Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Première partie. Au commencement était la Lombardie

Patrimoine, conflits, conversions

Les dots juives en Lombardie (xve-milieu xvie siècle)

Pierre Savy

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est le prolongement d’une communication présentée le 10 décembre 2015 aux journé (...)

1Un certain nombre de documents produits en milieu chrétien, essentiellement de la correspondance entre les autorités civiles et les sujets ou des actes passés devant notaire (mais pas de patti dotali), permet de présenter les dots juives dans la Lombardie des Sforza du xve au milieu du xvie siècle1. Un tel travail, portant sur une disposition patrimoniale spécifique et que l’on pourrait croire de portée limitée, s’inscrit dans le champ des recherches sur l’histoire de la famille, de la société et de l’économie, mais aussi sur l’histoire politique du duché de Milan, puisque l’étude de ces dots éclaire un aspect de la relation entretenue par les Juifs du duché avec le pouvoir princier.

La physionomie de la dot juive lombarde

  • 2  E. Horowitz, « 5. Familles et destins : Les Juifs en Italie à l’aube de l’époque moderne », dans D (...)
  • 3 C. M. de La Roncière, « La vie privée des notables toscans au seuil de la Renaissance », dans P. Ar (...)
  • 4 A. Veronese, « Migrazioni e presenza di ebrei “tedeschi” in Italia settentrionale nel tardo Medioev (...)

2On doit d’abord proposer une description, partielle bien sûr, de la « physionomie » de ces dots, en commençant par leur montant. S’agissant du monde juif, on parle souvent de dots « d’un montant élevé »2. En termes absolus, cela ne veut pas dire grand-chose. Les dots paraissent parfois importantes en ce sens que, premièrement, elles représentent des sommes manifestement difficiles à trouver (parfois leur montant est revu à la baisse, parfois est prévu un paiement en tranches, etc.) ; et que, deuxièmement, elles seraient d’un montant plus élevé dans le monde juif que dans un milieu chrétien socialement comparable. On voit vite que cette comparaison pose diverses questions de méthode ; s’agissant de cette pratique comme de maintes autres, il ne faut sans doute pas en exagérer la spécificité juive3. Malgré toutes ces réserves, l’idée d’une supériorité de la dot juive peut être conservée, si l’on souligne que les dots des Juives italiennes sont assez modestes, du moins pas plus importantes que celles des Italiennes non-juives ; et que ce sont celles des Juives allemandes (Juives d’origine allemande vivant en Italie) qui sont souvent considérables4.

  • 5 On se fonde, pour cette évaluation, sur Veronese, « Migrazioni… », art. cité, et sur les travaux au (...)
  • 6 S. Anderson, « The Economics of Dowry and Brideprice », Journal of Economic Perspectives, 21/4, 200 (...)
  • 7 Les montants sont exprimés d’abord en ducats, puis, à partir du premier tiers du xvie siècle, en éc (...)

3Qu’en est-il du début du xve au milieu du xvie siècle en Lombardie, contrée peuplée surtout de Juifs d’origine ashkénaze ? Par comparaison avec les autres régions italiennes, où il semble que les montants tournent souvent autour de 250 ducats5, les montants y paraissent assez élevés, quand du moins les documents donnent une indication chiffrée. Les données chiffrées dont nous disposons – une petite trentaine seulement, très inégalement réparties dans le temps – ne permettent pas de vérifier la supposée augmentation des dots6, mais permettent d’établir que ces dots font près de 350 ducats7 en moyenne, ce qui est beaucoup. Du reste, le paiement en tranches est parfois attesté, ce qui prouve que ce ne sont pas des sommes dérisoires. En outre, le nuage de données est assez resserré. 85 % de ces données sont comprises entre la moitié et le double de la moyenne. L’écart-type à la moyenne est de 225. La distribution des dots paraît plus compacte que celle des fortunes.

Montants des dots exprimés en ducats (1439-1555)

Montants des dots exprimés en ducats (1439-1555)
  • 8 M. Gasperoni, « La misura della dote. Alcune riflessioni sulla storia della famiglia ebraica nello (...)
  • 9 L. Allegra, Identità in bilico. Il ghetto ebraico di Torino nel Settecento, Turin, Silvio Zamorani (...)
  • 10 S. Simonsohn, The Jews in the Duchy of Milan, Jérusalem, Israel academy of sciences and humanities, (...)

