Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Deuxième partie. Crises médiévales et conjecture de 1300

Crise et famine dans le haut Moyen Âge

Marcelo Cândido da Silva

Texte intégral

  • 1 En ce sens, la création au King’s College de Londres, du Center for Risk Management, ou encore, aux (...)

1La « crise » constitue aujourd’hui un sujet récurrent dans les ouvrages d’économistes, de biologistes, de géographes, de sociologues, de politologues, de spécialistes de l’environnement, etc. Ceci est dû, tout d’abord, à l’actualité du phénomène, que ce soit dans sa dimension économique (avec la stagnation des taux de croissance depuis 2008 dans la plupart des pays occidentaux), environnementale (le réchauffement climatique), sanitaire (les épidémies d’H1N1, Ebola, Zika), politique (les guerres civiles, les conflits, les migrations) et même intellectuelle (la crise des sciences, la crise des paradigmes). Cette omniprésence pose le problème de la définition même de la « crise », de sa possible application, voire de ses limites, comme instrument d’analyse1.

  • 2 A. Guerreau, s. v. « Crise », dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (éd.), Dictionnaire du Moyen Â (...)
  • 3 D. Barthélemy, La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ?, Paris, Fayard, 1997.
  • 4 Voir les contributions de P. Bernardi, G. Pinto, D. Degrassi, K. Reyerson, G. Larguier, M. Bourin e (...)

2Le sens moderne du concept est progressivement apparu dans la deuxième moitié du xixe siècle2, en même temps que l’Histoire devenait science. Dans les décennies qui ont suivi le dernier conflit mondial, tandis qu’il connaissait une fortune critique chez les modernistes et spécialistes de l’histoire politique, son usage reculait chez les historiens de l’Antiquité et du Moyen Âge (encore que les thèmes de la crise de l’Histoire et de la crise de l’histoire politique aient trouvé un certain succès chez ces derniers). C’est le cas, pour le Moyen Âge notamment, de deux crises « paradigmatiques » : celles de l’an Mil et du xive siècle. On peut les désigner comme telles à cause des longs débats qu’elles produisirent dans l’historiographie contemporaine, comme la querelle entre « mutationnistes » et « anti-mutationnistes » par exemple. Les notions de crise et de mutation ont dès lors été sévèrement critiquées par des historiens comme D. Barthélemy, pour qui la « mutation de l’an Mil n’a pas eu lieu3 », tandis que les recherches coordonnées par F. Menant et M. Bourin ont, de leur côté, remis en question l’approche d’une crise générale au xive siècle4.

  • 5 Guerreau, « Crise », art. cité, p. 369.
  • 6 L. Feller, « Crises et renouvellements des élites au haut Moyen Âge », dans F. Bougard, L. Feller, (...)

3Ce recul de la crise dans l’historiographie est dû, tout d’abord, au constat que cette notion est vague et ambiguë5. En effet, elle est employée dans des situations variées, pour décrire des périodes de courte comme de longue durée et des transformations superficielles comme des changements profonds6. Son extrême élasticité sémantique explique qu’elle soit dès lors aussi bien utilisée dans des ouvrages qui soutiennent l’effondrement du monde romain, par exemple, que dans d’autres qui remettent en cause cette même idée. C’est pourquoi les historiens ont mobilisé d’autres concepts, tels que la « transformation » ou la « transition ». Par ailleurs, le recul du marxisme dans les milieux universitaires à partir des années 1960 a eu pour conséquence un net recul de l’articulation entre crise et violence. Plutôt que comme un moteur de la transformation sociale, cette articulation est envisagée comme une caractéristique parmi d’autres du fonctionnement des sociétés, un élément symbolique plus qu’une donnée capable d’expliquer le changement.

  • 7 R. Le Jan, « O historiador e suas fontes: construção, desconstrução, reconstrução », Revista Signum(...)

4Si les travaux publiés au cours des trois dernières décennies ont soutenu la continuité des constructions politiques et économiques romaines, et aussi révisé d’une manière importante l’ampleur de la crise démographique et économique du xive siècle, ils l’ont fait à partir des mêmes matériaux (textes, culture matérielle) utilisés par ceux qui, peu de temps avant, affirmaient exactement le contraire. De fait, il n’y a pas eu de découvertes documentaires ou archéologiques qui puissent expliquer ce changement de perspective, dont l’explication est à chercher dans les nouveaux rapports qu’entretiennent les historiens avec leurs sources7.

