Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Première partie. Au commencement était la Lombardie

Transferts patrimoniaux, genre et politique au début du xie siècle en Italie du Nord

L’exemple de la comtesse Richilde

Régine Le Jan

Texte intégral

  • 1  Je remercie F. Bougard pour sa relecture attentive et ses remarques. 

1L’instabilité politique du royaume d’Italie au xe siècle, plusieurs fois déchiré par des compétitions pour le trône et les guerres, a entraîné la reconfiguration fréquente des entourages royaux, une rotation accélérée des titulaires de charges, une forte mobilité géographique et la montée du pouvoir épiscopal et des chapitres cathédraux. Plus que jamais, les groupes de parenté élitaires ont été conduits à rechercher des alliances avantageuses, à rassembler des patrimoines constitués de terres, de revenus fiscaux et de castra, ainsi qu’à renforcer leurs liens d’amitié avec les monastères. Ces phénomènes bien connus ont favorisé la hiérarchisation des élites et le développement des grandes lignées marquisales, comtales et seigneuriales du xie siècle. Le processus a été mis en lumière depuis longtemps par C. Violante et son équipe1, autour du programme de recherche sur les ceti dominanti, qui s’est attaché à décrire le développement des groupes dirigeants. Il m’a donc semblé qu’à partir de ces travaux et d’une relecture des sources, on pouvait tenter une approche plus genrée du politique, qui mettrait en avant les liens horizontaux si importants dans la société du premier âge féodal. Cette approche ne considère plus les femmes comme des biens échangés par mariage, mais s’interroge sur la façon dont elles ont pu être des actrices du jeu politique. Elle s’inscrit dans la ligne des travaux ayant mis en lumière la rapide conjugalisation de la parenté aristocratique aux xe et xie siècles et l’émergence de figures d’épouses et de veuves associées au pouvoir masculin, en se détachant du paradigme de la domination masculine et de la soumission féminine, sans les nier, pour évaluer à sa juste place le rôle actif des femmes au sein des réseaux élitaires.

  • 2 F. Menant, « Les Giselbertins, comtes du comté de Bergame et comtes palatins », dans Formazione e s (...)
  • 3 Ibid.

2La comtesse Richilde appartient au groupe des Giselbertins, étudié naguère par F. Menant2. L’ascension de ce groupe, qui occupe un temps la fonction recherchée de comte du palais de Pavie, tient largement à sa capacité à utiliser ses positions à la cour pour négocier pour ses filles des alliances matrimoniales avantageuses avec des groupes de niveau marquisal : Giselbert II (mort avant 1010) a épousé Anselda, fille d’Arduin le Glabre – fondateur de la lignée arduinide des marquis de Turin –, tandis que sa sœur Franca épousait le marquis Almeric II, implanté dans la Basse vallée du Pô, que sa fille Gisèle se mariait avec un fils du marquis Otbert II, le marquis Hugues – fondateur de la lignée d’Este – et que son autre fille Richilde épousait en secondes noces Boniface, fils du marquis Tedald de Canossa3.

  • 4 A. Castagnetti, « Le due famiglie comitali veronesi: i San Bonifacio e i Gandolfingi – di Palazzo ( (...)
  • 5 U. Brunhofer, Arduin von Ivrea und seine Anhänger: Untersuchungen zum letzten italienischen Königtu (...)
  • 6 A. Pallavicino, « La parentele del marchese Almerico II », dans Formazione e struttura dei ceti dom (...)
  • 7 Donizone, Vita di Matilde di Canossa, I, 6, vers 520, éd. et trad. par P. Golinelli, Milan, Jaca Bo (...)

