Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statuts communaux et circulations documentaires dans les sociétés méditerranéennes de l'occident (xiie-xve siècle)

 | 
Lett Didier

Statuts et autres documents produits par la commune

Entre normes et pratiques

Les memoranda d’Agen, passeurs de mémoire (fin xve-début xvie siècle)

Between Norms and Practices; the Memoranda of Agen, passing on Remembrances in the Late Fifteenth and Early Sixteenth Centuries

Sandrine Lavaud

Résumé

Lors de leur sortie de charge après leur mandat d’un an, les consuls d’Agen rédigent des memoranda dans le double objectif de dresser leur bilan du gouvernement de la ville et de donner informations et directives à leurs successeurs. Insérés dans les délibérations de la Jurade de 1344-1355 ou en trois rouleaux séparés pour l’extrême fin du Moyen Âge (1491-1506), ces notes à l’adresse des futurs magistrats sont organisées en alinéas, mêlant indistinctement rappels des actions passées et injonctions pour l’avenir. Si elles font ostensiblement œuvre de mémoire, c’est pour mieux orienter l’administration municipale, en maintenir la continuité et le souci du bien commun. Expressions de la pratique dont elles donnent à voir, bien plus que les ordonnances des délibérations, l’efficacité tangible comme les ratés, elles couvrent aussi le champ de la norme ; d’abord par leur intertextualité avec d’autres écrits municipaux – dont les coutumes – qu’elles rappellent et dont elles constituent une courroie de transmission ; mais encore, parce qu’en tant qu’écrits référents que les consuls en exercice sont engagés par leurs prédécesseurs à consulter, ces mémoires tendent eux-mêmes à faire jurisprudence et à devenir normatifs.

Après une présentation codicologique de ces documents, assez rares dans le paysage scripturaire des villes médiévales, on s’interrogera donc sur la fonction de ces memoranda dans la circularité documentaire des écrits de la Jurade d’Agen : quelle interconnection, quelle intertextualité avec les coutumes et les productions de la pratique, tels les livres de Jurade ou de comptes ? Au service de quelle conception du gouvernement municipal, de quels enjeux pour ses acteurs ?

When leaving their responsibilities after their one year mandate the consuls at Agen drew up memoranda with the dual aim of summarising their government of the town and also of giving information and directives to their successors. These notes were inserted into the deliberations of the Jurade of 1344-1355 or are in three separate rolls at the end of the Middle Ages (1491-1506). Addressed to future magistrates these notes are organised as paragraphs, indiscriminately mixing reminders of past actions and orders for the future. If they clearly seem to be a kind of account, their purpose was in fact to better direct the municipal administration and maintain continuity with a wish to serve the common good. They are the expressions of practices which are clearly defined rather more than being prescriptions for decisions, and they reflect tangible efficaciousness as well as instances of failure as well as covering the range of normal practices. This is first achieved by their intertextuality with other municipal writings—including the statutes—which they recall and in which they play their role of transmitting these customs. Moreover, as written references which consuls in post were encouraged to consult by their predecessors, these registers tended to take on a role of jurisprudence and to become normative.

After a codicological presentation of the documents, which are fairly rare among the surviving texts of medieval towns, we will question the function of these memoranda and the part they played in the circulation of documents within the Jurade of Agen. What is the interconnection and what is the intertextuality with the practices and the way in which documents such as the Jurade books and accounts were produced? In what kind of conception of municipal governance did they play a role and what was at stake for the various actors involved?

Texte intégral

  • 1 Les érudits de la fin du xixe siècle ont cependant mené un premier travail d’édition et de commenta (...)
  • 2 Cet ouvrage relève d’un programme Région Aquitaine (2013-2017), dont l’objectif est la réalisation, (...)

1Ville moyenne, terrienne, dans l’entre-deux des aires d’influence des pôles universitaires bordelais et toulousain, Agen (actuel chef-lieu du Lot-et-Garonne, France) est restée en marge des territoires de recherche et son histoire a été laissée en friche1. La réalisation de son Atlas historique2 a donné l’opportunité d’en lancer le chantier, notamment celui du dépouillement d’une matière archivistique abondante dont le gros du corpus est composé par les écrits municipaux. En relèvent les memoranda, ces mémoires dressés par les consuls sortants à l’intention de leurs successeurs. Jamais étudiés, voire oubliés, ils ont fait l’objet, sur la longue durée de l’Ancien Régime, d’un recensement systématique dans une base de données, doublé d’une transcription pour la période médiévale. S’ils renseignent sur la fabrique urbaine, ils ouvrent aussi une focale particulièrement intéressante sur la production et la circulation documentaires de la municipalité d’Agen à la fin du Moyen Âge.

  • 3 La première mention que l’on ait du consulat date de 1197. A. Magen, G. Tholin (dir.), Archives mun (...)

2Cité épiscopale, Agen a d’abord été sous la tutelle de son puissant évêque, avant que le paréage de 1217 ne prive partiellement ce dernier de ses droits comtaux au profit de Simon de Montfort, devenu par la croisade contre les Albigeois comte de Toulouse, et n’accélère l’émancipation de l’universitas3. Tel qu’il est institutionnalisé par la rédaction des coutumes entre 1250 et 1270, le corps de ville, doté des pouvoirs administratifs, est composé de 12 consuls (8 à partir du xive siècle) en mandat pour un an, de 24 jurats, généralement anciens consuls élus pour la même durée, et d’une centaine de prud’hommes. Pour cette commune, le Livre des coutumes fait socle en matière de droit, d’autant qu’aucun autre écrit normatif postérieur ne lui fera véritablement concurrence, réitérant au contraire ses dispositions, les complétant à l’occasion. Cette assise juridique étroite, qui a pu être source de fragilité mais aussi de souplesse, semble avoir été compensée par une abondante production scripturaire. S’inscrivant dans le mouvement général du développement de l’écrit dans les gouvernements urbains, bien attesté pour le Midi dans les décennies 1330-1350, les magistrats agenais ont accru leur production en quantité comme en qualité, enregistrant leurs actions de manière de plus en plus ordonnée et conservatoire, au fur et à mesure que leur administration de la ville s’étoffait et se complexifiait ; ils ont ainsi créé leur propre paysage textuel aux vertus performatives et mémorielles, dans le but d’assurer la pérennité de la commune et d’en conforter l’identité.

  • 4 Sur ce point, voir V. Y. Raytses, « Le programme de l’insurrection d’Agen en 1514 », Annales du Mid (...)

3Quelle place occupe les memoranda dans ce paysage ? Dans quels buts les consuls les ont-ils rédigés à l’adresse de leurs successeurs ? Quelle interconnexion, quelle intertextualité ont-ils avec les coutumes et les productions de la pratique, tels les livres de jurade ou de comptes ? Au service de quelle conception du gouvernement municipal, de quels enjeux pour ses acteurs sont-ils constitués ? Cinq de ces memoranda nous sont parvenus pour la fin du Moyen Âge : deux insérés dans les délibérations de la jurade de 1344-1355 et trois en rouleaux séparés pour les décennies 1491-1512. Si les premiers sont rédigés alors que l’Agenais devient l’un des fronts de la première phase de la guerre de Cent Ans en Guyenne, les derniers couvrent une période entre deux séditions (1481 et 1514) qui ont mis le consulat sous pression4, alors que la peste frappe de nouveau la ville. Existe-t-il un lien entre ces contextes de crise et la rédaction des memoranda ? L’absence de sources pour la période intermédiaire empêche de répondre ; cependant, on peut penser que les memoranda, conçus comme des outils de gouvernement, sont d’autant plus précieux dans les temps difficiles.

4Pour analyser ces documents, quelque peu exceptionnels dans le paysage archivistique des villes médiévales, on s’interrogera sur leur nature et leur vocation, en jouant sur trois entrées : leur support, leur matière et leur place dans la circulation scripturaire de la municipalité d’Agen.

