Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Deuxième partie. Crises médiévales et conjecture de 1300

Une petite ville dans la « conjoncture de 1300 »

Marchés et société à Saint-Jean-d’Angély au début des années 1330

Judicaël Petrowiste

Texte intégral

  • 1 M. Bourin, S. Carocci, F. Menant, L. To Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale au (...)
  • 2 J. Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge. Le réseau des bourgs marchan (...)
  • 3 R. H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, Cambridge, CUP, 1993 ; M. Bail (...)

1De l’important programme de recherche consacré dans les années 2000 à la « conjoncture de 1300 », dont F. Menant fut une des chevilles ouvrières, un des grands apports aura été la mise en évidence de l’ouverture croissante des populations de la Méditerranée occidentale aux marchés au cours des années 1250-1350, et de l’ampleur de ses répercussions sur l’économie et les sociétés des régions concernées1. Cette enquête et ses différents prolongements2 ont montré la pertinence pour les pays méridionaux du modèle interprétatif, forgé pour l’Angleterre du second Moyen Âge, faisant de la « commercialisation de la société » un moteur majeur de l’expansion3. Le développement rapide du recours des ménages paysans aux échanges marchands – qu’il s’agisse pour eux d’écouler une production agricole au caractère commercial de plus en plus affirmé ou de se procurer les biens destinés à leur propre consommation – contribua en effet à intensifier l’activité des bourgs et des villes. De nombreux éléments témoignent ainsi du spectaculaire dynamisme commercial de ces localités au seuil du xive siècle, comme l’attention réglementaire croissante des autorités à l’égard des activités d’échanges, la multiplication des foires et marchés, la diversification des produits proposés localement, l’expansion des volumes négociés ou l’accroissement des effectifs de revendeurs et d’artisans. Des dynamiques indissociables d’un recours généralisé des populations au crédit et de l’intégration des systèmes de distribution à l’échelle interrégionale, sinon internationale.

  • 4 Voir par exemple R. W. Emery, The Jews of Perpignan in the Thirteenth Century. An Economic Study ba (...)
  • 5 C. Dyer, « Market towns and the Countryside in Late Medieval England », Canadian Journal of History(...)

2Il n’est pourtant pas toujours aisé d’analyser en détail les intenses relations d’échanges qui animaient ces places d’affaires au quotidien. Il faut pour cela disposer de sources conservant la trace de séries de transactions qui, pour les années 1250-1350, s’avèrent assez rares (comptabilités marchandes ou domestiques) ou très localisées (livres de notaires des pays méditerranéens)4. Les court rolls anglais montrent l’intérêt que présentent aussi à cet égard les documents produits par les justices locales, dans la mesure où le règlement des litiges relatifs aux menus trafics qui constituaient le quotidien de l’activité d’échanges médiévale y tient souvent une place importante5.

  • 6 AD de Charente-Maritime, E Dépôt 87-372, BB1 [désormais indiqué BB1]. Ce registre a fait l’objet d’ (...)
  • 7 Deux exceptions récentes : K. Reyerson, G. Larguier, M. Bourin, « Les dynamiques commerciales dans (...)

3Les registres des assises du tribunal échevinal de la petite ville de Saint-Jean-d’Angély, située dans l’arrière-pays de La Rochelle, en fournissent une autre illustration. Le plus ancien conservé couvre une période qui s’étend d’avril 1332 à janvier 1334, au cours de laquelle pas moins de 424 différentes causes ont été soumises à la justice municipale, soit plus de 19 par mois en moyenne6. Cette importante activité judiciaire résulte, pour l’essentiel, de conflits impliquant des échanges de biens ou de services : on ne compte guère que 9 % des affaires dont l’enjeu est connu qui ne soient pas liées à la défaillance d’un débiteur (86 % des causes), ou à un défaut de livraison d’un objet payé par le plaignant (5 % des causes). Bien qu’il constitue un unicum pour la période antérieure au milieu du xive siècle, ce document jette une lumière rare sur la place qu’occupent alors les relations marchandes dans l’économie et la société d’une de ces petites villes qui, pour représenter une part déterminante du réseau urbain médiéval, n’en sont pas moins traditionnellement négligées par les historiens7.

Une place marchande prospère

  • 8 G. Musset (éd.), « Cartulaire de Saint-Jean-d’Angély », dans Archives historiques de la Saintonge e (...)
  • 9 Musset, « Cartulaire de Saint-Jean-d’Angély », op. cit., p. 265-269.

4Cette place d’affaires est à l’époque déjà ancienne. Elle doit son origine à une abbaye fondée au début du ixe siècle, devenue un centre majeur de pèlerinage sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, pourvu d’un important patrimoine8. De quoi favoriser le développement d’activités liées à la valorisation marchande des surplus domaniaux des moines et à l’offre de biens et services aux pèlerins. Dès le milieu du xie siècle, une charte rappelle que le bourg de Saint-Jean-d’Angély constitue un actif pôle de commercialisation de produits agricoles sur lequel le monastère bénéficie d’un accès privilégié en vertu de son droit de stagnum de blado et vino, ainsi qu’un centre de transit pour le sel venu du littoral. La tenue régulière de foires et marchés signale la vitalité d’un pôle économique où officient meuniers, boulangers, cordonniers, pelletiers et changeurs, et qui attire déjà tous ceux qui fréquentent le pays negociationis causa9.

  • 10 A. Giry, Les établissements de Rouen, Paris, F. Vieweg, 1885, t. 1, p. 297.
  • 11 J. de Laborde (éd.), Layettes du Trésor des chartes, t. 3, Paris, Plon, 1875, no 3783, p. 73.
  • 12 J. Petrowiste, À la foire d’empoigne. Foires et marchés en Aunis et Saintonge au Moyen Âge (vers 10 (...)
  • 13 AN, J 1033, no 19.
  • 14 J. Petrowiste, « Infrastructures commerciales et dynamiques de l’habitat dans le Midi toulousain de (...)

