Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Première partie. Halbwachs et les sciences sociales

La part d’autrui dans la construction de soi : quelques éléments de comparaison entre Maurice Halbwachs et Georg Simmel

Lilyane Deroche-Gurcel

Texte intégral

  • 1 G. Simmel, Questions fondamentales de la sociologie, dans Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, (...)
  • 2 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF, 2001, p. 17.

1Naturellement, dans ces lignes, c’est la contribution de Maurice Halbwachs qui nous retiendra essentiellement. Georg Simmel, auquel Halbwachs a succédé à Strasbourg a, avant son collègue, largement contribué, à travers la notion d’action réciproque ou d’interaction, à montrer que la place éminente qu’il accorde à l’individu ne ressortit nullement à l’atomisme, mais qu’au contraire, c’est le lien, la rencontre, l’entrecroisement des cercles sociaux, qui produisent l’individu nécessairement socialisé. Comme il l’écrit lui-même, « il y a le fait que la coexistence d’individus ayant des rapports réciproques entre eux engendre en chacun d’eux ce qu’on ne saurait expliquer à partir d’un seul »1. Halbwachs rejoint au moins partiellement Simmel sur ce point et marque ainsi un élément de dissidence avec Émile Durkheim. Cette association des consciences fait partie des difficultés avec lesquelles les successeurs de Durkheim auront à compter, comme le remarque Jean-Christophe Marcel : « La société ne se prête plus à une définition univoque car elle est l’association entre individus et la trame des produits de cette association », en citant à ce titre Georges Davy et Massimo Borlandi2.

2Le premier point de notre analyse consistera à pointer quelques endroits où l’action réciproque officie dans la réflexion de Halbwachs et manifeste la part d’autrui – terme polysémique par lequel nous entendons aussi bien l’individu que la famille, le groupe ou la société – dans la construction de soi. Pour faire droit à cette dernière notion nous nous intéresserons rapidement dans un deuxième temps à cette thèse apparemment paradoxale selon laquelle il n’existe pas de souvenir purement individuel. Dans un troisième temps nous reviendrons sur cette analyse-là encore paradoxale de Halbwachs, pour lequel autrui, la société, est si prégnant qu’il va jusqu’à imprimer sa marque dans des émotions ou leur expression, dans des impressions qui paraissent relever d’une sphère intime imperméable à toute incursion du social. La part d’autrui dans la construction de soi se manifeste chez Halbwachs dans la tradition, la mémoire collective ou sociale, nous tâcherons d’en faire ressortir les grands traits et de signaler à ce sujet les points de convergence et de divergence avec Simmel, nous procéderons alors en deux temps. Pour conclure nous indiquerons le malaise de Halbwachs lorsqu’il s’agit de penser la nouveauté, malaise qui marque la frontière au-delà de laquelle autrui est étranger à la construction de soi et, à la limite, l’empêche ; il s’agit, entre autres aspects, de la part faite à l’histoire, perçue comme lieu de discontinuité, alors que la mémoire collective cultiverait par différents moyens la continuité, mais à quel prix ?

  • 3 M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925, rééd. Paris, Albin Michel, 199 (...)
  • 4 M. Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 63. Cet ouvrage sera désigné da (...)

3Le phénomène de l’interaction intervient chez Halbwachs et Simmel, et ce seul point mériterait d’être relevé tant sa légitimité chez Durkheim et ses successeurs est contestée. L’idée de mémoire collective chez Halbwachs opère nécessairement avec ce concept d’interaction puisqu’il assure la circulation des faits dont la somme édifie cette mémoire et la rend partiellement commune aux membres d’une ou plusieurs générations. De là cette première constatation : « Les hommes et les objets que nous avons vus le plus récemment, ceux qui nous entourent […], forment avec nous une société au moins temporaire. Ils agissent ou peuvent agir sur nous et nous sur eux. »3 Autrui, par sa capacité à interagir avec nous participe de nos choix, de nos engagements, de notre personnalité. Mais l’action réciproque qui intéresse Simmel moins dans ses effets à terme que dans une société en train de se faire, ne correspond pas à la même perspective chez Halbwachs pour qui c’est la durée qui importe, et tout autant, par différence avec Bergson, l’idée que le souvenir n’est pas revécu mais reconstruit. C’est ce phénomène de la reconstruction qui nécessite l’interaction et les deux notions sont conjointes chez notre auteur : « Pour que notre mémoire s’aide de celle des autres, il ne suffit pas que ceux-ci nous apportent leurs témoignages : il faut encore qu’elle n’ait pas cessé de s’accorder avec leurs mémoires et qu’il y ait assez de points de contact entre l’une et l’autre pour que le souvenir qu’ils nous rappellent puisse être reconstruit sur un fondement commun. […] Il faut que cette reconstruction s’opère à partir de données ou de notions communes qui se trouvent dans notre esprit aussi bien que dans ceux des autres, parce qu’elles passent sans cesse de ceux-ci à celui-là et réciproquement, ce qui n’est possible que s’ils ont fait partie et continuent à faire partie d’une même société. Ainsi seulement, on peut comprendre qu’un souvenir puisse être à la fois reconnu et reconstruit. »4

  • 5 Ibid., CS, p. 130.

4Nous le verrons plus précisément dans la suite de cette communication, durée et reconstruction sont les maîtres mots de la mémoire collective. Au titre de la première, elle apparaît comme un souci chez Halbwachs, qui la conjoint avec l’action réciproque, cette dernière apparaissant comme le tissu conjonctif sur fond de quoi peut se constituer la mémoire collective. La collusion des deux aspects, durée, même relative, et action réciproque témoignent ici de leur solidarité : « Comme les groupes n’ont, dans l’espace, qu’une stabilité relative, comme sans cesse certains de leurs membres s’éloignent d’eux, un fait qui concerne un individu n’intéresse le groupe que pendant un certain temps, tant que les individus sont rapprochés, et que l’acte ou l’état de l’un réagit ou peut réagir sur la manière d’être et les démarches des autres. »5 L’ensemble de l’ouvrage le confirme, la mémoire collective, si certaines initiatives ne sont pas prises, telle par exemple le phénomène complexe de la reconstruction, se distingue par sa fragilité ; une petite société amicale réunie dans un train constitue un fragment d’histoire collective fédérée par la somme d’actions réciproques qui en tissent la trame, mais sa pérennité s’altère dans les jours qui suivent, elle se délite en fonction des préoccupations personnelles de chacun qui progressivement oubliera tel ou tel événement, telle conversation qui, pendant un laps de temps, aura participé à la transformation de l’addition de personnes en une petite société.

  • 6 G. Simmel, Über soziale Differenzierung, Berlin, Duncker & Humblot, 1890, rééd. Uhrkampf, 1989.
  • 7 Pour une présentation de cet aspect je me permets de renvoyer le lecteur à ma préface de la traduc (...)

