Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Première partie. Au commencement était la Lombardie

La religion et l’ethnogenèse des Lombards au regard des sources franques

Le dossier épistolaire

Bruno Dumézil

Texte intégral

  • 1  Au sein d’une production abondante, voir l’article synthétique de W. Pohl, « Aux origines de l’Eur (...)
  • 2 S. Gasparri, La cultura traddizionale dei Longobardi: struttura tribale e resistenze pagane, Spolèt (...)
  • 3 N. Christie, « Invasion or invitation? The Langobard occupation of northern Italy, A. D. 568-569 », (...)

1Au sein des recherches foisonnantes sur l’ethnogenèse des peuples barbares, l’installation des Lombards en Italie et leur constitution en royaume territorial constituent des sujets d’intérêt majeur, en dépit (ou peut-être en raison) de la faiblesse des sources internes à ce peuple1. L’Édit de Rothari et la tardive Histoire des Lombards de Paul Diacre ont à ce titre fait l’objet d’analyses multiples et souvent divergentes. Entre les années 1980 et 2000, un important débat a notamment agité les spécialistes quant au degré de construction littéraire de ces deux sources et à la part de traditions orales qu’elles pouvaient préserver ; au centre du débat se trouvent quelques croyances religieuses qui pourraient remonter à l’époque de la migration, et qui auraient pu servir à structurer la mémoire et l’identité du peuple à travers des temps longs2. De leur côté, les textes des auteurs byzantins et romains d’Italie ont surtout été exploités pour préciser les liens des Lombards avec l’institution impériale, l’adhésion religieuse n’étant perçue que comme un affichage diplomatique3.

  • 4 E. Malaspina, Il Liber epistolarum della cancellaria austrasica, Rome, Herder, 2001 [désormais Epis (...)
  • 5 B. Dumézil, « Private Records of Official Diplomacy: The Franco-Byzantine Letters in the Austrasian (...)

2Par contraste, les sources franques demeurent moins souvent convoquées : plus lointaines, elles paraissent aussi moins probantes. Grégoire de Tours se montre peu disert sur la question lombarde et l’essentiel des données qu’il a rassemblées a été repris et souvent complété par Paul Diacre. On pourrait en déduire un certain désintérêt des Francs au regard de la question religieuse lombarde jusqu’au milieu du viie siècle. Ce point de vue doit être nuancé par l’existence d’importants dossiers épistolaires, notamment la collection dite des Lettres austrasiennes, qui rassemble 48 lettres de la fin du ve siècle à la fin du vie siècle. Si l’unique manuscrit conservé a été produit à Lorsch dans la première moitié du ixe siècle4, la stratigraphie de cette collection invite à penser qu’il s’agit là d’un recueil mérovingien réalisé peu après la rédaction de la dernière lettre du corpus, vers 590. Le premier catalogue de la bibliothèque de Lorsch, réalisé vers 830, indique en outre que les Lettres austrasiennes proviennent de Trèves, un siège épiscopal dont les titulaires apparaissent de fait surreprésentés dans le volume. Il serait donc possible de lier la composition de cette collection épistolaire à Magneric (ap. 566-ap. 587), personnage connu pour avoir mené d’importantes négociations au nom des rois francs de l’Est5.

  • 6 R. Collins, « Theodebert I, ‘Rex Magnus Francorum’ », dans P. Wormald et al. (éd.), Ideal and Reali (...)
  • 7 Epistolae Austrasicae, 4, 5 et sans doute 24.
  • 8 Ibid., 8.
  • 9 Ibid., 8 ; Paul Diacre, Histoire des Lombards, I, 27.
  • 10 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 88): cum reges venerationem inpendent, cum potestates sine c (...)
  • 11 Pohl, « The Empire and the Lombards… », art. cité, p. 87-98 ; A. Sarantis, « War and Diplomacy in P (...)
  • 12 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 96) : gentem Langobardorum. H. W. Goetz, « Gens: Terminology (...)

