Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Deuxième partie. Crises médiévales et conjecture de 1300

Corpore languens : témoignages testamentaires sur un village toscan pendant la peste de 1348

Charles-Marie de La Roncière

Texte intégral

  • 1 C. M. de La Roncière, « La place des confréries dans l’encadrement religieux du contado florentin : (...)
  • 2 Archivio di Stato di Firenze, Archivio Notarile, Michele di Cambiuzzo, III ; Francesco Tomei, I ; R (...)

1De mes recherches antérieures sur Florence et ses campagnes1, j’ai conservé maints documents en partie inemployés, empruntés en particulier aux registres notariés ruraux2. J’en propose ici, à l’ami récipiendaire de ces Mélanges, un échantillon lui-même ciblé sur ces moments si exigeants pour les notaires, mais si bien éclairés dans le détail par leurs actes, qu’occasionna la grande peste de 1348. L’épidémie, en effet, frappa les campagnes aussi cruellement que les villes, et lesdits notaires s’y voyaient convoqués par les malades parfois plusieurs fois par jour, et jusque dans des villages différents. Ils emportaient leur registre avec eux et y consignaient les informations utiles (le nom des témoins par exemple), de même que, en latin, les ultimes volontés. Dans la campagne florentine, les pertes furent souvent lourdes, et les testaments nombreux. Les notaires offrent à ce sujet des flashs précieux, ciblés sur certaines communautés villageoises. Mon enquête portera donc sur une zone très circonscrite, au sud de l’espace florentin, zone de collines, zone rurale, mais parsemée de bourgades, dont les familles aisées vivaient aussi de commerce, et où circulait la monnaie d’or. Que livrent et révèlent d’eux-mêmes et de leur entourage, dans leur testament, ces malheureux si brutalement sollicités par la mise en ordre de ce qu’ils laissent et par la préparation anxieuse de ce qui les attend dans l’au-delà ? J’insisterai sur cette préparation. Guidé en cela par ces documents, j’examinerai donc, pour les mois de juin et de juillet 1348, le piviere (circonscription d’une église avec baptistère) de Saint Appiano, sis à 30 km au sud de Florence, et la petite bourgade de Linari, qui en est le centre.

2La peste s’y déclare début juin. Au cours du mois, quatre notaires s’y activent de manière inégale, y rédigeant à eux quatre, du 1er juin au 9 juillet, 43 testaments, la maladie atteignant son maximum du 11 au 19 juin et donnant alors lieu à 23 testaments, presque tous rédigés corpore languens. Elle se prolonge jusqu’au 30, tout en déclinant (12 testaments, en 12 jours), et persiste en juillet, mais les données nous font défaut après le 10. Tels sont nos chiffres, utilisables quoique partiels, car d’autres notaires, dont les actes ont disparu ou m’ont échappé, s’affairaient certainement aussi dans cette zone. De l’un des villages, Linari, nous connaissons 24 testateurs ; de trois autres, une poignée de 4 ou 5 ; d’une demi-douzaine, un ou 2 seulement. Pour la plupart, les testaments sont dictés par des hommes. Les femmes ne représentent que 15 % des effectifs : à une exception près, il s’agit de veuves, pourvues d’une descendance uniquement féminine ou encore enfantine, dont la destinée légale, faute de père, dépend d’elles. Le mal fait donc son apparition début juin. Les premiers testateurs se déclarent en parfaite santé, et c’est dans l’église paroissiale (quatre exemples) qu’est rédigé l’acte notarié qu’ils font établir par prudence : ils y convient le notaire et aussi les témoins, des hommes obligatoirement, au nombre de sept. Puis, le développement foudroyant du mal contraint les notaires à parer au plus pressé et presque tous les testateurs sont désormais corpore languens, alités chez eux – in domo testatoris –, et c’est là, dans ces espaces restreints, foyers de contagion, que se déplacent de chevet en chevet notaires et aussi témoins. À cette première urgence, la présence d’un prêtre est souvent mentionnée et d’abord, à sept reprises, comme témoin, soit le curé, soit un curé voisin ; soit encore, mais une fois seulement, deux franciscains. Il n’est jamais précisé si ledit prêtre témoin a aussi administré audit malade les derniers sacrements, confession et extrême-onction : les testaments restent muets à ce sujet, qui leur est étranger. Comme on le constate, le clergé ne manque donc pas d’être associé à cet acte fondamental qu’est le testament, mais avant tout le clergé séculier. C’est à lui qu’on fait prioritairement confiance. Les frères des couvents voisins – Augustins, Franciscains, pourtant non cloîtrés et préposés à la prédication, n’y prennent qu’une place insignifiante. Leur éventuel succès de prédicateur – leur vraie mission, liée à celle de confesseur – est ici indécelable.