5Simmel pendant un temps, et dans le but de créer une sociologie qui aurait vocation à étudier les formes de la société indépendamment de leur contenu, avait lui aussi été gêné par un aspect qui pour Durkheim était partie constituante de la sociologie, la durée. La participation éphémère de Simmel à L’Année sociologique en porte la trace par son intitulé : « Comment les formes sociales se maintiennent. » Pourtant, dès 1894 en fait, Simmel se libère de cette durée qui ne gênait pas Durkheim pour qui le groupe restait le même malgré l’apparition ou la disparition de nouveaux membres, mais qui embarrassait Halbwachs, esprit plus analytique, sensible au fait que la succession des générations ne garantissait pas la reproduction du « même ». Dans un ouvrage de jeunesse6, Simmel qui avait déjà mis au point la notion d’action réciproque se trouvait dans une sorte d’aporie liée au fait que l’action réciproque déploie des conséquences potentiellement gênantes7. Comment alors écarter du domaine de la sociologie, des éléments, atomes de la mémoire collective chez Halbwachs, tels une promenade, le regard fugitif échangé entre deux personnes, actions réciproques incontestables malgré leur brièveté ? En 1890 donc, et je reprends ici un fragment de la préface citée supra, Simmel ayant posé l’action réciproque comme la dynamique dont le déploiement forme la société, cherche, comme effrayé par les conséquences de sa thèse, à en limiter la portée. L’action réciproque, lui semble-t-il, selon son extension initiale, non tempérée par d’autres considérations, ferait passer indûment pour sociales des relations qui ne seraient en fait que subjectives en raison de leur labilité et du nombre restreint des acteurs qui en sont les vecteurs. Aussi conviendrait-il d’opposer une frontière séparant sûrement le subjectif du social. Pour contenir hors de l’espace social ces actions réciproques marquées au sceau de la subjectivité en 1890 – et qui, corrélées avec la notion de forme, deviendront à partir de 1894 les thèmes les plus riches d’une microsociologie enfin légitimée par le processus de la forme associé au phénomène de l’action réciproque – Simmel, bien que ne voyant en elles qu’une différence de degré par rapport aux formes plus figées de socialisation, ne trouve d’autre moyen pour les disqualifier qu’un critère temporel ayant valeur de frontière. Seules seront décrétées sociales les socialisations durables réunissant un grand nombre d’individus. C’est donc l’idée de la permanence, de la succession, de ce qui dure et se cristallise en formations stables, continues, qui sera affichée faute de mieux en 1890. Dans une vision pratiquement durkheimienne, Simmel propose le critère de la durée pour imposer un seuil en deçà duquel l’action réciproque n’aurait pas de déploiement véritablement social mais subjectif. En 1894, nous l’avons signalé, le critère de la forme isolée du contenu de la socialisation vient résoudre l’aporie et faire admettre que le conflit, aussi bien qu’une simple promenade, a titre à devenir objet d’investigation sociologique.

6Halbwachs lui n’a pas repris cette notion de forme et toute sa conception de la mémoire collective est marquée par ce fait. Il ne s’agit aucunement de distribuer ici les bons et les mauvais points mais de tirer les conséquences de ces orientations parfois proches de celles de Simmel, parfois différentes. La première conséquence tient dans la catégorie psychologique de la méfiance ou de la défiance en filigrane dans l’édification des cadres sociaux de la mémoire, souvent issues d’un sentiment d’incertitude de la part de l’acteur chez Halbwachs, opposée à la fidélité et la gratitude dont Simmel dans son ouvrage de 1908, la Sociologie, fait des concepts majeurs pour expliquer, dans bien des cas, l’autoconservation du groupe social, avec une extension potentiellement plus importante, plus durable, que celle de la mémoire collective. Nous aborderons plus précisément ces aspects contrastés dans le quatrième point de notre exposé.

  • 8 G. Simmel, Sociologie, études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, ch. 6.
  • 9 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 188.
  • 10 M. Halbwachs, MC, p. 141. Les précisions abondent et nous en choisissons une parmi d’autres, C.S, (...)

7La part d’autrui est à ce point constitutive de la construction de soi que Halbwachs écarte l’hypothèse de souvenirs purement individuels, corrélativement il attache une grande importance à un thème précédemment élaboré par Simmel mais dans une autre perspective : le croisement des cercles sociaux, qui chez ce dernier8 officie comme un facteur de modernité, alors que chez Halbwachs il est un des leviers de la mémoire collective. « Quand nous nous souvenons, nous ne sommes jamais seuls. Ce qu’on croit être les souvenirs les plus personnels, comme ceux de l’enfance, alors que nous n’étions pas complètement socialisés, sont des événements vécus dont le récit et l’évocation sont entretenus et modelés par les parents, la famille », résume Jean-Christophe Marcel9. Blondel objectait à Halbwachs un souvenir de désobéissance d’enfant accompli seul, loin du regard des adultes. Halbwachs explique ce type de souvenir apparemment individuel par le cadre familial qui lui sert d’écrin en quelque sorte : soit que l’enfant anticipe la peur d’une correction et se sente coupable, ce qui expliquerait l’effet de rémanence du souvenir des années plus tard, soit que l’événement ait été largement cité et commenté par la famille et que la narration l’imprime dans la mémoire de l’enfant. De là cette formule presque sibylline de Halbwachs : « Il est difficile de concevoir comment s’éveillerait dans une conscience isolée le sentiment de l’identité personnelle, peut-être parce qu’il nous semble qu’un homme entièrement seul ne pourrait d’aucune manière se souvenir. »10 La réflexion de Halbwachs, critique de Bergson et proche de Leibniz, s’étend sur toute la durée de sa vie intellectuelle, elle est plus complexe qu’il n’y paraît parce que les entrées dans ce domaine sont multiples. Pour la clarté de l’exposé, il importe de se rapporter à Gérard Namer, familier de la pensée de Halbwachs, qui rend compte de la différence d’orientation des deux ouvrages auxquels nous nous référons ici :

  • 11 G. Namer, « Postface » à MC, p. 264.

« Les Cadres étaient le premier moment d’une œuvre où la mémoire individuelle était saisie en extériorité par les mémoires collectives puisque se souvenir c’était : faire s’identifier une mémoire individuelle avec une mémoire collective religieuse, de classe ou de famille. Au cœur de la remémoration il restait l’expérience fondamentale d’un sens partagé par je et par les autres. La Mémoire collective, au contraire, part de l’identité première de la mémoire individuelle avec les multiples mémoires collectives économiques, etc. […] le thème que la mémoire individuelle est au croisement de plusieurs mémoires apparaît dès 1932… »11

  • 12 M. Halbwachs, MC, p. 94.
  • 13 Ibid. p. 128.
  • 14 C’est moi qui souligne.
  • 15 M. Halbwachs, CS, p. 144.

