Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Troisième partie. Le crédit : outil de domination sociale et de développement économique

Autour d’une nouvelle de Boccace : l’économie immorale

Laurent Feller

Texte intégral

  • 1 V. Ferme, Women, Enjoyment and the Defense of Virtue, New York, Palgrave Macmillan, 2015. Les trans (...)
  • 2 Les gages dont il est question ici sont tout ce qu’on voudra, sauf des gages d’amour, évidemment, c (...)

1Après l’apogée que constitue le règne de Fiammetta durant lequel les différents narrateurs du Décaméron ont illustré chacun à leur tour, l’honneur, l’amour et le mariage (5e journée), les règnes suivants sont plus sombres et, lorsqu’ils abordent les relations entre hommes et femmes, présentent des situations transgressives où les règles de l’honneur comme celles instituant l’ordre matrimonial ne sont pas respectées1. Nous allons aborder brièvement ici, à travers l’une des nouvelles les plus dures et les plus drôles du Décaméron, quelques-unes des questions qui y sont posées et relèvent, pour certaines, comme la dette et le gage, de thèmes traités par F. Menant2. Il s’agit de la seconde nouvelle de la huitième journée. Avant d’aller plus avant, laissons Boccace parler et présenter le résumé succinct de la nouvelle, qui ne rend pas tout à fait justice à la richesse et à la complexité du texte, mais dit bien l’essentiel en parlant de gage et en insistant sur la circulation des objets entre les protagonistes pour différentes raisons, et ne se prive pas non plus de jouer sur le registre du double sens en final, bonne dame (buona donna) pouvant désigner, en italien, la prostituée :

  • 3 G. Boccace, Le Décaméron, trad. par G. Clerico, Paris, Gallimard, 2006. p. 635 ; G. Boccacio, Decam (...)

Le prêtre de Varlongue couche avec dame Bellecouleur ; il lui laisse en gage son tabard et lui emprunte un mortier ; il le lui renvoie et fait demander le tabard qu’il lui a laissé en reconnaissance. La bonne dame le rend non sans maugréer3.

  • 4 Décaméron, éd. fr., p. 635.
  • 5 B. Porcelli, « Dec. VIII, 2: un amorazzo contadino da ridere », Studi e problemi di critica testual (...)

2La huitième journée du Décaméron occupe une place singulière dans le recueil. Sous le règne de Lauretta, les orateurs sont tour à tour invités à deviser des « tours que jouent sans cesse la femme à l’homme, l’homme à la femme, et de ceux que les hommes l’un à l’autre se jouent4 » : c’est donc à des variations sur le thème de la tromperie, de la beffa, que Boccace se livre dans les dix nouvelles de cette journée. Parmi celles-ci, celle qui nous arrête présente un intérêt particulier pour l’histoire de l’économie et de la société rurale et le fonctionnement concret de celle-ci. Elle représente en effet le monde rural et la société paysanne, y met en scène le désir et la possession d’objets, mais aussi de corps, et narre des événements dont l’accumulation est littéralement subversive, tant l’ordre matrimonial et l’ordre économique paysan fondé sur la confiance et la réciprocité dans l’échange y semblent mis à mal. Rien ne résiste ici à la violence de désirs dépourvus d’affects et à l’introduction de l’argent et de l’échange marchand dans les relations même amoureuses5.

  • 6 Sur cette question du statut des objets : A. Appadurai, « Marchandises et politiques de la valeur » (...)
  • 7 Les figures du paysan grotesque de même que celle du curé sexuellement insatiable renvoient à des f (...)