3Sauf exception, les malades sont encore en état de choisir l’emplacement de leur tombe. Qui meurt à l’hôpital peut y laisser sa dépouille (un exemple). À cette exception près, le choix se porte normalement sur l’église paroissiale. Notons qu’on précise vouloir reposer penes ou apud ecclesiam, dans l’Eglise, mais où ? Ou alors près de l’Eglise, on peut hésiter sur la traduction et sur la réalisation : le mot de cimetière n’est jamais prononcé.

4Dans son déroulement précis, l’acte testamentaire est régi par le notaire : le testateur recommande pour commencer son âme à Dieu, à la Vierge, à son saint patron, voire à la Cour céleste, et c’est alors qu’il désigne son lieu de sépulture. Après avoir évoqué son état de pécheur et parfois avoué trembler pour son salut, il confesse immédiatement, devant tous, s’il en est coupable, la pratique particulièrement grave, trop grave pour tergiverser, qui est celle de l’usure. On est frappé par le nombre desdits coupables : 23 testateurs s’accusent d’avoir pratiqué « le prêt illicite » et 13 parmi eux prononcent bel et bien le mot usure, chiffre considérable, révélateur d’une pratique courante, au cœur de ces sociétés locales. Courante, mais atténuée. Il s’agit souvent de petites sommes, d’un dépannage, pas toujours usuraire du reste, et dont il arrive que le prêteur laisse traîner le remboursement sans percevoir d’intérêts.

5Après quoi, on en vient aux dispositions purement familiales de la répartition du patrimoine, répartition ici compliquée par la brutalité présente et à venir de l’épidémie. Cette situation amène les testateurs à prendre en compte les décès tout récemment intervenus, mais aussi ceux à redouter, et elle les contraint à prévoir dès ce moment, dans les familles nombreuses, les reports éventuels aux survivants de legs privés de bénéficiaires, ce qui prend parfois la forme d’une cascade de reports. Suit la liste des dons spécifiés pro anima, pour l’âme du testateur ou pour celle d’un proche que le testament évoque, dons variés, mais susceptibles de retomber en grâces sur le défunt. Les églises locales sont les premières à en bénéficier. On voit justement une dévotion y prendre une place prépondérante : au moment de l’Élévation, la coutume se répand parmi les fidèles d’allumer à ce moment liturgique un cierge, cerum quando (ou) cum quo elevetur corpus Christi.

6Dix testateurs s’y conforment, tous de la bourgade de Linari. Ils prescrivent chacun l’achat d’un ou plusieurs cierges, assez gros pour servir de nombreuses fois. Ils y consacrent une somme consistante, parfois élevée, qui varie entre 40 sous (la norme) et deux florins (2 fois 63 sous à cette date) – le salaire moyen quotidien d’un maître maçon en 1348 varie de 5 à 9 sous. Ils en font bénéficier les deux églises de Linari et deux autres encore. La signification de ce geste est claire : honneur au sacrifice du Christ, lumière du salut. Dans cette même extrême urgence, une quinzaine de testateurs amplifient leur quête d’intercessions. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont des messes entières qu’ils font célébrer à leur intention ou à celle de leurs proches, des messes basses, mais aussi des messes chantées solennelles, réunissant jusqu’à 12 prêtres, qui devront officier une fois par an, parfois pendant 10 ans (quatre exemples) : notons l’importance centrale de la messe et de l’eucharistie qui en est le centre, dans la dévotion personnelle et collective de cette communauté pressée par la détresse. L’ensemble de ces choix permet d’esquisser une personnalisation de la piété ecclésiale locale à Linari. Un prêtre, le recteur (curé) de l’église Sainte Marie de Linari, cinq fois désigné par son prénom, ser Ranerio, et seul à l’être dans le clergé local, est explicitement sollicité à neuf reprises pour une messe : c’est lui qui constitue, aux yeux d’une poignée importante de fidèles en fin de vie, le mieux armé à Linari, de par sa fonction, sa personne, son autorité, pour conduire, autour du défunt, les prières liturgiques de cette communauté pluri-paroissiale. Sont également sollicités, à cinq reprises, le prieur et les chanoines de l’autre église de Linari, la collégiale (canonica) Saint Étienne. Cinq fois aussi, à égalité, l’ensemble des prêtres du piviere Saint Appiano, cuilibet altro presbitero plebis S. Appiani, chacun d’eux célébrant seul dans son église (une dizaine, sans compter les chapelles de hameau). La chaîne des solidarités et des prières s’étend donc occasionnellement à toutes les paroisses du piviere : l’urgence du danger et de la prière raffermit par moments, entre cette dizaine de paroisses, la vieille solidarité née de tous ces baptêmes reçus au même baptistère ; d’autres solidarités, moins intermittentes et plus fortes, s’expriment dans des espaces plus restreints, autour de sanctuaires vénérés ou de leaders sûrs et réconfortants conduisant au salut, comme ser Ranerio à Sainte Marie de Linari.

