Version classiqueVersion mobile

La fabrique des sociétés médiévales méditerranéennes

 | 
Marie Dejoux
, 
Diane Chamboduc de Saint Pulgent

Introduction

Monique Bourin, Diane Chamboduc de Saint Pulgent et Marie Dejoux

Texte intégral

  • 1 F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Ber (...)

1Au cœur de la Sorbonne, dans la salle Louis Liard, celle où se soutenaient les « grandes » thèses, aussi noble qu’inconfortable, mi-juin 1988, un public nombreux et attentif prêtait l’oreille pour entendre le candidat, assis en face du jury à un bureau bien trop petit pour sa carrure de rugbyman. On savait déjà que les deux volumes de ses Campagnes lombardes seraient bientôt un livre de référence ; ce fut en effet le no 281 de la prestigieuse BEFAR, lourd de 1003 pages1. On savait aussi que leur auteur serait une figure majeure parmi les historiens. On savait enfin qu’on avait envie de travailler en équipe avec lui et l’on devinait qu’il rassemblerait un jour une « bande » de jeunes médiévistes qu’il regarderait d’un air à la fois dubitatif et encourageant. Il ne deviendrait ni un maître à penser, inspiré, les yeux au ciel, ni un mandarin caustique, ni un savant Cosinus flottant quelques mètres au-dessus des contingences matérielles. On le voyait déjà solide, ouvert, original, aimant la discussion et l’échange, incarnant un monde universitaire libéré des contraintes hiérarchiques.

  • 2 M. Chauvin, H. Martin, F. Menant, B. Merdrignac, Les Capétiens. Histoire et dictionnaire, Paris, Ro (...)
  • 3 F. Menant et al., Structures et dynamiques religieuses. Occident latin, 1179-1449, Paris, Atlande, (...)
  • 4 Id., L’Italie des communes (1100-1350), Paris, Belin, 2005

2De son parcours brillant et classique, il ne fait pas étalage. Du reste, il ne fait, ni n’a jamais fait étalage de rien, ni de ses relations, ni de son savoir, ni de ses travaux. C’est au détour d’une conversation que l’on découvre l’ampleur de ses lectures. A-t-il raconté qu’il était en khâgne à Louis-le-Grand, condisciple de quelque médiatique philosophe ? Peut-être comme une bonne blague. On cherche en vain – et on le regrette – le curriculum vitae de François Menant sur le site du département d’histoire de l’École normale supérieure : il est l’un des très rares à ne pas l’afficher. L’« École », il l’a connue comme élève, dès ses vingt ans, puis comme « caïman » (agrégé-répétiteur en langage ordinaire), à peine plus vieux que les élèves qui venaient d’y entrer et qu’il formait. Quelques années ont passé avant qu’il ne retrouve le bassin des Ernests et les jeunes normaliens, comme professeur, ce poste que Wikipedia caractérise ainsi : « être nommé professeur à l’ENS est considéré comme une des plus hautes distinctions dans l’enseignement supérieur français. » C’est pourtant avec beaucoup d’humilité et non sans humour que F. Menant dit de son rôle de caïman qu’il a consisté avant tout à « ouvrir la jungle du non-savoir à la machette pour y faire des allées » à ses « tutorés ». La diversité des thématiques, des périodes et des espaces abordés ici par certains d’entre eux dit l’ampleur de ces grands défrichements et la dette scientifique contractée par ses anciens élèves. Bien des vocations de médiévistes ont été suscitées par sa capacité hors norme à débroussailler tout type de massif historiographique et à en offrir la substantifique moëlle, que ce soit dans ses séminaires ou dans ses cours d’agrégation. Professer rue d’Ulm, c’est en effet accepter, de nombreuses années durant, de préparer le cours d’agrégation, lourde tâche que F. Menant a accomplie sans plainte et même avec le plaisir du travail approfondi. Car celui qui fut longuement au CNRS aime enseigner et transmettre. Orateur modeste, souvent moqueur à l’égard des cours qu’il venait de dispenser, il a toujours préféré en livrer la quintessence dans de légendaires sommes polycopiées, quand il ne les a pas confiés au papier sous forme de livre. On pense ici aux improbables Capétiens, qu’il écrivit avec ses collègues rennais2, mais aussi aux Structures et dynamiques religieuses3 et à son Italie des Communes, évidemment4. Tout terrain, F. Menant a toujours impressionné collègues et élèves par sa force de travail. N’abattit-il pas de front, et pendant près de 20 ans, projets collectifs de recherche et programmes de concours ? Qui, parmi les médiévistes, peut se targuer d’une telle vision surplomblante du Moyen Âge en son entier, terres d’Orient incluses ? Lui ne le fera jamais, mais les promotions qui eurent la chance, en 2004-2006, de préparer avec lui la question d’agrégation, qui, pour une fois, recoupait ses thèmes de prédilection, gardent un souvenir ému des vendredis passés en sa compagnie à arpenter, boulevard Jourdan, les cités italiennes.

3En parfait guide, F. Menant parle en outre toutes les langues. L’allemand, qu’il a appris dès le lycée et peaufiné lors d’un mémorable service militaire à Berlin ; pratiqué avec son ami H. Keller. L’anglais, qu’il aiguise soigneusement depuis quelque temps, chaque année à Columbia. Et évidemment l’italien, qu’il parle naturellement et écrit admirablement. Peut-être des attaches familiales avec le Frioul expliquent-elles cette familiarité. Le choix d’une thèse « italienne » et le séjour à l’École de Rome, cette formation, sans équivalent pour les jeunes chercheurs français, à l’Italie et à la culture italienne, ont confirmé son attachement à la péninsule, à sa langue et à son histoire.

Au début était la Lombardie

  • 5 Id., « Une vie ordinaire au début du xiie siècle : Landulfus Camerarius de Bergame, entre accumulat (...)
  • 6 Id., Campagnes lombardes…, op. cit.