3À côté de l’argent, les objets jouent un rôle central dans la narration et, d’une certaine manière, constituent le sujet même de la nouvelle : les objets de propriété sont constamment utilisés comme gages ou comme présents, comme biens d’usage ou comme objets commerciaux et changent sans arrêt de statut dans une circulation ininterrompue, laissant l’impression d’un jeu de bonneteau mettant en cause aussi bien les êtres que leurs biens, les personnes que les possessions6. L’un des sommets narratifs de la nouvelle, qui est à la fois le plus grand objet de scandale mais aussi le principal ressort de l’action, est la transformation du corps d’une femme en marchandise, et son assimilation volontaire à un objet pouvant entrer sans dommage dans les circuits de l’échange marchand. L’instabilité des statuts, présente dès que les protagonistes s’affranchissent des normes juridiques comme des normes morales, est sans doute l’une des grandes difficultés, mais aussi l’intérêt majeur de ce texte qui, mettant en scène l’avarice et la cupidité dans la relation amoureuse, suscite un rire qui est à la fois de réprobation et de mépris, accru du fait que la scène, se déroulant en milieu paysan, est teintée de bassesse. Le registre est en effet celui d’un comique bas, même si l’usage systématique de l’amphibologie montre le raffinement langagier de Boccace et suscite un rire immédiat7.

  • 8 Decameron, op. cit., p. 475 : Non t’esca di mente che mi rechino quelle combine per li corregiati m (...)
  • 9  Ibid., p. 476 : Egli mi conviene andar sabato a Firenze per render lana che io ho filata e a far r (...)
  • 10 Belcolore se déplace, alors que, en ville, la laine et le filé sont transportés par du personnel sp (...)

4La scène est à Varlungo, actuellement fraction de la commune de Florence et, au xive siècle, hameau de sa périphérie, petite agglomération point trop éloignée des murailles de la ville dont la proximité se fait sentir à plusieurs moments de la narration. Les habitants du hameau sont présentés comme des paysans et tous, même le curé qui leur est très proche, s’adonnent à des activités agricoles. Leurs aller et retour à Florence sont cependant fréquents, que ce soit pour des raisons juridiques ou économiques. Ainsi, c’est parce que Bentivegna del Mazzo, le mari de Belcolore, part à Florence pour aller régler une affaire judiciaire, occasion pour Boccace de railler son parler paysan et de moquer sa façon d’écorcher les mots du vocabulaire juridique, que le curé, voyant le champ libre, peut entreprendre la jeune femme. Le prêtre, qui n’a même pas de nom, demande d’ailleurs à Bentivagna de penser à faire une commission pour son compte : rappeler à deux hommes, qui ne réapparaissent plus dans le récit, qu’ils doivent lui rapporter des courroies pour ses fléaux8. De même, dans la discussion entre Belcolore et le prêtre, celle-ci lui confie qu’elle doit se rendre le samedi suivant à Florence pour y rapporter la laine qu’elle a filée et faire réparer son rouet9. Cela la place dans l’orbite économique de la ville, mais pas dans celle des circuits internes à celle-ci, du moins tels que les présente Boccace lorsqu’il en parle10. Outre la restitution de la laine travaillée et, implicitement, le paiement de son ouvrage, Belcolore a au moins une autre raison de se rendre à Florence, rembourser l’usurier et récupérer les gages qu’elle lui a laissés, une belle jupe et une ceinture de valeur. La ville fournit donc le travail, le salaire et le crédit ainsi que les objets manufacturés, plaçant d’emblée les paysans dans une situation de dépendance monétaire et matérielle les mettant explicitement en position d’infériorité que ce soit en statut ou en dignité.

  • 11 Sur la caractérisation du monde du travail dans la novellistica italienne du xive siècle : O. Redon (...)
  • 12 Decameron, op. cit., p. 474 : in un suo orto che egli lavorava a sue mani.
  • 13 Decameron, op. cit., p. 475 : La Belcolore […] cominciò a nettar sementa di cavolini che il marito (...)

5Les protagonistes sont socialement bien typés, même si l’on est dans la satire sociale et que, par conséquent, les traits physiques et les caractéristiques professionnelles renvoient à des incapacités ou à des insuffisances morales. Ce sont d’un côté des paysans, Bentivegna et sa femme Belcolore, et de l’autre un notable, le curé, dont la caricature est féroce11. Boccace associe le prêtre au travail de la terre en laissant entendre qu’il bat lui-même son grain, tout comme il met lui-même en valeur son potager12. Il l’associe aussi à une sexualité débridée, le présentant comme étant par position un prédateur sexuel. Les paysans sont enfin montrés dans toute la simplicité triviale de leurs occupations : Bentivegna, avant de partir, a battu des graines de choux que Belcolore est en train de nettoyer au moment où le curé entre chez elle13.