5Sur ces fondements, l’essor économique de Saint-Jean-d’Angély semble avoir été rapide au cours des deux siècles suivants. La ville accueillit notamment une active communauté juive, placée en 1222 par le roi Henri III sous sa protection contre une redevance annuelle de 3 000 sous10. Son rôle dans l’offre de crédit à la population paraît avoir été important : lors de l’expulsion des Juifs de la ville, en 1249, Alphonse de Poitiers veilla à s’attribuer l’ensemble de leurs créances11. La construction d’une halle au milieu du xiiie siècle est un autre indice d’une importante activité commerciale12, soulignée par plusieurs témoins dans une enquête du début des années 126013. Sans doute s’accompagna-t-elle d’une délocalisation du marché afin de répondre à sa saturation, comme cela s’observe par ailleurs14.

  • 15 G. Musset (éd.), « Documents en langue vulgaire », dans Archives historiques de la Saintonge et de (...)
  • 16 Petrowiste, À la foire d’empoigne…, op. cit., p. 114.
  • 17 É. Boutaric, Actes du Parlement de Paris, t. 2, Paris, Plon, 1867, no 5733.
  • 18 BB1, fol. 27v et 49v.
  • 19 Un recensement signale 300 feux dans la ville en 1437 (R. Favreau, Le Moyen Âge, dans J. Glénisson (...)

6Cette prospérité brille d’un éclat plus vif encore quelques décennies plus tard. C’est ce que montre la capacité d’une quarantaine de bourgeois à consentir au roi Philippe le Bel dans les années 1290 un prêt total d’environ 5 400 livres tournois, auquel s’ajoute le don d’une somme qui mont moust grant chouse15. En 1316, l’importante fréquentation des foires de la ville permet à Louis X d’asseoir une rente de 70 livres sur leur revenu annuel16. Il est vrai que l’on vient de fort loin pour y assister. C’est vers celles-ci que se dirigeait en 1319 un marchand de Limoux, muni d’une forte somme, lorsqu’il fut assassiné dans une hôtellerie17, et on y rencontre aussi des Normands au début des années 133018. Le premier registre des assises échevinales confirme cette impression générale en rendant compte de la complexité du tissu socio-économique de cette petite ville de quelques milliers d’habitants19 : il livre l’activité principale de 191 individus, qui officient dans une quarantaine de métiers (tab. 1).

Tableau 1. Activités documentées à Saint-Jean-d’Angély par le premier registre des assises échevinales (1332-1334)

Activité

Nb. d’individus signalés

Boucher

14

Poulailler

5

Poissonnier

8

Pâtissier

2

Épicier

2

Tavernier

1

Panetier

9

Fournier

1

Total métiers de l’alimentation : 42

Regrattier

5

Marchand

1

Courtier

10

Changeur

1

Total métiers du négoce : 17

Portefaix

6

Charretier

7

Bâtier / bourrelier

2

Total métiers du transport : 15

Pareur

2

Drapier

6

Couturier

9

Pourpointier

1

Total métiers du textile : 18

Corroyeur

2

Pelletier

7

Cordonnier

2

Savetier

1

Sellier

2

Total métiers du cuir : 14

Cordier

4

Tonnelier

6

Charpentier

16

Fenêtrier

1

Maçon

1

Plâtrier

1

Total métiers du bois et de la construction : 29

Maréchal-ferrant

4

Fourbisseur

1

Orfèvre

1

Total métiers des métaux : 6

Médecin

1

Barbier

8

Total métiers de la santé : 9

Notaire

3

Mestre

7

Clerc

15

Total métiers de l’écrit : 25

Prêtre

6

Vigneron

1

Valet

9

  • 20 D. Herlihy, C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 142 (...)

7Sans doute ce tableau est-il d’ailleurs lacunaire : il résulte des hasards du passage devant la cour échevinale de plaignants, victimes, témoins ou garants dont l’activité principale n’est en outre pas systématiquement rappelée. Il n’a donc pas la fiabilité des états plus précis que permettent de dresser des registres fiscaux20. De là l’absence de métiers pourtant fréquents dans les villes médiévales, comme ceux de forgeron, de tisserand ou de teinturier. La structure professionnelle qui se laisse deviner n’en est pas moins caractéristique des villes de l’époque par la forte représentation des métiers de l’alimentation, et plus particulièrement des détaillants de viande (19 bouchers et poulaillers), de pain (9 panetiers) et de poisson (8 poissonniers). Les artisans sont aussi très nombreux, émanant des principaux secteurs manufacturiers médiévaux : travail du bois (22 charpentiers et tonneliers), du textile (18 spécialistes), du cuir (14 professionnels) et des métaux (6 individus). La grande rareté des actifs agricoles (seul un vigneron est mentionné) suggère un caractère urbain affirmé, tout comme la présence d’un médecin, d’un orfèvre et de sept mestres (spécialistes de l’écrit et du droit) dédiés à la fourniture de biens et de services plus rares.

  • 21 BB1, fol. 26v. Sur le rôle des courtiers dans le commerce médiéval, J. A. van Houtte, « Les courtie (...)
  • 22 D’après AN, JJ 66, no 199, fol. 70 (le registre BB1 ne signale qu’un changeur).

8Saint-Jean-d’Angély s’avère donc au début des années 1330 pleinement représentative de cette strate des petites et moyennes villes dont l’économie est portée par le recours croissant des populations aux marchés. Sa prospérité s’appuie d’abord sur des fonctions de redistribution de produits alimentaires et de biens manufacturés d’origine locale à destination de ses habitants et de ceux des campagnes environnantes, par le biais d’une vente directe ou par l’intermédiaire de revendeurs. Des indices suggèrent toutefois l’existence de fonctions de médiation commerciale de plus grande envergure, s’appuyant sur la forte extraversion économique de la localité. Une quinzaine d’individus officient ainsi dans le secteur du transport (dont 6 portefaix et 7 charretiers). On y croise surtout pas moins de 10 courtiers (dont 9 évoqués dans un acte de septembre 133221) et 13 changeurs22. La présence de ces spécialistes de l’intermédiation commerciale témoigne de l’imbrication sur la place marchande angérienne de circuits d’échanges très divers dans leur finalité et leur ampleur. Dans un contexte marqué par une forte sollicitation du marché, cette situation s’avérait riche d’opportunités pour les habitants de la ville comme pour ceux des campagnes qui l’entouraient.