4C’était le plein moment des études sur l’incastellamento et le séminaire de P. Toubert réunissait nombre des jeunes espoirs des études médiévales françaises5. F. Menant s’installa dans la Lombardie de Bergame, de Crémone et de Brescia. Non pas au sens littéral, car s’il y fit de longs et nombreux séjours, il n’y résida pas. Mais il la connut à travers des amis très chers, les Tomea et don Giovanni Spinelli et cette amitié colore son opus magnum de la connaissance profonde d’un pays divers. Sans doute le choix inhabituel de camper sur plusieurs contadi lui permet-il de scruter les relations sociales avec un double regard ; celui, classique chez les historiens de l’Italie médiévale, des rapports de la ville et de ses campagnes est bien présent, mais il a aussi un œil géographique. Est-ce volontaire et conscient ou est-ce l’effet de la formation mixte des étudiants français d’alors ? De fait, c’est en fonction de leur étagement de la Bassa jusqu’aux Alpes qu’il perçoit l’activité et l’organisation des communautés. Il y a dans la première partie de ses campagnes lombardes une sorte d’allégresse admirative devant la « naissance d’un pays riche », détaillant les chronologies de la maîtrise de l’eau, développant l’étude de cas sur les terres qui furent aux Colleoni, suivant l’allongement des seriole. Mais pas d’emportement et une conclusion sur les « limites de la mise en valeur ». Peut-être les lecteurs que nous avons été ont-ils suivi avec étonnement, plus que leur auteur lui-même, ces troupeaux de centaines de bêtes transhumantes, d’abord troupeaux monastiques et hétérogènes se déplaçant à courte distance, puis effectuant des trajets de plus en plus longs, selon un système de transhumance inverse, rare, où la montagne est à l’initiative. Et les lecteurs que nous sommes aujourd’hui reviennent à cette thèse lombarde pour y trouver des campagnes pleines d’échanges commerciaux et d’activités artisanales ou proto-industrielles6.

  • 7 Id., Lombardia feudale. Studi sull’aristocrazia padana nei secoli X-XIII, Milan, Vita e Pensiero, 1 (...)
  • 8 Id., « Bergamo comunale: storia, economia e società », dans G. Chittolini (éd.), Storia economica e (...)
  • 9 Id., « Dai Longobardi agli esordi del Comune », dans M. Fortunati, R. Poggiani Keller (éd.), Storia (...)
  • 10 Id., « Cremona in età precomunale: il secolo XI », « La prima età comunale », « Il lungo Duecento 1 (...)

5Cette étude profonde et subtile de la Lombardie, les Italiens souhaitèrent en profiter dans leur propre langue. Ce fut chose faite avant même la parution de la thèse, puisque dès 1992 la Lombardia feudale7, préfacée par C. Violante, rassemblait cinq essais originellement en italien ou traduits du français. Les Giselbertins firent alors leur entrée dans la bibliographie de F. Menant. Puis vint, révélatrice de son intégration parfaite au monde des médiévistes italiens, la monumentale histoire de Bergame en six volumes et 15 tomes, dont la publication par la Fondazione per la storia economica e sociale di Bergamo s’est étalée sur une vingtaine d’années. C’est à lui que G. Chittolini, qui dirige le second tome d’I primi milleni, Il comune e la signoria, confie toute la rédaction de la période communale8. Il y côtoie ceux qui deviennent ses partenaires habituels, P. Mainoni, G. Albini et P. Grillo. Huit ans plus tard, en 2007, paraît le volume précédent, Dalla preistoria al Medioevo, et c’est à lui encore que revient la rédaction du moment crucial qui mène du royaume lombard aux prémices du mouvement communal, Dai Longobardi agli esordi del Comune9. Comment alors, lorsqu’entre les deux volumes bergamasques, est lancée, sous la présidence du même G. Chittolini, la Storia di Cremona, G. Andenna, le directeur du volume 2, qui conduit du haut Moyen Âge à la période communale, n’aurait-il pas confié à F. Menant les trois chapitres et 250 pages qui mènent jusqu’au seuil du xive siècle10 ? Cette connessione lombarda circule tout entière dans ce volume, comme, par canaux et rigoles, les eaux alpines irriguent la plaine du Pô. Oui, décidément, au début était la Lombardie.

  • 11 Id., L’Italia dei comuni, 1100-1350, Rome, Viella, 2010.
  • 12 Id., L’Italie des communes…, op. cit.

6Au fil des années, cette région fut le chemin qui conduisit F. Menant à participer à l’activité éditoriale italienne, fidèle à la période communale, mais dans un cadre géographique élargi. Ce fut notamment, il y a peu, l’Italia dei comuni, chez Viella, dont quelques collègues italiens ont confié y voir la meilleure synthèse sur cette période11. Cependant pas de frustration chez les médiévistes français pour cet ouvrage : s’il est impossible de trouver dans les bibliothèques françaises l’édition complète de la Storia economica e sociale di Bergamo, hormis à l’École française de Rome, l’Italie des communes a précédé de six ans la traduction italienne12. Et au-delà des étudiants préparant les concours pour qui la première version de ce livre fut écrite, les deux publics, français et italien, peuvent sans jalousie profiter pleinement des réflexions sur l’expérience unique de la cité-état, avec ses techniques particulières de gouvernement et d’administration, sa richesse méditerranéenne et locale, son urbanisme, ses églises et ses palais.

De l’Italie des podestats au temps des noms

  • 13 Id., « Podestats et capitaines du peuple d’origine crémonaise », dans J.-C. Maire Vigueur, I podest (...)