  • 8 F. Braudel, Le Monde actuel. Histoire et civilisations, Paris, Belin,1963, p. 161.
  • 9 A. Graceffa, Les historiens et la question franque. Le peuplement franc et les Mérovingiens dans l’ (...)

5Ajoutons un autre aspect souvent négligé, mais qui aide aussi à expliquer pourquoi les notions de crise et de décadence ont reculé chez les antiquisants et les médiévistes après la dernière guerre mondiale. Le succès de la « continuité des civilisations », soutenue par Fernand Braudel dans sa Grammaire des Civilisations8, s’opposant à l’échec du « suicide de la civilisation » d’Arnold Toynbee, est symptomatique du changement de contexte intellectuel de l’époque et dépasse le simple fait que certains ouvrages soient condamnés au succès et d’autres à l’ostracisme. À l’heure où le projet européen était lancé avec pour moteur la réconciliation franco-allemande, l’assimilation des populations d’outre-Rhin aux barbares (et à leur violence « sans limites ») n’était plus à l’ordre du jour9. Cette période, considérée comme le creuset des nations européennes, avait été objet de tensions intellectuelles entre Français et Allemands, elle serait désormais un enjeu de leur réconciliation. Les grandes recherches collectives des trente dernières années, réalisées avec le financement de l’Union Européenne, répondirent ainsi à des appels d’offres qui avaient des intitulés tels que « les origines de l’Europe ». En dehors de celles-ci, les travaux publiés dès les années 1960, et qui soutenaient la « coexistence pacifique » entre Romains et Barbares, ou qui associaient les migrations barbares aux débuts de la construction européenne, démontrent, s’il en était encore besoin, que les outils méthodologiques et analytiques utilisés par les historiens ne constituent pas des catégories étanches à l’influence des relations sociales et politiques. L’historiographie de la notion de crise depuis 1945 relève donc autant de l’histoire intellectuelle que de l’histoire politique de l’Europe pendant la même période.

6Les années 2000 ont marqué enfin une nouvelle avancée de la « crise » en sciences humaines, y compris au sein de la médiévistique. Cependant, l’accent mis sur la décadence, très marqué jusqu’aux années 1940, a cédé la place à une vision neutre, voire positive de la crise, et qui est bien illustrée dans la question posée dans le sous-titre du premier volume du projet collectif Les élites au haut Moyen Âge, publié en 2006 : « crises et renouvellements ». La conclusion de ce volume, signée par H. W. Goetz, est encore plus claire en ce sens :

  • 10 H. W. Goetz, « Conclusion », dans Les élites au Moyen Âge…, op. cit., p. 494-495, ici p. 487.

Il y a toujours eu des changements, des dangers, puis des crises et, par la suite, des renouvellements... Cependant, plusieurs contributions [du volume] ont apporté la preuve de renouvellements à court terme des mêmes élites (personnes et groupes) après (et malgré) une crise. À cet égard, un « renouvellement » (ou des renouvellements permanents) semble avoir été plus caractéristique pour le haut Moyen Âge qu’une crise10.

  • 11 M. Bourin, F. Menant (éd.), Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, R (...)
  • 12 C. Kinealy, The Great Irish Famine. Impact, Ideology and Rebellion, New York, Palgrave, 2002, p. 31(...)

7Le centre de gravité des analyses n’est plus une crise systémique aussi vaste que monolithique, mais plutôt des formes « substantivées » (crise économique, crise politique, crise alimentaire, crise sanitaire, etc.), et se déplace vers les réponses apportées à ces dernières. À l’origine de ce double déplacement épistémologique, on trouve le constat que le concept de crise est trop large, trop élastique pour être efficace. Cela est particulièrement visible dans les études sur les crises alimentaires, que j’ai choisi de traiter dans ce texte. La famine, en plus d’être la « manifestation la plus spectaculaire de la crise11 », selon M. Bourin et F. Menant, constitue l’un des champs de recherche qui illustre le mieux la préoccupation et les mécanismes de réaction politique des sociétés. Les principaux travaux sur la famine publiés dans la deuxième moitié du xxe siècle, que ce soit sur l’Irlande du milieu du xixe siècle, sur le monde romain, sur la Chine du « Grand Bond en Avant » ou encore sur l’Éthiopie des années 1980, dédient tous des chapitres à la question des réponses politiques apportées à ces crises12.