La commercialisation d’une société

  • 23 R. Favreau, « La Rochelle, port français sur l’Atlantique au xiiie siècle », L’Europe et l’océan au (...)
  • 24 A. Héron (éd.), Œuvres de Henri d’Andeli, trouvère normand du xiiie siècle, Paris, A. Claudin, 1881(...)
  • 25 Nombreux exemples dans Favreau, « La Rochelle, port français », artcité, p. 58-63.
  • 26 G. Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, t. 1, Paris, A (...)
  • 27 D’Aussy, « Registres de l’échevinage… », art. cité, t. 1, p. 116-130.

9Le phénomène décisif est assurément la place particulière que tient à l’époque la localité dans le commerce international du vin. La proximité de La Rochelle, principale porte du commerce de la région avec l’Angleterre et la Flandre23, ne doit pas occulter le rôle de Saint-Jean-d’Angély dans l’expédition des crus de Saintonge par la Boutonne et la Charente. Li vins S. Jehan d’Angeli figurent ainsi dans la fameuse Bataille des vins composée par Henri d’Andeli vers 122424, et on les retrouve au cours du siècle suivant présents sur tous les marchés d’Europe du nord25. Le gouvernement échevinal se montrait d’ailleurs soucieux de préserver les intérêts des marchands qui se livraient à ce commerce. En 1262, puis en 1331, il s’entend avec la commune de La Rochelle pour défendre leurs avantages fiscaux sur les ports de Gravelines et Damme26. Dans les années 1330, les deux villes s’associent également pour obtenir du roi de France l’interdiction d’un port d’expédition concurrent établi par le seigneur de Surgères au Gué-Charrau. C’est chose faite en 1345, contre le versement d’une somme de 2 000 livres par les Angériens et de 6 000 livres par les Rochelais27.

  • 28 Disposition prévue dans la charte confirmative des privilèges de la ville obtenue de Philippe VI en (...)

10Les répercussions sur l’économie locale étaient évidemment considérables. L’absence de terrier ne permet pas d’attester la formation, comme dans l’arrière-pays rochelais, d’un vignoble périurbain d’exportation constitué en quasi-monoculture et cible privilégiée des investissements des citadins. On en trouve toutefois un indice dans la volonté de l’échevinat d’interdire l’entrée en ville de vin provenant de l’extérieur de la banlieue28 : elle suggère que les espaces ruraux entourant Saint-Jean-d’Angély étaient largement gagnés à la vigne, et qu’ils se trouvaient sous l’influence économique des bourgeois. Cette place essentielle de la vigne et du vin se laisse percevoir dans le registre des assises échevinales. Sur les 217 affaires dont l’enjeu est indiqué par le scribe, plus du quart sont directement liées à des conflits sur la vente de vin (40 cas), sur la fabrication et la vente de tonneaux (13 cas), sur la vente de merrain (4 cas) ou d’éléments de pressoirs (2 cas).

  • 29 BB1, fol. 13 et 25v.
  • 30 BB1, fol. 22v et 32v.
  • 31 D’après une sentence du 3 février 1333, il en coûtait 115 sous de faire réaliser une douzaine de to (...)
  • 32 BB1, fol. 35.
  • 33 A. Beugnot, Les Olim, ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, t. 2, Paris, P. Dupont, 18 (...)

11La tonnellerie constitue alors une activité importante en ville, où sont signalés au moins six fabricants, auxquels on peut ajouter une partie des 16 charpentiers mentionnés. Ils se consacrent à la production de pièces neuves destinées à une clientèle à la fois urbaine et rurale, à l’image de Guillaume Langles qui en 1332 doit en fabriquer 50 pour Pierre Roy et 12 autres pour Hugues Letart, tous deux du village de la Fayolle29. La réparation de tonneaux usagés est également fréquente30. Ces équipements représentent en effet un investissement coûteux31 car ils sont produits à l’aide de merrain importé de Bayonne : le même Guillaume Langles doit ainsi faire face en novembre 1332 à une lourde dette de 46 livres pour l’achat de bois de ce type, qui avait transité par La Rochelle32. Le maintien de la filière d’approvisionnement en merrain s’avérait donc crucial : en 1290, les échevins s’étaient tournés vers le roi de France pour faire annuler l’interdiction qui leur avait été faite par les jurats de Bordeaux d’acheter ce bois en Bordelais, où il arrivait de Bayonne33.

  • 34 BB1, fol. 32v. Voir aussi BB1, fol. 45v (dette pour un tonneau de vin blanc) et 46v (dette pour deu (...)
  • 35 Rappelons qu’en 1330 le tonneau de vin de Saint-Jean-d’Angély, légèrement plus petit que celui de B (...)
  • 36 BB1, fol. 39bis v. Voir aussi BB1, fol. 4v, 7v et 11bis v (trois dettes du boucher Jouot Contetin, (...)

