait indiquer qu’il ne s’agit que d’une partie de la vigne acquise en 815, ou encore que la vente de 815 camouflait d’autres opérations42. Enfin, en 848, Turingus donne cette vigne à l’abbesse Bertilda du monastère Saint-Michel, laquelle a succédé à Iltruda, pour le salut de son âme à lui43. Ainsi la vigne qui représente sans doute une parcelle d’assez grande valeur – y compris symbolique44 – intègre-t-elle le patrimoine de Saint-Michel, monastère désormais sous le contrôle de l’évêque de Lucques.

  • 45  MDL V, 2, 545 : offero Deo et suprascripto monasterio sancti Mihaelis pro redemptionem ipsius Iltr (...)
  • 46 Ibid. : casella mea illa infra hanc civitatem, quod est saliciola, prope ipso monasterio, qui fuit (...)
  • 47 Ibid. : Casa et res mea illa massaricias in loco Tempaniano prope Octavo, qui recta fuit per Aurolo (...)
  • 48 Sur Auderam et ses parents, Schwarzmaier, Lucca und das Reich…, op. cit., p. 301-302.

10Mais ce n’est pas le seul bien d’Iltruda qui est finalement récupéré par le monastère : peu de temps après le décès de l’abbesse, l’archidiacre Auderamus donne également à Saint-Michel des biens qu’il a achetés, tout comme Turingus, aux dispensatores d’Iltruda en 838. Mais contrairement à Turingus, il les donne pour le salut de l’âme de l’abbesse décédée45. Il s’agit de propriétés apparemment assez importantes comprenant une petite maison située près du monastère, dont on imagine qu’elle devait être la maison d’habitation d’Iltruda46, une autre maison et une exploitation avec des tenanciers à Tempagnano dans le Val d’Ottavo47, dont il rappelle à chaque fois qu’il les a acquis par achat auprès des exécuteurs testamentaires d’Iltruda. On peut se demander pourquoi Auderamus a acheté tous ces biens dans le seul but de les donner – quasi immédiatement – à l’Église ? Pourquoi les exécuteurs testamentaires ne pouvaient-ils pas les donner directement eux-mêmes pour le salut de l’âme d’Iltruda ? Faut-il imaginer que ces biens étaient gagés et qu’il fallait d’abord rembourser la dette avant de pouvoir les donner, ce qu’aurait fait Auderamus en tant que proche parent d’Iltruda, hypothèse que rien cependant ne permet d’étayer ? Iltruda n’avait pas demandé que ses biens fonciers soient transférés à l’Église pour le salut de son âme, mais qu’ils soient vendus et que le produit de cette vente soit distribué sous forme d’aumône : en achetant les biens d’Iltruda à ses exécuteurs testamentaires, Auderamus a déjà fourni à la moniale de quoi racheter ses péchés, le fait qu’il donne ensuite les terres à l’Église ne peut donc être interprété que comme un acte de charité supplémentaire, qui indique forcément une grande proximité avec la défunte. Ici encore, il est cependant impossible de relier précisément Auderamus au groupe d’Argimo et Iltruda48.

  • 49 Stoffella, « Lociservatores », art. cité, p. 372-373.

11Quoi qu’il en soit, on observe bien ici le rôle que peut jouer une femme appartenant à cette catégorie des propriétaires fonciers, qui constitue une élite liée à la fois à la cité et à la campagne environnante : elle appartient à un groupe qui a manifestement su négocier les transformations liées à la conquête carolingienne en participant à la hiérarchisation mise en œuvre à partir du tournant du viiie siècle. À ce titre, il semble que le groupe autour d’Iltruda a pu bénéficier d’une certaine mobilité sociale en trouvant les moyens de se rapprocher de la cité qui demeure un centre de pouvoir : s’ils faisaient déjà partie de l’élite au milieu du viiie siècle – Argimo s’intitule vir devotus en 752 –, la multiplication des connexions possibles avec la cité les projette dans une autre sphère, notamment à travers le service de l’évêque, la prise en charge de fondations mémorielles au cœur même de la cité et le service du roi, notamment dans des fonctions judiciaires49.

  • 50 ChLa LXXIII, 38 : ut ipsa Eltroda Dei ancilla abeat potestatem ipsa vel cui ipsa dederit, pro remed (...)
  • 51 C. La Rocca, « Segni di distinzione. Dai corredi funerari alle donazioni “post obitum” nel regno lo (...)