Rouleaux et memoranda : des supports privilégiés de la fabrique mémorielle

  • 5 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 2.

5La singularité de cette source se marque tant dans sa matérialité – le rouleau – que dans son titre, memorandum dûment signifié et revendiqué par les auteurs – le protocole initial débute directement par ce terme ou par la formule Sequitur memorandum ou En set lo memorandum… –, alors que les archivistes de l’Époque moderne comme aussi Adolphe Magen, éditeur des deux premiers documents, ont préféré le doubler de celui de « Mémoires et testament5 ». Pourquoi les consuls d’Agen ont-ils recours à ces supports spécifiques ? En quoi leur nature sert-elle leurs fonctions ?

Le recours au rouleau

6Les deux premiers memoranda connus sont insérés dans le registre de délibérations, dénommé Livre des jurades de la ville d’Agen, de la décennie 1344-1355, qui se présente sous la forme classique d’un codex. Ils n’apparaissent que pour deux mandats – non successifs (1344-1345, 1346-1347) – sur les neuf couverts par le registre, immédiatement à la suite de l’enregistrement de l’élection du personnel municipal et avant l’inventaire des archives. Hormis la teneur particulière de leur discours, ils ne se distinguent donc pas du reste de cet écrit municipal qui, outre les délibérations, inclut également d’autres actes externes : soumissions, statuts, lettres royales, etc. Le fonds archivistique municipal conservé pour cette époque est à l’image des inventaires dressés par les consuls : il est réduit à des actes épars ou regroupés postérieurement et ne permet donc pas d’appréhender clairement le paysage documentaire dans lequel s’inscrit ce registre et les memoranda qu’il contient. L’impression générale est celle, moins d’un début de la production municipale, effectif dès le xiiie siècle, que d’une montée en puissance et d’une mise en ordre, avec le recours au codex pour donner cohésion à la dispersion qui prévalait jusqu’alors.

  • 6 Archives départementales du Lot-et-Garonne (désormais ADLG), E Sup. Agen, BB 22, fol. 39 : Item sas (...)
  • 7 Le terme de rolle n’est cependant pas exclusif aux memoranda puisqu’il est aussi appliqué au relevé (...)

7Le contexte documentaire des trois memoranda en rouleau est tout autre : à la fin du xve et au tout début du xvie siècle, le corps de ville a fortement augmenté et complexifié ses écrits, en même temps qu’il se montre très préoccupé de leur conservation et classement en archives. L’usage du rouleau semble s’inscrire dans ce processus de production et de sédimentation et relève d’un choix de différenciation pour donner à l’exercice singulier du memorandum une forme matérielle adéquate. L’homonymie, clairement énoncée dans le document le plus tardif 6, entre le rouleau, qualifié de « rolle » (pris dans le sens dérivé de rotulus et non d’inventaire), et le memorandum témoigne de l’identification de la forme au fond7. Et, de fait, il semble que pour les consuls d’Agen, le rouleau ait constitué le support le plus idoine pour y faire le bilan de leur mandat, tout du moins durant les deux décennies couvertes. En effet, après une rupture de conservation – ou de production – d’une décennie (1512-1522), les memoranda de l’Époque moderne reviennent au codex. Même si l’on n’en connaît pas les débuts, l’usage du rouleau apparaît bien subreptice et correspond à un moment particulier de la production communale – voire du gouvernement. Sur cette chronologie, Agen rejoint le regain de mode que connaît le rotulus à la fin du Moyen Âge.

  • 8 Voir par exemple H. Dewez, « Le rouleau comme support des comptes manoriaux au prieuré cathédral de (...)
  • 9 N. Hurel, « Chroniques universelles en rouleau, 1457-1521 », Revue d’histoire de l’Église de France(...)
  • 10 R. Chartier, « Les usages de l’écrit du Moyen Âge aux Temps modernes », dans É. Anheim, P. Chastang (...)
  • 11 L’argument du savoir a été utilisé par les consuls, qui se disent « gens instruits et compétents », (...)

8L’usage du rouleau s’accroît, en effet, dans la seconde moitié du xive siècle, non seulement dans les actes de la pratique – voir notamment les rôles gascons utilisés par l’administration anglaise8 – mais surtout dans les sources narratives, particulièrement les chroniques universelles9, les généalogies et les armoriaux. Il sert alors de support privilégié pour faire œuvre de memoria. Si l’on croit Roger Chartier citant les travaux d’Armando Petrucci, il est aussi l’une des voies vers le libro unitario, renfermant un ou des textes d’un seul auteur et succédant progressivement aux miscellanées qui prévalaient jusqu’alors10. Ce sont sans doute ces vocations, comme peut-être aussi leur dimension savante qui ont retenu les consuls d’Agen dans leur choix du rouleau11. Ils semblent se distinguer là des autres villes dont le paysage documentaire ne comporte guère d’équivalent connu.

9Ces rouleaux consulaires d’Agen sont déposés aux archives départementales du Lot-et-Garonne où ils sont rassemblés dans une même boîte, sous les cotes E supplément Agen, BB 20, 21 et 22 (figure 1). S’ils répondent parfaitement à la définition du rouleau, ils n’ont rien du « beau document » : de fabrication assez sommaire, identiques dans leur forme, ils ne présentent aucun apprêt ou signes ostentatoires de solennité ou de sacralité et sont seulement tenus enroulés par une ficelle nouée (probablement par les archivistes) sans recours à un ombilic. Les folios papier qui les composent sont cousus ensemble par un fil et sont partiellement dégradés (tableau 1).

Figure 1 – Les rouleaux de memoranda consulaires d’Agen

Archives départementales du Lot-et-Garonne, E Sup. Agen, BB 20, 21, 22 ; cliché S. Lavaud.

10L’écriture, sur une seule colonne, court parallèlement au côté le plus court (carta transversa) ; c’est une cursive bâtarde, typique de la fin du Moyen Âge, avec de courants changements de main. En adéquation avec la chronologie des memoranda, cette écriture atteste qu’il s’agit bien d’originaux. La mise en page est uniforme : le texte est organisé en alinéas, introduits par une lettre majuscule (en général le I de item) et formant des paragraphes homogènes, avec retour à la ligne (figure 2). Selon la matière, ces alinéas varient en longueur, d’une simple annotation à un pavé circonstancié, et en nombre par folio (de 1 à 20).

Tableau 1 – Données codicologiques sur les memoranda

Rouleau

Années

Longueur

Largeur

Surface écrite

Nombre de folios

Folios/an

Nombre d’items

Items/an

Items/folio

BB20

1492-1494

570,5 cm

37-38 cm/fol

14,5 cm

10 à 12 cm

15

7,5

133

66,5

8,86

BB21

1498-1501

858,5 cm

14 cm

12-12,5 cm

26

8,6

143

47

5,5

BB22

1503-1512

2018,5 cm

39 cm/fol

14 cm

10,5-12 cm

54

6,75

347

43

6,42

11Chacun de ces rouleaux est un volume composite rassemblant plusieurs memoranda, l’enchaînement pouvant se faire à l’intérieur d’un même folio. En l’absence de foliotation, c’est l’enroulement qui en fixe l’ordre de lecture dans un sens linéaire et chronologique, de l’année consulaire la plus ancienne à la plus récente, non sans rendre malaisés les va-et-vient dans le texte.

12Les premiers éléments de l’enquête codicologique permettent de poser quelques jalons et hypothèses sur le mode de fabrication. Tout d’abord, il s’agit d’une conception et jointure au moins partiellement contemporaines de l’écriture : en attestent tant l’enchaînement du discours qui peut se poursuivre d’un folio à l’autre que quelques cas de folios où l’écriture court sur la couture. Mais les rouleaux semblent aussi avoir été l’objet d’une fabrique archivistique ultérieure, ainsi qu’en témoignent les rénovations et les annotations au verso. Si le document ne dégage aucune solennité, l’unité de forme, son caractère distinctif en font une œuvre cohérente, particulière, voire identitaire, du corps consulaire dont elle est l’apanage. Le continuum de sa narration donne à voir celui du gouvernement, pour lequel les rouleaux font œuvre de mémoire afin de mieux orienter l’administration municipale dans le souci du bien commun.