3Faute de sources narratives concernant Richilde, il n’est pas possible de retracer son parcours biographique, mais on sait qu’elle fut mariée une première fois, à une date inconnue, qu’elle était veuve en 1010 et qu’elle se remaria avant 1015 avec Boniface de Canossa. Les travaux successifs d’A. Castagnetti et R. Rinaldi4, d’U. Brunhofer5 et d’A. Pallavicino6 permettent maintenant d’avancer comme hypothèse vraisemblable que son premier mari appartenait à une famille comtale de droit lombard, celle des Gandolfingiens, implantée à Plaisance et Vérone, et qu’il était probablement le comte Gandolf II, petit-fils du comte de Vérone Gandolf Ier et de la comtesse Ermengarde. Richilde mourut en 1036, ne laissant pas d’enfant de son union avec le marquis, qui se remaria avec une cousine de l’empereur, Béatrice de Lorraine, dont il eut la célèbre Mathilde. Or, dans la Vita Mathildis, Donizon de Canossa ne manqua pas de rappeler le premier mariage de Boniface, décrivant Richilde comme « issue d’une lignée de princes et riche d’honneur7 », reconnaissant ainsi qu’elle avait grandement contribué à l’ascension du Canossien. Les importantes transactions foncières qu’elle effectue, ou auxquelles elle participe directement – une dizaine de chartes – se situent entre 1010 et 1017, dans les années qui précèdent et suivent immédiatement son remariage avec Boniface de Canossa, et pendant la période troublée de la révolte d’Arduin d’Ivrée. Elles permettent donc de poser la question des relations entre genre et politique.

  • 8 A. Falce, « Documenti inediti dei duchi e marchesi di Tuscia », Archivio storico italiano, ser. 7, (...)
  • 9 G. Sergi, « Anscarici, Arduinici, Aleranici: elementi per una comparazione fra dinasti e marchional (...)
  • 10 Castagnetti, « Le due familie… », art. cité, p. 54.
  • 11 Pallavicino, « La parentèle… », art. cité.
  • 12 Castagnetti, « Le due familie… », art. cité, p. 54.
  • 13 Codice diplomatico della Langobardia medievale (secoli VIII-XII) (CDLM), area cremonense-mensa vesc (...)

4Le premier acte qui nous fait connaître Richilde est rédigé au castrum de Nogara, le 10 octobre 1010. Elle y apparaît comme comtesse et veuve de… (le nom étant illisible), agissant seule, sans mundoald, alors qu’elle est de droit lombard. Par cet acte, elle achète au prêtre Pierre, fils de feu Giso, de Revere, des biens immenses dans les comtés de Mantoue, Brescia, Vérone, Crémone et Ferrare pour 2 000 livres de deniers d’argent qui lui viennent de son faderfyo8. Cet achat fait très certainement suite à une vente plus ou moins fictive, comme il y en avait alors beaucoup quand on voulait mettre en gage des biens afin de financer des opérations ou régler des dettes, ou de mettre temporairement des biens à l’abri en cas de difficultés familiales. Les prêtres étaient les intermédiaires obligés de ces transactions, qui étaient très souvent réalisées par des femmes9. Richilde « achète » donc de ses propres deniers, pour une somme considérable, des biens qui, en réalité, venaient en grande majorité du patrimoine de son premier mari : elle se trouve ainsi en possession de biens gandolfingiens à Angiari sur l’Adige, dans le castrum de Monte Collere, à Paulingo, dans le castrum de l’Isola della Scala et le castrum de Nogara10. Or la comtesse Ermengarde, proche du mari de Richilde, possédait des biens dans ces mêmes localités, biens qu’elle avait reçus en faderfyo ou par héritage. À Angiari par exemple, elle avait hérité des biens avec, ou de son frère Atto, comte de Lecco, qui en avait donné lui-même une part au chapitre de Vérone en 973, avec son épouse Ferlinda11. Almeric et Franca n’avaient pas laissé de descendant direct. Devenue veuve, en 995, la comtesse Ermengarde donna à son tour au chapitre de Vérone une curtis à Angiari avec castrum et chapelle, en faisant appel, pour la noticia, à Atto, le fils de son premier mari, aussi bien qu’aux fils de son second mari12. Or, quelques jours après l’achat de Richilde, le 29 du même mois, la comtesse Ermengarde vendait au prêtre de Monte Collere, pour 100 livres, le castrum de Castello Novo, en se réservant l’usage de Paulingo13. Selon toute probabilité, les deux opérations, celle de Richilde et celle d’Ermengarde, relevaient d’une même stratégie, celle des Gandolfingiens de Vérone.