  • 13 J. Edkins, Whose Hunger. Concepts of Famine, Practices of Aid, Minneapolis, University of Minnesota (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Famine in Ethiopia. Learning from the Past to Prepare for the Future: A Symposium, colloque tenu à (...)

8Et pour cause : la famine est devenue, dans l’épistémologie contemporaine, objet d’analyse et de définition, et non seulement de comparaison et de catégorisation13. Ces analyses, qu’on appellera ici des « théories de la famine », ne se contentent pas d’en présenter les causes, elles ont aussi pour but affiché la recherche de solutions au problème. Paradoxalement, cela a amené parfois à une « dépolitisation » de la famine, dans la mesure où l’on a misé sur les solutions techniques, en laissant de côté les conjonctures politiques dans lesquelles les crises alimentaires sont nées et se sont développées. Le meilleur exemple en est, comme l’a bien montré J. Edkins, les premières études consacrées à la famine en Éthiopie, qui ont mis en avant la sécheresse et les questions environnementales pour expliquer le phénomène, au détriment de la guerre civile qui ravageait le pays dès les années 1960, et qui s’était aggravé à partir de 198414. A contrario, lors du colloque qui s’est tenu à Addis-Abeba15 à l’occasion des dix ans de cette famine, et malgré un débat très vif entre spécialistes et représentants des ONG, le conflit entre l’Ethiopie et les séparatistes au Tigré a été replacé au cœur des explications. C’est sur ces aspects politiques que nous nous pencherons à notre tour au travers de quelques textes législatifs carolingiens.

  • 16 Bourin, Menant, Les disettes dans la conjoncture…, op. cit., p. 12.

9Les textes antérieurs au xive siècle n’offrent pas des données statistiques en nombre et en qualité suffisants pour reconstituer, par exemple, la courbe des prix des céréales sur les marchés urbains ou encore celle des salaires des travailleurs des villes. M. Bourin et F. Menant ont bien rappelé, d’ailleurs, qu’on entrevoit dès l’époque carolingienne les indices d’une commercialisation des aliments et d’une réflexion sur celle-ci. Il y a bien, à cette époque, un marché et une conscience dans les milieux dirigeants carolingiens du rapport mouvant entre la quantité de blé disponible et son prix, et donc celle d’une possibilité d’agir en organisant des stocks et en limitant les prix. Malgré cela, la part de l’alimentation soumise aux lois du marché y reste marginale, comme l’est aussi l’action de régulation et de prévision destinée à maîtriser les mouvements des prix16.

  • 17 F. Curschmann, Hungernöte in Mittelalter. Ein Bertrag zur Deutschen Wirtschaftsgeschichte des 8 Bis (...)
  • 18 I. Abadie et al., « Traces d’intervention anthropiques sur des restes osseux humains déposés dans u (...)
  • 19 Famis vero, quae anno priori coepit, in tantum excrevit, ut non solum alias immundicias, verum etia (...)
  • 20 Tanta fames fuit in Boemia, ut tercia pars populi interiret fame (Cosmae chr. Boemorum SS IX, 75, 1(...)
  • 21 Ézéchiel, 5 :12 : « Un tiers de tes habitants mourra de la peste et sera consumé par la famine au m (...)

10Un autre défi lancé à l’analyse des famines au travers des textes du haut Moyen Âge tient à leur forme, qu’il s’agisse de questions d’autorité, de leurs circonstances de production ou des topoi rhétoriques qu’ils contiennent. Tout d’abord, il y a dans les chroniques, les annales et les histoires rédigées au Moyen Âge une série d’adjectifs qui apparaissent à côté des mots fames et carestia, indiquant la volonté des auteurs de marquer l’ampleur du phénomène. L’usage de ces adjectifs ne correspond évidemment pas à l’existence d’une mesure de l’intensité des famines, mais à la volonté de chaque auteur d’attirer l’attention sur la famine qu’il décrit. Autre exemple des difficultés d’analyse des textes, du viiie au xie siècle, on trouve treize références à des cas de cannibalisme de survie associés à des famines17, tandis qu’au cours de cette période, un seul indice archéologique – non conclusif par ailleurs18 – paraît indiquer une telle pratique. Plus extraordinaire encore, pratiquement tous les récits de cannibalisme antérieurs au xie siècle utilisent comme modèle le texte d’Ézechiel, 5, 1019. De même, on retrouve souvent des mentions de la mort d’un tiers de la population lors de la famine20, ce qui est, une fois de plus, une référence à Ézéchiel, 5, 1221. Ces exemples montrent que le texte vétérotestamentaire est une référence importante pour qui écrit sur la pénurie alimentaire : les situations de crise sont décrites et interprétées à la lumière de la Bible. D’où l’idée courante selon laquelle ces récits sur la famine et le cannibalisme, aussi bien que les informations qu’ils contiennent, ne se prêtent pas à une analyse quantitative et encore moins qualitative.