  • 14 On a là une présentation littéraire de la situation historique analysée, pour les vallées alpines d (...)
  • 15 Ibid., p. 474 : E per avere la dimesticchezza di monna Belcolore, a otta la presentava, e quando le (...)
  • 16 Sur la signification sexuelle des légumes : M. Picone, « L’arte della beffa… », art. cité, p. 209.
  • 17 C. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne nel Trecento. Mercanti, produzione, traffici, Flore (...)

6Bien que leurs statuts soient inégaux, les problèmes économiques que rencontrent les protagonistes sont analogues. Ils ont un rapport identique aux objets et à l’argent. Les objets, qu’il s’agisse de denrées alimentaires, de vêtements ou d’outils, sont abondants. La société rurale présentée par Boccace n’est pas frappée par la pénurie ou par le manque. Les objets donnent lieu à une circulation non commerciale intense à l’intérieur du village, formant des chaînes de réciprocité par le don et le prêt gratuit. L’argent, dans cette économie, est absent, soit qu’il soit tenu à distance par les acteurs, soit qu’il n’y en ait pas et que, par conséquent, la mise en circulation par d’autres biais que l’achat des denrées alimentaires ou des objets domestiques soit une obligation : petits dons et prêts d’objets constituent la trame des relations interpersonnelles dans le village14. Ainsi, en s’efforçant de se rapprocher de Belcolore pour la séduire, le curé lui fait de petits présents, des courtoisies, en l’espèce des légumes provenant de son jardin : de l’ail, des fèves, des oignons des échalotes15. Rien que de très honnête et de peu coûteux, tout à fait insuffisant en tout cas pour faire passer la relation de curé à paroissienne à un plan autre que celui du bon voisinage. Même si les légumes peuvent avoir une connotation sexuelle, il ne semble pas qu’ils puissent jouer un grand rôle ou être très efficaces dans une entreprise de séduction16. Dans un autre moment, plus intense, de la tentative, lorsqu’il lui fait des propositions directes, le curé parle de lui offrir de petits objets de plus grande valeur : des souliers, un petit collier, une étoffe de laine fine. Tout cela est refusé par la jeune femme, parce qu’elle en a à suffisance, non parce que cela serait inconvenant ou inapproprié. Les objets matériels ne manquent pas dans le village, pas plus que ne manquent les denrées alimentaires dans l’économie relativement prospère que Boccace nous donne à voir. Proche de Florence, Varlungo est immergé dans le flux de ses échanges, comme le sont aussi mais sans doute avec plus de difficultés les villages plus lointains du contado : C. M. de La Roncière a montré comment les objets de luxe ou de semi-luxe étaient véhiculés et distribués jusque dans les lieux apparemment les plus reculés par toute sorte de voyageurs de commerce, y compris (et c’est le cas dans l’exemple qu’il cite) des notaires allant instrumenter au fin fond du contado17. En même temps, l’économie interne du village repose en fait sur l’échange et le prêt gratuit.

  • 18 Decameron, op. cit., p. 477 : Dunque toi tu ricordanza al sere? Fo boto a Cristo, che mi ven voglia (...)
  • 19 Ibid., p. 477 : Tutti siete così gran promettitori, e poscia non attenete altrui nulla