7À cet ensemble emboîté et cohérent de lieux de prière s’ajoutent les trois Franciscains de Barberino Val d’Elsa, cités une fois, et surtout les Franciscains et les Augustins de Poggibonsi, invoqués cinq fois, toujours ensemble. Linari est proche de cette grosse bourgade où l’on se rend couramment à pied, en quelques dizaines de minutes, au marché par exemple ou dans les boutiques, et les liens économiques et humains sont étroits entre les deux places. Il en va de même sur le plan religieux pour les deux couvents mendiants qui se sont établis aux portes de Poggibonsi au xiiie siècle : des testateurs de Linari rendent donc hommage à la qualité spirituelle de ces deux lieux de culte par une aumône légère, mais ils ne sont que cinq à le faire, et, en n’évoquant qu’une seule fois les religieux eux-mêmes et leur action, jamais leur nom, ni leur personne, ils nous amènent à douter qu’une activité pastorale régulière et personnalisée des communautés religieuses étrangères au piviere, et notamment de ces religieux mendiants voisins, s’étende à Linari.

8Pour marquer de manière plus forte leur attachement particulier à certaines de ces églises locales, à eux plus familières, plus proches et plus présentes dans leurs dévotions, une vingtaine de testateurs de Linari se préoccupent de leur aménagement : construction, décoration murale ou objets du culte. En matière de construction, c’est en priorité à leur collégiale Saint Étienne que pensent les habitants de Linari (6 en tout), qu’on y mette en train la pose de carrelage, qu’on la décore d’un triptyque où la Vierge sera flanquée de Saint Michel et de Saint Jacques, qu’on y bâtisse et aménage une chapelle, qu’on y peigne en fresque un portrait de Saint Nicolas, qu’on y achète deux calices, deux flambeaux. Hommage encore, quoique moins appuyé, à Sainte Marie del Castello (Linari toujours) : qu’on y fixe une croix (2 florins), qu’on y représente, en fresque ou en tableau (3 florins), la Vierge, accompagnée des saints Christophe et Nofri. Ces travaux sont liés, comme on le voit, à l’usage liturgique et dévot brusquement intensifié des sanctuaires – usage à la fois personnel, familial et collectif, eucharistique et marial –, mais on les voit associés aussi, les tableaux notamment, au développement local et ecclésial du culte des grands saints (Michel, Jacques, Christophe, Nicolas), qui va de pair avec la mutation dévotionnelle et onomastique en cours en Toscane depuis une ou deux générations, dans un contexte, ici inopinément brutal, de supplication.

