Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statuts communaux et circulations documentaires dans les sociétés méditerranéennes de l'occident (xiie-xve siècle)

 | 
Lett Didier

Les auteurs

Texte intégral

1Philippe Bernardi est directeur de recherche au CNRS. Il est médiéviste et spécialiste du monde de la construction. Ses travaux portent principalement sur l’histoire économique et sociale des techniques dans le Midi méditerranéen. Il est actuellement membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (Lamop, UMR 8589, CNRS/université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Il a dirigé plusieurs ouvrages dont Forêts alpines et charpentes de Méditerranée, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2007 ; (en collaboration avec J.-F. Bernard et D. Esposito) ; Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome)/Sapienza-Università di Roma, 418, 2008 et (en collaboration avec P. Beck et L. Feller, Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, Picard, 2014 et a écrit Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, CNRS/université Toulouse-Le Mirail, 2009, (Collection Méridiennes, série Histoire et techniques) et Bâtir au Moyen Âge, Paris, Éditions du CNRS, 2011.

2Marialuisa Bottazzi è dottore in Storia medievale e fa parte del direttivo del CERM sin dalla sua fondazione. E’ autrice di Italia medievale epigrafica. L’alto medioevo attraverso le scritture incise (secc. IX-XI) e di saggi attinenti l’impiego della scrittura epigrafica e della scrittura epistolare, il mondo artigiano a Venezia, il Patriarcato di Aquileia, le istituzioni e le statuizioni cittadine italiane. Particolarmente indicativi del suo lavoro sono i saggi: Tomaso Becket nella basilica di Aquileia: celebrazione o propaganda?, in “Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge. MEFRM”, 123-2 (2011), p. 561-576; Artigiani? Venezia: l’arte di fondere. Dalla documentazione d’archivio e dalle scritture incise (sec. XIII-XVI), in “Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo”, 111 (2009), p. 319-342; La lettera dei Romani all’imperatore Corrado III, in L’Épistolaire politique dans l’Europe médiévale. III. Lettres d’art et pensée politique, Convegno di Studio, Roma, 11-13 aprile 2013, a cura di S. Gioanni e P. Cammarosano, Trieste, CERM e École française de Rome, p. 211-243; Gli statuti di Monfalcone, in Monfalcone nel Medioevo, Convegno di studio, Monfalcone, 11 novembre 2014, a cura di M. Davide, Trieste, 2017 (Atti 11), p. 179-235. Ha recentemente curato, come referente regionale, la Bibliografia statutaria del Friuli-Venezia-Giulia (2006-2015),in Bibliografia Statutaria Italiana (2006-2015), a cura di B. Borghi, A. Casamassima, R. Dondarini, R. Sernicola, Biblioteca del senato della Repubblica. Comitato Italiano per gli Studi e le Edizioni delle Fonti Normative, Roma 2017, p. 107-112. Dirige e cura la ricerca, gli appuntamenti e le pubblicazioni degli Ateliers jeunes chercheurs organizzati dal CERM in collaborazione con l’École française de Rome.

3Sylvie Duval est pensionnaire à la fondation Thiers. Elle est spécialiste d’histoire religieuse et d’histoire du genre, qu’elle aborde principalement à travers l’étude des sources normatives et des sources de la pratique. Elle a notamment codirigé le dossier thématique Pise, de la Peste noire à la conquête florentine, 1348-1406 (MEFRM, 2017, 129/1) et publié « Scrivere, contare, gestire. I libri di amministrazione dei monasteri femminili fiorentini, 1320-1460 » dans A. Scattigno, C. Bianca, (dir.), Scritture, Carismi, Istituzioni. Percorsi di vita religiosa in età moderna, Rome, Storia e Letteratura, 2018, p. 85-104.

4Sandrine Lavaud est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Bordeaux-Montaigne, rattachée à l’UMR 5607 Ausonius. Ses champs de recherche portent, d’une part, sur l’histoire des vignobles et des vins au Moyen Âge, particulièrement ceux de l’Aquitaine anglo-gasconne ; d’autre part, sur l’histoire urbaine, en tant que directrice de la collection de l’Atlas historique des villes de France. Après avoir coordonné l’Atlas historique de Bordeaux paru en 2009, elle a dirigé, dans le cadre d’un programme de recherche sur les « villes-têtes de l’Aquitaine », celui d’Agen (2017). L’étude de la fabrique urbaine l’a amenée à s’intéresser à ses acteurs, particulièrement aux gouvernements communaux ; outre leurs prérogatives sur l’espace, son approche s’est aussi tournée vers leurs modes de représentation et de communication politiques, notamment à l’occasion d’un ouvrage collectif sur les attributs matériels (écrits, sceaux, clefs, maison commune, etc.) du gouvernement urbain dans le Midi médiéval.