7Les objets, qu’il s’agisse de denrées alimentaires ou de matériel culinaire, circulent fréquemment, mais ils le font par le biais des cadeaux et des prêts, dans une économie dont l’un des supports est la solidarité et l’entraide entre voisins. Les présents de légumes faits par le prêtre à la femme dont il est amoureux sont certes un substitut grossier pour des bouquets de fleurs, mais ils n’en ont pas moins leur utilité matérielle et sociale. Ils enrichissent l’ordinaire de Belcolore et de son mari ; ce sont aussi des aussi des marques d’affection et d’estime qui rapprochent les parties et renforcent les liens existant entre elles. S’ils appellent une contrepartie, celle-ci peut-être immatérielle et se limiter à faite naître et à entretenir la chaleur des relations humaines entre membres d’une même communauté et de faire en sorte que chacun puisse profiter, dans une certaine mesure, des objets qu’un autre possède. Belcolore détient ainsi un mortier de pierre, et le curé peut le lui emprunter sans que cela pose problème, parce que c’est la moindre des choses. Un tel emprunt signifie qu’une confiance réciproque existe entre les parties, l’objet fera retour à son propriétaire, et doit s’effectuer sans prise de gage (ricordanza). Le monde chaleureux du voisinage s’oppose au monde froid et hostile de l’usure à quoi échappent les relations dans la communauté. Par conséquent, lorsque Bentivegna apprend que sa femme détient un manteau court, un tabard, appartenant au curé, et persuadé que c’est une garantie pour l’emprunt du mortier, il entre dans une violente colère : au curé on ne demande pas de gage lorsqu’il a besoin de quelque chose et, quelle que soit la valeur de l’objet demandé, on le lui confie sans discuter. Boccace, parce que la formulation de Bentivegna peut laisser croire que le corps de son épouse fait partie de ce qui pourrait être cédé à la demande du curé, crée une ambiguïté dont il tire un effet comique18. Bref, la vie au village est une vie de relations où les objets circulent de maison en maison et de main en main, sous le signe de la confiance réciproque et de la solidarité, ce qui exclut la prise de gage, même lorsque quelque chose est emprunté, mais implique des obligations : on ne peut refuser de prêter ce que l’on a, sauf fâcherie et sauf aussi à appeler des rétorsions. Le curé toutefois est placé en marge de cette confiance généralisée qui unit la communauté. Belcolore sait ne pas pouvoir se fier à sa parole et lance même une accusation sérieuse : une fille, séduite par le curé après avoir cru à ses paroles, des fariboles, a été réduite à la prostitution19. Croire que le prêtre tiendra parole est donc risqué, même s’il s’agit d’une relation sexuelle, et non d’un simple prêt d’objet. Le corps et la sexualité ont donc, malgré tout, un statut à part.

  • 20 Ibid. p. 478 : Dira’le, quando tu la vedrai, che s’ella non presterà il mortaio, io non presterò a (...)
  • 21 Ibid., p. 475 : O che ben a moi uopo potrebbe esser questo, che siete tutti quanti più scarsi che ‘ (...)

8Ayant dû rendre le tabard au prêtre après que Bentivegna l’eut exigé comme un acte nécessaire et juste, Belcolore fait savoir au prêtre qu’elle ne lui prêtera plus son mortier. À quoi le prêtre rétorque que, puisqu’il en est ainsi, elle ne pourra plus se servir de son pilon, dans une réplique d’une évidente obscénité20, mais qui ramène les deux protagonistes à l’égalité, en mélangeant le prêt d’objets et le commerce amoureux, comme si c’était la même chose. La façon dont la question des objets et de leur valeur est posée par la paysanne qui exige une contrepartie à la relation sexuelle demandée par le curé est caractéristique. Belcolore la place sous le signe de l’intérêt mais elle se méfie tout de même. La question qu’elle pose immédiatement au curé est celle-ci : « quel intérêt vais-je y trouver ? », ou « qu’est-ce que ça va me rapporter ? », comme on voudra. L’avarice des prêtres est proverbiale et elle pense n’y trouver aucun avantage matériel et, si elle doit refuser c’est pour cela, l’insuffisance de la contrepartie et le manque de confiance qu’elle éprouve à l’égard du curé21.

  • 22 Decameron, op. cit., p. 476 : Io ricoglierò dall’usuraio la gonnella mia del perso e lo scaggiale d (...)

9L’argent liquide est rare dans ce petit monde, comme on l’a déjà dit et le manque s’en fait parfois sentir. Belcolore, tout d’abord, a mis en gage chez l’usurier sa belle jupe de couleur perse, ainsi que sa ceinture des jours de fête, ce qu’elle possède sans doute de plus précieux, et qui faisait partie de sa dot22. On ne sait pas pourquoi elle l’a fait, mais elle doit les retirer en même temps qu’elle sera payée pour le travail de sa laine. Elle a de ce fait besoin de 5 lires et demande cet argent au curé, persuadé qu’il le détient. La façon dont elle présente la chose est détournée sinon subtile : c’est, dans sa bouche, un service, en échange de quoi elle fera ce que le curé veut. Elle ne demande pas cet argent comme un don, encore moins comme un paiement d’une gratification sexuelle, mais comme un prêt. Autrement dit, elle semble ranger la relation sexuelle qu’elle est en train de négocier dans la même catégorie que les petits services que l’on se rend entre voisins.