Figure 2 – Mise en page : exemple d’un folio du memorandum de l’année consulaire 1492-1493

Archives départementales du Lot-et-Garonne, E Sup. Agen, BB 20, fol. 3-4 ; cliché S. Lavaud.

Le memorandum, un exercice singulier

  • 12 L’emploi du terme est le plus souvent une fabrique historiographique ; ainsi pour la ville de Marte (...)
  • 13 Si les memoranda n’ont pas de vocation historique et ne peuvent être aucunement assimilés aux chron (...)
  • 14 ADLG, E Sup. Agen, BB 95, 1505.

13Plus encore que le rouleau, le memorandum est un genre plutôt rare dans le paysage documentaire des villes médiévales. Dérivé du latin memorandus, « ce qui doit être rappelé », le terme relève surtout du domaine diplomatique et semble peu usité au Moyen Âge où lui sont préférées l’appellation de memoria et ses variantes12. En faisant memorandum, les consuls d’Agen se sont donc là encore distingués, tant par le choix du mot que par le type d’exercice, même s’ils s’inscrivent dans le courant général de production par les villes d’œuvres de mémoire qui donnent légitimation et ciment aux communautés13. On ne sait quand, à Agen, l’entreprise a démarré : lorsqu’est rédigé le premier memorandum en fin du mandat consulaire de 1344-1345, la pratique paraît déjà ancrée mais sa discontinuité dans le registre peut signifier qu’elle est encore aléatoire, à moins qu’elle ne donne déjà lieu à des documents indépendants qui n’auraient pas été conservés ou inventoriés. On peut penser que le contexte de crises a pu décider les consuls à user de cette pratique ; certes, les mesures militaires n’y sont pas la préoccupation première mais, en revanche, le chantier de l’enceinte de réunion, souvent renseigné, demande un pilotage sur la longue durée. À la fin du xve siècle, ce n’est plus la menace extérieure mais la guerre civile qui a pu influencer la rédaction des rouleaux, jalonnée par les séditions de 1481 et de 1514. Une ordonnance du consulat datant de 1505, et donc contemporaine du rouleau BB22, pointe, par les mesures qu’elle prend pour y remédier, les dysfonctionnements du pouvoir consulaire : absences, injures et blasphèmes, oubli de porter la « livrée », surtout récusation du pouvoir du maire que l’ordonnance tente de consolider en préconisant entre autres… qu’il rédige son memorandum particulier14. Si le support a par la suite changé, la tradition est demeurée pérenne durant toute l’Époque moderne. C’est dire combien le memorandum a pu passer pour un écrit et un outil consubstantiels du pouvoir consulaire. Sans doute a-t-il participé de l’autonomisation de ce dernier à l’égard tant du maire que des autres corps municipaux, jurats et prud’hommes, en même temps que de la spécialisation des compétences de chacun.

  • 15 Les scribes ne sont pas identifiables : clercs de ville ou consuls eux-mêmes ?
  • 16 Dans les rouleaux, l’unité linguistique n’est perturbée que par l’insertion de formules latines dan (...)
  • 17 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 33, al. 1.

14Les consuls semblent l’avoir forgé selon leurs besoins. Ils en sont ouvertement les auteurs, leurs huit noms figurant sous forme de suscription dans le protocole annonçant le nouveau memorandum15. Ils lui ont donné une unité diplomatique : une même mise en forme, un volume type – malgré quelques variations, il est en moyenne de 7 folios par année pour 45 à 50 alinéas –, une unité linguistique – d’abord le latin pour les memoranda du Livre des jurades, puis l’occitan pour les rouleaux16 –, une structure similaire et simple, voire une sorte de modèle dupliqué sur la longue durée – avec protocole annonçant le memorandum et succession d’items, sans aucun signe de validation. Tous ces éléments suggèrent un document interne au corps consulaire, hypothèse qui semble confirmée par l’ordre donné en 1507 de le tenir au secret17. Quant à son usage interne, l’injonction répétée de regarder les memoranda précédents dit assez combien ils sont considérés comme des « pense-bêtes » pour assurer, par la mémoire des faits, la permanence du gouvernement et le suivi des affaires. Le pas chronologique préconisé est de trois à quatre ans, soit l’intervalle moyen entre deux mandats d’un même consul. Et il semble bien que la consigne ait été suivie au vu des annotations marginales qui y sont parfois portées : des dessins de main pointent certains items ; surtout les mentions de non ou de factum est accolées à certains alinéas montrent le récapitulatif qui est fait de l’action consulaire, envisagée dans la longue durée de plusieurs mandats.

La matière des memoranda

  • 18 Voir notamment sur ce point J.-Ph. Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », dans A. Mar (...)

15Courroie de transmission au cœur du pouvoir consulaire, les memoranda s’apparentent à des documents de gestion, ayant comme fonction de renseigner sur les actions passées mais aussi et surtout de conseiller l’action politique et d’influencer la prise de décision, en fournissant tant des avis techniques et juridiques que le cadre idéologique du bon gouvernement. Ils rejoignent en cela la littérature du conseil, développée au sein des cours royales pour l’aide à la décision du souverain, et supposent une confiance dans le discours, dans sa qualité et son efficacité18. On comprend que les modernes les aient qualifiés de testaments, car comme ces derniers, les memoranda sont œuvre de passation et balancent entre inventaire du passif et de l’actif, dispositions et instructions pour l’avenir. Leur matière donne à voir les préoccupations et les domaines de compétence des consuls ; elle pose aussi la question de l’efficacité tangible de leurs décisions, dont elle laisse voir des ratés.

Formulation de la mémoire consulaire

16L’analyse du discours dans sa formulation comme dans son organisation permet de mieux pointer les finalités des memoranda et la posture de leurs auteurs. L’observation du vocabulaire, particulièrement des verbes et des temps employés, montre une certaine évolution du récit originel de conseil, qui tend par la suite à être complété d’une fonction de bilan et de contrôle. Ainsi dans les memoranda des années 1344-1347, le propos n’est qu’injonctions à accomplir des actions qui poursuivent l’œuvre des consuls sortants au-delà de leur mandat. C’est leur expérience qui les place en position de sages et leur permet de donner, en plus des informations pratiques sur la marche des affaires, des avis, voire des ordres qui fixent un programme d’action ; de sorte que le ton de chaque item se veut impératif, avec un champ lexical propre à l’exercice du pouvoir : celui de la possession et de la prédation (habeatur, recuperentur, explectetur, etc.), celui de la domination et de la coercition (ordinetur, exequantur, compellatur, etc.), enfin celui de la transmission et de la poursuite des actions entreprises (perficiatur, procequatur, serventur, detur finis, etc.). De ces exhortations, le bilan des magistrats sortants peut se déduire, mais seulement en implicite.

  • 19 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 30, al. 4.
  • 20 On peut en cela les mettre en correspondance avec les livres de raison, dont l’objectif est aussi d (...)
  • 21 Prenez garde ; vous avertissent ; en mémoire de  ; vous souvenir ; (nous) vous recommandons ; sache (...)
  • 22 J’emprunte l’expression de « mémoire utile » à Laurent Morelle qui l’applique aux écrits monastique (...)