12Le vin suscite localement des échanges très actifs, mobilisant d’importantes quantités de capitaux. Alors que la valeur moyenne de l’ensemble des créances en numéraire faisant l’objet d’une sentence s’établit à 75,8 sous (médiane à 30 sous), celle des créances portant spécifiquement sur le vin atteint plus du double, soit 157,2 sous (médiane à 79 sous). On s’endette donc beaucoup plus lourdement pour ce produit, dont l’acquisition nécessite une certaine assise financière. Pour cela, les citadins sont fréquemment en affaire avec des villageois des environs. Certains de ces achats sont manifestement destinés à leur provision personnelle : Guillaume Perer doit s’acquitter en 1332 d’une dette contractée auprès d’un homme de Gourville pour un unique tonneau de vin vieil34, ce qui peut correspondre à la réserve annuelle d’un foyer35. Mais des bourgeois entreprenants peuvent aussi se constituer un stock en vue d’un petit commerce de revente sur le marché urbain, en complément de leur activité principale. Mestre Arnaud Barbier est ainsi poursuivi par un villageois de La Folatière pour une grosse créance de 16 livres de vin qui ne saurait s’expliquer par les seules nécessités de son ménage36.

  • 37 BB1, fol. 26v. Jean de la Croix possédait un pressoir (BB1, fol. 24). Voir aussi BB1, fol. 7v (dett (...)
  • 38 BB1, fol. 50v.

13Les dettes les plus lourdes portant sur ces achats de vin à visée probablement commerciale lient toutefois des citadins à d’autres bourgeois, plus à même de fournir d’importants volumes. Le 3 septembre 1332, Pierre Jacquet est par exemple reconnu coupable du défaut de paiement de sept livres demeurant d’une somme initiale de 40 livres justifiée par la fourniture par Jean de la Croix de vin provenant de toute évidence de ses propres domaines37. Un record est atteint avec Étienne et Jean Roille, condamnés le 8 novembre 1334 à payer à Pierre Tronquière la forte somme de 200 livres restant à régler d’une dette de 400 livres ex venditione vinorum38. L’affaire impliquait certes des membres éminents de l’oligarchie municipale. Leur envergure sociale et l’importante quantité de vin en jeu laissent supposer que les Roille s’étaient associés dans le but de constituer un stock à expédier soit vers La Rochelle, soit vers des marchés de consommation plus lointains.

  • 39 BB1, fol. 24, 25, 25v, 35v et 37v.
  • 40 Secousse, Ordonnances des roys de France…, op. cit., t. 5, p. 677.
  • 41 Petrowiste, À la foire d’empoigne…, op. cit., p. 312-316.

14La présence en ville de nombreux consommateurs dépendants des marchés pour leurs approvisionnements de base offrait, de fait, un débouché assuré – sinon captif – aux productions du plat pays. Les litiges jugés par les échevins renseignent notamment sur l’enjeu fondamental que représente l’accès des citadins au bois de chauffage dans un Occident des années 1330 au couvert forestier fortement réduit. Une série de six condamnations s’étalant du 22 août au 14 novembre 1332 impose ainsi à Matiot de la Sezine, dont on ignore le village d’origine, de procéder à la livraison du bois qui lui a été payé d’avance par des bourgeois : l’ensemble représente plus de 5 000 bûches39. Mais c’est surtout la fourniture de produits alimentaires qui permettait aux ruraux de profiter des appels du marché urbain. On en trouve une évocation indirecte dans la charte confirmative des privilèges de 1331 qui rappelle que l’échevinat pouvait interdire aux regrattiers d’acheter des vivres pendant certaines heures de la journée40. Cette disposition devait permettre aux consommateurs urbains de s’approvisionner directement auprès des paysans venus écouler quelques denrées à l’occasion du marché hebdomadaire. Il s’agissait, en maintenant temporairement à l’écart tous ceux qui achetaient dans le but de revendre ultérieurement avec un bénéfice, de limiter le risque d’assèchement du marché local et de contenir l’enchérissement de l’approvisionnement domestique41.

  • 42 BB1, fol. 13v. Le même vend des porcs l’année suivante à un autre boucher de la ville (BB1, fol. 46 (...)

15Les enjeux du ravitaillement quotidien de la ville rendaient toutefois nécessaire l’activité de ces nombreux intermédiaires, qui prospéraient en s’interposant entre le producteur et l’acquéreur final. Aux côtés de nombreux intervenants occasionnels, comme ceux évoqués précédemment dans le domaine du vin, regrattiers professionnels et détaillants spécialisés dans le commerce alimentaire occupaient donc une place importante dans le paysage économique local (tab. 1). Beaucoup valorisaient des ressources tirées des campagnes voisines. Ainsi les bouchers de la ville s’approvisionnent-ils au moins en partie auprès de ruraux, à l’image de Thibaut Bilhon qui doit en juin 1332 l’importante somme de douze livres à Pierre Pingaut, de Salignac, de vente de porcs et de chastriz42.

  • 43 BB1, fol. 2.
  • 44 BB1, fol. 12v et 43v.
  • 45 BB1, fol. 14v.
  • 46 BB1, fol. 40v.
  • 47 BB1, fol. 17.
  • 48 BB1, fol. 11bis v. Citons aussi Jean Langles, habitant du Perré, condamné à verser 25 sous à André (...)
  • 49 A. Molinier (éd.), Correspondance administrative d’Alfonse de Poitiers, Paris, Impr. nationale, 189 (...)
  • 50 BB1, fol. 8 et 48.