4Les explications de tels montants sont complexes et nombreuses ; elles relèvent, en particulier, de l’anthropologie et de l’histoire de la culture. Dans le cas présent, pour expliquer que les dots sont élevées, on peut former l’hypothèse qu’elles remplissent une fonction de mobilité sociale : on fait un gros effort pour bien doter sa fille et rendre ainsi possible l’hypergamie8. Chose qui n’est pas permise en milieu chrétien, pour d’autres raisons (parmi lesquelles la prépondérance de l’hypergamie des garçons et le fait que la stratification sociale, sans bien sûr empêcher toute forme de mobilité sociale, y paraît plus marquée qu’en milieu juif). Les montants élevés renvoient peut-être aussi à la question des conversions : une dot généreuse permettrait de prévenir la sortie du groupe, d’empêcher la conversion de l’époux9. On trouve cette idée exprimée explicitement dans un document : dans une lettre de 1550, sans grand intérêt comme telle (Costanza, devenue chrétienne, réclame sa dot de 200 livres)10, on lit cette notation intéressante : ladite convertie y assure que si, au moment de son baptême, on lui paie la dot qu’on lui a promise (côté chrétien, bien sûr), cela plaidera pour la conversion d’autres Juives. Ne paraît-il pas logique de supposer que, a contrario, une dot juive importante pourrait dissuader la conversion ? Le groupe a intérêt à ce que les dots soient importantes ; et signalons dès maintenant qu’il tend à remettre en cause les dots si conversion il y a.

  • 11 La tossefet, qui, selon la tradition, représente un tiers du montant de la dot. Mais Meron, « The d (...)
  • 12 Simonsohn, document no 2827.
  • 13 Ibid., doc. no 2879 ; voir aussi documents no 2928 (no 1554) et no 3002.
  • 14 Ibid., doc. no 1630.

5Quelques informations permettent de parler de l’existence, dans certains cas, d’un corredo, ou contredot11. Celle-ci représente, de manière conforme à l’usage, entre un tiers et la moitié de la dot. Un document de 1553 indique qu’un certain Simone de Crema avait ainsi reçu jadis une dot de 500 écus, dont 100 qu’il avait lui-même ajoutés, conformément à un contrat de mariage du 11 avril « 5297 » (soit 1537 de l’ère commune)12. La même année 1553, un autre Juif écrit qu’il a reçu de son beau-père 500 écus, auxquels il en a ajouté 200 autres, conformément au contrat de mariage13. Ces contredots, donations nuptiales du mari passant à la femme lors du mariage, sont classiques. Certaines situations sont toutefois moins compréhensibles. C’est ainsi qu’à Novare, en 1476, Justa, devenue chrétienne sous le nom de Caterina, en appelle au duc pour que Benedetto (ou Baruch) de Novare, son ex-époux, consente à lui verser sa dot, d’un montant initial de 300 ducats, auxquels l’épouse a ensuite ajouté 300 autres ducats dont le statut demeure obscur (seraient-ce des biens paraphernaux ? ou, plus simplement et plus probablement, un apport féminin sur fonds propres investis dans l’affaire familiale ?). Elle réclame donc 600 ducats, que le mari refuse de lui restituer14.

  • 15 Sur ces aspects, M. Davide, « Il ruolo delle donne nelle comunità ebraiche dell’Italia nord-orienta (...)
  • 16 Caffiero, « Le doti… », art. cité, p. 74, souligne le contrôle des Juives sur leur dot, privilège q (...)

6Laissons maintenant la question du montant de la dot pour aborder un autre point essentiel de sa physionomie : la question de la disponibilité de celle-ci. On sait que le mari ne dispose pas librement de la dot, même quand le mariage tient encore (quand il n’y a eu ni mort ni séparation)15, et a fortiori quand le mariage est dissout : la dot est bien propriété de la femme. Divers auteurs confirment cette impression d’un assez net contrôle par l’épouse de sa dot en milieu juif16, sans bien sûr que l’autonomie efface la dimension patriarcale et empêche qu’il puisse y avoir des conflits, ou en tout cas la crainte chez la femme que soient commises des injustices et qu’aient lieu des dépossessions. C’est surtout la question de la restitution des dots qui est au centre de litiges effectifs ou dont on redoute qu’ils éclatent : les femmes essaient de se défaire de cette crainte en se rendant, par prudence, chez le notaire, ou en s’adressant au pouvoir ducal. De nombreux documents illustrent une telle démarche. Dans certains, la femme paraît assez bien assurée dans ses droits ; dans d’autres, les choses sont incertaines ; parfois, elle se prémunit par simple prudence, parfois elle n’a pas d’autre solution que de demander de l’aide.

  • 17 Voir par exemple ce qu’on lit dans La Roncière, « La vie… », art. cité, p. 209.
  • 18 Simonsohn, doc. no 1313.
  • 19 Ibid., documents nos 1636, 1638, 1639 et 1644.