  • 22 M. Kelleher, The Feminisation of Famine, Durham, Duke University Press, 1997, p. 113-114.

11L’existence de topoi rhétoriques ou les difficultés d’analyse, d’évaluation et de comparaison des données quantitatives ne sont pas le monopole des textes médiévaux sur la disette. M. Kelleher a montré dans ses travaux l’association entre celle-ci et figure féminine dans les mémoires et articles de journaux parus en Irlande dans les années 1850, ainsi qu’au Bengale dans les années 194022. On peut penser aussi à la polémique sur le nombre de victimes causées par la famine en Ukraine, contemporaine de l’arrivée des premiers récits aux États-Unis et en Europe occidentale. Ces idiosyncrasies ne sont pas des preuves de la « nature littéraire » ou de la « superficialité » de ces récits, pas plus au Moyen Âge qu’à l’époque contemporaine : elles témoignent de disputes politiques autour de la famine et de leurs récits.

  • 23 Annalium Laureshamensium Pars Altera, 26, éd. par G. H. Pertz, MGH, SS, I, Hanovre, Hahn, 1876, p.  (...)

12Prenons l’exemple de deux textes législatifs – le capitulaire de Francfort, de 794, et le capitulaire de Nimègue, de 806  qui présentent des réponses à des famines, décrites par ailleurs dans des chroniques et des annales de l’époque23. Le rappel est nécessaire dans la mesure où ces textes ne font pas toujours de référence explicite à la pénurie alimentaire. Le capitulaire de Francfort, par exemple, même s’il a été publié dans un contexte de grave famine d’après ce que disent les annales et les chroniques de l’époque, fait mention uniquement de la cherté (carestia), ce qui montre bien que le vocabulaire n’est pas un indicateur fiable de l’intensité des famines. En plus de mesures contre la carestia, le capitulaire condamnait aussi l’adoptianisme et le culte des images, stipulait le « juste poids » de la monnaie, le « juste prix » du pain et des céréales, attaquait l’hérésie et, finalement, accordait le pardon par « piété miséricordieuse » au duc Tassilon, qui s’était rebellé contre Charlemagne.

  • 24  G. Pinto, Il libro del biadaiolo: carestia e anona a Firenze dalla metà del’200 al 1348, Florence, (...)

13Les réponses du pouvoir politique à la famine ne sont donc pas exclusivement des réponses au manque de denrées alimentaires, mais aussi des initiatives pour restaurer l’ordre social. Sur le marché de céréales de Florence au xive siècle, bien documenté grâce au Libro del biadaiolo de Domenico Lenzi (qui note avec précision les prix des céréales dans le marché de Florence entre 1320 et 1335), les autorités de la ville s’occupaient aussi bien de l’ordre public que du prix des grains24. Il ne suffisait pas de définir un prix considéré comme « juste », il était aussi nécessaire de créer les conditions pour que les échanges marchands aient lieu de manière optimale. D’où l’erreur qu’il y a à vouloir séparer très nettement une dimension technique et une dimension politique dans les réponses aux famines. À la limite, toute réponse des agents publics à la famine est une réponse politique. C’est tout le problème que posent les tentatives pour mesurer « l’efficacité de l’État » à travers les mesures de lutte contre celle-ci. Se placer uniquement du point de vue des mesures concernant le prix et la distribution des denrées alimentaires condamne à conclure à l’inefficacité des pouvoirs publics, en perdant de vue le fait que la disponibilité de ces denrées n’était pas le seul but de la réglementation politique des marchés.