16De façon générale, l’ordinaire de la vie économique de Saint-Jean-d’Angély consiste en une myriade de menus échanges : le recours aux services d’un médecin43, des travaux commandés à des couturiers44, l’achat d’un couteau45, d’une selle46, d’une fourrure d’agneau47... Mais aussi de draps de laine qui sont, après le vin, l’enjeu le plus fréquent des litiges commerciaux : ils font dans le registre l’objet de quinze plaintes pour défaut de paiement. Il faut y voir un signe de l’importance du commerce de ce produit, y compris auprès de ruraux. Aux déboires de Matiot de la Sezine, que l’on vient d’évoquer, s’ajoutait ainsi une condamnation à s’acquitter d’une dette de 371 sous contractée à la suite d’achats auprès de deux drapiers de la ville48. La valeur moyenne des créances réclamées pour fourniture de draps est d’ailleurs significativement plus élevée que celle qui s’observe en général, à raison de 98,1 sous (médiane à 47,8 sous) contre 75,8 sous (médiane à 30 sous). Sans doute les drapiers de la ville étaient-ils en mesure de proposer une large gamme d’articles, éventuellement importés, comme ces draps que les marchands de Rouen amenaient déjà sur le marché angérien dans les années 126049. Les biens de luxe trouvaient en effet une clientèle à Saint-Jean-d’Angély. Les couturiers Henri Clerc et Guillaume Choveau s’endettent pour acquérir de la soie et du cendal probablement destinés à leurs confections50, tandis qu’au moins un orfèvre officiait sur place (tab. 1). En ces années 1330, cette petite ville constitue donc un marché complexe et très actif, où s’échangent des produits assez divers, de provenance variée. Son dynamisme est toutefois porté par un important recours des citadins à l’endettement.

Un endettement chronique ?

17La source exploitée oriente certes le regard en la matière : elle documente avant tout les achats à crédit ou les prêts non remboursés (86 % des causes soumises aux échevins) et laisse dans l’ombre les transactions au comptant ou à règlement différé qui n’ont pas suscité de conflits, assurément les plus nombreuses. Pour autant, les 189 créances litigieuses enregistrées entre 1332 et 1334 permettent d’éclairer les ressorts de l’endettement dans une société fortement « commercialisée ».

  • 51 BB1, fol. 11bis v, 25v, 39bis v.
  • 52 BB1, fol. 4v.
  • 53 BB1, fol. 33v.

18Le recours à la dette paraît d’abord toucher un large spectre de la population. Des ruraux sont parfois poursuivis pour des créances non soldées, comme dans le cas précédemment évoqué de Matiot de la Sezine ou dans celui de Jean Langles, maréchal-ferrant du hameau du Perré, qui doit diverses sommes à des bourgeois pour la fourniture de draps, de pain ou de vin51. Les citadins, fortement représentés parmi les défaillants condamnés, présentent des profils très variés. Une part importante des débiteurs dont le statut socio-professionnel est connu est certes issue du milieu des gens de métier, qui compose la strate médiane de la société urbaine, mais des individus plus modestes ont aussi accès au crédit, comme ce Thévenot, simple valet, qui doit 27 sous au bourgeois Guillaume Brunet pour le louage d’un cheval pendant neuf jours52. À l’autre extrême de la hiérarchie sociale, de hauts personnages recourent également au crédit sans toujours parvenir à respecter les délais de remboursement. Des poursuites sont ainsi engagées en novembre 1332 par Jean de Saumur contre Jean de Matha, auquel le scribe donne du « sire »53, et on a signalé plus haut le conflit opposant au sein de l’oligarchie municipale Pierre Tronquière aux frères Roille.

  • 54 BB1, fol. 20v.
  • 55 Semblable constat pour Perpignan au xiiie siècle : Emery, The Jews of Perpignan…, op. cit., p. 30-3(...)
  • 56 BB1, fol. 33v.

19Le montant des créances en numéraire varie fortement en fonction de l’objet de la transaction et des volumes impliqués, depuis la somme de 1,7 sous réclamée par Julien Doysse à un panetier pour l’écriture d’une lettre54 jusqu’aux 200 livres demandées aux Roille. Leur valeur moyenne apparaît au bout du compte assez élevée55 : 75,8 sous, à une époque où la journée de travail d’un tonnelier ne lui rapporte pas plus de six sous56. Même en écartant les créances liées à l’acquisition de vin ou de draps, aux montants très supérieurs aux autres, les sommes réclamées aux débiteurs demeurent non négligeables, à raison de 56,8 sous en moyenne, la moitié des dettes excédant les 27,5 sous. Cette situation s’explique peut-être par la nature de la source utilisée : il est assez logique que les créances les plus lourdes soient aussi celles qui sont le plus susceptibles d’occasionner des défauts de paiement et de conduire le débiteur devant la cour échevinale. Elle n’en montre pas moins qu’une portion importante de la population de Saint-Jean-d’Angély, de tout rang social, n’hésitait pas au début des années 1330 à s’endetter lourdement, quitte à se placer dans une situation financière hasardeuse.

  • 57 J. Petrowiste, « Consommateurs et marchés locaux à la fin du Moyen Âge : un état de la question », (...)
  • 58 BB1, fol. 22v, 32v, 35v, 38v…
  • 59 BB1, fol. 22v et 28.
  • 60 BB1, fol. 47 et 48.
  • 61 BB1, fol. 26v.
  • 62 On en trouve de très nombreuses occurrences : BB1, fol. 4v, 5v, 7v, 9, 12…
  • 63 BB1, fol. 22.
  • 64 BB1, fol. 35, 35 et 48.

20La motivation principale de cet endettement est l’acquisition de biens ou de services, à l’origine des 4/5e des défauts de paiement constatés. Le litige résulte très souvent d’un crédit à la consommation portant sur la fourniture d’un travail ou l’acquisition de petites quantités d’objets ou de produits alimentaires. On en trouvera divers exemples dans les pages précédentes, qui tous soulignent le rôle désormais essentiel des marchés et du crédit dans la satisfaction des besoins domestiques des citadins57. Mais l’endettement se justifie aussi par la nécessité d’investir : achat de bétail par les bouchers ; location, acquisition ou réparation d’équipements productifs, comme les tonneaux58, vis à pressoir59, charrues60 ou charrettes61 ; achat ou location de chevaux62 ; recours aux services de travailleurs agricoles63 ; fourniture de matières premières64...

  • 65 BB1, fol. 13v.
  • 66 BB1, fol. 57-58v.
  • 67 BB1, fol. 11v.
  • 68 BB1, fol. 5 (condamnation, le 27 avril 1332, à payer à Arnaud Caillaut une somme de six livres due (...)