8Aucun solipsisme n’affecte donc la mémoire individuelle qui n’est ni isolée ni fermée. Reprenant sans les citer des analyses de Leibniz, Halbwachs indique qu’un individu ayant oublié tel ou tel événement, peut se le remémorer à la faveur d’une circonstance énoncée par l’un de ses contemporains d’alors. C’est alors une heureuse surprise, tout un pan de son passé sort des ténèbres et revient à lui, l’intégrant à un événement qu’il a vécu avec d’autres, tout ceci par l’usage du langage, de catégories sociales partagées par tous (ce qui cesse de se produire dans l’aphasie, nous le verrons plus loin). Cependant la simple relation d’un fait peut ne pas suffire pour que rejaillisse le souvenir, encore faut-il que l’oublieux ait été à l’époque à l’unisson des autres pour que le souvenir collectif l’ait trouvé disponible au point que sa présence dans le groupe d’alors se soit doublée d’une participation aux événements vécus alors et rassemblés en mémoire sociale. Nous rejoignons la distinction opérée plus haut entre les deux ouvrages de Halbwachs pour faire valoir qu’aucun souvenir individuel n’est le résumé d’une mémoire collective dont il serait la réduction ou la partie totale : « De cette masse de souvenirs communs […] ce ne sont pas les mêmes qui apparaîtront avec le plus d’intensité à chacun d’eux. Nous dirions volontiers que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective, que ce point de vue change suivant la place que j’y occupe, et que cette place elle-même change suivant les relations que j’entretiens avec d’autres milieux. »12 Il le précise ailleurs, ce n’est pas la co-présence physique à un moment donné d’individus rassemblés qui est le gage d’une appartenance équivalente à la mémoire collective. C’est à cet endroit que nous rejoignons le thème du croisement des cercles sociaux : « Pour que la mémoire des autres vienne ainsi renforcer et compléter la nôtre, il faut aussi, disions-nous, que les souvenirs de ces groupes ne soient point sans rapport avec les événements qui constituent mon passé. Chacun de nous, en effet, est membre à la fois de plusieurs groupes, plus ou moins larges. »13 Le souvenir, nous l’avons vu, n’est pas d’ordre intuitif. De cette caractéristique il ressort sa collusion étroite avec l’instance intellectuelle de chacun, il a part à la réflexion et partage, de façon apparemment étonnante, cette particularité avec le registre des émotions et de leur expression. Entre le souvenir intellectualisé et l’émotion qui ne l’est pas moins, voici un court texte qui vaut comme transition :« Certes chacun, suivant son tempérament particulier et les circonstances de sa vie, a une mémoire qui n’est celle d’aucun autre. Elle n’en est pas moins une partie et comme un aspect de la mémoire du groupe, puisque de toute impression et de tout fait, même qui vous concerne en apparence le plus exclusivement, on ne garde un souvenir durable que dans la mesure où on y a réfléchi14, c’est-à-dire où on l’a rattaché aux pensées qui nous viennent du milieu social. »15

  • 16 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 193.
  • 17 M. Halbwachs, CS, p. 149-150.
  • 18 Ibid., p. 147, dans la suite immédiate du texte, Durkheim est cité.

9Halbwachs propose la thèse aux développements paradoxaux à prime abord, selon laquelle sensibilité et affectivité ressortissent au domaine de la vie intellectuelle et à la mémoire, avec qui elles sont en interaction. Comme l’établit Jean-Christophe Marcel : « Les fonctions intellectuelles inférieures (émotions, sentiments, volonté) sont en étroite dépendance chez l’homme avec la vie intellectuelle supérieure qui est toujours liée à la pensée collective et dont un des pivots centraux est la mémoire. »16 Malgré les apparences la part d’autrui dans la construction de soi ne saurait être sous-estimée, pas plus dans le registre des souvenirs que dans celui, plus intime, des sentiments et des émotions. Le premier exemple est lié à la famille, cette association toujours labile d’individus qui y naissent, qui s’y lient, qui la quittent : « C’est surtout lorsqu’on compare divers types d’organisation familiale qu’on s’étonne de tout ce qu’il y a d’acquis et de rapporté, dans ceux de nos sentiments que nous pourrions croire les plus simples et les plus universels. »17 Là où l’on s’attend à une spontanéité apte à modifier au moins partiellement la famille à laquelle on se lie, là où la personne croit être reçue et acceptée comme personne douée de sa part légitime d’altérité, là où en fait l’interaction devrait faire valoir son efficacité, une codification impalpable mais rigide vient suspendre l’élan individuel et le statufier dans des règles : « De quelque manière qu’on entre dans une famille, par la naissance, par le mariage, ou autrement, on se trouve faire partie d’un groupe où ce ne sont pas nos sentiments personnels, mais des règles et des coutumes qui ne dépendent pas de nous, et qui existaient avant nous qui fixent notre place. »18

  • 19 M. Halbwachs, Classes sociales et morphologie, Paris, Les Éditions de minuit, 1972 p. 164-173.
  • 20 M. Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte, Paris, PUF, 1941.
  • 21 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 193.
  • 22 M. Halbwachs, « L’expression des émotions et la société », dans Classes sociales et morphologie, o (...)

10Dans un court article publié à titre posthume (1947), intitulé « L’expression des émotions et la société »19, Halbwachs pousse plus avant l’incursion de la société dans un registre sur lequel elle semble n’être pas être habilitée à exercer de juridiction. Il s’agit de l’émergence et de l’expression des sentiments et passions d’une part, des émotions d’autre part. L’auteur établit une différence entre ces deux domaines de la vie affective. Le premier cité ressortit aux formes supérieures de sensibilité, le second paraît plus spontané. Malgré cette dichotomie affichée, le propos consiste à faire de ces deux registres un mode de communication sociale et la comparaison avec la langue et le langage, facteurs sociaux par excellence, revient opiniâtrement sous la plume de notre auteur. Dans ce texte, il est difficile de ne pas reconnaître l’influence de Durkheim, ce qui n’enlève rien au fait que, dans un autre ouvrage20, « la phénoménologie de Halbwachs gomme la dichotomie que Durkheim avait érigée en opposition irréductible entre individu et société »21. Cependant, dans le texte qui nous occupe, les éléments d’action réciproque dont la définition a été donnée dans l’introduction de cette étude cèdent devant la thèse d’une société antécédente, primordiale et comminatoire. En fait la distinction affichée d’emblée entre sentiments et passions, puis le répertoire des émotions, ultimement cède, ou céderait, devant une société vecteur de communication. Même au plus fort de sa passion, l’individu passionné porte en soi un individu social qui le surveille. La passion est alors reliée au raisonnement, à la pensée, instance qui atteste l’action indirecte de la société dans un domaine dont on la croit tenue en lisière. Dans ce type de situation l’individu semble, au moins sur un plan phénoménologique, échapper partiellement à la pression sociale, dans la mesure où ceci peut se dérouler en son for intérieur« loin des yeux (sinon en dehors de l’influence occulte) de la société »22. Cette notion de for intérieur n’est pas le fait des émotions et de leur expression qui est perceptible, matériellement exprimée, et doit à cette extériorisation leur assujettissement à la société. Si la passion, malgré lapart personnelle d’élaboration qui lui donne sa coloration et son intensité spécifique, par son lien au raisonnement est en ce sens reliée à la société, parce que, dit Halbwachs, « ces états affectifs sont pris dans des courants de pensée qui viennent en notre esprit du dehors, qui sont en nous parce qu’ils sont dans les autres », les émotions ne connaissent pas un sort bien différent. Leur manifestation phénoménologique, telle que nous la percevons, ne doit rien à la spontanéité ou à l’hérédité. À l’instar du sentiment et de la passion, et pour que ce registre soit compris voire approuvé par la société, cette dernière servirait de canal pour que l’émotion n’apparaisse pas comme un moment de folie mais comme une expression accessible au plus grand nombre ; pour que cette relation existe, et pour arracher à l’émotion tout caractère solipsiste, l’émotion, comme le sentiment et la passion, est transmise comme un langage et trouve donc un écho, une compréhension dans une société qui la codifie.