9Ce stimulant formidable qu’est l’angoisse d’une mort imminente arrache donc aux malades les cris, les appels et tous les recours à ces dévotions qui leur sont familières, sans être nécessairement ni imposées, ni même proposées par les clercs. Les testaments éclairent de manière exceptionnelle, à ce sujet, l’importance locale des initiatives laïques, et particulièrement celles des confréries, groupes de dévotions diversement orientés vers la prière, la pénitence et la charité, régis par des statuts et gouvernés par des laïcs. Les fidèles s’y engagent librement et ils y trouvent un encadrement spirituel supplémentaire très stimulant pour faire front au danger – et quel danger ! –, en cette fin de printemps 1348. Nombreux comme ils le sont, les legs en effet éclairent parfaitement le caractère de ces confréries, leur orientation souvent réglée par des statuts écrits (ici, on ne sait pas) et, en définitive, leur popularité. Les confréries, même notoires, mais étrangères au piviere Sant’Appiano n’attirent qu’un petit nombre de legs : un seul pour la société mariale Sainte Marie de Poggibonsi, une poignée pour celle d’Albagnano, ancienne société mariale aussi, d’une pieve voisine, mais détentrice d’une icône célèbre, qui suscite depuis un siècle un flux de pèlerinages locaux. Dans l’espace régi par la pieve de Saint Appiano, cette confrérie notoire mais extérieure audit piviere n’attire que quatre personnes. Même aux moments dramatiques, les dévotions locales fortes peuvent s’avérer très circonscrites.

10Retournons donc au piviere de Saint Appiano. Les confréries n’ont pris racine que dans trois paroisses sur sept : Saint Appiano (la pieve), Linari et Petrognano. Mais elles s’y sont développées de manière active et diversifiée. Le village de Sant’Appiano héberge pour sa part en 1348 deux de ces sociétés, à savoir la Societas Sancte Marie populi plebis Sancti Appiani, et la Societas discipline populi plebis Sancti Appiani, le mot discipline désignant la vocation spécifique de l’une – l’auto-flagellation –, le mot popolo précisant bien, lui, que les deux confréries restent purement paroissiales. La première reçoit en tout, pendant ce mois de juin, un champ et plusieurs florins de six testateurs de la pieve, la seconde trois legs analogues. Voilà une reconnaissance circonscrite, mais forte : florins, terre... Une poignée de paroissiens souhaite pour elles un enracinement plus durable. De même, les deux confréries de la petite bourgade de Linari y sont solidement établies localement dès avant 1348, et leur intercession ne manque pas d’être recherchée par beaucoup, quoique inégalement. La societas discipline consacrée à Saint Jacques est modérément invoquée (quatre fois), mais elle a au moins deux fans. L’un d’entre eux lui laisse 3 florins pour acheter un calice, un autre lui fait don, pour moitié avec la confrérie mariale, d’un potager à l’intérieur des murailles. Un précieux objet de culte (destiné à une chapelle), un bout de terre (source d’une petite rente), voilà de quoi amorcer, pour une institution appréciée mais probablement récente, une installation plus affermie. La dévotion suscitée par la société mariale Societas Marie semper Virginis de Castello de Linari, destinataire de 15 legs, l’emporte largement sur toutes les autres. Pour les cinq premiers legs qui lui sont adressés entre les 5 et 15 juin, il s’agit d’aumônes, mais pour elle plus élevées (entre 20 et 100 sous) que pour le tout-venant (la norme varie entre 5 et 10 sous). Puis, la situation sanitaire s’aggravant, leur ampleur s’accroît : aux aumônes s’ajoutent, ou se substituent, au bénéfice de la confrérie, des legs fonciers : potager, champs, maison, et jusqu’à deux exploitations agricoles complètes, et cela soit en copropriété avec la société de flagellants (battuti), soit en toute propriété, soit enfin pour se substituer, en dernier recours, à des légataires qui viendraient à être emportés par l’épidémie. Cette substitution éventuelle, si elle se réalisait, donnerait lieu malgré tout à compensation : en contrepartie de la maison rurale, parfaitement équipée de matériel et de bêtes, que recevrait en dernier ressort la Societas Marie, l’acte prévoit que la confrérie aurait à organiser perpétuellement, à la Saint Nicolas, une grand-messe avec 12 prêtres. Cette cascade de reports, ici couronnée par ces liturgies solennelles, aboutit donc localement. Un ultime recours aux prières de communautés religieuses régionales ou florentines n’apparaît pas nécessaire au testateur. Pour eux tous ou presque, l’Église qui est à Linari est à elle-même sa propre médiatrice, elle s’exprime à plusieurs voix et c’est la société mariale qui, pour ce testateur et pour beaucoup d’autres, la représente le mieux. Des fidèles plus éclairés sollicitent en priorité le sacrifice eucharistique, mais, là encore, dans les deux églises locales.