21Ces achats à crédit soutiennent par ailleurs les activités commerciales informelles de nombreux habitants, en particulier dans le secteur de la revente au détail de produits alimentaires que l’important marché de consommation urbain rend profitable. L’acquisition de denrées à paiement différé offrait en effet la possibilité même à des individus peu pourvus en capitaux de se constituer un stock dont l’écoulement permettait le remboursement du crédit à l’échéance et le dégagement d’un bénéfice. Le vin, on l’a vu, se prêtait bien à ces entreprises. La même pratique se devine derrière la créance de 50 sous contractée par Jean du Sable auprès de Simon Farsset « de vente de pains »65 : au cours légal fixé par l’échevinat (deux deniers le pain de qualité supérieure)66, cette somme représente en effet l’équivalent d’au moins 300 miches ! Voici enfin Perrot Morant, habituellement connu comme vendeur de volailles, condamné le 22 mai 1332 pour une lourde dette de 144 sous justifiée par l’acquisition d’un stock de harengs caqués67. Sa revente – comme celle du vin qu’il a acheté à crédit à la même époque68 – devait de toute évidence lui fournir des revenus complémentaires pour suppléer à l’interruption de son activité principale à l’occasion du Carême…

  • 69 Signalons notamment les prêts accordés par Marie d’Exideuil, Bernard de Marteau le jeune ou Étienne (...)

22Dans un cas sur cinq, enfin, le défaut de paiement porte directement sur un prêt d’argent. Les sommes en cause, qui vont de quelques sous à une quinzaine de livres, pour un montant moyen de 59 sous, s’établissent à des valeurs comparables aux créances suscitées par les achats à crédit (hors vin et draps). Plusieurs de ces prêts sont consentis par des membres des grandes familles échevinales, qui témoignent ainsi de leurs importantes disponibilités financières, de la diversité de leurs sources de revenus, et de leur emprise sociale69. Le laconisme des indications livrées par le registre ne permet généralement pas de déterminer les motivations des emprunteurs. On peut supposer que la relative facilité d’accès au prêt d’argent à Saint-Jean-d’Angély permettait à des citadins et à des ruraux disposant d’un capital limité d’y trouver les avances en numéraire nécessaires à certains investissements. Pour d’autres, il s’agissait d’apporter une solution à des difficultés économiques passagères – à condition d’être en mesure de rembourser les sommes prêtées lorsque l’échéance se présentait.

  • 70 BB1, fol. 3-3v, 11v, 15.
  • 71 BB1, fol. 4, 5v, 16, 17, 18, 39bis, 47 et 48.
  • 72 BB1, fol. 10, 10v, 21, 28v, 36v, 39bis, 48v.
  • 73 BB1, fol. 28v, 31v, 33, 38, 38v.

23Le cas de Pernelle Daux en offre une bonne illustration. Cette veuve paraît avoir connu des difficultés au début de l’année 1332, qui la conduisirent à multiplier les créances : 80 sous auprès d’Aymeri Arnaud et 4,5 sous auprès de Jean Morant pour des prêts d’argent ; 11,5 sous auprès d’une marchande de la ville de vente de cire et d’avoir de poiz ; plus de 40 sous auprès d’Arnaud de Turée, à qui elle dut remettre plusieurs objets en gage. En mai-juin 1332, la cour échevinale la condamne à faire face à ses obligations auprès de ses créanciers. Sa situation financière finit-elle par s’améliorer ? Pernelle parvint en tout cas à récupérer en juillet une partie des gages déposés chez Arnaud de Turée, à l’exception de deux hanaps d’argent70. De tels exemples pourraient être multipliés. Voici le couturier Guillot Choveau, poursuivi huit fois en un an pour avoir fait défaut sur diverses dettes71 ; le courtier Jean Rousseau, qui fait face à sept procès entre le 18 mai 1332 et le 20 mars 133372 ; le boucher Alenet, qui fait l’objet de commandements à payer six fois en 133273

  • 74 Bourin et al., « Les campagnes de la Méditerranée occidentale… », artcité.

24Les nombreuses plaintes pour défaut de paiement soumises au tribunal échevinal témoignent-elles d’une montée des difficultés, à une époque où les équilibres qui avaient soutenu la dynamique séculaire de l’expansion sont mis en péril74 ? Elles manifestent, en tout cas, la place importante qu’occupe la dette dans la société et l’économie de Saint-Jean-d’Angély au début des années 1330. Cette petite ville constitue alors un foyer de consommation et une place d’affaires de première importance dans la région, qui présente une forte intégration économique avec les campagnes qui l’entourent et bénéficie de son insertion dans des réseaux commerciaux élargis. De quoi offrir d’appréciables opportunités pour des ruraux et des citadins prompts à profiter des sollicitations des marchés, et susciter sur place une intense activité d’échanges. Cette prospérité s’accompagnait toutefois d’une dépendance toujours plus forte des populations vis-à-vis de ces mêmes marchés et de l’endettement, au risque d’une précarité accrue à l’égard des vicissitudes économiques. En ce sens, la situation contrastée de la ville apparaît pleinement révélatrice de la complexité de la « conjoncture de 1300 ».

Notes

1 M. Bourin, S. Carocci, F. Menant, L. To Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale autour de 1300 : tensions destructrices, tensions novatrices », Annales. HSS, 66, 2011, p. 663-704 ; M. Bourin, F. Menant, L. To Figueras (éd.), Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300. Échanges, prélèvements et consommation en Méditerranée occidentale, Rome, EFR, 2014.