  • 23 Ibid., p. 165.
  • 24 Ibid., p. 173.

11Cette prégnance de la société est telle qu’un individu vivant en marge d’elle voit s’atrophier la gamme d’expression de ces émotions ; Blondel que commente Halbwachs écrit même : « Les états affectifs forts sont assez rarement le fait d’individus isolés. La solitude appauvrit en général non seulement l’expression extérieure de nos émotions […] mais le jeu même de représentations et de sentiments qui le sous-tendent. »23 Cette atrophie s’inverse lorsqu’un public imaginé ou réel fait irruption dans notre solitude. Dès lors, la société ne se contente pas d’influencer l’expression de nos sentiments pour qu’ils soient pleins de sens pour tout un chacun, il ne lui suffit pas de moduler leur expressivité, elle nous enjoint, en fonction des circonstances, de ressentir telle ou telle émotion, dont la nature semble congruente avec telle ou telle circonstance. La société est une perpétuelle éducatrice et le cadre obligé qui sertit l’expression de nos sentiments et émotions. Loin donc qu’il faille s’imaginer ces derniers comme le dernier bastion inaccessible à la collectivité, c’est celle-ci qui les rattache à la coutume et fait de nous, malgré nous, des acteurs plutôt que des auteurs, « c’est dans les groupes dont nous faisons partie que nous avons appris à les exprimer, mais aussi à les ressentir »24.

12Le souvenir n’est pas individuel, il manifeste la part de la société dans l’élaboration de la personnalité ; le répertoire des passions et émotions est lui aussi soumis aux codes de la vie collective, il est temps d’étudier en quoi la tradition façonne les individus de telle façon que le hasard de leurs expériences s’agrège en une somme qui, là encore, porte le sceau d’autrui dans la construction de soi.

13La tradition chez Halbwachs se définit au moins de deux façons complémentaires que nous souhaitons restituer ici. Il s’agit de l’articulation de la technique avec la fonction d’une part, et des différents modes de constitution de la mémoire collective d’autre part. Nous abandonnerons à la dernière partie de cet exposé le soin de montrer comment la mémoire collective porte en elle certaines difficultés qui n’ont pas été levées par leur auteur. Dans un premier sens la tradition se veut la combinaison de deux instances dont le second terme exprime vraiment la tradition, c’est-à-dire le mode par lequel la part d’autrui dans la construction de soi se manifeste de façon évidente.

  • 25 M. Halbwachs, Classes sociales et morphologie, op. cit., p. 104.
  • 26 Ibid., p. 104.
  • 27 M. Halbwachs, CS, p. 130.

14Pour ce faire, Halbwachs opère la distinction importante entre technique et fonction. Les classes moyennes, écrit-il25, exercent une activité technique qui suppose la connaissance pratique d’un certain nombre de règles ainsi que leur application exacte. Ce qui caractérise par ailleurs la technique c’est sa généralité : « Une technique est, en effet, un corps de préceptes et de règles qui sont préparés de façon à pouvoir s’appliquer d’une manière uniforme à la généralité des cas », et ceci sans faire acception des personnes. La technique est donc du ressort des classes moyennes, petits fonctionnaires, employés ; elle est l’aspect subordonné de la fonction. Si on définit la technique de façon négative, on peut dire qu’il s’agit« d’un ensemble de démarches sans lesquelles, si elles ne sont pas accomplies, la fonction n’arrivera pas à son but »26. Puisque la vie sociale change sans cesse, il est impératif que les règles soient générales et uniformes. Ce qui caractérise le point de vue de la technique, c’est qu’elle considère les hommes et les groupes comme des ensembles d’unités identiques qui possèdent cette particularité des choses matérielles de pouvoir être quantifiées de toutes les façons, elles peuvent être comptées, dénombrées, mesurées, réparties. Les citations ne manquent pas qui insistent sur cette accointance de la technique avec tous les ordres de quantification. Sur cet aspect il y a convergence entre Simmel et Halbwachs, et cette domination du calcul apparaît chez Simmel comme un marqueur de la modernité. Les deux auteurs opposent l’aristocratie, marquée par la prééminence de l’honneur, du qualitatif, de ce qui par essence est rebelle à l’ordre de la quantification, au monde de la technique, univers du quantitatif. « Ramenés à la situation de défendeur et de demandeur, les hommes sont devant les juges comme des êtres qu’il faut peser, cataloguer, étiqueter […] Le paiement des agents, officiers, pensionnés […] reviennent à des opérations de mesure, à des déplacements de biens matériels, où l’on fait abstraction des différences entre les hommes qui résultent de rien d’autre que leurs revenus, leurs dettes ou leurs créances vis-à-vis du trésor. »27

  • 28 G. Simmel, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987, p. 567.
  • 29 M. Halbwachs, MC, p. 145.
  • 30 Pour cette inflexion mélancolique de la modernité, je me permets de renvoyer à mon livre, Simmel e (...)