3Les Lettres austrasiennes présentent une très importante composante diplomatique et les questions italiennes y occupent une part remarquable. Sur les 48 pièces rassemblées, presque la moitié évoquent directement ou indirectement la situation de la péninsule. On ignore s’il s’agit là d’un intérêt personnel de l’auteur de la collection épistolaire ou, plus largement, d’un tropisme italien de la diplomatie austrasienne. Cette orientation se montre perceptible à partir du règne de Théodebert Ier (534-548)6, mais la collection austrasienne préserve plusieurs échanges entre Nizier de Trèves et un abbé de la région milanaise, qui témoignent de la forte implication des Francs sur la scène italienne à l’époque du roi Théodebald (548-555)7. Ce dernier s’insurge d’ailleurs lorsque Justinien accuse son père de sacrilège et d’abandon de la religion chrétienne8. Au sein du dossier austrasien, la première lettre « lombarde » est un envoi de l’évêque Nizier de Trèves (v. 525/526-ap. 566) à la princesse Chlodoswinthe, fille du roi Clotaire Ier mariée au roi des Lombards Alboin (v. 561 -572)9. La pièce se montre délicate à situer dans une fourchette chronologique allant de la mort de Clotaire Ier, en 561, à l’entrée des Lombards en Italie, en 568. D’Alboin, Nizier dit « que les peuples le craignent, que les rois le tiennent en vénération, que les puissances le louent sans interruption, alors que même l’Empire le considère comme puissant10 ». Cette reconnaissance par l’Empire correspond à la situation d’équilibre trouvée par les peuples danubiens entre 552 et 567, alors que Gépides et Lombards luttaient pour la prééminence tout en négociant pour obtenir le soutien de Byzance11. Si l’on suit la lettre de Nizier, les Lombards sont alors tenus par les Francs pour une véritable gens en cela qu’ils disposent d’un roi et d’une gloire militaire ancienne12 ; à ce titre, ils sont présentés comme des homologues et des amis des Mérovingiens dans le cadre d’échanges diplomatiques étroits, quoique légèrement disymétriques.

  • 13 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 92) : ipsi Gothi hodie ipsis venerationem inpendent.
  • 14 Jean de Biclar (Chronicon, 19, éd. par R. Collins, « Corpus Christianorum » CLXXIII a, Turnhout, Br (...)
  • 15 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 92) : cum illos suos fideles rex Alboenus ibidem mittat et a (...)

4Dans le fil de sa lettre, Nizier de Trèves affirme avoir appris qu’Alboin recevait des clercs ariens et écoutait leur argumentation. Or, évoquant la puissance des apôtres, Nizier note que « les Goths eux-mêmes, aujourd’hui, leur rendent un culte13 ». Si la lettre est précoce, on serait tenté d’en déduire que les ariens reçus par le roi des Lombards étaient des prélats issus de l’ancien royaume ostrogoth. Mais l’allusion reste vague. À supposer que la lettre date de 567-568, il pourrait plutôt s’agir de clercs issus du peuple gépide, alors en voie d’absorption, chez qui l’on sait qu’il y avait un clergé arien14. Nizier note dans tous les cas l’importance de ces ariens à la cour lombarde, puisque « le roi Alboin les envoie avec ses fidèles et les fait se rendre dans les sanctuaires des seigneurs Pierre, Paul et Jean et de leurs reliques15 ».

  • 16 S. C. Fanning, « Lombard Arianism Reconsidered », Speculum, 56, 1981, p. 245-246.
  • 17 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 41. Le Byzantin Ménandre décrit une alliance beauco (...)
  • 18 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 29.

5L’ensemble donne à penser que Nizier évoque ici une légation dépêchée à Rome. Comme l’a subtilement noté S. Fanning, la présence de clercs ariens à la cour lombarde ne signifie pas qu’Alboin était tenu pour hérétique par les Francs. Il apparaissait plus probablement comme un païen hésitant dans le choix de la confession chrétienne qu’il allait adopter16. Cette absence de religion clairement affichée par les Lombards pourrait expliquer le silence de Grégoire de Tours sur le sujet : le chroniqueur, qui exècre l’arianisme et qui conspue régulièrement les Goths pour y avoir adhéré, ne reproche aux Lombards aucune déviance doctrinale. Il ne signale pas non plus l’union de Chlodoswinthe et d’Alboin comme un mariage mixte17. Il est vrai que rapporter une alliance de l’Austrasie catholique avec des Lombards idolâtres aurait gêné la mise en valeur de Sigebert Ier comme le meilleur des quatre fils de Clotaire Ier. Mais Grégoire semble assez bon rhéteur pour s’y risquer. En une autre occasion, notre chroniqueur présente la paix scellée entre l’Austrasie et un pouvoir païen comme un pis-aller dicté par les circonstances, et par là même un geste parfaitement acceptable18.

  • 19 Epistolae Austrasicae, 8 (p. 96) : baptizatus quanta in hereticos Alaricum vel Gundobadum regum fec (...)
  • 20 Epistolae Austrasicae, 7.
  • 21 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 40.