7Dans les années 1470, à Castell’Arquato, un Juif dénommé Guglielmo, fils de feu Samuele, endetté auprès de Magister Guglielmo, fils de feu Angelo, miles et medicus ducalis, fait de la prison pour dette ; pour être relâché, il donne en gage la dot de sa femme. Mais il propose aussi, si sa conjointe n’est pas d’accord, de la remplacer par une quantité de bon vin de valeur équivalente. On voit donc – contre la doxa chrétienne17 ? – qu’il faut l’accord de la femme pour que le mari dispose de la dot. Il est toutefois bien des cas plus incertains, où le pouvoir ducal est sollicité et intervient. En 1471, ainsi, se déroule une affaire intéressante pour nous18. Un banquier juif dénommé Angelo a disparu, laissant derrière lui des dettes ; Bona, sa femme, réclame sa dot, tandis que son frère, Michael, réclame de récupérer le banco de prêt. Le duc paraît perdu ; il a d’abord consenti à donner le banco à quelqu’un d’autre pour que Bona puisse récupérer sa dot (nulle part il n’est question que Bona gère le banco, notons-le), mais, quand le frère du banquier disparu a exprimé sa requête et assuré qu’Angelo n’était que le gérant dudit banco, le duc s’est trouvé embarrassé. Au fond, l’histoire ne concerne que des Juifs : elle est donc de la compétence des juges juifs, qui rendent une sentence (résumée en latin) donnant raison à Michael. En janvier 1477, on voit apparaître dans la documentation Speranza, femme d’un certain David qui a été arrêté pour avoir, six ans plus tôt, hébergé un proscrit et pour avoir, plus récemment, commis un autre délit semblable. Les biens de David ont été confisqués, mais Speranza se démène pour récupérer au moins sa dot et avoir ainsi de quoi assurer sa subsistance et celle de ses enfants19. Le podestat du lieu accède à sa demande – mais l’affaire est difficile à régler, et la correspondance la concernant s’étale sur plusieurs semaines.

  • 20 Ibid., doc. no 69.
  • 21 Ibid., doc. no 2585 : en 1548, ainsi, Donato teste devant un notaire chrétien de Monza : il se souc (...)

8Divers exemples témoignent de la prudence des femmes : en 1449, une Juive dénommée Richa, qui a été mariée deux fois, se présente devant un notaire chrétien20. De son premier mari, qui est mort depuis, elle a eu une fille, Ester, qui doit se marier. Richa lui donne une dot considérable. Doit-on supposer que le fait d’avoir perdu son père affaiblirait Ester ? En tout cas, Richa dépose devant un notaire et passe un accord avec sa fille. Aussitôt, par un deuxième document produit par le même notaire, Ester, âgée de 16 ans, confesse avoir reçu 684 ducats d’or de sa mère, qui est sa tutrice. Divers documents, y compris bien plus tardifs, présentent des situations fort comparables21.

  • 22 Ibid., doc. no 342.
  • 23 Ibid., doc. no 103 (non daté) ; et doc. no 1816.
  • 24 Davide, « Il ruolo… », art. cité, p. 8.
  • 25 Simonsohn, doc. no 510.
  • 26 Ibid., doc. no 1625.
  • 27 Ibid., doc. no 2008.

9Entre le droit et son application, il y a parfois un pas. La femme doit pouvoir faire valoir ses droits et demander l’intervention effective du pouvoir, par exemple quand une veuve désirant récupérer sa dot demande de l’aide pour établir le patrimoine de son époux. Et elle s’appuie alors volontiers sur le duc. Il arrive à plusieurs reprises que ce dernier aide une Juive à retrouver les avoirs de son mari défunt. On a connaissance de plusieurs documents très comparables : en 1454, une certaine Justa demande et obtient du duc qu’il empêche que les créditeurs de son mari se servent sur sa dot à elle22. Et deux documents, l’un non daté (mais sans doute de 1478) et l’autre bien daté de 1478, présentent Anna, veuve de Mercadante, qui veut récupérer sa dot et qui, pour ce, demande au duc de l’aider à localiser les avoirs de son défunt mari23 ; le duc accepte de l’aider, en faisant enquêter pour établir le patrimoine de feu Mercadante. Un conflit ou en tout cas une certaine faiblesse de la veuve paraissent ici probables24. Il est aussi des cas de conflits caractérisés, internes à la communauté juive, mais où intervient le duc. Ces conflits peuvent opposer les beaux-parents ou les conjoints. En 1457-1458, deux pères, Urso et Moïse, se querellent à propos de la dot de Mina, fille d’Urso et belle-fille de Moïse25 ; le podestat de Lodi doit enquêter et contraindre éventuellement Moïse à payer, ou à plaider devant Crémone. De même, deux autres pères, l’un bien connu, le médecin Guglielmo Portaleone, l’autre moins, Vitale, se querellent en 1476 et c’est de nouveau le duc qui doit régler le conflit (mais il décide d’ajourner l’audience)26. Enfin, en 1480, on rencontre un conflit à l’intérieur d’un couple27. Sans doute ces cas sont-ils exceptionnels, en ce sens que l’arbitrage interne – pour lequel il ne subsiste guère de documents – était sans doute plus courant. Le duc intervient dans la procédure, peut-être plutôt à la fin, quand les recours internes ont été épuisés, mais aussi parce que sa justice a une valeur coercitive que peut rechercher un Juif.