17Le discours des memoranda de la fin du xve siècle donne une plus large part au passif mais elle concerne prioritairement ce que laissent les magistrats, c’est-à-dire des attributs matériels du gouvernement (pièces d’artillerie, marques pour les mesures) ou le bilan comptable de leur mandature. Plus rarement, le descriptif a un rôle justificatif : les consuls sortants de 1504 se disculpent des emprunts qu’ils laissent, en raison des grands travaux entrepris19. Malgré cette évolution, les memoranda restent moins l’inventaire des actions passées, même s’ils permettent de formaliser l’acquis20, qu’un discours programmatique qui entend influencer la prise de décision. Ainsi, à l’aube de la Renaissance, les consuls adoptent un vocabulaire du conseil (que avistez, vous advertissen, memoria de, vos sovenguar, vous recomandes, savetz, vos prenguam21, etc.) plus courtois que celui de leurs prédécesseurs. Leur propos s’enrichit parallèlement d’une rhétorique de la chose publique qui doit fixer l’esprit du bon gouvernement. Cependant, la fonction la plus explicite demeure toujours la transmission d’une mémoire active et « utile22 », chargée d’instruire les nouveaux consuls, afin qu’ils sachent répondre aux défis du présent.

  • 23 BB20, fol. 5 et 11.

18Cette fabrique mémorielle ne se joue pas seulement dans l’intention et le ton ; elle se glisse dans la répétition des mesures et dans la circulation entre memoranda. Prenons l’exemple, éclairant et généralisable, du rouleau BB20 qui en contient deux pour les mandatures successives de 1492-1493 et 1493-1494 ; pour cette dernière année, la réitération des items de la précédente représente plus d’un tiers du document (25 alinéas sur 73). La duplication se fait, en général, dans les items du début du memorandum, ce qui laisse supposer que les consuls démarrent leur exercice en s’appuyant sur le modèle précédent, s’inscrivant ainsi dans une continuité politique dans laquelle ils insèrent leurs actions nouvelles. La répétition peut être totale ou partielle, avec changement des modes d’expression d’un même fait ou, plus rarement, indication des avancées d’un dossier, notamment judiciaire. Que l’information des procès, souvent longs, soit réitérée n’étonnera pas, de même que celle de toute prérogative pérenne du consulat : gestion de l’espace public (surveillance de l’état des remparts, des fossés et des chemins, pavement des rues, etc.) ou contrôle des poids et mesures. Plus surprenante est la réplique de préconisations qui paraissent promptement réalisables, voire urgentes : en 1494, les armes, que les consuls précédents avaient baillées à des bourgeois et voulaient récupérer, ne le sont toujours pas et les vieilles arbalètes ne sont pas réparées23 ; de même, certains canaux et fossés n’ont toujours pas été curés, malgré la menace des eaux, chronique à Agen. Ce sont là des affaires laissées en déshérence qui témoignent des limites de l’efficience du pouvoir consulaire. La mesurer à l’aune de cette unique source reste cependant difficile car la réitération, si elle témoigne des lenteurs du système, montre aussi la mémoire et le suivi des dossiers. Quid, cependant, des dispositions dont on a une unique mention : ont-elles été toutes accomplies ? Les annotations marginales qui en marquent la reddition ne sont pas assez nombreuses pour en tirer un bilan fiable.

  • 24 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 5 : Que visitetz los memorandums de tres annees passadas et que acom (...)

19Cette « mémoire utile » trace aux consuls entrants la voie à suivre, « le canal du savoir », non seulement par l’information sur les affaires en cours mais aussi par l’enseignement plus global des pratiques consulaires ; c’est la lecture des anciens memoranda – dont la préconisation est toujours la première à être réitérée – qui forme le nouvel arrivant, lui transmet le secret du pouvoir propre à son corps et lui en circonscrit le terrain d’action. En ce sens, ces incrustations mémorielles tendent à faire jurisprudence et à définir la norme de la pratique gouvernementale. C’est dans leur continuité, voire dans leur achèvement24, que doivent s’inscrire les actions préconisées pour la nouvelle mandature ; celles-ci constituent toujours la part majoritaire de chaque memorandum. Ce dernier est d’autant plus un écrit programmatique que la situation de la ville est difficile : ainsi, dans les années 1504-1506, alors que s’étendent les menaces de peste et de sédition, les consuls privilégient, dans leurs mémoires, les mesures d’urgence. Bien que partiellement contingentes, leurs préoccupations, en matière d’administration de la ville, demeurent constantes et définissent leurs champs spécifiques de compétences.

Extension du domaine d’action des consuls

  • 25 La révision des privilèges de Bordeaux après la conquête française de 1453 a suscité des enquêtes e (...)

20Les domaines d’action couverts par la matière des memoranda relèvent des prérogatives communes des gouvernements urbains ; ils sont pérennes sur la durée de l’étude et peuvent être regroupés en huit grandes rubriques. Le tableau 2 met d’abord en lumière la grande variabilité de l’attention qu’y portent les consuls. Certains postes semblent toujours secondaires et ne dépassent pas 10 % des actions préconisées : c’est le cas des rapports avec l’Église, se limitant à des procès sur des droits banaux, ou des questions d’enseignement et d’assistance qui ne prennent de l’importance qu’au début du xvie siècle, alors que la ville se dote d’une école neuve et que l’épidémie de peste suscite un interventionnisme consulaire en matière hospitalière. Bien qu’étant un combat communal de longue haleine, les affaires relatives à la juridiction d’Agen, en proie aux attaques répétées des seigneurs concurrents, n’occupent également qu’une part restreinte, mais dont la mémoire est toujours réactivée par le rappel des procès et des exactions qui les ont suscités. Plus accessoires, les interventions économiques portent principalement sur les produits qui forment les ressources de la fiscalité urbaine, le sel et le vin. L’entrée de ce dernier dans la ville, comme sa « traite » sur les marchés atlantiques, sont un souci permanent des consuls, qui les oblige à agir à une échelle régionale, « lo pays » et ses états, où ils bataillent avec d’autres villes contre les privilèges de Bordeaux25.

Tableau 2 – Les domaines d’interventions consulaires selon les memoranda

Tableau 2 – Les domaines d’interventions consulaires selon les memoranda
  • 26 ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 13 : Messenhors, avés viste la election que aquels messenhors larron (...)
  • 27 (nous) vous prions que vous soyez bien diligents et soucieux du bien de la chose publique car elle (...)

21Les préconisations en matière de fonctionnement du gouvernement consulaire occupent une part moyenne (autour de 12 %) qui connaît un pic au tournant du xvie siècle (23,7 %), en raison de la politique archivistique qui a été lancée. C’est aussi le moment de remise en ordre du consulat sous la pression d’une contestation latente qui n’apparaît qu’en filigrane du discours des consuls. La mention la plus explicite, datée de 149426, ne donne qu’un faible écho des critiques formulées à l’encontre des autorités consulaires, lesquelles préconisent en retour d’avoir la matiere au corps. Leur réplique n’est pas seulement répressive et judiciaire à l’encontre de leurs détracteurs, elle est aussi interne avec l’ordonnance de 1505 de réforme du consulat, dont les règlements sont rappelés dans les memoranda dès 1506-1507 puis encore l’année d’après, alors que la peste menace la ville, amenant à cette recommandation, sous forme d’aveu d’impuissance : vous prions que soyes bien diligens et solicitens au bien de la cause pubblique car elle na bien de besonhi27. En situation plus ordinaire, les consuls renseignent surtout leurs successeurs sur des points de fonctionnement : attributs urbains (archives, clés, sceaux, bannières, trompettes, livrées, etc.), police et officiers municipaux, facilitant ainsi la passation de pouvoir.

  • 28 car nous n’avons point d’argent ainsi que vous le savez, ibid, fol. 26.
  • 29 ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 24.