6La missive de Nizier invite dans tous les cas à penser que la religion du roi des Lombards était tellement vague qu’elle constituait une question ouverte. Chlodoswinthe se vit donc chargée de prêcher la foi catholique à son époux et la lettre propose une série d’arguments susceptibles de convaincre Alboin de la justesse du dogme nicéen. À côté de citations scripturaires et de raisonnements théologiques, plusieurs éléments ont trait à l’histoire contemporaine. Nizier propose en effet aux clercs ariens de venir observer les miracles régulièrement accomplis par les grands saints gaulois, Martin en tête, miracles pour lesquels il écarte tout soupçon de falsification par le clergé catholique. Puis il invite Chlodoswinthe à imiter sa grand-mère Clotilde, qui a obtenu la conversion de Clovis : « Une fois baptisé, quelles [victoires] il a obtenues contre les rois hérétiques Alaric ou Gondebaud !19. » Si cette phrase a souvent été étudiée dans le cadre de la controverse sur la datation du baptême de Clovis, la mention de triomphes qu’Alboin pourrait obtenir contre des pouvoirs hétérodoxes reste plus difficile à interpréter. Peut-être s’agit-il simplement de l’affrontement avec les Gépides. On sait toutefois que vers 550, le même Nizier de Trèves envoya une lettre comminatoire à Justinien, qu’il privait de sa communion en raison de ses positionnements sur la question christologique20. De son côté, Grégoire de Tours présente encore Justin II (565-578) comme un empereur hétérodoxe21. En appelant la protection de Dieu sur les rois catholiques, Nizier de Trèves souhaitait-il la victoire d’Alboin contre les Impériaux ?

  • 22 Epistolae Austrasicae, 7 (éd. cit., p. 96) : sic agas ut et gentem Langobardorum fortem super inimi (...)
  • 23 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 29.
  • 24 Ménandre, Fragmenta, 12.1 (éd. cit. p. 128).

7Le message à Chlodoswinthe se termine dans tous les cas sur une pointe guerrière, l’évêque de Trèves espérant que la conversion d’Alboin rende « le peuple des Lombards puissant contre ses ennemis22 ». La lettre semble ici s’inscrire dans le cadre d’une géopolitique franque qui avait donné la préférence aux Lombards par rapport aux autres peuples d’Europe centrale. Le mariage de Chlodoswinthe montre que les Mérovingiens n’avaient pas hésité à donner à Alboin une princesse de haut rang, alors qu’à la même époque le roi du Kent et le duc de Bavière devaient se contenter de femmes mérovingiennes de second rang. La circulation d’ambassades royales que l’on trouve mentionnées dans la lettre de Nizier montre que cette alliance était suivie sur plusieurs années. En outre, depuis la paix séparée de Sigebert Ier avec les Avars, l’Austrasie avait rompu de facto ses accords avec Byzance23. Enfin, vers 566-567, les Lombards passèrent eux aussi un traité militaire avec les Avars24. Ceci les plaça immédiatement en position de force contre leurs rivaux régionaux, tandis que le bloc impérial se trouvait considérablement affaibli, ce qui fut immédiatement sanctionné par l’écrasement des Gépides.

  • 25 Les conditions légales de leur arrivée ont été diversement interprétées. Voir Christie, « Invasion (...)
  • 26 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 41.
  • 27 Ibid., IV, 42.
  • 28 W. Pohl, « The Empire and the Lombards… », art. cité, p. 99.
  • 29 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 42.
  • 30 Venance Fortunat, Carmina, Appendice, 1, v. 1-2 (éd. par M. Reydellet, Venance Fortunat, Poèmes, t. (...)
  • 31 Grégoire de Tours situe l’arrivée de la Sainte Croix à l’époque de la domination de Sigebert Ier d’ (...)
  • 32 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 42.
  • 33 Venance Fortunat, Carmina, Appendice 2, v. 45 (éd. cit., p. 142) : Trax, Italus, Scitha, Daca, Dalm (...)
  • 34 Ibid., v. 28-32, p. 141.

8Pour les Byzantins, les désastres s’accumulèrent rapidement et l’Italie du nord se trouva envahie par la confédération lombarde à partir de 56825. Les Austrasiens jouèrent-ils un rôle actif en la matière ? Peut-être aimaient-ils le penser : Grégoire de Tours coordonne dans une même phrase le mariage d’Alboin avec Chlodoswinthe et l’invasion de l’Italie26. Par ailleurs, des groupes de guerriers saxons participèrent à la conquête aux côtés des Lombards avant de se détourner pour aller piller les frontières de la Burgondie, royaume franc alors rival de l’Austrasie27. Il est possible que ces divagations résultaient du seul manque d’autorité d’Alboin sur des troupes très composites28. Toutefois, ces Saxons étaient issus de régions sous domination austrasienne ; et ils repartirent ensuite chez eux avec l’aval de Sigebert Ier (561-575)29. Bref, il n’est pas impossible que le roi d’Austrasie ait eu quelques responsabilités dans la grande aventure lombarde en Italie, ne serait-ce que pour gêner l’Empire avec qui il avait rompu la paix. Aucune pièce des Lettres austrasiennes ne nous renseigne malheureusement sur la conquête de 568 et sur son contexte immédiat. Une autre collection épistolaire austrasienne, la collection Σa, témoigne en revanche d’une volonté de reprise de dialogue entre Francs et Byzantins vers 570-572, par le biais d’une paradiplomatie qui faisait intervenir le prince thuringien Amalafrid ; les Byzantins l’avaient naguère envoyé comme conseiller militaire auprès des Lombards et une de ses sœurs avait été mariée dans la famille royale lombarde, ce qui en faisait un homme bien informé30. Dans le même temps, le Palais d’Austrasie intervenait pour aider la reine-moniale Radegonde à obtenir de l’impératrice Sophie un fragment de la Vraie Croix. L’arrivée de la précieuse relique, à une date incertaine entre 569 et 57331, s’accompagna d’une restauration de la communion entre les Francs et les Byzantins ainsi que d’un rétablissement de l’alliance militaire entre l’Austrasie et Constantinople32. Dictator à la cour franque, Venance Fortunat composa alors un panégyrique adressé au couple impérial Justin II et Sophie ; ce poème politique reconnaissait l’Italie parmi les terres impériales de plein droit, sans dire un mot de l’occupation d’une bonne partie nord de la Péninsule par les barbares33. Ce même panégyrique évoquait l’ensemble des fleuves (Rhône, Rhin, Danube et Elbe) et des peuples occidentaux (Gaulois, Galiciens, Basques, Cantabres et Bretons) qui chantaient les louanges de l’orthodoxie impériale34 ; cette litanie de toponymes et d’ethnonymes dessinait les frontières de l’aire d’influence austrasienne, dont les Lombards ne faisaient plus partie.