11Une autre médiation, locale elle aussi dans sa réalisation, ne tarde pas à s’imposer à ces communautés de laïcs chrétiens tourmentés, celle des pauvres. Dès le 5 juin, un notaire de Linari, ser Michele Cambiuzzi, totalement sanus et parfaitement conscient de l’horreur de ses usures, usure pravitatem – il le proclame –, rembourse tout, multiplie les legs et, parmi ceux-ci, glisse un don de 7 lires pour les pauvres. Le mot est là. On le verra défiler désormais comme une litanie dans un testament sur deux. Trois jours plus tard, le danger, qui se précise, amène une veuve, sana elle aussi, à rédiger son testament. Elle agit après réflexion : il faut désormais tout prévoir. Sa fille Andreas (sic) n’est pas encore nubile. En cas de décès prématuré de cette adolescente, elle décide que cent lires de sa future dot soient données aux pauvres de Linari (dentur pauperibus de Linari). Elle cible donc ici, parmi ces pauvres, ceux du voisinage proche, ces foyers ou ces villageois isolés, qui vivent, au milieu des autres, un dénuement mal défini, mais partout plus ou moins répandu, et qui n’a rien de volontaire, rien de la pauvreté choisie des Franciscains par exemple. Dès le 12 juin, le message de la pauvreté est mieux explicité encore par le testateur du jour, Cacciatino Gherardini, d’une grande famille aristocratique florentine et usurier chevronné, domicilié à Linari. Il déclare laisser une certaine somme pro anima sua pauperibus et il ajoute Christi. Cette formule évangélique n’est pas neuve. Mais désormais elle va s’avérer usuelle dans nos testaments, pour désigner ceux qui, participant par leur condition à l’abaissement et aux souffrances du Christ, sont aimés par Lui, et cela dans la pauvreté qui est la leur, et telle qu’ils la vivent, même révoltés. Cela étant, la somme ici léguée atteignant le chiffre considérable de 100 florins, Cacciatino charge son frère Berto, piovano de la Pieve de Saint Appiano, de la distribuer : il lui donne deux ans pour désigner les bénéficiaires, dans le lieu qui lui plaira. Au-delà, l’évêque de Florence la prendra en main. Deux ans ! Si personne ne met en cause l’existence de la catégorie des pauvres, ni la portée spirituelle des secours qu’on leur apporte – bien au contraire –, on constate que la définition de ses contours est rien moins qu’aisée.

12Il arrive qu’on confie aux confréries – aux battuti de Linari, seul exemple – le soin de les identifier, mais ce n’est pas leur rôle ni de leur compétence. C’est pourquoi d’autres testateurs privilégient des legs ciblés sur des objectifs vraiment ajustés aux urgences d’une pauvreté sévère et de la mendicité : legs de nourriture par exemple (pain ou blé, dans six testaments, à Noël notamment) ou de menue monnaie distribuée à qui se présentera. Une consigne est parfois laissée par le testateur aux héritiers immédiats (à la veuve, par exemple) : elle donnera pro anima (pour l’âme du défunt), quibus videbitur, à qui bon lui semblera. En réalité, tous les villages, toutes les bourgades ont leur lot de pauvres, qui leur sont confiés, en somme, par la Providence, pensent les testateurs aisés, qui prennent conscience de cette responsabilité. Et leurs dernières volontés désignent couramment, qui, les pauperes de Linari, qui, ceux de Petrognano, qui, ceux de Poggibonsi etc., ceci pour mieux cibler leurs aumônes sur les pauvres, leurs voisins, leurs concitoyens, ou sur d’éventuelles victimes oubliées d’usuriers locaux.

13Mais cette identification comme pauvre fait elle-même problème par l’insuffisance de ses critères. À côté de ces mendiants, de ces pauvres répertoriés, en effet, d’autres malheureux récemment appauvris, et présents dans tous les villages, font tout pour masquer leur détresse. Leur catégorie porte un nom : les pauvres honteux. Ceux-là aussi doivent être débusqués et secourus, dans la dignité et la discrétion. Le clergé local, le mieux informé dans chaque village, a particulièrement son mot à dire pour identifier tous ces pauvres et les exhorter à la patience, mais aussi pour les désigner au secours d’autrui, car les paroles impératives du Christ sont là, longuement rapportées par Matthieu 25, 31-48 : « J’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger ». Négliger de servir les pauvres, tous tels qu’ils sont, suppliants ou cachés, patients ou révoltés, c’est Jésus que vous repoussez.