22Les noyaux durs du pouvoir consulaire sont, sans surprise, la gestion de l’espace public, l’effort militaire, les finances et la fiscalité. L’attention portée à ces dernières n’est pas au prorata de leur état et varie dans le temps : alors qu’en 1344-1347, les consuls leur consacrent plus d’un tiers de leurs items et préconisent surtout des mesures de gestion comptable (redditions de comptes et recouvrement), un siècle et demi plus tard, la part qui leur est accordée dans le discours est moindre alors qu’elle dévoile un endettement massif et une pénurie de liquidités que le memorandum de 1506-1507 signale sans ambages : quar nos no avem point dargent aussi que savetz28. La gestion de l’espace public constitue l’un des principaux postes de dépense comme aussi l’un des terrains d’action privilégiés des consuls. C’est tout d’abord les gros travaux d’infrastructures : l’enceinte de réunion dont le chantier s’accélère dans la décennie 1340 et demeure toujours actif à la fin du Moyen Âge ; la maison communale rénovée au début du xvie siècle en même temps qu’est construite l’école, l’horloge installée dans le beffroi ; enfin les ponts, particulièrement celui de la Garonne, emporté régulièrement par les crues. C’est aussi la charge continuelle de l’entretien des chemins et des rues que les consuls veulent faire paver, tant par mesure d’hygiène que pour lo decorum de la vile29. C’est encore la gestion cruciale de l’eau, nécessitant un réseau complexe et actif de canalisations. Les mesures militaires, quant à elles, sont quelque peu grossies par l’effet inventaire des armes et pièces d’artillerie : chaque memorandum donne l’occasion de faire le recensement de ce « trésor de guerre » dont une partie est aux mains de bourgeois ; plus rarement, les consuls donnent des instructions en matière de guet et de garde. Mais, jamais, ils ne signalent de faits guerriers ou ne donnent de conseils stratégiques. Ce type de décisions relève sans doute de l’universitas dans son entier, comme aussi des autorités souveraines, d’où son versement dans les registres de délibérations plutôt que dans la littérature consulaire. Celle-ci, à la différence des mémoires urbaines, n’a pas prétention à se transformer en chronique et ne dit pas ce qui est connu de tous ; à l’usage exclusif des huit consuls, elle reste un écrit de « l’entre-soi » qui tend à se développer au-delà des contingences événementielles.

Circulation documentaire

23Quelle est la place des memoranda dans le processus de sédimentation et de circulation des écrits municipaux d’Agen ? Ce questionnement ne peut être abordé que sous un angle exclusif car le mouvement ne fonctionne que dans un sens : les memoranda font de multiples allusions aux autres écrits communaux, alors que ces derniers ne les mentionnent pas. L’historien peut tout au plus repérer les connexions entre les différents types de documents : tel chantier préconisé a sa réalisation confirmée par les comptes du trésorier, tel procès voit sa conclusion par les négociations et les traités qui sont mis en délibérations, etc. ; mais leurs logiques ne sont pas les mêmes et leurs discours ne se croisent que ponctuellement. Documents internes au corps consulaire, sans réelle qualité juridique, les memoranda ne sont pas appelés à sortir de son cercle exclusif et n’ont rien de normatif à l’échelle de l’universitas. Néanmoins, ils jouent, là encore, un rôle de chaînon dans la transmission, la production et la conservation de la norme.

Interférences avec les sources du droit communal

  • 30 Le non-enregistrement des coutumes d’Agen au Parlement de Bordeaux lors de sa création en 1462, a a (...)

24À Agen, c’est le Livre des coutumes qui constitue la source du droit communal. Presqu’un siècle après l’émergence de l’universitas, à un moment où le consulat, bien établi, a stabilisé ses rapports avec les autorités seigneuriales, la rédaction de ces coutumes délimite les droits de chacun et formalise les pratiques gouvernementales. Composé avec grand soin, richement enluminé, ce livre est devenu juratoire et référentiel. Cependant, production contingente à un contexte politique, ne couvrant qu’une part des prérogatives communales en expansion à la fin du Moyen Âge, il ne pouvait suffire à l’évolution des pratiques et des besoins juridiques30. Les chartes de privilèges obtenues par la municipalité pour confirmer et étendre ses droits, les ordonnances comme la jurisprudence issues des écrits communaux ont participé à l’enrichissement de ce socle normatif. À leur façon, les memoranda y contribuent en agissant à trois niveaux : la mémoire et l’enseignement de la norme, sa conservation matérielle, enfin l’encouragement à sa production. Ce sont principalement les deux derniers rouleaux qui livrent cette interconnexion, peu apparente dans les memoranda précédents.

  • 31 l’ordonnance ancienne laquelle nous avons trouvé tant dans les établissements que dans un vieux liv (...)
  • 32 L’article des coutumes (art. 4) statue sur les punheres, soit des droits sur la mouture perçus par (...)
  • 33 Item que vous fassiez assembler les 24 (jurats) et leur demandiez s’il serait bon de faire établiss (...)

25Le début du xvie siècle semble bien marqué par une réactivation du droit, dont le rappel mémoriel par des références à la coutume devient alors régulier dans le discours consulaire. Toutefois, seules quelques applications de la coutume sont remémorées, laissant de côté ce qui en constitue la matière essentielle : exercice de la justice et droit privé qui ne relèvent pas strictement de la commune. La réactivation est surtout patente en matière de droit économique sur trois produits majeurs : le sel, le vin et les blés par le biais des moulins. La coutume du salin est rappelée in extenso dans les affaires qui la contreviennent. C’est le cas également en matière de vin, notamment en ce qui concerne son entrée dans la ville : tous les rouleaux en dénoncent les introductions frauduleuses et mobilisent à cette occasion l’article référent. Sur les blés, l’allusion à la coutume est plus sibylline : les consuls recommandent de « faire entretenir » la ordenansa antiqua laquala av[em] trobada tant en les stabilimens que en hun libre vielh31. Ici, les consuls semblent ne pas avoir directement consulté le Livre des coutumes mais plutôt d’autres écrits normatifs, probablement parce que l’article de la coutume règlementant la part du seigneur se montrait incomplet, voire obsolète32. Et c’est le rôle de ces « établissements », ainsi mentionnés, que de l’avoir enrichi et adapté. Le terme est ambigu et pourrait renvoyer à un socle institutionnel, tels les Établissements de Bordeaux ; mais ici il n’est utilisé que par un seul memorandum dans le sens, que l’emploi s’en fasse au singulier ou au pluriel, d’ordonnances édictées par la commune, comme dans la formule : Item fassatz assembler lous XXIIII et lour demandetz si seria bon de far stablimen et crida33. Si l’occurrence semble bien se référer à la production réglementaire qui est issue de la pratique gouvernementale et a une fonction méliorative de la coutume, on ne peut en inférer l’existence d’un registre cumulatif des ordonnances municipales, qui n’a laissé aucune trace archivistique.

  • 34 que vous fassiez diligemment confirmer les privilèges de la ville par notre seigneur le roi car cel (...)

26Les privilèges concédés par le seigneur, confirmés par le roi, ont également complété le droit coutumier, notamment en matière de péages sur les chemins et surtout sur le fleuve. Dans leurs memoranda, les consuls s’y montrent très attentifs et préconisent leur confirmation : en 1498, ils pressent leurs successeurs que fassatz diligencia de confirmer los privaletges de la vila de vers notre senor lo rey quar se es una causa necesseria deffer et lo plus tost que poyres coma es estat oppinat per le XXIIIItre et ont déjà pressenti un messager pour les porter au roi34.

  • 35 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 6.
  • 36 On retrouve les mêmes préoccupations dans bien des villes à cette période comme à Montferrand en Au (...)
  • 37 que les lettres royales de confirmation de coutumes, lesquelles il n’est pas facile de mettre audit (...)
  • 38 Ibid., fol. 18.
  • 39 Ibid., fol. 44.