  • 25 R. Doehaerd, Le haut Moyen Âge : économies et sociétés, Paris, Puf, 1971.

14En ce sens, l’hétérogénéité des mesures prévues par le capitulaire de Francfort est bien moindre qu’elle n’y paraît à première vue. Le combat contre la famine ne constitue pas un objectif isolé dans le texte, mais fait partie d’un ensemble de mesures qui se fondaient sur la justice et l’établissement de l’ordre. Il y a dans les mesures prévues par Charlemagne à Francfort un raisonnement et une logique qui ont largement échappé à certains commentateurs modernes. Le fait que le texte ait été publié lors d’une assemblée épiscopale est la preuve pour certains du désespoir des princes carolingiens, incapables de faire face à une situation qui dépassait largement les moyens dont ils disposaient25. Cette analyse projette sur le texte du viiie siècle un raisonnement typique d’une conception de l’État qui lui est absolument étrangère. La participation des évêques à l’assemblée au cours de laquelle le texte a été rédigé, de même que le contenu des mesures prévues, qui font appel à des jeûnes, des aumônes et des messes (comme dans le Capitulare episcoporum), donnent la fausse impression que le pouvoir public n’est pas seulement dépassé : il serait aussi incapable de régler le problème à lui tout seul.

  • 26 J.-P. Devroey, « Activité monétaire, marchés et politique à l’âge des empereurs carolingiens », Rev (...)

15Le capitulaire de Francfort établit que personne, que ce soit un ecclésiastique ou un laïc, ne peut vendre des céréales à un prix plus élevé que celui établi pour le muid de céréales produit dans les domaines royaux : un denier pour un muid d’avoine, deux deniers pour un muid d’orge, trois deniers pour un muid de seigle et quatre deniers pour un muid de froment. Les maxima étaient aussi valables pour les céréales vendues sous forme de pain : douze pains de froment, de deux livres chacun, devaient coûter un denier ; quinze pains de seigle de même poids, un denier ; vingt pains d’orge de même poids, un denier ; vingt-cinq pains d’avoine, un denier aussi. Le capitulaire définit un prix différent et moins élevé d’environ la moitié pour les céréales issues des domaines royaux : deux muids d’avoine pour un denier, un muid d’orge pour un denier et un muid de froment pour trois deniers26.

  • 27 Synodus Franconofurtensis (794), 4, éd. par A. Borétius, MGH, Capitularia regum Francorum I, Hanovr (...)

16Même si le texte ne dit pas clairement comment les valeurs « marchandes » des céréales et du pain ont été établies, il est fort probable qu’on prenait pour base le coût de production des céréales dans les domaines royaux. Le chapitre 4 du capitulaire de Francfort exhorte aussi ceux qui ont reçu un bénéfice (beneficium) royal à éviter que les dépendants de ces bénéfices ne meurent de faim. Une fois satisfaits les besoins de ces derniers, les surplus pourront être vendus d’après ce qu’établit le capitulaire lui-même27. D’après celui-ci encore, les maxima des pains et des céréales étaient valables pour des périodes de carestia, mais aussi pour des périodes d’abondance : sive tempore abundantiae sive tempore caritatis. Cette réglementation était donc plus qu’une réponse ponctuelle à une conjoncture de pénurie alimentaire : elle était destinée à contrôler la production, les échanges et l’approvisionnement.

  • 28 Capitulare missorum Niumagae (806), 18, éd. par A. Borétius, MGH, Capitularia regum Francorum I, Ha (...)

17Publié douze ans après celui de Francfort, le capitulaire de Nimègue attribuait aussi aux céréales un prix au-dessus duquel leur commerce était considéré comme injuste et illégal. Mais les valeurs n’étaient pas les mêmes. Dans son chapitre 18, le capitulaire prévoyait que les céréales ne pouvaient être vendues à une valeur supérieure à deux deniers par muid d’avoine, trois deniers par muid d’orge, trois deniers par muid d’épeautre, quatre deniers par muid de seigle et six deniers par muid de froment. Comme en 794, le capitulaire de Nimègue s’occupait aussi de la quantité de céréales présentes dans chaque muid28.