7L’immense aventure, conduite par J.-C. Maire-Vigueur et qui aboutit en 2000 à la publication d’une somme de plus de 1200 pages consacrée à l’étude des podestats, à leur mode de recrutement et à leur circulation, mêla pendant plus de dix ans historiens français et italiens, couvrant toute la péninsule italienne, de Rome aux Alpes. F. Menant y côtoya É. Crouzet-Pavan, J. L. Gaulin, O. Redon et, parmi d’autres, E. Occhipinti et S. Carocci, avec qui il a fait ensuite de longs bouts de chemin ; dès lors, il fut le principal lien grâce auquel nous avons eu la chance de rencontrer nombre de médiévistes italiens et de travailler avec eux. Seul Français parmi les Lombards, F. Menant y fut une nouvelle fois l’ambassadeur de Crémone13. Cette histoire des podestats faisait de l’Italie centro-septentrionale à l’époque communale le cadre global de questionnements et d’observations monographiques, voire micro-historiques. Peut-être l’Italie des communes y a-t-elle trouvé ses premières nourritures. Et visiblement, la suite le prouve, F. Menant y éprouva et apprécia la puissance de l’enquête collective.

8Sa thèse à peine soutenue, il était en effet attendu. La genèse médiévale de l’anthroponymie moderne commençait à peine ; l’espace français avait été sondé avec prudence et tout désignait F. Menant pour organiser l’enquête dans cette Italie du Nord et du Centre qu’il connaissait si bien, directement ou indirectement. Il accueillit, comme d’habitude, la proposition avec un mélange d’intérêt, de réserve modeste et d’humour. Paris ne manquait pas de médiévistes italianistes : prudent, à l’automne 1989, F. Menant y commença l’enquête par quelques tests avec quelques-uns d’entre eux et R. Comba. Puis, avec ce dernier, dès le printemps suivant, il étoffa l’équipe de l’autre côté des Alpes et proposa une distribution des rôles. É. Hubert et T. di Carpegna à Rome, M. Ginatempo, E. Salvatori et C. Pérol pour observer la situation toscane. P. Corrarati, O. Guyotjeannin, M. Montanari, P. Racine et S. Bortolami, mais aussi R. Greci, G. M. Varanini et quelques autres l’accompagnèrent vers les terres d’Italie septentrionale, jusqu’au patriarcat d’Aquilée avec R. Härtel. Durant trois ans, chaque printemps, à l’université degli studi de Milan, avec le solide appui de l’EFR, d’A. Vauchez et de J. Dalarun, F. Menant et R. Comba les rassemblèrent pour des analyses un peu ingrates de corpus à classer, à scruter, à compter. Deux ans plus tard, en 1991, J.-M. Martin les rejoignit avec ses complices d’Italie méridionale. Les séminaires et tables rondes vécurent dès lors au goût des petits cafés pris aux comptoirs de la place Navone et de la généreuse hospitalité du Palais Farnèse.

  • 14 J.-M. Martin, F. Menant (éd.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. L’espace italien, MEFR. (...)

9Dix ans d’anthroponymie italienne en trois programmes s’enchaînèrent. Après la nascita del cognome, vint la seconde étape, la diversità del cognome, puis celle de la stabilisation de ce surnom en nom de famille. Deux volumes des MEFRM, plus une grande partie d’un troisième14 rendirent compte de cette enquête aux résultats souvent surprenants, du moins pour ceux qui la voyaient se développer de ce côté des Alpes. On attendait la précocité de l’évolution italienne, dans cette péninsule si urbanisée et où le notariat développait bien plus tôt qu’ailleurs un enregistrement précis des personnes et des biens. On l’imaginait sur le modèle de celui qu’avaient révélé Catalogne et Languedoc, marqué par une conversion rapide, au cours du xie siècle, à la double anthroponymie et à un système où, après une première période que dominait la filiation, les références du surnom se faisaient plus variées et plus spatiales. Les pages de la thèse de P. Toubert consacrées à la modification anthroponymique dans l’incastellamento latial le laissaient penser. La situation était en fait très complexe, la mutation était assez rapide à Rome, mais tardait au-delà de l’imaginable à Pise. Il fallut refondre la grille de classement, pas assez complexe pour la subtilité des expérimentations anthroponymiques de la plupart des régions italiennes. Ces nuances dans l’évolution, les décalages, les aller et retours, les « débordements » vers certaines formes très complexes n’étaient pas pour déplaire à F. Menant. À chaque approfondissement des processus anthroponymiques, les chemins régionaux s’écartaient un peu plus ; le Sud tendait plus vite à l’hérédité des surnoms, tandis que l’Italie septentrionale et centrale restait longtemps étrangère à l’évolution : J.-M. Martin et F. Menant se résignèrent à faire conclusion séparée.

  • 15 M. Bourin, F. Menant (éd.), L’anthroponymie, document de l’histoire sociale des mondes médiévaux mé (...)

10Au rythme de l’enquête italienne, les études ibériques et les réunions « centrales » dans le château d’Azay-le-Ferron, aussi noble que décrépi, avaient progressé de conserve ; dans une moindre mesure, se développaient aussi les contacts avec l’espace germanique. On pouvait dès lors envisager des comparaisons à échelle plus vaste, en confrontant les systèmes de désignation de l’Europe chrétienne avec ceux des autres rives de la Méditerranée. On pouvait aussi se risquer, en traversant l’organisation régionale des équipes, à observer les comportements anthroponymiques de l’aristocratie ou les liens entre structures familiales et formes anthroponymiques, les noms des femmes et ceux des paysans. C’est ce que fit F. Menant : choix ou dévouement du « patron » ? Une fois encore, l’EFR offrit à cette Anthroponymie, document de l’histoire sociale, son élégance et son efficacité15.