2 J. Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge. Le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain (xie-milieu du xive siècle), thèse de doctorat, université Toulouse-Le Mirail, 2007 ; J. Á. Sesma Muñoz et C. Laliena Corbera (coord.), Crecimiento económico y formación de los mercados en Aragón en la Edad Media (1200-1350), Saragosse, CEMA, 2009 ; A. Furió, « Producción agraria, comercialización y mercados rurales en la Corona de Aragón », dans J. Á. Sesma Muñoz (coord.), La Corona de Aragón en el centro de su historia, 1208-1458. Aspectos económicos y sociales, Saragosse, CEMA, 2010, p. 362-425 ; M. Lafuente Gómez, J. Petrowiste (éd.), Faire son marché au Moyen Âge. Le consommateur et le marché en Méditerranée occidentale (France méridionale, Espagne, Italie, fin du xiiie-début du xvie siècle), à paraître.

3 R. H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, Cambridge, CUP, 1993 ; M. Bailey, J. Hatcher, Modelling the Middle Ages. The History and Theory of England’s Economic Development, Oxford, Oxford UP, 2001, p. 121-173 ; M. Bourin, F. Menant, L. To Figueras, « Les campagnes européennes avant la peste. Préliminaires historiographiques pour de nouvelles approches méditerranéennes », dans Id., Dynamiques du monde rural…, op. cit., p. 9-101.

4 Voir par exemple R. W. Emery, The Jews of Perpignan in the Thirteenth Century. An Economic Study based on Notarial Records, New York, Columbia UP, 1959 ; L. To Figueras, « El consumo y la comercialización de paños de lana alrededor de 1300. Los casos de Amer y Besalú en la región de Gerona », dans Bourin et al. (éd.), Dynamiques du monde rural…, op. cit., p. 305-335.

5 C. Dyer, « Market towns and the Countryside in Late Medieval England », Canadian Journal of History, 31, 1996, p. 17-35 ; C. Briggs, Credit and Village Society in Fourteenth-Century England, New York, Oxford UP, 2009.

6 AD de Charente-Maritime, E Dépôt 87-372, BB1 [désormais indiqué BB1]. Ce registre a fait l’objet d’une édition extrêmement fautive : D. d’Aussy (éd.), « Registres de l’échevinage de Saint-Jean-d’Angély », dans Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXIV, Paris/Saintes, 1895, p. 48-112.

7 Deux exceptions récentes : K. Reyerson, G. Larguier, M. Bourin, « Les dynamiques commerciales dans les petites villes languedociennes aux environs de 1300 », dans Bourin et al. (éd.), Dynamiques du monde rural..., op. cit., p. 171-204 ; B. Sintic, Petites villes de Normandie. Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel, villes secondaires de la région de Rouen, 1450-1550, Caen, Presses universitaires de Caen, 2011.

8 G. Musset (éd.), « Cartulaire de Saint-Jean-d’Angély », dans Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, t. 30, Paris-Saintes, 1901, et t. 33, Paris-Saintes, 1903.

9 Musset, « Cartulaire de Saint-Jean-d’Angély », op. cit., p. 265-269.

10 A. Giry, Les établissements de Rouen, Paris, F. Vieweg, 1885, t. 1, p. 297.

11 J. de Laborde (éd.), Layettes du Trésor des chartes, t. 3, Paris, Plon, 1875, no 3783, p. 73.

12 J. Petrowiste, À la foire d’empoigne. Foires et marchés en Aunis et Saintonge au Moyen Âge (vers 1000-vers 1550), Toulouse, Méridiennes, 2004, p. 96 et 207.

13 AN, J 1033, no 19.

14 J. Petrowiste, « Infrastructures commerciales et dynamiques de l’habitat dans le Midi toulousain des xiiie-xive siècles », dans J. L. Abbé (éd.), Après la genèse. Les transformations morphologiques des agglomérations au Moyen Âge, à paraître.

15 G. Musset (éd.), « Documents en langue vulgaire », dans Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, t. 4, Paris-Saintes, 1877, p. 200-203.

16 Petrowiste, À la foire d’empoigne…, op. cit., p. 114.

17 É. Boutaric, Actes du Parlement de Paris, t. 2, Paris, Plon, 1867, no 5733.

18 BB1, fol. 27v et 49v.

19 Un recensement signale 300 feux dans la ville en 1437 (R. Favreau, Le Moyen Âge, dans J. Glénisson (éd.), Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, t. 2, La Crèche, Geste éditions, 2014, p. 411), mais il s’agit alors d’un étiage, très inférieur au niveau de population antérieur au retournement de conjoncture du milieu du xive siècle.

20 D. Herlihy, C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, Éd. de l’EHESS, 1978 ; P. Wolff, Les « estimes » toulousaines des xive et xve siècles, Toulouse, Association Marc Bloch, 1956.

21 BB1, fol. 26v. Sur le rôle des courtiers dans le commerce médiéval, J. A. van Houtte, « Les courtiers au Moyen Âge », Revue historique de droit français et étranger, 15, 1936, p. 105-141 ; F. Plazolles-Guillen, « Les courtiers de commerce à Barcelone au xve siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 29, 1993, p. 127-154.

22 D’après AN, JJ 66, no 199, fol. 70 (le registre BB1 ne signale qu’un changeur).

23 R. Favreau, « La Rochelle, port français sur l’Atlantique au xiiie siècle », L’Europe et l’océan au Moyen Âge, Nantes, CID éditions, 1988, p. 49-76 ; E. Craeybeckx, Un grand commerce d’exportation : les vins de France aux anciens Pays Bas (xiiie-xvie siècle), Paris, SEVPEN, 1959.

24 A. Héron (éd.), Œuvres de Henri d’Andeli, trouvère normand du xiiie siècle, Paris, A. Claudin, 1881, p. 27, v. 123-126.

25 Nombreux exemples dans Favreau, « La Rochelle, port français », artcité, p. 58-63.

26 G. Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, t. 1, Paris, A. Picard, 1898, no 222, p. 251-259 ; Giry, Les établissements de Rouen, op. cit., t. 2, p. 138-140 ; L. Gilliodts-van Severen, Cartulaire de l’ancienne estaple de Bruges, Bruges, L. de Plancke, 1904, no 240, p. 178-180.