  • 35 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 41.
  • 36 Pietri, Heijmans, Prosopographie chrétienne…, op. cit., p. 2020-2022.

9Du côté des Lombards, Alboin ne chercha pas à renouveler son alliance franque. À la disparition de son épouse Chlodoswinthe vers 568, il préféra se remarier avec une princesse gépide, sans doute pour faciliter l’absorption de ce peuple vaincu35. Le christianisme nicéen, marqueur de l’influence franque ou byzantine, perdit en crédit. Vers cette époque, quelques Lombards catholiques furent accueillis en terre austrasienne, dont l’étrange diacre Vulfilaicus arrivé en Gaule avant 57236. Peut-être s’agissait-il d’un transfuge plus que d’un pèlerin.

  • 37 M. MacCormick, Eternal Victory: Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and Early Medieval (...)
  • 38 W. Goffart, « Byzantine Policy in the west under Tiberius II and Maurice: the Pretenders Hermenegil (...)
  • 39 Epistolae Austrasicae, 48 (éd. cit., p. 218) : temptemus pariter Dei iniuria et sanguine parentibus (...)
  • 40 M. Reydellet, Venance Fortunat, Poèmes, t. 1, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. LXVIII-LXXI.

10Le principe tardo-romain voulant que toute victoire militaire puisse être mise en scène pour conforter les unités politique, ethnique et religieuse37 ne semble toutefois pas fonctionner chez les Lombards. Après l’assassinat d’Alboin et la disparition de son successeur Cleph (572-574), la monarchie unitaire disparut, ouvrant la porte à une décennie de partition du territoire conquis entre une dizaine de « ducs ». Les Lettres austrasiennes conservent pour cette période une missive surprenante, envoyée par Gogo, régent d’Austrasie entre 576 et 581, au nom du jeune roi Childebert II (575-595)38 et adressée à un nommé Grasulf. La perte de l’adresse originale de la lettre interdit de connaître le titre exact de ce Grasulf, mais Gogo lui reconnaît une haute dignité (celsitudo) et une certaine capacité militaire. Il tenait en outre un territoire en Italie – sans doute en Istrie – et, avec son soutien, les Austrasiens se déclaraient « prêts à venger l’injure faite à Dieu et le sang de nos parents romains39 », dans une guerre destinée à abattre un adversaire non précisé. En absolu, Grasulf ne se trouve pas non plus décrit comme un Lombard. Notons que le fait n’est pas isolé : quand Venance Fortunat publia en 576 l’édition en sept livres de ses Carmina (une version destinée à la cour d’Austrasie via Grégoire de Tours40), le recueil ne mentionna pas une seule fois l’existence des Lombards et n’intégra pas le panégyrique de Justin II. Le sujet était apparemment sensible.

  • 41 L’interprétation de cette lettre est difficile ; lecture légèrement différente dans W. Pohl, « The (...)

11La discussion épistolaire menée par le régent Gogo se montre de fait confuse, voire mal engagée. L’Austrasie déclare en effet ignorer si Grasulf dispose d’une autorisation impériale pour mener la négociation avec Childebert II ; si tel est le cas, Gogo demande à son interlocuteur de verser la somme attendue pour que soit fourni le soutien militaire. S’il n’a pas de mandat explicite, Grasulf doit se contenter de faciliter la circulation d’une légation byzantine composée de plénipotentiaires qui se rendent en territoire austrasien par voie de terre41. Cette double proposition laisse aussi deviner l’extrême versatilité des élites militaires régionales, dont ni le statut officiel, ni l’ethnicité ne sont clairs pour personne. Certes, la guerre prévue vise explicitement à lutter contre des sacrilèges ayant envahi une terre impériale. Mais à la différence des autres lettres diplomatiques du corpus austrasien, il convient de souligner que la lettre à Grasulf ne comporte pas la formule attendue de salutation chrétienne : rien ne dit donc que le personnage soit identifié par les Francs comme un catholique, malgré l’appel à l’aide divine sur l’éventuelle opération militaire.