10Quelle paraît être la physionomie de ces dots juives de Lombardie ? D’un montant élevé, mais sans excès, ce qui est normal pour le monde ashkénaze, elles sont source de conflits, ou plutôt elles apparaissent dans la documentation quand elles sont source de conflits. Ces conflits portent sur la disposition et la restitution ; le duc est présent, en premier recours dirait-on, mais parfois après un travail des juges juifs. Le duc a intérêt à intervenir, car il dit le droit, ce qui est une position enviable ; les Juifs ont intérêt à le faire intervenir, car lui seul a les moyens de les aider – par exemple de faire enquêter pour retrouver des avoirs. Globalement, le duc défend le droit des femmes juives, il se soucie que soit respecté leur droit, comme plus généralement il se soucie que chacun de ses sujets, fût-il juif, voie son droit respecté : diverses formules, souvent parées de la solennité du latin, reviennent dans les sources pour exprimer cette idée fondamentale : ius suum unicuique dandum est, che la justicia sia omnibus equa, iustitie locus sit, ad niuno è da negare iustitia, etc.

Dot et conversion : le maillon faible ?

  • 28 Caffiero, « Le doti… », art. cité, évoque, p. 81, il problema più generale, « politico » e scottant (...)

11Qu’en est-il des dots suscitant des difficultés et des conflits liés à une conversion, et que nous donnent-elles à voir de la manière dont était sollicitée l’intervention du pouvoir ducal ? Comme toute disposition patrimoniale, la dot est susceptible de créer ou de cristalliser des conflits. Un problème se pose notamment dans les cas de conversion de Juives au christianisme : la dot pose, on le sait, la question « de la validité du mariage juif et de sa dissolution après la conversion d’un conjoint28 ».

  • 29 William Shakespeare, Le Marchand de Venise, II, 4.
  • 30 Masuccio Salernitano, Il Novellino, éd. par A. Mauro, Bari, Laterza, 1940, p. 144 : intendea piglia (...)

12Du reste, la situation d’une fille juive quittant sa famille pour devenir chrétienne et se heurtant alors au problème de la dot est suffisamment topique pour appartenir aussi à la tradition littéraire, et non la moindre : rappelons que, dans Le Marchand de Venise, Shakespeare met en scène Jessica, la fille unique de Shylock, qui a fui la maison familiale et s’est convertie au christianisme. Avant de partir rejoindre Lorenzo, Jessica s’est constitué elle-même une sorte de dot, en prenant à son père « or et bijoux » qu’il ne lui aurait pas donnés29. On songe aussi à la fameuse nouvelle 14 de Masuccio Salernitano, qui présente une trame analogue (mais sans thème juif) : la fille d’un vieux marchand s’éprend d’un chevalier de Messine, mais se heurte à l’avarice de son père. Elle finit par lui dérober des biens d’une valeur de 1500 ducats environ, montant qui est même un peu supérieur à ce qu’aurait dû être sa dot, lit-on dans le texte30. L’idée qui sous-tend ces épisodes est que le vol est juste car elle a droit à une dot.

  • 31 S. Grayzel, The Church and the Jews in the xiiith Century, Philadelphie, The Dropsie College for He (...)

13Revenons à la Lombardie du xve siècle. C’est souvent à l’occasion d’une telle conversion que la dot apparaît dans la documentation : un conflit éclate couramment entre la fille devenue chrétienne et son père demeuré juif, réticent à verser la dot. On voit aussi des conflits opposant le père (juif) de la convertie et son mari (chrétien), voire l’épouse et son (ex-)mari qui, lui, est demeuré juif. Le point de vue juif consiste à considérer que l’on peut « déshériter » l’enfant (ou tout parent) devenu chrétien. Mais les ecclésiastiques ne voient pas les choses ainsi ; non plus que le duc, comme on va le voir (ce qui contredit une certaine vulgate sur le sujet31). Comme si, jugeant que la dot est un droit de l’épousée, dans la mesure où les parents de celle-ci en ont les moyens, le duc jugeait qu’il convenait de les y contraindre : du même principe d’équité exposé à l’instant (ius suum unicuique dandum est), découlent maintes décisions favorables à la sécurité des Juifs, mais aussi des décisions, dont il est question ici, favorables à la constitution, par le père d’une convertie, d’une dot pour celle-ci, fût-ce contre le gré du père.

  • 32 Simonsohn, doc. no 482.
  • 33 Ibid., doc. no 1153.