15Simmel et Halbwachs sont d’accord pour remarquer les conséquences souvent pénibles de la circulation monétaire. Pour le premier, « celle-ci crée par elle-même la nécessité de procéder quotidiennement à des opérations mathématiques. La vie de beaucoup d’hommes est entièrement occupée à ces activités qui consistent à déterminer, peser, calculer, réduire des valeurs qualitatives en quantitatives »28 ; une page plus loin on lit ce propos que n’aurait pas démenti Halbwachs : « La nature calculatrice de l’argent a introduit dans les rapports entre les éléments de la vie une précision et une sûreté dans la détermination des égalités et des inégalités, une non-ambiguïté dans les engagements et les accords, comparable à ce qu’apporte dans le domaine extérieur la généralisation des montres de poche. » Halbwachs tient des propos équivalents : « Je suis donc obligé de régler mes activités d’après la marche des aiguilles d’une montre, […]. Mais ce qu’il y a peut-être de plus pénible, c’est que je me sente contraint, perpétuellement, de considérer la vie […] sous l’aspect de la mesure. »29 Simmel développera même une analyse de l’homme moderne par excellence, le blasé qui, lassé par la permutation du qualitatif en quantitatif, choisira une sorte de repli : il perçoit bien les différences mais ne marque pas de préférence30.

  • 31 M. Halbwachs, CS, p. 233.
  • 32 Ibid., p. 244. Il faudrait aussi se reporter à la page 245 pour apprécier toutes les conséquences (...)

16À la technique, nous l’avons vu, s’oppose la fonction dans sa plénitude. Mais la complexité de la vie sociale rend nécessaire, selon Halbwachs, l’existence d’une société plus étroite, aristocratique puis bourgeoise, dont le rôle, par la mémoire collective dont elle est le dépôt, consiste à conserver et à maintenir vivante la tradition, laquelle n’est pas considérée comme un ossuaire sans intérêt mais comme un répertoire de formes, d’expériences acquises. La notion de tradition se décline sous une autre formule, celle de « vie sociale intense ». La guerre, la législation, la justice, certaines formes de commerce, manifestent la pertinence de la mémoire collective ou sociale sous forme de tradition. Celle-ci n’est pas seulement un dépôt, elle fait l’objet de reconstructions diverses (nous reviendrons sur ce terme problématique de reconstruction), qui sont à porter au crédit de la vivacité, de la mobilité de l’esprit. La guerre, la législation et certaines formes de commerce, qui impliquent une compétence technique, laquelle est en soi insuffisante, doivent bénéficier d’impulsions de leurs meneurs : « Le chef doit être encore capable de ces subites inspirations, de ces inventions et de ces improvisations qui supposent la connaissance des hommes, le maniement des idées, une mémoire active […]. Or, ces qualités ne se développent que dans ces milieux de vie sociale intense où se croisent les idées du passé et du présent, où entrent en contact en quelque sorte non seulement les groupes d’aujourd’hui, mais ceux d’autrefois. »31 Autant la part d’autrui dans la construction de soi pouvait surprendre lorsqu’elle faisait intrusion de façon assez violente dans les souvenirs, les sentiments, les passions, autant la construction de la tradition par Halbwachs comme mémoire collective rend plus immédiatement compréhensible que ce soit hors du domaine technique et dans la vie sociale que la mémoire collective s’enrichisse sans cesse et vienne innerver tout le reste de l’existence : « C’est hors de la fonction, dans la partie de la société où les hommes n’exercent pas leur activité professionnelle, que prennent naissance et se conservent les souvenirs les plus importants. »32

  • 33 Ibid., p. 230.

17Le temps s’associe au mystère pour étayer la tradition chez Halbwachs et pour assurer à la mémoire collective une certaine forme de pérennité compatible paradoxalement avec une certaine plasticité. La noblesse chez Simmel comme chez Halbwachs occupe une place importante. Simmel en fait un exemple (il en va de même pour tous ses autres excursus de sa Sociologie) de ce qu’il nomme le supra-personnel, c’est-à-dire cette catégorie qui nous inscrit comme membre de la société sans que la société apparaisse pour autant coercitive comme il en va au rebours chez Durkheim et ses disciples. La noblesse officie sur un mode « fonctionnellement »comparable chez Halbwachs, à croire que les textes de Simmel qu’il ne cite jamais lui étaient familiers. Dans les deux cas, le noble est le membre d’une lignée et bénéficie de la catégorie d’excellence attachée à l’aristocratie, c’est pour lui en ce sens que se lit la part d’autrui (de ses ancêtres) dans la construction de soi. Il porte en lui le passé, le présent et le futur. Autre facteur de convergence entre les deux auteurs : le noble, comme élément distingué demeure du côté du qualitatif, il est rebelle à tout ce qui se cantonne du côté du nombre : « La hiérarchie noble n’a aucun rapport avec les règles techniques qu’appliquent au classement des hommes le technicien militaire, le légiste, le code pénal, et tous les agents chargés de répartir et lever les taxes ; elle ne tient compte en principe que de l’honneur, du prestige, des titres, c’est-à-dire de notions purement sociales, où n’entre aucun élément de nature physique qui se prête à la mesure, au calcul… »33 Halbwachs fait de l’honneur une catégorie essentiellement aristocratique, alors qu’il n’est pour Simmel l’apanage d’aucune classe particulière (il évoque l’honneur des brigands).

  • 34 C’est très probablement pour cette raison que Durkheim a écarté ce développement initialement prés (...)
  • 35 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 528.
  • 36 Cf. M. Halbwachs, CS, p. 231.
  • 37 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 714.
  • 38 M. Halbwachs, CS, p. 231.
  • 39 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 711, il cite ici un auteur dont il ne donne pas les références

18L’honneur pour Simmel consiste en une ruse de la raison, un dispositif qui garantit une certaine cohésion sociale, sans que la société ait besoin d’être coercitive34. La finalité sociologique de l’honneur est atteinte lorsqu’elle « a réussi à persuader l’individu que la conservation de son honneur est son intérêt individuel le plus intime […]. Il n’y a peut-être pas d’autre point où l’intérêt de la société et celui de l’individu se confondent si bien, où un contenu qui ne se comprend que par l’intérêt de la société a revêtu une forme d’impératif moral qui semble découler uniquement de l’intérêt individuel »35. Il s’agit donc d’amener l’individu à faire de son devoir social son salut personnel. Chez les deux auteurs, le noble apparaît comme la quintessence de la mémoire collective, cette éminence devient sensible à travers la catégorie de la substance, présente chez les deux et proposée dans la même perspective36. Le texte de Simmel est plus précis car la substance est présentée à travers ce qui la rend spécifique, elle est incorruptible et impérissable : « La métaphore des métaux nobles […] est instructive […], cette noblesse du métal tient d’abord à sa relative incorruptibilité […] il ne change que de forme dans ses refontes successives tandis que la substance de sa valeur reste relativement impérissable. C’est une idée analogue qui fonde le sens et le sentiment de la noblesse – comme sises membres individuels n’étaient que diverses refontes, diverses formes d’une substance de valeur durable qui se maintient à travers toute la chaîne de l’hérédité. »37 La mémoire collective offre aux nobles l’occasion de « gagner du temps » et éventuellement d’éviter une défiance réciproque car chacun est à même de balayer en un instant le passé de l’autre et d’y reconnaître l’efficace d’une tradition commune. Les formules de Simmel et d’Halbwachs sont confondantes par leur unité d’inspiration : « Deux nobles qui se rencontrent sans s’être jamais vus doivent être en mesure, après un échange de quelques propos, de se reconnaître comme deux membres d’une même famille… »38 ; « Les nobles font souvent davantage connaissance en un soir que les bourgeois en un an. »39

  • 40 Ibid., ch. 8.