  • 42 Epistolae aevi merowingici, 9, MGH Epistolae, III, p. 449.
  • 43 Epistolae Austrasicae, 48 (p. 220).
  • 44 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, VI, 42.
  • 45  Ibid., VI, 2.

12Dans tous les cas, la guerre civile entre les royaumes francs, très active entre 574 et 584, privait l’Austrasie des moyens d’intervenir en force en Italie. Par ailleurs, la régence de Gogo s’inscrivait dans une politique de rapprochement entre l’Austrasie et la Burgondie, dont le très chrétien roi Gontran avait passé un accord de non-agression avec les Lombards42. Une expédition austrasienne en Italie aurait nui à cette entente cordiale entre les deux royaumes francs. Aussi la lettre envoyée à Grasulf participait-elle surtout d’une manœuvre de temporisation, ce dont Gogo dit d’ailleurs être accusé à tort43 ! Quant à la demande d’argent, il faut la replacer dans le cadre d’une politique de prédation ; au début des années 580, Byzance accuse l’Austrasie d’avoir reçu 50 000 solidi au titre de l’alliance sans avoir jamais envoyé le moindre soldat contre les Lombards44. Autour de 580, Grégoire de Tours enregistre également d’importants versements consentis au roi franc de l’ouest Chilpéric, une fois encore en pure perte45.

  • 46 Epistolæ aevi merowingici, 9 (éd. cit., p. 448) : gentilis motu et p. 449 : ita sacra uiolentur alt (...)
  • 47 Epistolæ aevi merowingici, 9 (éd. cit., p. 449) : … ab inimicis et coniunctione nefandissimi hostis (...)
  • 48 Ibid. : … uestri regis Romano imperio in orthodoxae fidei confesionne sunt similis : ut huic urbi, (...)
  • 49 B. S. Bachrach, The Anatomy of a Little War. A Diplomatic and Military History of the Gundovald Aff (...)

13Face à cette inertie des royaumes francs du nord, les Impériaux tentèrent de faire intervenir la Burgondie par l’intermédiaire de Rome. Le 5 octobre 580, Pélage II écrivit une lettre à l’évêque Aunacharius d’Auxerre pour lui demander de conseiller au roi Gontran de rompre son alliance avec les Lombards. Ces derniers étaient en effet tenus par Rome pour des « idolâtres » et des « ennemis de Dieu », tandis que la conquête de 568 s’était déroulée gentilis motu46. Par ailleurs, le pape désigne les envahisseurs non sous le nom de gens, mais comme une armée nuisible (nefandissimi hostis Langobardorum)47. Le pape souligne en revanche que les rois des Francs partagent l’orthodoxie romaine ; cette communion doit guider leur action diplomatique48. Pour réactiver ce lien religieux, Pélage II envoie des reliques romaines à Gontran, doublant le geste de Justin II transmettant la Vraie Croix aux Austrasiens. La Burgondie semble pourtant avoir fait la sourde oreille. Comme les Francs restaient des alliés aussi coûteux qu’incertains, Byzance préféra dans les années suivantes accumuler d’autres moyens de pression, notamment sous la forme d’otages ou de princes en exil, pour les obliger à intervenir en Italie49.

  • 50 Epistolæ Austrasicae, 40 (p. 192) : exercitus Francorum… florentissimus ; gente nefandissimae Lango (...)
  • 51 Epistolæ Austrasicae, 41
  • 52 Ibid., 40 ; Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, X, 3.
  • 53 DLH, IX, 25.

14Après la prise de pouvoir du roi lombard Authari (584-590) et la reconstitution d’une monarchie plus ou moins unitaire, le corpus épistolaire franco-byzantin change à nouveau de ton. Dans les Lettres austrasiennes, Authari est réputé être un hérétique convaincu et la polémique anti-arienne colonise la prose épistolaire. Selon une missive envoyée à Brunehaut par l’exarque de Ravenne Romanus vers 590, il y avait désormais trois camps en Italie, à savoir « le peuple (gens) très néfaste des Lombards », doté d’un souverain, mais caractérisé par son infidélité, « l’armée très florissante des Francs », réputée pour ses qualités militaires, mais sans direction parce que le jeune roi n’est pas à sa tête, et enfin l’Empire, source de toute légitimité et de toute orthodoxie50. Ceci n’empêche pas l’exarque de noter le maintien de nombreux brouillages. Ainsi, en Istrie, le duc Grasulf paraît avoir rompu avec l’alliance byzantine et s’être rangé dans le cas du roi Authari51. Du côté des Francs, le duc Etheno, chef de l’armée très composite envoyée par Childebert II, a passé une paix séparée avec Authari sans demander l’accord des Byzantins52. On pourrait ajouter qu’en 587 Childebert II lui-même avait brièvement fiancé sa sœur à Authari, avant de se dédire et de partir en expédition contre les Lombards53.