14Commençons par un exemple riche et parfaitement représentatif, datant de 145732 : cette année-là, une Juive prénommée Maria se convertit et épouse un chrétien prénommé Giovanni. Ce dernier demande une dot à son beau-père, Raphael, qui refuse de la verser. Giovanni en appelle au duc, qui ordonne à son podestat de forcer Raphael à doter sa fille, mais ce dernier fait appel de la décision ducale, jugeant (ce sont ses arguments !) que rien dans le droit civil ou dans le droit canonique n’oblige le père d’une Juive convertie à doter sa fille. Il obtient que le duc revienne alors sur sa décision. Côté chrétien, on va alors – bel exemple de forum shopping – vers l’évêque de Crémone, car au fond la question relève en effet aussi du droit ecclésiastique. Sans surprise, ce dernier décide en faveur du mari ; mais, dans sa missive au duc, Giovanni dit se heurter à l’opposition collective des Juifs de Casalmaggiore, d’où sont originaires Maria et son père ; il demande au duc de répéter sa première décision. On a là l’exemple significatif d’un duc changeant d’avis puis de nouveau prié de forcer les Juifs à verser la dot. Il arrive d’ailleurs que l’on demande son avis à l’archevêque de Milan pour savoir qui doit payer la dot d’une Juive convertie au christianisme33.

  • 34 Ibid., doc. no 22.
  • 35 Ibid., doc. no 910.
  • 36 Ibid., documents nos 1046, 1099, 1160 et 1163 ; et Horowitz, « Familles et destins… », art. cité, p (...)

15On rencontre divers cas comparables. En février 1438, un père a promis une dot à sa fille Oliva ; voilà qu’en mai 1439 celle-ci, de juive qu’elle était, est devenue chrétienne, sous le nom de Chiara ; elle exige tout de même le paiement de 150 ducats (car la dot n’a pas été payée en totalité)34. En 1465, à Brescello, des pressions sont exercées, sur ordre ducal, sur les parents d’une certaine Stella, devenue chrétienne sous le nom de Paula, pour que lesdits parents lui donnent une dot en vue du mariage35. En 1469, a lieu la retentissante affaire de la Juive Caracosa, devenue Archangela après sa conversion (de gré ou de force, les sources ne permettent pas de le dire). Signalons que le père de cette Juive est contraint de doter sa fille à hauteur de 250 ducats ; il doit en outre payer le mariage, 40 ducats. Le baptême de cette fille a été remis en doute (il lui aurait été accordé par un laïque et non par un prêtre, et avec de l’eau puisée), y compris semble-t-il par les Juifs, qui jouent de cet argument et manifestent bruyamment à Crémone devant le palais épiscopal et le couvent où est détenue leur coreligionnaire ; en vain36.

  • 37 Simonsohn, doc. no 1630.
  • 38 Id., « Alcune note sugli ebrei a Parma nel ‘400 », dans E. Toaff (éd.), Studi sull’ebraismo italian (...)
  • 39 Simonsohn, doc. no 2113 : quella dote che li haveriano dato se fussero restate ebree.
  • 40 Ibid., documents nos 2514 et 3002.

16Rappelons également le cas de Justa (devenue Caterina), en appelant au duc pour que son ex-époux lui rende sa dot37. À Parme, dans la deuxième moitié du siècle, le duc ordonne au commissaire de forcer la mère d’une Juive convertie à doter celle-ci38 ; en 1472, de même, la femme d’Antonio Maria Arcimboldi, une Juive convertie, doit recevoir sa dot. En 1484, à Borgo San Donnino, deux sœurs visiblement orphelines, Belasone et Marcha, jeunes Juives converties au christianisme, font appel aux autorités pour avoir une dot : le podestat doit sans plus tarder obliger les hommes responsables des filles, soit le grand-père et l’oncle, à verser la somme qu’« ils leur auraient donnée si elles étaient restées juives »39. Il arrive d’ailleurs à plusieurs reprises que le duc fasse estimer le montant de la dot exigible. On plaide pour que la fille convertie ait la même dot que ses sœurs restées juives, ou pour qu’elle ait la dot qu’elle aurait eue en restant juive. Enfin, en 1546, à Soresina, un couple doit consentir à la demande de leur fille, devenue chrétienne sous le nom de Vittoria, qui demande une dot : son mari touche bien 600 livres (soit environ 150 ducats), versées en trois tranches40.