12Si le service du roi n’est pas ouvert aux femmes, elles peuvent s’illustrer dans la prise en charge de la mémoire familiale : dans la charte de 811, Austrifons précise bien qu’Iltruda aura le droit de dépenser tous les biens meubles pour le salut de l’âme des fondateurs de Saint-Michel et de leur famille50. Cette pratique montre qu’on distribue volontiers des aumônes, qui peuvent prendre la forme du luminaire ou encore de la distribution de repas aux pauvres dans un xenodochium, ce qui n’est possible que dans un contexte urbanisé et relativement monétarisé ; mais elle pourrait être aussi le signe de la survivance en Italie de la distribution de biens meubles – les sherpa – qui était exclusivement réservée aux femmes et dont l’importance soulignait le statut social du défunt51.

13Iltruda « de Lunata » a probablement fini sa vie à Lucques même, dans la petite maison en pierre qui flanquait le monastère : elle représente bien cette catégorie des élites qui font le lien entre la cité et les campagnes environnantes et qui contribuent, à la fois économiquement et symboliquement, à l’intégration de ces campagnes dans le système de la cité. Même après sa mort, les propriétés rurales qui lui avaient appartenu ont continué d’irriguer le courant de donations qui relie le groupe d’Austrifons au groupe d’Auderamus, les vivants et les morts, mais aussi la ville et les campagnes.

Notes

1 F. Menant et J.-P. Jessenne, « Introduction », dans id. (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXVIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, p. 7-52, ici p. 10.

2 Chartae latinae Antiquiores : facsimile edition of the latin charters, 1-109, Urs Graf Verlag, Dietikon-Zurich, 1954‑2016, désormais citées ChLa suivi du numéro du volume. Les chartes de Lucques se trouvent dans les ChLa XXX à XL pour les chartes antérieures au ixe s. et dans les ChLa LXXII à LXXXIV pour le ixe s. Pour une évaluation de l’ensemble de cette documentation lucquoise, A. Mailloux, « Modalités de constitution du patrimoine épiscopal de Lucques (viiie-xe s.) », MEFR – Moyen Âge, 111/2, 1999, Les transferts patrimoniaux, p. 701-723.

3 Citons, dans l’ordre chronologique et sans aucune prétention à l’exhaustivité, H. Schwarzmaier, Lucca und das Reich bis zum Ende des 11. Jahrhunderts. Studien zur Sozialstruktur einer Herzogsstadt in der Toskana, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1972 ; C. Wickham, The Mountains and the City. The Tuscan Appennines in the Early Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1988 ; S. Collavini, «Honorabilis domus et spetiosissimus comitatus». Gli Aldobrandeschi da “conti” a “principi territoriali” (secoli IX-XIII), Pise, Edizioni ETS, 1998 ; M. Stoffella, Fuori e dentro la città. La Toscana occidentale e le sue elites (secoli VIII-XI), thèse de doctorat dirigée par P. Cammarosano et S. Gasparri, université Ca’ Foscari Venezia, 2006, dont il a tiré de nombreux articles directement liés à notre propos, notamment : id., « Aristocraty and rural churches in the territory of Lucca between Lombards and Carolingians », dans S. Gasparri (éd.), 774 : ipotesi su una transizione, Turnhout, Brepols, 2008, p. 289-311 ; id., « L’episcopato lucchese tra Longobardi e Franchi », Actum Luce. Rivista di studi lucchesi, 36/1, 2010, p. 7-49 ; id., « Lociservatores nell’Italia carolingia: l’evidenza toscana », dans M. Bassetti et al., Studi sul Medioevo per Andrea Castagnetti, Bologne, CLUEB, 2011, p. 345-382.

4 Sur les caractères de ces vici en Toscane, M. Valenti, « La formazione dell’insediamento altomedievale in Toscana. Dallo spessore dei numeri alla costruzione di modelli », dans G. P. Brogiolo, A. Chavarría Arnau, M. Valenti (éd.), Dopo la fine delle ville : le campagne dal vi al ix secolo (Documenti di Archeologia 40), Mantoue, Società Archeologica Padana, 2005, p. 193-219.

5 E. Repetti, Dizionario geografico, fisico, storico della Toscana, contenente la descrizione di tutti i luoghi del Granducato, Ducato di Lucca, Garfagnana e Lunigiana, Florence, A. Tofani, 1835, t. 2, p. 933. Le Serchio passait alors à l’Est de la cité et non pas à l’Ouest comme aujourd’hui et se jetait dans l’Arno.

6 La plus ancienne charte mentionnant Lunata est datée de septembre 752 avec parmi les témoins : Signum manus Uuiliper di Lunata testis (ChLa 31, 936). Le fait qu’on utilise couramment l’appellation « de Lunata » pour désigner des personnes montre qu’il s’agit là d’une agglomération permanente.