27 D’Aussy, « Registres de l’échevinage… », art. cité, t. 1, p. 116-130.

28 Disposition prévue dans la charte confirmative des privilèges de la ville obtenue de Philippe VI en 1331 (D.-F. Secousse (éd.), Ordonnances des roys de France de la Troisième race, t. 5, Paris, Impr. royale, 1736, p. 675-677).

29 BB1, fol. 13 et 25v.

30 BB1, fol. 22v et 32v.

31 D’après une sentence du 3 février 1333, il en coûtait 115 sous de faire réaliser une douzaine de tonneaux neufs, soit près de dix sous par unité (BB1, fol. 44). En comparaison, il n’est demandé que trois sous pour la réparation d’un tonneau usagé (BB1, fol. 32v). Le coût des tonneaux et leur importance dans l’économie locale expliquent qu’ils soient parfois utilisés pour des paiements en nature : le 11 juin 1332, Jean Tesser doit en remettre 26 à Jean Gales pour s’acquitter du loyer de sa maison (BB1, fol. 12).

32 BB1, fol. 35.

33 A. Beugnot, Les Olim, ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, t. 2, Paris, P. Dupont, 1842, p. 315-316. Sur les exportations de merrain de Bayonne vers les foyers viticoles du Bordelais et de l’Aunis-Saintonge, E. Goyheneche, Bayonne et la région bayonnaise du xiie au xve siècle, Salamanque, Universidad del País Vasco, 1990, p. 256-259.

34 BB1, fol. 32v. Voir aussi BB1, fol. 45v (dette pour un tonneau de vin blanc) et 46v (dette pour deux tonneaux de vin clairet).

35 Rappelons qu’en 1330 le tonneau de vin de Saint-Jean-d’Angély, légèrement plus petit que celui de Bordeaux, contiendrait de 750 à 850 litres (Y. Renouard, « Recherches complémentaires sur la capacité du tonneau bordelais au Moyen Âge », Annales du Midi, 68, 1956, p. 195-207). À cette époque, en Provence, un simple bouvier disposait d’une ration annuelle de 230 litres de vin (L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux xive et xve siècles, Paris/La Haye, Mouton, 1970, p. 230).

36 BB1, fol. 39bis v. Voir aussi BB1, fol. 4v, 7v et 11bis v (trois dettes du boucher Jouot Contetin, représentant un total de près de 6,5 livres, pour fourniture de vin par des villageois d’Asnières et de Saint-Médard).

37 BB1, fol. 26v. Jean de la Croix possédait un pressoir (BB1, fol. 24). Voir aussi BB1, fol. 7v (dette de 274,5 sous du poissonnier Guillaume Dodeau à l’égard d’Arnaud Caillaut pour fourniture de vin).

38 BB1, fol. 50v.

39 BB1, fol. 24, 25, 25v, 35v et 37v.

40 Secousse, Ordonnances des roys de France…, op. cit., t. 5, p. 677.

41 Petrowiste, À la foire d’empoigne…, op. cit., p. 312-316.

42 BB1, fol. 13v. Le même vend des porcs l’année suivante à un autre boucher de la ville (BB1, fol. 46). Voir aussi BB1, fol. 31v et 33v (achat de porcs et de bœufs par des bouchers à des villageois de Sainte-Même et Courlac).

43 BB1, fol. 2.

44 BB1, fol. 12v et 43v.

45 BB1, fol. 14v.

46 BB1, fol. 40v.

47 BB1, fol. 17.

48 BB1, fol. 11bis v. Citons aussi Jean Langles, habitant du Perré, condamné à verser 25 sous à André Pascaut « de vente de dras » (BB1, fol. 25v). Sur le rôle de la clientèle rurale dans le commerce des draps au début du xive siècle, To Figueras, « El consumo y la comercialización de paños de lana… », artcité.

49 A. Molinier (éd.), Correspondance administrative d’Alfonse de Poitiers, Paris, Impr. nationale, 1894, t. 1, p. 749, no 1138.

50 BB1, fol. 8 et 48.

51 BB1, fol. 11bis v, 25v, 39bis v.

52 BB1, fol. 4v.

53 BB1, fol. 33v.

54 BB1, fol. 20v.

55 Semblable constat pour Perpignan au xiiie siècle : Emery, The Jews of Perpignan…, op. cit., p. 30-31. Les prêts consentis dans les villages anglais du xive siècle sont en revanche bien inférieurs : Briggs, Credit and Village Society…, op. cit., p. 58.

56 BB1, fol. 33v.

57 J. Petrowiste, « Consommateurs et marchés locaux à la fin du Moyen Âge : un état de la question », dans Lafuente Gómez, Petrowiste (éd.), Faire son marché au Moyen Âge…, op. cit., à paraître.

58 BB1, fol. 22v, 32v, 35v, 38v…

59 BB1, fol. 22v et 28.

60 BB1, fol. 47 et 48.

61 BB1, fol. 26v.

62 On en trouve de très nombreuses occurrences : BB1, fol. 4v, 5v, 7v, 9, 12…

63 BB1, fol. 22.

64 BB1, fol. 35, 35 et 48.

65 BB1, fol. 13v.

66 BB1, fol. 57-58v.

67 BB1, fol. 11v.

68 BB1, fol. 5 (condamnation, le 27 avril 1332, à payer à Arnaud Caillaut une somme de six livres due pour l’achat de vin).

69 Signalons notamment les prêts accordés par Marie d’Exideuil, Bernard de Marteau le jeune ou Étienne Roille (BB1, fol. 18, 40v et 45v).

70 BB1, fol. 3-3v, 11v, 15.

71 BB1, fol. 4, 5v, 16, 17, 18, 39bis, 47 et 48.

72 BB1, fol. 10, 10v, 21, 28v, 36v, 39bis, 48v.

73 BB1, fol. 28v, 31v, 33, 38, 38v.

74 Bourin et al., « Les campagnes de la Méditerranée occidentale… », artcité.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search