  • 14 Sur les actes concernant Nogara et les falsifications, A. Castagnetti, A. Ciaralli, Falsari a Nonan (...)
  • 15 Ibid., p. 80.

5Les femmes contribuaient ainsi à remodeler et organiser le patrimoine. Par le jeu des transmissions et des donations, certains lieux de pouvoir apparaissent en effet comme des points d’ancrage pour des groupes en constante recomposition. L’important castrum de Nogara en offre un bon exemple. Situé dans le comté de Vérone, mais à une dizaine de kilomètres seulement à l’est de Mantoue, sur la route allant de Vérone à Revere sur le Pô, le castrum a été fondé en 906 par un diacre de l’église de Vérone, Audobert, sur ordre du roi Bérenger Ier, et doté par lui de l’immunité14. Il apparaît dès ce moment comme un lieu stratégique pour le contrôle des voies de communication dans le système fluvial Po-Adige. Très rapidement, le monastère royal Saint-Silvestre de Nonantola, dont les domaines contrôlaient largement la Basse vallée du Pô, en avait obtenu la moitié en arguant d’une donation du marquis de Vérone Anselme15, contestée dès 913, mais confirmée en 918. L’autre moitié était restée au comte Didon, par le biais de son mariage avec une fille d’Anselme, et à ses descendants. Entre 1010 et 1015, la comtesse Richilde racheta la moitié du castrum, avec l’église elle aussi dédiée à saint Silvestre. Les minutieuses reconstitutions de Pallavicino permettent de relier le comte Didon au marquis Almeric II, premier mari de Franca, tante paternelle de Richilde, mais aussi à la comtesse Ermengarde, grand-mère de Gandolf II. Finalement, l’héritage du comte Didon dans les régions de Bergame, Crémone, Vérone, Ferrare et Padoue était passé aux Gandolfingiens et Richilde en recueillit une partie, dont Nogara.

  • 16 Menant, « Les Giselbertins… », art. cité.

6Le système dotal par faderfyo et dot maritale et les aléas démographiques qui laissaient de nombreuses veuves et des couples sans enfants, accéléraient la circulation des biens par voie féminine. Un tel système nuisait indéniablement à la préservation des patrimoines lignagers, mais révèle aussi l’importance des liens horizontaux dans des groupes de familles apparentées, au sein desquels les femmes ont une forte intermédiarité. Néanmoins, les Giselbertins ne semblent pas concernés par les transactions de la comtesse Richilde en 1010 et elle-même n’est pas intervenue dans la fondation du monastère Stefano al Corno par sa mère et ses frères entre 1000 et 101016. On peut donc se demander si la conjugalisation du système de parenté, qui s’accélère aux xe et xie siècles en associant de plus en plus étroitement les comitissae aux intérêts de leur famille conjugale, ne conduit pas à affaiblir les liens cognatiques. Comme je vais essayer de le démontrer, ces liens cognatiques conduisent au contraire à hiérarchiser davantage les réseaux dans le contexte des crises politiques.

7Les Giselbertins et les Gandolfingiens, liés par le mariage de Richilde et Gandolf II, ont noué d’autres alliances, avec des familles de puissance et de niveau inégal. Leurs généalogies ayant été retracées par ailleurs, il m’a semblé qu’un schéma réticulaire permettrait de saisir les rapports de force. En prenant en compte les liens entre les différents groupes, considérés comme des nœuds, et en se limitant aux alliances sur deux générations, avant le second mariage de Richilde, on obtient le schéma suivant :