17Dans les cas que nous avons rencontrés, l’issue est le plus souvent défavorable aux Juifs, en ce sens qu’on les contraint à doter la fille qui quitte le judaïsme ; contre les Juifs refusant de doter, voire plaidant que ni le droit civil ni le droit canonique ne contraignent le père à doter sa fille convertie, le pouvoir ducal fait souvent en sorte que la Juive convertie conserve son patrimoine, son hérédité et donc aussi sa dot. Quels sont les arguments, les compétences et les ressources mobilisés de part et d’autre ? Il y a trois parties, rappelons-le. Première partie : du côté des Juifs, on plaide, on intercède, on demande des avis. Les sources montrent aussi qu’il y a autour de la dot des actions de groupe : des Juifs unis contre la dot de la convertie au christianisme (voir les affaires de Casalmaggiore et de Crémone). Notons la capacité des Juifs de mobiliser des arguments extérieurs à leur référence juridique (l’invalidité d’un baptême). Du côté de l’Église, deuxièmement, on attaque les intérêts juifs, bien sûr. On sait que l’Église a beaucoup insisté sur l’importance de la dot, allant jusqu’à se demander si cette obligation légale pouvait être considérée comme une condition essentielle de la validité du sacrement du mariage. Du côté du pouvoir ducal, troisièmement et enfin, on arbitre. Pris entre les Juifs et l’évêque, le duc est en position d’arbitrage, une position qu’il apprécie, car, pour ainsi dire, elle le fait entrer dans la danse et lui permet souvent de s’imposer aux autres juridictions.

  • 41 Sur ces aspects, cf. Meron, « The dowries… », art. cité.
  • 42 C’est l’une des hypothèses d’Allegra, Identità…, op. cit. Voir encore Todeschini, « Familles… », ar (...)
  • 43 Caffiero, « Le doti… », art. cité, p. 72 : Le donne avevano accesso al patrimonio familiare appunto (...)

18On souffre de l’absence de données solides sur les patrimoines41 ; avec elles, on pourrait mieux lire le graphique ci-dessus et mieux apprécier la valeur relative des dots, et on pourrait vérifier qu’en Lombardie médiévale aussi (déjà), la dot était une des principales courroies de transmission patrimoniale en milieu juif, tandis qu’elle aurait joué en milieu chrétien un rôle subordonné42. On sait que la dot est la façon dont les femmes ont accès au patrimoine43. Le cas lombard paraît proche du cas vénète, car ce sont les mêmes populations mêlées (Juifs italiens et Juifs allemands), la même chronologie de l’arrivée (encore que la Vénétie soit un peu plus précoce), et les mêmes activités économiques. Mais le cadre politique diffère bien sûr considérablement.

19Sollicité de toutes parts (par les converties même, par des prélats, par des Juifs en conflit, ou au contraire par des Juifs ligués contre ce qu’ils considèrent comme une iniquité, etc.), le duc peut, grâce à la dot, occuper une position politiquement centrale. C’est peut-être le classique effet-source qui nous donne cette image, toutefois, car on dispose surtout de sources ducales ; mais, tout de même, la dot, maillon indispensable dans la chaîne de la transmission patrimoniale, semble ainsi parfois un maillon faible en cas de conflit, en ce sens que peut aisément s’introduire un tiers – ici l’Église ou le duc.

Notes

1 Cette contribution est le prolongement d’une communication présentée le 10 décembre 2015 aux journées d’étude Doter pour transmettre ? Une histoire économique et sociale de la famille juive (xve-xixe siècle) organisées par M. Luca Andreoni, Mme Serena Di Nepi et M. Michaël Gasperoni à l’EFR. Que soient remerciés ces collègues et l’ensemble des participants à ces journées. Merci aussi à M. Séverin Duc pour son aide précieuse concernant la valeur des monnaies lombardes et les conversions entre monnaies.

On peut présenter la présente contribution comme une sorte de préquelle (inscrite dans une perspective différente, bien sûr) d’O. Meron, « The dowries of Jewish women in the Duchy of Milan (1535-1597). Economic and social aspects », Zakhor, 2, 1998, p. 127-137.

2  E. Horowitz, « 5. Familles et destins : Les Juifs en Italie à l’aube de l’époque moderne », dans D. Biale (éd.), Les cultures des juifs. Une nouvelle histoire, éd. fr. rev. et aug., Paris/Tel-Aviv, Éditions de l’Éclat, 2005 [2002], p. 519-567 ; et M. Caffiero, « Le doti della conversione. Ebree e neofite a Roma in età moderna », Geschichte und Region / Storia e regione, 19/1, 2010, p. 72-91, p. 73, qui évoque la cospicuità delle doti ebraiche. A. Milano, Storia degli ebrei in Italia, Turin, Einaudi, 1963, parlait déjà, p. 559-560, des assegnazioni dotali molto generose. Mais des observations contraires sont formulées par G. Todeschini, « Familles juives et chrétiennes en Italie à la fin du Moyen Âge : deux modèles de développement économique », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 45/4, 1990, p. 787-817, qui évoque p. 802 une dot juive qui « reste alors d’une importance des plus modestes », et détaille la question p. 804.

3 C. M. de La Roncière, « La vie privée des notables toscans au seuil de la Renaissance », dans P. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, 1985, 2, De l’Europe féodale à la Renaissance, 1985, p. 163-309, p. 294 : « La dot elle-même ne forme pas bloc », et il est dans la Toscane du xve siècle maintes filles mariées mais pas conduites au mari, « faute pour leurs parents d’avoir pu réunir la dot convenue ».