11Dans cette période où il comptait les noms et les surnoms, identifiait les catégories sociales, se demandait avec les autres comment distinguer entre eux les divers types de nom unique, où il fallait garder une trace précise des questions et des réponses, des choix non pertinents et des décisions adoptées, et où la responsabilité lui en incombait, F. Menant prit l’habitude de dresser des comptes rendus dont l’efficacité devint proverbiale. Quelques années et un bon nombre de réunions plus tard, il en était devenu le spécialiste incontesté, participant aux échanges, donnant son point de vue, non sans silence ou hésitation, ponctuant les discussions de quelques blagues, tout en rédigeant incontinent le procès-verbal des débats. Étonnant. Ces années anthroponymiques virent naître quelques amitiés indéfectibles, une seconde strate d’amitiés historiques, après les lombardes. Marqués par un plaisir partagé pour les mêmes thématiques et les mêmes approches, ces attachements sont restés intacts quelques vingt‑cinq ans plus tard. P. Martínez Sopena, C. Laliena, L. To Figueras, B. Cursente, F. Menant, quelque chose comme les trois Mousquetaires. D’autres amitiés, d’autres collaborations très fortes et durables sont venues s’adjoindre à ce noyau dur. Elles se sont renforcées dans des rencontres régulières, telles les journées de Flaran. Au fil des années, d’autres plus brèves sont venues colorer les travaux collectifs de nouvelles spécificités, F. Menant étant resté attaché à « travailler ensemble ».

Séminaires et programmes de recherche enchevêtrés

  • 16 F. Menant, « Une forme de distinction inattendue : l’anthroponymie scatologique de l’élite communal (...)
  • 17 Id., « Pourquoi les chartes de franchise italiennes n’ont-elles pas de préambules ? », dans M. Bour (...)
  • 18 F. Menant, « Comment le marché de la terre est devenu un thème de recherche pour les historiens du (...)

12En octobre 1997, F. Menant ouvrit à l’ENS la première séance d’un séminaire qui devait se prolonger vingt ans. Dans ses recherches, le temps de l’anthroponymie s’achevait et restait comme une lointaine toile de fond, aux résurgences parfois inattendues, comme lorsqu’il égrenait, face à ses agrégatifs médusés ou pour d’autres mélanges, les surnoms scatologiques de l’aristocratie médiévale italienne16. À la fin des années 1990, le pouvoir, les émotions et l’organisation de l’espace étaient au firmament, l’histoire économique et sociale au plus bas. Il fallait trouver une autre manière de la faire, en s’ouvrant méthodologiquement à d’autres disciplines comme la sociologie, l’ethnologie ou l’économie, l’histoire du Moyen Âge étant résolument conçue par F. Menant comme une science sociale. Certains thèmes furent dès lors repris à nouveaux frais, notamment autour du prélèvement seigneurial, abordé de manière inédite, sous l’angle de l’anthropologie17. D’autres thématiques émergèrent, au risque d’enfreindre l’orthodoxie, comme le thème du marché de la terre, évidemment anachronique et inacceptable pour de nombreux collègues18. Parmi les sciences sociales, les médiévistes français n’avaient en outre pas vu se développer l’anthropologie économique dans les pays anglo-saxons ; il était temps de s’y frotter. Les liens personnels faisant souvent bien les choses, A. Gramain amena à F. Weber. Ce fut la découverte de la méthode ethnographique, la fertilité des études de cas sur le modèle de l’entretien, la richesse de l’observation des réseaux sociaux (le mot n’était pas d’un usage aussi commun qu’aujourd’hui) et l’analyse de la transaction économique au sein du lien social. Certes la microstoria était déjà passée par là, mais il était utile de la considérer sans perdre de vue ce que C. Wickham appela plus tard « Framing » the […] Middle Ages. Ce furent quelques années parfaitement européennes. Méthodes et thèmes rassemblèrent C. Wickham, P. Martínez Sopena, C. Dyer, L. Provero, D. Scheler, P. Freedman, B. Cursente, W. Davies, P. Schoffield, P. Beck, I. Alfonso, L. Feller, L. Kuchenbuch, S. Carocci, J. Morsel, C. Laliena, G. Brunel, L. To Figueras et bien d’autres qui vinrent moins régulièrement à des ateliers qui se succédaient de Birmingham à Rome, en passant par la Catalogne (souvent), Noirmoutier (pour commencer), Xanten, Valladolid… et l’exceptionnel domaine des Treilles. Même si d’aucuns étaient familiers des historiographies de différents pays, tous étaient conscients du poids du cadre national dans les études historiques et des concepts qu’il imposait : pour tenter de les « mettre à plat », les travaux commençaient donc toujours par un état de l’art, spécialité incontestée de F. Menant. Parmi les noms cités, on reconnaît la strate de l’anthroponymie, mais l’ouverture est désormais beaucoup plus large et les générations hétérogènes.

  • 19 N. Coquery, F. Menant, F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités (...)
  • 20 F. Menant, O. Redon (éd.), Notaires et crédit dans l’Occident méditerranéen médiéval, Rome, EFR, 20 (...)
  • 21 J.-L. Gaulin, F. Menant (éd.), Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et modern (...)