  • 23 Ibid., p. 477 : Quivi, pensando che quanti moccoli ricoglieva in tutto l’anno d’offerta non valeva (...)
  • 24 Le Décaméron, op. cit., p. 643. Decameron, op. cit. : Io voglio che tu sappi che egli è di duagio i (...)
  • 25 Sur la question des vêtements d’occasion : J. V. Garcia Marsilla, « Avec les vêtements des autres. (...)

10Ici, l’argent et l’objet sont des équivalents, on peut avoir l’un pour l’autre, ce qui est une perversion évidente du système d’échange non monétarisé prévalant dans le village. Le curé cependant n’a pas d’argent sur lui : il lui faudrait traverser tout le village pour aller le quérir et revenir pour le lui donner, ce qui serait peu discret et, dans l’état de son désir, insupportable. Est-il bien sûr que le curé ait effectivement cet argent ? Le narrateur fait planer le doute là-dessus en rapportant qu’il se plaint, plus loin dans le récit, de ce que le village ne lui rapporte pas la moitié de 5 lires par an23. On ne peut exclure que lui aussi soit fréquemment à cours de liquidités, si l’argent circule peu dans le village. Voulant obtenir son argent, dont tout le monde comprend qu’il s’agit du prix, celui de sa prestation sexuelle, Belcolore accepte, sur la proposition du curé, de prendre un gage, un objet à la place de comptant. Le curé n’ayant pas sur lui les 5 lires qu’elle lui demande, qu’importe, il a son manteau court, son tabard, qu’il propose de laisser en gage jusqu’à ce qu’il lui procure la somme demandée. Il s’ensuit une séance d’évaluation dans laquelle le curé fait l’article à Belcolore, lui affirmant que le manteau est en drap de Douai et qu’il est tellement beau « que c’est du trouai et qu’il y a même des gens dans notre paroisse qui le prennent pour du quattrouai24 ». Ce boniment burlesque débouche sur une évaluation sérieuse. Le manteau a été payé 7 lires chez le fripier quinze jours auparavant et il y a eu un rabais de 5 lires sur sa valeur réelle qui serait alors de 12 lires. Un garant est cité, qui aurait assisté à la transaction. Son nom est donné, Buglietto d’Alberto, et sa caution, dont on ne sait ce qu’elle vaut, mais qui impressionne sans doute la jeune femme, permet au curé d’affirmer que son manteau vaut bien ce qu’il dit, c’est-à-dire bien plus que le montant demandé par Belcolore. Le gage est donc présenté et évalué avec toutes les garanties de sérieux possibles, ce qui renforce en réalité l’aspect bouffon de la négociation et montre que, si le prêtre n’est pas de bonne foi, il est en tout cas un négociateur difficile, tenant du bateleur. L’objet est en effet peut-être d’occasion, comme il serait normal dans cette société et à ce moment25. Il a été acheté voici peu de temps, mais chez Lotto rigattiere, Lotto le fripier, et il y a de ce fait, peu de chances qu’il soit neuf.

  • 26 Le Décaméron, op cit., p. 636 ; Decameron, op. cit., p. 470-471.
  • 27 Il doit s’agir ici de monnaies d’or. Le florin d’or, frappé à Florence à partir de 1252, vaut à l’o (...)