14On rencontre ici, à Linari, un exemple probablement fréquent, au niveau des petites bourgades toscanes, de ces communautés chrétiennes ferventes et solides, qui se sont pourvues elles-mêmes, dans leur paroisse, au fil des décennies, autour de leur curé, des structures, des règles, des institutions nécessaires pour consolider, dynamiser et étendre à tous leur ferveur chrétienne. Des leaders ont été pourtant nécessaires. On peut bien entendu penser aux évêques eux-mêmes, tenus à des visites pastorales régulières de leurs paroisses et à l’application diocésaine des conciles généraux et locaux, mais leur contrôle discontinu concerne plus la discipline ecclésiastique que la pratique de la pastorale. Les ordres mendiants ? Le peu que nos testaments laissent entrevoir de leur présence à Linari n’éveille aucun écho de l’apostolat spécifique des couvents proches, franciscains ou pas. Pour entrer dans les détails : d’où vient par exemple cette dévotion eucharistique, où l’on voit compter si fort, notamment, la participation des laïcs, par la lumière, aux rites accompagnant la Consécration, et qui tient à cœur à beaucoup d’entre eux ; sous quelle impulsion s’est-elle développée dans les églises paroissiales ? Il y a là certainement l’effet d’une initiative pastorale éclairée, durable et attentive, qu’on est tenté d’attribuer au clergé paroissial qu’on voit agir à bas-bruit, dès avant la peste, puis rester fidèle au poste pendant la tempête, clergé ici bien représenté par don Ranerio. Cette pastorale locale s’appuie manifestement sur l’impact communautaire de la messe paroissiale et de l’eucharistie. Elle s’appuie aussi sur les confréries. Qui sont donc les fondateurs de ces multiples confréries, comment sont-elles donc nées ? Elles se sont toutes, à Linari, mises en place avant le début du drame, qu’elles ont contribué à encadrer. Mais chacune de leurs orientations, mariale, eucharistique ou pénitentielle, était déjà très largement répandue dans le monde laïc et faisait tache d’huile au niveau local. L’initiative de leur création revient peut-être au clergé. Mais leur succès repose sur l’assiduité des laïcs et, les testaments le montrent, c’est chose faite dès le début du drame.

15À l’image de celle de Linari, des communautés chrétiennes peut-être nombreuses auront ainsi mené, au fil des ans, en Toscane ou ailleurs, une vie religieuse quasi autonome, à la fois diversifiée et cohérente, sous l’autorité de leur hiérarchie paroissiale. Cette cohésion, le défi de la peste aura pu avoir pour effet, comme ici, de la manifester et de la renforcer, en y améliorant le décor et la fonction pastorale des bâtiments de culte, en y affermissant les solidarités paroissiales autour du clergé, en y consolidant les engagements confraternels, et en incluant plus explicitement et fraternellement dans la collectivité toutes les catégories de pauvres. Au prix, hélas, de quel affaiblissement pour ces communautés, elles-mêmes désormais exsangues.

Notes

1 C. M. de La Roncière, « La place des confréries dans l’encadrement religieux du contado florentin : l’exemple de la Val d’Elsa », MEFR. Moyen Âge, Temps modernes, 85/1, 1973, p. 31-77 ; id., « La place des confréries dans l’encadrement religieux du contado florentin au xive siècle. (II). Appendices », MEFR. Moyen Âge, Temps modernes, 85/2, 1973, p. 633-671 ; id., Tra Preghiera e Rivolta, le folle toscane nel XIV secolo, Rome, Jouvence, 1993. Utile également ici G. Pinto, P. Pirillo (éd.), I centri Minori della Toscana nel Medioevo, Florence, Olschki, 2013.

2 Archivio di Stato di Firenze, Archivio Notarile, Michele di Cambiuzzo, III ; Francesco Tomei, I ; Ranerio di Cione, VII ; Giovanni di Buzzichello, II.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search