Alliances nouées par les Giselbertins et par les Gandolfingiens

Alliances nouées par les Giselbertins et par les Gandolfingiens

8Les nœuds les plus importants, ceux qui ont la plus forte centralité, sont d’un côté les Otbertingiens, de l’autre les Gandolfingiens, les premiers étant nettement plus puissants que les seconds : l’attraction des Otbertingiens s’explique par leur puissance marquisale, leur domination entre Lombardie et Ligurie et la charge de comte du palais qu’ils occupent à la fin du xe siècle. De leur côté, les Gandolfingiens, engagés dans une vaste entreprise de concentration des terres et des charges plus à l’est, de Plaisance à Vérone en passant par Crémone et Modène, sont incontournables dans la zone d’influence de Saint-Silvestre de Nonantola, ce qui explique leur position nodale. Mais les Giselbertins, bien qu’étant implantés moins largement, bénéficient du prestige pavesan, de leur alliance avec les Arduinides et des revenus qui en découlent (au moins un port sur le Tessin), ainsi que de solides positions dans le sud du comté de Bergame. Leur position-clé s’explique aussi par le caractère fortement compétitif du réseau : Otbertingiens et Gandolfingiens sont en compétition, dans la région de Crémone et de Vérone, comme le sont les Arduinides et les Anscarides dans l’Ouest. Dans cette première configuration, les Canossiens sont isolés, même s’ils ont noué de brillantes alliances aux générations précédentes. Toutefois, ils bénéficient du fait que traditionnellement, les Gandolfingiens se situent dans leur orbite, ou leur clientèle.

9La crise politique qui suit la mort d’Otton III conduit finalement à des recompositions qui suivent en fait les lignes de faille du réseau. Arduin d’Ivrée s’est fait couronner roi d’Italie à Pavie en 1002, obligeant Henri II à descendre une première fois en Italie pour se faire couronner roi en 1004, puis une deuxième fois comme empereur à Rome en 1014. La retraite d’Arduin et sa mort à Fruttuaria en décembre 1015 ne mirent pas fin aux tentatives de ses partisans contre Henri II, qui fomentèrent une nouvelle révolte contre l’empereur.

  • 17 Sur la proximité entre Odelric-Manfred, marquis de Turin et cousin de Richilde, avec Arduin d’Ivrée (...)
  • 18 Menant, « Les Giselbertins… », art. cité, p. 160.
  • 19 G. Sergi, I confini del potere. Marche e signorie fra due regni medievali, Turin, Einaudi, 1995, p. (...)
  • 20 Codice diplomatico cremonese, éd. par L. Astegiano, Turin, 1898, I, no 10, p. 15.
  • 21 Die Chronik des Bischofs Thietmar von Merseburg und ihre Korveier Überarbeitung, éd. par R. Holtzma (...)
  • 22 MGH DD H II, no 321.

10Dans un premier temps, le réseau dont il est question s’est rangé aux côtés d’Arduin d’Ivrée, à l’exception de Tedald de Canossa dont la fidélité aux Ottoniens resta sans faille, ce qui confirme la position marginale qu’il occupe sur le graphe17. Mais dès les années 1005-1010, après le couronnement d’Henri II à Pavie, des indices montrent des changements qui vont aboutir à la recomposition du réseau. Ainsi, à Crémone, les actes sont datés, en 1004 du roi Arduin, en 1008 de l’Incarnation, en 1010 du roi Henri ; à Bergame, en 1004 du roi Arduin, en décembre 1005 du roi Henri. En 1006 ou 1009, la comtesse Anselda, mère de Richilde, fonde avec ses quatre fils, le monastère Saint-Étienne al Corno, au confluent du Pô et de l’Adda18. En 1010, le comte Manfred, frère de Richilde, rachète au prêtre Gausmar une grosse masse de terre avec castrum et chapelle dans le comté de Pavie, ainsi qu’un port sur le Tessin, que sa mère, la défunte comtesse Anselda, lui avait précédemment vendus19. Les rachats effectués en 1010 par les comtesses Ermengarde et Richilde pour les Gandolfingiens de Vérone signifient qu’ils se sont aussi ralliés à l’empereur et cela permet de supposer une stratégie concertée entre les Giselbertins et les Gandolfingiens, peut-être orchestrée par les Canossiens. Au contraire, les ventes réalisées par la comtesse Adèle, épouse de l’Otbertingien Adalbert-Atto, en 1011 et 101220, montrent qu’ils soutenaient les partisans d’Arduin d’Ivrée et qu’il leur fallait mettre les biens familiaux à l’abri, par l’intermédiaire d’un prêtre et de l’évêque de Crémone, avant une nouvelle descente d’Henri II en Italie. De fait, le même Adalbert-Atto, ses frères Hugues et Otbert-Opizo et leur neveu Adalbert se révoltent contre Henri II à l’occasion de son couronnement à Rome en janvier 101421 ; ils sont ensuite condamnés et emprisonnés en Germanie avec leur père22.