18Comparée aux céréales issues des domaines royaux, la différence de prix par rapport au capitulaire de Francfort est encore plus forte. Qu’elles soient le produit de l’inflation ou la constatation de l’échec des mesures adoptées antérieurement, les valeurs présentées dans le capitulaire de Nimègue indiquent qu’elles résultent de nombreuses opérations de calcul. Nous ne sommes pas devant des chiffres fantaisistes, sans aucun rapport avec la production et la commercialisation. Le capitulaire de Nimègue définit des prix et des poids justes pour les céréales et pour le pain, et présente aussi des mesures de lutte contre la spéculation, l’usure et le mauvais commerce. Celles-ci avaient pour objet une notion de justice des échanges marchandes dont la minutie est sans précédent dans les textes du haut Moyen Âge : on définit clairement le problème – l’usure, la cupidité et l’avarice –, ses résultats immédiats – la spéculation et le turpe lucrum – aussi bien que la solution – le respect des règles du commerce (negotium). Le capitulaire ne prévoit en outre aucune punition contre ceux qui enfreindraient ces règles.

19À aucun moment ces textes ne présentent les famines en termes de déséquilibre entre l’offre et la demande. Par ailleurs, le vocabulaire utilisé pour décrire ces crises est empreint de références morales (praesenti tribulationes, usura, avaritia, turpe lucrum), ce qui rend ces documents inaptes à une démarche cherchant à identifier systématiquement les causes des famines. Ce vocabulaire expose l’existence de problèmes plus larges que la famine en soi : les comportements qui s’opposent au principe de justice. L’établissement d’un poids et d’un prix justes, de règles pour le bon commerce aussi bien que l’aide aux pauvres faméliques sont des moyens pour vaincre les troubles et rétablir l’équilibre de la société. C’est là le plus important : ces moyens, pour qu’ils ne soient plus ancrés dans une conception morale de la production et de l’échange, mobilisent des opérations de calcul.

  • 29 G. Todeschini, Il prezzo della salvezza. Lessici medievali del pensiero economico, Rome, La Nuova I (...)

20L’articulation entre la doctrine chrétienne et la pratique économique au Moyen Âge n’est pas un sujet nouveau dans l’historiographie. G. Todeschini a déjà attiré l’attention sur le fait que des éléments de rationalité économique se trouvaient dans les idées formulées par des auteurs chrétiens (notamment les Pères de l’Église, les scolastiques et les Franciscains), aussi bien que dans les pratiques de gestion monastique29. C’est ce que je prétends montrer ici : même si les capitulaires carolingiens étaient dirigés par une perception chrétienne de la famine et de ses causes, ils étaient également des instruments de gestion.

  • 30 M. Cândido da Silva, « L’économie morale carolingienne », Médiévales, 66, 2014, p. 159-178.

21Il est difficile de démontrer le contraire de ce que disent M. Bourin et F. Menant, à savoir que la part de l’alimentation mise sur le marché était marginale au haut Moyen Âge, d’autant qu’il est impossible de mesurer convenablement l’impact des capitulaires en ce domaine. Cependant, on peut affirmer qu’il y a dans ces textes un rapport étroit entre justice et calcul : la justice n’est pas un principe théorique dissocié des techniques politiques de contrôle des rapports sociaux. Elle s’exprime concrètement dans la définition des valeurs marchandes des biens alimentaires. La notion de justice se manifeste dans une action de régulation et de prévention qui cherche à contrôler la courbe de prix du pain et des céréales. Cette action, qu’on peut appeler l’« économie morale30 » carolingienne, ne se restreint pas à la proclamation d’un ensemble de principes théoriques : elle concerne la gestion de personnes et des choses selon ces mêmes principes, ce qui se traduit par la définition des maxima au dessus desquels les opérations marchandes étaient considérées comme injustes et illégales.

  • 31 M. Weber, Economia e Sociedade, Brasília, UnB, 1991, p. 51.
  • 32 M. Sandel, What Money Can’t Buy. The Moral Limits of Markets, Londres, Penguin Books, 2012.