7 R. Stopani, La via Francigena in Toscana. Storia di una strada medievale, Florence, Salimbeni, 1984, p. 31-32.

8 I. Belli Barsali, « La topografia di Lucca nei secoli VIII-XI », dans Lucca e la Tuscia nell’alto Medioevo. Atti del Vo Congresso internazionale di Studi sull’alto Medioevo (Lucca, 37 ottobre 1971), Spolète, CISAM, 1973, p. 461-554.

9 C. Wickham, « Bounding the city: concepts of urban-rural différence in the West in the early middle ages », dans Città e campagna nei secoli altomedievali. Atti delle Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo (Spoleto, 27 marzo-1 aprile 2008), 56, Spolète, CISAM, 2009, t. 1, p. 61-80 et M. Valenti, « La Toscana prima e dopo il 774 : i segni delle aristocrazie in ambito urbano et rurale », dans S. Gasparri (éd.), 774…, op. cit., p. 221-261.

10 Stoffella, « L’episcopato lucchese… », art. cité, p. 31-34.

11 ChLa XXXIII, 982.

12 B. Andreolli, « Crispino: un piccolo proprietario dell’età longobarda », dans id., Uomini nel Medioevo. Studi sulla società lucchese dei secoli VIII-IX, Bologne, Pàtron Editore, 1983, p. 33-38. C. Wickham « Aristocratic Power in Eighth-Century Lombard Italy », dans A. C. Murray (éd.), After Rome’s Fall. Narrators and Sources of Early Medieval History: Essays presented to Walter Goffart, Toronto, Toronto University Press, 1998, p. 153-170 ; Stoffella, « Aristocraty and rural churches… », art. cité, ici p. 295-297. Un autre cas célèbre est celui de Toto de Campione, à proximité de Milan, voir S. Gasparri et C. La Rocca (éd.), Carte di famiglia. Strategie, rappresentazione e memoria del gruppo familiare di Totone di Campione (721-877), Rome, Viella, 2005.

13 ChLa LXXIII, 38 ; LXXIV, 10 ; LXXVII, 13 et 17 ; la dernière charte n’a pas encore été éditée dans les ChLa : D. Barsocchini, (éd.), Memorie e documenti per servire all’istoria del Ducato di Lucca, t. 5, 2, Lucques, Bertini, 1840 (réimpr. 1971) dorénavant : MDL V, 2, ici no 655.

14 ChLa LXXVII, 13.

15 MDL V, 2, 655.

16 Cette précision montre un assez grand degré de fortune, car, même à l’intérieur des cités toscanes, la plupart des maisons sont en bois et en torchis, au mieux avec un soubassement en pierre, voir Valenti, « La Toscana prima e dopo il 774… », art. cité, ici p. 230.

17 ChLa XXXIII, 981. Sur cette fondation, voir en dernier lieu Stoffella, « Lociservatores nell’Italia carolingia… », art. cité, p. 356-361.

18 Sur ce personnage, ibid., p. 361-369.

19 MDL V, 2, 374.

20 On trouve l’ensemble des éléments dans Schwarzmaier, Lucca und das Reich…, op. cit., p. 20-21 et dans G. Concioni, Vescovi e canonici a Lucca tra Longobardi e Franchi, Pise, Edizioni ETS, 2007, p. 103, n. 77.

21 G. Otranto, « Genesi, caraterri e diffusione del culto Micaelico del Gargano », dans P. Bouet, G. Otranto et A. Vauchez (éd.), Culte et pèlerinages à saint Michel en Occident. Les trois monts dédiés à l’Archange, Rome, EFR, 2003, p. 43-64.

22 P. Guidi, Schola clericorum et cura animarum, V/2, partie III, p. 517. Cité par Concioni, Vescovi e canonici…, op. cit., p. 103.

23 G. Cavallo et G. Nicolaj, ChLa LXXIII, p. 128, note 1.

24 Belli Barsali, « La topografia di Lucca… », art. cité, p. 532.

25 ChLa XXX, 6.

26 Concioni, Vescovi e canonici…, op. cit., p. 103-109.

27 ChLa XXXVIII, 1124.

28 ChLa XXXIV, 1008.

29 Stoffella, « Aristocraty and rural churches… », art. cité, p. 301-303.

30 Ibid., p. 301-307.

31 ChLa LXXIII, 45 (812) : … offero Deo et tibi ecclesiae beati Frigiani, quod est plebis baptismalis sita in suprascripto loco Lunata, ubi Ostrifonsus diaconus rector esse videtur

32 Sur la construction du pouvoir épiscopal à travers l’implantation des pôles de sacralité, dans un autre contexte, G. Bührer-Thierry, « Entre implantation familiale et patrimoine ecclésiastique : les lieux de pouvoir des évêques de Freising au ixe siècle », dans P. Depreux, F. Bougard, R. Le Jan (éd.), Les élites et leurs espaces. Mobilité, rayonnement, domination (du vie au xie siècle), Turnhout, Brepols, 2007, p. 299-318.