27Deuxième action des consuls en matière de sauvegarde du droit, la conservation matérielle et le rangement de ces écrits source sont une de leurs préoccupations essentielles. Dès le premier registre, ils s’en inquiètent et recommandent de serventur privilegia de pedatgiis et alia35, comme également de faire grossoyer et sceller l’ordonnance sur les leudes et péages, qui arbitre un conflit entre la commune, l’évêque et le chapitre cathédral. Au début du xvie siècle, c’est l’archivage qui devient prioritaire36 ; il s’agit de rassembler et conditionner convenablement les actes dispersés. Les consuls de l’année 1504-1505 ont alors entrepris leur compilation dans un livre, dont la confection a été confiée au prieur des Jacobins à qui ils ont transmis des originaux ; ils précisent que les letras reals de confirmation de costumas lasqualas no es pas espediem de metre audeit libre quar las costumas som sayns en dos libres de costuma lasqualas costumas sara espediem de vedimar avec loriginal de lasdeitas letras de confirmation de costumas37 ; la distinction entre les différentes sources juridiques est donc clairement établie et détermine l’archivage ; en vidimant les uns comme les autres, les consuls rendent ces écrits probatoires. Le memorandum suivant (1505-1506) signale que le livre a été achevé, qu’il a été relié et enluminé et qu’il ne manque que sa validation par le roi38. Trois ans plus tard, c’est le conditionnement et le classement de ces archives qui semblent urgents : ne parvenant pas à retrouver certains actes, les consuls réclament de les mettre en ordre dans des caisses adéquates39.

  • 40 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 5, al. 2.
  • 41 (nous) vous prions d’assembler les jurats et la commune pour faire un statut touchant les pêches et (...)
  • 42 qu’aucun de vous ne prenne de l’argent mais (qu’il ne soit) distribué que par votre trésorier, ibid

28Enfin, en plus de rappeler et de conserver, les memoranda incitent aussi à la production normative. Les consuls conseillent leurs successeurs sur l’édiction de nouveaux actes aptes à mieux définir les prérogatives et le fonctionnement de la commune. Cela vaut particulièrement en matière de droits fiscaux, notamment les péages : dans le registre du xive siècle, les consuls ont, à plusieurs reprises, incité à la conclusion de tractata à propos du conflit sur les leude pedatgii introitus exitus, qui les opposait à l’évêque et au chapitre cathédral40. Au début du xvie siècle, ce sont les droits sur la pêche qui demandent à être actualisés et suscitent la préconisation suivante : vos prenguam de assemblar los juratz et la comuna per far ung estatut tochant las pechas et gardiages laquala causa podetz far segon la tenor de nostra costuma et privilege41. La mention donne à voir la fabrique du droit, entre normes et pratiques, dans la délibération ; aux consuls d’en lancer l’initiative, parfois pour leur propre compte, comme cette injonction de 1507 à faire une ordonnance interne au consulat, que alcun de vous autres no prengan argent mes se destribins qua per votre thesaurie42, manifestement pour contrer le détournement d’argent public.

29De fait, si les memoranda ne sont pas des sources de droit ni ne disent toute la norme, ils n’en constituent pas moins un relais, une mémoire vive, occasionnellement mobilisée selon le sujet traité, et qui participe de son renouvellement.

Au service du pouvoir de/sur l’archive

  • 43 Voir notamment sur ce point : P. Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie(...)
  • 44 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 116, al. 2.

30En plus de se référer à la norme, les memoranda font de courantes allusions aux écrits de la pratique municipale avec qui ils sont en connexion. Pour l’historien, ils donnent ainsi à voir tant les usages et la gestion documentaires que les enjeux de pouvoir autour du contrôle des archives43. Il semble ainsi que les consuls d’Agen, tout du moins à la fin du Moyen Âge, l’aient accaparé et en aient fait une prérogative exclusive, dans le prolongement de leur pouvoir exécutif et législatif, comme pour mieux légitimer ce dernier, tant en interne qu’en externe. De sorte que leurs memoranda sont au service de ce pouvoir de et sur l’archive, par leur fonction d’information sur les écrits municipaux, leur typologie, leur gestion et leur conservation, et par celle de conseil sur la poursuite de l’œuvre entreprise. Ils font état d’une complexification croissante du paysage documentaire sur la durée de notre période d’étude, dont la discontinuité des sources empêche de voir les cheminements du processus de construction. En amont, les premiers memoranda du xive siècle ne font qu’une seule allusion aux archives : in papiris ville in quoscribuntur persone que ponunt vina44, soit des congés d’entrée de vin, qui ne semblent pas rassemblés dans un registre. Ce constat vient à l’appui de l’impression de « flou archivistique » que laisse le Livre des jurades dont ces memoranda sont issus et dont le contenu est, on l’a dit, hétérogène ; soit un registre « fourre-tout » qui, sans être unique, constitue alors la production centrale de la commune, et pas seulement du consulat.

  • 45 vers où vont les choses ordinaires qui touchent le bien de la chose publique, ADLG, E Sup. Agen, BB (...)
  • 46 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 13, 37.
  • 47 Ce mode d’identification est utilisé par d’autres villes, notamment dans le Bas-Limousin. Je remerc (...)
  • 48 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 49.
  • 49 Ibid., fol. 3-4.

31En aval, au début du xvie siècle, la transformation du paysage documentaire, tant qualitative que quantitative, est manifeste ; non seulement les memoranda parlent plus d’archives – ce qui montre que les consuls ont pris la main dessus – mais ils font aussi état de procédés de qualification et d’inventaire, conséquences d’un processus de sédimentation documentaire. Dès le premier rouleau de la décennie 1490, sont signalés un livre blanc, qui rassemble les obligations et les emprunts, et un registre de comptes, appelé le livre vert, tenu par le levador municipal, ver la vont adbilles chozes que touchens de bien de la cause publique45. Dans le dernier rouleau, on apprend que ce livre est décousu et tot rot, qu’il faut le faire relier, le ranger dans une caisse, d’autant qu’un nouveau livre de comptes, en parchemin, a été commencé46. D’autres registres sont aussi mentionnés ; certains usent de la même sémiotique des couleurs pour en faciliter l’inventaire47 : le livre jaune des privilèges, confectionné par le prieur des Jacobins, et un livre noir où sont apparemment incorporés les documents relatifs à une chapellenie48. D’autres, comme le livre des trésoriers49 ou le rolle des montres, ne semblent pas comporter de signes distinctifs.

  • 50 Ibid., fol. 16.

32Les consuls ne se contentent pas de gérer et d’entretenir le capital archivistique, ils savent aussi poursuivre l’entreprise en confectionnant d’autres registres, tel celui des reconnaissances foncières et « oublies ». Déplorant l’absence d’un terrier propre à la ville, ils en ont confié la réalisation à leur secrétaire50. Dans cette production, se décèlent la conviction archivistique des consuls mais aussi l’adoption d’un modèle seigneurial pour donner de nouveaux apprêts à leur pouvoir. Mettre en ordre et en registre pour faciliter l’utilisation des écrits suppose en amont de les concentrer et d’éviter leur dispersion ; or celle-ci semble chronique en raison tant de différents lieux de production, notamment avec le recours aux notaires, que de leur externalisation dans le cadre de procès, sans parler des inévitables pertes et disparitions dans le fonds même des archives communales. Et de fait, dans leur memoranda, les consuls ne cessent de demander de recouvrer telle sentence, tel papier tenu par d’autres mains et de préconiser régulièrement de faire l’inventaire des écrits de la ville. Le memorandum sert bien ici d’aide-mémoire de la circulation documentaire.

  • 51 Ibid., fol. 30.
  • 52 laquelle réparation est bien nécessaire pour la conservation des documents et autres choses apparte (...)
  • 53 Ibid., fol. 42.
  • 54 Ibid., fol. 44.