13Ces programmes baignaient évidemment dans les études de literacy et F. Menant était tout particulièrement attentif à la pragmatische Schriftlichkeit. Les liens avec l’ethnographie conduisirent à privilégier la réflexion comparatiste portant sur des sociétés éloignées peu ou pas alphabétisées et à y analyser les processus mentaux quantitatifs. Des pratiques comptables de la société kanak actuelle aux baguettes à entaille - centrales dans les comptabilités anglaises médiévales -, en passant par les écritures boutiquières françaises du xviiie siècle, l’attention portée aux conditions sociales et intellectuelles présidant à la mise en œuvre matérielle de calculs économiques permit ici de forger un concept qui fit rapidement école : celui de « rationalités pratiques »19. Mais le tropisme italien de F. Menant mettait aussi au cœur de ses préoccupations l’homme alphabétisé par excellence des sociétés médiévales méditerranéennes : le notaire. Avec O. Redon, il le plaça au centre de l’histoire sociale pour son rôle dans le crédit, dont il chercha à identifier les mécanismes, mais aussi la chronologie, au travers de la typologie documentaire notariée20. Source incontournable pour l’histoire du crédit, la production notariale était certes conditionnée par les interdictions ecclésiastiques, mais cela n’empêcha ni l’un ni l’autre de connaitre un âge d’or entre 1250 et 1350. Cette attention portée aux sources se double néanmoins chez F. Menant d’une conviction intime : l’écrasante majorité des prêts n’a pas fait l’objet d’un enregistrement écrit, d’où, sans doute, ce goût pour l’ethnographie des transactions. C’est que dans « l’Italie communale tout le monde vit à crédit », comme il l’affirme à Flaran avec J.‑L. Gaulin21. Dans un univers où les liquidités font défaut, mais où la société est « bouillonnante de projets », tous deux nous donnent à voir un monde où communes, seigneurs, citadins et paysans empruntent tous et tout le temps, et ce, notamment, à des fins d’investissement. Les deux chercheurs restent lucides toutefois : du crédit on peut basculer dans l’endettement. Celui des paysans italiens aboutit ainsi, avant la fin du xve siècle, à leur paupérisation et à la dépossession de leurs terres au profit des citadins. Ces deux manières d’interpréter le crédit médiéval coexistent ainsi sous la plume de F. Menant, qui conçoit le crédit comme une relation essentiellement ambivalente, intégratrice et créatrice de mobilité sociale, mais aussi, dans certains cas, de dépendance.

  • 22 J.-P. Jessenne, F. Menant (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. XXVIIe jour (...)

14Sollicité par Flaran pour organiser cette fois-ci des journées sur les révoltes rurales, F. Menant préfère un autre thème, qui fera de nouvelles émules et le conduira loin, très loin, de Rome à Albuquerque, Nouveau-Mexique : celui des élites rurales22. Après les élites urbaines, définies par P. Braustein et É. Crouzet-Pavan dans une première enquête collective, il était temps de scruter le monde des campagnes, cadre de vie et de travail de la majorité des médiévaux. Rurales et non paysannes, ces élites sont définies par J.‑P. Jessenne et F. Menant comme un groupe intermédiaire, dont les membres, « tout en faisant partie intégrante de la société rurale, la dominent, l’encadrent, exploitent la force de travail et le besoin de ses membres moins bien placés, et assurent ses contacts avec le monde extérieur, à la fois comme agents de celui-ci  tout particulièrement agents de prélèvement – et comme représentants des paysans. » Cette longue citation reflète bien la manière dont F. Menant aime diriger et entreprendre les projets collectifs : en élaborant des questionnaires souples, permettant de guider les travaux sans présumer de leur conclusion. Dynamique et non statique, la définition des élites rurales telle que proposée par ce volume laisse par ailleurs toute sa place aux processus de formation et de reproduction de celles-ci, ce qui fait la richesse de cette recherche. Mais s’il y eut, dans son parcours intellectuel, le temps des élites rurales, c’est à l’histoire from below d’E. P. Thompson que F. Menant revient aujourd’hui, en adepte de l’école de Birmingham.

La crise ou « conjoncture de 1300 »

15L’importance de la peasant agency, chère aussi à J. C. Scott, est au cœur de la réflexion menée sur ce qu’il est habituel d’appeler la crise de 1300, virage brutal et malthusien de la croissance à la dépression de la fin du Moyen Âge. Il fallait se défaire de l’emprise du paradigme théorisé par Postan et Duby, s’appuyer sur l’exemple lombard où les vallées alpines offraient le modèle d’une richesse artisanale réussie, prendre en compte le réseau des marchés décrits par J. Petrowiste dans le Midi toulousain, observer le crédit non pas seulement comme le processus d’étranglement du paysan par le riche urbain, on l’a dit, mais aussi, ainsi que le montrait A. Furio dans le royaume de Valence, comme un moyen d’investissement. Or, en la matière, les auteurs anglais montraient le chemin.

  • 23 J. Drendel, M. Bourin, F. Menant, Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occident (...)

16Ce thème faisait partie des tout premiers envisagés, dès 1997. Mais les discussions avec J. Drendel le firent progresser, notamment dans une réunion à Montréal en 2002. Celles aussi avec L. Palermo, qui conduisirent à commencer par une analyse approfondie des disettes. Après les ouvertures ethnographiques, vint le temps de lire Sen et les économistes des famines. Fidèle au principe de l’état des lieux bibliographique, F. Menant écrivit une introduction au premier volume de la crise de 1300, toute nourrie des lectures auxquelles la bibliothèque de Columbia lui facilitait l’accès, un mois chaque année23. Assurément, bien plus que bouleversée par la mauvaise récolte, apparaissait une économie méditerranéenne fondée sur les échanges des produits de base et éminemment vulnérable à la guerre et à tous les troubles des mouvements commerciaux. La lecture des sources confirmait ce qu’A. Sen avait montré pour les famines contemporaines : les disettes, ou chertés au Moyen Âge, ont, alors comme aujourd’hui, des origines multiples, au sein desquelles la spéculation, les guerres et la mauvaise gestion des autorités jouent les premiers rôles. Plus généralement, le rôle des disettes dans l’inversion de la conjoncture au tournant du xiiie et xive siècle était réévalué : à part en 1347, ces chertés ne frappèrent jamais l’ensemble de l’Europe occidentale en même temps. De surcroît, la période de croissance précédente, du xie au xiiie siècle, n’avait elle‑même pas été exempte de famines récurrentes, restées endémiques tout au long du Moyen Âge. Les disettes, enfin, n’étaient qu’une cause secondaire de la crise démographique, favorisant les ravages d’épidémies subséquentes sur des organismes fatigués. Les chertés contribuaient surtout à aggraver la différenciation sociale, aussi bien en ville qu’à la campagne, entre ceux capables de tirer profit du manque, notamment par le prêt d’argent, et ceux réduits à la misère par l’endettement.

  • 24 E. Anheim, F. Menant, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au mili (...)
  • 25 M. Bourin, L. To Figueras, F. Menant, Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300 en Médi (...)