11Se procurer de l’argent. On touche là à l’un des thèmes importants dans le Décaméron, celui de la richesse et de sa circulation et des limites du recours à l’argent. La prostitution, l’utilisation de l’argent dans les relations amoureuses, est un thème qui y est abordé plusieurs fois. Les deux premières nouvelles du huitième jour sont une illustration d’une règle morale, posée par jeu en règle de droit dans l’un des récits. Dans la septième nouvelle du sixième jour, Boccace a mis en scène le procès d’une femme adultère et la révision d’un statut communal rendue nécessaire par la brillante plaidoirie qu’elle improvise face au tribunal. Alors que, auparavant, à Prato où se déroule la scène, les amants adultères étaient punis de mort sur le bûcher, dorénavant seules les femmes manquant à leur mari pour de l’argent seront châtiées. Cette victoire face au tribunal est rappelée par Néiphile au début de la première nouvelle du huitième jour : « J’affirme qu’est digne du feu celle qui se livre pour de l’argent ; tandis que celle qui s’abandonne par amour […] a droit au pardon26 ». Les deux nouvelles (VIII, 1 et VIII, 2) qui suivent, dont celle qui nous intéresse plus particulièrement, illustrent donc une forme de châtiment des femmes coupables de ne pas aimer leur partenaire et de ne désirer d’eux que l’argent qu’il pourrait leur donner. Dans la nouvelle 1, l’action se situe dans le monde des banquiers ou des changeurs, un monde où l’on manie des sommes considérables, ce qui l’oppose à l’absence de numéraire caractéristique de Varlungo. L’intrigue est structurellement la même dans les deux cas : une femme demande une contrepartie monétaire pour céder aux avances d’un homme qui promet de l’argent et s’arrange pour ne pas le donner. Dans le premier cas, l’amant emprunte au mari la forte somme d’argent demandée par la femme (200 florins) et donne cet argent en présence de témoins27. Il peut ainsi jurer au mari doublement trompé qu’il a remboursé son épouse, l’affaire qu’il désirait mener n’ayant pas pu se dérouler. L’épouse est contrainte de restituer les 200 florins et le mari récupère sa mise, moins son honneur et sans les intérêts. À Varlungo, le jeu est analogue, mais s’opère par le truchement des objets et des gages et les sommes en jeu sont beaucoup plus faibles : le tabard gage l’argent qui ne sera jamais mis en circulation et gage aussi, d’une autre manière, le mortier qui passe de Belcolore au curé et du curé à Belcolore, sans que jamais il soit question de l’évaluer. Le fait est qu’à la fin, Belcolore récupère son mortier et le curé son tabard et que le mari, là aussi, n’y a vu que du feu. Il a même, d’une certaine façon donné sa bénédiction à la tromperie de sa femme. Le châtiment réside ici non pas dans une punition corporelle, celle qui menaçait donna Filippa à Prato, laquelle aurait pu être brûlée pour avoir été trouvée au lit avec son amant, mais dans une blessure morale infligée aux deux femmes dont l’avarice et la cupidité sont déçues par des hommes trop habiles et dont la lubricité, de même que la perfidie, sont considérées comme des faits licites. L’avarice de l’amante rend la beffa légitime et renvoie les comportements sexuels à des normes d’où l’échange marchand, l’ordre économique, devrait être absent.

12Les deux nouvelles montrent le fonctionnement ordinaire de deux mondes parallèles qui s’ignorent l’un l’autre mais coexistent. Au monde régi par l’échange commercial du calcul du changeur s’oppose celui de l’échange de services et d’objets, de circulations sans bénéfice apparent. La rupture apparaît quand Belcolore demande : « Qu’est-ce que je vais y gagner ? ». Elle ne parle pas de colifichets et de babioles, mais d’espèces sonnantes, introduisant le calcul économique dans des relations où, si l’on compte, il est mal de mesurer et d’évaluer. La relation adultère enfin, licite lorsqu’elle se place dans l’ordre de l’amour, devient illicite lorsqu’elle relève d’un calcul sans morale et le châtiment sous la forme d’une beffa contribue à restaurer l’ordre où l’homme doit avoir le dessus sur la femme et où celle-ci, soumise à l’ordre masculin, ne peut plus qu’obéir et se résigner. Joyeusement, il est vrai dans le cas de Belcolore. Mais elle est tout de même vaincue.