11Les rivaux avaient ainsi cessé de coopérer, malgré les liens de parenté, ce qui se traduit par des opérations foncières opposées. La reconcentration du patrimoine gandolfingien réalisée par les comtesses Richilde et Ermengarde et celle des Giselbertins furent suivies du remariage de Richilde avec Boniface de Canossa, intervenu entre 1010 et 1015, et du mariage du frère de Richilde avec une cousine de Boniface. Les Canossiens étaient les grands vainqueurs de la crise et tiraient ainsi parti de leur fidélité à l’empereur en devenant le centre d’un réseau remodelé et resserré, plus hiérarchique, où ils sont désormais en position dominante.

  • 23 Falce, « Documenti… », art. cité, IX, no 1.

12La comtesse Richilde a joué un rôle important dans ce recentrage. D’une part, son mariage, très avantageux pour elle-même, pour sa famille giselbertine et pour sa famille gandolfingienne, n’a pu être négocié sans son accord, car on ne remariait pas une veuve comme on mariait une fille, surtout quand elle était à la tête d’un vaste patrimoine. Les conséquences politiques du mariage furent ressenties comme une menace directe par les partisans d’Arduin d’Ivrée qui rallièrent à leur cause Conrad, frère cadet de Boniface, en lui promettant une épouse. D’autre part, une fois mariée à Boniface, elle devient pour l’empereur une interlocutrice de choix, à cause de ses multiples liens : c’est à elle qu’en 1016 Henri II donne la curtis de Trecenta, dans le comté de Parme, qu’il avait confisquée aux rebelles Bérenger et Hugues, fils de la gandolfingienne Railenda et de Sigefred de Seprio. La pratique d’accorder des biens confisqués à des parents restés fidèles est attestée une génération plus tôt, en 970, quand l’empereur Otton Ier a donné au comte Giselbert II (père de Richilde) les biens confisqués au comte Bernard de Pavie, un neveu par alliance de Bernard. Mais le choix de Richilde, alors remariée, témoigne de son intermédiarité et de son poids politique. L’année suivante, en 1017, elle est aussi au centre d’une opération foncière complexe et d’envergure, qui visait à écarter Conrad, frère de Boniface, des biens familiaux, après l’échec de sa rébellion23.

  • 24 Ainsi, en 1022, quand elle échange une curtis avec castrum et chapelle de son droit contre deux cur (...)
  • 25 P. Golinelli, « La “Vita” di s. Simeone monacho », Studi medievali, XX, 1979/2, p. 709-788.
  • 26 Codice diplomatico polironiano, 961-1125, éd. par R. Rinaldi, C. Villani, P. Golinelli, Bologne, Pà (...)
  • 27 Ibid., no 2.
  • 28 Ibid., no 3.
  • 29 Menant, « Les Giselbertins… », art. cité.
  • 30 F. Bougard, « Entre Gandolfingi et Obertenghi : les comtes de Plaisance aux xe et xie siècles », ME (...)