19L’un des ressorts de la mémoire collective entendue comme le creuset d’une certaine durée trouve des voies parfaitement différentes chez Halbwachs et Simmel. Tout dans le seul lexique les distingue. Quand l’un évoque la défiance, la méfiance, la simple curiosité, une certaine inquiétude, le second évoque la fidélité, la confiance, la gratitude. Quand l’un fait pratiquement appel à une forme de solidarité sociale pour que la cohésion de la mémoire collective ne cède pas aux fractions et au morcellement de l’histoire perçue comme facteur d’hétérogénéité, le second fait la part belle à certaines dispositions psychologiques d’une part (confiance et gratitude), et à certaines mesures institutionnelles. Pour ce dernier aspect, Simmel évoque la nomenclature des dispositions sociales traditionnelles par lesquelles une société tâche de s’assurer l’intégration de ses membres.40 Dans sa Sociologie, au chapitre 8 intitulé « L’autoconservation du groupe social »,il étudie comme éléments de la tradition (et si les concepts sont différents, le propos est comparable à celui de Halbwachs pour la tradition et son centre nerveux, la mémoire collective), la continuité territoriale, spirituelle, organisationnelle et temporelle, la continuité dynastique, la fonction héréditaire, toutes dispositions destinées à conserver le groupe social. Il fait aussi bonne place aux différents symboles matériels de la cohésion du groupe ; cela va du drapeau à la pratique de la mainmorte et du fidéicommis, en passant, comme nous l’évoquions plus haut, par l’honneur, symbole immatériel de la cohésion du groupe.

20Si le terme de méfiance ou de défiance peut apparaître à certains excessif pour caractériser les préventions de Halbwachs eu égard à la durée de la mémoire collective, il suffit de se rapporter au texte pour prendre la mesure de l’incertitude qui gagne le sujet en présence de tout événement dont il ne mesure pas à prime abord ce que seront ses répercussions sur lui, et, à un autre degré, ses conséquences sur une mémoire collective dont on attend qu’elle fasse preuve de stabilité et écarte, autant qu’elle le peut, l’accueil fracassant d’une nouveauté qu’elle ne saurait véritablement intégrer – c’est l’un des thèmes principaux de notre conclusion.

  • 41 M. Halbwachs, CS, p. 137-140.
  • 42 Ibid., p. 138.

21Une première inquiétude gagne Halbwachs. Elle est liée aux aléas de notre vie quotidienne. Il distingue trois états de notre attention « flottante » dont la hiérarchisation imperceptible pour le sujet, au premier abord, va, sous le thème quasi weberien de l’importance des conséquences des actions, se révéler de la première importance pour l’édification de la mémoire. La thèse est la suivante : parmi nos souvenirs les plus récents, il est impossible de décider sur le moment lequel a à figurer dans une mémoire à vocation collective. C’est donc un sentiment d’incertitude qui se fait jour. Dans l’expectation d’une sélection des souvenirs proches dont certains peuvent prétendre à la permanence et d’autre à une obsolescence rapide, comment opérer un choix ? Sans du tout éluder le problème, Halbwachs énonce trois cas de figure frappés, malgré l’apparence, du même degré d’incertitude. Il cite le cas le plus anodin en apparence, des propos entendus au hasard d’une rue ou lors de la fréquentation d’un salon, qui ne nous concernent pas, ils se distinguent par leur contingence même. Il cite ensuite d’autres propos entendus aussi incidemment mais qui répondent à des préoccupations latentes ; d’autres se distinguent par leur importance évidente, des nouvelles importantes de la famille, les effets d’un travail, positif ou négatif : « Cette légèreté apparente cache une conviction bien fondée : c’est qu’aucun des faits qui se produisent autour de nous ne peut nous être indifférent, tant que nous ne savons pas quelles en sont les conséquences pour nous. »41 Cette incertitude est fondée parles impondérables qui inversent parfois la hiérarchie immédiate des événements : « Je peux apprendre par hasard […] des faits de nature à modifier mes projets les plus anciens. »42

  • 43 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 570-584.

22Une moindre incertitude règne chez Simmel qui ne s’attache pas à la conformité ou l’anticipation possible de chaque comportement individuel mais à l’opérativité de sentiments psycho-sociaux lesquels, sauf accident toujours possible, assurent le maintien du groupe social et la part éminente d’autrui dans la construction de soi. Contre l’incertitude ou la prudence halbwachsienne se font valoir la fidélité et la gratitude simmélienne43, moins dépendantes de l’initiative individuelle. La fidélité, chez Simmel, est décrite comme « la force d’inertie de l’âme, qui la maintient dans une voie une fois qu’elle s’y est engagée ». Au point même que, selon Simmel, les facteurs qui apparemment conservent la société, intérêt, contrainte, idéalisme, sentiment du devoir, etc., ne sauraient suffire à maintenir le corps social, si la fidélité ne venait s’adjoindre à eux. La fidélité représente pour lui le sentiment sociologique par excellence, car tous les autres sentiments reposent sur une base solipsiste, il en va ainsi de l’amitié, du patriotisme et même de l’amour (je t’aime, est-ce que cela te regarde ?). Or la fidélité ne fonde pas de telles relations et ne peut donc être pré-sociologique ; elle assure le maintien de la relation à autrui. Un peu comme la tradition et la mémoire collective chez Halbwachs, son sens consiste à conférer à l’intériorité personnelle fluctuante le caractère fixe et stable de la relation.

  • 44 Ibid., p. 577.
  • 45 Ibid., p. 578-579.

23Quant à la gratitude, elle est explicitement présentée comme « la mémoire morale de l’humanité ». Ce sentiment psycho-social, qui ne figure pas dans les thèses de Halbwachs, est intéressant si l’on compare les propos des deux auteurs. Pour Simmel, elle « est tout d’abord complémentaire de l’ordre juridique »44. Autant l’échange est la manifestation de la relation réciproque des hommes mais extériorisée, balisée par tout un arsenal juridique, autant la gratitude naît aussi de la relation réciproque – elle se manifeste entre autres par les figures du don et contre-don, mais elle demeure tournée vers l’intérieur : « Bien que la gratitude soit un affect purement personnel, […], elle devient un des ciments les plus forts de la société par les liens incessants qu’y tisse son mouvement de navette, […] il en jaillit […] un lien avec l’auparavant […], une continuité de la vie en action réciproque. Si on annulait d’un coup toute réaction de reconnaissance laissée dans les âmes par des actes antérieurs, la société, du moins dans l’état où nous la connaissons, s’effondrerait. »45

  • 46 Ibid., ch. 8.