13Que nous disent ces nouvelles sur la société toscane du xive siècle, ses valeurs et sa culture matérielle ? Elles montrent la circulation généralisée du désir, des objets et de l’argent. Boccace fait voir deux mondes sociaux différents, l’un où l’argent circule et l’autre où il ne le fait que difficilement. La seconde nouvelle du huitième jour illustre alors les arrangements nécessaires entre voisins et entre amis pour obtenir ce que l’on veut et dont on a besoin. L’échange non marchand et le prêt d’objets se rangent dans les normes de fonctionnement de la société villageoise où l’entraide, mais aussi la débrouille, font partie du quotidien et permettent d’assurer ici un certain confort de vie mais, dans d’autres circonstances, permettent peut-être le maintien hors d’une pauvreté véritable et durement ressentie. Boccace n’est pas ethnographe : ce qu’il montre, c’est le caractère profondément immoral de certains types d’échanges qui introduisent l’argent et la valeur dans des relations d’où il devrait être exclu, à savoir les relations amoureuses.

Notes

1 V. Ferme, Women, Enjoyment and the Defense of Virtue, New York, Palgrave Macmillan, 2015. Les transgressions à l’ordre sexuel concernent les deux premières nouvelles de la journée dont le thème central est la beffa, le mauvais tour. Ici, ce sont des amants qui jouent à leur partenaire, intéressée et même vénale, le tour de les tromper sur le paiement d’une prestation sexuelle. Voir, pour une mise en contexte de cette journée : M. Picone, « L’arte della beffa: l’ottava giornata », dans M. Picone et M. Mesirca (éd.), Introduzione al Decameron, Florence, F. Cesati, 2004, p. 203-225.

2 Les gages dont il est question ici sont tout ce qu’on voudra, sauf des gages d’amour, évidemment, ce qui peut laisser perplexe les commentateurs : cf. A. Antonelli et V. Cassi, « Primi sondaggi sull’impiego dell’immagine del pegno d’amore nella poesia toscana del XIII e XIV secolo », dans M. Carboni et M. G. Muzzarelli (éd.), In Pegno. Oggetti in transito tra valore d’uso e valore di scambio (secc. XIII-XX), Bologne, Il Mulino, 2012, p. 21-43 et 40-42.

3 G. Boccace, Le Décaméron, trad. par G. Clerico, Paris, Gallimard, 2006. p. 635 ; G. Boccacio, Decameron, éd. par C. Segre, Milan, 1966, p. 473 : Il prete da Varlungo si giace con monna Belcolore; lasciale pegno un suo tabarro e accattato da lei un mortaio, il rimanda e fa domandare il tabarro lasciato per ricordanza: rendelo proverbiando la buona donna.

4 Décaméron, éd. fr., p. 635.

5 B. Porcelli, « Dec. VIII, 2: un amorazzo contadino da ridere », Studi e problemi di critica testuale, 50, 1, 1995, p. 85-94.

6 Sur cette question du statut des objets : A. Appadurai, « Marchandises et politiques de la valeur », Condition de l’homme global, Paris, Payot, 2013, p. 17-78 [publ. originale : « Introduction: commodities and the politics of value », dans A. Appadurai (éd.), The social life of things, Cambridge, 1986, p. 3-63]. Voir aussi, dans un tout autre contexte les analyses de M. Della Misericordia, « ‘Non a dinari contanti, ma per permutatione’. Compensi, credito e scambi non monetari nelle Alpi lombarde nel tardo Medioevo », dans R. Leggero (éd.), Montagne, comunità e lavoro tra XIV e XVIII secolo, Lugano, Mendrisio Academy Press, 2016, p. 113-163.

7 Les figures du paysan grotesque de même que celle du curé sexuellement insatiable renvoient à des formes de littérature très présentes en France depuis le xiie siècle dans les fabliaux ou dans le Roman de Renart. Elles font ici leur entrée dans la littérature italienne et cette nouvelle de Boccace est appelée à avoir une longue postérité. C. Bec, « Le paysan dans la nouvelle toscane (1350-1430) », Civiltà ed economia agricola in Toscana nei secoli XIII-XV, Pistoia, 1981, p. 29-52.

8 Decameron, op. cit., p. 475 : Non t’esca di mente che mi rechino quelle combine per li corregiati miei.

9  Ibid., p. 476 : Egli mi conviene andar sabato a Firenze per render lana che io ho filata e a far racconciare il filatoio mio.

10 Belcolore se déplace, alors que, en ville, la laine et le filé sont transportés par du personnel spécialisé. Voir la nouvelle 7 du 4e jour : une fileuse de laine, Simone, tombe amoureuse du saute-ruisseau, Pasquino, qui fait le va-et-vient entre les domiciles des fileuses et les ateliers des donneurs d’ordre.