13La comtesse Richilde n’a pas seulement contribué à accroitre la centralité des Canossiens, ce que Donizon de Canossa reconnaitrait indirectement quelques décennies plus tard. Elle a également renforcé celle du monastère royal de Nonantola, qui apparait comme un pôle organisateur majeur du réseau. D’un côté, Richilde a soutenu les entreprises de son mari dans diverses opérations impliquant des églises, à Crémone, à Mantoue, à Gonzague et elle n’a pas hésité à cautionner les appétits de Boniface pour les terres d’église, comme à Crémone en 102224. Elle a aussi bien accueilli Siméon l’Arménien à Mantoue où le couple résidait, elle l’a soutenu et a promu son culte, pour pallier les accusations de simonie contre Boniface25. Ce faisant, elle a contribué à la promotion de Saint-Benoit de Polirone, monastère familial fondé par le marquis Tedald, où l’Arménien est mort, mais elle semble avoir été peu attachée à ce monastère, auquel elle ne fait aucune donation. Elle n’est d’ailleurs pas citée dans la charte de donation de Boniface en faveur de Polirone, en mars 101926, alors qu’elle apparaît dans la plupart de ses autres actes. En revanche, le processus de concentration du patrimoine entrepris en 1010 et poursuivi par l’acquisition de Nogara et de Rastellino, puis de la curtis de Trecenta, bénéficie directement aux moines de Nonantola qui en reçoivent une grande partie27, la noticia faite à ses frères Lanfranc et Mainfred28 attestant que cette entreprise liait aussi les Giselbertins au monastère29, comme l’étaient déjà les Gandolfingiens30.

  • 31 Rinaldi, Tra le carte, op. cit., p. 226.
  • 32 Castagnetti, « Le due familie… », art. cité, p. 81.
  • 33 G. Rossetti, « Formazione e caratteri delle signorie di castello dei poteri territoriali dei vescov (...)
  • 34 G. Tiraboschi, Memorie storiche Modenesi col codice diplomatico, Modène, Societa Tipografica, 1793, (...)
  • 35 Rossetti, « Formazione… », art. cité, p. 274-279.
  • 36 Tiraboschi, Memorie storiche Modenesi…, op. cit., II, n. CXIII, p. 148-149 ; CXIV, p. 149.

14Cette politique s’inscrit aussi dans un processus de hiérarchisation féodo-vassalique commencé à l’époque du marquis Tedald : à Reggio d’Émilie, dans le contingent vassalique du marquis Tedald, se trouvait un Gui fils de Gandolf, désigné comme comte de Palude, qui devait se rattacher aux Gandolfingiens et dont le descendant direct, nommé Arduin, allait être le plus brillant des capitanei de Mathilde de Toscane, fille de Boniface31. Après la mort de Richilde, le marquis Boniface donna à Arduin, qui serait fils de Richilde si l’on admet l’identification de son premier mari, des biens dans la région de Reggio d’Emilie32, avant qu’il n’obtienne la charge comtale de Vérone, jadis tenue par ses ancêtres. Le même Arduin reçut un moment en fief (feodum) des moines de Nonantola le castrum de Nogara33, après l’assassinat de Boniface en 1052, quand sa veuve Beatrice et ses enfants se trouvèrent en grande difficulté, à cause de l’hostilité d’Henri III à leur égard. Richilde avait été l’artisan du transfert complet du castrum dans le patrimoine des moines de Nonantola. Elle y avait passé son acte d’achat de 1010, comme veuve [du comte Gandolf] et l’on sait par un témoignage post mortem du comte Arduin et par celui de la comtesse Mathilde qu’elle donna ensuite la curtis et l’église de Nogara à l’abbaye de Nonantola34, même si Boniface et Mathilde en conservèrent le contrôle35. Elle avait aussi cédé aux moines, en accord avec son mari Boniface, le droit d’instituer une canonica attachée à l’église36, où elle choisit d’être inhumée, plutôt qu’à Mantoue. Les relations d’amitié étroites qu’elle et ses proches n’ont cessé d’entretenir avec Nonantola ont ainsi contribué à renforcer la puissance régionale du monastère et son pouvoir d’attraction. Il ne devint toutefois jamais un monastère familial des Canossiens, puisque Mathilde de Toscane a dû négocier l’appui de l’abbé dans sa lutte contre Henri IV et qu’elle a finalement choisi de se faire inhumer à Polirone, qu’elle a fait bénéficier de donations considérables, bien qu’elle l’ait fait passer sous le contrôle de la papauté et des moines de Cluny.