  • 54 Epistolae Austrasicae, 41.
  • 55 Ibid., 41.
  • 56 Grégoire le Grand, Ep. II, 45 (juillet 592).
  • 57 Id., Ep. V, 36 (juin 595).
  • 58 Paul Diacre, Histoire des Lombards, IV, 27.
  • 59 Ils sont décrits comme Lombards par J. R. Martindale et al. (The prosopography of the Later Roman E (...)

15Par contraste, l’exarque Romanus salue la loyauté parfaite de ses propres hommes. Parmi ceux-ci, on trouve le propre fils de Grasulf, Gisulf, qui a choisi de rejoindre le camp impérial54, et surtout le patrice Nordulf, qui a reconquis de nombreuses villes pour le compte de l’Empire55. Très peu de temps après, on trouvera toutefois les troupes de Nordulf dans le camp du duc de Spolète Ariulf, alors en guerre contre l’Empire56, tandis qu’en 595, le patrice semble rentré en grâce et était même tenu en plus haute estime que Grégoire le Grand par la cour impériale57. Quant à Gisulf, il suivit la trajectoire inverse en restant longtemps fidèle à l’Empire, avant de rejoindre la royauté lombarde vers 60258. Notons au passage qu’aucune source contemporaine ne prend la peine de mentionner l’identité confessionnelle de Gisulf et de Nordulf59.

  • 60 Hydace de Chaves, Chronique, 137 (éd. par A. Tranoy, « Sources chrétiennes 318 », Paris, 1974, p. 1(...)
  • 61 Carmen de synodo Ticinensi, MGH Scriptores rerum Langobardicarum, Hanovre, 1878, p. 189-191.

16En somme, si l’on considère le dossier épistolaire transmis par les collections franques, le degré d’unité du peuple lombard et l’importance de la religion dans sa construction interne constituent de faux problèmes. Selon les circonstances géopolitiques, les mêmes hommes sont décrits comme idolâtres, presque catholiques ou férocement ariens ; selon le point de vue, le même groupe de chefs forme un peuple, une armée en maraude ou un vivier d’officiers pour les États voisins. Dans le cours de la négociation, les ethnonymes apparaissent et disparaissent ; ou du moins peuvent-ils être opportunément oubliés. Bref, les critères majeurs qui sont généralement retenus pour définir l’ethnicité – nom, pouvoir central, religion unique – peuvent s’effacer selon les circonstances. Il ne s’agit certes pas de surévaluer la valeur de cette documentation : une lettre tardo-antique constitue un document tout aussi travaillé qu’un chapitre de chronique ; par ailleurs, la mise en collection se fait au prix d’une sélection et d’un filtrage du matériau, en somme d’un travail comparable à celui effectué par les auteurs de l’historia gentium. Il convient simplement de rester prudent quant à l’importance accordée aux choix religieux dans la construction ethnique : essentielle aux yeux des historiens ecclésiastiques, la conversion ne constitue qu’un argument parmi d’autres dans l’épistolographie. Au-delà des genres littéraires, l’observateur direct de la conversion d’un chef barbare se montre généralement peu sensible à ce geste. Que l’on songe au faible retentissement du baptême de Clovis ou à la laconique indifférence d’Hydace de Chaves devant le roi catholique des Suèves de Galice60. La détermination des fidélités politiques répondait à d’autres arguments que le simple affichage religieux. On pourrait rétorquer que s’il y eut tant de conversions chez les chefs barbares, c’était que l’affichage religieux avait du sens, au moins en termes idéologiques, et qu’à terme le récit de cette conversion contribua à la définition et à la structuration du groupe. Mais pour trouver une telle construction savante chez les Lombards, il faut attendre le Carmen de synodo Ticinensi composé vers 700, premier document qui lie clairement les choix religieux des souverains à la construction de leur royaume italien61.

Notes

1  Au sein d’une production abondante, voir l’article synthétique de W. Pohl, « Aux origines de l’Europe ethnique. Transformations d’identités entre Antiquité et Moyen Âge », Annales HSS, 60/1, 2005, p. 183-208. Sur les Lombards, W. Pohl (éd.), Die Langobarden: Herrschaft und Identität, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschafte, 2001 ; S. Gasparri, « Identità etnica e identità politica nei regni postromani: il problema delle fonti », dans C. Tristano, S. Allegria (éd.), Civis/civitas. Cittadinanza politico-istituzionale e identità socio-culturale da Roma alla prima età moderna, Montepulciano, Thesan & Turan, 2008, p. 193‑204 ; G. Ausenda et al. (éd.), The Langobards before the Frankish Conquest: An Ethnographic Perspective, Woodbridge, The Boydell Press, 2009.