11 Sur la caractérisation du monde du travail dans la novellistica italienne du xive siècle : O. Redon, « Images des travailleurs dans les nouvelles toscanes des xive et xve siècles », dans Artigiani e salariati. Il mondo del lavoro nell’Italia dei secoli XII-XV, Pistoia, Centro italiano di studi di storia e d’arte, 1984, p. 394-416.

12 Decameron, op. cit., p. 474 : in un suo orto che egli lavorava a sue mani.

13 Decameron, op. cit., p. 475 : La Belcolore […] cominciò a nettar sementa di cavolini che il marito avea poco innanzi trebbiati.

14 On a là une présentation littéraire de la situation historique analysée, pour les vallées alpines du xve siècle. M. Della Misericordia, « ‘Non a dinari contanti, ma per permutatione’… », art. cité. Le rôle des objets comme moyens de paiement dans le contexte d’une économie rurale même en contact avec l’économie commerciale monétarisée est un thème de recherche qui doit encore être approfondi. L. Feller, « Les moyens de paiement au Moyen Âge », dans R. Naismith (éd.), A Cultural History of Money in the Medieval Age, sous presse.

15 Ibid., p. 474 : E per avere la dimesticchezza di monna Belcolore, a otta la presentava, e quando le mandava un mazzuol d’agli freschi […] e quando un canestruccio di bacelli, e talora un mazzuol di cipolle maligie o di scalogni.

16 Sur la signification sexuelle des légumes : M. Picone, « L’arte della beffa… », art. cité, p. 209.

17 C. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne nel Trecento. Mercanti, produzione, traffici, Florence, L. S. Olschki, 2005, p. 21-22.

18 Decameron, op. cit., p. 477 : Dunque toi tu ricordanza al sere? Fo boto a Cristo, che mi ven voglia di darti un gran sergozzone: va rendigliel tosto, che canciola ti nasca: e guarda che di cos ache voglia mai, io dico se volesse l’asino nostro, non ch’altro, no gli sia detto di no.

19 Ibid., p. 477 : Tutti siete così gran promettitori, e poscia non attenete altrui nulla

20 Ibid. p. 478 : Dira’le, quando tu la vedrai, che s’ella non presterà il mortaio, io non presterò a lei il pestello.

21 Ibid., p. 475 : O che ben a moi uopo potrebbe esser questo, che siete tutti quanti più scarsi che ‘l fistolo? (« vous êtes tous plus pingres que le diable, vous autres », Le Décaméron, op. cit., p. 642).

22 Decameron, op. cit., p. 476 : Io ricoglierò dall’usuraio la gonnella mia del perso e lo scaggiale dai dí delle feste, che io recai a marito.

23 Ibid., p. 477 : Quivi, pensando che quanti moccoli ricoglieva in tutto l’anno d’offerta non valeva la metà di cinque lire…

24 Le Décaméron, op. cit., p. 643. Decameron, op. cit. : Io voglio che tu sappi che egli è di duagio infine in treagio, e hacci quegli nel popolo nostro che il tengon di quattragio en è ancora quindici dí che mi costò da Lotto rigattiere delle lire ben sette e ebbine buon mercato de soldi ben cinque, per quel che mi dica Buglietto d’Alberto che sai che si conosce cosí bene di questi panni sbiavati.

25 Sur la question des vêtements d’occasion : J. V. Garcia Marsilla, « Avec les vêtements des autres. Le marché du textile d’occasion dans la Valence médiévale », dans L. Feller et A. Rodriguez (éd.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 123-143. Fontaine, L’économie morale…, op. cit.

26 Le Décaméron, op cit., p. 636 ; Decameron, op. cit., p. 470-471.

27 Il doit s’agir ici de monnaies d’or. Le florin d’or, frappé à Florence à partir de 1252, vaut à l’origine une lire. La proportion entre les sommes maniées effectivement par le changeur, son épouse et son amant, est incommensurable avec celles dont ne disposent pas les paysans de Varlungo. P. Spufford, Money and its use in Medieval Europe, Cambridge, CUP, 1988, p. 406.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search