22La notion de justice projetée sur les échanges marchands, telle qu’on peut la voir à travers les capitulaires carolingiens, fonctionnait comme un obstacle au développement de la liberté formelle du marché. Cette dernière est une autre condition, à côté de l’universalisation de la « merchandisation », pour l’existence d’une économie de marché au sens moderne du terme – ou en tout cas dans le sens que lui donne M. Weber31. Toutefois, ce sens attribué au marché est en train d’évoluer. L’idée d’une liberté totale des agents économiques, ou encore d’une large merchandisation qui comprendrait à la fois des choses et des personnes, a été confrontée à des principes extra-économiques comme la protection de la nature ou encore la critique de la valeur marchande des personnes et des choses. Ceux-ci posent une question très actuelle, celle des limites morales du marché32. D’où l’intérêt qu’il y a à réévaluer avec attention les relations que les sociétés médiévales ont établies entre justice et marché. Il est important de rappeler que cette notion « médiévale » de justice forçait au calcul, qui était le fait des agents dotés d’une délégation publique. En ce sens, nous ne sommes plus dans le domaine traditionnel du pouvoir comme synonyme de contrôle sur des personnes et sur des choses, mais dans celui de l’administration des personnes et des choses.

Notes

1 En ce sens, la création au King’s College de Londres, du Center for Risk Management, ou encore, aux États-Unis, du Harvard Center for Crisis Analysis, est symptomatique de l’actualité et de l’importance du phénomène de la crise, aussi bien que de la nécessité de le traiter d’une façon interdisciplinaire (P. Toubert, « Perception et gestion des crises dans l’Occident médiéval », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 153e année, 4, 2009, p. 1497‑1513, ici p. 1497). En avril 2017 s’est tenue à l’université de São Paulo une école doctorale consacrée au sujet de la « crise », à l’initiative de chercheurs de l’USP, de l’UNICAMP et de l’Université libre de Bruxelles.

2 A. Guerreau, s. v. « Crise », dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, Puf, 2002, p. 369.

3 D. Barthélemy, La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ?, Paris, Fayard, 1997.

4 Voir les contributions de P. Bernardi, G. Pinto, D. Degrassi, K. Reyerson, G. Larguier, M. Bourin et de L. To Figueras rassemblées dans M. Bourin, F. Menant, L. To Figueras (éd.), Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300 : échanges, prélèvements et consommation en Méditerranée occidentale, Rome, EFR, 2014.

5 Guerreau, « Crise », art. cité, p. 369.

6 L. Feller, « Crises et renouvellements des élites au haut Moyen Âge », dans F. Bougard, L. Feller, R. Le Jan (éd.), Les élites au haut Moyen Âge. Crises et renouvellements, Turnhout, Brepols, 2006, p. 5-21, ici, p. 5-6.

7 R. Le Jan, « O historiador e suas fontes: construção, desconstrução, reconstrução », Revista Signum, 17/1, 2016, p. 5-26.

8 F. Braudel, Le Monde actuel. Histoire et civilisations, Paris, Belin,1963, p. 161.

9 A. Graceffa, Les historiens et la question franque. Le peuplement franc et les Mérovingiens dans l’historiographie française et allemande des xixe-xxe siècles, Turnhout, Brepols, 2009.

10 H. W. Goetz, « Conclusion », dans Les élites au Moyen Âge…, op. cit., p. 494-495, ici p. 487.

11 M. Bourin, F. Menant (éd.), Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, Rome, EFR, 2011, p. 9.

12 C. Kinealy, The Great Irish Famine. Impact, Ideology and Rebellion, New York, Palgrave, 2002, p. 31-60 ; R. Thaxton Jr., Catastrophe and contention in rural China. Mao’s Great Leap forward and the Origins of the Righteous Resistance in Da Fo Village, Cambridge, CUP, 2008 ; C. Ó Grada, Famine. A Short history, Princeton, PUP, 2009 ; P. Gill, Famine and Foreigners. Ethiopia since Live Aid, Oxford, OUP, 2010 ; C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Rome, EFR, 1985.

13 J. Edkins, Whose Hunger. Concepts of Famine, Practices of Aid, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2000, p. 8.

14 Ibid.

15 Famine in Ethiopia. Learning from the Past to Prepare for the Future: A Symposium, colloque tenu à Addis-Abeba du 15 au 18 mars 1995 (http://hdl.handle.net/10855/1559, consulté le 28/10/2016).

16 Bourin, Menant, Les disettes dans la conjoncture…, op. cit., p. 12.

17 F. Curschmann, Hungernöte in Mittelalter. Ein Bertrag zur Deutschen Wirtschaftsgeschichte des 8 Bis 13 Jahrhunderts, Leipzig, B. G. Teubner, 1900, p. 82 et sq.