2 S. Gasparri, La cultura traddizionale dei Longobardi: struttura tribale e resistenze pagane, Spolète, CISAM, 1983 ; P. Delogu, « L’Editto di Rotari e la società del VII secolo », dans id., Le origini del Medioevo. Studi sul settimo secolo, Rome, Jouvence, 2010, p. 147-172 ; M. Coumert, Origines des peuples. Les récits du haut Moyen Âge occidental (550-880), Paris, Institut d’études augustiniennes, 2007, p. 145-264.

3 N. Christie, « Invasion or invitation? The Langobard occupation of northern Italy, A. D. 568-569 », Romanobarbarica, 11, 1991, p. 79-108 ; W. Pohl, « The Empire and the Lombards: Treaties and Negociations in the Sixth Century », dans id. (éd.), Kingdoms of the Empire, The Integration of Barbarians in Late Antiquity, Leyde, Brill, 1997, p. 75-133.

4 E. Malaspina, Il Liber epistolarum della cancellaria austrasica, Rome, Herder, 2001 [désormais Epistolae Austrasicae].

5 B. Dumézil, « Private Records of Official Diplomacy: The Franco-Byzantine Letters in the Austrasian Epistolar Collection », dans East and West in the Early Middle Ages: The Merovingian Kingdoms in Mediterranean Perspective, à paraître. Sur Magneric de Trèves, voir L. Pietri, M. Heijmans, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, t. 4, Gaule, Paris, Association des amis du Centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2013, p. 1223-1224. Contre l’hypothèse d’un rassemblement précoce, dans les années 590, voir G. Barrett, G. Woudhuysen, « Assembling the Austrasian Letters at Trier and Lorsch », Early Medieval Europe, 24/1, 2016, p. 3-57 qui ont récemment proposé l’idée d’une mise en collection carolingienne.

6 R. Collins, « Theodebert I, ‘Rex Magnus Francorum’ », dans P. Wormald et al. (éd.), Ideal and Reality in Frankish and Anglo-Saxon Society: Studies Presented to J. M. Wallace-Hadrill, Oxford, Blackwell, 1983, p. 7-33.

7 Epistolae Austrasicae, 4, 5 et sans doute 24.

8 Ibid., 8.

9 Ibid., 8 ; Paul Diacre, Histoire des Lombards, I, 27.

10 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 88): cum reges venerationem inpendent, cum potestates sine cessatione laudant, cum etiam ipse imperius ipsum praeponit.

11 Pohl, « The Empire and the Lombards… », art. cité, p. 87-98 ; A. Sarantis, « War and Diplomacy in Pannonia and the Northwest Balkans during the Reign of Justinian: The Gepid Threat and Imperial Responses », Dumbarton Oaks Papers, 63, 2009, p. 15-40.

12 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 96) : gentem Langobardorum. H. W. Goetz, « Gens: Terminology and Perception of ‘Germanic’ Peoples from Late Antiquity to the Early Middle Ages, dans R. Corradini et al., The Construction of Communities: Texts, Resources and Artifacts, Leyde, Brill, 2003, p. 39-64.

13 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 92) : ipsi Gothi hodie ipsis venerationem inpendent.

14 Jean de Biclar (Chronicon, 19, éd. par R. Collins, « Corpus Christianorum » CLXXIII a, Turnhout, Brepols, 2001, p. 63) rapporte l’existence d’un certain Trasaric, évêque arien des Gépides ; il est évoqué pour l’année 571, datation erronée d’un événement ayant eu lieu en 569.

15 Epistolae Austrasicae, 8 (éd. cit., p. 92) : cum illos suos fideles rex Alboenus ibidem mittat et ad domni Petri, Pauli, Iohannis vel reliquorum sanctorum limina perduca.

16 S. C. Fanning, « Lombard Arianism Reconsidered », Speculum, 56, 1981, p. 245-246.

17 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 41. Le Byzantin Ménandre décrit une alliance beaucoup plus étendue : Ménandre, Fragmenta, 11 (éd. par R. C. Blockley, The History of Menandre the Guardsman, Liverpool, Francis Cairn, 1985, p. 126).

18 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 29.

19 Epistolae Austrasicae, 8 (p. 96) : baptizatus quanta in hereticos Alaricum vel Gundobadum regum fecerit.

20 Epistolae Austrasicae, 7.

21 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 40.

22 Epistolae Austrasicae, 7 (éd. cit., p. 96) : sic agas ut et gentem Langobardorum fortem super inimicos facias.

23 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 29.