17S’ensuivirent de nombreuses réunions de travail à Madrid et à Rome, où les affaires méditerranéennes des environs de 1300 étaient aussi éclairées par les points de vue de spécialistes d’autres périodes et d’autres contrées, J.‑P. Devroey, E. Thoen ou J. Masschaele. La mobilité sociale, orchestrée par S. Carocci, apporta l’analyse des parcours sociaux24. Finalement les Dynamiques du monde rural permirent de comprendre les difficultés d’adaptation à une économie « mondialisée », à l’échelle du monde connu aux alentours de 1300, et d’identifier les gagnants et les perdants d’une situation aux terribles relents d’actualité25. Deux axes furent privilégiés dans cette étude des campagnes méditerranéennes de 1300 : celui de la commercialisation, inspiré des chercheurs anglo-saxons, et celui de l’impact de la fiscalité croissante des États médiévaux sur le monde rural. Il s’agissait tout d’abord de s’intéresser au rôle du marché dans l’économie et les sociétés des campagnes de l’Europe méditerranéenne. Il n’était pas question toutefois de retravailler la question du grand commerce international, mais bien plutôt d’éclaircir les conséquences qu’eut l’accès de l’écrasante majorité des sociétés rurales méditerranéennes à un réseau d’échanges local et régional, par le biais des multiples marchés hebdomadaires. Les questions de l’adaptation de la production agraire à la demande, de l’importance des activités rurales non agricoles, de la pénétration des campagnes par les produits manufacturés, mais aussi de la diffusion de la monnaie et du rôle du crédit ainsi que du prélèvement seigneurial dans le développement de la commercialisation furent tour à tour explorées.

18Dans un second temps, il fallait s’intéresser à l’impact de l’affirmation d’une fiscalité d’État à l’échelle de l’Europe occidentale et méditerranéenne, tant au niveau des grands royaumes qu’à celui des communes italiennes. L’accroissement de l’impôt n’était pas seulement étudié sous l’angle du fardeau économique qu’il faisait peser sur les communautés rurales et de l’éventuel appauvrissement qu’il pouvait provoquer, mais aussi du point de vue des bénéficiaires de cette fiscalité nouvelle. L’inscription de ce questionnement dans la problématique plus large de la circulation monétaire et du rôle du crédit à la fin du Moyen Âge permettait de rejoindre la question de la mobilité sociale autour de 1300, largement délaissée jusque-là et pourtant centrale pour comprendre la conjoncture des derniers siècles du Moyen Âge. La rencontre organisée par S. Carocci à Rome permit, en effet, d’établir que les années autour de 1300 correspondaient à un raidissement des structures sociales et à un ralentissement de la mobilité, alors même que les rencontres précédentes avaient, elles, plutôt mis en valeur la persistance de l’expansion économique et démographique. Plus encore qu’à la conjoncture économique, ce raidissement semblait donc lié à un changement d’ordre culturel, dû, notamment, à l’adoption de nouveaux modèles de comportement familial et de transmission du patrimoine, aussi bien par les élites que par le reste de la société. Si la mobilité interne, ou individuelle, restait importante à la fin du Moyen Âge, la mobilité collective semblait plus exceptionnelle et désormais essentiellement liée à la construction des États, notamment par le biais de la guerre et de la fiscalité. La « conjoncture de 1300 » en Méditerranée occidentale apparaissait alors dans toute sa complexité : il ne s’agissait pas d’une période de récession généralisée, mais d’un moment de fortes tensions et de profond renouvellement. Ses conséquences étaient multiples et souvent contradictoires, différenciées en fonction des échelles, des territoires, mais aussi des groupes sociaux appréhendés. Une période où les écarts sociaux et économiques se creusèrent, en fonction de la capacité des uns et des autres à saisir les opportunités offertes ou au contraire de leur vulnérabilité aux nombreux accidents ayant marqué cette époque.

  • 26 Drendel, Bourin, Menant, Les disettes dans la conjoncture de 1300…, op. cit. ; Bourin, To Figueras, (...)

19Comme il apparaît clairement, l’étude de la « conjoncture de 1300 » mit en perspective nombre des thématiques abordées par F. Menant, dont celles du prélèvement seigneurial, de la formation et du rôle des élites rurales, de l’importance du crédit dans l’économie et les sociétés médiévales, ou encore des rationalités pratiques des médiévaux. Surtout, elle permit de lancer les pistes d’une comparaison des sociétés et économies médiévales à l’échelle de l’ensemble du bassin méditerranéen : D. Valérian, en particulier, fit le lien avec les mondes musulman et byzantin, dont une première approche semblait souligner la proximité avec la Méditerranée occidentale en termes de rythme et de chronologie des évolutions économiques. L’ensemble du programme donna lieu à quatre colloques internationaux, dont les résultats furent publiés sous la forme de trois ouvrages par l’EFR. Un article de synthèse parut également dans les Annales en 201126.