5Nicolas Leroy est professeur d’histoire du droit à l’université de Nîmes et à l’Institut d’histoire du droit de l’université de Montpellier (EA 7401). Il est spécialiste de droit médiéval, de l’histoire municipale, des statuts médiévaux municipaux, de l’histoire des juristes médiévaux, de l’histoire et du droit des religions et de la laïcité. Il a notamment publié Une ville et son droit. Avignon du début du xiie siècle à 1251, Paris, De Boccard, 2008 ; « Carta, consuetudines, statuta... Langue et conservation des statuts municipaux en Languedoc », Mélanges de l’École française de Rome-Moyen Âge, 126/2, 2014, en ligne : http://mefrm.revues.org/​214 ; « Les fondements du pouvoir normatif municipal au Moyen Âge : l’exemple d’Avignon », dans Normes et normativité. Études d’histoire du droit rassemblées en l’honneur d’Albert Rigaudière, Paris, Economica, 2009, p. 25-38 et « Le droit en Languedoc à l’époque de Nogaret », dans B. Moreau et J. Théry-Astruc (éd.), La royauté capétienne et le Midi au temps de Guillaume de Nogaret. Actes du colloque des 20 et 30 novembre 2013, Nîmes, la Fenestrelle, p. 99-104.

6Didier Lett est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris Diderot (Paris 7) et membre senior de l’IUF. Spécialiste de l’enfance, de la famille et du genre, il a également travaillé sur la documentation de l’Italie communale ou pontificale (registres de justice, statuts communaux, procès de canonisation). Durant cinq ans, il a dirigé, à l’École française de Rome, le programme « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (xiie-xve siècle) », à l’origine de cette série d’ouvrages édités aux Éditions de la Sorbonne-CERM (il a dirigé le premier volume de la série, intitulé « La confection des statuts dans les sociétés méditerranéennes de l’Occident (xiie-xve siècle) » paru en 2017). Dans ce champ de recherche, il a notamment publié, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, PUF (Le Nœud Gordien), 2008 ; « Des compilateurs au travail. Groupe et identité des statutari dans les Marches centro-méridionales du xve siècle », dans D. Lett (dir.), La confection des statuts dans les sociétés méditerranéennes de l’Occident (xiie-xve siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne-CERM, 2017, p. 197-224 ; « Sexuelle Gewalt und Gender in den Gerichtsakten von Bologna im 15. Jahrhundert », dans Dorothea Nolde (dir.), Sexuelle Gewalt gegen Kinder in der Geschichte/Sexual Violence against Children in Historical Perspective, OEZG (Österreichische Zeitschrift für Geschichtswissenschaft), Vienne, 2, 2017 ; « L’inceste père-fille à la fin du Moyen Âge : un crime, un péché de luxure ou un acte consenti ? », Société et Représentations, « Dire l’inceste », automne 2016, 42, p. 15-30.

7Matteo Magnani est docteur de l’université de Turin. Il a poursuivi ses recherches auprès de l’EHESS de Paris et la MMSH d’Aix en Provence, où il est rattaché en tant que chercheur associé à l’UMR 7303 Telemme. Il est spécialiste des pratiques judiciaires et des systèmes de négociation des peines à la fin du Moyen Âge pour le Piémont savoyard et la Crète vénitienne. Actuellement, il s’intéresse particulièrement à l’histoire sociale de la commune de Savone entre le xiiie et le xive siècle. Parmi de nombreuses publications, on peut citer « La risposta di Venezia alla rivolta di San Tito a Creta (1363-1366): un delitto di lesa maestà? », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 127/1, 2015, en ligne : http://mefrm.revues.org/​2406 ; « Storia giudiziaria della Rivolta di San Tito a Creta (1363-1366) », Reti Medievali Rivista, 14, 2013, p. 131-165 ; « Candie, une autre Venise : équilibres sociaux, conflictualité urbaine et groupes de pouvoir en Crète vénitienne entre xiiie et xive siècle », dans M. Ouerfelli, B. Marin, G. Buti, É. Malamut et P. Odorico (dir.), Villes en Méditerranée au Moyen Âge et à l’Époque Moderne, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2017, p. 359-382.