15La comtesse Richilde n’est pas la seule à occuper une position de forte intermédiarité dans des réseaux de parenté qui apparaissent comme des groupes de familles apparentées et non comme des lignages. Ces femmes font circuler les biens, elles contribuent ainsi au maintien des liens d’amitié et de fidélité, à un niveau où les relations féodo-vassaliques ne tiennent encore qu’un rôle secondaire. Les transferts patrimoniaux révèlent aussi la capacité de ces femmes à soutenir les stratégies politiques de leur groupe, à un moment où la conjugalisation du système de parenté, combinée aux transformations du mode d’exercice du pouvoir, leur confère une visibilité et une forme d’autonomie plus grandes que par le passé. Richilde peut jouer ses propres cartes, en tant que médiatrice. Elle sert les intérêts de son mari, mais aussi ceux de sa famille et de son premier mari, sans oublier les siens propres. Elle participe ainsi à la recomposition politique qui s’effectue au début du xie siècle, en ancrant les Giselbertins et les Gandolfingiens dans un réseau qui se hiérarchise derrière les Canossiens, au bénéfice du monastère de Nonantola. La politique du couple Boniface-Richilde à l’égard du monastère montre que ses choix personnels et les intérêts de ses proches ont été pris en compte. Elle annonce ainsi les grandes comtesses qui allaient jouer un rôle politique majeur au temps de la réforme grégorienne.

Notes

1  Je remercie F. Bougard pour sa relecture attentive et ses remarques. 

I ceti dirigenti in Toscana nell’età precommunale. Atti del 1o Convegno, Florence, 2 décembre 1978, Pise, Pacini, 1981. Formazione e struttura dei ceti dominanti nel medioevo. Marchesi conti e visconti nel regno italico (secc IX-XII), I, II e III, Rome, Istitutio storico italiano per il Medio Evo, 1988, 1996, 2003.

2 F. Menant, « Les Giselbertins, comtes du comté de Bergame et comtes palatins », dans Formazione e strutture dei ceti dominanti…, op. cit., 1988, vol. I, p. 115-186.

3 Ibid.

4 A. Castagnetti, « Le due famiglie comitali veronesi: i San Bonifacio e i Gandolfingi – di Palazzo (secoli X-inizio XIII) », dans G. Cracco, A. Castagnetti, S. Collodo (éd.), Studi sul Medioevo veneto, Turin, Giappichelli, 1982, p. 43-93 ; R. Rinaldi, Tra le carte di famiglia. Studi e testi canossani, Bologne, CLUEB, 2003, p. 27-98.

5 U. Brunhofer, Arduin von Ivrea und seine Anhänger: Untersuchungen zum letzten italienischen Königtum des Mittelalters, Augsbourg, Arethousa, 1999, p. 224.

6 A. Pallavicino, « La parentele del marchese Almerico II », dans Formazione e struttura dei ceti dominanti…, op. cit., 2003, t. 2, p. 233-320, ici p. 292-307.

7 Donizone, Vita di Matilde di Canossa, I, 6, vers 520, éd. et trad. par P. Golinelli, Milan, Jaca Book, 2008, p. 50.

8 A. Falce, « Documenti inediti dei duchi e marchesi di Tuscia », Archivio storico italiano, ser. 7, 7, 1928, p. 77-83.

9 G. Sergi, « Anscarici, Arduinici, Aleranici: elementi per una comparazione fra dinasti e marchionali », dans Formazione e strutture dei ceti dominanti, op. cit., 1988, vol. I, p. 11-28.