4 A. Veronese, « Migrazioni e presenza di ebrei “tedeschi” in Italia settentrionale nel tardo Medioevo (con particolare riferimento ai casi di Trieste e Treviso) », Reti medievali. Rivista, 6, 2005 (http://rm.univr.it/rivista/atti/ebrei/Veronese.htm, consulté le 13 avril 2017). Sur un thème proche, voir aussi ead., « Plurality and Conflicts in Renaissance Italian Jewish Communities: Italian and German Jews », dans F. Barbierato, A. Veronese (éd.), Late Medieval and Early Modern Religious Dissents: Conflicts and Plurality in Renaissance Europe, Pise, Il Campano, 2012, p. 1-21, et ead., « Donne ebree italiane e ashkenazite in Italia centro-settentrionale: doti, testamenti, ruolo economico (secc. XIII-XV) », dans L. Graziani Secchieri (éd.), Vicino al focolare e oltre. Spazi pubblici e privati, fisici e virtuali della donna ebrea in Italia (secc. XV-XX), Florence, La Giuntina, 2015, p. 153-164.

5 On se fonde, pour cette évaluation, sur Veronese, « Migrazioni… », art. cité, et sur les travaux auxquels elle renvoie, en particulier A. Toaff, Il vino e la carne. Una comunità ebraica nel Medioevo, Bologne, 1989.

6 S. Anderson, « The Economics of Dowry and Brideprice », Journal of Economic Perspectives, 21/4, 2007, p. 151-174, p. 160 : Dowry escalation is well documented to have occurred in the late Middle Age and early Renaissance cities of Italy. A. Esposito, « Diseguaglianze economiche e cittadinanza : il problema della dote », MEFR. Moyen Âge, 125/2, 2013 (« Cittadinanza e disuguaglianze economiche: le origini storiche di un problema europeo (XIII-XVI secolo) »), p. 341-348, parle elle aussi, p. 342, de la crescita vertiginosa dell’importo monetario delle doti tra basso medioevo e prima età moderna. Voir aussi F. Trivellato, Corail contre diamants : réseaux marchands, diaspora sépharade et commerce lointain de la Méditerranée à l’océan Indien, xviiie siècle, éd. fr., Paris, Seuil, 2016 [2009], p. 182-183.

7 Les montants sont exprimés d’abord en ducats, puis, à partir du premier tiers du xvie siècle, en écus d’or ou en livres. Nous avons tout converti en ducats.

8 M. Gasperoni, « La misura della dote. Alcune riflessioni sulla storia della famiglia ebraica nello Stato della Chiesa in età moderna », dans Secchieri (éd.), Vicino al focolare…, op. cit., p. 175‑216, p. 187 : una famiglia ebraica, anche di basse o modeste condizioni, facendo lo sforzo di dotare decentemente una figlia, poteva pretendere di contrarre una alleanza matrimoniale con un gran numero di famiglie, anche tra le più benestanti ; d’où une costante porosità e mobilità sociale, que l’auteur propose d’opposer à la rigida endogamia sociale de l’époque médiévale.

9 L. Allegra, Identità in bilico. Il ghetto ebraico di Torino nel Settecento, Turin, Silvio Zamorani Editore, 1996, p. 169 ; et aussi id., « La madre ebrea nell’Italia moderna: alle origini di uno stereotipo », dans M. D’Amelia (éd.), Storia della maternità, Rome/Bari, Laterza, 1997, p. 53-75, p. 64 ; Caffiero, « Le doti… », art. cité, p. 82 ; et P. van Boxel, « Dowry and the conversion of the Jews in sixteenth-century Rome: competition between the church and the Jewish community », dans T. Dean, K. J. P. Lowe (éd.), Marriage in Italy, 1300-1650, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 116-127, qui souligne l’effort des autorités ecclésiales pour mettre en œuvre une politique capable de faire concurrence à la pratique juive traditionnelle.

10 S. Simonsohn, The Jews in the Duchy of Milan, Jérusalem, Israel academy of sciences and humanities, 1982-1986, 4 vol. [dorénavant « Simonsohn »], document no 2647.

11 La tossefet, qui, selon la tradition, représente un tiers du montant de la dot. Mais Meron, « The dowries… », art. cité, p. 131, la qualifie autrement, puisqu’elle parle, pour le xvie siècle, d’une des trois composantes de la dot (les deux autres étant l’argent liquide et les biens meubles), qui serait, more hebraico teutonico, la contribution du mari à la femme. Sur cette pratique, voir aussi R. Weinstein, Marriage Rituals Italian Style. A Historical Anthropological Perspective on Early Modern Italian Jews, Leyde, Brill, 2004, p. 298-299. À titre de comparaison, Gasperoni, « La misura… », art. cité, évalue, p. 184-185, la contredot à une part comprise entre 5 % et plus de 10 %, parfois même (à Rome à l’époque moderne) 25 %.