18 I. Abadie et al., « Traces d’intervention anthropiques sur des restes osseux humains déposés dans un silo du haut Moyen Âge. Site de “La Confiserie”, Villiers-le-Bel (Val d’Oise) », Revue archéologique de l’Île-de-France, 6, 2013, p. 185-222.

19 Famis vero, quae anno priori coepit, in tantum excrevit, ut non solum alias immundicias, verum etiam, peccatis nostris exigentibus, ut homines homines, fratres fratres ac matres filios comedere coegit: Annales Mosellani, éd. par J. M. Lappenberg, Monumenta Germaniae Historica (MGH), Scriptores (SS), Hanovre, Hahn, 1859, p. 494-499, ici p. 498.

20 Tanta fames fuit in Boemia, ut tercia pars populi interiret fame (Cosmae chr. Boemorum SS IX, 75, 10) ; Pestilentia et fames in Germania saevit maxime, ubi tertia pars hominum prostrata fuit, et infra unum diem infecti deficiebant (Joh. Staindelii chr. Generale Oefele, I, 515) ; Quidam de vita desperantes languebant, fere plus quam tertia pars moriebatur, nullus quasi mortem amici sui curabat, quia quod debuit (Ann. Parch. SS XVI, 608, 35).

21 Ézéchiel, 5 :12 : « Un tiers de tes habitants mourra de la peste et sera consumé par la famine au milieu de toi ; un tiers tombera par l’épée autour de toi ; et j’en disperserai un tiers à tous les vents, et je tirerai l’épée derrière eux ».

22 M. Kelleher, The Feminisation of Famine, Durham, Duke University Press, 1997, p. 113-114.

23 Annalium Laureshamensium Pars Altera, 26, éd. par G. H. Pertz, MGH, SS, I, Hanovre, Hahn, 1876, p. 35 ; Annales Laurissenses Minores, 25, éd. par G. H. Pertz, MGH, SS, I, Hanovre, Hahn, 1876, p. 117 ; Capitula per episcopos et comites nota facienda (805-808), 54, éd. par A. Borétius, MGH, Capitularia regum Francorum I, Hanovre, Hahn, 1883, p. 141.

24  G. Pinto, Il libro del biadaiolo: carestia e anona a Firenze dalla metà del’200 al 1348, Florence, Olschki, 1978, p. 63-68.

25 R. Doehaerd, Le haut Moyen Âge : économies et sociétés, Paris, Puf, 1971.

26 J.-P. Devroey, « Activité monétaire, marchés et politique à l’âge des empereurs carolingiens », Revue belge de numismatique et de sigillographie, 161, 2015, p. 177-232.

27 Synodus Franconofurtensis (794), 4, éd. par A. Borétius, MGH, Capitularia regum Francorum I, Hanovre, Hahn, 1883, p. 74 : Et qui nostrum habet beneficium, diligentissime praevideat, quantum potest Deo donante, ut nullus ex mancipiis ad illum pertinentes beneficium famen moriatur ; et quod superest illius familiae necessitatem, hoc libere vendat iure praescripto.

28 Capitulare missorum Niumagae (806), 18, éd. par A. Borétius, MGH, Capitularia regum Francorum I, Hanovre, Hahn, 1883, p. 132 : Et ipsum modium sit quod omnibus habere constitutum est, ut unusquisque habeat aequam mensuram et aequalia modia.

29 G. Todeschini, Il prezzo della salvezza. Lessici medievali del pensiero economico, Rome, La Nuova Italica Scientifica, 1994 ; J.-P. Devroey, Puissants et miserables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs (vie-ixe siècles), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2006 ; L. Feller, « Sur la formation des prix dans l’économie du haut Moyen Âge », Annales HSS, 66/3, 2011, p. 627‑661 ; V. Toneatto, Les banquiers du Seigneur. Évêques et moines face à la richesse (ive-début ixe siècle), Rennes, PUR, 2012.

30 M. Cândido da Silva, « L’économie morale carolingienne », Médiévales, 66, 2014, p. 159-178.

31 M. Weber, Economia e Sociedade, Brasília, UnB, 1991, p. 51.

32 M. Sandel, What Money Can’t Buy. The Moral Limits of Markets, Londres, Penguin Books, 2012.

Auteur

université de São Paulo

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search