8François Otchakovsky-Laurens est docteur en histoire médiévale de l’université d’Aix-Marseille, chercheur associé au laboratoire Telemme (UMR 7303, université d’Aix-Marseille/CNRS). Ses travaux portent sur l’écrit de gouvernement, la normativité juridique, la vie politique et les pratiques de délibération urbaines à la fin du Moyen Âge. Il a notamment publié : « S’assembler, délibérer, enregistrer au xive siècle : quand Marseille se constitue en institution », Mélanges École française de Rome-Moyen Âge, 127-1, 2015 ; « Par l’écrit et par le droit : la construction du bien commun à Marseille au xive siècle », Le Moyen Âge, 3-4/2014, p. 657-672 ; « Les assemblées municipales marseillaises au xive siècle et l’enregistrement de la parole publique », dans A. Mailloux, L. Verdon (dir.), L’Enquête en questions. De la réalité à la « vérité » dans les modes de gouvernement. Moyen Âge-Temps modernes, Paris, Éditions du CNRS, 2014, p. 85-101.

9Judicaël Petrowiste est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Diderot (Paris 7). Il consacre ses recherches à l’économie et aux sociétés du Midi toulousain médiéval. Il a notamment codirigé, avec E. Jean-Courret, S. Lavaud et J. Picot, l’ouvrage collectif Le bazar de l’hôtel de ville. Les attributs matériels du gouvernement urbain dans le Midi médiéval, Bordeaux, Ausonius, 2016. Il a publié dans ce même ouvrage, en collaboration avec Lionel Germain, « Au bric-à-brac de l’universitas. Les objets et archives conservés dans l’hôtel de ville de Najac, supports de l’autonomie communale (vers 1260-vers 1330) ».

10Gabriella Piccinni est professore ordinario di storia medievale à l’université de Sienne, spécialiste de la Toscane, de la vie urbaine à Sienne (hôpitaux, paysage urbain), de la mezzadria dans le contado siennois, et de l’alimentation. Elle a, en outre, publié : Il contratto di mezzadria nella Toscana medievale, III, Contado di Siena (1349-1518), Appendice : la normativa, 1256-1510, Florence, 1992 ; « Mezzadria e potere politico. Suggestioni dell’età moderna e contemporanea e realtà medievale », Studi storici, XLVI, 2005, p. 923-943 (A. Cortonesi, M. Montanari, A. Nelli (dir.), Contratti agrari e rapporti di lavoro nell’Europa medievale, Bologne, 2007, p. 87-112 [réed.]) ; G. Piccinni (en collaboration avec A. Cortonesi), Medioevo delle campagne. Rapporti di lavoro, politica agraria, forme della protesta, Rome, 2006.

11Valérie Theis est professeure d’histoire du Moyen Âge à l’École normale supérieure de Paris (IHMC). Elle travaille sur l’histoire politique et sociale des sociétés méditerranéennes à la fin du Moyen Âge avec une attention particulière à l’étude des pratiques de l’écrit comme instrument de gouvernement des populations à la fin du Moyen Âge. Dans ce cadre, ses travaux précédents ont notamment porté sur les comptabilités : Les comptabilités pontificales, Mélanges de l’École française de Rome, 118/2, 2006 ; ou les enquêtes : T. Pécout (dir.), co-édition avec P. Bernardi, J.-L. Bonnaud, M. Cassioli, A. Mailloux, E. Sauze, J. Stephan, L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans le comté de Forcalquier (juin-septembre 1332), Paris, Éditions du CTHS, 2017. Au-delà de sa participation au programme de recherche dont est issu ce livre, elle a déjà abordé l’étude des statuts communaux et provinciaux dans Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome 464), 2012.

12Fabrizio Titone è ricercatore Ramón y Cajal presso la Universidad del País Vasco. I suoi studi riguardano l’ambito urbano nel tardo Medioevo, con particolare riferimento alla Sicilia. Negli ultimi anni ha sviluppato nuovi temi d’analisi in merito ai riti di passaggio, all’organizzazione familiare, alle politiche di controllo ecclesiastico e reazioni alle stesse. In correlazione a questi ambiti ha elaborato la metodologia del dissenso disciplinato. Tra le sue pubblicazioni più recenti: Developing Strategies of Protest in Late Medieval Sicily, in Justine Firnhaber-Baker, Dirk Schoenaers (eds.), The Routledge History Handbook of Medieval Revolt, London/New York, Routledge, 2017, p. 292-310. (Titone, ed.), Disciplined Dissent: Strategies of Non-Confrontational Protest in Europe from the Twelfth to the Early Sixteenth Century, Roma, Viella, 2016. « Bewailing the Dead: Social Tension and Mourning Practices in Late Medieval Sicily », in Viator, 45, 3, 2014, p. 237-260. « Aragonese Sicily as a Model of Late Medieval State Building », in Viator, 44, 1, 2013, p. 217-249.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site