12 Simonsohn, document no 2827.

13 Ibid., doc. no 2879 ; voir aussi documents no 2928 (no 1554) et no 3002.

14 Ibid., doc. no 1630.

15 Sur ces aspects, M. Davide, « Il ruolo delle donne nelle comunità ebraiche dell’Italia nord-orientale (Padova, Treviso, Trieste e Friuli) », Reti medievali. Rivista, 6, 2005, p. 2 (http://rm.univr.it/rivista/atti/ebrei/Davide.htm, consulté le 13 avril 2017).

16 Caffiero, « Le doti… », art. cité, p. 74, souligne le contrôle des Juives sur leur dot, privilège qui contribue à rendre la condition féminine juive plus favorable. Le tour plus individuel, plus responsabilisant pour les femmes, plus égalitariste et moins lignager du système juif par comparaison avec son homologue chrétien a été souligné par Todeschini, « Familles… », art. cité.

17 Voir par exemple ce qu’on lit dans La Roncière, « La vie… », art. cité, p. 209.

18 Simonsohn, doc. no 1313.

19 Ibid., documents nos 1636, 1638, 1639 et 1644.

20 Ibid., doc. no 69.

21 Ibid., doc. no 2585 : en 1548, ainsi, Donato teste devant un notaire chrétien de Monza : il se soucie que sa fille née d’un premier lit soit dotée et il lui donne des tuteurs.

22 Ibid., doc. no 342.

23 Ibid., doc. no 103 (non daté) ; et doc. no 1816.

24 Davide, « Il ruolo… », art. cité, p. 8.

25 Simonsohn, doc. no 510.

26 Ibid., doc. no 1625.

27 Ibid., doc. no 2008.

28 Caffiero, « Le doti… », art. cité, évoque, p. 81, il problema più generale, « politico » e scottante, della validità del matrimonio ebraico e del suo scioglimento dopo la conversione di un coniuge. Un cas emblématique a été étudié dans un article important : M. Luzzati, « Matrimoni e apostasia di Clemenza di Vitale da Pisa », dans id., La casa dell’Ebreo. Saggi sugli ebrei a Pisa e in Toscana nel Medioevo e nel Rinascimento, Pise, Nistri-Lischi, 1985, p. 59-106 [éd. or. 1974 : ibid., dans Studi sul Medioevo cristiano offerti a Raffaello Morghen per il 90o anniversario dell’Istituto Storico Italiano (18831973), Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 1974, I, p. 427-473].

29 William Shakespeare, Le Marchand de Venise, II, 4.

30 Masuccio Salernitano, Il Novellino, éd. par A. Mauro, Bari, Laterza, 1940, p. 144 : intendea pigliare de quello de l’avarissimo patre, assai più che avesse potuto estimare essere bastevole per la sua dote.

31 S. Grayzel, The Church and the Jews in the xiiith Century, Philadelphie, The Dropsie College for Hebrew and cognate learning, 1933, en particulier p. 18-19, qui assure que les princes prennent habituellement parti pour les Juifs.

32 Simonsohn, doc. no 482.

33 Ibid., doc. no 1153.

34 Ibid., doc. no 22.

35 Ibid., doc. no 910.

36 Ibid., documents nos 1046, 1099, 1160 et 1163 ; et Horowitz, « Familles et destins… », art. cité, p. 545.

37 Simonsohn, doc. no 1630.

38 Id., « Alcune note sugli ebrei a Parma nel ‘400 », dans E. Toaff (éd.), Studi sull’ebraismo italiano in memoria di Cecil Roth, Rome, Barulli, 1974, p. 227-260, ici p. 237.

39 Simonsohn, doc. no 2113 : quella dote che li haveriano dato se fussero restate ebree.

40 Ibid., documents nos 2514 et 3002.

41 Sur ces aspects, cf. Meron, « The dowries… », art. cité.

42 C’est l’une des hypothèses d’Allegra, Identità…, op. cit. Voir encore Todeschini, « Familles… », art. cité.

43 Caffiero, « Le doti… », art. cité, p. 72 : Le donne avevano accesso al patrimonio familiare appunto attraverso il sussidio dotale. Voir aussi Davide, « Il ruolo… », art. cité ; il y est question, p. 2, d’une dot che rappresentava inoltre la quota dell’eredità paterna alla quale aveva diritto ; et, p. 5-6, d’un autre cas, celui d’un certain Mosè qui decise di dividere equamente la propria eredità tra i figli e le figlie.

Table des illustrations

Titre Montants des dots exprimés en ducats (1439-1555)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search