20Ces acquis posés, un retour à la Lombardie s’imposait, la crise du xive y étant encore question ouverte. Le séminaire tenu à l’ENS et l’invitation en 2016 de P. Grillo comme professeur invité au département d’histoire de l’École ont été l’occasion d’une première rencontre au mois de février 2016, autour de ce dernier, de G. Albini, L. Bertoni, B. Del Bo ou encore R. Rao. Elle fut poursuivie par un colloque tenu à Milan les 20 et 21 octobre de la même année et rassemblant, outre les participants à la première journée, S. Carocci, A. Poloni, S. Tognetti, G. Pinto, L. Travaini, A. Zorzi et P. Mainoni, sur le thème de la conjoncture du premier xive siècle en Lombardie (1290-1360). Le point de départ de ces rencontres fut le constat que l’historiographie italienne était longtemps restée à l’écart de la problématique de la crise du xive siècle et, plus généralement, de l’histoire économique et sociale du Trecento : quand elle s’y intéressait, c’était pour adopter l’approche malthusienne classique ou pour insister sur la crise politique de la commune. L’objectif de cette recherche collective était donc double : renouveler les problématiques des chercheurs italiens sur la conjoncture, à l’aune des avancées permises par les travaux généraux évoqués précédemment ; réévaluer l’impression d’exception qui caractériserait la Lombardie de cette époque et l’image traditionnelle d’une région restée à l’abri des difficultés grâce à l’unification politique permise par les Visconti. Si les effets des troubles du xive siècle sont indéniables en Lombardie, la question de la chronologie se pose, le deuxième tiers du siècle paraissant plus prospère que le premier et le dernier, grâce à l’action des Visconti. De surcroît, comme pour le reste de l’espace méditerranéen, la conjoncture du xive siècle semble être caractérisée par ses effets ambivalents : les guerres peuvent être sources de revenus, quand elles sont dirigées contre les régions voisines et ont pour objectif l’agrandissement de la seigneurie des Visconti ; les chertés conduisent au développement de la production textile, quand les tisserands acceptent de produire plus en échange d’une augmentation de leurs revenus. En Lombardie comme ailleurs, la relecture de la conjoncture du xive siècle permet d’identifier perdants et gagnants d’une crise qui ne laisse pas tous ses acteurs sur le carreau.

Modèles et interprétations des sociétés européennes au Moyen Âge 

21La fin du programme sur la « conjoncture de 1300 », plus ou moins concomitante du programme d’agrégation sur les communes italiennes, s’est accompagnée d’un redéploiement des thématiques de recherche de F. Menant, en partie lié au renouvellement de ses équipes de travail avec le départ à la retraite de certains collègues et l’arrivée à maturité scientifique des premiers élèves suivis à l’ENS. La publication des trois volumes sur la « conjoncture de 1300 » laissait en effet ouvertes nombre de questions portant sur le fonctionnement des sociétés, en particulier urbaines, de l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge. Si en travaillant sur les élites rurales, F. Menant a contribué au profond renouvellement qui a marqué l’histoire sociale des élites médiévales depuis les années 1990, la même chose ne pouvait être dite des autres groupes sociaux, notamment des milieux populaires urbains. À partir de 2010, le séminaire de l’ENS fut donc, pour lui et ses élèves, le lieu d’une attention renouvelée au peuple des villes, mais aussi de nombreuses expérimentations scientifiques, appuyées, notamment, sur le dialogue permanent avec les autres périodes historiques et les autres sciences sociales. Furent ainsi invités D. Cohen, pour son travail sur les représentations du peuple aux xviiie et xixe siècles, mais aussi P. N’Diaye, au sujet de son livre sur la condition noire en France, N. Renahy, auteur d’une enquête sociologique sur de jeunes ouvriers en milieu rural, S. Beaud, pour son approche des ouvriers de Peugeot et des inégalités scolaires, ou encore C. Leclercq, venue présenter ses méthodes d’enquête sur les anciens militants du Parti communiste français. Ces multiples rencontres permettaient à F. Menant de mettre en pratique l’un des fondements de son approche méthodologique, déjà évoqué précédemment : le comparatisme. Pour partir à la découverte de ceux qui constituaient l’écrasante majorité des sociétés médiévales et qui, pourtant, restaient en marge des travaux des historiens, une réflexion d’ensemble sur le fonctionnement des sociétés médiévales et la définition des différents groupes sociaux les composant fut menée. L’attention fut également portée sur les méthodes à mettre au point pour tenter d’approcher les milieux populaires, en dépit du manque de sources, de la remise en cause récente des catégories totalisantes – comme celle de classe sociale – ou encore de la difficulté à appréhender les points communs de groupes sociaux par nature profondément hétérogènes. Des milieux populaires urbains, la focale se déplaça ensuite vers le peuple des campagnes médiévales, avant de laisser place, depuis 2014 et sous l’impulsion de G. Milani, aux modèles d’interprétation, aux pratiques de pouvoir et à la communication politique des sociétés européennes médiévales. C’est ainsi un véritable « tournant critique » qui a été effectué par F. Menant, tant en termes d’objets que de méthodes, ce dont témoigne le colloque tenu en juin 2013 à l’ENS sur les clivages sociaux et les modes de domination dans les villes des xiiiexve siècles.

La Fabrique des sociétés méditerranéennes médiévales : un livre offert à un homme d’influence

22À qui a assisté à l’un de ses cours ou l’une de ses conférences, on aura du mal à faire croire que F. Menant est un homme d’influence. Il hésite, attend d’avoir trouvé le mot juste ou l’idée précise, l’exprime sans grande conviction et ne semble sûr de lui que lorsqu’il se moque, rarement d’autrui, souvent de lui-même. Mais tout dépend ce qu’on entend par influence. S’il n’a sans doute aucun goût pour faire ou défaire les carrières des uns et des autres, son influence intellectuelle est indéniable et c’est bien celle-ci que souhaite refléter le présent ouvrage.

23Influence pédagogique tout d’abord, qui se lit dans les contributions offertes par plusieurs de ses archicûbes, plus ou moins jeunes, mais tous désireux de témoigner leur affectueuse reconnaissance à celui qui, à défaut d’avoir fondé une « école », ce n’est pas son style, a su les accompagner et les guider sur des thèmes parfois éloignés de ses terres de prédilection. Tous ici ont joué le jeu et l’y ont rejoint, le temps d’un volume.

  • 27 Nous tenons à remercier chaleureusement Dario Internullo et Giuliano Milani pour l’aide qu’ils nous (...)

24Influence institutionnelle également, puisque la fonction de directeur du département de l’ENS, l’une de ses multiples casquettes avec la co-direction de la SHMESP, l’a conduit à enrichir l’horizon de ses élèves en offrant, le temps de quelques mois, le statut de « professeur invité » à D. Smail, J. Murray ou encore M. Cândido et G. Todeschini. L’aura internationale incontestable de F. Menant, faite, on l’a vu, de projets collectifs et nourrie d’amitiés indéfectibles, se voit immédiatement dans la liste des contributeurs, pour moitié étrangers27.