33Avec l’accroissement du volume des archives, les consuls ont été amenés à leur affecter un espace spécifique. Le memorandum de 1506-1507 préconise de transférer les livres ancians de la vila51 de dessous l’escalier où ils étaient relégués, dans une pièce construite spécialement au-dessus de la chapelle communale ; celle-ci, alors en rénovation, a vocation à devenir une salle d’archives, dont n’était pas dotée jusqu’alors la maison communale. Le souci de conservation est manifeste : laquelle reparacion est bien necessere per la conservacion des documens et autres choses apertenans a la dite ville lesquels se pindent52, mais les consuls ne peuvent que tirer gloire et avantage de cette construction qui exprime tout leur pouvoir sur l’écrit. Sa position au-dessus de la chapelle dit assez la sacralisation du « trésor » communal qu’elle doit abriter. Pour l’heure, celui-ci semble rentrer dans une seule caisse ; son accroissement a néanmoins nécessité qu’on le transfère dans une plus grande53, voire qu’on fabrique d’autres caisses dans lesquelles les documents sont rangés en sacs54. Le processus de fabrique de l’archive est bien en marche mais il est encore tâtonnant dans son organisation matérielle et son rangement.

34In fine, les memoranda peuvent passer pour des documents archétypaux du paysage documentaire et de la fabrique scripturaire et mémorielle des villes médiévales. Pourtant, ils sont singuliers dans leur forme comme dans leurs objectifs, balançant entre littérature grise et écrit source du pouvoir communal et de la circulation documentaire en son sein. On peut d’ailleurs s’amuser du fait que, dans la masse des archives municipales d’Agen, ces documents internes aient été les mieux conservés ; c’est dire combien ils occupent dans l’écrit communal une position centrale et structurelle que renforce encore leur caractère officieux. Au service d’un corps consulaire qui les a forgés à son image, pour son seul usage, ils ont été conçus comme un instrument garant de la perpétuation d’un système gouvernemental dont la rhétorique du bien public cachait mal les tendances oligarchiques. On mesure encore partiellement le rôle qu’ils ont joué dans les rivalités et les enjeux de pouvoir, mais leur autonomisation matérielle, avec l’adoption du rouleau à la fin du Moyen Âge, est sans doute en miroir de celle des consuls.

35Source originale et riche, les memoranda nécessitent néanmoins de les prendre pour ce qu’ils sont : avant tout, un outil programmatique qui ne transmet que la mémoire utile du gouvernement ; et, à n’en pas douter, il n’en dit pas tout. L’historien qui voudra en user prendra donc garde à ne pas tomber dans le piège de l’efficience de leurs prévisions et à rester au plus près de leur essence avant tout politique et mémorielle.

Notes

1 Les érudits de la fin du xixe siècle ont cependant mené un premier travail d’édition et de commentaires des sources médiévales ; on citera notamment, en matière d’écrits municipaux, Adolphe Magen, secrétaire perpétuel de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, qui, en 1894, assure la publication des Jurades de la ville d’Agen pour la décennie 1345-1355 (A. Magen [dir.], Archives historiques de l’Agenais, t. I, Jurades de la ville d’Agen [1345-1355], Auch, L. Cocharaux, 1894), et la thèse de droit qu’Henry Tropamer a réalisée en 1911 sur les coutumes d’Agen (H. Tropamer, La coutume d’Agen, thèse de droit, Bordeaux, 1911, avec transcription des coutumes).

2 Cet ouvrage relève d’un programme Région Aquitaine (2013-2017), dont l’objectif est la réalisation, dans la collection Atlas historique des villes de France, de cinq atlas pour « les villes-têtes » d’Aquitaine : Agen, Bayonne, Mont-de-Marsan, Pau, Périgueux, ainsi que d’un volume d’analyse comparative de ces cas urbains.

3 La première mention que l’on ait du consulat date de 1197. A. Magen, G. Tholin (dir.), Archives municipales d’Agen. Chartes de 1189 à 1328, Villeneuve-sur-Lot, Duteis, 1876, no 11.

4 Sur ce point, voir V. Y. Raytses, « Le programme de l’insurrection d’Agen en 1514 », Annales du Midi, 93, 1981, p. 255-277.

5 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 2.

6 Archives départementales du Lot-et-Garonne (désormais ADLG), E Sup. Agen, BB 22, fol. 39 : Item sas mes advertitz per lo rolle dos autres messenhors consuls predecessors… (Item, qu’ils en soient plus avertis par le rolle des autres messeigneurs consuls [leurs] prédecesseurs).

7 Le terme de rolle n’est cependant pas exclusif aux memoranda puisqu’il est aussi appliqué au relevé de la montre : est-il également sous forme de rouleau ? Les archives municipales d’Agen ne disposent que d’un seul autre document en rouleau, datant de 1370 (ADLG, E Sup. Agen, AA 10) : de grande taille, il rassemble des copies de privilèges. Sa forme assez solennelle le distingue des memoranda mais les deux types participent de la même écriture de la norme.

8 Voir par exemple H. Dewez, « Le rouleau comme support des comptes manoriaux au prieuré cathédral de Norwich (mi-xiiie-mi-xive siècles) », Comptabilité(s), 2, 2011, Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge ; en ligne : http://comptabilites.revues.org/400.

9 N. Hurel, « Chroniques universelles en rouleau, 1457-1521 », Revue d’histoire de l’Église de France, 80/205, 1994, p. 303-314.

10 R. Chartier, « Les usages de l’écrit du Moyen Âge aux Temps modernes », dans É. Anheim, P. Chastang (dir.), Pratiques de l’écrit, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes Paris 8 (Médiévales, 56), 2009, p. 93-114.

11 L’argument du savoir a été utilisé par les consuls, qui se disent « gens instruits et compétents », pour l’opposer à la volonté du « populaire » d’entrer au gouvernement à l’occasion de la sédition de 1481.

12 L’emploi du terme est le plus souvent une fabrique historiographique ; ainsi pour la ville de Martel (Lot) dont Henri Teulié a transcrit, dans les années 1893-1894, un registre à qui il donne le titre de memorandum des consuls, en le déduisant de la formule « Remembrassa sa… » (H. Teulié, « Memorandum des consuls de la ville de Martel », Revue de philologie française, 7, 1893-1894, p. 253-264). Le terme peut être également appliqué à d’autres écrits municipaux, tel à Montferrand où il est appliqué à une supplique consulaire adressée à Alphonse de Poitiers (voir J. Picot, J. Teyssot, « Les villes d’Auvergne et le roi : Montferrand au xiiie siècle », dans M. Billoré, J. Picot (dir.), Dans le secret des archives. Justice, ville et culture au Moyen Âge : sources et commentaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 221-250).

13 Si les memoranda n’ont pas de vocation historique et ne peuvent être aucunement assimilés aux chroniques urbaines, ils s’insèrent dans le mouvement de production d’écrits mémoriels qui, selon les villes, prennent des formes plus ou moins abouties : véritables œuvres historiques au service de l’identité et du rayonnement de la ville (voir, au premier chef, le cas des villes italiennes, notamment dans J.-Cl. Maire-Vigueur, « Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médiévale », Bibliothèque de l’École des Chartes, 153, 1995, p. 177-185 ; B. Garofani, « Les chroniqueurs italiens », dans I. Heullant-Donat [dir.], Cultures italiennes, Paris, Cerf, 2000, p. 169-191) ; ou simples mentions d’événements insérés dans les mémoires consulaires ou des livres de comptes (voir, entre autres, sur ce point, Fl. Garnier, « Livres de compte, mémoire et identité urbaines dans le Midi de la France au Moyen Âge », dans P. Gilli, E. Salvatori [dir.], Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français, Actes du colloque de Montpellier [8-9 décembre 2011], Turnhout, Brepols, 2014, p. 21-39).

14 ADLG, E Sup. Agen, BB 95, 1505.

15 Les scribes ne sont pas identifiables : clercs de ville ou consuls eux-mêmes ?

16 Dans les rouleaux, l’unité linguistique n’est perturbée que par l’insertion de formules latines dans la relation de procès ou par une francisation de plus en plus affirmée de l’occitan au début du xvie siècle.