24Comme on le voit, les intérêts intellectuels des deux auteurs sont très proches, mais leurs ressources ne sont pas les mêmes et leurs modes d’appréhension de la réalité divergent. Il me semble que Simmel observe et explique, là où Halbwachs veut défendre une thèse : comment, et presque de force, la mémoire collective peut-elle lutter contre sa dissolution et contre l’histoire comme discipline, qui, par différence avec la mémoire collective, registre de la continuité, serait le répertoire des ruptures ? Quand Simmel, plus paisible, décrit les nombreux modes de continuité par lesquels se fait jour la part d’autrui dans la construction de soi, Halbwachs fait entendre un timbre plus tragique en ceci qu’il force le trait et édifie la mémoire collective comme une résultante d’efforts voire de contraintes, alors qu’elle semble aller de soi chez Simmel qui a dénombré pour ce faire un répertoire de moyens plus variés46. On retrouve chez Halbwachs cette même veine durkheimienne qui prône une sorte d’interventionnisme social, toutes préoccupations étrangères à Simmel, qui décrit et explique mais, sauf à l’occasion de la Première Guerre mondiale, ne prend pas parti.

  • 47 C’est moi qui souligne.
  • 48 M. Halbwachs, MC, p. 139.

25Tout en admettant que l’histoire, par différence avec la mémoire collective, soit un tableau des changements, et que si des « circonstances extérieures (introduisent) dans la vie du groupe un élément nouveau47, incompatible avec son passé, un autre groupe prendrait naissance, avec une mémoire propre […]48, Halbwachs résiste avec véhémence contre cette irruption de la nouveauté qu’il se refuse à penser au fond, tant elle menace la continuité de la tradition. Dans un texte à l’accent passionné, il se fait le chantre d’une mémoire collective dont la pérennité vaut bien quelques trucages, quelques arrangements. Ces deux derniers termes sont péjoratifs et l’auteur les revendique pratiquement comme tels, comme s’il s’agissait d’une nécessité devant laquelle on doit s’incliner pour des raisons supérieures, quelques réserves qu’elle puisse nous inspirer :

  • 49 C’est moi qui souligne.
  • 50 Ibid., p. 134.

« Qui sait si au lendemain d’une guerre, d’une révolution, qui ont creusé un fossé entre deux sociétés d’hommes, […] la société jeune de la société ne se préoccupe pas surtout, d’accord avec la partie âgée, d’effacer les traces de cette rupture […] et de maintenir malgré tout la continuité de l’évolution ? Il faut bien que la société vive, [si les institutions sociales sont modifiées, il faut les étayer] de tout ce qu’on peut ressaisir de traditions. Alors, au lendemain de ces crises, on se répète : il faut recommencer au point où on a été interrompu [...]. Et quelque temps, en effet, on se figure que rien n’est changé, parce qu’on a renoué le fil de la continuité. Cette illusion49, dont on se débarrassera bientôt, aura au moins permis qu’on passe d’une étape à l’autre sans que la mémoire collective ait eu à aucun moment le sentiment de s’interrompre. »50

  • 51 Il faudrait, pour en savoir plus, lire Les Problèmes de la philosophie de l’histoire de Simmel, Pa (...)
  • 52 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 243-244.

26Il est question ailleurs d’un « remaniement » des souvenirs opéré pour ne pas interrompre la mémoire collective, ainsi que de « reconstruction » etd’« oubli ». Le vocabulaire de Simmel et sa conception du métier de sociologue et d’historien est à peu près le même dans ses propres textes, mais sa connotation intellectuelle et morale diffère. Ce qui pour Halbwachs ressortit à l’ordre de l’illusion, du « bricolage idéologique », de l’oubli, convoqués pour une grande cause, l’édification du souvenir et de la mémoire collective, est parfaitement revendiqué par Simmel, qui ne voit là rien d’une concession quasi honteuse ou manipulatrice, mais la tâche des sciences sociales51. Histoire et sociologie doivent opérer par reconstruction ; plutôt que d’oubli il faut parler de sélection, de choix, sous peine de retomber dans le naturalisme épistémologique contre lequel Simmel n’a pas de mots assez durs. Il évoque donc la nécessité non pas pratique mais épistémologique de « procéder à des choix dans le réseau immense des événements historiques ». Il poursuit : « Il serait aussi déraisonnable de parler ici de résignation que d’accuser l’art de ne pouvoir atteindre la réalité. C’est au contraire dans cette distance par rapport à son objet que se fonde son droit à l’existence. Bien entendu, ce droit est défini non pas de manière négative, comme un droit à ne pas atteindre la réalité, mais de manière positive, comme un droit de construire. […] L’histoire est une construction. […] Le sceptique pourrait alors objecter : cela ne démontre-t-il pas qu’il est impossible de connaître la réalité historique telle qu’elle est ? En fait, l’objection repose sur une confusion : il n’y a pas lieu d’assimiler la notion de vérité historique à celle de réalité vécue et de faire de la seconde l’idéal de la première… »52 La relative gêne de Halbwachs n’est donc pas de mise si l’on adopte les catégories de Simmel, il est parfaitement habilité à « reconstruire » la mémoire collective, et son lexique parfois dépréciateur ou au moins dubitatif, peut adopter sans outrecuidance le ton de la « scientificité » en sciences sociales.

  • 53 M. Halbwachs, CS, p. 261.
  • 54 R. Boudon, « Durkheim et Weber : Convergences de méthode », dans Durkheim, Weber, vers la fin des (...)

27En conclusion, nous remarquerons que l’attachement presque viscéral de Halbwachs à la stabilité ne l’aide pas à accueillir le facteur sans antécédent de la nouveauté. La part d’autrui dans la construction de soi est davantage un élément de transmission d’une tradition, plutôt que le partage d’un élément irréductiblement nouveau. De façon très ingénieuse, il contourne ou résout le problème en arguant que ce qui semble nouveau résulte en fait de l’intrusion d’un domaine dans un autre et que ce qui n’est que translation ou adaptation revêt souvent indûment les oripeaux de la nouveauté : « C’est ainsi que la plupart des méthodes nouvelles qui révolutionnent l’industrie et le commerce y sont introduites du dehors. »53 La tendance consiste donc, après un temps de résistance à l’adoption et à la légitimation de méthodes modernes perçues comme autant d’occasions de crises sociales préjudiciables à la mémoire collective d’y céder, et de les acclimater à la tradition sous peine de laisser s’instaurer un « vide » social. Il fait écho avant la lettre à une remarque de Raymond Boudon montrant, élément valable pour le scientifique comme pour tout un chacun, que les« coûts de sortie » de la tradition sont élevés : « […] Ces théories montrent[…], conformément à la description de Durkheim, que le savant a de bonnes raisons d’être normalement crédule et conformiste, […] pour que la fois en une théorie s’estompe, il faut que celle-ci soit remplacée par une théorie alternative. [Or les sociétés traditionnelles], les interprétations du monde sont faiblement évolutives. »54

  • 55 M. Halbwachs, CS, p. 239.
  • 56 A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Gallimard, 1967, p. 158.
  • 57 G. Namer, « Postface » aux CS de Halbwachs, p. 318-319.