25Influence scientifique, enfin, puisque ce volume a l’ambition, sans doute présomptueuse, de refléter les thèmes et les espaces sur lesquels F. Menant a jeté la lumière la plus vive : campagnes lombardes, villes italiennes, « crise de 1300 », crédit et endettement ruraux, disettes et chertés médiévales, échanges villes-campagnes et commercialisation de celles-ci, structuration d’une élite rurale et définition des groupes sociaux, agency paysanne, literacy et rationalités pratiques ou encore, plus récemment, communication politique et pratiques de pouvoir. « De l’individu au groupe », de la figure de l’entrepreneur médiéval au notaire toscan, de F. Menant à ses élèves et à ses collègues, tel est le chemin que permettra de parcourir cette étude collective, qui, nous l’espérons, dévoilera l’amplitude, la richesse, la complexité et la générosité des Moyen Âge de F. Menant.

Notes

1 F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du xe au xiiie siècle, Rome, EFR, 1993.

2 M. Chauvin, H. Martin, F. Menant, B. Merdrignac, Les Capétiens. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 1999.

3 F. Menant et al., Structures et dynamiques religieuses. Occident latin, 1179-1449, Paris, Atlande, 2011.

4 Id., L’Italie des communes (1100-1350), Paris, Belin, 2005

5 Id., « Une vie ordinaire au début du xiie siècle : Landulfus Camerarius de Bergame, entre accumulation foncière et légitimation sociale », dans D. Barthélemy, J.-M. Martin (éd.), Liber Largitorius. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, Genève, Droz, 2003, p. 129-149.

6 Id., Campagnes lombardes…, op. cit.

7 Id., Lombardia feudale. Studi sull’aristocrazia padana nei secoli X-XIII, Milan, Vita e Pensiero, 1992.

8 Id., « Bergamo comunale: storia, economia e società », dans G. Chittolini (éd.), Storia economica e sociale di Bergamo. Il comune e la signoria, Bergame, Fondazione per la storia economica e sociale di Bergamo, 1999, t. 1, p. 15-182.

9 Id., « Dai Longobardi agli esordi del Comune », dans M. Fortunati, R. Poggiani Keller (éd.), Storia economica e sociale di Bergamo. I primi millenni: dalla preistoria al Medioevo, Bergame, Fondazione per la storia economica e sociale di Bergamo, 2007, t. 2, p. 709–771.

10 Id., « Cremona in età precomunale: il secolo XI », « La prima età comunale », « Il lungo Duecento 1183‑1311: il Comune fra maturità istituzionale e lotte di parte », dans G. Andenna, Storia di Cremona, vol. 2, Dall’alto Medioevo all’età comunale, Crémone, Bolis, 2004, t. 2, p. 106-197, 198-281, 282-363.

11 Id., L’Italia dei comuni, 1100-1350, Rome, Viella, 2010.

12 Id., L’Italie des communes…, op. cit.

13 Id., « Podestats et capitaines du peuple d’origine crémonaise », dans J.-C. Maire Vigueur, I podestà dell’Italia communale: Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.-metà XIV sec.), Rome, EFR, 2000, p. 75-105.

14 J.-M. Martin, F. Menant (éd.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. L’espace italien, MEFR. Moyen Âge, 106/2, 1994 ; 108/2, 1995 ; 110/1, 1998.

15 M. Bourin, F. Menant (éd.), L’anthroponymie, document de l’histoire sociale des mondes médiévaux méditerranéens, Rome, EFR, 1996.

16 F. Menant, « Une forme de distinction inattendue : l’anthroponymie scatologique de l’élite communale lombarde », dans Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 437‑456.

17 Id., « Pourquoi les chartes de franchise italiennes n’ont-elles pas de préambules ? », dans M. Bourin, P. Martínez Sopena (éd.) Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial. Les mots, les temps, les lieux du prélèvement. Actes du colloque de Jaca (5-9 juin 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 253-274 ; et « Les chartes de franchise de l’Italie communale : un tour d’horizon et quelques études de cas », dans eid. (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive siècles). Réalités et représentations paysannes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 239-269.

18 F. Menant, « Comment le marché de la terre est devenu un thème de recherche pour les historiens du Moyen Âge », dans C. Wickham, L. Feller, Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, EFR, 2005, p. 195-216.

19 N. Coquery, F. Menant, F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006.

20 F. Menant, O. Redon (éd.), Notaires et crédit dans l’Occident méditerranéen médiéval, Rome, EFR, 2004.

21 J.-L. Gaulin, F. Menant (éd.), Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne. XVIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998.

22 J.-P. Jessenne, F. Menant (éd.), Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne. XXVIIe journées internationales de l’abbaye de Flaran, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

23 J. Drendel, M. Bourin, F. Menant, Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, Rome, EFR, 2011.

24 E. Anheim, F. Menant, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au milieu du xive siècle », dans S. Carocci (éd.), La mobilità sociale nel medioevo: rappresentazioni, canali, protagonisti, metodi d’indagine, Rome, EFR, 2010, p. 335-373.

25 M. Bourin, L. To Figueras, F. Menant, Dynamiques du monde rural dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, Rome, EFR, 2014.

26 Drendel, Bourin, Menant, Les disettes dans la conjoncture de 1300…, op. cit. ; Bourin, To Figueras, Menant, Dynamiques du monde rural…, op. cit., Carocci, La mobilità sociale…, op. cit. En plus de ces volumes, il faut citer M. Bourin, S. Carocci, F. Menant, L. To Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale autour de 1300 : tensions destructrices, tensions novatrices », Annales HSS, 66/3, juillet-septembre 2011, p. 663-704.

27 Nous tenons à remercier chaleureusement Dario Internullo et Giuliano Milani pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans la relecture des articles en italien.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search