17 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 33, al. 1.

18 Voir notamment sur ce point J.-Ph. Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », dans A. Marchandisse, J.-L. Kupper (dir.), À l’ombre du pouvoir : les entourages princiers au Moyen Âge, Liège, Publications de l’université de Liège (Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, 283), 2003, p. 177-202. Voir également M. Charageat, C. Leveleux-Teixeira (dir.), Consulter, délibérer, décider : donner son avis au Moyen Âge (France, Espagne, viie-xvie siècle), Toulouse, CNRS/université Toulouse-Le Mirail, 2010.

19 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 30, al. 4.

20 On peut en cela les mettre en correspondance avec les livres de raison, dont l’objectif est aussi de transmettre le reçu et la somme des connaissances et informations sur le patrimoine commun. Voir Chr. Klapisch-Zuber, « Comptes et mémoires : l’écriture des livres de famille florentins », dans C. Bourlet, A. Dufour (dir.), L’écrit dans la société médiévale. Divers aspects de sa pratique du xie au xve siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 251-258.

21 Prenez garde ; vous avertissent ; en mémoire de  ; vous souvenir ; (nous) vous recommandons ; sachez ; (nous) vous prions…

22 J’emprunte l’expression de « mémoire utile » à Laurent Morelle qui l’applique aux écrits monastiques. La grille de lecture qu’il établit au sein de cette mémoire entre fins internes (gestion, travail de commémoration, usage didactique) et externes (protection, défense, relations avec l’extérieur) est applicable, avec quelques nuances à l’écrit urbain. Voir L. Morelle, « Usages et gestion de l’écrit documentaire (Occident, vie-xiie siècle) : quelques considérations sur l’acte écrit », dans L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident). XXXIXe Congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 117-126.

23 BB20, fol. 5 et 11.

24 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 5 : Que visitetz los memorandums de tres annees passadas et que acompliscatz so que resta (Que vous consultiez les memoranda des trois années passées et que vous accomplissiez ce qu’il reste [à faire]).

25 La révision des privilèges de Bordeaux après la conquête française de 1453 a suscité des enquêtes et des négociations pour lesquelles Agen a rejoint les villes du Languedoc et du Quercy afin d’avancer l’échéance d’arrivée des vins du Haut-Pays à Bordeaux. Le pourcentage un peu plus élevé des mesures de type économique du rouleau BB21 est dû à cette procédure.

26 ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 13 : Messenhors, avés viste la election que aquels messenhors larroneux ont faicte an elegit sept ou VIII larroneux comme eulx, pilhers de ville (Messeigneurs, on a vu l’éléction durant laquelle ces messeigneurs larrons ont fait élire sept ou huit larrons comme eux, pilleurs de la ville).

27 (nous) vous prions que vous soyez bien diligents et soucieux du bien de la chose publique car elle en a bien besoin, ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 43.

28 car nous n’avons point d’argent ainsi que vous le savez, ibid, fol. 26.

29 ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 24.

30 Le non-enregistrement des coutumes d’Agen au Parlement de Bordeaux lors de sa création en 1462, a accentué leur obsolescence ; voir Tropamer, La coutume d’Agen, op. cit., « Introduction ».

31 l’ordonnance ancienne laquelle nous avons trouvé tant dans les établissements que dans un vieux livre, ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 2.

32 L’article des coutumes (art. 4) statue sur les punheres, soit des droits sur la mouture perçus par le seigneur sur les moulins de Garonne, sans préciser davantage la part de la commune. C’est sur ce point que reviennent les memoranda, pour en préciser le taux ; voir par exemple en 1499-1500 : quant deven prandre los molines de Garona et los dels molis terreux segon la valor del blat (nous devons [les] prendre sur les moulins de Garonne et les dits moulins terreux [de la juridiction] selon la valeur du blé) (ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 12).

33 Item que vous fassiez assembler les 24 (jurats) et leur demandiez s’il serait bon de faire établissement et cri, ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 24

34 que vous fassiez diligemment confirmer les privilèges de la ville par notre seigneur le roi car cela est une chose nécessaire à faire et le plus tôt que l’on pourra, comme cela a été approuvé par les 24 (jurats), ADLG, E Sup. Agen, BB 21, fol. 4, 3.

35 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 6.

36 On retrouve les mêmes préoccupations dans bien des villes à cette période comme à Montferrand en Auvergne (J. Picot, « Montferrand, le consulat et l’arca communis [milieu xiiie-début xvie siècle] », dans É. Jean-Courret, S. Lavaud, J. Petrowiste et J. Picot [dir.], Le bazar de l’hôtel de ville. Les attributs matériels du gouvernement urbain dans le Midi médiéval, Bordeaux, Ausonius Éditions, 2016).

37 que les lettres royales de confirmation de coutumes, lesquelles il n’est pas facile de mettre audit livre car les coutumes sont saisies dans deux livres de coutumes, il sera facile de les vidimer avec l’original des dites lettres de confirmation de coutumes, ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 12 et 13.

38 Ibid., fol. 18.

39 Ibid., fol. 44.

40 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 5, al. 2.

41 (nous) vous prions d’assembler les jurats et la commune pour faire un statut touchant les pêches et gardiages, laquelle chose peut se faire selon la teneur de notre coutume et privilège, ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol 55.

42 qu’aucun de vous ne prenne de l’argent mais (qu’il ne soit) distribué que par votre trésorier, ibid.

43 Voir notamment sur ce point : P. Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

44 Magen, Jurades de la ville d’Agen (1345-1355), op. cit., p. 116, al. 2.

45 vers où vont les choses ordinaires qui touchent le bien de la chose publique, ADLG, E Sup. Agen, BB 20, fol. 6.

46 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 13, 37.

47 Ce mode d’identification est utilisé par d’autres villes, notamment dans le Bas-Limousin. Je remercie Johan Picot pour m’avoir communiqué cette information.

48 ADLG, E Sup. Agen, BB 22, fol. 49.

49 Ibid., fol. 3-4.

50 Ibid., fol. 16.

51 Ibid., fol. 30.

52 laquelle réparation est bien nécessaire pour la conservation des documents et autres choses appartenant à la dite ville, lesquelles se perdent, ibid., fol. 39.

53 Ibid., fol. 42.

54 Ibid., fol. 44.

Table des illustrations

Crédits Archives départementales du Lot-et-Garonne, E Sup. Agen, BB 20, 21, 22 ; cliché S. Lavaud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40294/img-2.png
Fichier image/png, 684k
Crédits Archives départementales du Lot-et-Garonne, E Sup. Agen, BB 20, fol. 3-4 ; cliché S. Lavaud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40294/img-4.png
Fichier image/png, 911k
Titre Tableau 2 – Les domaines d’interventions consulaires selon les memoranda
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/40294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Sandrine Lavaud est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Bordeaux-Montaigne, rattachée à l’UMR 5607 Ausonius. Ses champs de recherche portent, d’une part, sur l’histoire des vignobles et des vins au Moyen Âge, particulièrement ceux de l’Aquitaine anglo-gasconne ; d’autre part, sur l’histoire urbaine, en tant que directrice de la collection de l’Atlas historique des villes de France. Après avoir coordonné l’Atlas historique de Bordeaux paru en 2009, elle a dirigé, dans le cadre d’un programme de recherche sur les « villes-têtes de l’Aquitaine », celui d’Agen (2017). L’étude de la fabrique urbaine l’a amenée à s’intéresser à ses acteurs, particulièrement aux gouvernements communaux ; outre leurs prérogatives sur l’espace, son approche s’est aussi tournée vers leurs modes de représentation et de communication politiques, notamment à l’occasion d’un ouvrage collectif sur les attributs matériels (écrits, sceaux, clefs, maison commune, etc.) du gouvernement urbain dans le Midi médiéval.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site