33 BHL 3173-3177 ; Analecta Bollandiana, XI, 1892, p. 262-263.

34 Grégoire le Grand, Dialogues, III, 9, éd. par A. de Vogüe, trad. par P. Antin, Paris, Cerf, 1979, t. 2, p. 286-289.

35 Ibid., p. 289.

36 Je me démarque ici de la reconstitution proposée par M. Stoffella dans, « Aristocraty and rural churches… », art. cité, p. 311 et id. « Lociservatores… », art. cité, p. 382 : en effet, d’une part, je ne crois pas qu’une femme systématiquement nommée ancilla Dei au ixe s. puisse avoir été mariée ; d’autre part, si elle avait eu quatre fils, l’un d’eux aurait agi comme mundoald de sa mère : or c’est le frère d’Iltruda, Ausimo, qui remplit cette fonction (ChLa LXXVII, 13). On ne voit pas non plus qu’un des fils fasse exécuter le testament d’Iltruda.

37 S. Collavini, « Spazi politici e irraggiamento sociale delle élites laiche intermedie (Italia centrale, secoli VIII-X) », dans Depreux, Bougard et Le Jan (éd.), Les élites et leurs espaces…, op. cit., p. 319-340, montre bien la partition entre élites supérieures et élites locales à Lucques à la fin de l’époque lombarde.

38  F. Menant, J.-M. Martin, « Conclusion », MEFR, Moyen Âge, 106/2, 1994, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. L’espace italien, p. 723-736, ici p. 728.

39 ChLa LXXIII, 24.

40 ChLa LXXIV, 10.

41 ChLa LXXVII, 13.

42 Sur la question du prix de la vigne, particulièrement difficile à cerner, L. Feller, A. Gramain, F. Weber, La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, EFR, 2005, p. 28-34.

43 MDL V 2, 655.

44 Sur le thème de la vigne associée à la Passion et à l’Eucharistie dès le haut Moyen Âge, T. Crépin-Leblond, « Les préfigurations du pressoir mystique dans l’art médiéval », dans D. Alexandre-Bidon (éd.), Le Pressoir mystique, Paris, Cerf, 1990, p. 79-89.

45  MDL V, 2, 545 : offero Deo et suprascripto monasterio sancti Mihaelis pro redemptionem ipsius Iltrude in prefinito : quatenus ut a presenti die sint et permaneat potestatem suprascripti monasterii, vel de suis rectoribus jure transacto nomine perpetuisque temporibus prefinito ordine.

46 Ibid. : casella mea illa infra hanc civitatem, quod est saliciola, prope ipso monasterio, qui fuit ipsis quondam Iltrude et mihi per cartula ex comparationem obvenit ab Osprando presbitero et Guntelmo clerico dispensatores ejus

47 Ibid. : Casa et res mea illa massaricias in loco Tempaniano prope Octavo, qui recta fuit per Aurolo et mihi per jam dicta catula ex comparationem obvenit ab ipsis dispensatoribus memorate Iltrude

48 Sur Auderam et ses parents, Schwarzmaier, Lucca und das Reich…, op. cit., p. 301-302.

49 Stoffella, « Lociservatores », art. cité, p. 372-373.

50 ChLa LXXIII, 38 : ut ipsa Eltroda Dei ancilla abeat potestatem ipsa vel cui ipsa dederit, pro remedium animarum nostrarum dandi et dispensandi de rebus mobilibus, sive omnem acquisitum suum.

51 C. La Rocca, « Segni di distinzione. Dai corredi funerari alle donazioni “post obitum” nel regno longobardo », dans L. Paroli (éd.), L’Italia centro-settentrionale in età longobarda, Florence, All’Insegna del Giglio, 1997, p. 31-54 et id., « Rituali di famiglia: pratiche funerarie nell’Italia longobarda », dans F. Bougard, C. La Rocca, R. Le Jan (éd.), Sauver son âme et se perpétuer. Transmission du patrimoine et mémoire au haut Moyen Âge, Rome, EFR, 2005, p. 431-457.

Table des illustrations

Titre Le groupe autour d’Iltruda36
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search