24 Ménandre, Fragmenta, 12.1 (éd. cit. p. 128).

25 Les conditions légales de leur arrivée ont été diversement interprétées. Voir Christie, « Invasion or invitation? », art. cité.

26 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 41.

27 Ibid., IV, 42.

28 W. Pohl, « The Empire and the Lombards… », art. cité, p. 99.

29 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 42.

30 Venance Fortunat, Carmina, Appendice, 1, v. 1-2 (éd. par M. Reydellet, Venance Fortunat, Poèmes, t. 3, Paris, Les Belles Lettres, 1998). B. Dumézil, « Les lettres de Venance Fortunat au nom de la reine Radegonde : l’art épistolaire au service de la diplomatie mérovingienne », dans P. Cammarosano et al. (éd.), Art de la lettre et lettre d’art (Épistolaire politique III), Rome, EFR, 2016.

31 Grégoire de Tours situe l’arrivée de la Sainte Croix à l’époque de la domination de Sigebert Ier d’Austrasie sur Poitiers et sous le pontificat de Marovée (Decem Libri Historiarum, IX, 40). L’installation des reliques à Poitiers eut lieu avant la mort d’Eufronius de Tours, ce qui offre un terminus ante quem d’août 573. A. Cameron, « The Early Religious Policies of Justin II », dans D. Baker, The Orthodox Churches and the West, Blackwell, 1976, p. 59.

32 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 42.

33 Venance Fortunat, Carmina, Appendice 2, v. 45 (éd. cit., p. 142) : Trax, Italus, Scitha, Daca, Dalmata, Tessalus, Afer/ quod patriam meruit nunc tibi uota facit.

34 Ibid., v. 28-32, p. 141.

35 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, IV, 41.

36 Pietri, Heijmans, Prosopographie chrétienne…, op. cit., p. 2020-2022.

37 M. MacCormick, Eternal Victory: Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and Early Medieval West, Cambridge, CUP, 1986.

38 W. Goffart, « Byzantine Policy in the west under Tiberius II and Maurice: the Pretenders Hermenegild et Gundovald », Traditio, 13, 1957, p. 74-82, propose l’hypothèse d’une rédaction plus précoce.

39 Epistolae Austrasicae, 48 (éd. cit., p. 218) : temptemus pariter Dei iniuria et sanguine parentibus nostris Romanis, Christo praesule, vindicare.

40 M. Reydellet, Venance Fortunat, Poèmes, t. 1, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. LXVIII-LXXI.

41 L’interprétation de cette lettre est difficile ; lecture légèrement différente dans W. Pohl, « The Empire and the Lombards… », art. cité, p. 100-101.

42 Epistolae aevi merowingici, 9, MGH Epistolae, III, p. 449.

43 Epistolae Austrasicae, 48 (p. 220).

44 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, VI, 42.

45  Ibid., VI, 2.

46 Epistolæ aevi merowingici, 9 (éd. cit., p. 448) : gentilis motu et p. 449 : ita sacra uiolentur altaria, ita catholicae fidei ab idolatris insulteturinimici Dei… pollucione gentium…

47 Epistolæ aevi merowingici, 9 (éd. cit., p. 449) : … ab inimicis et coniunctione nefandissimi hostis Langobardorum salubrae prouisione segregare.

48 Ibid. : … uestri regis Romano imperio in orthodoxae fidei confesionne sunt similis : ut huic urbi, ex quo fuerat oriundum, uel uniuersae Italiae finitissimos adiutores praestaret.

49 B. S. Bachrach, The Anatomy of a Little War. A Diplomatic and Military History of the Gundovald Affair (568-586), Boulder/San-Francisco/Oxford, Westview Press, 1994.

50 Epistolæ Austrasicae, 40 (p. 192) : exercitus Francorum… florentissimus ; gente nefandissimae Langobardorum.

51 Epistolæ Austrasicae, 41

52 Ibid., 40 ; Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, X, 3.

53 DLH, IX, 25.

54 Epistolae Austrasicae, 41.

55 Ibid., 41.

56 Grégoire le Grand, Ep. II, 45 (juillet 592).

57 Id., Ep. V, 36 (juin 595).

58 Paul Diacre, Histoire des Lombards, IV, 27.

59 Ils sont décrits comme Lombards par J. R. Martindale et al. (The prosopography of the Later Roman Empire, III. A. D. 527-640, Cambridge, CUP, 1992, p. 537 et 950), mais sur la base d’a priori issus de Paul Diacre.

60 Hydace de Chaves, Chronique, 137 (éd. par A. Tranoy, « Sources chrétiennes 318 », Paris, 1974, p. 143) : Rechila rex Sueuorum Emerita gentilis moritur mense Augusto ; cui mox filius suus catholicus Rechiarius succedit.

61 Carmen de synodo Ticinensi, MGH Scriptores rerum Langobardicarum, Hanovre, 1878, p. 189-191.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search