28Halbwachs emprunte et modifie selon son génie propre la thèse majeure d’Alexis de Tocqueville, sensible aux éléments de permanence qui cèdent devant bien des pratiques mais résistent à travers le phénomène des mœurs. On ne peut qu’être sensible à ce qui s’assimile à une reprise (non revendiquée) de Tocqueville par Halbwachs. Pour le second, évoquant la collusion de l’aristocratie avec la bourgeoisie, il constate : « Ils sont unis par des relations de famille et d’alliance, ils se rencontrent dans les mêmes salons, ils lisent les mêmes livres […] »55 ; ailleurs il cite, comme son illustre devancier, les manières et les mœurs, comme ce dont l’apprentissage requiert le plus de temps et trahit longtemps l’appartenance bourgeoise. Tocqueville écrivait bien plus tôt : « À la fin du xviiie siècle, on pouvait encore apercevoir, sans doute, entre les manières de la noblesse et celles de la bourgeoisie, une différence ; car il n’y a rien qui s’égalise plus lentement que cette superficie de mœurs qu’on nomme les manières ; mais au fond, tous les hommes placés au-dessus du peuple se ressemblaient ; ils avaient les mêmes idées, les mêmes habitudes […] lisaient les mêmes livres, parlaient le même langage… »56 Sans pousser plus avant la comparaison des deux auteurs, qui n’entre pas dans notre propos, il importe d’en revenir avec cette occurrence historique repérée par Gérard Namer : au terme de la scission révolutionnaire opérée par ceux qui sont devenus communistes en 1920 à l’occasion du congrès de Tours, les socialistes véhiculent un malaise qui affecte aussi Halbwachs : le progrès peut se penser « non pas sur la base de la déchirure révolutionnaire marxiste, mais sur la base d’une continuité avec la tradition »57. Il importe peu d’arrêter, à supposer qu’on possède les moyens de le faire, si Halbwachs a « tort » ou « raison », la question serait d’ailleurs inadéquate, mais d’apprécier les voies inédites qu’offre Halbwachs à la recherche en sciences sociales, les éléments de comparaison avec Simmel ne sont qu’un moyen pour faire droit à cette démarche.

Notes

1 G. Simmel, Questions fondamentales de la sociologie, dans Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, 1981, p. 93.

2 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF, 2001, p. 17.

3 M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925, rééd. Paris, Albin Michel, 1994, p. 136. Cet ouvrage sera désigné dans la suite par l’abréviation CS.

4 M. Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 63. Cet ouvrage sera désigné dans la suite par l’abréviation MC.

5 Ibid., CS, p. 130.

6 G. Simmel, Über soziale Differenzierung, Berlin, Duncker & Humblot, 1890, rééd. Uhrkampf, 1989.

7 Pour une présentation de cet aspect je me permets de renvoyer le lecteur à ma préface de la traduction de la Sociologie de G. Simmel, Paris, PUF, 1999, p. 14-22.

8 G. Simmel, Sociologie, études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, ch. 6.

9 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 188.

10 M. Halbwachs, MC, p. 141. Les précisions abondent et nous en choisissons une parmi d’autres, C.S, p. 130 : « Les cadres […] qui nous permettraient de reconstruire nos souvenirs après qu’ils ont disparu, ne sont pas […] purement individuels : ils sont communs aux hommes d’un même groupe. »

11 G. Namer, « Postface » à MC, p. 264.

12 M. Halbwachs, MC, p. 94.

13 Ibid. p. 128.

14 C’est moi qui souligne.

15 M. Halbwachs, CS, p. 144.

16 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 193.

17 M. Halbwachs, CS, p. 149-150.

18 Ibid., p. 147, dans la suite immédiate du texte, Durkheim est cité.

19 M. Halbwachs, Classes sociales et morphologie, Paris, Les Éditions de minuit, 1972 p. 164-173.

20 M. Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte, Paris, PUF, 1941.

21 J.-Ch. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 193.

22 M. Halbwachs, « L’expression des émotions et la société », dans Classes sociales et morphologie, op. cit., p. 164.

23 Ibid., p. 165.

24 Ibid., p. 173.

25 M. Halbwachs, Classes sociales et morphologie, op. cit., p. 104.

26 Ibid., p. 104.

27 M. Halbwachs, CS, p. 130.

28 G. Simmel, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987, p. 567.

29 M. Halbwachs, MC, p. 145.

30 Pour cette inflexion mélancolique de la modernité, je me permets de renvoyer à mon livre, Simmel et la modernité, Paris, PUF, 1997, ch. 5, p. 209-260.

31 M. Halbwachs, CS, p. 233.

32 Ibid., p. 244. Il faudrait aussi se reporter à la page 245 pour apprécier toutes les conséquences de cette thèse.

33 Ibid., p. 230.

34 C’est très probablement pour cette raison que Durkheim a écarté ce développement initialement présent dans la version non expurgée présentée par Simmel pour le premier volume de L’Année sociologique, sous le titre : « Comment les sociétés se maintiennent. »

35 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 528.

36 Cf. M. Halbwachs, CS, p. 231.

37 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 714.

38 M. Halbwachs, CS, p. 231.

39 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 711, il cite ici un auteur dont il ne donne pas les références.

40 Ibid., ch. 8.

41 M. Halbwachs, CS, p. 137-140.

42 Ibid., p. 138.

43 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 570-584.

44 Ibid., p. 577.

45 Ibid., p. 578-579.

46 Ibid., ch. 8.

47 C’est moi qui souligne.

48 M. Halbwachs, MC, p. 139.

49 C’est moi qui souligne.

50 Ibid., p. 134.

51 Il faudrait, pour en savoir plus, lire Les Problèmes de la philosophie de l’histoire de Simmel, Paris, PUF, 1984.

52 G. Simmel, Sociologie, op. cit., p. 243-244.

53 M. Halbwachs, CS, p. 261.

54 R. Boudon, « Durkheim et Weber : Convergences de méthode », dans Durkheim, Weber, vers la fin des malentendus ?, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 107.

55 M. Halbwachs, CS, p. 239.

56 A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Gallimard, 1967, p. 158.

57 G. Namer, « Postface » aux CS de Halbwachs, p. 318-319.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search