10 Castagnetti, « Le due familie… », art. cité, p. 54.

11 Pallavicino, « La parentèle… », art. cité.

12 Castagnetti, « Le due familie… », art. cité, p. 54.

13 Codice diplomatico della Langobardia medievale (secoli VIII-XII) (CDLM), area cremonense-mensa vescovile, no 139 (http://cdlm.unipv.it/edizioni/cr/, consulté le 9 novembre 2016).

14 Sur les actes concernant Nogara et les falsifications, A. Castagnetti, A. Ciaralli, Falsari a Nonantola. I placiti di Ostiglia (820-827) e le donzioni di Nogara (910-911), Spolète, Fondazione CISAM, 2011, p. 61-98.

15 Ibid., p. 80.

16 Menant, « Les Giselbertins… », art. cité.

17 Sur la proximité entre Odelric-Manfred, marquis de Turin et cousin de Richilde, avec Arduin d’Ivrée, voir Brunhofer, Arduin von Ivrea…, op. cit., p. 209-210. Sur l’attitude des Otbertingiens, ibid., p. 211-214. De même les évêques et comtes de Bergame (les Giselbertins) ont soutenu Arduin dans la première phase, comme les Gandolfingiens, ce qu’attestent les opérations de 1010.

18 Menant, « Les Giselbertins… », art. cité, p. 160.

19 G. Sergi, I confini del potere. Marche e signorie fra due regni medievali, Turin, Einaudi, 1995, p. 82, n. 110.

20 Codice diplomatico cremonese, éd. par L. Astegiano, Turin, 1898, I, no 10, p. 15.

21 Die Chronik des Bischofs Thietmar von Merseburg und ihre Korveier Überarbeitung, éd. par R. Holtzmann, Berlin, 1935, Weidmannsche Buchhandlung (MGH SS rer. Germ. N.S.9, vol. VII), p. 398.

22 MGH DD H II, no 321.

23 Falce, « Documenti… », art. cité, IX, no 1.

24 Ainsi, en 1022, quand elle échange une curtis avec castrum et chapelle de son droit contre deux curtes avec castrum, chapelle et plebs, de l’évêque de Crémone, la noticia est faite par le comte de Vérone Tado, un fidèle de Boniface, et non par ses frères (A. Muratori, Antiquitates Italicae, Bologne, A. Forni, 1965, t. 3, p. 175-176).

25 P. Golinelli, « La “Vita” di s. Simeone monacho », Studi medievali, XX, 1979/2, p. 709-788.

26 Codice diplomatico polironiano, 961-1125, éd. par R. Rinaldi, C. Villani, P. Golinelli, Bologne, Pàtron, 1993, (La storia di San Benedetto di Polirone, t. 2), t. 1, no 17.

27 Ibid., no 2.

28 Ibid., no 3.

29 Menant, « Les Giselbertins… », art. cité.

30 F. Bougard, « Entre Gandolfingi et Obertenghi : les comtes de Plaisance aux xe et xie siècles », MEFRM, 101, 1989, p. 11-66, ici p. 32.

31 Rinaldi, Tra le carte, op. cit., p. 226.

32 Castagnetti, « Le due familie… », art. cité, p. 81.

33 G. Rossetti, « Formazione e caratteri delle signorie di castello dei poteri territoriali dei vescovi sulle città nella Langobardia del secolo X », Aevum, 49, 1975, p. 243-309, ici p. 277-281.

34 G. Tiraboschi, Memorie storiche Modenesi col codice diplomatico, Modène, Societa Tipografica, 1793, t. 2, n. CLXVII, p. 190-191.

35 Rossetti, « Formazione… », art. cité, p. 274-279.

36 Tiraboschi, Memorie storiche Modenesi…, op. cit., II, n. CXIII, p. 148-149 ; CXIV, p. 149.

Table des illustrations

Titre Alliances nouées par les Giselbertins et par les Gandolfingiens
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search